Archives de catégorie : Journée d’étude

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association « Paroles Vives » (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

– Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
– Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
– Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
– Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
– François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

La vie de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels

Le 24 juin 2010 aura lieu l’assemblée générale de l’AFAS, l’occasion aussi d’organiser une journée d’étude sur un sujet qui tient à coeur à l’association : l’ethnomusicologie. La manifestation est ouverte à tous, seule l’assemblée générale sera ouverte aux adhérents de l’association. C’est peut-être l’occasion d’y adhérer et de participer à la vie de l’AFAS.  La journée est organisée par deux conservateurs de la Bibliothèque nationale de France qui ont beaucoup oeuvré pour les archives sonores inédites comme éditées, Elizabeth Giuliani et Pascal Cordereix, et par Anne Faure, responsable de la médiathèque du musée du quai Branly. Le programme complet de la journée est disponible sur le site de l’AFAS. L’assemblée générale sera aussi l’occasion de dévoiler le nouveau site de l’association, passé sur la nouvelle version de Lodel, qui intégrera bientôt la catégorie des Bulletins sur le site de Revues.org.  Le passage sur la plateforme de Revues.org sera l’occasion de mettre en ligne d’anciens numéros du bulletin et de Sonorités, les deux publications de l’AFAS. France Besson, stagiaire à la phonothèque de la MMSH en MASTER à l’ENSSIB, a rendu possible ce nouvel accès à des informations précieuses, parfois effacées de nos mémoires… à lire bientôt !

Saisissez une adresse URL ou cliquez sur l’un des préréglages ci-dessus

Appel à communication : Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS. Un colloque sera organisé le 30 novembre 2010 sur cette thématique.

Pourront être abordés, à partir d’exemples concrets, les thèmes suivants (liste ouverte) :

  • La mise à disposition de sources sonores et audiovisuelles en direction de la communauté scientifique internationale
  • Les questions d’accès aux sources sonores et audiovisuelles au regard de la publication scientifique sous leurs différents aspects institutionnels, légaux et matériels
  • La question de la fiabilité des mémoires numériques (qualité des supports, compatibilité et pérennité des formats, etc.)
  • La question des formats et de leurs standards ainsi que des outils de consultation et d’exploitation
  • L’amélioration de la lisibilité des archives sonores et l’accroissement de la masse critique des archives mises à la disposition des chercheurs
  • Les outils pour retrouver les réflexes érudits des éditions en ligne de sources sonores et audiovisuelles éditées : citabilité, notes, index…
  • La place des archives sonores et audiovisuelles au sein des Humanités numériques dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales
  • La diffusion des sources auprès des populations enquêtées.

Les articles sélectionnés seront publiés dans un ouvrage collectif édité en ligne.  Ils devront permettre le lien entre le son et le texte, la source et l’analyse .

Comité scientifique :

  • Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
  • Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
  • Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon)
  • Sylvie Mellet (Directeur de Recherche CNRS, MSH de Nice)
  • Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
  • François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Modalités pratiques

Date limite d’envoi du résumé des communications : 7 juin 2010

Réponse du comité scientifique : 26 juillet 2010

Date limite de réception des communications : 18 octobre 2010

Date du colloque : 30 novembre 2010

Lieu : Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Paul-Albert Février

Les inscriptions, les résumés et les communications seront établis par courriel : ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr

Organisation

  • Véronique Ginouvès (MMSH),
  • Laure Principaud (MMSH),
  • Thierry Rosso (LASMIC).

Crédits photographiques : Affiches, V. Ginouvès.

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie

0

Fin de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Quels résultats attendre de l’OAI-PMH et comment améliorer ses atouts ?

Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Que pouvons-nous en attendre pour les usages de la recherche et pour notre métier ?

L’utilisateur est intéressé par ce nouveau moyen de mise en commun des données parce qu’il offre une nouvelle cartographie de la connaissance et la possibilité d’augmenter la masse critique de la recherche sur son domaine, cela même si la ressource numérique n’est pas au bout de la recherche. D’ailleurs ce n’est pas seulement la masse critique qui augmente, mais les possibilités de retrouver des documents pertinents, car l’OAI-PMH permet de repérer des ressources que les moteurs généralistes n’indexent pas. L’étude de la National Science Digital Library citée par Muriel Foulonneau sur le thème Evaluation of the NSDL and Google for Obtaining Pedagogical Resources le démontre : 25% des résultats de NSDL sont absents des résultats de Google. Mais il est vrai l’austérité (la médiocrité ?) des interfaces des services qui utilisent l’OAI-PMH rebute plus d’un utilisateur « ré-éduqués » par le formulaire si simple de moteurs comme Google & co, et tant pis si la masse critique spécialisée dans le domaine est plus importante.

Une base de donnée constituée par moisson OAI-PMH permet au fournisseur de service de rendre accessibles des données descriptives de documents sans faire peser une lourde charge sur le serveur de chaque fournisseur de données. Par contre, les données exploitées par le fournisseur de service sont le reflet d’un état figé des données collectées. Voilà qui permet de voir clairement la différence avec le protocole Z39-50 : il offre une interrogation simultanée de plusieurs bases et affiche des données en temps réel mais ne permet pas de normaliser et de retraiter les données. L’OAI-PMH n’est donc pas la solution organisationnelle et technique la plus pertinente pour des entrepôts dont une part importante du contenu est soumis à des modifications très fréquentes, par exemple quotidiennes (actualités, œuvres vivantes…).

L’OAI-PMH est un bon modèle pour les grands réservoirs de données comme les bibliothèques universitaires. Il offre une passerelle d’interrogation multibase, une base XML, et il est toujours possible d’ajouter une interface Z39.50 au-dessus d’une agrégation OAI-PMH. Les bases internes de l’ABES, et parmi elles le catalogue du SUDOC, en bénéficient. Le développement d’entrepôts OAI-PMH par la BnF montre toute la pertinence de ce protocole pour de grands réservoirs de données. Dans son intervention Frédéric Martin (BnF) a montré que les travaux fondateurs de Muriel Foulonneau sur l’usage de l’OAI-PMH dans le monde culturel a impulsé la mise en oeuvre de deux entrepôts. L‘entrepôt OAI-NUM signale les documents provenant des collections numériques et contient actuellement 340 000 notices donnant accès à des documents consultables dans la bibliothèque numérique Gallica, dont la nouvelle interface est actuellement accessible en version bêta sous le nom de Gallica2. L’entrepôt OAI-CAT a vocation à contenir les notices décrivant tous les documents conservés à la BnF, qu’ils soient numérisés ou non. Il a été mis en ligne avec un premier versement totalisant plus de 9,8 millions de notices bibliographiques provenant du catalogue BN-Opale plus.

Pour réaliser la phase finale de ce protocole il faut une bonne qualité de métadonnées. Ce protocole est un outil simple et facile à mettre en place mais les fonctions annexes de normalisation et de retraitement des données peuvent être lourdes. Muriel Foulonneau a d’ailleurs maintes fois souligné que la démocratie avait un coût en terme de ressources! Dans sa 1ère intervention elle avait développé les contraintes du travail de nettoyage, de normalisation et d’augmentation éventuelles des données qui est lié aux pratiques différentes de saisie et d’interprétation des champs.

Le partage des données va permettre de donner une valeur ajoutée par un contrôle de qualité. Afin de normaliser les données, une uniformisation des vocabulaires offrira des données plus organisées, un contrôle qualité peut être appliqué pour éliminer ou modifier des données dans la collecte de plusieurs fournisseurs de données, cela peut être de la traduction, un vocabulaire unique… là encore, c’est aux documentalistes d’ajouter – s’il le souhaitent – de la valeur.

Avec ce protocole, les professionnels de l’information ont la possibilité de développer de multiples services en n’investissant en une seule fois dans la création de ressources. Pour mettre en place des projets avec ce protocole il est important que les objectifs soient bien définis et quels services communs on souhaite mettre en place : le partage d’un thème, d’une discipline, d’un territoire ou d’un savoir … La réalisation se conçoit par un travail de communauté avec l’utilisation de standards internationaux, ainsi que des compétences. Rien ne peut se faire sans un travail d’équipe : documentaliste, informaticien, chercheur, chef de projet, chacun à un rôle bien précis à jouer. Le site de ressources pédagogiques pour les enseignants et élèves de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Correlyce [intervention de Gérard Puimatto] illustre la force de ce trio de compétences. La réussite de ce projet qui a abouti rapidement après un an de cahier des charges, tient à la complémentarité des rôles au sein de la « Dream Team » de l’OAI-PMH.

Pour conclure l’OAI-PMH a comme atout majeur l’ouverture des connaissances, le partage et la standardisation des données, avec des partenaires français mais aussi étrangers. Ce protocole demande une mutualisation des compétences et les investissements de chacun. Le travail collaboratif de la documentaliste avec les partenaires associés est important car elle contribue à apporter une valeur ajoutée par le choix des descripteurs. Cela passe aussi par une évolution du métier de documentaliste entre recherche de technologie, informatique, archive et documentation. Stéphane Pouyllau l’a souligné dans sa présentation introductive aux posters, consacrée à l’utilisation de l’OAI-PMH pour la diffusion de corpus documentaires numérisés. Ces archives ouvertes sont au coeur de la révolution du web puisque avec le web sémantique qui permet de rendre visible les informations stockées par les ordinateurs, nous ne pouvons qu’apporter de nouvelles ressources et ouvertures à nos institutions. L’OAI-PMH est donc un élément incoutournable et de la responsabilité de chacun. C’est ce qui a été souligné par Yannick Maignien lorsqu’il a présenté l’ampleur du projet Adonis : une infrastruture numérique, un archivage pérenne et un moteur de recherche commun pour un accès fédéré aux sciences sociales. Au delà de la réussite de ce projet ambitieux, le message est clair et nous donne des orientations pour travailler dans notre propre centre sur la structuration et l’offre de données.

Nous avons réalisé cette synthèse avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. A suivre dans un autre billet, une liste de sites avec des conseils pratiques pour mettre en oeuvre l’OAI-PMH dans son centre de documentation.

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

2ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Crédit photographique : Pictorial review, Nickolas Muray (American 1892-1965), c.a 1936, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123694484/in/set-72157611386593623/


Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010

MAGNAVOX

Les 10èmes rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront lieu cette année à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010.  Ces rencontres professionnelles sont cette année organisées par la Cité du Livre – Bibliothèque Méjanes, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’ABF-PACA, l’Arcade Provence-Alpes-Côte d’Azur – Agence régionale des arts du spectacle, soutenus par l’ACIM qui fédère les associations des professionnels de l’information musicale.

Au moment où les discothèques s’interrogent sur la façon dont elles vont pouvoir accompagner la disparition du support « disque » auprès de leur public, l’ACIM a placé ces journées sous le signe du dépaysement et de la multiplication des horizons avec un titre combatif  « Rendre le possible à nouveau disponible ». Pour illustrer cette entreprise, Arsène Ott,  président de l’association de l’ACIM, renvoie en exergue à un article de Jean-Jacques Delfour De l’intérêt de désirer la mort de l’utopie : « C’est parce que nous sommes solidement ancrés dans des lieux fondamentaux de séjour que nous pouvons être des voyageurs. » Après les cigales  de Bernard Marris l’année passée, voilà de nouvelles images qui s’offrent aux professionnels pour les aider à construire de nouveaux projets. Mais ces rencontres annuelles ne sont pas faites que d’images, elles sont surtout l’occasion de rencontres, d’échanges et de formations très concrètes.

Le programme complet est accessible sur le site de l’ACIM. Les journées sont ouvertes également aux non adhérents de l’association qui organisera son assemblée générale le 31 mars.  La journée du 1er avril se déroulera à la MMSH, celle du 2 à la Cité du livre.

La matinée du 1er avril offrira une présentation d’institutions musicales locales (Vidéothèque d’Art Lyrique et de Danse et service documentaire d’Arcade) et se terminera par une  histoire de la compression dynamique audio  par Gilles Rettel. L’après-midi sera l’occasion de participer à des ateliers thématiques pour mettre en place des projets concrets, autour du thème « Se mobiliser ».

1er atelier : Besoin d’échanger ? La coopération professionnelle à l’ère numérique : évolution des outils et des besoins . L’animateur en sera Nicolas Blondeau, responsable du département Arts de la Médiathèque de Dole et modérateur de la liste discothecaires_fr.

2e atelier : Besoin de mémoire ? Le collectage et sa valorisation Longtemps les collectes enregistrées sur le terrain par les historiens, les anthropologues, les ethnomusicologues ou les linguistes n’ont été accessibles qu’à travers les ouvrages d’érudition ou écoutés sur des disques qui en éditaient des extraits sélectionnés. Aujourd’hui la numérisation du son a simplifié la mise en consultation de ces documents d’archives. La force émotive et la dimension patrimoniale de ces collections « parlent » à des publics multiples qui se découvrent un intérêt pour leur patrimoine culturel, régional ou familial ou tout simplement pour des anonymes qui ont participé à l’Histoire. L’objectif de l’atelier est de présenter des projets de valorisation d’archives sonores en s’appuyant sur des récits d’expériences et sur des écoutes sonores.  La phonothèque de la MMSH a été chargée de l’organisation de cet atelier.

3e atelier : Besoin de médiation ? Les médiathèques actrices de la musique vivante. Edith Anastasiou, responsable du service musique de la Médiathèque Louis Aragon à Martigues animera l’atelier.

4e atelier : Besoin d’espaces ? Les usages du public ont sensiblement évolué, le besoin de lieux aussi. La médiathèque n’est plus mono-centrée autour de ses collections ; elles en irriguent l’activité qui ne se résume plus aujourd’hui au prêt. Entre l’espace de travail, de loisir, de culture et celui du lien social, revisitons celui dévolu à la musique comme partie d’un tout. C’est Frédéric Lemaire, responsable de l’espace musique de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux qui animera l’atelier.

La fin de la journée sera ouverte à tous avec la projection à 17h, dans l’amphithéâtre de la MMSH, du film Furigraphier le vide, Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire. Hélène Claudot-Hawad, réalisatrice du film,  directrice de recherche au CNRS à l’IREMAM introduira la séance.

La journée du lendemain se déroulera à la Cité du Livre, rue des Allumettes. La conférence introductive de Philippe Coulangeon, chargé de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement proposera un bilan des pratiques culturelles des Français en matière de musique à l’ère numérique. Gilles Castagnac, directeur de l’Irma présentera ensuite l’étude toute récente publiée par l’IRMA et l’ADAMI sur le thème Artistes 2020 : variations prospectives.

Les journées se termineront autour d’une table ronde sur le thème « Comment les bibliothèques peuvent-elles exister sur la scène numérique ? » modérée par Xavier Galaup, directeur adjoint de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin. Et les questions sont brûlantes : les services numériques à distance (téléchargement, streaming) sont-ils une façon de conquérir de nouveaux publics, de nouveaux usages ou de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?  Ou encore, est-il pertinent aujourd’hui sur le plan d’une politique documentaire basée sur l’encyclopédisme et le pluralisme de « scier la branche » des collections physiques en misant sur le tout numérique en ligne ?…  Cette table ronde sera  introduite par une étude comparée de l’offre musicale enregistrée proposée par les principaux sites de musique en streaming ainsi que par les services numériques à distance destinés aux bibliothèques. Elle sera aussi l’occasion pour Pierre Hemptinne, directeur des collections de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique de présenter le  tout récent projet de médiation « Archipel, une organologie des musiques actuelles ».


Crédits photographiques : Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for Fifth Liberty Loan in New York City, 1895. Collection Powerhouse Museum. Permalien : http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920
Pas de restrictions de droit connues.

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 2e partie

puzzle

Suite de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Comment partager ?

L’OAI-PMH est un protocole complet, simple à implémenter, qui peut intégrer des logiciels (packages) et gérer de grandes quantités de métadonnées.

D’après une enquête récente (Department of Computer Science, University of Cape Town, 2009) ce protocole est parmi les plus populaires dans le monde de la documentation. Le tableau suivant est extrait de cette étude :

Protocols

Number of people at each level of expertise


1

2

3

4

5

No answer

RSS

3 (13%)

6 (26.1%)

9 (39.1%)

3 (13%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

ATOM

1 (4.3%)

4 (17.4%)

7 (30.4%)

9 (39.1%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

APP

0 (0%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

3 (13%)

17 (73.9%)

1 (4.3%)

Z39.50

0 (0%)

0 (0%)

6 (26.1%)

12 (52.2%)

4 (17.4%)

1 (4.3%)

0AI-PMH

7 (30.4%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

0 (0%)

3 (13%)

1 (4.3%)

OAI-ORE

1 (4.3%)

1 (4.3%)

5 (21.7%)

9 (39.1%)

6 (26.1%)

1 (4.3%)

SRU/W

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

SWORD

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

Légende : Level 1: Expert implementer ; Level 2: Implemented (have written code for an implementation of the protocol) ; Level 3: Read and understood ; Level 4: Heard about it, but do not know the details ; Level 5: Never heard about it

Alors pourquoi n’a-t-il pas plus de succès ? Certains le trouve trop compliqué et préfèrent l’indexation par crawl (passage sur les sites à intervalles réguliers et de façon automatique). Une des raisons réside dans le manque de précision des métadonnées, par exemple la zone « DC identifier » devrait correspondre à l’url de la ressource mais… ce n’est pas toujours le cas. Pour des moteurs comme Google, c’est une perte d’efficacité. Quoi qu’il en soit, l’OAI-PMH a d’autres qualités. Il gère par exemple plusieurs niveaux d’interopérabilité comme le type de modèle (réservé ou partagé), les spécifications techniques, les spécifications des syntaxes de réponses, les spécifications des métadonnées [intervention de B. Cénou] ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Sitemaps qui ne gère que les dialogues fournisseurs de données/fournisseurs de services. L’intérêt est aussi que, couplé avec XML, il évolue aussi avec les technologies qui y sont liées [Intervention de C. Morel-Pair]. Ainsi le Dublin-Core s’attache à la description du contenu, RDF fourni le modèle, RDF/XML la syntaxe jusqu’au web sémantique. Couplé à HTTP, XML et DC, l’OAI-PMH peut nécessiter la mise en place d’adaptations spécifiques (un schéma XML a été développé pour intégrer n’importe quel format RDF).

Pour savoir comment partager, commençons donc par les métadonnées. Ces métadonnées sont un peu comme la prose de Monsieur Jourdain : tout le monde en fait sans le savoir. Dans l’utilisation du protocole, le fournisseur de données doit les fournir au minimum au format Dublin Core. Cette obligation de ce format très générique et peu contraignant a inquiété de nombreux implémenteurs même si certaines communautés se le sont approprié comme OLAC (Open Language Archives Community) ou NSDL (National Science Digital Library) et le NDSL-DC.

Evidemment au moment du mapping [Ateliers], les bibliothécaires sont anxieux car même en bricolant, le MARC n’entrera pas dans le DC : il faut se faire une raison, tout ne peut être « mappé » et utiliser le Dublin-Core entraînera automatiquement un appauvrissement de ses données. A vous de déterminer quel format vous devez (ou pouvez) utiliser en fonction de vos objectifs. Ce protocole a d’autres avantages : outre le fait qu’il offre des formats multiples, il permet de documenter et de rendre ses données partageables. Et si aucun standard ne convient, il est possible d’en créer un plus adapté sur la base d’un format existant.

En deux jours il était difficile de connaître tous les détails de la mise en place d’un entrepôt mais Bruno Cénou a su présenter de façon synthétique les éléments importants. Le moissonnage d’un entrepôt est plus facile à mettre en oeuvre grâce à PKP Harvester, notamment mis en oeuvre par Crévilles, ou à des outils légers, plus personnels et personnalisés [Intervention de Jean-Baptiste Genicot (CN2SV), Mon carnet 2.0]. Le spécialiste de l’IST doit en particulier connaître les 6 verbes du protocole pour être capable d’interroger son dépôt et vérifier que tout est à sa place :

  • Identify : vérifier si le service désigné est bien un répertoire OAI,
  • ListMetadataformats : demander la liste des formats de métadonnées fournie par l’entrepôt,
  • ListSets : obtenir la liste des ensembles (sets) que le fournisseur de données met – éventuellement – à disposition (thème, collection, nom de revue…)
  • ListIdentifiers : obtenir la liste des identifiants et des dates de dernière modification des items disponibles dans la base,
  • GetRecord : collecter l’information d’un enregistrement (item) spécifique,
  • ListRecords : récupérer en bloc l’ensemble des enregistrements (items) de l’entrepôt ou d’un ensemble OAI spécifié. Un petit conseil à ce niveau, il ne faudra pas oublier d’aller jusqu’à la dernière ligne de ListRecords et vérifier la taille du dépôt dans completeListSize.

Les services mis en place sont multiples et adaptés aux besoins des communautés. Ainsi on a pu voir, entre autres, lors de ces journées la présentation de Somrev, une collecte automatique de sommaires de périodiques via les serveurs OAI-PMH des portails de revues [Intervention de Sophie Fotiadi], la création de moissonneurs OAI thématiques comme OAI-ville avec Crévilles [Intervention de Pascal Garret] ou le signalement de sources éditées avec le projet « Sources éditées » du CN2SV [Intervention de Marie-Hélène Wronecki]. L’intervention de Frédéric Martin nous a montré comment Gallica utilise ce protocole pour mettre en ligne ses ressources numériques. La BnF a d’ailleurs produit plusieurs manuels en direction des spécialistes de l’IST.

Au cours de ces journées, HAL a souvent été cité car c’est en France le plus grand entrepôt de taille critique d’articles scientifiques déposés par les chercheurs. C’est un fournisseur de données qui permet aux grands agrégateurs européens (DRIVER) ou mondiaux (OAISTER intégré désormais dans le catalogue Worldcat) de le moissonner à nouveau ou offre à des archives institutionnelles la possibilité de présenter les données sur les publications de leur institution avec l’interface qu’elles souhaitent (système de collection). Avec des terminologies contrôlées et des auteurs identifiés, HAL n’a pas fini de stimuler les propositions de créations d’outils. La présentation de Haltools est un exemple de ces possibilités [intervention de Laurence Farhi]. HAL doit rester au centre des intérêts des professionnels de l’IST dans le monde de la recherche car il va évoluer et offrir de nouvelles applications. La création d’un groupe de travail a été évoqué au cours des journées pour cerner et accompagner ces potentialités.

Catherine Morel-Pair a passé en revue les différents formats qui peuvent être utilisés, en fonction des objectifs de diffusion des différents centres, qui veulent que leurs métadonnées soient moissonnées. Et ils sont légion. Pour visualiser l’intérêt d’utiliser des formats, une image d’un tas de boîtes de conserves en vrac et sans étiquettes a circulé. Cette image, reprise d’un Guide de mise en place des métadonnées pour les ressources Web du gouvernement du Canada, a permis au public de bien comprendre l’intérêt de décrire ses données pour les retrouver et de savoir les choisir : au supermarché on choisi sans hésiter une boîte de ragoût ou de la nourriture pour chat, en fonction de l’image reproduite ou des ingrédients affichés ; la caissière grâce au le code-barre n’a pas à taper son prix. Ainsi, il est essentiel de déterminer au départ quelles métadonnées on souhaite diffuser. Le centre qui souhaite conserver les notions de collections se tournera vers des formats complexes comme Mets [Metadata Encoding and Transmission Standard] qui va permettre les échanges de documents numériques entre institutions patrimoniales. Les institutions qui l’utilisent sont signalées ici : http://www.loc.gov/standards/mets/mets-registry.html, elles sont de plus en plus nombreuses. Il y a encore MPEG/DIDL, MODS, ETDMS, TEF, BIBLIOML, LOM, OAI-ORE, EAD, POWDER… qui correspondent chacun à des projets différents. Par exemple le TEF permet de décrire des thèses.

Prochain billet : que peut-on attendre de ce partage ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Children with jigsaw puzzle, Nickolas Muray (American 1892-1965), février 1942, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3122867563/

Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010

Femme a la mandolineA la fin du mois de janvier 2010 auront lieu deux journées d’étude sur les archives sonores. Les premières se tiennent à Grenoble, à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (MSHA) sous le titre Histoire orale : regards croisés et décalés, France-Europe-Brésil. Ces journées, organisées du 27 au 30 janvier, ont la particularité de  réunir les anciens de  « l’école des ethnotextes », qui s’est développée à Aix-en-Provence dans les années 1980. Cela n’était pas arrivé depuis longtemps : Anne-Marie Granet-Albisset a invité Philippe Joutard, Marie-Françoise Attard, Jean-Noël Pelen, Tania Gandon et d’autres encore qui ont participé à la création ou au développement des « ethnotextes ».  L’origine de l’emploi de ce terme, qui rapidement pourrait être défini comme un texte oral, remonte à 1980 avec l’ouvrage collectif Tradition orale et identités culturelles. Problèmes et méthodes dirigé par Jean-Claude Bouvier.  Entre temps, il a été un peu oublié, dissout dans les multiples pratiques des enquêtes de terrain, mais on le retrouve régulièrement ici ou .   Philippe Joutard (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier (ethnodialectologue) sont les fondateurs de la phonothèque de la MMSH : celle-ci sera présente à travers deux présentations. Laure Principaud, actuellement en stage à la phonothèque de la MMSH, présentera le dépôt et le traitement documentaire du fonds sonore inédit de Marceau Gast (Sud Algérie, Yémen, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence 1960-1990). Thierry Rosso, de la Maison des sciences de l’homme de Nice – laboratoire LASMIC) exposera un projet inter-MSH qui s’est déroulé tout récemment. La MSH de Nice a mis en place entre 2007 et 2008 un programme pluridisciplinaire qui a engagé des centaines d’enquêtes orales sur la Vallée de la Roya et de la Bevera puis s’est tournée vers la MMSH d’Aix-en-Provence pour réaliser le traitement documentaires des fonds et leur mise en ligne. Le colloque est clôturé par un atelier sur le thème de la création d’une phonothèque régionale : une question importante car les dépôts par les chercheurs de leur source sonore ne sont pas aussi systématiques que l’on pourrait l’imaginer.

Les secondes journées ont lieu aux  mêmes dates,  en Italie, plus précisément à Massa-Carrara (Toscane). Les institutions à l’origine de cet évènement ont encore peu d’expériences dans le domaine des archives orales mais elles sont persuadées de la force du patrimoine immatériel auprès du public et ont commencé à lancer de multiples actions. Associations, collectivités locales ou centres de recherches, ces  institutions appartiennent au monde artistique (ethnomusicologie et arts du spectacle). Le projet, soutenu par un programme européen, a pris le nom de  Incontro Transfrontaliero [INTervention CONdivisi Transfrontaliero di Ricerca sul’Oralità] et a vu le jour en mai 2009. L’ objectif est de valoriser le patrimoine immatériel et les échanges culturels entre la Corse, la Sardaigne et la côte de la Toscane en questionnant les frontières de toutes ces aires culturelles. La province de Grosseto coordonne le projet avec le soutien d’un Comité Scientifique.  Les différents partenaires sont : en Toscane la province de Grossetto, Pise, Lucca, Massa-Carrara, en Corse la fédération d’associations du centre culturel Voce de Pigna et en Sardaigne le département des études historiques de l’Université de Cagliari (insegnamento di Etnomusicologia) et l’Istituto Superiore Etnografico della Sardegna. Ils souhaitent ouvrir un dialogue fructueux entre artistes de la musique populaire et chercheurs et s’appuyer sur des évènements musicaux ou théâtraux ainsi que sur le traitement et la valorisation d’archives du patrimoine immatériel dans le domaine (son et audiovisuel) pour créer un portail méditerranéen sur le savoir qui aura été produit.  La phonothèque de la MMSH sera présente là encore pour présenter le travail de mutualisation qui a été réalisé avec le Portail du Patrimoine Oral : Dall’archivio della « Phonothèque » di Aix en Provence al “portail du patrimoine oral » , riflessioni sui metodi di schedatura dei patrimoni immateriali, gli standard internazionali, la messa in rete degli archivi. Immagini dal futuro.

Un beau début d’année pour la phonothèque de la MMSH. J’en profite pour vous souhaiter à tous, celle que vous désirez, et pour adoucir l’enjambée de 2010 partager trois vers d’un ancien collecteur de la mémoire du Lubéron :

Entre saba e perfum la vida esquilha sus leis èrbas.

Aqueu ponch roge, ròda d’azard dau soleu, es una poncha de verin.

Vaquí l’ora dei piadas silenciosas.

Guy Mathieu

[Entre sève et parfum la vie glisse sur les herbes. Ce point écarlate, roue de hasard du soleil, est une pointe de venin. Voici l’heure des enjambées silencieuses]

Crédits photographiques :  Mandolin girl (non daté). Mid-Manhattan Picture Collection / Music. Dépôt de The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection. Permalien : digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?832621 ; pas de restrictions de copyright connues.

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c’est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d’apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h – 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble – UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d’Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  – 25€ Associations et collectivités – 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.