Archives de catégorie : Journée d’étude

Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel

La ville de Bilbao en Biscaye (Pays Basque, Espagne) a accueilli du 13 au 16 octobre derniers un congrès international sur le Patrimoine Culturel Immatériel organisé par l’association Txoke! association pour la promotion des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible.

L’objectif était de croiser les regards et les pratiques des acteurs de son collectage, de la sauvegarde de ses archives jusqu’à sa restitution au large public. Le colloque regroupait trente cinq experts des archives sonores (archivistes, scientifiques, documentalistes, enquêteurs) de cinq nationalités différentes et issus d’institutions publiques et privées. Les actes de ce colloque devraient être publiés au premier semestre 2011.

J’y étais invité pour présenter la collection sur la mémoire orale arménienne des Bouches du Rhône réalisée en partenariat avec l’association Paroles Vives, la phonothèque de la MMSH et les Archives Départementales des Bouches du Rhône en 2008. Je devais également présenter le Portail du Patrimoine Oral, projet du pôle associé FAMDT, soutenu par la Bibliothèque Nationale de France. Ce portail moissonne auprès de cinq centres partenaires de la FAMDT  leurs notices descriptives d’archives sonores et  audiovisuelles. En octobre 2010, il proposait l’accès en ligne à plus de 80 000 notices.

Je n’ai pu malheureusement participer à ce colloque que deux demi-journées, les 13 et 14 octobre. Il faut saluer la qualité d’organisation de telles rencontres où il nous est possible de présenter nos travaux, échanger sur nos méthodologies et conceptions théoriques mais où il nous est aussi donné de relativiser nos approches et de visiter les structures qui gèrent et génèrent de l’archive sur le patrimoine immatériel.
Suite aux présentations de travaux de collectages aussi divers que l’ethnographie des communautés féminines de Ténès-Chlef, la tradition en danger des conteurs de la place Djemaa el Fna ou des campagnes de collectages en territoires basques (espagnols ou français) ou breton, les institutions de diverses nationalités (espagnoles, françaises, allemandes, mexicaines) ont présenté leurs collections et leurs moyens de conservations. Ainsi, une image plurielle de l’archive sonore s’est dessinée. Evidemment, chaque fonds ainsi identifié attire le regard et la curiosité. On a envie d’aller voir plus près, d’écouter, d’aller plus loin, peut-être même de rencontrer les collectionneurs, les informateurs… Reste toujours en suspens la question de la diffusion au public ; mais l’ensemble des participants au congrès se rassemblent autour de la même idée : il faut sauvegarder et documenter ces archives. La consultation est  à venir.
L’origine institutionnelle de chaque intervenant a proposé d’autres points de départ pour un chantier de sauvegarde et de restitution vers le large public ou un public spécialisé ; mais aussi d’autres partis pris, d’autres moyens et d’autres partenariats. Somme toute, les positions de chacun sont légitimes et pas si éloignées finalement. De nouveaux axes de travaux peuvent émerger de telles rencontres car chaque procédure connaît des limites, pas toujours budgétaires. Le travail en réseau représente un gain de temps, de nombreuses solutions aux problèmes techniques, juridiques, éthiques que peut soulever l’archive du patrimoine immatériel. La pluralité des acteurs peut s’avérer complémentaire : le tissu associatif se présente dynamique et innovateur, là où l’institution publique apporte stabilité dans le temps et dans les outils utilisés. D’autant que le statut de l’archive sur le patrimoine immatériel n’a pas toujours et partout des défenseurs et que son usage est parfois sujet à caution ou au moins à questionnement.
Il est à souhaiter que de tels échanges se reproduisent souvent au niveau européen. Celui-ci a gagné son pari ; les actes en rendront compte et, pourquoi pas, de prochains chantiers en partenariat.

Crédit photographique : Pont Biscaye – Bilbao – Février 2009 et Arbol imperfecto – Février 2009, Photographe : Chiara Abbate.  Les images sont sous Creatives Commons.

pont biscaye

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type « Sraoui ». Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale » ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-‘Uns, 2004. 243p. []

Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l’association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l’association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association « Paroles Vives » (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

– Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
– Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
– Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
– Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
– François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

La vie de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels

Le 24 juin 2010 aura lieu l’assemblée générale de l’AFAS, l’occasion aussi d’organiser une journée d’étude sur un sujet qui tient à coeur à l’association : l’ethnomusicologie. La manifestation est ouverte à tous, seule l’assemblée générale sera ouverte aux adhérents de l’association. C’est peut-être l’occasion d’y adhérer et de participer à la vie de l’AFAS.  La journée est organisée par deux conservateurs de la Bibliothèque nationale de France qui ont beaucoup oeuvré pour les archives sonores inédites comme éditées, Elizabeth Giuliani et Pascal Cordereix, et par Anne Faure, responsable de la médiathèque du musée du quai Branly. Le programme complet de la journée est disponible sur le site de l’AFAS. L’assemblée générale sera aussi l’occasion de dévoiler le nouveau site de l’association, passé sur la nouvelle version de Lodel, qui intégrera bientôt la catégorie des Bulletins sur le site de Revues.org.  Le passage sur la plateforme de Revues.org sera l’occasion de mettre en ligne d’anciens numéros du bulletin et de Sonorités, les deux publications de l’AFAS. France Besson, stagiaire à la phonothèque de la MMSH en MASTER à l’ENSSIB, a rendu possible ce nouvel accès à des informations précieuses, parfois effacées de nos mémoires… à lire bientôt !

Saisissez une adresse URL ou cliquez sur l’un des préréglages ci-dessus

Appel à communication : Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS. Un colloque sera organisé le 30 novembre 2010 sur cette thématique.

Pourront être abordés, à partir d’exemples concrets, les thèmes suivants (liste ouverte) :

  • La mise à disposition de sources sonores et audiovisuelles en direction de la communauté scientifique internationale
  • Les questions d’accès aux sources sonores et audiovisuelles au regard de la publication scientifique sous leurs différents aspects institutionnels, légaux et matériels
  • La question de la fiabilité des mémoires numériques (qualité des supports, compatibilité et pérennité des formats, etc.)
  • La question des formats et de leurs standards ainsi que des outils de consultation et d’exploitation
  • L’amélioration de la lisibilité des archives sonores et l’accroissement de la masse critique des archives mises à la disposition des chercheurs
  • Les outils pour retrouver les réflexes érudits des éditions en ligne de sources sonores et audiovisuelles éditées : citabilité, notes, index…
  • La place des archives sonores et audiovisuelles au sein des Humanités numériques dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales
  • La diffusion des sources auprès des populations enquêtées.

Les articles sélectionnés seront publiés dans un ouvrage collectif édité en ligne.  Ils devront permettre le lien entre le son et le texte, la source et l’analyse .

Comité scientifique :

  • Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
  • Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
  • Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon)
  • Sylvie Mellet (Directeur de Recherche CNRS, MSH de Nice)
  • Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
  • François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Modalités pratiques

Date limite d’envoi du résumé des communications : 7 juin 2010

Réponse du comité scientifique : 26 juillet 2010

Date limite de réception des communications : 18 octobre 2010

Date du colloque : 30 novembre 2010

Lieu : Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Paul-Albert Février

Les inscriptions, les résumés et les communications seront établis par courriel : ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr

Organisation

  • Véronique Ginouvès (MMSH),
  • Laure Principaud (MMSH),
  • Thierry Rosso (LASMIC).

Crédits photographiques : Affiches, V. Ginouvès.

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie

0

Fin de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Quels résultats attendre de l’OAI-PMH et comment améliorer ses atouts ?

Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Que pouvons-nous en attendre pour les usages de la recherche et pour notre métier ?

L’utilisateur est intéressé par ce nouveau moyen de mise en commun des données parce qu’il offre une nouvelle cartographie de la connaissance et la possibilité d’augmenter la masse critique de la recherche sur son domaine, cela même si la ressource numérique n’est pas au bout de la recherche. D’ailleurs ce n’est pas seulement la masse critique qui augmente, mais les possibilités de retrouver des documents pertinents, car l’OAI-PMH permet de repérer des ressources que les moteurs généralistes n’indexent pas. L’étude de la National Science Digital Library citée par Muriel Foulonneau sur le thème Evaluation of the NSDL and Google for Obtaining Pedagogical Resources le démontre : 25% des résultats de NSDL sont absents des résultats de Google. Mais il est vrai l’austérité (la médiocrité ?) des interfaces des services qui utilisent l’OAI-PMH rebute plus d’un utilisateur « ré-éduqués » par le formulaire si simple de moteurs comme Google & co, et tant pis si la masse critique spécialisée dans le domaine est plus importante.

Une base de donnée constituée par moisson OAI-PMH permet au fournisseur de service de rendre accessibles des données descriptives de documents sans faire peser une lourde charge sur le serveur de chaque fournisseur de données. Par contre, les données exploitées par le fournisseur de service sont le reflet d’un état figé des données collectées. Voilà qui permet de voir clairement la différence avec le protocole Z39-50 : il offre une interrogation simultanée de plusieurs bases et affiche des données en temps réel mais ne permet pas de normaliser et de retraiter les données. L’OAI-PMH n’est donc pas la solution organisationnelle et technique la plus pertinente pour des entrepôts dont une part importante du contenu est soumis à des modifications très fréquentes, par exemple quotidiennes (actualités, œuvres vivantes…).

L’OAI-PMH est un bon modèle pour les grands réservoirs de données comme les bibliothèques universitaires. Il offre une passerelle d’interrogation multibase, une base XML, et il est toujours possible d’ajouter une interface Z39.50 au-dessus d’une agrégation OAI-PMH. Les bases internes de l’ABES, et parmi elles le catalogue du SUDOC, en bénéficient. Le développement d’entrepôts OAI-PMH par la BnF montre toute la pertinence de ce protocole pour de grands réservoirs de données. Dans son intervention Frédéric Martin (BnF) a montré que les travaux fondateurs de Muriel Foulonneau sur l’usage de l’OAI-PMH dans le monde culturel a impulsé la mise en oeuvre de deux entrepôts. L‘entrepôt OAI-NUM signale les documents provenant des collections numériques et contient actuellement 340 000 notices donnant accès à des documents consultables dans la bibliothèque numérique Gallica, dont la nouvelle interface est actuellement accessible en version bêta sous le nom de Gallica2. L’entrepôt OAI-CAT a vocation à contenir les notices décrivant tous les documents conservés à la BnF, qu’ils soient numérisés ou non. Il a été mis en ligne avec un premier versement totalisant plus de 9,8 millions de notices bibliographiques provenant du catalogue BN-Opale plus.

Pour réaliser la phase finale de ce protocole il faut une bonne qualité de métadonnées. Ce protocole est un outil simple et facile à mettre en place mais les fonctions annexes de normalisation et de retraitement des données peuvent être lourdes. Muriel Foulonneau a d’ailleurs maintes fois souligné que la démocratie avait un coût en terme de ressources! Dans sa 1ère intervention elle avait développé les contraintes du travail de nettoyage, de normalisation et d’augmentation éventuelles des données qui est lié aux pratiques différentes de saisie et d’interprétation des champs.

Le partage des données va permettre de donner une valeur ajoutée par un contrôle de qualité. Afin de normaliser les données, une uniformisation des vocabulaires offrira des données plus organisées, un contrôle qualité peut être appliqué pour éliminer ou modifier des données dans la collecte de plusieurs fournisseurs de données, cela peut être de la traduction, un vocabulaire unique… là encore, c’est aux documentalistes d’ajouter – s’il le souhaitent – de la valeur.

Avec ce protocole, les professionnels de l’information ont la possibilité de développer de multiples services en n’investissant en une seule fois dans la création de ressources. Pour mettre en place des projets avec ce protocole il est important que les objectifs soient bien définis et quels services communs on souhaite mettre en place : le partage d’un thème, d’une discipline, d’un territoire ou d’un savoir … La réalisation se conçoit par un travail de communauté avec l’utilisation de standards internationaux, ainsi que des compétences. Rien ne peut se faire sans un travail d’équipe : documentaliste, informaticien, chercheur, chef de projet, chacun à un rôle bien précis à jouer. Le site de ressources pédagogiques pour les enseignants et élèves de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Correlyce [intervention de Gérard Puimatto] illustre la force de ce trio de compétences. La réussite de ce projet qui a abouti rapidement après un an de cahier des charges, tient à la complémentarité des rôles au sein de la « Dream Team » de l’OAI-PMH.

Pour conclure l’OAI-PMH a comme atout majeur l’ouverture des connaissances, le partage et la standardisation des données, avec des partenaires français mais aussi étrangers. Ce protocole demande une mutualisation des compétences et les investissements de chacun. Le travail collaboratif de la documentaliste avec les partenaires associés est important car elle contribue à apporter une valeur ajoutée par le choix des descripteurs. Cela passe aussi par une évolution du métier de documentaliste entre recherche de technologie, informatique, archive et documentation. Stéphane Pouyllau l’a souligné dans sa présentation introductive aux posters, consacrée à l’utilisation de l’OAI-PMH pour la diffusion de corpus documentaires numérisés. Ces archives ouvertes sont au coeur de la révolution du web puisque avec le web sémantique qui permet de rendre visible les informations stockées par les ordinateurs, nous ne pouvons qu’apporter de nouvelles ressources et ouvertures à nos institutions. L’OAI-PMH est donc un élément incoutournable et de la responsabilité de chacun. C’est ce qui a été souligné par Yannick Maignien lorsqu’il a présenté l’ampleur du projet Adonis : une infrastruture numérique, un archivage pérenne et un moteur de recherche commun pour un accès fédéré aux sciences sociales. Au delà de la réussite de ce projet ambitieux, le message est clair et nous donne des orientations pour travailler dans notre propre centre sur la structuration et l’offre de données.

Nous avons réalisé cette synthèse avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. A suivre dans un autre billet, une liste de sites avec des conseils pratiques pour mettre en oeuvre l’OAI-PMH dans son centre de documentation.

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

2ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Crédit photographique : Pictorial review, Nickolas Muray (American 1892-1965), c.a 1936, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123694484/in/set-72157611386593623/