Archives de catégorie : Formation/emploi

Zotero : une matinée de formation à la MMSH (Aix-en-Provence), le jeudi 23 juin 2011

Zotero est un outil de gestion bibliographique (collecte, gestion, export de références) construit sur un mode collaboratif, créé par des historiens du Center For history and New Media (George Mason University).

“Faire sa bibliographie en un clic et la partager”

Le  jeudi 23 juin 2011, une matinée de formation sur Zotero est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), à Aix-en-Provence, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques du numérique.

Compte-rendu de la journée : http://phonotheque.hypotheses.org/5341

Programme :

9h – 9h30

Anne Mailloux, Maître de Conférences, Département Histoire Université de Provence, LAMMComment j’ai Intégré Zotero dans mon travail de recherche.

9h30 – 10h

Jean-François Rivière, chargé d’édition au CléoSaisir une référence bibliographique en un clic dans Zotero : pourquoi ça marche ? L’exemple de Revues.org.

10h15 – 13h

Gabriel Gallezot, Maître de conférence à l’UNS (Université Nice Sophia Antipolis) : Conseils pratiques pour utiliser Zotero avec efficacité.

Lieu de la formation : Salle Duby (MMSH)

Horaires : 9h – 13h

Modalités : entrée libre sur inscription auprès de Véronique Ginouvès (ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr)

Se rendre à la MMSH : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

Bibliographie en ligne (tutoriels et articles pour commencer à utiliser Zotero) : http://www.zotero.org/groups/journes_mistral/items/collection/UBUU78AH

Le blog francophone de Zotero : http://zotero.hypotheses.org/

L’annonce de la formation sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle19785.html

Valoriser les archives sonores inédites dans un centre de documentation

Un pêcheur des Saintes-Marie-de-la-Mer évoque la vie quotidienne au début du 20e siècle  “Era un autra vida” – une autre vie faite de cueillette, de braconnage et de pêche…  Cet extrait sonore, enregistré en 1984 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Le Pays d’Arles par ses gens” introduisait une conférence sur la valorisation des archives sonores des sciences humaines et sociales dans un centre de documentation organisée par l’ADBS (section PACA).

Crédits photographiques : A fisherman in sou’wester mending lobster/crab creels on the beach alongside a beached Sheringham crab boat, National Maritime Museum, 1910-1911. Pas de restrictions de copyright connues.

Extrait sonore : enquête réalisée par Jean-Pierre Belmon aux Saintes-Maries-de-la-Mer dans le cadre de la publication : Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.

Ce diaporama est cité dans le billet “Collecter la mémoire de l’autre”, http://plozevet.hypotheses.org/5955 (publié le 23 mars 2011).

Comment valoriser des archives sonores dans les centres de documentation ?

Mardi 22 mars 2011 de 10h00 à 12h00 vous pourrez écouter une conférence sur les archives sonores organisée par l’ADBS PACA Marseille :

Depuis quelques années, les archives entrent volontiers dans les centres de documentation. Elles viennent enrichir les fonds documentaires, compléter des collections ou contextualiser l’histoire des institutions Les archives sonores ont leur propre spécificité et proposent de nouvelles formes d’accès et de valorisation en direction de différents publics. La conférence a pour objectif de sensibiliser les documentalistes à la gestion de ce type d’archives, en rappelant les différentes règles juridiques et techniques qui les régissent mais aussi – et surtout – leurs différentes utilisations et de leurs modes de valorisation.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez y assister.

Crédits photographiques : Four men and two women on the deck of the three-masted bark Lamoricière, Puget Sound port, Washington, ca. 1904. Photographe: Hester, Wilhelm, 1872-1947. Collection : Wilhelm Hester Collection (Washington). Permalien : http://content.lib.washington.edu/u?/hester,67 Pas de restrictions de copyright connues.

A propos de la sauvegarde du patrimoine immatériel : une demi journée d’information à écouter en ligne

Le 8 décembre 2010, la phonothèque de la MMSH participait à une demi journée de d’information professionnelle sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel organisée parARCADE (agence des arts du spectacle Provence Alpes Côte d’Azur). Un compte rendu avait été publié sur les Carnets de la phonothèque. Désormais vous pouvez aussi écouter en ligne les interventions de Chérif Khaznadar, Charles Quimbert, Dominique Séréna et Véronique Ginouvès. Bonne  écoute !

Un compte-rendu de la journée d’études des professionnels de l’information de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS – 25 novembre 2010

L’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a organisé, le jeudi 25 novembre dernier, une journée d’études consacrée aux professionnels de l’information de la BAP F. Cette branche d’activités professionnelle de l’enseignement supérieur et de la recherche regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE ; elle est décrite dans un REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l’ENseignement Supérieur (REFERENS). Le programme détaillée et les interventions de la journée sont disponibles sur le site de l’INSHS

Côté métier

La BAP F est fortement représentée dans les unités SHS. 600 personnes accompagnent la vie quotidienne des chercheurs et soutiennent la diffusion des résultats de la recherche en créant un site, en faisant des actions de communication, en proposant une documentation structurée ou en réalisant de la cartographie. Ces métiers sont en constante évolution car très liés aux technologies de l’information et de la communication. L’INSHS a le désir d’animer ce réseau de compétences en aidant à la circulation et à la mutualisation des bonnes pratiques.

Qui sommes-nous ? Des femmes principalement (74%) de plus de 35 ans, documentalistes (50%), ingénieur(e)s d’étude, travaillant à Paris et la région parisienne et aussi dans des unités situées en région, et en particulier en Rhône Alpes et en Provence. L’observatoire des métiers du CNRS pour la BAPF va proposer un répertoire d’activités plus précis que le répertoire des emploi-type, lui même différent de fiches de poste. Un débat a eu lieu autour de la question des missions des professionnels de l’information dans les laboratoires.

Les plateformes à notre service

Les missions du TGE Adonis (http://www.tge-adonis.fr) ont été rappelées : structuration des ressources numériques, moyen de stockage et de calculs pour les laboratoires, plateforme de recherche nommée ISIDORE qui a été inaugurée en décembre 2010. Il s’agit d’un moteur de recherche spécialisé en SHS qui moissonnent les données de collections, 35 à ce jour, et valorisent ainsi des ressources du web invisible comme la banque de données Regards, tout en permettant une recherche globale sur divers portails existants, Revues.org, Crévilles, Persée

Le TGE Adonis a participé à la finalisation de deux autres plateformes proposées par le CCSD. La première présentée lors de cette journée a été SciencesConf-Hal Gestion de conférences (http://www.sciencesconf.org) : il s’agit d’une interface de gestion de conférence pour absolument tout faire autour d’un projet de colloque : appels à communication, création de liste de diffusion, formulaire d’inscription, circuit fermé de validation, actes finalisés, dépôt dans HAL, outils statistiques, site pérenne. Tout projet de site pour un colloque doit être déclaré et soumis à validation, ensuite nous pouvons disposer d’un site propre entièrement paramétrable (interface proche de Hal), y compris le graphisme…La plateforme est articulée avec Azur colloque (centre de paiement du CNRS). Le site est opérationnel depuis fin 2010.

Médihal (https://medihal.archives-ouvertes.fr), autre service du CCSD et projet du TGE Adonis, a pour mission d’archiver de façon pérenne des corpus d’images. Ce projet est né du constat que les chercheurs disposent d’un grand nombre de photos sur des disques durs cassés ! De plus en plus de données numériques sont délocalisées pour être conservées. L’objectif de Médihal est donc de conserver les données de la recherche et de diffuser les collections d’images, d’ouvrir les données à un public et à un autre usage. Comment sont structurées les métadonnées dans Médihal ? Elles suivent les normes IPTC Core Schema for XMP et proposent des images aux formats JPG et TIFF. Au moment de la saisie, il est possible d’indiquer la latitude et la longitude de la prise de vue et d’avoir ainsi automatiquement l’affichage de la géolocalisation de la photographie. Des flux RSS sont générés par auteur et par catégorie. Les images peuvent être diffusées sous licence créative commons ou sous des droits spécifiques. Il s’agit avant tout de mettre en valeur des séries, des collections d’images attachées à un projet de recherche à ou à la numérisation d’un fonds patrimonial ; à voir en exemple, les collections de l’Ifpo et de la Bibliothèque Universitaire de Lyon1.

La présentation a donné lieu à un débat sur la validation des documents déposés. L’extension du service aux données sonores et audiovisuelles pose le problème de façon plus cruciale encore : si il est possible de lire rapidement un document textuel ou de visualiser une photographie, impossible de savoir ce qu’il y a dans un document sonore ou filmique sans prendre le temps d’ouvrir le fichier et d’écouter ou regarder sur la durée : écouter ou visualiser une information continue devient une tâche beaucoup trop lourde pour le valideur. Il faudra trouver d’autres modalités pour les formats audios et vidéos. A lire : la notice de MediHal dans Aldébaran http://aldebaran.revues.org/6509

Aux côtés des revues, la plateforme Revues.org propose désormais des collections de livres en ligne. Il en existe déjà 13 à ce jour. A titre d’exemples, les Presses Universitaires de Rennes (PUR), le Collège de France, ou les éditions Droz ont choisi de mettre en ligne une partie de leur catalogue de monographies via Revues.org. (http://livres.revues.org).
La plateforme de livres de Revues.org qui utilise le logiciel d’édition électronique Lodel permet de réaliser une diffusion multicanal des livres électroniques avec la possibilité d’en proposer la lecture sur liseuse au format ePub. Le Bookserver de Revues.org permet depuis quelques mois, à tout un chacun, de consulter et lire les publications membres de Revues.org sur smartphone, tablette ou liseuse (http://leo.hypotheses.org/5222).

La politique de Revues.org est toujours celle du libre accès au texte intégral, à laquelle s’ajoute la possibilité de s’abonner à une serie des services payants au travers de l’offre OpenEdition Freemium. L’objectif d’OpenEdition Freemium est de développer un modèle économique durable pour le développement du libre accès à la littérature scientifique. OpenEdition Freemium qui s’adresse en priorité aux bibliothèques est présentée comme une forme d’alliance que le Cléo souhaite établir avec ces dernières. L’objectif est de doter le libre accès d’un véritable modèle économique pérenne et d’offrir un mode d’accès à l’information scientifique adapté aux besoins des utilisateurs des bibliothèques, étudiants, enseignant et chercheurs.

Les projets dans les unités

Caroline Abela a présenté le centre de documentation Regards à Bordeaux (http://www.regards.cnrs.fr) qui met à disposition un catalogue très riche, intégré au moteur de recherche Isidore. Il couvre des thèmes variés : géographie, aménagement, développement, environnement, santé, sociétés. Outre cette base de données, des services en direction de publics différents  sont mis en oeuvre : un portail de veille qui propose une sélection de revues thématique, une base de sommaires de revues, une page delicious qui sélectionne des sites par thèmes, un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses – Terrferm – qui accompagne un projet ANR, une collection de photographie  en cours d’intégration sur Médihal.

Depuis 2001 l’ISH a spécialisé une partie de ses savoir-faire dans l’image animée à travers la création du Pôle Image Animée (PIA). Il apporte un soutien technique dans toutes les phases de la production audiovisuelle : écriture du scénario tournage, montage, diffusion. Une base de données des vidéos est en cours de réalisation. C’est un site de recherche qui croise le travail des chercheurs, des conteurs et des réalisateurs. Cette base méritera une notice dans Aldébaran ! Le catalogue des vidéos éditées est accessible sur le site (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr).

Telemeta est un logiciel réalisé pour rendre accessible les archives sonores de la recherche de plusieurs laboratoires : le Centre de Recherche en Ethnomusicologie au sein du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Maison René Ginouvès), le LAM (lutherie, accoustique, musique), le département de la musique de la parole au sein du MuCEM, la phonothèque de la MMSH. Telemeta vise à rendre ces archives accessibles aux chercheurs et, dans la mesure du possible, au public, dans le respect des droits intellectuels et moraux des musiciens et des collecteurs. Mise au point grâce au soutien du programme TGE-Adonis du CNRS et du Ministère de la Culture, elle permet aux chercheurs d’échanger les données en ligne, avec les communautés productrices de ces musiques dans leur pays d’origine, notamment au moyen d’outils collaboratifs comme des marqueurs, des espaces de commentaires, etc… Le logiciel est librement accessible et ses spécifications sont décrites avec précision.

Enfin, vous avez pu déjà visionner sur les Carnets de la Phonothèque la présentation qui a été faite du site Aldébaran (http://aldebaran.revues.org/). L’équipe de ce projet qui propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines en a profité pour lancer un appel à collaboration : si vous êtes intéressés pour rédiger des notices qui permette à la communauté de s’approprier les outils électroniques, de les partager, de mieux les comprendre… n’hésitez pas à nous rejoindre !

Crédits photographiques : “Women in white” doctor Navy planes (motors) at the Naval Air Base, Corpus Christi, Texas, 1944. Photographie de Hollem, Howard R. Biblitohèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34880

Compte rendu : une après-midi sur le patrimoine culturel immatériel

Le Zoom Arcade du 9 novembre 2010 sur le patrimoine culturel immatériel était placé sous le signe du flamenco : pour rappeler son inscription en novembre 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, Philippe Fanise avait invité Jean Fernandez dit El Tchoune à ouvrir l’après-midi sur un chant accompagné à la guitare et aux percussions. Joli procédé pour que le public puisse se plonger en quelques instants dans toute la profondeur, l’émotion et la force du patrimoine immatériel. Les conférences en ont recueilli plus d’intensité. En présentant la manifestation, Philippe Fanise a souligné le nombre important de participants, plus d’une centaine, venus de toute la France et issus de  milieux professionnels très différents : le patrimoine culturel immatériel intéresse bien-sûr ceux qui le vivent, mais aussi ceux qui l’étudient, ceux qui le conservent, sans oublier ceux qui le soutiennent… Ainsi, se côtoyaient ce jour là des artistes et des représentants des arts du spectacle, des musées, des associations culturelles, des responsables de DRAC, de parcs naturels, des conservateurs du patrimoine, des archivistes, des bibliothécaires, des enseignants, des chercheurs, des étudiants, des responsables du tourisme… Cette demie-journée s’est avérée extrêmement riche en enseignement puisqu’elle a permis de bien comprendre les enjeux de la convention de l’UNESCO, d’engranger des exemples concrets d’actions locales autour du patrimoine immatériel et de prendre connaissance de projets de valorisation dans le domaine en région PACA.

Pour présenter la convention de l’UNESCO pour le patrimoine culturel immatériel1, Chérif Khaznadar2 a tout d’abord fait le récit de la naissance d’une nouvelle expression, celle de « patrimoine culturel immatériel » : une combinaison de trois termes pour désigner un concept peu ou mal connu. Contre toute attente, l’expression a été adoptée au niveau mondial. Folklore, traditions populaires, patrimoine vivant… depuis le 18e siècle, les appellations se multipliaient, elle se sont trouvées résumées en une seule, institutionnalisée lorsque l’UNESCO a commencé à travailler sur le sujet3. Elle est aujourd’hui entrée dans le langage courant, souvent abrégée en « PCI ». Une belle réussite, car les mots comptent pour que la société civile puisse s’approprier les projets lancés par les institutions ! Dans un pays comme la France, par exemple, où le patrimoine est sacré et où le terme de folklore n’est pas sans provoquer un certain malaise, la création de ce nouveau terme a permis d’effacer un passif et de repartir sur des bases nouvelles.

Au-delà d’une simple lecture, c’est avec clairvoyance que Chérif Khaznadar nous a fait pénétrer directement au coeur des enjeux de la convention – partageant avec générosité sa grande connaissance du terrain4. Revenons en 1972. A ce moment là, la première convention de l’UNESCO concernaient uniquement la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, faisant la part belle aux pays occidentaux. De façon un peu embarrassante, l’Afrique et le Pacifique étaient cruellement absents de cette liste, et ce même après l’ajout de la notion de patrimoine naturel dans la convention. L’immatériel semblait un bon moyen d’ouvrir la porte aux pays du Sud. Le travail de rédaction de la convention a été le fruit d’une longue élaboration qui a permis de faire émerger des questions fondamentales.  Il a abouti à un texte clair et constructif, d’une intelligence rare – c’est Charles Quimbert qui le définira ensuite ainsi – car il permet à chaque acteur de terrain de s’y retrouver. Au moment de l’écriture, les experts pensaient tout d’abord simplement aménager celui de la convention de 1972. Mais très vite il est apparu que ces deux patrimoines matériel/immatériel étaient bien trop opposés : le premier répondait aux critères de valeurs universelles et exceptionnelles avec des notions de hiérarchie et d’authenticité, le second ne pouvait prendre en considération ce type de sélection… Le patrimoine vivant, qu’il s’agisse de musique, de danse, de savoir-faire, de rituel… ne peut se mesurer à un autre. Deux listes ont ainsi répondu à deux postures différentes : lorsque le patrimoine culturel immatériel est en danger il est à sauvegarder (liste de sauvegarde), sinon il est simplement représentatif (liste représentative).5.

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour Chérif Khaznadar, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l’assistance internationale. L’essentiel de la sauvegarde doit s’organiser au niveau national et le soutien financier de l’UNESCO n’est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et afin que les pays signataires reconnaissent – ou connaissent – mieux leur patrimoine immatériel, l’UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d’inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié le Censo del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place une cartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.

Parmi les questions de la salle, nombre ont porté sur la question des langues minoritaires, en regrettant qu’elles ne puissent être inscrites sur la liste de sauvegarde en tant que telles. L’UNESCO oeuvre à promouvoir la diversité linguistique et le multilinguisme, l’atlas des langues en danger dans le monde qu’il a publié en ligne en 2009 en est un des exemples ; mais, en effet, dans la convention, la langue est présentée comme un vecteur de communication et ne peut être un élément de dépôt. C’est le contexte dans lequel l’élément à sauvegarder est immergé, ce qui implique la défense des langues. Pour Charles Quimbert, l’entrée de la langue par l’aspect « patrimonial », héritage transmis de génération en génération est vraiment intéressant pour faire vivre les langues : la sauvegarde des paghjelle inscrites dans la liste de sauvegarde en 2009 engage la langue corse dans laquelle elles sont interprétées, il en va de même pour le conte ou encore la transmission d’un savoir-faire. Dans les projets de l’UNESCO il semble qu’il soit question de travailler sur une convention spécifique pour les langues, elle sera attendue avec beaucoup d’intérêt et d’impatience !

Charles Quimbert, chanteur breton et directeur de Dastum, a ensuite présenté, en trois points très concrets, comment les acteurs culturels d’une région se sont emparés d’un outil juridique ratifié par la France, la Convention du patrimoine culturel immatériel, pour faire fructifier leurs actions. Il a tout d’abord expliqué que cette convention arrivait à point dans une Bretagne qui ne se considérait ni nostalgique, ni passéiste, à l’aise dans la mondialisation. Ce texte offrait, en plaçant la personne et les communautés au coeur de la réflexion, de bonnes bases pour réfléchir sur les enjeux de la diversité culturelle et la façon de donner une place aux acteurs et aux témoins. Une journée a été organisée en décembre 2008 : plus de 200 personnes sont venues découvrir la convention et les actions qui pouvaient être menées sous ses auspices. Le fest-noz est une fête vivante, transmise de génération en génération, passé de la sphère privée à la sphère publique, communautaire, intergénérationnel. Les chants à écouter (Gwerz et complaintes) sont en train de disparaître. La demande sera faite d’inscrire le premier sur la liste représentative, les seconds sur la liste de sauvegarde. En conclusion, ce travail régional autour du patrimoine immatériel s’est avéré extrêmement constructif. Il a permis à chacun de s’en saisir. Le comité du patrimoine immatériel en Bretagne est une lieu de réflexion et de rêve… Plusieurs secteurs y sont présents et notamment le monde économique, celui la cohésion sociale, ils ont rarement autant travaillé avec celui de la culture.

Dominique Séréna s’est appuyée sur une présentation historique des musées pour démontrer que ceux-ci peuvent utiliser le patrimoine matériel à bon escient afin de générer du patrimoine immatériel qui ait du sens. Dans le projet de refondation du Museon Arlaten, le parti pris a été de considérer le musée comme un objet patrimonial au même titre que les objets provençaux d’usage réunis depuis plus d’un siècle. Dans ce lieu de mémoire créé par Mistral, chaque objet pourrait – si on savait le faire parler – raconter des traditions vivantes, mais ces objets ont été jusqu’ici empilés dans des vitrines et recouverts de poussière. Dominique Séréna “sauvegardienne”, nous décrit avec humour et finesse, les traditions reprises par les multiples discours : ceux des objets, ceux des conservateurs, ceux des habitants, ceux des étiquettes inversées… Elle cite par exemple les reconstitutions grandeur nature de la veillée de Noël – un savoir être ensemble des provençaux qui pourrait très bien être inscrit sur les listes du PCI – que Frédéric Mistral avait fait réaliser pour le musée. Mistral reconstituait alors ce qu’il connaissait de la veillée. Avec le mouvement folkloriste, Marie Gasquet et la revue d’Aubagne, la tradition vint à être normée :  dans la salle calendale il n’y a qu’une petite dizaine de desserts et pourtant chaque année le miracle se produit, les visiteurs en voient toujours 13… Le musée a fermé l’année dernière pour ré-ouvrir en 2014 : comment continuer à le faire vivre entre temps ? Les actions hors les murs sont nombreuses mais il en est une où le patrimoine immatériel est particulièrement valorisé  : le voyage des 10. Dans cette aventure, Guylaine Renaud, femme troubadour, a proposé de travailler autour de 10 objets choisis avec elle par les conservateurs du musée, du vélo de Jeanne Calman en passant par une vitrine judéo-comtadine, la charrette de la Saint-Eloi ou les trompettes de la Saint-Jean…  Pour chacun d’eux, Guylaine Renaud invite un artiste, en résidence itinérante. Chacun va utiliser à la fois ses compétences, ses traditions, sa création, et les objets se mettent à parler.

La phonothèque de la MMSH a présenté le portail du  patrimoine oral, un outil collectif qui permet de rechercher à travers une grande masse critique de documents du patrimoine oral : récits de vie, savoirs faire, contes, chansons, … Voilà l’occasion d’écouter les détenteurs du patrimoine immatériel.  Charles Quimbert est de ceux là, qui nous a chanté J’ai fait l’amour à une brune en clôture de notre après-midi.

Diaporama présenté par la phonothèque de la MMSH lors du Zoom Arcade :

Présentation du programme du Zoom du 8 décembre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3898

Crédits photographiques : Espagne / Danse locale, photographie de Ch. Chusseau-Flaviens, ca. 1908 (plaque de verre, 9 x 12 cm), collection George Eastman House

Etonnammment les pays signataires ont tout de suite choisi d’inscrire des éléments de leur patrimoine sur la liste représentative. Pour SK, cette attitude est pourtant loin de l’esprit de la convention. Lors de la cinquième session du comité intergouvernemental à Nairobi en octobre dernier, les dossiers de la liste représentative dominaient toujours par leur nombre et, pire encore, alors que pour la première fois la session avait lieu en Afrique sub-saharienne aucun dossier africain n’a émargé sur la liste de sauvegarde en 2010. Pourquoi donc tous les pays souhaitent-ils ainsi voir leur patrimoine inscrit sur cette liste ? Chérif Khaznadar n’a pas de réponse à cette question mais pour lui cette liste représentative n’a finalement qu’une valeur d’enregistrement, pour un coût et une charge de travail de plus en plus lourde chaque année. Il a rappelé que l’UNESCO n’avait pas de moyens financiers assez importants pour soutenir tous les projets inscrits et que les fonds allaient en priorité pour le financement de projets de sauvegarde et l’assistance internationale. L’essentiel de la sauvegarde doit s’organiser au niveau national et le soutien financier de l’UNESCO n’est engagé que les pays en voie de développement. La liste « représentative », quant à elle, n’implique aucun soutien spécifique. Pour soutenir et susciter des actions de sauvegarde, et que les pays signataires connaissent et reconnaissent mieux leur patrimoine immatériel, l’UNESCO a lancé des actions incitant à la réalisation d’inventaires dont les méthodes sont laissées au choix de chacun.  Ils se multiplient actuellement et certains ont permis de véritables découvertes. Le Vénézuela qui a publié leCenso del Patrimonio Cultural Venezolano et la Colombie qui a mis en place unecartographie musicale, sont deux exemples de réussite de ce type d’inventaire dont il y a beaucoup à attendre.
  1. Cette convention, promulguée en octobre 2003, est entrée en vigueur en 2006. Elle est ratifiée par 133 pays aujourd’hui. []
  2. Chérif Khaznadar est président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO []
  3. Lanarani, Leila. « L’avant-projet de convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : évolution et interrogations ». Annuaire français de droit international, 2002, Vol. 48, n°48, pp. 624-656 [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/afdi_0066-3085_2002_num_48_1_3719 []
  4. Cherif Khaznadar a été directeur de la maison de la culture de Rennes pendant 10 ans où il a créé en 1974 le festival des arts traditionnels. Il a ensuite créé la Maison des Cultures du Monde à Paris en 1982 et le centre de documentation sur les spectacles du monde à Vitré. Directeur de la maison des cultures du monde entre 1982 et 2007, il en est devenu président en 2008. Aujourd’hui il dirige la Collection Internationale de l’Imaginaire, co-fondée et co-dirigée jusqu’en 2007  (date de son décès) avec Jean Duvignaud. Le thème principal est celui de l’univers des arts vivants de par le monde, notamment d’un point de vue ethno-musicologique (Babel / Maison des Cultures du Monde). []
  5. Notons également que 90 chefs d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité, « proclamés » en 2001, 2003 et 2005, ont intégré à la liste représentative par le Comité, en 2008 dans un programme précurseur de la convention.  Nous pourrions également ajouter l’existence d’une troisième liste, constituée par le registre de bonnes pratiques. Ce registre répertorie les programmes, projets et activités visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel considérées comme les plus pertinents et exemplaires. C’est le Comité intergouvernemental qui les sélectionne périodiquement, parmi les propositions soumises par les États parties, et les promeut en tant que bonnes pratiques de sauvegarde. []

Zoom sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Le mercredi 8 décembre 2010 de 14h à 17 h aura lieu à Aix-en-Provence une demi-journée d’information et d’échanges sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.  Cette formation est organisée dans le cadre des Zooms mensuels d’ARCADE  où se donnent rendez-vous les professionnels du spectacle vivant  pour approfondir un sujet d’actualité ou une question de fond pour le secteur de la culture, des arts et du spectacle, tout en créant un espace de rencontre entre professionnels. La journée est gratuite et ouverte à tous mais il est nécessaire de s’inscrire auprès du Centre d’information et de documentation d’ARCADE 04 42 21 78 65 et cid [@] arcade-paca.com. Vous pouvez demander des renseignements complémentaires à Philippe Fanise, responsable du service des musiques et danses traditionnelles et du monde à ARCADE et organisateur de l’évènement : p.fanise[@]arcade-paca.com

L’invité d’honneur en sera Chérif Khaznadar, président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO. Il présentera la Convention de l’UNESCO adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006 : ses objectifs et son fonctionnement ainsi que les premiers résultats de son action,  ses effets positifs comme ses effets pervers.  Il reviendra sur les définitions de certains termes comme “conservation” ou “patrimoine culturel immatériel” en délimitant les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Enfin, il brossera un tableau de la mise en oeuvre de la convention en France, à l’échelle nationale et régionale.

Un compte rendu de la journée a été rédigé sur Les carnets de la Phonothèque le 13 décembre 2011 ; http://phonotheque.hypotheses.org/4297

Sa conférence sera suivi de trois interventions destinées à illustrer les actions régionales, de Bretagne en Provence avec :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) : Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du Portail du patrimoine oral, catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BnF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles) : Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Le programme : http://www.arcade-paca.com/index.php?id=675

Crédits photographiques : Musique de rue pour un baptême à La-Paz, 28 août 2005, Véronique Ginouvès.

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une “tammurriata” pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de “Vésuve”, interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de “films sonores” qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

FORMATION : Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales

A l’heure où se multiplient les projets d’édition électronique des sources de la recherche, où de plus en plus de chercheurs voudraient diffuser les matériaux de leurs recherches, et où des bibliothèques et centres de documentation souhaitent valoriser leur patrimoine scientifique, l’ampleur de l’entreprise peut désemparer : comment se lancer dans un tel projet, à qui s’adresser, quelles compétences rassembler, quels financements trouver, comment assurer le succès de ce projet, comment garantir la pérennité d’une diffusion en ligne, etc.

C’est pour donner aux personnes impliquées dans un tel projet des éléments de réponse à toutes ces questions que le Service éditorial et publication électronique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (SEPE, IRHT-CNRS), rejoint par des acteurs du domaine des humanités numériques, propose une action nationale à gestion déconcentrée (ANGD) soutenue par la formation permanente du CNRS et le TGE Adonis, sur la production, l’édition, la gestion et la diffusion des sources numériques de la recherche en sciences humaines et sociales.

L’objectif de cette formation, d’une durée d’une semaine, est ambitieux mais précis. A travers un cas d’école permettant la mise en situation des stagiaires, par des exercices pratiques et de nombreuses prises de parole, des ateliers aborderont successivement les différentes étapes du processus. L’identification des acteurs, la répartition des tâches, la définition d’un calendrier rigoureux, la coordination de la communication tant au sein de l’équipe qu’en direction des tiers (financeurs, public), l’anticipation des problèmes qui peuvent survenir, l’articulation entre la structuration des données et l’usage qui en sera fait, apparaîtront comme les clés de la réussite d’un tel projet.

La formation ne donnera pas une marche à suivre impérative, mais cherchera à exposer les manières de procéder, leurs enjeux et leurs limites, pour élaborer une méthode souple qui allie bonnes pratiques et créativité, afin que les stagiaires ajustent avec pertinence leurs acquis aux objectifs scientifiques, éditoriaux et patrimoniaux des projets qu’ils conduiront. Seront abordées des thématiques comme l’établissement du cahier des charges, la définition et la production de métadonnées normalisées, le choix des méthodologies ou des outils de construction, les procédures de travail et leur documentation, les outils collaboratifs (wiki, blogs), l’indexation, l’interopérabilité des données, etc. L’intervention de spécialistes de supports différents (texte, image et son) permettra aux participants de se familiariser avec les notions techniques qui leur seront nécessaires pour opérer ensuite des choix éclairés. En particulier, tout au long de la formation, l’accent sera mis sur les conditions et techniques de pérennisation des données numériques et leurs enjeux méthodologiques.

Par ailleurs, cette semaine favorisera la rencontre avec des membres de la communauté des humanités numériques. Les stagiaires tireront de nombreux bénéfices de ces échanges et de l’expérience des projets passés. Les formateurs auront à cœur de leur montrer que la réussite d’un projet de numérisation est un travail d’équipe et repose à la fois sur le dialogue entre les partenaires impliqués (chercheurs, ingénieurs, gestionnaires, experts, financeurs), et sur la collaboration avec des réseaux plus larges (régionaux, nationaux, voire internationaux).

Formation du 11 au 15 octobre 2010
Centre Paul Langevin du CAES-CNRS, Aussois (Alpes).

Renseignements et inscriptions : irht.sepe@cnrs-orleans.fr
Pour en savoir plus : http://www.digitalhumanities.cnrs.fr/wikis/sourcesnumeriques2010

Crédits photographiques : Vue depuis le centre Paul Langevin (Aussois), hiver 2010, Véronique Ginouvès.

THATCamp Paris 18 et 19 mai 2010. Non-conférence sur les Digital humanities = THATCamp Paris 2010. User-generated “unconference” on Digital humanities

THAtCamp Paris est une non-conférence sur les Digital humanities. La première en France. Elle se tiendra à Paris les 18 et 19 mai 2010.

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer ? Le Cléo propose donc plutôt une non-conférence. Une non-conférence « générée par l’utilisateur ». Nous souhaitons développer un THATCamp. The Humanities and Technology Camp a été inventé pour porter le modèle du Camp, de la non-conférence, dans le domaine des Digital humanities. Il aura lieu le 18 et 19 mai à Paris. L’événement doit être ouvert, très ouvert, communautaire. La modalité d’inscription et de création des ateliers est le wiki.  A noter parmi les ateliers proposés, celui sur Les archives orales et le Web.

Le lieu où se tiendra le Thatcamp est la péniche de la Balein blanche, dans le 13ème arrondissement de Paris. Pour s’y rendre : métro Quai de la gare (Ligne 6) ou Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14) . RER C ou D ; Bus 62, 64 et 89 mais aussi 83 (un peu plus loin).

Le wiki du Thatcamp pour s’inscrire : http://www.digitalhumanities.fr/wikis/tcp/index.php?title=Accueil

Le blog du Thatcamp pour se tenir au courant des évolutions de l’évènement : http://tcp.hypotheses.org/

L’affiche du Thatcamp à imprimer et diffuser : http://tcp.hypotheses.org/files/2010/04/THATCamp_A3DEF3op500t.jpg

Le programme : http://tcp.hypotheses.org/311

Les 14 ateliers prévus au cours de ces deux journées :

  • Les outils collaboratifs / Collaboration tools (Muriel Foulonneau, Frédéric Clavert)
  • Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination… quelles méthodes pour promouvoir les formats ouverts et libres? / Researchers’ archives: classification, archiving and dissemination… how to promote free and open formats? (Richard Walter)
  • Le chercheur et la diffusion de ses sources : nécessités, risques, contraintes, reconnaissances? / The researcher and the distribution of his or her sources: necessities, risks, pressures, and acknowledgements (Marin Dacos)
  • Enseignement supérieur et Digital Humanities : questions de formation, définitions d’un socle commun transdisciplinaire et des applications propres aux disciplines / Higher education and Digital humanities: training issues, defining a transdiciplinary foundation, and applications proper to specific disciplines (Corinne Welger-Barboza).
  • Fouille de données et Sciences Humaines ou Fouille de données en Sciences Humaines / Data Mining and Human Sciences or Data Mining for Human Sciences? (Julien Velcin)
  • Les fonds iconographiques numériques / Digital image archives (Stéphane Pouyllau)
  • Les SIG géo-historiques / Historical GIS (Jean-Luc Pinol et Claire-Charlotte Butez)
  • Les archives orales et le web / Oral testimonies and the web (Frédéric Clavert)
  • Qualité de l’information, maintien collaboratif des ontologies, infrastructure mutualisée : quel socle technologique pour les digital humanities ? / Information quality [assurance], collaborative maintenance of ontologies, and shared infrastructure: technological foundations for work in digital humanities (Damien Roussat)
  • Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique. Quelle modélisation pour l’information historique ? / The challenge of collaboratively modeling and storing historical information. Réflexions et discussion à partir de l’expérience du projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) (Francesco Beretta et Pierre Vernus)
  • L’archivage numérique à long terme, défis et solutions / Digital archival challenges and solutions (Sarah Faraud et Gautier Poupeau)
  • L’encodage TEI peut-il être délégué à des ingénieurs ou techniciens ? / TEI encoding (Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn)
  • Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS ? / Analysis of online data: the benefits and future for human and social sciences (Stéphane Lamassé, Philippe Rygiel)
  • Les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en SHS: visibilité, citabilité, pérennité… (Karim Hammou, Émilie Bremond)