Couverture de l'ouvrage de Florence Descamps (extrait)

Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Mise à jour du billet du 27 février 2020, le 25 mars 2020 :   Suite à la situation pandémique du COVID19, l’EHESS choisit placer en libre accès une partie de ses éditions. Les usagers des bibliothèques et institutions qui proposent l’offre OpenEdition Freemium for Books peuvent désormais lire en ligne l’ouvrage de Florence Descamps : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel (formats HTML, PDF et ePub).

La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du XIXème siècle par les pères fondateurs de la première école historique française.

C’est par ces mots1 que débute le récit du long apprivoisement de l’histoire orale en France, qui se termine – comme un happy end – par une peinture d’une histoire orale à la française enfin reconnue : celle qui donne à entendre des corpus oraux où histoire, mémoire et patrimoine cohabitent. Un récit haletant, qui ne craint pas de relater les obstacles et l’adversité vécue par les historiennes et les historiens qui ont cru à cette discipline et à la force de la parole en histoire. Sous nos yeux défilent les portraits de celles et ceux qui ont jalonné cette histoire, même fugacement, et à travers les différentes phases de cette reconnaissance disciplinaire, ont permis la légitimation de cette source. On y retrouve ainsi Philippe Joutard2 et Jean-Claude Bouvier3, les deux fondateurs de la phonothèque de la MMSH, les grandes enquêtes pluridisciplinaires lancées par le CNRS4 mais aussi Anette Wievorka5, Danièle Voldman6 et bien sûr Dominique Aron-Schnappers7 ou encore les associations régionales qui ont constitué des réservoirs importants d’archives sonores ouverts à un large public… Toutes les initiatives scientifiques, institutionnelles et patrimoniales qui ont joué un rôle dans le processus de reconnaissance de l’archive orale en France y sont présentes. À côté de cette lecture linéaire, et comme une forme de voyage à travers les corpus sonores, une bibliographie exhaustive et des notes de bas de page extrêmement riches, poussent les lectrices et lecteurs à enrichir leur parcours.

Cette historiographie de l’archive orale en France, Florence Descamps l’appuie sur son expérience et son engagement dans la discipline historique française au tournant patrimonial des années 1990. L’auteure a d’abord fait paraître L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation8 puis Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux ((Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 2006.)), deux ouvrages de référence dans le domaine ; et si ce nouvel opus se lit comme un roman, c’est bien qu’il s’agit aussi du récit d’une vie. L’historienne spécialiste de l’État français a utilisé la source orale dans sa discipline et s’est frottée plus d’une fois à “la défiance et <au> soupçon” (p.35).

En effet, l’ouvrage est une adaptation de son mémoire de synthèse – ou mémoire dit “d’égo-histoire” – issu de son habilitation à diriger des recherches soutenu en 2014 et dont Patrick Fridenson9, qui introduit l’ouvrage, a été le garant. L’expérience de l’auteure est totale : elle a pratiqué l’histoire orale, elle a organisé des collections dans le cadre des comités d’histoires, elle a expertisé régulièrement des fonds pour différentes institutions, elle a participé à des rapports ministériels sur la question10, elle préside depuis 2015 l’association des archives sonores, orales et audiovisuelles et dirige la revue Bulletin de l’AFAS. Sonorités11 et elle a formé des cohortes d’historiens et d’historiennes de l’oral dans le cadre de son séminaire à l’École pratique des hautes études (EPHE) dans le cadre duquel se continuent les échanges et s’enrichissent  les réflexions méthodologiques de la discipline.

En quatre temps l’ouvrage parcourt avec efficacité une « histoire de l’histoire orale » : le premier chapitre, retrace le développement de cette nouvelle discipline et examine les argumentaires successifs, hérités de la tradition positiviste, utilisés par la communauté historienne pour s’opposer à l’histoire et la source orale. Puis (chapitre 2) l’auteure explore le processus de légitimation de l’archive orale et de la technique entourant ce médium. Dans un troisième chapitre, la réflexion se concentre sur la méthode de l’archive orale, une étape importante pour bien comprendre la constitution d’une histoire orale à la française (chapitre 4). Dans ce dernier chapitre Florence Descamps propose une analyse fine du processus de patrimonialisation des archives orales, dans un contexte de forte demande sociale vis-à-vis du passé et de l’histoire et partage avec ses lecteurs des éléments de réflexion sur l’application du concept de “patrimoine immatériel” aux archives orales. Enfin, après avoir appréhender le contexte, les acteurs et les enjeux de l’histoire orales, les lecteurs pourront s’ils le souhaitent, s’emparer du guide méthodologique qui s’ajoute à ces chapitres pour construire un projet de collecte d’archives sonores réflexif en alignement avec les normes et bonnes pratiques de l’ingénierie de l’archives orales (voir pages 159 à 186 le Guide méthodologique : ingénierie des archives orales).

Maniable et écrit clairement, ce petit livre est une sorte de vademecum de l’historien.ne de l’oral ou de toutes celles et ceux qui envisagent une collecte de sauvegarde du patrimoine. À la fois réflexif et pratique, il offre une première approche du champ de l’oralité mais aussi une exploration poussée des problématiques actuelles de la discipline. Par la rigueur de la méthode proposée et son historicité, il est aussi une forme de réponse à cette question incessante que l’on lui pose sur l’absence d’histoire orale française mal reconnue comme discipline autonome. Si les premières phrases de l’ouvrage revenaient sur les difficultés de la discipline, le dernière chapitre se clôt sur une invitation (p.156) à entendre toute la force vitale de l’histoire orale :

[Car] Si comme le dit Michel de Certeau « l’écriture historique vise à calmer les morts qui hantent encore le présent et à leur offrir des tombeaux scripturaires12, la parole enregistrée et archivée, elle, peut calmer la mémoire des vivants en offrant des tombeaux immatériels à ceux que le passé hante et que la peur de l’oubli étreint.

Référence de l’ouvrage : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, EHESS, 2019  : https://www.ehess.fr/fr/ouvrage/archiver-m%C3%A9moire (Cote médiathèque MMSH : 060 DES)

Chronique rédigée en collaboration avec Lisa Haustrate, archiviste à la phonothèque de la MMSH entre mars et décembre 2019.

Revue sonore de l’ouvrage :

« Histoire et archives orales ». Chemins d’histoire. Paris : Radio Clype, 17 novembre 2019. https://soundcloud.com/luc-daireaux/chemins-dhistoire-radio-clype-histoire-et-archives-orales-avec-f-descamps-171119.

« Histoire : vers le grand Oral ? » La suite dans les idées. Paris : France Culture, 15 février 2020. https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/histoire-vers-le-grand-oral.

Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel. 5 novembre 2019, Canal U, 8 minutes, collection EHESS, droits réservés Direction de l’Image et de l’Audiovisuel EHESS.

Crédits photographiques de l’image mise en avant : dépôt du fonds Jean Métral à la phonothèque de la MMSH par Hélène Loukou en 2015, partie de la couverture du livre Archiver la mémoire, De l’histoire orale au patrimoine immatériel.

 

 

  1. p. 31 []
  2. La figure de Philippe Joutard, historien moderniste, qui a lancé en 1979 dans la revue L’histoire l’injonction « Historiens à vos micros », est invoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, notons en particulier les pages 56 et 124 []
  3. Ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier  a dirigé plusieurs thèses de chercheur.e.s qui ont constitué de vaste corpus sonores comme Jean-Noël Pelen, cité également dans l’ouvrage, Pierre Chabert ou Nicole Coulomb ; voir en particulier page 55. []
  4. Voir page 48. []
  5. Voir pages 38 et 80. []
  6. Voir p.58 []
  7. Florence Descamps revient tout au long du chapitre 2 (et à divers moment, en particulier page 138) sur la place essentielle de Dominique Aron-Schnappers dans la création des comités d’histoire et la mise en place d’une méthode spécifiquement française en histoire orale. []
  8. L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 2005, édition électronique 2013, http://books.openedition.org/igpde/104 []
  9. Patrick Fridenson, directeur d’études au Centre de recherches historiques (CRH) à l’École des hautes études en sciences sociales, est un historien contemporanéiste spécialiste de l’histoire économique française. []
  10. Florence Descamps a participé, entre autres, à la rédaction du rapport Vaïsse, publié en janvier 2001, sous le titre Les archives orales. Rôle et statut, https://phonotheque.hypotheses.org/12258 []
  11. L’AFAS publie la revue Bulletin de l’AFAS. Sonorités, dont les numéros sont en libre accès sur le portail d’OpenEdition et en vente au format papier sur la plateforme I6Doc []
  12. Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2002, [1975], p. 118-120. []

Une réflexion sur « Lecture : Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.