Tous les articles par Véronique Ginouvès

Flickrland

Ce texte a été publié dans le Telemme Infos du mois de mai 2009 dans un format plus court.

Flickr est un site web de partage de photos et de vidéos gratuit qui fait partie de ce qui s’appelle communément aujourd’hui, les outils du web 2.01. Ce site, qui héberge plus de 3 milliards de photos, est utilisé à travers le monde aussi bien par des photographes professionnels que des amateurs de tous genres.

Mais voilà que les institutions se sont emparées de Flickr. En janvier 2008, la bibliothèque du Congrès a lancé un nouveau service sous le titre de Flickr Commons, traduit en français par « Flickr organismes publics ». Elle a été très vite rejointe2 par d’autres organismes, musées, instituts ou bibliothèques du monde entier. De quoi s’agit-il ? Les institutions qui le souhaitent mettent à la disposition des internautes une partie de leurs collections d’images photographiques libres de droits. Toutes les images sont téléchargeables3 en haute définition, ce qui autorise une très large gamme d’usages.

Qu’est-il donc passé par la tête des dirigeants de ces vénérables institutions pour qu’ils mettent ainsi leur précieux patrimoine à disposition de tous à travers, un site dont le service semble de prime abord bien éloigné des systèmes habituels des grandes bibliothèques ?

D’abord ils en avaient assez de détenir depuis si longtemps un patrimoine public inexploité et méconnu. Des millions de plaques de verre, de tirages, de diapositives ou de négatifs sont enfouis dans les archives des bibliothèques et des musées depuis l’invention de Nicephore Niépce. La numérisation des données est certes onéreuse au départ mais ensuite, la diffusion du document numérique est simple, surtout pour la photographie qui bénéficie de normes connues et utilisées par tous4. En recourant à un gestionnaire d’images comme Flickr, ces directeurs de musées et de bibliothèques se donnaient la possibilité de dévoiler enfin leurs images à un public immense5 qui jamais n’aurait mis un pied dans leurs bâtiments.

Mais ils espéraient bien aussi en tirer certains avantages. Car le puissant système de tags6, de géolocalisation et de commentaires, offert par Flickr permet très simplement à l’internaute d’indexer et de commenter les images. Il peut ainsi proposer son interprétation, fournir des informations sur la localisation, la période de prise de vue, l’identité des personnes représentées ou le photographe. Mieux encore, il diffuse autour de lui ces images et le public s’élargit d’autant plus. En exploitant le réseau social de Flickr, ces directeurs de bibliothèques et de musées font donc tout simplement travailler les foules. Sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing7.

Ces images racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, photographies de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, intérieurs d’habitations… Vous pouvez les visualiser sur la « Galerie » de chaque institution ou les rechercher à partir d’un mot. Sur les seize institutions qui ont jusqu’ici rejoint The Commons, cinq sont établies aux États-Unis, une au Québec, trois en Australie et une en Nouvelle-Zélande ; les autres sont en Europe (une au Portugal, trois en Grande-Bretagne, une aux Pays-Bas et une en France). Ainsi, aux côtés du Brooklyn Museum qui propose – par exemple- des daguerréotypes réalisés en Égypte à la fin du 19e siècle et de la Smithsonian Institution qui présente de magnifiques portraits d’indiens, la bibliothèque de Toulouse est devenue le premier organisme public français à participer à ce projet. Elle met à disposition 310 photographies anciennes transférées de plaques de verre, faisant partie du fonds Trutat8, datant des années 1880 à 1920. Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que sur place. Aujourd’hui, vous pouvez admirer des paysages pyrénéens, arpenter les glaciers avec les randonneurs ou observer des scènes de vie quotidienne dans la ville de Luchon au début du 20e siècle.

A des niveaux plus petits, mais tout aussi riches, des laboratoires ou des responsables de projets de recherche ont lancé des albums d’images librement mises à disposition. Un des plus anciens exemples est celui du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine9 un des plus récents est celui que vient d’ouvrir l’Institut français du Proche Orient10. D’un autre genre, l’album « Photos Normandie », invite les internautes à améliorer les légendes des 2 763 photos de la Bataille de Normandie11. Flickr nous offre aujourd’hui assez d’images que nous n’aurons jamais le temps de visualiser en une vie !

***

1 A propos des outils du web 2.0, je vous renvoie vers un article de l’inventeur du terme, Tim O’Reilly, qui date déjà de septembre 2005 : http://www.eutech-ssii.com/ressources/view/1

2 Un rapport sur l’histoire du projet et ses résultats a été publié le 11 décembre 2008 sur le blog de la Library of Congress : http://www.loc.gov/blog/?p=394 Aujourd’hui Flickr Commons compte presque 5000 photos.

3 Pour les droits de ce téléchargement Flickr Commons a inventé un nouveau type de copyright, celui qui n’est pas connu (l’expression consacrée désormais est : No known restrictions on publication). D’autres images sont simplement libres de droits et une partie est placée sous copyright .

4 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, est en train de la remplacer.

5 Le site compte plus de 54 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde dont 880 000 visiteurs uniques en France, selon les chiffres de la société comScore (avril 2008).

6 Le mot-clé est appelé communément « tag » sur les sites dits de réseaux sociaux appartenant au Web2.0.

7 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Marc Robinson. Il s’oppose à l’outsoucing qui renvoie à une externalisation des tâches tandis que le crowdsourcing souligne la contribution ouverte à tous à une oeuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

8 Eugène Trutat, conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et photographe, a sillonné les Pyrénées et photographié sur plaques de verre entre 1870 et 1920 autant les paysages, les villages, que les habitants.

9 Le LHIVIC a plusieurs Flickr dont celui de son directeur, André Gunthert : http://www.flickr.com/photos/gunthert/

11 Pour plus d’informations sur ce projet (http://flickr.com/people/photosnormandie/), lire l’article de Patrick Pécatte, « Une plate-forme sociale pour la redocumentarisation d’un fonds iconographique » (deuxième conférence sur le document numérique et Société les 17 et 18 novembre 2008, CNAM-Paris) http://blog.tuquoque.com/post/2008/09/16/Une-plate-forme-sociale-pour-la-redocumentarisation-d-un-fonds-iconographique

Crédit photographique : la photographie a été prise entre 1907 et 1930 par Edward S. Curtis (1868-1952), technique : photogravure. Titre : In the land of the Sioux – No known restrictions on publication URL : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?id=5207

La source orale en sciences humaines et sociales, et son archivage

Dans le cadre de l’enseignement dispensé en licence 3, L’atelier de l’historien : technique d’archivages et ressources documentaires trois heures ont été dédiées à « La source orale en sciences humaines et sociales et son archivage » le jeudi 18 décembre 2008 ; le diaporama est ici.

Pour infos, des adresses sur les métiers des phonothèques, bibliothèques et musées .

Crédits photographiques : Bibliothèque publique de New-York (Pas de droits connus / No known restrictions on publication), Flint River school, Ga. demonstrate a health moving picture, which they made. May 1939.. Photographe : Wolcott, Marion Post. Mai 1939.

Oralité première, oralité seconde

Après ces journées sur le patrimoine immatériel de Rennes, j’ai trouvé par sérendipité un article Jean Dérive (LLACAN) sur l’oralité qui m’a semblé un bel écho à cette formation qui a réuni plus de 150 personnes. L’article a été publié ces jours-ci sous le titre « Les modes spécifiques de transmission du patrimoine oral : traditions et perspectives » sur HAL-SHS. Il est destiné à un livre d’hommages à Jean-Pierre Perrot qui paraîtra en 2009.

Dans ce texte, Jean Dérive rappelle qu’au Moyen-âge, les artistes – souvent musiciens – réalisaient de véritables performances culturelles devant leur public, en récitant leur texte de mémoire, selon les principes habituels de l’oralité. Si des manuscrits circulaient, ils n’étaient qu’un support graphique pour raviver la mémoire. A partir de cet exemple médiéval, et en s’appuyant sur son terrain en Afrique noire, il démontre ainsi que l’oralité n’est pas une culture par défaut, placée sous le signe du manque : manque d’écriture, manque d’auteur (les oeuvres en sont souvent anonymes), manque du raffinement que seul permettrait le recul de l’écrit. Elle est plutôt un choix culturel impliquant un type de rapport au verbe incarné, consommé à chaud dans le cadre « immédiat » d’une cohésion communautaire qui adhère collectivement.

Se référant à W. J. Ong et à son ouvrage Orality and Literacy. The technologizing of the word (Londres, New-York, Methuen, 1982) il suggère que la concurrence entre « oralité première » (transmise de bouche à oreille) et « oralité seconde » (relayée par des médias) se rapproche de la situation médiévale. L’oralité seconde, est capturée par les enregistrements – hier magnétiques, aujourd’hui numériques -, qui deviennent matériellement consultables et conservés, au même titre qu’un ouvrage dans une bibliothèque. Son texte se clos sur cette idée qui mériterait d’être développée dans un autre article : selon Jean Dérive nous assistons, dans les sociétés de l’oral, à une révolution comparable à cette dont nous parle Mc Luhan. Ainsi, de la même manière que le livre a permis de passer de l’audition collective à la lecture individuelle, la consultation des archives sonores substitue à une écoute, ou à des pratiques, collectives, la solitude de l’auditeur devant son écran et son fichier MP3 ou avec son casque sur les oreilles dans une phonothèque. De quoi trouver matière à réflexion pour nous aider à la mise en place du portail portail du patrimoine oral, ou portail de « l’oralité seconde », encore naissant…

Consulter la notice détaillée de l’article de J. Derive sur HAL-SHSLire l’article en texte intégral

Crédits photographiques : soirée du 12 décembre, 21h, après avoir discuté longuement (entre autres choses) d’oralité seconde, les participants aux journées sur le patrimoine immatériel à Rennes passent à l’oralité première et écoutent les conteurs et les chanteurs qui se succèdent au cours du repas. V. Ginouvès CC

Lancement de la version bêta du Portail du patrimoine oral

Le 12 décembre 2008, lors des Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne, une version bêta du Portail du patrimoine oral a été présentée au public. Ce portail est issu d’un travail collectif impulsé par le pôle associé BnF/FAMDT, qui a bientôt 10 ans désormais. Il rassemble cinq centres d’archives sonores à travers la France :

– Le CERDO – centre d‘études, de recherche et de documentation sur l‘oralité (UPCP – Métive) à Parthenay ;
– Le conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées ;
Dastum en Bretagne ;
– La maison du patrimoine oral à Anost, dans le Morvan ;
– La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence.

Ce portail s’appuie sur le protocle OAI-PMH.  Au-delà des questions techniques, l’objectif est d’offrir une interrogation commune des corpus sonores, des recherches sur différents critères (dont les titres uniformes essentiels dans l’oralité) et surtout d’écouter ces enregistrements, trop longtemps méconnus. Le principe est d’alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles des cinq centres. Ce dépôt est créé à partir d’un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées, y intégrant uniquement les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits. A terme, 70 000 notices pourront être interrogées ! Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core. Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d’origine, permettant la lecture de la notice complète et des son contexte ainsi que l’écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales.

Les archives sonores, elles aussi, doivent enter dans le « bien commun » des ressources proposées sur l’Internet. Non seulement cela est légitime pour tous ceux qui ont choisi de transmettre oralement leur culture, leur savoir-faire, leur répertoire… mais aussi cela est nécessaire si l’on veut pouvoir poser la question de l’évaluation de la pertinence globale des ensembles constitués et accessibles. L’accélération des dépôts et l’expansion formidable de l’utilisation des témoignages oraux doivent aussi être liées à une cartographie documentaire satisfaisante des archives sonores inédite afin de proposer de véritables instruments de repérage, de classement et d’identification de ces documents.

Ce portail est encore à l’état de test, n’hésitez pas à nous signaler tout ce qui vous semblera intéressant pour l’améliorer et le rendre plus efficace à la recherche. Merci de votre participation.

Vous pouvez consulter en ligne le diaporama de l’intervention de Véronique Ginouvès (MMSH), Pierre-Olivier Laulannée (FAMDT), Mickaël O’Sullivan (Maison du patrimoine oral).

Crédits photographiques : Maison du patrimoine oral (Anost) – Orchestre Louis Jouarie, à Arleuf (58).

Diaporama sur le portail du patrimoine oral diffusé lors des journées sur le patrimoine immatériel à Rennes, le 12 décembre 2008.

Nouvelles archives sonores de Corse

Le village de Pigna, en Balagne, n’a ni boulanger ni charcutier mais grouille d’activités culturelles. Vous y trouvez ainsi un luthier, une maison d’accueil pour les musiciens, un magasin de disque, une école de musique, une maison d’édition, un festival, des artisans, un auditorium, des associations, des groupes de musique… C’est la fédération E voce di u comune, créée en 1978,  qui fédère toutes ces activités. Ses fondateurs ont collecté, au fil du temps, des chants profanes et sacrés en Corse mais aussi des concerts, des chjama è rispondi (joute poétique orale improvisée), des récits de vie… Les jours prochains une nouvelle structure va s’ouvrir au village : une phonothèque de l’oral. Ce centre d’archives sonores est l’aboutissement de longues années de recherche, de collectage, d’analyse et de publication menés sur la musique traditionnelle corse depuis la fin des années 1960. Les fonds sonores ont déjà été numérisés et seront prochainement mis en ligne avec le soutien du Ministère de la culture qui a financé une partie du projet dans le cadre du plan national de numérisation 2008.

Pour que Repertorium puisse exister, l’association a recueilli de la part de tous les informateurs et les interprètes les autorisations d’utilisation et de diffusion sur le Web. Mais, sans poste de documentaliste, il lui était difficile de constituer une véritable base de données documentaire. Après réflexion, l’association a décidé de diffuser les fiches descriptives des enquêtes accompagnées des fichiers sonores au format MP3 à partir du CMS Joomla! Ainsi les collecteurs qui ont réalisé ces enregistrements sans toujours les documenter peuvent simplement décrire leur fonds dans l’éditeur de texte auquel s’ajoute une extension de Jomla! qui permet de créer une série de champs. C’est une société d’Ile Rousse qui va réaliser le site. Ce CMS permet des exports en XML et donc en Dublin Core, c’était un critère important car au-delà du choix de l’outil, l’objectif est de travailler à partir des orientations du Guide d’analyse documentaire du son inédit (AFAS, FAMDT, 2001), central pour les phonothèques du pôle associé BnF/FAMDT, et d’intégrer au plus vite le Portail du patrimoine oral.

Voilà le genre de projet qui fait espérer que les archives sonores de la Corse puissent bientôt être documentées et accessibles à tous, en particulier les enquêtes de Félix Quilici (des années 1950 à 1970) qui dorment depuis bien longtemps.


Crédits phonotographiques : Pigna vue depuis ND du Lazio, le 6 décembre 2008, Véronique Ginouvès, CC

Le patrimoine oral en Bourgogne

Dans les années 1970, des associations du Morvan se sont mises en quête de répertoire musical et instrumental, de contes et de récits de tradition orale. Cette action s’est consolidée au fil du temps, professionnalisée, toujours dans le respect du témoin collecté. L’inauguration de la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne, le 20 septembre dernier à Anost, en est l’aboutissement. Elle est le fruit d’une concertation  entre les associations intéressées par le domaine, les collectivités territoriales (Parc, Région, Départements, Communautés de communes) et les services de l’Etat (DRAC, DIREN). L’oralité vient donc ainsi s’inscrire dans le patrimoine bourguignon, comme la 6ème maison à thème d’un  réseau bien ancré dans le territoire, après la maison du seigle (créée en 1989), celle des galvachers (1994), de Vauban (1996), de l’élevage et du charolais (1999) et des hommes et des paysages (2000).

Le pôle « archives sonores et audiovisuelles » de la Maison du Patrimoine Oral que dirige Mickaël O’Sullivan, numérise, documente et valorise des archives sonores sur l’ensemble du territoire bourguignon en collaboration avec les différents centres d’archives départementales, et régionales, le parc naturel du Morvan et l’association Musique Danse Bourgogne. Vous pouvez d’ores et déjà interroger la base de données et découvrir de nombreuses archives sonores et audiovisuelles.

Pour préparer cette maison du patrimoine oral, un colloque avait été organisé en septembre 2006 à Bibracte sur le thème « Le patrimoine immatériel : de la collecte à la restitution ». Il était déjà possible d’écouter les interventions et les débats mais, pour fêter cette nouvelle maison, les actes viennent de paraître. Ce petit ouvrage, joliment illustré, est une passionnante introduction au patrimoine immatériel. N’hésitez pas à vous le procurer, pour la modique somme de 15 euros, à la boutique du parc naturel régional du Morvan.

Et pour oublier l’hiver qui s’installe, faire revenir les beaux jours…, écoutez donc cette imitation de la mésange par Maurice Digoy.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0

Pourquoi déposer sur HAL-SHS ?

L’internaute a accès aujourd’hui à plus de 16 000 documents en texte intégral sur HAL-SHS mais ce chiffre est largement en deçà de la production éditoriale en sciences humaines et sociales.  Alors pourquoi tous les chercheurs n’y déposent-ils pas leurs publications ? Est-ce de la méconnaissance pour cette plateforme ? De la crainte à propos des questions de droit ou de plagiat ? De la méfiance quant à la validation des données engrangées ? Ne serait-ce pas tout simplement de l’absence d’intérêt puisque, au bout du compte; les articles sont déjà publiés dans des revues à caractère scientifique ? Le 20 novembre 2008 à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, une journée sera consacré au dépôt dans HAL-SHS et à ses enjeux. N’hésitez pas à vous y inscrire !*

Si j’essaie de rassembler les arguments en faveur d’un dépôt – du point de vue individuel du chercheur -, il me semble qu’un élément essentiel est sans doute la forte lisibilité dont bénéficient les publications sur les réseaux académiques comme sur les moteurs spécialisés du Web. En effet, dès que le dépôt d’un chercheur est accepté dans HAL, il est aussitôt repris de façon mécanique sur les portails nationaux ou internationaux qui s’inscrivent dans le mouvement du libre accès comme Crevilles, Driver, Base ou OAIster, comme dans ceux dont l’objectif affiché est d’identifier les travaux du monde universitaire, tel Google Scholar.

La rapidité de diffusion est également un élément intéressant. Depuis le moment où le chercheur dépose et celui où l’équipe de modération de HAL accepte le dépôt, il se passe entre une et quarante-huit heures : le temps nécessaire pour que l’équipe du CCSD valide le format du dépôt et vérifie l’exactitude du nom du chercheur et de son laboratoire. Le document en texte intégral est donc tout de suite accessible, avant même parfois sa publication en ligne ou sur papier.

HAL offre ensuite la possibilité de produire des bibliographies automatiques sur une page personnelle pour présenter la liste de ses publications. L’ANR a d’ailleurs interpellé la communauté scientifique dès novembre 2007 pour que les textes produits dans le cadre de son financement soient déposés au fur et à mesure de leur élaboration, c’est-à-dire dès soumission à une revue et, à nouveau, au moment de la publication effective.

L’autre argument qui pourrait, au fil des années, prendre plus d’importance est la fonction de datation des idées, au regard d’autres productions susceptibles de reprendre une ou des parties de ces textes sans les citer. En quelque sorte, HAL deviendrait une sorte de dépôt légal de la publication scientifique. De plus en plus, les universités utilisent des logiciels qui balaient le web à la recherche de parties de phrases susceptibles d’être plagiées. Il faut que ces logiciels puissent puiser dans la littérature scientifique publiée : avoir son article sur HAL apporte une preuve d’antériorité sans équivoque, d’autant plus que depuis peu le CCSD intègre l’identifiant et la référence de publication automatiquement sur les PDF déposés dans l’archive.

Les institutions bénéficient, elles aussi, de services qui ont été mis en place au fil des usages par le CCSD. Par exemple, il est très simple de créer une liste de publications d’un laboratoire, mise à jour automatiquement par HAL-SHS, avec une possibilité de certification par le directeur d’unité grâce à un « tampon » ou collection. Avantage efficace, cette liste peut s’exporter simplement et être intégrée dans le rapport d’activité quadriennal du laboratoire ou sur son site web. Un bel exemple de ce type de possibilité est le tampon réalisé par le SCD de l’Université de Provence qui offre l’accès à l’ensemble des publications déposées sur HAL (ici toutes disciplines confondues) des laboratoires du campus d’Aix-Marseille. Dans le cadre de programmes de recherche, ces tampons peuvent aussi correspondre à des thèmes de recherche et être ainsi utilisés comme outils de veille d’information. Ainsi, avec la collection Archives ouvertes de la Méditerranée l’équipe de Bibenligne réalise une veille régulière sur l’aire méditerranéenne. La collection peut être parcourue par ordre alphabétique de titre, par année de publication, par auteur, par laboratoire ou par type de documents.

Tous ces arguments seront abordés et pourront être discutés lors de la journée du 20 novembre 2008 organisée à la MMSH dans le cadre de la formation continue et à l’initiative du département SHS du CNRS. Daniel Charnay (directeur du CCSD) présentera HAL dans son contexte national et international tandis que Christine Berthaud (Institut des Sciences Humaines de Lyon) focalisera son intervention sur les SHS dans HAL. Deux expériences concrètes viendront illustrer ces interventions : Anne-Christine Girard du SCD nous montrera la collection de l’Université de Provence et Marin Dacos (directeur du CLEO) présentera son expérience de chercheur en insistant sur l’intérêt des archives ouvertes dans ce qu’il convient d’appeler « l’ego référencement ». L’après-midi sera consacré à la pratique et vous pourrez tester les fonctionnalités du dépôt : n’oubliez pas de vous munir du texte d’un de vos articles sous format électronique pour réaliser l’exercice.

* Inscription sur simple courriel auprès de Véronique Ginouvès ginouves[@]mmsh[point]univ[tiret]aix[point]fr

Ce texte est repris d’un article rédigé par Véronique Ginouvès dans le bulletin d’information TELEMME Infos, n°43, octobre 2008.

Crédits photographiques : George Eastman House Collection, Man with book sitting in chair, ca. 1915 (color plate, screen (Autochrome) process), Image: 7 x 6.7 cm Overall: 8.3 x 10.2 cm. Informations sur la collection photographique  : http://www.eastmanhouse.org/inc/collections/photography.php. Pas de restriction de droit connue.

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J’aimerais simplement vous faire partager l’intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les « humanités numériques » avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu’on entend au fond de la bibliothèque ? s’interroge-t-il…  C’est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n’est pas un simple acte technique (tiens, j’ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d’autant mieux que la numérisation est aujourd’hui irrévocable et que  l’infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l’aube de ces temps improbables où le courriel n’existait pas et parcourue d’aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who’s who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d’information, passant d’une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d’autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l’air qu’on respire et son appel à la convergence m’ont rappelé les idées d’Hervé le Crosnier, sans l’évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenusSon appel – en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe « to get over » : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can’t ~ over it (amazed) je n’en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/