Archives de catégorie : Formation/emploi

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En « simplifiant » les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du « pourquoi partager ? » est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de « corpus agrégé » ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/

FREDOC 2009 : mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH

Les FREDOC 2009 viennent de se terminer. Deux jours passionnants, fertiles et joyeux. Vous pourrez bientôt consulter les diaporamas des interventions sur le site de Renatis. En attendant, vous pouvez jeter un oeil aux twits #fredoc09 en regardant quelques images des journées. Réalisations de portails et de moissons à suivre…

Muriel Foulonneau fait la synthèse des journées du FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, Henri Tudor Research Centre - Luxembourg
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Yannick Maignien, TGE Adonis
Yannick Maignien, TGE Adonis
Catherine Morel, INIST
Catherine Morel, INIST
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme, Lyon
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme
Véronique Ginouvès (MMSH), Mikaël O'Sullivan (MPO) : le portail du patrimoine oral
Mikaël O'Sullivan (MPO) et Véronique Ginouvès (MMSH) : le portail du patrimoine oral
img_6533
Marie-Hélène Wronecki (CN2SV) : Signaler des sources éditées avec l’OAI-PMH : le projet “Correspondances scientifiques”
img_6535
Jean-Baptiste Genicot (CN2SV) : MonCarnet 2.0 : l’application web permettant le moissonnage et l’exploitation des ressources
img_6539
Gérard Puimatto (CRDP de l’académie d’Aix-Marseille) : CORRELYCE : Catalogue ouvert régional de ressources éducatives pour les lycées

Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Blandine Nouvel, CCJ
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
mf3
Participants aux FREDOC 2009
mf7
Participants aux FREDOC 2009

Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
img_6578
Repas à la villa Clythia pour les FREDOC 2009
img_6576
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6575
Participants aux FREDOC 2009
img_6569
Participants aux FREDOC 2009
img_6509
Inscriptions aux FREDOC 2009
img_6562
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6550
Participants aux FREDOC 2009
img_6532
Lectures sur l'OAI-PMH
img_6514
Inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009

Crédits photographiques : Elisabeth Bernardo, Véronique Ginouvès, Jean-Louis Tomin, Jean-Christophe Peyssard

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

Offre de stage à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme recrute un(e) stagiaire en gestion de l’information scientifique et technique.mer

Trois projets sont possibles, au choix pour le(a) candidat(e) en fonction de son profil et de ses intérêts :

– Numérisation, analyse et valorisation d’un fonds sonore réalisé dans les années 1960 par un ethnologue dans la région d’Alger et dans le Sud du Sahara : Le(a) stagiaire s’intéresse au multimédia et en particulier au document sonore. Il(elle) a des connaissances en anthropologie et sur les méthodes d’enquête de terrain. Il(elle) a été formé(e) sur les questions de traitement et d’analyse documentaire. En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec le chercheur qui a enregistré les enquêtes, il (elle) numérisera, analysera et valorisera la collection sonore. A la fin de son stage, il (elle) produira un catalogue de l’ensemble des références saisies avec les différents index.

– Validation et valorisation  d’un portail sur le patrimoine oral utilisant le protocole OAI-PMH : Le(a) stagiaire s’intéresse aux questions de l’oralité et des archives sonores. Il (elle) a été formé(e) au protocole OAI-PMH et il connait le Dublin Core. Au sein d’un réseau d’archivistes du son et en collaboration étroite avec eux,  il (elle) stabilisera et valorisera le portail. La connaissances des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web seront appréciées.

– Traitement et valorisation d’un fonds d’archives de chercheur : Le(a) stagiaire connait les règles pour la description des documents d’archives. Il  (elle) s’intéresse aux sciences humaines et sociales. En collaboration avec la responsable des archives sonores il élaborera un plan de classification, de cotation et classement des papiers, des films et des enquêtes de terrain d’un chercheur qui a travaillé sur l’anthropologie de la Provence. Il (elle) fera des propositions de valorisation du fonds d’archives.

Le(a) stagiaire mènera également une veille technologique sur le domaine des archives scientifiques et en particulier des archives sonores dans l’objectif de mettre à jour ses connaissances, mais aussi de diffuser de l’information au sein d’un réseau de professionnels des archives audiovisuelles.

Lieu du stage : phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence

Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, plateforme PKP pour le portail du patrimoine oral,  Wavelab pour la numérisation des archives sonores.

Lieu : Maison méditeranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Durée : 4 à 6 mois

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage prévue conformément à la réglementation en vigueur.

Pour toute question complémentaire ou pour la transmission de votre candidature, veuillez écrire à Véronique Ginouvès (ginouves[@]mmsh.univ-aix[point]fr]

Crédit photographique : Véronique Ginouvès, Mer de Toscane avant l’orage, juin 2009.

Chercheurs vos papiers !

leo-ferre1Au cours de leur vie professionnelle, les chercheurs rassemblent et exploitent des sources de natures diverses et produisent leurs propres archives : tous ces papiers s’accumulent – et parfois se perdent – sans que leur exploitation puisse toujours être complète ni partagée de façon pérenne avec la communauté scientifique. Un programme de recherche s’est ouvert à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme qui s’intéresse aux Archives de terrain en Sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce programme, des formations seront proposées régulièrement aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants pour les aider à traiter et valoriser ces « papiers » quels qu’ils soient : textes, images ou sons.

Ces journées ont également pour but de faire connaître les plateformes techniques ainsi que les initiatives nationales et internationales ou les outils génériques susceptibles d’être utilisés par la communauté scientifique. Elles voudraient accompagner l’acquisition de nouvelles compétences pour pouvoir dialoguer avec les spécialistes de l’édition électronique, de la diffusion et de l’archivage de sources car de plus en plus, la mise en place de projets ou de programmes, demandent une technicité accrue en gestion documentaire, informatique et administrative. L’objectif est donc de s’approprier les outils pertinents, d’appréhender une chaîne de traitement des documents, de connaître les standards de la communauté scientifique internationale, afin d’apprendre à partager ses savoirs et à bénéficier de ceux des autres.

Une première journée de formation sera organisée le jeudi 26 novembre 2009 à la MMSH (salle Paul-Albert Février) sur la constitution d’un cahier des charges d’un chercheur pour la diffusion, l’archivage et la valorisation de ses sources.

À travers un cas concret – la mise en ligne des archives manuscrites éthiopiennes, animée par Anaïs Wion – nous voulons montrer les étapes nécessaires pour réaliser un espace de travail et de publication des corpus de plusieurs chercheurs. Le point commun de ces corpus est leur nature : il s’agit de documents d’archives d’époques très variées (du XIe au XX siècle) qui couvrent l’ensemble du territoire éthiopien.

Cette journée est destinée en priorité aux chercheurs qui doivent gérer des projets ou des corpus de sources numériques. L’entrée est libre, sur inscription.

Programme  :

9h30-10h30 – Intervention d’Anaïs Wion, chercheure au CEMAf (Centre d’Études des Mondes Africains) : De l’analyse des besoins à la valorisation : exploitation des archives manuscrites d’Éthiopie [médiévaux, modernes et contemporains].

10h30-11h30 – Intervention de Richard Walter, Responsable du Service éditorial et Publications électroniques, IRHT (Institut de recherche pour l’histoire des textes : Gérer un projet d’édition de sources : à l’interface entre recherche et informatique / entre chercheurs et ingénieurs…

11h30-12h30 – Confrontation d’expériences

14h-16h – Mise en pratique, en dialogue avec Richard Walter (IRHT) et Anaïs Wion (CEMAf) : Les différentes étapes pour la réalisation d’un projet d’édition de sources

Tous deux essaieront de répondre aux questions qui se sont présentées au cours de leur projet éditorial, comme par exemple :
–    Quels documents numériser ?
–    Que signifie la notion de « livrable » ?
–    Quels sont les us et coutumes d’un cahier des charges ?
–    Pourquoi et comment documenter les procédures de travail ?
–    Comment trouver l’équilibre entre précision et efficacité ?
–    Comment construire un dialogue entre chercheurs et éditeurs ?
–    Quels outils pour construire un dialogue entre les chercheurs ? (wiki, workshop, …)
–    Des désirs aux réalités… comment réussir à adapter son projet initial aux conditions possibles de sa réalisation ?
–    Comment indexer des documents textuels ?
–    Peut-on lier l’image du document, sa transcription et sa traduction ?
–    Quelle langue choisir pour une communauté de travail internationale ? (France, USA, Allemagne, Ethiopie)

16h-17h : échanges et bilan.

Entrée libre sur inscription par courriel auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh[point]univ-aix[point]fr

Crédit photographique : Flickr de PiroTeK, Leo, licence CC.
Un pensée pour Léo Ferré qui a inspiré le titre de la série de séminaires à venir…

Poète vos papiers

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

Un stage sur le protocole OAI-PMH

mailgooglecomLes FRéDoc 2009 porteront sur l’amélioration de la circulation, la diffusion et la mutualisation de l’IST par l’utilisation de l’OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting), le protocole pour le moissonnage des données des archives ouvertes. Ce protocole international permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre elles des bases de données hétérogènes. Pour exemple, le Portail du patrimoine oral qu’est en train de mettre en place la phonothèque de la MMSH s’appuie sur ce protocole.

Cette formation aura lieu à Fréjus, du 14 au 16 octobre. Le programme croise des conférences des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. C’est aussi l’occasion de rencontrer des collègues des EPST et d’autres centres documentaires (20 places sont ouvertes aux participants extérieurs). N’hésitez pas à vous inscrire, les places sont limitées !

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.

La source orale en sciences humaines et sociales, et son archivage

Dans le cadre de l’enseignement dispensé en licence 3, L’atelier de l’historien : technique d’archivages et ressources documentaires trois heures ont été dédiées à « La source orale en sciences humaines et sociales et son archivage » le jeudi 18 décembre 2008 ; le diaporama est ici.

Pour infos, des adresses sur les métiers des phonothèques, bibliothèques et musées .

Crédits photographiques : Bibliothèque publique de New-York (Pas de droits connus / No known restrictions on publication), Flint River school, Ga. demonstrate a health moving picture, which they made. May 1939.. Photographe : Wolcott, Marion Post. Mai 1939.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0