De la 2CV en ethnologie…

Avant les début d’Internet, les chercheurs en science humaines et sociales diffusaient déjà leurs recherches sur d’autres supports que le papier. Articles scientifiques et ouvrages n’étaient pas suffisants :  le son, l’image et le film ont été des moyens de médiation et de connaissance largement exploités. Ainsi Annie-Hélène Dufour (1947-2002), ethnologue, auteure d’ouvrages et d’articles publiés dans des revues scientifiques (françaises et internationales) sur des sujets aussi différents que la pêche, l’ethnobotanique, les jeux d’enfants ou les pratiques et représentation de l’espace en Provence s’est essayée au film-documentaire. Quatre expériences jalonnent son parcours professionnel : en 1990, elle collabore avec Jean Arlaud autour de la réalisation du film Des yeux plus grands que les oreilles1 ;  en 1992, elle utilise le film pour « fixer » une technique perdue aujourd’hui mais qui était utilisée dans les années 50 pour fabriquer l’huile de cade2 ; en 1993, elle réalise un film sur les Prud’homies de pêche3 dans lequel elle synthétise les rôles clés de cette institution au cours d’une année – c’est de celui-ci dont il est question dans ce billet ; enfin en 2002, elle collabore avec Christian Bromberger pour la réalisation d’un portrait filmé de Germaine Tillion4.

En 1983, l’ethnologue avait soutenu sa thèse avec pour sujet les Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois. Sa recherche, faite de patience et de connaissances précises de son sujet, l’avait immergée dans une observation participante faite progressivement et avait su créer un espace relationnel où chercheur et témoin, tout en gardant leur identité, se respectaient l’un l’autre. Son intérêt pour les pêcheurs de ce littoral sera à l’origine d’un film-documentaire Le Partage des eaux, co-écrit et co-réalisé avec Luc Bazin5, qui s’appuyait largement sur la qualité des relations qu’elle avait établi sur le terrain avec ses témoins.

Scène de tournage du Partage des eaux

Pour avoir un aperçu du tournage de ce documentaire, il faut se pencher sur les archives de la chercheuse, déposées à la phonothèque de la MMSH en 2013. Elles nous permettent de comprendre le travail effectué par Annie-Hélène Dufour, notamment à travers ses carnets de terrain et ses notes6, mais également ses entretiens, et son fonds photographique qui illustre les recherches effectuées par la chercheuse tout au long de sa carrière.

Dans ce fonds, une partie des diapositives issues du corpus « Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois » a été numérisée7 et mise en ligne sur Medihal ; on y voit les pêcheurs en train de travailler dans divers contextes, sur un bateau, au domicile de l’un d’entre eux après la pêche du jour, ou encore à la réparation des outils de pêche, mais pas seulement.

Scène de tournage du Partage des eaux

Parmi les diapositives numérisées, celles du tournage du film Le Partage des eaux nous montrent Annie-Hélène Dufour et Luc Bazin sur le terrain à bord de l’emblématique 2CV, reconvertie en outil de travelling. Ainsi, ces photographies permettent de mieux appréhender le tournage du documentaire et les méthodes de travail d’Annie-Hélène Dufour sur le terrain.

Scène de tournage du Partage des eaux

Plus largement ces images mises en ligne, en relation  avec les fonds sonores archivés à la phonothèque et les carnets de terrain de la chercheuse, donnent l’opportunité à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux méthode des chercheurs en sciences humaines et sociales,  de replonger dans le monde analogique de la fabrique  d’un film-documentaire dans les années 1980.

Billet rédigé par Marylène Mattei (M1 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques)

 

Crédits photographiques :

Fonds Annie-Hélène Dufour : scène de tournage « Le partage des eaux » – un homme assis par terre s’occupe de son filet de pêche, dans la rue, alors qu’une caméra le filme en travelling depuis une 2CV, plusieurs personnes entourent la voiture (Salins d’Hyères, Var), Var, 1985, auteur Annie-Hélène Dufour, Licence Creative Commons – Paternité

Fonds Annie-Hélène Dufour : scène de tournage « Le partage des eaux » – un homme paramètre son environnement de travail à l’aide d’un mètre (Salins d’Hyères, Var), Var, 1985, auteur Annie-Hélène Dufour, Licence Creative Commons – Paternité

Fonds Annie-Hélène Dufour : deux hommes sont sur un bateau entourés par leurs outils de pêche, le bateau est toujours à quai (Var), Var, 1985, auteur Annie-Hélène Dufour, Licence Creative Commons – Paternité

Fonds Annie-Hélène Dufour : scène de tournage « Le partage des eaux » – prise de vue du pêcheur travaillant sur son filet, assis par terre dans la rue, pendant qu’un homme, assisté de deux autres, le filme en travelling depuis une 2CV (Salins d’Hyères, Var), Var, 1985, auteur Annie-Hélène Dufour, Licence Creative Commons – Paternité

 

  1. En collaboration avec J. Arlaud, Des yeux plus grands que les oreilles, Production : JBA production, La Sept. Il a obtenu le Prix de la mission du Patrimoine ethnologique au 9e bilan du film ethnographique, Paris en mars 1990. []
  2. En collaboration avec J.-F. Robert, Sève de cade, film vidéo couleur BVU SP, durée 22mn, 1992. IDEMEC. []
  3. En collaboration avec L. Bazin, Le partage des eaux, film vidéo couleur, BETACAM, durée 50mn, ARIS. 1993. []
  4. En collaboration avec C. Bromberger, Germaine Tillion, une conscience dans le siècle, SCTAV, Université de Provence. IDEMEC. 2002. []
  5. Réalisateur, auteur, directeur de la photographie et écrivain, il a par ailleurs été l’auteur de plusieurs articles et publications concernant l’ethnologie audiovisuelle. []
  6. https://phonotheque.hypotheses.org/6397 []
  7. Merci à Bruno Baudoin, responsable de la photothèque du Centre Camille Jullian (MMSH) qui a mis à disposition de la phonothèque sa plateforme technologique pour numériser les diapositives. []

2 réflexions sur « De la 2CV en ethnologie… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.