En souvenir d’une autre vie, hommage à Jean-Pierre Belmon (1952-2015)

Jean-Pierre Belmon est surtout connu pour son activité de  journaliste et de sa connaissance des cultures régionales mais il a également enregistré, en collaboration avec Jean-Noël Pelen (ethnologue), plusieurs enquêtes sur la Provence, qui ont enrichi le fonds de la phonothèque de la MMSH. Il parlait un  occitan riche et imagé ce qui lui a permis de réaliser plusieurs entretiens auprès de locuteurs naturels de cette langue :

Je ne l’ai jamais rencontré mais en souvenir de son départ, il y a trois ans – le 27 septembre 2015 – l’équipe de la phonothèque a choisi de vous faire écouter cet extrait enregistré sans le cadre d’une enquête collective sur “Le Pays d’Arles par ses gens” en 19841. Jean-Pierre Belmon échange avec un pêcheur qui a connu le début du XXème siècle et évoque avec lui  les temps anciens et révolus aux Saintes-Maries-de-la-Mer  : Vivem de la rapina (…). Aquò te l’ai dit : de granouille, de lapin, de canard. Et ancora, tutta l’anada : chassa fermet, pas fermet, barrata, pas barrata. Majàvem totes lo gibier, de cascalausas, de champignons. Manjàvem solo de rapina. Èra una autra vida aquò. Èra una autra vida.

Une dizaine d’enquêtes enregistrées par Jean-Pierre Belmon sont en ligne sur Ganoub. Chacune montre, à sa façon, à la fois sa curiosité de l’autre, sa connaissance de la langue occitane mais aussi son amour de l’imaginaire et des images qui font rêver.

Écoutez une émission de Radio France Vaucluse en hommage à Jean-Pierre Belmon, réalisée 2015.

Crédits photographiques : Street in Saintes-Marie-de-la-Mer, Metropolitan Museum of Art, Chalk, Reed pen, quill, and ink over chalk on wove paper (backed with wove paper), Paper, Drawings, Ink, ca. July 15, 1888, Quill. Domaine public.

  1. Vous pouvez écouter en ligne la totalité de cet entretien sur la base Ganoub, n°167 []

Une réflexion sur « En souvenir d’une autre vie, hommage à Jean-Pierre Belmon (1952-2015) »

  1. Bonjour, permettez-moi d’apporter un éclaircissement à la transcription de l’audio. Je vous laisse faire les vérifications nécessaires. Il me semble comprendre ceci pour le passage non transcrit : « Erian pire que li pirato, nous autre. » (graphie mistralienne)

    Puis, plutôt que « Manjàvem solo de rapina » : « Manjavian, coum’acò, rèn que de rapino ».

    Et pour la fin peut-être plutôt « Ero nosto vido », mais rien n’est moins sûr…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.