Ecole coranique fin 19e (Archives nationales d'outre-mer, base Ulysse)

Les écoles coraniques d’Algérie dans les fonds des ANOM

Les Archives nationales d’outre-mer conservent et communiquent des archives qui peuvent intéresser les chercheur·e·s de la MMSH, une sélection est présentée dans ce carnet sous la rubrique Anom.

Que sait-on sur les écoles coraniques  en Algérie ? Un mémoire de maîtrise sur celles du département d’Oran (1918-1951) par Nadine Kehr soutenu en 19891, les travaux de Fanny Colonna et d’Oissila Saaïdia sur l’ensemble de l’Algérie, puis des travaux plus récents, ont étudié une partie de la question. Mais comment approfondir ce sujet, ou trouver de nouvelles sources ? C’est pour la période 1886-1958 que je souhaite mettre en valeur ces archives des ANOM (je serai plus brève sur le 19ème siècle : seuls sont à signaler quelques articles de la série F80 et de la série GGA S, notamment sur les médersas créées en 1850). Fanny Colonna décrit la scolarisation et la résistance culturelle profonde qu’elle suscite dans son ouvrage sur les instituteurs algériens2. Le réseau le plus efficace d’écoles libres se situe dans le Constantinois, et le mouvement réformiste fut une machine de guerre contre l’assimilation (avec 70 écoles vers 1935), résume Fanny Colonna. Oissila Saaïdia souligne  l’obsession sécuritaire des autorités. L’Etat colonial craint les éventuelles rébellions et entend tout contrôler, dont les ouvertures et fermetures d’écoles coraniques (ou zaouias, pas toujours distinctes des médersas). Son ouvrage, Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’Etat3 concerne plutôt la surveillance des confréries et ne couvre que la période avant 1914. La distinction entre écoles coraniques et médersas (madrasas) ne m’apparaît pas clairement, toutefois un point est clair : Omar Carlier précisait bien que les Algériens étaient contraints de quitter ces écoles à 14 ans.

Plus récemment, Ouanassa Siari Tengour a rouvert le dossier (Les écoles coraniques (1930-1950) : portée et signification) en 1998, ainsi que Charlotte Courreyre en 2014 (L’école musulmane algérienne de Ibn Bâdîs dans les années 1930, de l’alphabétisation de tous comme enjeu politique), et Shoko  Watanabe en 2021 (Les écoles coraniques entre 1947 et 1954 : une analyse quantitative).

Quels fonds d’archives sont riches sur ces écoles privées ? Les archives des préfectures (Alger, Constantine), sous-préfectures (Blida, Tizi-Ouzou, Tébessa, La Calle…) et communes mixtes (La Sefia, Maillot, le Djurdjura, Chellala, Djebel Nador…). Issues des administrations, ces archives de 1886 à 1958 visent à surveiller et contrôler étroitement ces écoles privées, soumises à une autorisation d’ouverture. Il s’agit donc essentiellement de listes d’écoles, inlassablement demandées par le gouverneur général ou les préfets ; ainsi que de dossiers d’ouverture d’école. Mais on y trouve aussi des dossiers systématiques plus complets, classés par ville (département d’Alger, 91 U 16-17, de 1933 à 1950 ; département de Constantine de 1886 à  1936, 93 1393-1403), avec parfois les statuts de l’école. Et surtout, des dizaines de dossiers de talebs (maîtres des écoles coraniques, pluriel tolba) existent dans les archives des Services des liaisons nord-africaines. Quel que soit leur métier, les dossiers de personnes surveillées sont classées de A à Z dans une série globale. Ces dossiers sont beaucoup plus nombreux dans le département de Constantine, entre 1936 et 1961, car l’inventaire (qui n’est pas encore en ligne) qui précise les métiers des personnalités surveillées permet de les repérer facilement (cotes 93 SLNA),  que dans ceux d’Alger (cotes 91 4I) ou d’Oran (92 5 I). Ces surveillances et contrôles des taleb mériteraient une étude systématique.

Ouverture d'école (ANOM)
Ouverture d’une école coranique (ANOM)

On ne trouvera que peu de chose sur les enseignements donnés : seuls le contrôle de l’existence administrative des écoles, la surveillance du taleb et la crainte de le voir attiser les idées de rébellion émergent, à première vue, de ces dossiers.

Note au sujet d’un école ibadite, 20e siècle (ANOM)

De nouvelles études scientifiques exploitant cette source restent possibles pour renouveler l’approche de ce sujet, comme l’illustrent les articles cités ci-dessus publiés en 1998 et 2021.

Légende et crédits de l’image “à la une” : Ecole coranique, fin 19e siècle, Archives nationales d’outre-mer, base Ulysse.

 

  1. Nadine Kehr, Les écoles coraniques et les médersas du département d’Oran (1918-1951), mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Robert Ilbert,  Aix-Marseille 1, 1989. Cote ANOM : Bib Aom TH419 – Cote MMSH : MT-3074. []
  2. Fanny Colonna, Instituteurs algériens 1883-1939, Alger, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1975 , 1975, 239. Cote ANOM : Bib Aom 40494 – Cote MMSH : JD-2038. Les archives de Fanny Colonna sont accessibles au sein du secteur Archives de la recherche / Phonothèque de la Médiathèque de la MMSH, en cours de traitement. []
  3. Oissila Saaidia, Algérie coloniale : musulmans et chrétiens : le contrôle de l’État, 1830-1914, préface d’Henry Laurens, CNRS éditions, 2015, 408p. Cote ANOM : Bib Aom 49746 – Cote MMSH : DZA 900 SAA. []

Isabelle Chiavassa

Archiviste-paléographe, actuellement conservatrice en chef aux ANOM, plusieurs postes d'archiviste occupés à Paris, Marseille et Aix, 28 articles publiés et 3 autres sous presse.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Chiavassa (17 août 2023). Les écoles coraniques d’Algérie dans les fonds des ANOM. Archives de la recherche & Phonothèque. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/svjp


Une réflexion sur « Les écoles coraniques d’Algérie dans les fonds des ANOM »

  1. Il y a en effet beaucoup à faire sur cette thématique des écoles coraniques, merci Isabelle Chiavassa de la mettre en avant. Le fonds de la sous-préfecture de Blida propose plusieurs dossiers permettant de localiser les écoles dans plusieurs sites de l’arrondissement et d’identifier les pratiques de surveillance de l’administration coloniale qui se renforcent pendant les vingt dernières années de la présence française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.