Archives de catégorie : Formation/emploi

Visitez la médiathèque de la MMSH le 29 novembre 2016 !

Le 20 novembre prochain, l’association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS) vous propose de visiter la médiathèque et la bibliothèque d’Antiquité de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

La visite est ouverte à tou.te.s, sur inscription. Le programme accessible en ligne sur le site de l’ADBS.

La matinée sera l’occasion pour toute l’équipe de la Médiathèque de présenter l’ensemble de ses services et de ses activités (10h-12h). L’après-midi sera organisée en deux groupes offrant soit une visite de la bibliothèque d’Antiquités par Fabienne Heullant, sa directrice, soit un atelier pour discuter sur l’enrichissement des archives de la recherche par des actions collaboratives avec Ariane Néroulidis, ingénieure d’étude à la phonothèque de la MMSH, spécialiste des
actions de crowdsourcing.

Véronique Ginouvès Visitez la médiathèque de la MMSH le 29 novembre 2016 ! Les carnets de la phonothèque 22 octobre 2016 https://phonotheque.hypotheses.org/20360

 

Crédits photographiques :  Librarian at the Card Files at Senior High School in New Ulm Minnesota, octobre 1974, archives nationales des États-Unis. Pas de restrictions de droits connues.

Une découverte entre les archives

Du 18 avril au 17  juin j’ai fait mon stage à la phonothèque de la MMSH. Je ne savais pas trop ce qui m’attendait : je suis étudiante en master de tourisme, langues et patrimoine – aire arabe-musulmane à Aix-Marseille Université, les archives étaient un univers qui m’était inconnu.  Je me suis dis que c’était l’occasion d’explorer un patrimoine sur l’aire de la méditerranée, ce qui m’intéresse et je n’ai pas été déçue ! Après mes études, je voudrais devenir une reporter de voyage ma responsable de stage m’a confié la réalisation d’un « Foto giornale » de mon stage…. l’occasion aussi de dresser un portrait de l’équipe de la phonothèque à la période d’avril, mai et juin 2016.

J’espère que ce diaporama vous donnera une bonne idée de ce qui se fait à la phonothèque et de la force du travail d’équipe, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Donatella Mistretta

Crédits photographiques : image à la une photographie (sélection) de Serge Mercier « Chaîne de numérisation à la phonothèque de la MMSH, 2011 » CC-BY-NC-SA, photographie du diaporama de Donatella Mistretta, CC-BY-NC.

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Du 21 au 23 juin 2016, le programme PIMI (Patrimoines-Images-Médias-Identités) organise ses prochaines rencontres à Lyon et à Grenoble.

PROGRAMME

Mardi 21 juin 2016

Ouverture, 10h : Bernard Hours Directeur du LARHRA et Agnès Magnien Directrice des collections de l’INA avec Géraldine Poels  (Responsable de la valorisation scientifique à l’INA) Continuer la lecture de Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Europeana Sounds : third data providers workshop (english version)

At the dawn of the third year of Europeana Sounds program, all the partners were invited to the final workshop held in Dublin on 28 and 29 April 2016.

This annual event is always eagerly awaited by the European partners because it’s a real opportunity for all participants to be trained to work together efficiently using tools developed by the program. For this latter practical workshop, we were welcomed into the Clasac resource Center led by the Irish organization Comhaltas Ceoltóirí Éireann1.

During these days, three main areas were discussed:
– The aggregation of MINT2 data and the display on the Europeana portal (WP1 and WP5)
– Data enrichment and participation (WP2)
– Point on licensing (WP3)

The meeting was an opportunity to take stock of the project’s second year. The overall goal published on Europeana platform of 250,000 records has been achieved, and by January 2017, this figure is expected to double with a total of 500 000 records. Statistical tools in place are very encouraging since in Europeana statistics dashboard space, attendance in 2016 is constantly increasing.
For the MMSH record library, there are are more than 1,500 views over 3,500 online references.

1. Data aggregation on MINT and the display on Europeana portal
Since the previous workshop in July 2015, much progress has been made.If the procedure on the mapping tool MINT is still the same3, the beta version of Europeana platform is moving toward a more ergonomic display with a data tree . Thus, from a qualitative point of view, sound archives data modeling has been used as a model at the presentation by Tom Miles, WP1 leader.

SAM_2304

Presentation of the Violin Mirecourt collection displayed on a data tree on Europeana platform. during the workshp For this collection, sounds and photographs, are on line.

Finally , work on the metadata quality led by the Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) was reported by a member of the group, Anila Angjeli, from the BnF.

2. Data enrichment and participation (WP2)
The second day of the workshop was mainly devoted to the enrichment of music collections by users. With the development of the WITH platform4, users can now annotate these sounds on Europeana via the dedicated space : Space Sounds. This space allows the creation of virtual exhibitions and collections that can be annotated with the Pundit semantic annotation tool. This collaborative tool is linked to the common repository for MIMO5 musical instruments and generates keywords (or tags) as RDF triples, which enable Semantic Web6 integration. In the near future, the Pundit annotation widget could be integrated directly on the institutions of the database. Collaborative modules on Europeana will soon be extended beyond the musical instruments, to annotate descriptive genres (directly from collections) and locations (via the new features Historypin: location suggestions and Historypin API).

Finally, before summer 2016, a crowdsourcing campaign will be launched to encourage fortification around those collections with specific events (edit -a-thon, hackathon, exhibitions…). Depending on the level of involvement of institutions in this campaign, different levels will be awarded: Bronze = selection of collections suitable for enrichment ; Silver = pre-processing of these collections ; Gold = implementation of the annotation widget on institutional database.

3. Point on licensing (WP3)
The issue of licenses was discussed with a novelty website, offering 11 standard declarations of rights for online cultural heritage. These proposals are organised as a complement to the Creative Commons licenses, and are organised into 3 categories: Copyright In, No Copyright, Other (for objects whose status is unknown). There is also a withdrawn license: Rights Reserved & Paid Access. This removal demonstrates the willingness of Europeana to propose only open access materials. These new titles will be updated in the Terms and Conditions of Europeana.

Finally, we note the integration of new European partners in the Europeana project sounds : The Fryderyk Chopin Institute (Poland),  Dublin Institute of Technology (Ireland), CRESSON – National School of Architecture of Grenoble (France). The participation of ENSAG involves the Centre for Research on Sonic Space & Urban Environment (CRESSON) as a unit of the CNRS UMR 1563 through the  » architectural and urban atmospheres ».In this context, the sound archives of the MMSH contributes to the launch of aggregation of the ENSAG data during the month of May 2016.

Read more about this new europeana sounds associate partner : http://www.europeanasounds.eu/news/meet-with-the-research-centre-on-sonic-space-and-urban-environment

PROGRAMME

of the  Europeana Sounds third data providers workshop

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

As a crowning final, here is a traditional Irish air : Apples in Winter / Paddy Clancy ‘s Jigs . 1975 Tower Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC -SA.(Traditional Irish music concert at the Comhaltas organization).

A French version of this post is available on this blog : https://phonotheque.hypotheses.org/18701

The text of this post was written in french by Ariane Neroulidis reviewed by Véronique Ginouvès and translated by Hanaé Allali.

  1. This organization aims to promote traditional music and Irish culture worldwide. []
  2. Metadata INTeroperability services, MINT services compose a web based platform that was designed and developed to facilitate aggregation initiatives for cultural heritage content and metadata in Europe. It is employed from the first steps of such workflows, corresponding to the ingestion, mapping and aggregation of metadata records, and proceeds to implement a variety of remediation approaches for the resulting repository. The platform offers a user and organization management system that allows the deployment and operation of different aggregation schemes (thematic or cross-domain, international, national or regional) and corresponding access rights. Registered organizations can upload (http, ftp, oai-pmh) their metadata records in xml or csv serialization in order to manage, aggregate and publish their collections. Read more: http://mint.image.ece.ntua.gr. []
  3. To give some examples of data modeling rules, with the record library of the MMSH we establish a link between the mapping collection and the CHO records – Cultural Heritage Object – using the field dcterms:isPartOf. To return to the original instructions is edm:isShownAt, while edm:isShownBy allows us to link to the stream. []
  4. This platform developed by NUTA works by exposing the API portals and data warehouses. []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principle of Web data or Linked data which aims to publish structured data on the Web in order to connect them. []

Atelier interprofessionnel du Réseau documentaire des archives sonores

Ce vendredi 20 mai, le réseau documentaire des archives sonores en Rhône-Alpes organise sa première rencontre, sous la forme d’un atelier interprofessionnel qui aura lieu au Musée Dauphinois, à Grenoble. Ce réseau régional créé en 2015 est composé d’une douzaine de structures associatives et institutionnelles détentrices de fonds sonores de la région :

L’objectif de ce réseau, coordonné par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), est de mutualiser leurs archives sonores sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, une banque de données qui rassemble déjà les archives de 6 régions (Normandie, Bourgogne, Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes).

L’atelier est avant tout conçu comme un lieu d’échange, laissant une large place à la réflexion collective et aux récits d’expérience des participants. Il sera ponctué par l’intervention de professionnels invités à présenter des études ou des projets illustrant singulièrement la thématique de cette journée :

  • Claire Scopsi, maître de conférence en Sciences de l’Information et de la communication, responsable de la licence professionnelle documentaliste audiovisuel au CNAM Paris et Chercheuse au laboratoire Dicen-IDF ;
  • Rémy Besson (en visioconférence), docteur en histoire culturelle, post-doctorant à l’université de Montréal, auteur de nombreux travaux sur l’intermédialité et les enjeux scientifiques de l’archivage numérique. Il nous présentera le projet « Archiver à l’époque du numérique », qu’il a coordonné en 2013 ;
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche, responsable du laboratoire audiovisuel du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), chef de projet de la plateforme Telemeta, responsable scientifique et technique pour le CNRS du projet Europeana Sounds, coordinatrice de l’ANR Diadems (Description, indexation, accès aux documents ethnomusicologiques et sonores) ;
  • Ariane Néroulidis, représentera la phonothèque de la MMSH et le CRESSON, pour présenter le modèle de données de la plateforme Europeana, l’EDM (Europeana Data Model) et l’import des métadonnées dans l’outil de mapping MINT (Metadata Interoperability Services) dans le cadre du programme Europeana Sounds.

Crédits photographiques : (A la Une) Internet Archive Book Images, Image from page 76 of « Kramer’s book of trade secrets for the manufacturer and jobber; ca 1905, Aucune restriction de droit d’auteur connues.

De la Guyane au Surinam…

Amélie, Anne, Guillaume, Olivier et Violaine, nous sommes cinq étudiants en Master 2 « Sociétés et interculturalité », tous issus d’horizons professionnels différents. Pour conclure une semaine d’enseignement sur la collecte des entretiens de terrain et leur valorisation, nous avons choisi d’écrire un billet sur le sujet « La place du Surinam dans l’identité guyanaise » en faisant un point sur les sources documentaires et en nous appuyant sur des enregistrements que nous avons réalisés. En effet, alors que nos deux groupes étaient partis sur le campus de l’Université de Guyane, à la recherche de potentiels témoins pour mener à bien une enquête sur l’identité culturelle guyanaise, au bout du compte c’est l’importance de la place de traits culturels surinamiens dans leur vie de tous les jours en Guyane que ceux-ci ont soulignée.

Après avoir convaincu nos informateurs de participer à notre projet, nous nous sommes rendus très vite compte de la difficulté d’obtenir des informations exploitables : réponses trop vastes, sans doute à cause de questions trop générales et trop abstraites malgré notre grille d’enquête ; son peu audible pour ne pas avoir assez pris en compte les bruits extérieurs (vents, circulation automobile sur le campus). A notre retour dans la salle de cours, après une écoute collective des entretiens nous avons pris conscience des points forts de notre enquête (mise en confiance des témoins qui se sont présentés disponibles et ouverts) et de nos points faibles (faire la chasse aux questions fermées ou induites, ne pas avoir peur du silence sont plus faciles à dire qu’à faire…). Nous avons dégagé une thématique commune aux deux entretiens pourtant enregistrés de façon complètement indépendante : la place du Surinam dans l’identité guyanaise. Le premier étudiant, en licence d’ingénierie, enregistré par Anne, Olivier et Violaine, était d’origine surinamaise. Le second un étudiant guyanais en AES, enregistré, par Amélie, David et Guillaume, insistait sur la place de la musique surinamaise dans la partie ouest de la Guyane. Ainsi, d’abord lancés sur l’identité guyanaise, nous avons voulu mettre en avant l’omniprésence de la culture surinamaise en Guyane.

Premier extrait : Deuxième extrait :

Troisième extrait :

En recherchant des références sur le Surinam nous avons trouvé deux  ouvrages du XIXème siècle qui soulignent l’histoire qui lie la Guyane et le Surinam et que nous avons voulu partager.

By Pierre Jacques Benoit Published 1839, non paginé

La première référence est le récit de voyage d’un français au Surinam. On y trouve une centaine de gravures qui nous plongent dans le Surinam du début du 19ème siècle. Il s’agit de l’ouvrage de Jacques Benoit Voyage au Surinam, publié en 19391 dont nous avons extrait l’illustration ci-dessus.

La deuxième référence est une publication de la société d’études pour la colonisation de la Guyane française (n°4) : Extraits des auteurs et voyageurs qui ont écrit sur la Guyane. Même si le titre de cette référence n’évoque pas le Surinam, grâce à la fonction « search inside » du site Archives.org, où a été écrit « Surinam », toutes les pages contenant ce mot ont été identifiées par des icônes en bas de document. En cliquant sur chacune d’entre elle on accède immédiatement au contenu identifié.

En conclusion la semaine a été enrichissante et formatrice. Lors des entretiens, nous avons pu mettre l’accent sur les écueils à éviter avec nos témoins.  Avant l’interview nous avons pu aborder l’importance de la préparation d’un questionnaire d’une grille d’enquête, notamment avec la méthode de la carte heuristique. Le carnet de terrain nous a semblé être un outil indispensable permettant le relevé d’éléments qui peuvent sembler anodins sur le moment mais importants pour la suite de la recherche. La signature de contrats afin d’obtenir les accords pour l’utilisation et l’exploitation des données demeure une étape capitale pour la valorisation des données.

Par ailleurs, au cours de la semaine, nous avons découvert et travaillé avec plusieurs logiciels libres qui nous ont paru très efficaces :

– L’éditeur de texte collaboratif framapad nous a permis de communiquer ensemble et de partager des informations et framindmap de réaliser notre carte mentale pour la grille d’enquête.

Zotero  nous a permis d’éditer nos bibliographies

– Avec le logiciel Audacity nous avons créé nos extraits sonores

– Sur WordPress, utilisé par la plateforme Hypotheses.org, nous avons publié notre billet.

En définitive, en plus d’acquérir des compétences techniques et méthodologiques, nous avons pris plaisir à travailler ensemble, en mutualisant nos recherches et nos connaissances.

buvezdusurinam

Crédits photographiques : image à la une d’une pirogue sur le Maroni, entre Guyane et Surinam, photographiée par Polo973, 2004, CC-BY-SA ; Gravure extraite de l’ouvrage de Pierre Jacques Benoit publié en 1839, non paginé, représentant une pratique magico-religieuse au Surinam, domaine pubic ; « Buvez du Surinam », estampe par Donjean, Gustave (1800-1899), sur Gallica, domaine public.

  1. Pierre Jacques Benoit (1782-1854). Voyage à Surinam : description des possessions néerlandaises dans la Guyane, Cent dessins pris sur nature par l’auteur, Société des Beaux-Art, Bruxelles, 1839. []

Propositions de stage à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence ( AMU/CNRS, USR 3125) collecte, numérise, catalogue et valorise des archives de terrain de chercheurs en sciences humaines et sociales.  Au cours de l’année universitaire 2015-2016 , la phonothèque est susceptible d’accueillir plusieurs stages dans les domaines des archives, de l’administration de la recherche et de l’informatique documentaire. Trois grandes orientations sont possibles pour ces stages en fonction des formations  : métiers de l’information, informatique ou administration de la recherche. Pour postuler, il convient d’envoyer une lettre de motivation orientée sur un projet, accompagnée d’un CV à veronique.ginouves<at>univ-amu.fr

Traitement et valorisation d’un fonds d’archives sonores : au cours du stage le ou la stagiaire numérisera, cataloguera et valorisera une collection sonore. En 2015-2016 trois collections sont susceptibles d’être traitées dans le domaine de l’ethomusicologie, l’architecture et l’histoire orale.

Évaluation de la prise en compte des questions juridiques et éthiques dans une phonothèque de recherche : état des lieux et analyse qualité des processus engagés.

Exposition d’un thesaurus en ethnologie de la France au format SKOS et analyse qualité : la phonothèque de la MMSH utilise pour l’analyse de ses archives un thesaurus dans le domaine de l’ethnologie. Le stage sera l’occasion de réaliser une analyse qualité de ce thesaurus (tout ou partie) et d’évaluer les outils d’exposition de ce thesaurus au format SKOS.

Informations pratiques :

– Le stage se déroule à la phonothèque de la MMSH (pas de télétravail).

– L’étudiant-e stagiaire sera indemnisé-e sur une durée de 3 à 4 mois conformément à la réglementation en vigueur.

– Les demandes de renseignement et les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser par courriel à Véronique Ginouvès (veronique.ginouves<at>univ-amu.fr).

– Technologies mises en œuvre : Alexandrie 7 pour la base de données documentaire, Wavelab pour la numérisation des archives sonores, catalogage en EAD sur XMETAL sur la plateforme CALAMES, exposition des métadonnées en EDM et DC.

 

Crédits photographiques : Vue sur l’océan depuis la passerelle du Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre, novembre 2015, photographie de V. Ginouvès, CC-BY.

Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

Le centre Rèpriz – Centre des Musiques et Danses Traditionnelles et Populaires – CMDT1 a impulsé l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, obtenue en novembre 2014.  Il a profité de cet anniversaire pour organiser une quinzaine axée sur la formation, la transmission et le savoir en organisant des animations, des stages et des conférences dans le sens de ses missions de collecte et valorisation  du patrimoine musical de la Guadeloupe.

Ce soir, jeudi 26 novembre, à 19h00 au Mémorial ACTe, vous pourrez assister à la projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ». Réalisé par Philippe Mugerin et produit par le centre Rèpriz, le film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée qui s’est déroulée le 26 novembre 2014 à l’UNESCO. Continuer la lecture de Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

  1. Le centre est adhérent au réseau de la FAMDT. []

FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire

Les FRéDoc – Formation des Réseaux de la Documentation – se sont déroulées dans le magnifique Domaine Saint Joseph à Sainte-Foy-Lès-Lyon du 29 septembre au 2 octobre 2015. Le thème de la 9ème édition de ces rencontres était : “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions de l’IST”. L’équipe de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) et Françoise Acquier resposnable du centre de documentation du CRESSON – Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement Urbain- de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture à Grenoble ont été sollicitées pour y animer une conférence et un atelier.

L’objectif de ces interventions était de présenter les évolutions du métier de phonothécaire à travers l’émergence de nouvelles pratiques à l’œuvre dans le traitement des archives sonores à la Phonothèque de MMSH, résolument tournée vers l’interopérabilité et au CRESSON, centré sur la spatialisation des sons.

L’ intervention orale en plénière a tout d’abord posé les enjeux de la valorisation des archives sonores de terrain : les relations avec les chercheurs, les questions d’éthiques et de droit, les bonnes pratiques à transposer dans chacun des cadres, la valorisation des fonds au sein de plateformes nationales et européennes, la nécessaire formation aux différents outils documentaires.

L’ atelier, intitulé : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores », a apporté un éclairage pratique à la conférence.

L’objectif de cette séance de travail collective, d’une durée de 1h30, était de produire une carte mentale à partir du cycle du traitement des archives sonores du dépôt à la valorisation et ainsi partager nos pratiques documentaires quotidiennes.

L’atelier a réuni 13 participants motivés, mis en situation d’écoute avec la diffusion de deux enregistrements issus du fonds des archives sonores de la MMSH. Ces deux extraits ont été écoutés à partir de la plateforme Internet archive, dont les services ont été présentés en début de séance.

Le premier extrait choisi, était un entretien tiré du corpus « Les savoirs de la nature dans la vallée de la Roya » durant lequel l’informatrice, native de Breil-sur-Roya, donne la recette de la tourte à la bourrache, enregistrée en 1982. Cet entretien a donné lieu à une valorisation sur les Carnets de la Phonothèque qui met en avant une recette chaque dernier lundi du mois.


Le deuxième extrait choisi était tiré du corpus “Voix publiques et environnements sonores dans un quartier populaire de Naples”, qui donne à entendre un “paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouent dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural”. Cet extrait se rapproche davantage des ambiances urbaines archivées au Cresson. L’entretien est intitulé « Série d’appels aux poissons d’un marchand en dialecte de Puozzoli à Naples ».

Après une session d’écoute, les participants ont fait part de leurs premières réactions face à ce type d’archives, peu familier aux participants. Plusieurs questions ont d’ailleurs porté sur la réception de ces archives (« A qui s’adresse ce type d’enregistrement ? » ou encore « Qui est le client ? ») .

Nous avons rappelé, au-delà du caractère patrimonial de ces archives, leur importance en tant que source de la démonstration scientifique et le rôle de la phonothèque en tant que lieu de dépôt pour les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain. Nous avons également expliqué l’intérêt de la mise à disposition de telles sources pour d’éventuelles réutilisations dans le cadre de nouvelles recherches. Enfin, nous avons signalé combien le grand public peut être intéressé par ce type de document, qu’il s’agisse d’artistes qui peuvent les utiliser pour des créations, des conservateurs de musées pour des expositions, de simples auditeurs qui vont s’intéresser au thème, au lieu, à la période ou à la communauté dont il est question.

La question « Qu’est-ce qu’on archive ? Y a-t-il des critères de sélection ? » a été posée. Comme dans toute archive, les phonothèques peuvent opérer des sélections dans les collections qui sont déposées. En particulier, les sources sonores déposées doivent être documentées et en lien avec un programme de recherche. Toutefois, lorsqu’un chercheur dépose son fonds, la totalité des sources sont conservées dans leur intégrité car elles constituent une preuve dans le processus de recherche et donc des éléments clés dans le processus l’évaluation par leurs pairs.

Les participants se sont également interrogés sur notre démarche en tant que phonothécaire : « Allons-nous à la rencontre du chercheur ? » Nous avons expliqué que si le chercheur est soucieux de conserver la source qui est à l’origine de sa recherche, il est néanmoins nécessaire de le sensibiliser aux démarches de traitement / valorisation pour en assurer l’accessibilité. Le dispositif mis en place par la phonothèque, qui prend en considération les questions juridiques et éthiques, correspond à son attente. Par exemple au CRESSON, l’outil Cartophonies qui géolocalise les enregistrements sonores, est apprécié des commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des enregistrements sonores comme livrable de la recherche financée. Ainsi les chercheurs sont amenés à prendre en compte la durée de traitement de leurs archives dès le début de leur contrat de recherche.

Les participants se sont montrés très curieux des motivations pour le dépôt : « Quel intérêt pour le chercheur ? A qui cela sert-il ensuite ? » Aux chercheurs d’une même discipline ? Il s’avère que les données de la recherche ne sont pas cloisonnées par discipline et peuvent être réutilisées dans d’autres champs d’études. La réutilisation de ces archives est ouverte. Une réflexion collective est menée depuis plusieurs années à l’initiative de la phonothèque de la MMSH sur les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation des données en sciences humaines et sociales. Ce travail est publié régulièrement sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org.

Nous avons également eu une question sur les éléments de contexte: « Le chercheur doit-il fournir des informations en complément pour permettre une meilleure intelligibilité des archives ? » En réalité l’apport de ces éléments est assez inégal suivant les cas, d’où l’importance du dialogue avec le chercheur qui est primordial pour la contextualisation de l’archive. Au CRESSON, il est cependant difficile de remobiliser les chercheurs sur des archives sonores anciennes lorsqu’elles sont peu documentées.

Suite à cette première vague de questions, les participants ont été scindés en 3 petits groupes, afin de favoriser les échanges et de produire une carte mentale.

La restitution collective a permis de dégager les éléments récurrents dans l’analyse des différents groupes. La production sous forme graphique a permis d’identifier plusieurs axes d’analyse.

Carte mentale

Tout d’abord, les participants ont séparé les éléments de contexte, (type de projet, équipe de chercheurs, déposant…) des métadonnées descriptives propres à l’enregistrement (titre, auteurs, date, durée, langue…). Une question était de savoir si ces métadonnées sont prédéfinies par le chercheur ou bien élaborées par l’archiviste ? Pour le titre de l’enregistrement par exemple, au CRESSON il est défini par le chercheur, tandis que pour la MMSH il est élaboré au moment du traitement documentaire.

A propos du catalogage des archives se pose la question des normes et standards. Comme tout type de données, les données sonores respectent des standards internationaux. Le Guide des bonnes pratiques pour le traitement documentaire des archives sonores inédites spécifie comment on peut transposer les standards existants au son. Ce document de référence est le fruit de la collaboration entre plusieurs centres d’archives. A la phonothèque de la MMSH, les métadonnées peuvent être exposées en DC (Dublin Core), EDM (Europeana Data Model) et EAD (Encoded Archival Description).

A ensuite été abordée la question des formats et leur lisibilité. Le format de diffusion utilisé comme le format .mp3 a été distingué du format d’archivage utilisé comme le format .wav, avec la question de l’archivage pérenne encadré par le CINES.

Le contenant (ici le support) a également été distingué du contenu (de l’enregistrement), sachant que désormais on traite des enregistrements nativement numériques. Le stockage des données se fait désormais sur des serveurs stockés de manière interne et externe, grâce aux services proposés par Huma-Num.

Enfin, les participants se sont interrogés sur les questions juridiques et éthiques avec la question des données sensibles et du droit d’auteur. Il a également été question des contrats, qui sont de deux types : contrat enquêteur/informateur et contrat enquêteur/phonothèque. Nous avons ici précisé que la base de données de la phonothèque était déclarée à la CNIL.

Le sujet des archives sonores a fait des émules parmi nos participants. Certains détiennent dans leur laboratoire des fonds d’enregistrements sonores de chercheur et souhaiteraient les exploiter en passant par une reconnaissance documentaire qui suivraient les bonnes pratiques de traitement. Nous pourrions bientôt écouter de nouveaux témoignages de résistants ou encore des entretiens de sociologues spécialisés dans le monde contemporain et ce, grâce à cet atelier de sensibilisation.

En guise de synthèse, voici une carte mentale récapitulant les différentes étapes du traitement des archives sonores au CRESSON:

 Traitement_archives_Cresson

 

Consulter le Storify de notre intervention :

Crédits photographiques : Brain-storming des participants, le 30 septembre 2015, Sainte-Foy-lès-Lyon. Photographie d’Ariane Néroulidis pour l’image à la Une et de Gambette38 on twitter pour l’illustration . Pas de restrictions de droits.