chanteuses torajas de Flores

Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est

Dans le cadre de l’appel à projet Cultural Heritage, Identities and Perspectives: Responding to Changing Societies – CHIP1, un consortium de recherche comprenant la France, les Pays-Bas et la Grande Bretagne, conduit par Barbara Titus et MJ meLê Yamomo – University of Amsterdam, a été sélectionné pour un projet européen de 3 ans (2021-2024). Le projet DeCoSEAS – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives2 propose d’améliorer la connaissance, la compréhension et la diffusion de trois fonds emblématiques localisés en Europe comprenant des enregistrements de musiques et de sons rares provenant d’Asie du Sud-Est. Ces collections sont réputées au niveau international en termes de quantité, de qualité et de diversité or elles restent peu accessibles, et en particulier pour les publics extra-européens.

Consulter le site du projet : https://www.decoseas.org

Le fonds ethnographique « Jaap Kunst » issu de la période coloniale et conservé à Amsterdam sera ainsi enfin accessible. Jaap Kunst (1891-1960) a enregistré des musiques dans les îles indonésiennes (alors colonies hollandaises) entre 1919 et 1934 sur plus de 400 cylindres. Il a également collecté plus de 12 000 photos, 1600 plaques de verre, des films muets, des manuscrits, rédigé des carnets de terrain et une importante correspondance. Ces données d’une grande richesse patrimoniale intéressent non pas seulement les chercheurs mais surtout les jeunes générations attachées à leurs identités culturelles. Les normes de catalogages héritées de l’époque coloniale sont à repenser. Les interprètes étaient souvent anonymes et trop souvent ignorés. L’approche des archives sonores, pensée sur le modèle des sciences naturelles, fut indissociable du développement de l’ethnomusicologie, discipline qui doit affronter aujourd’hui cet héritage colonial. Ces pratiques perdurent aujourd’hui avec la tendance en vigueur dans le modèle occidental d’exposer des documents de manière anonymes afin de protéger les données personnelles. Il faut retenir qu’avant la diffusion en ligne sur internet, les archives des ethnomusicologues étaient déjà majoritairement anonymes. La propriété intellectuelle sera une notion à questionner dans le contexte de restitution actuel. Grâce à l’accès aux archives, aux expertises en présence, au croisement des sources existantes ainsi qu’au crowdsourcing, le projet espère redonner de la « chair » à ces témoignages dépersonnalisés : quel est le nom de ce chanteur ou de ce chant ? Quel était le contexte de cette performance ? Peut-on faire émerger de nouvelles perspectives sur les styles musicaux, les techniques ou les compétences ?

L’équipe souhaite également proposer de rendre accessible des collections sonores de la BBC et la British Library qui conservent des programmes radiophoniques issus des régions de l’Empire Britannique aux périodes coloniales et post-coloniales (années 1930 aux années 1950). Ces enregistrements restituent des événements politiques historiques ainsi que des témoignages de la vie quotidienne. On y trouve aussi des récits de réfugiés européens en Asie du Sud-Est lors de la deuxième guerre mondiale. Ces enregistrements vont permettre de contextualiser l’héritage culturel colonial et d’évaluer le rôle et la portée de ces contenus radiophoniques. Ces collections illustrent la volonté des partenaires de s’engager, via le document sonore, dans une méthode qui puisse appréhender les évolutions culturelles et politiques tout autant que la vie quotidienne. Par ailleurs, les archives de la BBC témoignent de la multiplicité des échanges avec les pays d’Asie du Sud-Est lors de la période coloniale, en particulier par le biais des ports de Manille, Hanoi, Penang, Batavia, Surabaya, Rangoon, Singapore, Makassar ou Honk-Kong. Les archives sonores, aussi mobiles que leurs auditeurs, étaient transportées par bateau entre l’Europe et l’Asie à cette époque.

Enfin, un fonds multimedia unique consacré aux musiques rituelles Toraja (Sulawesi, Indonésie) sera traité dans ce projet. Ce patrimoine culturel oral, issu du monde austronésien et constitué depuis 3000 ans avant notre ère, est actuellement en voie d’extinction. Une anthologie des musiques rituelles Toraja, enregistrée entre 1991 et 2005 par Dana Rappoport (CASE, EHESS-CNRS) et publiée en 2009, donne accès aux musiques pré-coloniales et pré-chrétiennes, pratiquées par une petite minorité résistant aux injonctions culturelles coloniales et religieuses. Ce corpus comprend 40 heures de chants et de poèmes, traduits en 3 langues (français, anglais, indonésien) et illustré par une abondante documentation (2000 photos, 120 mn de vidéos). Publiée en 2009 sous forme de dévédérom, cette anthologie, accompagnée de sa base de connaissances, sera de nouveau accessible pour les communautés indonésiennes, la diaspora Toraja et les chercheurs du monde entier. Ce mode d’exposition des connaissances sera converti en site web et permettra d’expérimenter une forme nouvelle de partage des savoirs anthropologiques et culturels.

Chanteuse Flores

L’équipe de ce projet, multidisciplinaire et transnationale, regroupe des experts en ethnomusicologie, en études sonores (sound studies), en anthropologie, en linguistique, en sciences humaines numériques (production audiovisuelle, préservation des données numériques) et en arts dramatiques. Elle s’appuie sur la construction d’un réseau spécialisé, travaillant avec divers partenaires issus de centres d’archives, de musées, de médias et de festivals en France, aux Philippines, au Laos, en Indonésie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Les trois objectifs principaux du projet DeCoSEAS  sont les suivants :

  • faciliter l’accès physique à ces archives pour les parties prenantes d’Asie du Sud-Est (WP1),
  • améliorer l’accès en ligne pour les universitaires, artistes et les parties prenantes du monde entier (WP2),
  • améliorer les canaux de publication du patrimoine sonore pour les internautes d’Asie du Sud-Est et du monde entier (WP3)

Les axes sont conçus pour interroger le patrimoine colonial des archives, concevoir un nouveau cadre d’archivage numérique, transférer les actions de publication et d’édition concernant la conservation du patrimoine aux acteurs du patrimoine et démocratiser les pratiques de conservation. L’enjeu est donc d’élargir la notion de partage des données en tenant compte des attentes des acteurs non-occidentaux du patrimoine oral, tout en construisant des passerelles propices au dialogue et à la collaboration multiculturelle pour un enrichissement mutuel de cet héritage commun.

Le rôle de l’équipe française du projet est de concevoir un cadre de diffusion numérique sur le Web pour une meilleure accessibilité du patrimoine immatériel collecté en Asie du Sud Est. L’interconnexion et la contextualisation des données constituent un des objectifs majeurs du projet afin de favoriser la consultation des partenaires d’Asie du Sud Est et de répondre à leurs attentes spécifiques. Le multilinguisme est également un défi de ce projet, car tous les sites devront être accessibles en plusieurs langues.

Le thème de la décolonisation des archives conservées en France, et en Europe en général, est très dynamique en ce moment. En effet, un autre projet lauréat de l’appel JPI CH dont la France est partenaire est PICCH (Polyvocal Interpretation of Contested Colonial Heritage) et l’Université Aix-Marseille est également impliquée (avec Sophie Gebeil et Véronique Ginouvès). Citons également des opérations récentes de restitution d’archives sonores issues des collections du CNRS-Musée de l’Homme (opérations de catalogage et de restitution avec le Burkina-Faso3, le Tchad (fonds Monique Brandily), le Gabon (Fonds Pierre Salée), ou l’Inde (Fonds Genviève Dournon).

Les principaux participants du projet européen DeCoSEAS sont :

  • Barbara Titus, Chef de projet et chercheur principal, Amsterdam School for Cultural Analysis (ASCA), responsable des archives sonores Jaap Kunst de l’Université d’Amsterdam
  • meLê yamomo, Chef de projet associé, chercheur, Amsterdam School for Cultural Analysis (ASCA)
  • Dana Rappoport, directrice de recherche CNRS, Centre Asie du Sud-Est (EHESS-CNRS-INALCO), auteur d’une anthologie des musiques toraja (Indonésie). Responsable partenaire France
  • Cristina Juan, chercheur, SOAS, Centre of South East Asian Studies, School of Languages, Cultures and Linguistics (LCL) de l’University de London, associée à la Radio SOAS, les Archives de la BBC et de la British Library, responsable de la numérisation et de la valorisation des archives coloniales et post-coloniales de l’Empire Britannique.
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche CNRS, Perception, Représentation, Image, Son, Musique (PRISM, CNRS-AMU), spécialisée dans la conservation et la diffusion des archives audiovisuelles de la recherche.
  • Pascal Cesaro, MC PRISM-AMU (enseignant et réalisateur de documentaires scientifiques).

Partenaires institutionnels et associatifs: AFAS – Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles, ASCA – University of Amsterdam, ATL – Indonesian Oral Traditions Association, ATML – Archives of Traditional Music in Laos, Beeld en Geluid Dutch National Radio Broadcast Archive, BBC Archive Trust, British Library,  CASE – EHESS-CNRS-INALCO) – Paris, DFF – Decolonial Frequencies Festival Berlin, Laon-Laon Asian Music Archives Network, PRISM – Perception, Représentation, Image, Son et Musique, , Traditional Arts & Ethnology Centre, Laos, /National Library of Laos, SOAS – University of London, SOAS Radio, TAEC – Citra Research Center Indonesia, UPCE University of the Philippines Center for Ethnomusicology.

Rédaction du billet : Joséphine Simonnot, mise en page V. Ginouvès.

Crédits photographiques : Chanteuses Manggarai (Flores Ouest, Indonésie), écoutant leurs voix enregistrées dans la soirée. Photo: D. Rappoport, 1992, puis chanteuse en fin de soirée, toujours à Flores, photographiée par Joséphine Simonnot en 2002, CC-BY-NC. 

  1. Voir : https://www.heritageresearch-hub.eu/homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-about/ []
  2. Vers la décolonisation des archives sonores d’Asie du Sud-Est – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives (DeCoSEAS) – 2021-2024,  A Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change (JPICH) Initiative de Programmation Conjointe pour le patrimoine culturel et le changement global. []
  3. Josephine Simonnot, Jean-Paul Koudougou, « La restitution des œuvres culturelles immatérielles : l’exemple des archives sonores du Burkina Faso conservées au Musée de l’Homme », Patrimoines africains : réussir ensemble notre nouvelle coopération culturelle, Institut de France, sous le haut-patronage du Président de la République, Jul 2019, Paris, France, halshs-02879952 []

Une réflexion sur « Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.