Tous les articles par Véronique Ginouvès

La loi Hadopi se pointe à l’horizon de l’Assemblée nationale… ou pourquoi j’ai signé la pétition du réseau des pirates

A la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, nombre d’enquêtes de terrain enregistrées proposent du répertoire chanté ou conté en langue française ou occitane. Pour chaque chanson ou chaque conte, nous indiquons systématiquement leur titre uniforme. En effet, l’oralité est mouvante : contes et chansons passent de bouches à oreilles et sont interprétées sous des titres multiples même si ils racontent la même histoire. Ainsi, au fil des dépôts, nous découvrons de multiples versions des oeuvres orales enregistrées sur des aires géographiques parfois très éloignées.

Pour les contes, c’est la classification Aarne et Thompson qui sert de référence internationale. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, accompagnés par Josiane Bru. Ce sont des outils indispensables pour l’indexation des oeuvres orales. Ces catalogues fournissent pour chaque conte une version type et un schéma détaillé du récit, des informations sur les aires culturelles où il a été recueilli, les différentes versions et éventuellement des attestations littéraires anciennes des thèmes ou tous autres éléments utiles à sa com­préhension. Prenons l’exemple du conte du Renard parrain (n°15 dans la classification Aarne-Thompson, dans la série « animaux sauvages »). A travers le portail du patrimoine oral on retrouve sept versions de ce conte dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH et sept autres dans celui du Conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées.

Pour le chant traditionnel francophone et occitan, les deux outils qui dominent sont les catalogues de Patrice Coirault et de Conrad Laforte. Là encore, les chansons sont présentées suivant une classification thématique et accompagnées d’informations sur leur contenu, leur forme, les aires géographiques de leur interprétation et d’une bibliographie. Il est par exemple possible de retrouver, à partir d’un titre, plusieurs versions interprétée. Patrice Coirault, par exemple, classe la chanson « Rossignolet du bois » dans les chansons d’amour poétiques, lyriques (n° 122). La recherche dans le portail du patrimoine oral de ce titre uniforme fournit plusieurs versions en Bretagne, en Provence et dans le Sud-Ouest de la France. Ainsi suivant les interprètes, les amoureux apprennent à s’aimer ou d’autrefois, le galant est accusé de tromperie et la belle imagine une vengeance à sa manière.

Il ne reste rien des noms de ceux qui ont écrit les contes ou les textes et les musiques des chansons traditionnelles. Sans auteur, compositeur ou parolier attitré, les oeuvres orales des enregistrements de terrain engagent uniquement les droits de l’interprète. Les choses se compliquent quand, lors d’une enquête, il prend l’envie soudaine à un témoin de chanter une chanson entendue au hasard de sa vie… car la culture est vivante : elle est faite de rencontres, d’émotions et d’appropriations.

Soyons plus précis et prenons l’exemple de deux collections enregistrées à trente ans de différence en Vésubie (Alpes-Maritimes). La première a été réalisée dans les années 1967 et 1968 par Bernard Lortat-Jacob qui s’intéressait à la façon dont se construit un répertoire chanté dans une commnunauté.  Au milieu des polyphonies piémontaises et nissardes l’ethnomusicologue questionne une petite fille sur les chansons qu’elle aime chanter et elle entonne, entre deux comptines, « Petit papa Noël ». Tino Rossi apprécierait peut-être mais pas la SACEM. La seconde collecte a été enregistrée dans les années 1990. Patrick Vaillant s’intéressait alors au répertoire de Zéphirin Castellon. Ce musicien et compositeur traditionnel a intégré dans son répertoire des chansons qu’il a aimé entendre. Avec ses compagnons il propose une interprétation polyphonique dans la plus pure tradition des Vallées occitanes d’Italie de « Je veux t’aimer » de Frédéric François… Impossible pour la phonothèque de mettre en ligne de tels enregistrements pour des questions de droit d’auteur, nous le savons. Mais avons nous même le droit aujourd’hui de citer dans la base de données les titres des oeuvres d’auteurs ? C’est la question que l’on pourrait se poser en observant l’évolution du site Paroles.net, un site que l’équipe de la phonothèque a souvent utilisé pour repéré des oeuvres musicales de type « variétés ». Depuis quelques temps déjà le site n’affichait plus les paroles des chansons mais signalait à l’internaute dans un encadré que « L’accès aux Paroles de Chansons est provisoirement suspendu pour une question d’autorisations ». Plus récemment encore, un nouvel encadré est venu s’ajouter informant que le site n’affichait plus d’indiquer les noms des interprètes, des paroliers ou des compositeurs « pour les mêmes raisons »

Nous qui documentons les enquêtes de terrain avons nous le droit de signaler les titres de ces chansons, leurs interprètes et leurs auteurs dans nos base de données d’archives sonores ? Devrions-nous sélectionner dans nos fonds uniquement les interprétations d’un monde dévolu où la chanson n’avait pas de propriétaire ? Les anthropologues s’intéressent au contexte de l’interprétation et aux pratiques collectives bien avant le répertoire lui même. Un agriculteur des Cévennes à qui on demandera de chanter ses chansons préférées ne pourra-t-il choisir d’intégrer dans son répertoire « Alexandrie, Alexandra » ? Comment comprendre les pratiques culturelles si on doit passer sous silence les titres des oeuvres interprétées ? Et que faire aussi de la pratique des timbres qui consiste à écrire des paroles sur un air que l’on aime fredonner ? J’ai le souvenir d’une enquête enregistrée dans les Hautes-Alpes auprès d’une bergère qui aimait créer des chansons sur sa communauté en s’inspirant de mélodies de Michel Sardou. Et si à un moment il devenait possible de réclamer des droits rétroactifs à tous ces anonymes ?

La rédaction des lois a parfois des conséquences très concrètes sur le travail des archivistes et risque des blocages à la diffusion des connaissances que nous sommes encore loin d’imaginer. Voilà pourquoi, en tant que diffuseur de contenus culturels, j’ai signé la pétition du réseau des pirates dont je vous restitue ci-dessous la lettre diffusée actuellement sur le réseau.

Vous avez déjà échangé des œuvres? Vous avez déjà téléchargé des films, des tubes, mais aussi des œuvres rares, oubliées ou tombées dans le domaine public? Si tel est le cas, la loi Hadopi va bientôt faire de vous un PIRATE.

Mais si, comme nous, et comme des millions d’autres citoyens en France, vous pensez qu’il est grand temps de reconnaître ces pratiques d’échange comme inscrites dans la révolution numérique, si vous partagez la conviction qu’Internet nous offre de nouveaux espaces de liberté, et qu’il faut les protéger, nous vous invitons à découvrir et signer le Pacte pour les Libertés numériques en cliquant ici : http://reseaudespirates.net/

Pourquoi signer dès aujourd’hui et rejoindre la communauté des pirates? Parce que, dans moins de 4 jours, le débat sur la loi Création & Internet (Hadopi) reprend à l’Assemblée. Le Pacte totalise à ce jour 8000 signatures. Nous pouvons faire mieux, et atteindre 100 000 signataires dans le week-end! Cliquez ici : http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Au delà de l’actualité  de la loi Hadopi, l’ambition du Pacte est de faire des libertés numériques un élément clé de la campagne des élections européennes de juin prochain… et, plus largement, du débat public, comme Nicolas Hulot l’avait fait pour l’écologie. 

Défendons les libertés numériques : prenez le parti des pirates! http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Le réseau des pirates

Et si vous voulez d’autres arguments, allez lire cette très belle explication d’un signataire sur Blogo Numericus : http://blog.homo-numericus.net/article189.html

Crédit photographique : Men of Fort Story operate an azimuth instrument, to measure the angle of splash in sea-target practice, Fort Story, Va., mars 1942, photographie couleur (titre fourni par FSA or OWI agency caption), pas de restriction de diffusion connue. Propriétaire du fonds : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/cph.3j00108 (n°LC-USW36-963)

La maison des sciences de l’homme de Tours observe la ville pour nous

Lundi 16 mars a été inauguré le site de Crévilles.org à la MSH de Tours. Le projet remonte à 2005 quand la toute jeune MSH spécialisée sur les études urbaines, décide de se doter d’un outil pour pallier l’éparpillement des ressources sur le domaine au service des chercheurs, des enseignants chercheurs et des étudiants du campus. Ce centre de ressources électroniques sur les villes s’est développé en s’appuyant largement sur les outils innovants du Web 2.0. Il propose aujourd’hui un véritable instrument de gestion d’information sur la dimension urbaine et permet d’accéder à une prodigieuse masse d’information. De nombreuses fées se sont penchées sur le berceau de Crévilles et plusieurs s’étaient déplacée lors de cette journée de printemps. Il convient de citer l’Université de Tours, le CNRS, EUKN, la région Centre en tant que financeurs mais aussi Bibenligne, le Blog de la ville, le CLEO et les outils de Revues.org, HAL-SHS, Urbamet en tant que partenaires du projet.

Le portail est organisé en sept sections à travers lesquelles vous pouvez vous promener en butinant de lien en lien, à travers une recherche sur le moteur ou en utilisant la syndication. Ainsi la section Actualités renvoie vers des ressources de type événement, publications ou numéro spécial de revue. Les Pages urbaines proposent un annuaire de lien et de ressources du domaine. La rubrique Méthodoc vous donne des conseils de recherche ou des outils et des tutoriels susceptibles de vous aider dans vos recherches. Vous trouverez une multitude de textes librement accessibles dans Lire la ville et des documents audiovisuels dans Urbamedia. Le moteur de Crevilles, présenté comme étant encore expérimental, semble fonctionner déjà plutôt bien. Il repose sur le protocole OAI-PMH et moissonne une dizaine de dépôts. Pour compléter tous ces outils un blog vient apporter un lien direct avec les utilisateurs.

Au-delà du site, Crévilles offre aussi un accompagnement constant de projets de recherche avec la possibilité de mettre en place des plateformes collaboratives ou de numériser et océriser des thèses, en collaboration avec les auteurs, pour les mettre librement en ligne. La phonothèque de la MMSH, entre autre, est partie prenante d’un projet en collaboration avec Crévilles sur le stockage pérenne des archives audiovisuelles de la recherche. Bref, c’est une véritable fourmilière qui nous est proposée et il pourrait être précieux de suivre les usages qui seront fait de cet outil car il pourrait certainement servir de modèle dans d’autres secteurs scientifiques. Longue vie à Crévilles !

Crédit photographique : A wet Angel Place, Sydney, années 1930, par Sam Hoo, collection de la State Library of New South Wales (Australie), pas de restriction de copyright connue. http://www.flickr.com/photos/statelibraryofnsw/3293630577/

Archivage électronique : la norme Z42-013 remise à jour

Le journal officiel du 26 février 2009 vient de publier l’annonce de la parution de la norme NF Z42-013 sous le titre « Archivage électronique. ― Spécifications relatives à la conception et à l’exploitation de systèmes informatiques en vue d’assurer la conservation et l’intégrité des documents stockés dans ces systèmes, homologuée le 20 novembre 2001 (indice de classement : Z42-013) ». Cette norme est importante pour les archivistes qui conservent leurs documents au format numérique puisqu’elle définit les spécifications relatives à la conception et à l’exploitation des systèmes d’archivages électronique dans l’objectif d’assurer la conservation et l’intégrité des documents archivés. D’après les articles qui commentent le texte, sa principale nouveauté serait d’encadrer la preuve pour les documents gravés sur supports ré inscriptibles. En effet, sa première version (2001) ne prenait en compte que les WORM (Write Once Read Many = support de stockage non effaçable)

Malheureusement, il semble que les archivistes de l’audiovisuel aient été oubliés dans sa rédaction car rien n’est dit sur l’ouverture de la norme aux supports prenant en compte du son et de l’image animée, déjà absents dans la version de 2001. Voilà tout de même un début de reconnaissance de la notion d’original numérique qui se pose aujourd’hui de façon cruciale dans les phonothèques de l’oral. En effet, les chercheurs utilisent désormais des magnétophones numériques et déposent leurs entretiens sous la forme de fichiers. Comment l’archiviste peut-il apporter ensuite la preuve que c’est bien l’original nmérique qui est analysé dans sa base de données ? A la lecture de l’entretien avec Bruno Dillet, un des rédacteurs de la norme, on peut comprendre qu’il leur faudra apprendre à « crypto-sceller » les documents déposés. Au moment où les supports physiques de l’imprimé comme du du son disparaissent, ces questions sont devenues capitales.

Crédit photographique : General view of one of the classification yards of the Chicago and Northwestern Railroad, Chicago, Ill. (LOC), Photographe : Delano, Jack (1914- ). Prise de vue : décembre 1942. Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Pas de restriction de publication connue. http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/fsac:@field(NUMBER+@band(fsac+1a34680))

Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les « Archives internationales de musique populaire » (AIMP) destinées à conserver la mémoire des « mélodies originelles de toutes les contrées du monde ». Continuer la lecture de Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

« Le temps des cigales  » : rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2009

Du 23 au 25 mars à Paris, auront lieu les rencontres nationales des bibliothécaires musicaux organisées par l’association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM). Elles se dérouleront à la Bibliothèque nationale de France et à la Cité de la musique qui co-organisent l’évènement avec l’association des bibliothécaires français (ABF).

Cette année, la thématique est celle du partage et de la mutualisation. Le programme file la métaphore des cigales, inspirée par Bernard Maris dans son Antimanuel d’économie publié en 2003 aux éditions Bréal (Vol. 1 « Les Fourmis »vol. 2 « Les cigales »). Pour donner le la, un extrait de l’ouvrage est mis en exergue en présentation du programme :

L’information semble être un ’ bien ’, une dimension de l’humanité, inépuisable, non polluante et susceptible de croître à l’infini. Elle peut être fournie par les uns sans qu’ils s’appauvrissent, chose qui est inadmissible pour l’économie de marché, fondée sur la rareté et l’exclusion. Elle recèle l’abondance et la propriété collective…

Une bien belle idée qui annonce aussi le printemps…

Pendant ces trois jours vous pourrez découvrir (entre autrs choses) le dépôt légal de l’internet musical, l’offre sonore sur Gallica2, une enquête sur les collections de 78 tours en France, le portail de la cité de la musique ou la base de données de l’IRMA (centre d’information et de ressources spécialisé pour les musiques actuelles) et visiter de nombreuses bibliothèques musicales parisiennes.

Crédit photographique : « Egypte », 1860-1920. The New York Public Library. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs.  http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88466 (pas de restriction de publication connue).

Menaces sur la mise en ligne des archives sonores

Les responsables des phonothèques de l’oral suivent de près l’évolution de la législation sur les modifications éventuelles de la durée des droits d’auteurs. En effet, le vote d’un amendement à la directive 2006/116/EC en réunion plénière du parlement européen en mars 2009 pourrait avoir de lourdes conséquences sur les nouveaux projets de mise en ligne des archives sonores.

Lorsqu’au cours d’une enquête de terrain un témoin est enregistré, il est informé de la problématique du chercheur. En général, si il accepte de témoigner, c’est qu’il a aussi conscience de transmettre, à travers cette recherche, son point de vue ou celui de la communauté à laquelle il appartient. Les collections de la phonothèque de la MMSH fourmillent d’exemples significatifs. Le plus récent est celui de l’enquête menée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône où les 170 informateurs ont tous accepté que leur témoignage puisse être diffusé librement en ligne. Autre exemple, les enquêtes d’Hélène Bracco sur les actes de refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie réalisées en 2008, là encore tous les témoins ont souhaité que leur parole puisse être écouté par tous. Mais il s’agit là de corpus créés récemment et réalisés par des chercheurs préoccupés par la restitution des enregistrements. Ils ont fait signer à leurs informateurs des contrats de diffusion et d’utilisation qui permettent aujourd’hui à la phonothèque de la MMSH de les mettre en ligne. Pour les corpus plus anciens que faire ? Ils ont été créés à un moment où la question du droit de la personne enregistrée, et plus particulièrement de l’artiste interprète n’était pas aussi draconienne. Dans les années 1970, ceux qui parcouraient les campagnes françaises à la recherche d’une culture populaire en train de disparaître enregistraient des personnes anonymes, qui souhaitaient transmettre le « bien commun » qu’elles avaient engrangé par la transmission orale : leur savoir-faire, leur répertoire conté ou chanté, leurs récits…

Aujourd’hui, poussée par les lobbys de l’industrie du disque, la législation européenne risque d’interdire ou, en tout cas d’étouffer dans l’oeuf, la diffusion du patrimoine oral auprès du grand public. En effet, après la commission culture en décembre 2008, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté jeudi 12 février 2009 le rapport Crowley qui modifie la législation européenne pour étendre à 95 ans la durée de protection des droits des artistes-interprètes et des producteurs de chansons.  Qui pourra s’opposer au vote de cet amendement à la réunion plénière de mars 2009 ?  Pour le moment, on sait que Monica Frassoni, coordonnatrice des verts à la commission juridique européenne a rejeté ce vote. Elle l’a commenté ainsi : Avec le vote d’aujourd’hui la musique ira désormais uniquement dans les oreilles des grandes maisons de disques et dans celles d’une élite de stars de la musique. Ils tireront les bénéfices des mofications proposées à la législation sur le droit d’auteur tandis que les artistes mons connus et les consommateurs paieront le prix fort. L’ère numérique demande une révision innovante de la législation sur le droit d’auteur. Une nouvelle approche pourrait permettre de trouver une meilleur accord pour les artistes-interprètes mais aussi pour développer autrement la consommation des contenus créatifs de la part du public. (trad. V. Ginouvès). Cette législation obsolète ne se préoccupe en rien des questions de diffusion du patrimoine oral qui participe de plus en plus activement à la construction de ce qui est appelé aujourd’hui sur l’Internet le « bien commun« . Les phonothèques de l’oral mettent en ligne des fichiers son créés à partir de la parole de ceux qui ont souhaité témoigner, volontairement et sans rétribution, de leur histoire, de leur culture, de leur identité et partager ce savoir avec le reste du monde.

Ce texte de loi est d’autant plus aberrant que nombre d’articles et de témoignanges vont à l’encontre de ce type de solution. Un des plus intéressant est sans doute le rapport de Rufus Pollock paru en 2007 sous le titre Forever minus a day ? Some theory and empirics of optimal copyrigth. Il démontre, formules de mathématiques à l’appui, que la durée optimale de protection d’une oeuvre devrait être de 15 ans après sa création car la durée de protection devrait baisser à mesure que le stock d’oeuvres disponibles augmente. Malheureusement, l’auteur est conscient du fait que le niveau de protection n’est en général pas déterminé par un législateur bienveillant et rationnel, mais plutôt par le lobbying*. En mars prochain, face aux lobbysites intéressés par une protection forte (maison de disques, presse écrite, éditeurs, studios de cinémas, dessinateurs, compositeurs, artistes interprètes…) comment les phonothèques de l’oral pourraient-elles exprimer leurs revendications ?

* p.16 du rapport : « The obvious answer to this conundrum is that the level of protection is not usually determined by a benevolent and rational policy-maker but rather by lobbying ».

Crédit photographique : David De Maus (photographe), Ship Garthsnaid, ca 1920s (plaque de verre) – Reference No. 1/2-014494-G / De Maus Collection, Alexander Turnbull Library, National Library of New Zealand – Aucune restriction de copyrigth connue – http://flickr.com/photos/nationallibrarynz_commons/3057385436

Rêvons l’université

A un moment où les réformes du gouvernement proposent une vision utilitariste et réductrice du rôle de l’université et de la recherche dans la société, où le CNRS est en train d’être démantelé, le mouvement Rêvons l’Université propose un marathon des savoirs sur le site Saint-Charles de l’Université de Provence à Marseille. Pendant 48 heures, des séries de conférences, de films et de débats ouverts à tous seront proposés toutes les heures de 8h à 22h. Chercheurs, enseignants-chercheurs ou ingénieurs de la recherche viendront vous parle de thèmes allant de zététique, aux émotions au Moyen-Age en passant par les neurosciences ou l’histoire de l’Afrique. Pendant 48 heures, laissez vous porter par la curiosité, le désir d’apprendre et de transmettre, sans contraintes. Bienvenue à l’utopie pendant trois jours, n’hésitez pas reproduire l’expérience sur vos campus ou dans la ville…

Le programme : http://revons-luniversite.net/programme_preliminaire.pdf

Diaporama « Source orale »

Crédit photographique : marches célestes à Petra, V. Ginouvès, 2008.

De quelle oreille relire ses notes de terrain ?

HAL induit une nouvelle veille d’information en nous permettant de lire des articles que nous n’aurions pas repéré parce trop loin du domaine dans lequel nous avons l’habitude de fureter. En voilà un, par exemple, qui semble n’avoir aucun rapport avec les questions de terrain des ethnologues. Publiée en 2006 et déposée ces jours derniers sur HAL-SHS, l’étude porte sur des étudiants amenés à suivre des conférences en langue étrangère. Nicolas Guichon, de l’Université de Lyon 2, propose une étude sur la compétence complexe que demande la prise de note rapide sous le titre Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral. Il rappelle que prendre des notes en écoutant c’est engager ensemble différents processus cognitifs – écouter, écrire, traiter de l’information – qui font appel à la mémoire de travail. Dans l’article, il renvoie vers les différentes stratégies que les étudiants sont amenés à utiliser révélant ainsi une partie des processus de compréhension de l’oral. De quoi s’interroger sur la façon de relire nos notes prises lors d’un entretien de terrain, un jour où le magnétophone a été oublié ou que nous avions tout simplement décidé – pour tout un tas de bonnes raisons – de ne pas l’utiliser.

L’article « Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral » de Nicolas Guichon est accessible en texte intégral sur HAL-SHS et sur Les Cahiers de l’APLIUT [Association des Professeurs de Langues des. Instituts Universitaires de Technologie], tome 25, n°2, 2006, p. 61-76.

Crédits photographiques : « Untitled » par Thomas Smillie (1843-1917). Premier photographe du Smithsionan il a eut l’idée d’utiliser les images pour cataloguer la collection d’objets du musée. Aujourd’hui ses photographies font elles-mêmes partie des collections du Smithsonian. Ici il s’agit un porte-plume du musée. Droits : no known copyright restrictions, Smithsonian institution archives.

Sauvegarder ses données sur DVD, c’est possible !

Depuis les débuts de la numérisation des archives sonores, les phonothécaires archivent leurs données sur des disques optiques compacts enregistrables (CD-R) mais la capacité de ces disques est limitée à environ 650Mo. Le DVD, malgré une capacité de 4500 Mo, n’était jusqu’ici pas conseillé comme support de stockage. Les arguments majeurs portaient sur la finesse de l’écriture des données sur les DVD enregistrables qui présentaient une plus grande sensibilité que les CD-R aux conditions de gravure et aux dégradations naturelles au cours du temps.

En 2007, la Direction des Archives de France a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais d’évaluer la qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché français et de déterminer si ces supports pouvaient être utilisés pour l’archivage avec une fiabilité comparable à celle des CD-R. Parue en octobre 2008 sous le titre Qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché pour l’archivage des données numériques, cette étude a réalisée par Jean-Michel Lambert et Jacques Perdereau du LNE. Ils ont sélectionné et testé huit références de DVD enregistrables simple couche d’une capacité de 4,7 Go. Outre l’évaluation de la qualité de gravure des différentes références, pour plusieurs graveurs et pour plusieurs vitesses de gravure, l’étude évalue également la vitesse de dégradation lorsque les DVD sont soumis à des conditions climatiques sévères (température de 80°C et hygrométrie de 85%), afin d’anticiper des pertes de données au bout de plusieurs années. Bref, voilà la lecture idéale pour l’archiviste du son qui a toujours trop peu de temps pour réaliser sa veille d’information…

Je vous laisse lire les 112 pages du rapport pour aller directement à la conclusion, page 24 (les pages suivantes sont constituées d’annexes) que je résume rapidement. Tout d’abord, première information intéressante, la  vitesse de gravure recommandée est la vitesse 8. Ensuite, sur les DVD testés, deux d’entre eux sont retenus pour leur qualité, les MPO et les VERBATIM (on retrouve ici les marques préconisées aussi par la BnF). Enfin, information essentielle, la capacité des DVD à supporter des conditions climatiques sévères comparable à celle des CD-R. Même si les DVD conservent une dégradation de qualité par rapport aux CD-R, pratiquement insensibles aux conditions climatiques sévères, après 1500 heures d’exposition les références retenues sont toujours intégralement lisibles.

Ainsi le rapport conclut sur une bonne nouvelle pour les archivistes qui jonglaient jusqu’ici avec leurs disques compacts : si on tient compte de la qualité des références utilisées, l’archivage de données numériques sur DVD±R serait acceptable au même titre que l’archivage sur CD-R.

Crédit photographique : Sqaurecircle15, galerie Flickr de Fontplaydotcom, Licence CC.

Nouvelle version de Gallica : 2009, l’année des archives sonores en ligne !

Comme cadeau de nouvel an, la bibliothèque nationale de France nous ouvre ses collections sonores sur le web. Le 19 janvier 2009, Gallica2 a lancé sa nouvelle version et propose désormais en écoute en ligne 518 documents sonores. Sur 675 024 documents numériques accessibles, on ne peut pas vraiment dire que les documents audiovisuels soient prédominants, mais tout de même… sur Gallica1 parmi sur les 170 000 documents numériques mis en ligne, seuls 79 documents sonores étaient proposés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas encore intégrées dans la nouvelle offre mais on peut imaginer qu’ils le seront dès la mi-février où il est annoncé que Gallica2 se sera entièrement substitué Gallica1.

Actuellement, sur Gallica2 il n’est pas possible de se promener dans les collections pour avoir une idée précise de ce que l’on peut entendre mais on peut espérer qu’un lien se fasse au fil du temps avec les notices « fonds » du répertoire du catalogue collectif de France qui, lui aussi, est en pleine mutation. Des nouvelles fonctionnalités de Gallica2, la plus intéressante est certainement la citabilité des ressources et la possibilité de les copier simplement (par un permalien ou une vignette exportable) mais aussi la syndication de ses recherches ou la création d’un espace personnel. Pour l’utilisation des documents, l’information est indiquée dans les notices complètes des documents (champ « Droits ») et vous pouvez également, lors de la recherche avancée, cliquer sur les cases « Libre » ou « Sous condition » dans la rubrique « Type d’accès ».

Pour découvrir les documents sonores, outre la recherche avancée qui vous permet de les sélectionner (cocher la case « documents sonores »), vous pouvez « déplier » des listes d’auteurs ou de langues (à gauche de l’écran).  L’offre dominante actuelle concerne avant tout la musique, et principalement la musique savante. Pour le moment, il n’y a pas d’enregistrements accessibles en langue régionale de l’hexagone à part le corse (je note dans la liste l’expression « français moyen » que ne suis pas sûre de bien comprendre). Les enquêtes de Roger Devigne , de Ferdinand Brunot ou de Geneviève Massignon ne sont donc pas encore disponibles, mais Gallica nous promet de nouveaux enrichissements très rapidement, aussi ne boudons pas notre plaisir ! Ecoutez en ligne le lamento du bandit Giuan Camellu, le chant persan Tasnif segah accompagné au ney ou des chants malgaches interprétés par un groupe de musiciens de Fenoarivo dans les années 1930 ou encore des pièces de chant choral de la Rennaissance française dirigées par Nadia Boulanger dans les années 1950.

Crédit photographique : Grand cèdre, parc Stanley, Vancouver, C.-B., 1897, William McFarlane Notman, archives photographiques Norman, Muse Mc Cord http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/VIEW-3138