Archives de catégorie : Formation/emploi

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre “St. Pierre May. 14” (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

OFFRE D’EMPLOI : archiviste d’un fonds sonores dans une association

L’Association French Lines recrute au poste d’Archiviste (H/F), en charge des archives sonores pour un contrat à durée indéterminée.

L’Association French Lines a pour objet la mise en valeur du patrimoine des compagnies maritimes françaises, notamment celui de la Compagnie Générale Maritime et de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée. Ce patrimoine couvre plus d’un siècle et demi d’histoire maritime française et se compose d’un important fonds d’archives retraçant la vie des compagnies maritimes, d’un fonds sonore et de deux importants fonds iconographiques (photographies et films). Il comprend également une collection d’objets et des marques historiques protégées.

Fiche de poste :

– Classement des archives historiques et contemporaines des différents fonds

– Enrichissement des bases de données (CinDoc),

– Gestion du fonds d’Archives Sonores et des projets de Mémoire Orale (en cours et à venir),

– Gestion du centre de documentation et du catalogage de la bibliothèque,

– Réponse aux recherches, accueil des chercheurs.

Profil :

Intérêt pour la mémoire orale et l’archive sonore, autonomie, sens de l’initiative, maîtrise de l’outil informatique.

Expérience :

débutant accepté

Formation :

formation en archivistique et archives sonores (licence, Master, IUT)

Lieu de travail :

Le Havre (76)

Type de contrat :

CDI

Rémunération en brut :

1365 brut

Horaires :

35 hebdo

Taille de l’entreprise :

10 salariés

 

Poste libre au 1er janvier 2012

 

Contact :

Association French Lines

Avenue Lucien Corbeaux

76 600 Le Havre

tel : 02.35.26.33.07

recherche.frenchlines[@]wanadoo.fr

 

Crédits photographiques : A Coast Guard sentry stands watch over a new torpedo boat under construction at a southern shipyard. In addition to wooden torpedo boats, the yard also turns out many steel boats for the Navy. Higgins Industries, Inc.,  La Nouvelle Orléans. Photographe : Hollem, Howard R. Collection photographique de la Bibliothèque du Congrès. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34864 Pas de restrictions de copyright connues.

Offre de stage : valorisation d’un portail sur le patrimoine oral utilisant le protocole OAI-PMH

Le portail du patrimoine oral  [www.portaildupatrimoineoral.org] permet de repérer des documents inédits, sonores ou audiovisuels, enregistrés sur le terrain : des chansons, des contes, de la musique et de la danse, des récits de vie… Ils sont issus de rencontres entre collecteurs et témoins qui ont transmis leurs savoirs depuis les années 1900 à nos jours.  Il utilise le protocole OAI-PMH et regroupe actuellement quatre centres d’archives, permettant d’interroger plus de 84 000 références.

Au sein d’un réseau d’archivistes du son et en collaboration étroite avec eux, le(a) stagiaire stabilisera et valorisera le portail en direction de nouveaux entrants, il améliorera le service utilisateur et l’interface navigation/consultation.  Il (elle) a été formé(e) au protocole OAI-PMH et il connait le Dublin Core.  La connaissances des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web seront appréciées.

Le(a) stagiaire mènera également une veille technologique sur le domaine des archives scientifiques et des échanges dans l’objectif de mettre à jour ses connaissances, mais aussi de diffuser de l’information au sein d’un réseau de professionnels des archives audiovisuelles. Intéressé(e) par les questions de l’oralité et des archives sonores,  il (elle) publiera au cours de son stage, un billet présentant les réalisation de son stage sur Les carnets de recherche de la phonothèque (http://phonotheque.hypotheses.org). Il documentera son travail sur un wiki.

Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, plateforme PKP pour le portail du patrimoine oral, Wavelab pour la numérisation des archives sonores, les plateforme Calames, Médihal et Hypothèses.

Formation : informatique ou systèmes d’information, MS1 ou MS2

Lieu du stage : phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence

Lieu : Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Phonothèque, Aix-en-Provence.

Durée : 4 à 6 mois

Date de disponibilité : en fonction de la disponibilité de l’étudiant.

Rémunération : indemnité de stage prévue conformément à la réglementation en vigueur.

Pour toute question complémentaire ou pour la transmission de votre candidature, veuillez écrire à Véronique Ginouvès (ginouves[@]mmsh.univ-aix[point]fr]

Crédits photographiques :  Old wooden boxes. Archeol[ogical] Museum. Reykjavík. Collection: Icelandic and Faroese Photographs of Frederick W.W. Howell, Cornell University Library. ca. 1900. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : http://hdl.handle.net/1813.001/62k4

Offre d’emploi : Archiviste – documentaliste de l’audiovisuel

L’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF) réunit depuis 1987 des entreprises, des chercheurs, des anciens des chemins de fer, des professionnels du patrimoine. Elle a une activité de recherche, d’encadrement et de diffusion de la recherche (colloques, éditions), de conseil (patrimoine historique). L’AHICF est un centre de ressources (fonds documentaire, portail de ressources en ligne en cours de construction) et un carrefour d’idées, lieu d’échanges et de débats sur l’actualité éclairée par l’histoire.

Missions

– Responsabilité du pôle « archives orales » de l’AHICF ;

– Conception et conduite d’un programme de collecte d’archives orales;

– Traitement et valorisation des collections sonores.

 

Contexte de la mission

L’AHICF conduit depuis 2002 plusieurs collectes d’archives orales. Elle est un des fondateurs de la base de données en lignes http://www.memoire-orale.org, hébergée à partir de 2011 par le TGE ADONIS (CNRS) et qui doit recevoir à terme l’intégralité des collections sonores de l’association. Elle lance en 2011 un nouveau programme de collecte thématique d’une durée de dix-huit mois.

 

Responsabilités

Sous l’autorité du secrétaire général de l’AHICF,  ses missions consistent à :

– Poursuivre le traitement des fonds d’archives et collections sonores existants : rédiger les fiches d’indexation chronothématiques ;

– Indexer par plages numériques les fichiers son ;

– Elaborer les dossiers des témoins et régulariser les droits d’auteurs afférents aux entretiens ;

– Cataloguer et intégrer les fichiers sons et les documents textuels et photographiques les accompagnant dans la base de données sonore accessible sur Internet ;

– Faire évoluer les procédures de traitement en place ;

– Conduire et gérer le nouveau projet de collecte d’archives orales (les entretiens étant réalisés par des enquêteurs) ;

– Traitement de la collecte ;

– Intégration dans la base www.memoire-orale.org ;

– Elaboration et présentation d’indicateurs de suivi : rapports d’avancement, tableaux de suivi, etc. ;

– Valorisation et représentation du projet: participation à des séminaires, colloques, formations, en France et à l’étranger (le cas échéant en langue anglaise ; des déplacements ponctuels sont à prévoir)

– Recruter, former et encadrer des collaborateurs temporaires et des stagiaires ;

– Formuler, auprès des prestataires informatiques, les besoins en termes de maintenance corrective et évolutive du site www.memoire-orale.org

– Mettre à jour le site www.ahicf.com pour le domaine de compétences ;

– Répondre à des demandes de recherche sur place et à distance concernant les collectes d’archives orales de l’association.

 

Compétences générales

Diplômé(e) d’un master professionnel en archivistique et documentation (formation initiale ou double cursus en histoire apprécié), vous justifiez d’une expérience dans le domaine des archives sonores et/ou audiovisuelles, dans celui de la conduite de projets et dans le management d’équipes.

Compétences techniques

– Connaissance et expérience significative des technologies de l’information et de l’audiovisuel

– Connaissance, si possible expérience des langages d’indexation XML, TEI

– Connaissance et expérience de la conception fonctionnelle d’une base de données avec interface web

–  Maîtrise des interfaces d’administration d’un site internet

– Maîtrise des outils bureautiques

Profil

Chef de projet confirmé/e, autonome et responsable, vos compétences dans le domaine des nouvelles technologies et votre intérêt pour la recherche historique et les humanités numériques vous désignent pour cette mission.

Force de proposition, prêt/de à vous impliquer dans une équipe multidisciplinaire et à partager vos compétences et votre dynamisme, vous assurerez le succès du projet et ferez de cette mission une étape formatrice dans votre carrière.

Conditions

La personne recrutée par l’AHICF conclura un contrat avec SNCF, direction Ecomobilité, qui la met à la disposition de l’AHICF pour la durée de son contrat.

Contrat à durée déterminée, plein temps (35 heures), d’une durée de dix-huit mois.

Rémunération à déterminer selon expérience

 

Lieu de travail

Association pour l’histoire des chemins de fer – 9, rue du

Château-Landon, F-75010 PARIS, métro/RER gare du Nord/gare de

l’Est/Château-Landon

 

Lettre de motivation avec mention de l’offre, CV et références à :

contact[at]ahicf.com

 

Crédits photographiques : Santa Fe R.R. train, Melrose, N[ew] Mex[ico] – Photographie de Jack Delano, mars 1943. Bibliothèque du Congrès. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34738 Pas de restrictions de droit connues.

Practica la Fonoteca MMSH : à propos de La Cité Radieuse din Marsilia

În calitatea pe care o am de sociolog, bursier postdoctoral al Academiei Române – Filiala Iași, fiind totodată și cadru didactic la Universitatea Petre Andrei din Iași, am decis să efectuez în luna august 2011 un stagiu de documentare în străinătate. Subiectele mele de cercetare se concentrează în principal pe sociologia comunităților iar în cadrul proiectului Filialei Iași a Academiei Române tema mea este formulată astfel: O perspectivă comunitaristă asupra vieții sociale în spațiul urban românesc. Mecanisme de instituire și de perpetuare a disfuncțiilor sociale.

Conceptul arhivelor de teren mi s-a părut întotdeauna extrem de atrăgător. Orientat în ultimii ani cu precădere spre studii în care utilizez majoritar date cantitative, am considerat oportun să echilibrez puțin abordarea și să îmi îndrept atenția către abordări care favorizează datele de tip calitativ. În mod natural aceasta m-a condus către fonoteca din cadrul Casei Mediteraneene a Științelor Omului unde am contactat-o pe d-na Veronique Ginouves, un profesionist pasionat al Arhivelor sonore.

Diversitatea și complexitatea datelor existente în cadrul fonotecii sunt deosebite. La dispoziția cercetătorilor se află peste 5.000 de ore de arhivă. Aceasta poate fi descurajant dacă încerci să identifici singur dosarul care te-ar putea ajuta cel mai mult în demersul tău. După ce ce i-am indicat zona mea de interes profesional pentru acest stagiu, Veronique Ginouve mi-a pregatit un dosar care s-a potrivit excelent și îi multumesc foarte mult pentru asta. Dosarul este legat de „unitatea rezidențială” Cité Radieuse din Marsilia, prima dintre cele 5 asemenea construcții realizate după planurile și în viziunea arhitectului Le Corbusier. Acesta propunea o construcție gândită să ofere oportunitatea dezvoltării unei vieți sociale bogate pentru rezidenți, o soluție pentru generarea spiritului comunitar într-o clădire tipic urbană. De altfel, anchetele sunt cu atât mai originale cu cât ele nu au fost realizate în cadrul unui program de cercetare așa cum se întâmplă cel mai adesea ci de către o persoană care a dorit să patrimonializeze memoria acestui proiect arhitectural și a primilor rezidenți.

Este vorba despre o serie de interviuri realizate de Serge Mercier (fotograf de presă) cu Suzane Lherisson, Președinte de onoare al Asociației Rezidenților din Unitatea Rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. Trebuie specificat că la toate întâlnirile, cu excepția uneia, a fost prezentă și o a treia persoană care a fost la un moment dat Președinte al Asociației rezidenților din unitatea rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. De cele mai multe ori acționează ca intervievator, dar uneori ca subiect. Este revelator faptul că toți cei trei locuiesc în Cité Radieuse. Dacă subiectul este dintre primii locatari (1952), cealaltă doamnă a venit în 1999 (informație de asemenea dedusă din context) în timp ce intervievatorul este locatar din 2001.

Dosarul constă dintr-o serie de 17 fișiere audio digitale care însumează un total de 25h00m15s înregistrate pe parcursul mai multor săptămâni din vara anului 2009. Subiectul principal al anchetei este cu totul exceptional: practic timp de decenii, Suzane Lherisson s-a dedicat Asociației și în general vieții comune în Cité Radieuse. A păstrat tot ceea ce a avut legătură cu imobilul și cu Asociația încă de la debutul locuirii care s-a petrecut în anul 1952. Astfel, bazându-se pe o memorie care nu o trădează câtuși de puțin nici la o vârstă înaintată, ca de altfel și pe arhiva personală, subiectul ne oferă o imagine consistentă și cuprinzătoare a ceea ce a însemnat și înseamnă locuirea în Cité Radieuse.

Pentru mai multe aspecte de natură tehnică, epistemologică și metodologică puteți consulta notele și observațiile pe care le-am redactat în cadrul materialului fiche corpus. Tot acolo am indicat și o serie de alte surse utile pentru informarea pe acest subiect.

Sarcina mea a fost una dublă. Pe de o parte, am realizat o tratare primară a datelor din fișiere pentru a permite altor cercetători interesați să le consulte cu mai multă ușurință. Astfel, am identificat în fiecare fișier în parte și am indicat corespunzător temele relevante și intervalul în care acestea sunt abordate. De asemenea, am completat o fișă standard pentru fiecare fișier în parte ce cuprinde și un succint rezumat al informațiilor conținute. Pe de altă parte, am realizat o analiză secundară a datelor respective din perspectiva temei mele de cercetare. Întrebarea esențială la care am căutat răspuns a fost legată de gradul în care s-a materializat viziunea inițială a lui Corbusier referitoare la apariția semnificativă a spiritului comunitar în acest imobil dar nu voi dezvolta aici subiectul pentru că o voi face într-un articol dedicat ce va apărea în toamna viitoare.

Dosarul oferă cercetătorilor posibilitatea de a înțelege mai bine funcționarea vieții asociative într-un complex locativ atât de special precum Cité radieuse. Amploarea și profunzimea prezentării sunt rarisime. Avem de-a face atât cu aspecte ce țin de istoria vieții pentru o durată de depășește 6 decenii cât și cu elemente care evidențiază maniera de inițiere și dezvoltarea unei Asociații de locatari cu o anvergură ce depășește cu mult inițiative similiare. Avem și aici imaginea unui demers pe peste 5 decenii și o înlănțuire de întâmplări interesante și de personaje remarcabile. Regăsim informații despre viața obișnuită în complex, despre activitățile prilejuite de diversele sărbătoriri, despre maniera de conturare a interacțiunii dintre rezidenți, despre initiativele de dezvoltare la fel ca și despre cele de prezervare, despre influența amenajării spațiului asupra relațiilor fie dintre membrii familiei fie dintre vecini ș.a.m.d.

Este totodată o pledoarie implicită deosebit de convingătoare pentru importanța implicării în activități colective care exced spațiul propriei locuințe pentru a se evita degradarea spațiului colectiv.

Am beneficiat în cadrul acestui stagiu de o excelentă oportunitate pentru dezvoltarea mea profesională și vreau să mulțumesc încă o dată dnei Veronique Ginouvès pentru tot ceea ce face în cadrul fonotecii. Practic numele domniei sale devine încet-încet sinonim cu cel al fonotecii iar asta spune enorm despre entuziasmul neștirbit și profesionalismul impecabil de care dă dovadă. Un cuvânt de mulțumire și pentru Corine, coleg de birou întotdeauna atent și dedicat.

Notă – fotografiile La cité Radieuse, juin 2011 –  Véronique Ginouvès , Tudor Pitulac, Corinne Cassé, août 2011.

Billet en français : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Blog post in englishhttp://phonotheque.hypotheses.org/5470

Autor : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

 

Offre d’emploi : enquêteur/trice de terrain à Marseille et Bouches-du-Rhône

Intitulé du poste

Chargé(e) de mission – enquêteur/trice de terrain

Contexte

Les enquêtes à réaliser sont préliminaires à la mise en place d’un programme de sensibilisation/action sur la question de l’accueil des populations Rroms auprès des acteurs sociaux. Ce programme se clôturera par une restitution publique de type colloque fin octobre 2012.

Les objectifs de ce projet sont : connaître, informer et accompagner dans le cadre d’un programme de sensibilisation et d’accompagnement aux pratiques professionnelles auprès de la population Rrom.

L’ensemble de ce projet soutenu par plusieurs partenaires privés et publics comme la Fondation Abbé Pierre et les collectivités territoriales se décline en deux étapes : recherche/enquête et information/sensibilisation-action.  Il se déroulera sur treize mois sous la direction d’un comité de pilotage formé des partenaires, de l’équipe de direction de l’association Paroles Vives et de chercheurs en sciences sociales spécialistes de la question des Rroms.

À l’automne 2008 l’association Paroles Vives répondait à la commande de la Fondation Abbé Pierre pour ouvrir un terrain ethnographique auprès des Rroms de Marseille et de Fréjus. Le contexte exigeait une observation rapide et opérationnelle ainsi que l’énonciation d’une série de réponses pour la connaissance et l’action. Depuis 2008, les situations ont changé suite aux nouvelles lois et directives. Les conclusions du rapport de 2008 doivent être réévaluées, confirmées ou infirmées et détaillées par le terrain actuel.

L’objet de l’étude 2011 est de rencontrer les populations Rroms (familles, individus isolés, squatteurs, en habitat mobiles, en location) et les structures d’accueil et leurs agents sur Marseille et les Bouches du Rhône. Le fil conducteur de la mission est de comprendre et d’évaluer la possibilité d’instaurer un lien durable entre les populations en présence.

L’objectif des enquêtes 2011 est l’évaluation :

  • des différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui
  • de la composition des familles
  • de la scolarisation des enfants
  • de l’accès à la santé
  • de l’insertion professionnelle
  • de l’état et de la métamorphose des lieux de vie
  • de la nature et la qualité des relations entre la population d’accueil, des structures d’entraide et sociales et les populations Rroms

Mission

Les outils développés en 2008, notamment pour la connaissance des compositions familiales, seront à nouveau mobilisés pour la compréhension des réseaux et la mise en place de dialogues cohérents. Ils permettront de structurer l’approche du terrain, de nourrir une base de données et de préparer l’écriture du rapport d’enquête.

Sous la supervision du chef de projet, l’enquêteur/trice devra participer et s’impliquer dans les différentes étapes du projet :

Enquête auprès des familles Rroms

  • rencontrer les familles, présenter l’étude, comprendre et rendre compte de leur composition familiale

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données sur l’état de scolarisation des enfants

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données qualitatives sur l’accès aux soins (traitement, hospitalisation, relation avec le personnel soignant et suivi des malades, automédicamentation)

  • constater et rendre compte de l’état et de la métamorphose des lieux de vie par l’utilisation d’une grille d’observation et d’un listing de points élémentaires de sécurité et salubrité

  • comprendre et évaluer la qualité et les modalités des interactions entre les populations Rroms et les populations d’accueil (civils, militants et professionnels) par des entretiens et de l’observation

Enquête auprès des acteurs sociaux en situation de travail

  • dresser une typologie argumentée des structures d’accueil et/ou d’orientation accessibles à ces populations

  • recenser les modalités d’interaction par de l’observation et des entretiens qualitatifs

  • évaluer la qualité de la scolarisation et de l’accueil des enfants au sein du système scolaire

Recherche documentaire/état des lieux juridiques

  • identifier et rendre compte des personnes et documents ressources et lister les différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui au cours de l’enquête auprès des structures accueillant les Rroms.

Constitution d’un annuaire de réseau

  • comprendre et évaluer les conditions de rencontres entre les services sociaux et les familles rroms

  • recenser les expériences et possibilités d’insertion professionnelle par la formation notamment

Restitution

  • rédiger un rapport thématique d’études

  • participer à la préparation et à l’animation des ateliers de professionnels

  • participer à la préparation d’une restitution publique (type colloque), notamment par l’écriture d’une intervention de présentation publiable des travaux

Profil

NOTA : Compte tenu de la particularité du terrain, une grande souplesse et une large amplitude horaire sont nécessaire pour la partie enquête auprès des Rroms. Le contact se fera au départ par l’intermédiaire des structures d’aide à ces familles, comme Ampil, Médecins du Monde, Rencontres Tsiganes, Fondation Abbé Pierre. Certains de ces acteurs de terrain agissent la nuit comme Médecins du Monde. Une attention particulière sera portée à cette flexibilité.

Formation et expérience souhaitées

Bac + 3 en sciences humaines et sociales et/ou formation dans le sanitaire et social

Expérience de 2 ans en enquêtes de terrain, écriture de rapports d’étude, présentation publique.

Non prioritaire mais fortement recommandé

connaissance du terrain
Parler Romani, italien
pratique de l’animation d’atelier
utiliser les outils collaboratifs

Savoir-faire

être organisé
savoir travailler en collaboration et en équipe
savoir rédiger et restituer en public

Savoir être

écoute
autonomie
rigueur

Type de contrat

Employeur : Association Paroles Vives

Contrat de droit privé à durée déterminée à temps partiel.

Durée de la mission : 576 heures au total réparties sur treize mois du 1er octobre 2011 à fin octobre 2012.

contrat CDD reconductibles : compte tenu de la nature des interventions, la mission ne peut être en un seul contrat. Les ateliers et le colloque feront l’objet d’autres contrats par rapport à l’enquête de terrain et la livraison du rapport et annexes.

Rémunération : 17,37 euros/h brut
Mission début 1er oct. 2011 au 31 oct. 2012. Nombre d’heures total 576

Les déplacements seront pris en charge par l’association Paroles Vives.

CV et lettre de motivation à envoyer par courriel à :

Florence Mazzella di Bosco,

chef de projet et de développement

florence.mazzella@parolesvives.org

Clôture des réceptions des candidatures le 20/09/2011 à minuit.

Les personnes dont la candidature sera retenue seront rencontrées entre le 23/09/11 et le 30/09/11.

Crédits photographiques : Gypsy woman and two young children Lieu : Annerley, Brisbane, Australie, avril 1907.  State Library of Queensland’s collection: pictureqld.slq.qld.gov.au Pas de restrictions de droits connus.

Offre d’emploi : traitement documentaire d’un fonds sonore du Sud Algérien enregistré dans les années 1960

La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence recrute un(e) assistant(e) de documentation à plein temps pendant 3 mois pour traiter un fonds sonore constitué par des enquêtes de terrain enregistrées dans le Sud Algérien dans les années 1960 (thématiques : vie quotidienne, vie agricole, tradition orale des touaregs).

En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec les équipes de recherche, l’assistant(e) de documentation analysera et valorisera des enregistrements en langues arabe et tamasheq.

Profil recherché :

Ayant suivi une formation dans le domaine des sciences humaines et sociales et/ou de la documentation, vous avez une bonne connaissance de la méthodologie de l’enquête de terrain. Vous disposez de rigueur et d’organisation, de qualités rédactionnelles et d’un bon niveau en langue arabe ou tamasheq.

Compétences souhaitées :

  • connaissances dans les métiers de la documentation, des archives ou des bibliothèques ;
  • connaissance des méthodes d’enquêtes de terrain en sciences humaines et sociales ;
  • connaissance de l’arabe et/ou du tamasheq ;
  • maîtrise des logiciels de bureautique : Word et OpenOffice.
Pour postuler :
Lettre de motivation et CV à envoyer à Véronique Ginouvès : ginouves[@]mmsh.univ-aix.fr

Information sur le poste :

Date de disponibilité : 1er octobre 2011

Poste : assistant(e) de documentation

Contrat : CDD plein temps

Rémunération : en fonction des diplômes entre 1800 et 2100 brut

Région : Provence Alpes Côte d’azur.

Lieu de travail : MMSH, Aix-en-Provence, 5 rue du château de l’horloge (Jas de Bouffan). Le télétravail est exclu.

Mission : préparation, analyse, valorisation d’archives sonores en langues arabe et tamasheq.

Date limite de réponse à l’offre : 26 septembre 2011.

Début du contrat : 1er octobre 2011

Diplômes : A partir de bac +3

La phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH réunit les enregistrements du patrimoine sonore qui ont valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire Méditerranéenne. Ces archives sonores documentent des champs peu couverts par les sources conventionnelles, ou les complètent avec le point de vue des acteurs ou des témoins. Les notices et une partie des enregistrements sont accessible sur la base de données Ganoub (le Sud en arabe).

 

 

 

 

 

Une matinée sur Zotero, compte-rendu

Le 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero a été organisée à la MMSH, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numériques en SHS. Les présentations avaient pour objectif de faire connaître de façon rapide et concrète les possibilités qu’offre ce logiciel de bibliographie pour les différentes disciplines des sciences humaines et sociales à une cinquantaine de chercheurs et de doctorants. C’est le compte-rendu de cette matinée que vous allez pouvoir parcourir, suivi d’une synthèse des réponses des formateurs aux questions de l’auditoire qui ont permis d’ouvrir largement ouvert les discussions..

Anne Mailloux, Maître de Conférences au département Histoire Université de Provence, LAMM, présentait la façon dont elle a intégré Zotero dans son travail de recherche. Lors du lancement d’un projet ANR, elle recherchait des outils électroniques facilitant ce travail collectif. Elle a ouvert un carnet de recherche conçu comme espace d’échange, Les carnets de Gouvaren, sur la plateforme Hypothèses, et elle s’est tournée vers Zotero, après avoir suivi une formation URFIST sur le thème “Gérer la bibliographie et la partager”. Selon elle, l’intérêt principal de ce gestionnaire (outre sa gratuité) est de pouvoir se dégager des contraintes du poste de travail fixe : à partir de son compte Zotero sur Firefox et n’importe où l’on se trouve, il est possible de se connecter et de récupérer ses données. Après deux ans de pratique intensive, et plus de 500 références bibliographiques, soit l’équivalent de 25 pages de bibliographie, elle a attiré l’attention de l’auditoire sur quelques points majeurs.

Tout d’abord, elle est revenue sur la fonction de synchronisation entre l’ordinateur et son espace sur le serveur Zotero qu’elle exploite systématiquement. Anne Mailloux a mis en garde l’auditoire sur l’ivresse de la récupération des notices : si simple qu’elle soit, elle ne doit pourtant pas occulter que l’espace en ligne affecté à chaque utilisateur de Zotero demeure limité. En effet, Zotero permet sans difficulté de télécharger le fichier PDF en ligne et de l’associer à la notice bibliographique. Le document est alors archivé dans le dossier Zotero sur son ordinateur ordinateur. Mais lors de la synchronisation en ligne les PDF sont copiés sur l’espace utilisateur qui est très vite saturé. S’il est possible d’acheter de l’espace mémoire supplémentaire, Anne Mailloux a préféré paramétrer les préférences Zotero pour exclure les documents joints de la synchronisation. Elle stocke cette bibliothèque numérique sur un disque externe qu’elle relie à sa machine personnelle et en donne le chemin précis dans un champ idoine de la notice. Cette solution nécessite cependant beaucoup de rigueur et d’organisation logistique.

Elle a présenté ensuite sa méthode de récupération de données en appelant à la plus grande vigilance sur la qualité des données. Ainsi, les récupérations de notices sur le Sudoc, la BnF et plusieurs bibliothèques universitaires allemandes (ici à Tübingen), bien qu’avantageuseS en termes de temps, ont révélé des incohérences dans le rapatriement et ont nécessité beaucoup de corrections. Par exemple, la référence bibliographique de l’enquête générale conduite par Leopardo da Foligno en Provence orientale au 14e siècle récupérée à partir de deux ressources différentes n’est pas intégrée de la même façon. Dans l’une, Leopardo da Foligno est enregistré comme auteur avec les éditeurs scientifiques du document ; dans l’autre, il est inclus avec l’éditeur dans le titre et le champ « Auteur » reste vide. Elle a donc dû corriger manuellement les notices et préciser les différentes fonctions des auteurs. Dans d’autres cas, c’est le type de document qui est différent alors que la référence décrit le même article. Si ces incohérences existent entre plusieurs réservoirs sans être trop choquantes, elles se retrouvent aussi au sein d’une même institution, résultats de l’histoire de la ressource et témoins du travail éventuel de plusieurs catalogueurs successifs. Il faudra alors choisir parmi toutes les versions possibles la plus complète ou la plus juste, quitte à compléter manuellement la notice bibliographique.

Globalement, Anne Mailloux est plutôt satisfaite des fonctions d’affichage de Zotero qui lui permettent de trier sa bibliographie par nom d’auteur, par titre ou par tout autre champ dans les limites de visibilité données par la fenêtre centrale. Une limite du logiciel est que trier et éditer une bibliographie est actuellement le seul moyen d’identifier des doublons et les erreurs d’enregistrement toujours possibles. Il convient alors de supprimer ou de retravailler manuellement les notices erronées. Elle utilise les styles en usage dans les sciences historiques référencés par le site La boîte à outil des historiens. Au total, et malgré les réserves dues à la vérification des notices importées, Zotero permet à son avis de référencer de façon souple et rapide une grande masse de matériel bibliographique.

Après avoir présenté les grandes lignes du fonctionnement de Zotero, Jean-François Rivière, chargé d’édition au Cléo, a expliqué comment circulaient les données et le rôle essentiel des traducteurs dans ce logiciel. Il est, certes, toujours possible d’alimenter une bibliographie par saisie manuelle dans Zotero puisque le logiciel propose des grilles propre à chaque type de document mais son intérêt est d’offrir des solutions d’import de notices qui permettent un gain de temps appréciable.Jean-François Rivière a expliqué comment les traducteurs était au centre de la mécanique de circulation des données. 


339 traducteurs différents sont livrés avec Zotero, il y en a par exemple pour Amazon, Archive.org, PubMedCentral… Ils sont développés par l’équipe de maintenance de Zotero ou par toute institution qui veut en créer un le plus adapté à la structure de ses propres données. Chaque nouveau traducteur est soumis à Zotero qui l’intègre après validation dans les mises à jour du logiciel. Au travers d’exemples Jean-François Rivière a démontré l’importance de ces traducteurs. Il est essentiel que les éléments de la description bibliographique soient structurés pour être repérées et lues par les traducteurs et finalement récupérées dans Zotero. Par défaut, Zotero exploite le traducteur élémentaire RDF1, c’est par exemple celui qu’a choisi la plateforme Cairn. La récupération d’informations bibliographiques depuis cette ressource offre des résultats variables selon que l’on rapatrie les données d’un article seul (la date n’est pas enregistrée) ou de plusieurs articles d’un même numéro de revue (avec le numéro de volume et sa pagination). Avec le traducteur COinS-ContextObjects in Spans, largement exploité par les catalogues de bibliothèques, Persée permet le téléchargement d’informations plus riches, sans toutefois donner d’informations périphériques à la référence bibliographique. Mais attention, le fichier PDF fourni est particulièrement lourd, et les fonctions des auteurs doivent être corrigées manuellement. De son côté, Revues.org a choisi de soigner tout particulièrement le développement de son traducteur. Basé sur le traducteur COinS, il s’enrichit des métadonnées ajoutées à la description élémentaire de l’article et offre ainsi des références importées très complètes. Des essais de récupération de références réalisés à partir d’articles de la Revue européenne des migrations internationales qui se trouve sur les trois plateformes Cairn, Persée et Revues.org démontrent l’efficacité du système : outre les éléments de base de la référence bibliographique, importés fort justement dans les champs correspondants (ce n’est pas le cas partout !), on importe les mots-clés, la langue, le sommaire de l’article dans les notes, plus une copie locale de l’article et une version en PDF.

Reste que l’outil pourrait encore être amélioré, notamment pour permettre de récupérer les informations relatives à un numéro de revue et pas seulement à ses articles. Un projet (un peu fou 😀 ) serait de sémantiser les bibliographies citées dans les articles pour les récupérer dans Zotero. En général, le temps de récupération des informations dépend de la richesse des données et de la présence ou non d’un fichier PDF.

Difficile de résumer l’intervention de Gabriel Gallezot, très pédagogique et constamment illustrée d’exemples, il conviendra de compléter ce bref résumé de son cours à l’URFIST. Il est d’abord revenu sur les grand principes de Zotero, soit sa facilité d’utilisation et sa facilité d’installation. Une fois installé sur sa machine, le logiciel se présente sous la forme d’une petite icône qui permet de s’ouvrir et de se fermer sous Firefox. Actuellement, c’est toujours sous ce navigateur que Zotero fonctionne mais une version « Stand alone » (indépendante du navigateur) est en cours de test.

Afin que chacun puisse se constituer sa propre méthodologie de travail pour la saisie des références bibliographiques, Gabriel Gallezot a proposé trois méthodes, fonctionnant par élimination qu’il suggère de sélectionner en fonction de la consultation des ressources :

  • Dossier : un clic sur l’icône « dossier » dans la barre de navigation permet de récupérer un ensemble de notices issues d’une recherche (icône jaune « Enregistrer vers Zotero »)
  • Réference : un clic sur l’icône « référence » dans la barre de navigation permet de récupérer une notice (icône bleue « Enregistrer vers Zotero »)
  • Export : certains sites proposent des fonction d’export avec des formats spécifiques.

Des exemples ont été pris sur différents sites comme :

  • le SUDOC : Il est possible de récupérer les notices par dossier, par référence mais pas par export.
  • HAL SHS : Sur ce site, la récupération par dossier est impossible mais par contre elle l’est par référence et export (format Bibtech).

Quel que soit le choix de la méthode de récupération, il convient d’être vigilant sur les données engrangées, et ce quel que soit le système. En effet, suivant le soin apporté aux métadonnées des différents sites, les champs dans Zotero seront renseignés de façon plus ou moins « propre ». Par exemple, dans HAL, le résumé est récupéré dans le champ « Extra » ou encore, on note que pour CAIRN, même si la récupération par dossier est possible, il vaudra mieux utiliser la fonction d’export car la qualité des données sera meilleure. Une fois les références récupérées, il faudra manuellement les enrichir si il manque des informations.

En général, il conviendra dans la rubrique « Préférences » de décocher les case « Récupérer le PDF » ainsi que la capture d’écran. Il vaudra mieux choisir de le faire volontairement afin de permettre un enregistrement plus rapide des références (un PDF pèse entre 100Ko et 10Mo et sur un ensemble de référence cela peut interrompre le transfert) et de ne pas alourdir la synchronisation.

Gabriel Gallezot a repris toute la procédure de la saisie d’une notice avec l’auditoire en y ajoutant le nettoyage des données et les compléments que l’on peut lui ajouter (le PDF mais aussi les notes, les mots clés, les documents connexes, les liens entre les références bibliographiques …). Il a montré brièvement quelques astuces :

– comment utiliser l’espace central de tri sur la date d’ajout pour sélectionner les dernières intégrations ;

– savoir être vigilant sur la fenêtre de saisie souvent trop réduite qui ne permet pas de visualiser l’entrée prénom ;

– repérer où se trouve le fichier « zotero.sqlite » éminemment important puisqu’il contient l’essentiel de nos données (informations sur les items, notes, marque-pages) et pouvoir le lire avec un outil comme SQLite Browser ;

– repérer également le dossier « storage » qui contient les documents attachés (PDF, captures d’écran, fichiers audio ; en bref, tous les fichiers que l’on a pu importer) ;

– comprendre comment mettre en public et partager ou au contraire rendre privées sa bibliographie – et publier ou non ses notes ;

– permettre ou pas aux moteurs de recherche généraliste de référencer sa bibliographie en ligne.

Il a terminé sur l’importance de la sauvegarde de sa bibliographie, facilitée par la fonction d’export et la mise en partage. Il faudra régulièrement exporter ses références en zotero.rdf. Le fichier pourra alors être réimporté dans un autre Zotero pour partager des références bibliographiques.

 

Questions / réponses

Peut-on récupérer les références bibliographies dans les articles en ligne ?

Récupérer des références bibliographiques saisies dans un article publié en ligne n’est possible que si des métadonnées ont été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Le « traducteur » pourra alors récupérer la bibliographie de l’article. Nous entrons là dans les méthodes de ce qui est appelé aujourd’hui le « web sémantique » qui utilise des micro formats ou des micro datas. Actuellement, Revues.org travaille avec un laboratoire d’informatique de l’université d’Avignon sur du data minning. L’objectif est d’extraire du texte des références bibliographique à partir d’algorithmes qui parcourent le texte et essaient d’en extraire les différentes parties. Pour cela, les algorithmes ont besoin d’interroger une base de connaissance (de type Crossref) et de récupérer les DOI . Un autre type de développement envisagé est de rajouter des balises RDFA.

Jusqu’ici j’ai saisi ma bibliographie dans un traitement de texte, est-ce que je peux la récupérer facilement avec Zotero ?

Cette question inévitable dans les formations Zotero est particulièrement récurrente chez le doctorant de 3e année… Hélas, récupérer des références bibliographiques saisies dans un traitement de texte n’est pas possible simplement, c’est finalement le même problème que la récupération des références dans les articles publiés en ligne. Il faudrait que des métadonnées aient été insérées dans le corps du texte, encapsulées dans la bibliographie avec des balises RDF. Si ce n’est pas le cas, une solution peut-être de trouver des parseurs, des filtres, bref des outils qui soient capables de détecter un titre, un auteur., un éditeur… L’outil magique n’existe pas et à l’heure actuelle aucun n’est fiable à 100%. Le meilleur moyen est encore de s’organiser pour tout reprendre : coller un titre dans Google Scholar et le récupérer de façon automatique dans Zotero. Il existe un outil en ligne, wizfolio qui permet d’importer des bibliographies formatées, en fonction du style choisi et surtout en fonction de la régularité du style bibliographique ; une seule erreur et le parseur dysfonctionne. Pour préparer l’import d’une bibliographie la fonction chercher/remplacer peut être intéressante pour intégrer des balises qui peuvent améliorer le passage du parseur. Beaucoup s’y sont cassés le nez.

Peut-on générer automatiquement une bibliographie à partir d’un PDF ?

Le problème est toujours le même que pour les précédentes questions, cela dépend de la qualité des métadonnées du PDF mais dans ce cas, pour le vérifier il faudra avoir installé pdffulltext et pdf info.

Qu’est-ce qu’un DOI ?

DOI signifie digital object identifier  (http://www.doi.org/). Le DOI est né d’une question récurrente : comment gérer les changements d’URL ? En effet, il y a un problème avec les URL (Uniform Resource Locator) des ressources électroniques, car elles ont plusieurs fonctionnalités qui entraînent des confusions. En effet, l’URL est une adresse qui à la fois localise une ressource mais aussi l’identifie. Pourtant, si une revue change de plateforme, les articles changent d’URL alors que les contenus vont rester les mêmes. Le problème se complexifie si un article est diffusé sur plusieurs plateformes. Avec le DOI, bien que diffusé sur plusieurs plateformes, un document aura toujours un seul identifiant mais autant d’URL que de plateforme de consultation.Des agences d’enregistrement se sont créées de type Crossref, permettant d’enregistrer des DOI. Un DOI pour un article récent vaut 1 dollar, si l’article a plus de deux ans, il coûtera 20 cents. Une revue ou une plateforme fait une demande de DOI auprès de Crossref et un identifiant est ainsi rattaché à plusieurs localisations.  Le Cléo assure l’acquisition de DOI pour les articles des revues hébergées sur sa plateforme Revues.org qui en font la demande. C’est sur le site http://www.doi.org que se résolvent les DOI. Ainsi, pour un article sont indiquées les différentes URL où il pourra être lu. Cette mécanique a pour objectif de garantir une pérennité des références. Revues.org le fait pour les revues qui le demandent. Le DOI devrait améliorer la recherche dans les bibliographies grâce au crosslinking qui permet de compter les références, se transformant ainsi en un outil de bibliométrie. En effet, Crossref impose aux éditeurs qu’un article qui possède un DOI est tenu de donner un DOI à toutes les références bibliographiques citées. Le projet de sémantisation des références lancé par Revues.org est donc très important puisque apparaîtrait un lien cliquable vers les DOI, donc vers la citation des articles.

Peut-on générer des listes d’auteurs ou des listes de périodiques à partir de ses références bibliographiques ?

Zotero ne permet pas spécialement d’effectuer ce type de manipulation mais il est toujours possible d’exporter un catalogue de ses références bibliographiques en sélectionnant des tris de données différents.

Vous avez signalé que Zotero était compatible avec Jstor et Muse, qu’en est-il de Science Direct ?

Science direct est compatible avec Zotero même si ce n’est pas automatique. Un test rapide montre qu’il est possible de récupérer des notices ou des sélections de résultats (par lots de 50 notices) sous plusieurs formats (RIS, REFWORKS, ASCII, Bibtech). Une fois le fichier exporté et enregistré sur sa machine, il convient de les importer dans Zotero (fonction « importer »).

Dans le cas de ScienceDirect, les métadonnées et les balises de description de la ressource (RDF-Resource Description Framework) sont encapsulées, rendant impossible toute extraction d’information.

Est-il possible d’effectuer des corrections par lot ?

Non, et c’est un des défauts de Zotero, la fonctionnalité « corrections par lot » n’existe pas. Par contre il est toujours possible d’extraire des sélections de références, de les copier dans un fichier excel, de les corriger puis de les réimporter.

En tant qu’éditeur d’une revue électronique, doit-je proposer une feuille de style spécifique à laquelle on renvoie les auteurs des articles pour leurs références bibliographiques ?

Les revues qui souhaitent proposer un style spécifique doivent fabriquer et maintenir leur feuille de style. En juin 2011, 1 606 CSL (creating_citation_styles) étaient accessibles sur la pagehttp://www.zotero.org/styles.Le conseil des formateurs est plutôt de se rapprocher le plus près d’un standard, ne pas chercher à se différencier mais renvoyer vers le style qui convient le mieux à la revue en le citant avec précision. Certaines revues choisissent un style puis le renomment, mais cela ne permettra pour autant de le faire évoluer avec les mises à niveau de Zotero2. Un autre conseil, est de sélectionner un style qui existe à la fois sur endnote et sur Zotero pour faciliter le travail des auteurs qui ont tous des usages différents. Il est bien sûr toujours possible de créer ses propres styles…, Zotero donne des indications sur la façon de les créer sur sa page styles de citation.  A noter, lorsque l’internaute passe la souris sur un style il peut visualiser le genre du style, une astuce bien pratique…

L’éditeur de la revue donnera alors un fichier formaté qui s’intégrera directement dans Zotero. L’ajout d’un style supplémentaire se fait simplement par glisser/déposer du nouveau style dans une fenêtre ouverte de Zotero.

Parmi toutes les feuilles de style, une d’entre elles devrait intéresser la communauté des chercheurs francophones en SHS : récemment été créée par et pour les historiens français, elle est signalée sur La boîte à outils de l’historien http://www.boiteaoutils.info/2011/06/styles-francais-de-citation-sous-zotero.html

Et si je me suis trompé dans le choix du style de bibliographie ou de mes notes, puis-je facilement le modifier ?

A tout moment, il est possible de changer de style c’est un des principaux intérêts de ce logiciel : les changement de styles sont possibles à tout moment, qu’il s’agisse de l’affichage de la bibliographique comme de l’appel de citation puisque le logiciel le gère automatiquement. Pour l’utiliser, il faudra d’abord installer zotero word processor plugin en ayant pris soin de fermer son traitement de texte et en conservant son navigateur Firefox ouvert. Ce plugin permet d’aller chercher des références bibliographiques dans la base de données (sous réserve que Firefox et donc Zotero soit ouverts, mais il est possible de travailler en mode non connecté), et selon le style choisi, de générer automatiquement les appels à citation, éventuellement des références abrégées en notes de bas de page, puis d’élaborer la liste complète des référence. Le style pourra être modifié à la demande, avec facilité sans intervenir dans le texte, pour répondre aux contraintes des éditeurs et des revues.

Lorsque l’on synchronise sa bibliographie, synchronise-t-on en même temps les PDF joints ?

Oui, au moment de la synchronisation, tout est accessible en ligne. Aussi, il faut être vigilant sur les droits liés aux PDF. Rares sont ceux qui peuvent être librement diffusés. Cela dit, seul 100Mo sont gratuits, l’espace supplémentaire est payant : il est donc impossible d’accumuler les PDF sans s’en rendre compte rapidement.

Zotero permet-il de saisir des données audiovisuelles ?

Oui. La liste des types de documents audiovisuels permet de sélectionner plusieurs termes : podcast, émission de TV, émission de radio, vidéo, film, interview, enregistrement audio, enregistrement vidéo.

Peut-on récupérer des bibliographies depuis Endnote ?

Il était auparavant possible de récupérer des bibliographies depuis EndNote. Toutefois, depuis le procès (perdu) de la société qui développe EndNote contre Zotero parce qu’il permettait de lire le format propriétaire de ses fichiers, l’intégration est devenu impossible.

Zotero permet-il de saisir des références dans des langues non latines ?

Oui, Zotero est développé en unicode et il permet donc récupérer des notices dans toutes les langues. Toutefois, si la page la web depuis laquelle on récupère la référence bibliographique n’est pas encodée en unicode, cela ne pourra pas fonctionner. Parfois, il y a des soucis ponctuels. Par exemple sur CAIRN il y a longtemps eu des problèmes avec les accents qui semblent s’être résolus récemment. 

Zotero est-il compatible avec Calames ?

Actuellement, Zotero n’est pas compatible mais il faut le demander à l’ABES qui fait constamment évoluer Calames.

Doit-on toujours être connecté pour utiliser Zotero ?

Pas du tout, il suffit d’ouvrir son navigateur en mode « non connecté ». Le lien avec les fichiers textes ou PDF se fera mais pas la synchronisation qui ne peut se mettre en route qu’avec la connexion.

Peut-on choisir son export en XML ?

Oui, plusieurs choix d’exports sont possibles, dont la DTD de MODS.

Peut-on afficher en ligne son paramétrage ?

Non ni le paramétrage ni le mode recherche ne sont accessibles en ligne. C’est un des défauts de Zotero qui sur ce plan a un concurrent d’importance avec le logiciel Mendeley, bien meilleur sur l’interface web. A noter, le dédoublonage n’est pas non plus automatisé. C’est aussi un défaut important qui n’est actuellement pas prévu sur la roadmap du logiciel à brève échéance.

Compte-rendu rédigé par Blandine Nouvel et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques : Femme portant un diadème, photographie peinte à la main sur plaque de verre par Serge Vargassoff (1906-1965), image prise entre 1910 et 1940. Collection du musée Powerhouse (Australie). Don de Vera Vargassoff en 2010. Pas de restrictions de droit connues.  Permalien : www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=415100

  1. RDF, ou Ressource Description Framework, développé par le consortium W3C, est un langage de base du web sémantique. Son objectif est de décrire de façon formelle les ressources Web et leurs métadonnées. []
  2. L’usage semble pourtant courant puisque sur les 1 606 styles, seuls 384 sont uniques – Pour les visualiser, sélectionner « Show only unique styles ». []

Zotero : une matinée de formation à la MMSH (Aix-en-Provence), le jeudi 23 juin 2011

Zotero est un outil de gestion bibliographique (collecte, gestion, export de références) construit sur un mode collaboratif, créé par des historiens du Center For history and New Media (George Mason University).

“Faire sa bibliographie en un clic et la partager”

Le  jeudi 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), à Aix-en-Provence, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numérique.

Compte-rendu de la journée : http://phonotheque.hypotheses.org/5341

Programme :

9h – 9h30

Anne Mailloux, Maître de Conférences, Département Histoire Université de Provence, LAMMComment j’ai Intégré Zotero dans mon travail de recherche.

9h30 – 10h

Jean-François Rivière, chargé d’édition au CléoSaisir une référence bibliographique en un clic dans Zotero : pourquoi ça marche ? L’exemple de Revues.org.

10h15 – 13h

Gabriel Gallezot, Maître de conférence à l’UNS (Université Nice Sophia Antipolis) : Conseils pratiques pour utiliser Zotero avec efficacité.

Lieu de la formation : Salle Duby (MMSH)

Horaires : 9h – 13h

Modalités : entrée libre sur inscription auprès de Véronique Ginouvès (ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr)

Se rendre à la MMSH : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Bibliographie en ligne (tutoriels et articles pour commencer à utiliser Zotero) : http://www.zotero.org/groups/journes_mistral/items/collection/UBUU78AH

Le blog francophone de Zotero : http://zotero.hypotheses.org/

L’annonce de la formation sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle19785.html

Valoriser les archives sonores inédites dans un centre de documentation

Un pêcheur des Saintes-Marie-de-la-Mer évoque la vie quotidienne au début du 20e siècle  “Era un autra vida” – une autre vie faite de cueillette, de braconnage et de pêche…  Cet extrait sonore, enregistré en 1984 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Le Pays d’Arles par ses gens” introduisait une conférence sur la valorisation des archives sonores des sciences humaines et sociales dans un centre de documentation organisée par l’ADBS (section PACA).

Crédits photographiques : A fisherman in sou’wester mending lobster/crab creels on the beach alongside a beached Sheringham crab boat, National Maritime Museum, 1910-1911. Pas de restrictions de copyright connues.

Extrait sonore : enquête réalisée par Jean-Pierre Belmon aux Saintes-Maries-de-la-Mer dans le cadre de la publication : Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.

Ce diaporama est cité dans le billet “Collecter la mémoire de l’autre”, http://plozevet.hypotheses.org/5955 (publié le 23 mars 2011).