Archives de catégorie : Hommage

Appel à communication : Hommage à Marceau Gast

Les 14 et 15 mars 2011, deux journées en hommage à Marceau Gast seront organisées à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, là où ce chercheur décédé récemment, avait son laboratoire. Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad,  organisateurs de ces journées, ont choisi de reprendre dans le titre de leur journée le nomadisme de cet ethnologue, certainement l’un des meilleurs spécialiste du monde touareg :

Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras : Marceau Gast (1927‐2010), Itinéraire, terrains et recherches

Marceau Gast, Directeur de recherches honoraire au CNRS, est décédé le 25 juillet 2010 à Aix-en-Provence, après avoir lutté durant de longues années contre la maladie. Ethnologue, il a été un précurseur des études sur l’alimentation, les techniques et la culture matérielle traditionnelles des Touaregs de l’Ahaggar (dans les années 1960), avant de s’engager dans des thématiques d’anthropologie sociale : structures de la parenté, héritage, histoire et tradition orale de ces populations sahariennes. Mais le Sahara central et l’ethnologie n’ont pas été son unique horizon : ouvert à la comparaison, il a travaillé aussi sur la Kabylie, au Yémen, dans le Queyras et en Haute Provence et participé à de nombreux programmes interdisciplinaires associant ethnologues, préhistoriens, anthropologues, nutritionnistes, biologistes…

Après avoir commencé en 1948 une carrière d’instituteur au Sahara, notamment chez les Touaregs (1951‐1956), il entame en 1959 sa carrière de chercheur au CRAPE/Musée du Bardo d’Alger, où il engagera une collaboration d’une quarantaine d’années avec Gabriel Camps. En 1969, Marceau arrive à Aix‐en‐Provence avec Gabriel Camps qui fonde sa nouvelle unité de recherche à l’Université de Provence, le LAPMO, équipe associée au CNRS, que Marceau dirigera de 1985 à 1990, avant son intégration dans l’IREMAM (UMR 6568). Pendant cette période « française », il s’impliquera activement dans la vie scientifique collective : membre de plusieurs comités de rédaction et de nombreuses associations scientifiques, il est également élu au Comité national du CNRS. Admis à la retraite en 1992, Marceau a continué à avoir une vie scientifique très active, à travers de nombreuses publications, une participation régulière à l’Encyclopédie berbère dont il a été l’un des fondateurs, des conférences publiques où ses dons de passeur de savoirs captivaient toujours l’assistance.

Ses nombreux ami(e)s et collègues, du Sahara, du CRAPE (aujourd’hui CNRPAH), du LAPMO (aujourd’hui LAMPEA), de l’IREMAM et d’ailleurs voudraient à l’occasion de cette rencontre rendre hommage à l’homme et au chercheur à la carrière remarquable, par la profondeur de son ancrage dans un terrain, sa diversité et son ouverture aux disciplines connexes, son ouverture à l’Autre et aux autres, notamment aux jeunes chercheurs qu’il était toujours prêt à aider et à conseiller. La journée recevra des témoignages sur l’homme et le chercheur, des bilans et perspectives sur ses travaux et son apport dans les différents domaines où il est intervenu au cours de sa carrière.

Elles s’articuleront selon les axes suivants :

1. Marceau Gast instituteur au Sahara

2. Marceau Gast au CRAPE‐Musée du Bardo : ethnologue des Touaregs de l’Ahaggar

3. L’apport de Marceau Gast aux études sur l’alimentation des Touaregs

4. Parenté et organisation sociales : Marceau Gast observateur d’une société en mutation

5. La tradition orale : Marceau Gast à l’écoute d’un peuple.

6. Marceau Gast, un chercheur aux terrains multiples : Kabylie, Yemen, Queyas…

7. Un chercheur aux horizons scientifiques ouverts : Marceau Gast chercheur transdisciplinaire.

Organisation :

‒ Les propositions d’intervention, qui ne dépasseront pas 20 minutes, sont à envoyer avant le 15 décembre 2010 à Salem Chaker ou Hélène Claudot‐Hawad avec un résumé d’une dizaine de lignes.

‒ Les communications (et les autres contributions éventuelles qui n’auront pas pu être présentées lors de la rencontre) feront l’objet d’une publication, qui comportera une biographie et une bibliographie détaillées de MG.

– Une exposition de photographies de Marceau sur le Sahara sera montée par Hélène Claudot‐Hawad à la MMSH pour cette occasion.

Informations générales sur la rencontre :

La rencontre se déroulera sur deux jours : lundi 14 mars, mardi 15 mardi (matiné, avec possibilité de dépassement, si besoin est, sur le mardi après‐midi). Pour l’instant les organisateurs ne peuvent prendre aucun engagement quant à la prise en charge des déplacements (les demandes de financement sont en cours le budget n’est pas encore arrêté). Les organisateurs prient les personnes en exercice de s’adresser d’abord à leur institution de rattachement et de bien vouloir les contacter pour un éventuel complément. Ils recommandent aux participants de réserver leur voyage longtemps à l’avance pour pouvoir bénéficier de tarifs avantageux. Après le 15 décembre, leurs secrétariats pourront se charger de procéder, pour les participants qui le souhaitent, à des réservations d’hôtel. Aix‐en‐Provence, le 18 octobre 2010

Contacts : Salem Chaker (salem.chaker<@>univ‐provence.fr) et Hélène Claudot-Hawad (hawadclaudot<@>mmsh.univ‐aix.fr).

Ctédits photographiques : Centennial Exposition, Anthropology Exhibits  Description: Smithsonian exhibit of anthropological and other artifacts in the United States Government Building at the 1876 Centennial Exhibition in Philadelphia. Photographie noir et blanc, 8X10, 1876. Collection du Smithsonian Institution Archives. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3925&q=90-7264. Pas de restrictions de droit connues.

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, “Souvenirs”. Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, “Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981”. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre “L’histoire orale, regards croisés et décalés” : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.