Tous les articles par Véronique Ginouvès

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  “En attendant Mnemosyme”, est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise “Théâtre et société”, présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur “La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham” (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition “Walls of Algiers : narratives of the City” du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.

Un stage sur le protocole OAI-PMH

mailgooglecomLes FRéDoc 2009 porteront sur l’amélioration de la circulation, la diffusion et la mutualisation de l’IST par l’utilisation de l’OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting), le protocole pour le moissonnage des données des archives ouvertes. Ce protocole international permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre elles des bases de données hétérogènes. Pour exemple, le Portail du patrimoine oral qu’est en train de mettre en place la phonothèque de la MMSH s’appuie sur ce protocole.

Cette formation aura lieu à Fréjus, du 14 au 16 octobre. Le programme croise des conférences des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. C’est aussi l’occasion de rencontrer des collègues des EPST et d’autres centres documentaires (20 places sont ouvertes aux participants extérieurs). N’hésitez pas à vous inscrire, les places sont limitées !

Fracture téléphonique

Dans un récent billet d’Homo-Numericus, Pierre Mounier se demande si le téléphone ne serait pas l’avenir du numérique et liste un à un, bibliographie à l’appui, les nouveaux usages qui apparaissent sans cesse. Pendant ce temps, France Telecom essaie de se débarrasser des 153 000 cabines téléphoniques qui restent encore debout sur le territoire français. Dans le même temps, la moindre démarche administrative à la mairie de son quartier est coupée de toute communication vers l’extérieur. J’ai dû cette semaine faire un dossier d’accueil pour une collègue colombienne. Après avoir pris les informations sur le site de la mairie de l’arrondissement correspondant à mon lieu d’habitation, je me suis rendue au service des attestations d’accueil. Evidemment, il manquait quelques pièces et voilà qu’on m’explique “Ah non, il ne faut surtout pas regarder sur internet parce que ça change tout le temps les papiers à apporter et Internet c’est jamais à jour. Non, voilà ce qu’il faut faire : vous venez d’abord sur place, retirer la liste des documents parce que je ne la donne pas par téléphone puis vous venez à la mairie entre 8h30 et 11h30 du lundi au vendredi”. Je me suis souvenue soudain du temps des télégrammes…

Crédits photographiques : City, telephone room / Adolph B. Rice Studio. 17 août 1955 (Cote : Rice Collection 716A). Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R / http://www.flickr.com/photos/library_of_virginia/289849049 Pas de restriction de droit connues.

Mise à jour d’un guide des bonnes pratiques de gestion des documents numériques

Le sous-comité des archivistes de la CREPUQ (conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) a mis à jour en février 2009 ses Mesures transitoires et bonnes pratiques de gestion des documents numériques parues en 2007. Rien de révolutionnaire dans ce texte, mais vous y trouverez des rappels clairs et essentiels sur la sauvegarde des fichiers et leur dénomination, l’usage de la messagerie électronique et du courriel, la classification des documents numériques, leur suppression et leur conservation. Avec cette trentaine page, vous détenez un véritable support méthodologique, accessible et efficace. Cette nouvelle façon de diffuser des conseils à une collectivité sous forme de “bonnes pratiques” est précieuse. Voilà un outil intéressant qui peut aboutir non seulement à rassurer et guider les utilisateurs mais aussi à optimiser les procédures au sein d’une institution ou plus largement d’une communauté.

Un guide des bonnes pratiques sur la collecte du patrimoine oral et son indexation serait bienvenu. Certes, il existe déjà un Guide des bonnes pratiques sur les corpus oraux diffusé en 1999. Mais ce dernier est étroitement lié aux enquêtes orales des linguistes. Il laisse de côté des pans entiers de la collecte de terrain, et en particulier le répertoire musical et conté, les récits de vie ou l’histoire orale. Il existe pas mal d’outils dans le monde anglo-saxon, dans un prochain billet j’essaierai de les inventorier.

Crédits photographiques : photographie d’Alfred T. Palmer, Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Octobre 1942. Localisation : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Permalien : http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/PPALL:@field(NUMBER+@1(ppmsca+03058)) – Pas de restriction de diffusion connue.

J’écris ton nom…

Hier, mardi 12 mai 2009, était une mauvaise journée pour la diffusion des contenus culturels en ligne. Pour nous changer les idées, je vous propose de visiter le blog d’un amoureux de la chanson arabe qui met en ligne plus de 675 chansons de 135 artistes différents et nous offre, en langue anglaise, une traduction des paroles. Il donne aussi quelquefois son avis sur les chants et leur interprétation ; plusieurs internautes commentent également les morceaux et indiquent de nouveaux noms d’artistes à écouter. Une belle manière de mieux connaître cette musique. Aujourd’hui, j’ai écouté cette douce chanson de Fairouz (I’m writing you’re name) فيروز – بكتب اسمك

Profitez-en pour écouter son fils, Ziad Rahbani,  par exemple “I’m not a heathen” زياد رحباني – انا مش كافر

I’m not a healthen, but hunger is heathen
I’m not a healthen, but desease is heathen
I’m not a healthen, but poverty is heathen
And shame is heathen.

Des paroles qui me parlent ce matin.

Le domaine public de la musique réduit à peau de chagrin

377 voix pour, 178 contre, 37 abstentions : le parlement européen a voté jeudi 23 avril 2009 l’allongement de d’exploitation exclusive des artistes interprètes et des maisons de disque. Il faudra attendre 70 ans pour qu’une musique tombe dans le domaine public après la date de son enregistrement.  Du travail en perspective dans les phonothèques qui souhaitent présenter leur contenu en ligne : n’oubliez pas de couper tous les passages où les informateurs ont eu l’idée saugrenue de chanter une chanson du moment… Bref, une loi qui ne représente que le sommet de l’iceberg de la diffusion des contenus culturels.

Crédits photographiques : First Australasian Antarctic Expedition, 1911-1914, Mitchell Library, State Library of New South Wales www.sl.nsw.gov.au, permalien : http://acms.sl.nsw.gov.au/album/albumView.aspx?acmsID=17775&itemID=823839 – Pas de restriction de diffusion connue mais de toutes façons, la photographie a été prise dans les années 1910 et l’iceberg est en train de fondre.

Ecrire et faire entendre : et si les sciences humaines se mettaient au goût du son ?

Longtemps les archives sonores sont restées sur des étagères ou dans des boîtes à chaussures, bien rangées à la cave ou au grenier. Au chercheur qui publiait à partir d’entretien de terrain on demandait surtout d’avoir des principes établis de transcription et au moment de la publication de choisir une casse qui permette de rendre lisible les moments où les informateurs prenaient la parole par l’italique ou le paragraphe décalé. La voix n’était que lettres. Avec l’arrivée du numérique et la stabilité du MP3 l’écoute en ligne a été simplifiée. Pourtant, pendant que les podcasts se multipliaient, les publications scientifiques permettant l’écoute de la source sonore restaient rares même si on trouvait quelques exemples. Il me semble que ce sont les journalistes de la presse écrite qui ont le mieux compris comment mettre à profit, dans l’écriture, la chaleur de la parole, les rires, les hésitations, la conviction de la voix. Rue89 illustre depuis ses débuts ses articles de documents vidéos ou sonores. Mais le Monde.fr vient de sortir un nouveau blog de la crise qui apporte bien plus qu’une illustration au récit. Sous le titre C’est magnifique ce que nous donne la mer, il nous offre un texte qui ne peut être lu qu’en s’appuyant sur les enregistrements de témoins. Il manque encore, en science humaines et sociales, l’outil éditorial pour faire cela avec les instruments de l’érudition classique (signalement des informateurs, contexte de la source, citabilité) mais cette utilisation fluide de la source sonore au regard d’un texte est déjà une belle façon de valoriser l’oralité.

Crédit photographique : Spaarnestad Photo, Acteurs en train d’enregistrer une pièce radiophonique [1949], Archives nationales des Pays-bas, pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3281460444/

Une liste de diffusion sur les archives sonores et audiovisuelles

Soudain je me retourne, et je me rends compte que la liste “Archives sonores et audiovisuelles” a été créée en février 2006 mais qu’elle n’a jamais été présentée publiquement. Elle entame pourtant sa quatrième année d’existence… il est grand temps que son adresse soit divulguée.

Cette liste est née des besoins d’échanger sans cesse, et sur des sujets variés, des “phonothécaires”. Ces archivistes du son et de l’audiovisuel doivent en effet, dans leur profession, faire le grand écart entre d’innombrables métiers : juristes, techniciens du son, spécialistes de l’information, informaticiens, médiateurs en ressources culturelles quand ce ne sont pas ceux d’historiens, d’ethnologues, d’ethnomusicologues, de sociologues ou de linguistes.  C’est pourquoi, depuis sa création les interrogations n’ont pas manqué : “Quel magnétophone de terrain doit-je acquérir pour enregistrer mes enquêtes ?”, “Sous quel format dois-je numériser mes vidéos ?”, “Puis-je mettre en ligne directement mes fonds sonores ?”, “Comment conserver mes fichiers numériques ?”, “Où puis-je trouver un magnétophone à bandes ?”, “Quelles sont les métadonnées nécessaires au signalement d’une archive sonore ?”, “Puis-je utiliser des entretiens dans une exposition ?”… Très vite, par le bouche à oreille, la liste s’est ouverte à la communauté, finalement très large, de ceux qui s’intéressent au son et à l’image animée. Au-delà des échanges techniques, de nombreuses discussions se sont développées autour de sujets comme la diffusion des contenus culturels sur le web, les questions de titres uniformes en littérature orale, la constitution de collections sonores éditées et inédites. La liste diffuse aussi régulièrement des informations sur les formations dans le domaine, des journées d’étude, des colloques, des publications et de la veille technologique.

Aujourd’hui 120 personnes sont abonnées à cette liste qui échange entre 3 et 20 messages par mois. Une activité pondérée mais dense. Certes, comme c’est le plus souvent le cas avec ce type d’outil, seulement 20% des inscrits ont écrit sur la liste plus d’une fois.  Toutefois, je sais par ailleurs, qu’elle a aussi permis des rencontres et des découvertes. Une liste de diffusion est avant tout ce que les abonnés en font. Aussi, si vous souhaitez vous y inscrire, n’hésitez pas à y participer et à partager votre savoir-faire et vos connaissances.

Pour vous y inscrire, envoyez un message avec pour objet “Abonnement” à : archives-son-audiovisuel<@>listes.revues.org

Crédits photographiques : Lettre pour Santa Claus [entre 1910 and 1915], plaque de verre 5 x 7, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restriction de diffusion connue. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.09341 (Cote : LC-B2- 2215-3).