La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Le témoin, Cécile Laberte, est une descendante de la maison Laberte, fondée à Mirecourt en 1775 ou 1780 selon les sources.

Sept générations dans la lutherie (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Elle évoque, sans suivre de chronologie, le fonctionnement et les évolutions de la fabrique familiale au cours du vingtième siècle.

L’association avec Magnié (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)


 Durant tout l’entretien, elle présente les photographies de l’histoire de la fabrique. Son grand-père, Auguste Laberte, travaillait avec sa femme, qui s’occupait de la comptabilité. Il a transformé l’atelier en usine avant 1900 et a créé un prix pour encourager le beau travail de lutherie.

Prix Laberte (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

 Le père de Cécile Laberte, Marc Laberte, suit un apprentissage de lutherie pendant trois ans chez Poirson (surnommé le « Roi de Rome »), mais ne pratiquera jamais le métier, il reprend l’affaire familiale et s’occupe de la commercialisation.

Apprentissage du père (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Il en est de même pour le fils de Marc Laberte, Philippe, frère de Cécile, qui fera lui-aussi son apprentissage chez Camille Poirson (fils du luthier qui a formé son père), mais n’exercera pas en tant qu’artisan.

Apprentissage du frère (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères. L’atelier de violoncelles (carte postale)

En plein essor de l’atelier au lendemain de la première guerre mondiale, il s’associe à Magnié, chacun assumant un rôle particulier dans l’entreprise.

Certificat de garantie d'un instrument Laberte et Magnié
Certificat de garantie d’un instrument Laberte et Magnié

Le partage des rôles (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt. Séchage du bois (carte postale)

L’usine compte alors une quinzaine d’apprentis et les bâtiments sont composés de hangars de 70 mètres de long pour faire sécher le bois. La maison traite le bois (séchage, scierie), réalise des instruments manufacturés (destinés à l’étude) : violons, violoncelles, contrebasses, mandolines, guitares, les accessoires nécessaires à la pratique et à l’usage des instrument (étuis…). Des représentants travaillent à l’exportation de la production à travers le monde.

Autour de l’activité principale, Marc Laberte possède un atelier artisanal (pour les beaux instruments fabriqués à l’ancienne) et Magnié développe (jusqu’en 1940) la fabrication de phonographes.

L’atelier de lutherie d’art (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 En 1925, la ville de Mirecourt compte, dans le domaine de la lutherie, trois fabriques (la Maison Laberte, la Maison Thibouville Lamy, la Maison Couesnon) et une multitude d’artisans. Les luthiers sont connus pour porter des surnoms, et aussi pour la défense de leurs secrets de fabrication.

La Maison Laberte essuiera deux crises économiques. Durant celle des années 1930, les luthiers de Mirecourt changent de métier, voire de ville. Cela entraîne la fin de la traditionnelle succession familiale dans les ateliers. Cécile Laberte finit par liquider la Maison en 1972.

Les femmes également travaillaient pour la lutherie (à domicile ou à l’usine), elles polissaient, vernissaient et garnissaient les étuis.

Polissage des violons par des ouvrières (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 Garnissage des étuis (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères. Le vernissage (carte postale)

La fin de l’entretien reprend quelques thèmes abordés par Hélène Claudot-Hawad avec les autres témoins de l’enquête (la reprise de la fabrique, l’interruption de la succession, les horaires de travail…). La charte des Luthiers date du 15 mai 1732, elle précise que les luthiers doivent honorer leur patronne, sainte-Cécile, le 22 novembre, cette date marque toujours à Mirecourt la fête de la profession.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Cécile (informatrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).   La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale. Mirecourt, juin 1982. 1 cass. :  1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3491.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


2 réflexions au sujet de « La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale »

  1. Ms Claudot-Hawad – I am writing a short article on the « fancy trade catalog violins of central Europe », and would like to know if it would be permissible to use your image « Laberte-Humbert-Vernissage.jpg » with attribution to you. Please let me know if this is permissible. Thank you, Mark Ralston

    1. No problem, you have my permission to use this image. I would be happy to read your article when it will be published. Best regards. Hélène Claudot-Hawad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *