Archives de catégorie : Mobilisation

Mer en fête

La semaine prochaine, du 27 au 29 Mai, la phonothèque présentera des archives sonores dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. Pour ce deuxième épisode1, ceux qui participeront, auront la chance de connaitre  la voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle et de discuter du pourquoi des constitution de collections d’archives sonores. Tout en écoutant des récits enregistrés, nous vogueront entre Marseille et Bastia (Corse). Soufiane Chabbi2, Hélène Loucou3 seront les coordinateurs de ce projet et Maria Zitaki4 réalisera un court métrage pour la phonothèque sur le bateau  Danielle Casanova.

En Méditerranée, des milliers d’histoires sonores pourraient être enregistrées, conservées pour l’avenir, écoutées et ré écoutées. C’est partis pour cette expérience !

Programme de l’évènement Mer en fête 2013

Le plan du bateau pour participer aux ateliers Mer en fête 2013

L’équipe organisatrice de Mer en fête

 

Crédits photographiques : Fishing Boats Mar Del Plata, 1915, Oregon State University – OSU Special Collections & Archives, Buenos Aries, Argentina. Pas de restrictions de droits connus.

  1. La phonothèque, menée alors par Matthieu Andréani, a participé au projet en 2012 et a raconté ses aventures dans un billet sur le carnet []
  2. Conseiller culturel à la cinémathèque algérienne, en stage à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence []
  3. Etudiante en Master « Métier des bibliothèques et des archives » à l’Université de Thessalonique en stage à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence dans le cadre d’un séjour Erasmus []
  4. Artiste, vidéaste, en formation aux Beaux-Arts à Marseille dans le cadre d’un séjour Erasmus []

ANOIKTH ΠΡΟΣΒΑΣΗ ! ΑΝ ΟΧΙ ΤΩΡΑ, ΠΟΤΕ ?

Ποιος φοβάται την ανοικτή πρόσβαση;  είναι ο τίτλος του  κειμένου  που εμφανίστηκε αρχικά στην  γαλλική εφημερίδα Le Monde στις 15 Μαρτίου 2013  με υπογραφές από 60 μέλη της  ευρύτερης πανεπιστημιακής και ερευνητικής κοινότητας (από πρυτάνεις πανεπιστημίων ανθρωπιστικών επιστημών μέχρι βιβλιοθηκονόμους, εκδότες και φοιτητές). Οι συγγραφείς προτάσσουν την ανάγκη οικειοποίησης της λογικής της ανοικτής πρόσβασης στο επιστημονικό υλικό από όλα τα πανεπιστημιακά  και ερευνητικά ιδρύματα.  Η  ελεύθερη  γνώση είναι ο μόνος τρόπος για μία  μάθηση μη  περιχαρακωμένη, ελεύθερη για όλους, χωρίς οικονομικούς περιορισμούς και προνομιούχες τάξεις. Βρίσκοντας εναλλακτικούς τρόπους πρόσβασης στην επιστημονική γνώση, ενισχύουμε τον κόσμο με τον πλούτο των αξιολογημένων πληροφοριών, δίνουμε  νέα ώθηση στην έρευνα και δεν  αφήνουμε την οικονομική κρίση να αποθαρρύνει την ανάγκη της μάθησης.

Το κείμενο βρίσκεται στον ιστότοπο I love Open Access που μαζεύει  υπογραφές για την προώθηση του εγχειρήματος, απαντάει σε συχνές ερωτήσεις και έχει δημίουργησει ένα γλωσσάριο με όρους σχετικά με την ανοικτή πρόσβαση.

Υπόγραψε και εσύ, αν όχι τώρα, πότε;

(το κάλεσμα,  απευθύνεται σε όλους, φοιτητές, βιβλιοθηκονόμους, δημοσιογράφους κλπ) 

L’information sur la pétition en français sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/10615

Prendre le temps de lire

archimboldo

La BnF vient de lancer un Registre des livres indisponibles en réédition électronique qui s’appuie sur une loi récente (n° 2012-287 promulguée le 1er mars 2012) dont peu de monde avait jusqu’ici entendu parler. La voilà au centre de l’attention avec ce projet ReLIRE qui impose aux auteurs et ayants-droits d’accepter ou de refuser l’entrée de leurs oeuvres indisponibles sous le régime d’une gestion collective. Le mécanisme est décrit clairement par le juriste Lionel Maurel, comme un artifice qui transforme un livre épuisé1 en un indisponible dans le registre ReLIRE, permettant ainsi à l’éditeur de conserver le bénéfice du contrat d’édition. 

Dans ce registre, la recherche sur le terme « CNRS » renvoie à 304 résultats. Comment les chercheurs, auteurs de ces ouvrages, sauront-ils que s’ils veulent récupérer leurs droits sur leurs  ouvrages épuisés, il sera nécessaire de remplir un formulaire circonstancié ? Et s’ils ne l’ont pas fait, que se passera-t-il lorsqu’ils voudront que leurs oeuvres soient re publiées au format numérique sur les plateformes financées par leur tutelle, comme le propose aujourd’hui OpenEdition Books ?

Pour mieux comprendre ce qu’il se passe, n’hésitez pas à parcourir les multiples billets de ces derniers jours, les blogueurs donnent chacun à leur façon leur avis sur ce nouveau registre :

– Efficace, avec une proposition de procédure très simple sur Face-écran, « Ne touchez pas à mes textes », 23 mars ;

– Avec des mots crûs qui sonnent juste, François Bon sur le Tiers Livre, « Auteurs, contre l’État voleur, réclamez vos droits ! », 23 mars ;

– Sur un titre définitif,  le blog de Philippe Aigrain, « La corruption des institutions », 23 mars ;

– Centré sur le désir… du lecteur, sur Les carnets web de La Grange, « Relire en numérique », 23 mars ;

– Fouillé, précis et illustré avec humour, sur S.I.Lex, « De la loi sur les indisponibles au registre ReLIRE : la blessure, l’insulte et la réaction en marche », 24 mars ;

– Pédagogique et méthodique, sur Affordance, « La possibilité d’en sortir. Du web à l’oeuvre et retour » , 24 mars ;

– Pas du tout content, Editions Ad Astra, « Note d’intention à la BNF et au programme Relire », 21 mars ;

– Avec un clin d’oeil appuyé à la société du spectacle sur le blog d’Antonio A. Casilli, « La BnF Guy Debord et le spectacle schizophrene du droit d’auteur », 23 mars ;

– Le débat en storytelling par Sylvère Mercier sur Bibliobsession, « Le débat sur les oeuvres indisponibles et orphelines pour les nuls », 25 mars ;

– Et encore…, dans les histoires de Lullaby, « ReLIRE par la BnF (ou le droit d’auteur balayé) », 25 mars ;

– De l’autre côté dela barrière, sur Figoblog, « Le droit de reLire », 23 mars 2013.

Vous pouvez aussi suivre les multiples commentaires autour de cet évènement sur Twitter (#relire), en voilà deux parmi d’autres :

Crédits photographique : Giuseppe Arcimboldo, le bibliothécaire, domaine public, via Livrustkammaren och Skoklosters slott med stiftelsen Hallwylska museet (Stockholm, Suède).

  1. Juridiquement, et généralement, les droits d’auteur sont cédés à un éditeur au moment de la publication d’un ouvrage, mais il est d’usage, si celui-ci ne l’exploite plus, que les droits soient rétrocédés à l’auteur. []

Le libre accès c’est maintenant

Le Monde a publié aujourd’hui une tribune sous la forme d’une question – Qui a peur du libre accès ? – soutenue en quelques heures par des centaines d’acteurs du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur : présidents d’universités, directeurs de maisons des sciences de l’homme et de laboratoires, éditeurs, revues, enseignants-chercheurs, représentants de bibliothèques universitaires, archivistes…  Les auteurs éclairent la décision de la Commission européenne d’émettre une recommandation relative à la publication en accès ouvert des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. Le texte du Monde est prolongé par un site I love Open Access qui recense les signatures et propose une liste de questions fréquentes, d’initiatives de référence et d’un glossaire de l’accès ouvert. Cet appel s’adresse à tous, et tous peuvent le signer, le libre accès, c’est maintenant !

 

Crédits photographiques : Bookstore, Washington, D.C. par Vachon, John, novembre 1937. Collection de la Bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues.

#freebassel : Participez à la rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartibil

Aujourd’hui, cela fera un an que Bassel Khartibil est emprisonné illégalement en Syrie. Ce 15 mars 2013 marque non seulement le deuxième anniversaire de la guerre en Syrie mais aussi le premier anniversaire de sa détention. Informaticien pour un internet libre, il écrivait sur plusieurs journaux et sites web, participait à de nombreux projets locaux techniques et culturels dans des entreprises et des écoles. Transmettant sans relâche, et avec pédagogie, comment utiliser les technologies ouvertes, il contribuait à différents projets internationaux comme Creative Commons, Mozilla Firefox, Wikipédia, l’Open Clip Art Library, Fabricatorz et Sharism. En tant que « champion de l’internet ouvert », il a été nommé pour recevoir à Londres le Digital Freedom Award de Index, une organisation qui défend la liberté d’expression. Amnesty International a lancé une action et ses collègues organisent le #FreeBasselDay, une campagne en ligne et autour d’événements de solidarité dans différentes villes du monde, de Paris à San Francisco.

Aujourd’hui 15 mars, participez à la rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartabil : twittez #FREEBASSEL, placardez des affiches dans votre rue ou sur votre lieu de travail, écrivez un billet sur votre blog, ajoutez dans votre langue l’article « Bassel Khartabil » sur Wikipedia, créez un événement ou une fête, portez un tee-shirt à son image, criez son nom, chantez des chansons, organisez un Harlem Shake pour célébrer Bassel, ou encore laissez en bookcrossing un récit de détenus dans les geôles syriennes, qu’il s’agisse de La coquille de Mustafa Khalifé ou de Treize ans dans les prisons syriennes. Voyage vers l’inconnu d’Aram Karabet qui vient d’être traduit par Nathalie Bomtemps (tous les deux chez Actes Sud).

Une tribune collective a été publiée ce jour sur Libération.

 Crédits photographiques : Crédits photographiques : Bassel Khartibil à Séoul en juin 2010 par Joi et l’arc en ciel de Bassel par Felici Jeny (avec son aimable autorisation).

 

1er janvier 2013 = 1st Public Domain Day

 

Le Manifeste du domaine public affiche en préambule une phrase prononcée par Victor Hugo lors de son discours d’ouverture du congrés littéraire international le 7 juin 1878  :

Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient—le mot n’est pas trop vaste—au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. 

Quelques 130 ans plus tard elle est donc toujours d’actualité. Au-delà du Manifeste, le Center for the Study of the Public Domain et le Réseau uropéen Communia ont décidé de dédier une journée à la célébration du domaine public, chaque premier jour de la nouvelle année. Celle du 1er janvier 2013 sera le premier évènement.

Après des décennies de mesures qui n’ont singulièrement cessé de réduire le domaine public, le Manifeste vient réaffirmer avec force à quel point son rôle est précieux ; surtout au moment où Internet et les technologies numériques offrent la possibilité d’utiliser et de redistribuer la culture avec une facilité et une puissance qui ne pouvaient, jusqu’ici être imaginées, sinon par les poètes visionnaires, tel Victo Hugo qui continue ainsi son discours :

Ah ! la lumière ! la lumière toujours ! la lumière partout ! Le besoin de tout c’est la lumière. La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez ; multipliez les écoles ; les écoles sont les points lumineux de la civilisation.

Pour annoncer cette grande fête du domaine public, le groupe de Savoirs Communs a créé en décembre un Calendrier de l’Avent original, vous présentant différents créateurs-trices dont les oeuvres (textes, photographies, dessins et caricatures, sculptures, peintures ou même monuments) rejoindront dès 2013 nos biens communs de la connaissance. Sont ainsi à l’honneur Luigi Antonelli, Guillaume Apollinaire, Roberto Arlt, André Bellessort, Paul Bigot, Jacques-Émile Blanche, Franz Boas, Leonetto Cappiello, Pierre Champion, Charlie Christian, Léon Daudet, Neel Doff, Germaine Dulac, Emma Calvé, Hector Guimard, Miguel Hernández, Joseph Hornecker, André de Lorde, Bronisław K. Malinowski, Victor Margueritte, Tina Modotti, Robert Musil, Biófilo Panclasta, Ernest Pérochon, Bruno SchultzAnnemarie Schwarzenbach, Charles Seignobos, Édith Stein, Grant Wood, Stefan Zweig, illustres créateurs-trices auquel s’est ajouté Pouhiou, en domaine public volontaire. 

Des oeuvres qui premettront -et ce, dès ce nouvel an- à l’ensemble des humain-e-s de se cultiver, s’éduquer, se faire rêver s’enrichir ou s’inspirer en toute liberté. 

Signez le Manifeste !

 

Crédits photographiques : Children in Fort Smith Are Learning That Protecting the Environment Will Take More Than Awareness …, 06/1972 (U.S. National Archives’), Photographer: Olive, Jim Subjects: Fort Smith (Sebastian county, Arkansas, United States) inhabited place Environmental Protection Agency Project. Pas de restrictions de droit connues.

Permalien : http://arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=553911

Une loi pour le domaine public en France, un rêve ou bien…

 Merci d’abord à Lionel Maurel d’avoir proposé ce texte, à Irène Delse et Daniel Bourrion d’avoir relayé cet appel, en CC, que je reprends à mon tour. N’hésitez pas, vous aussi, à le diffuser…

 

Monsieur le Premier Ministre,

Madame la Ministre de la Culture,

Mesdames et Messieurs du Parlement,

Nous savons tous que nombreux sont les critiques, mais que peu parmi ceux-là contribuent à la réflexion : la cause est entendue. Néanmoins, lorsque de la réflexion critique naît une proposition de loi complète, le geste citoyen de ma part ne peut être que d’attirer dessus, bien respectueusement, votre attention…

C’est un projet signé Lionel Maurel, juriste et bibliothécaire, qui dans l’excellent blog S.I.Lex, ainsi que sur son flux Twitter @Calimaq, fait une veille active « au croisement du droit et des sciences de l’information ».

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Culture, Mesdames et Messieurs, vous n’avez pas besoin que l’on vous rappelle que le domaine public est un enjeu de patrimoine, d’accès de tous à la culture et à l’éducation, mais aussi un enjeu d’économie non négligeable à l’heure où le numérique et le réseau des réseaux ne sont plus notre avenir, mais un présent actif et où tout bouge très vite.

Auteure de livres et d’articles moi-même, ainsi que de ce blog (publié sous licence Creative Commons (CC, BY), je me trouve concernée par les dispositions actuelles du Code de lapropriété intellectuelle, de la loi sur les livres indisponibles, des lois sur les contenus en ligne, etc. Tous textes qui, à des degrés divers, laissent, en l’état, à désirer.

C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, je vous suggère bien respectueusement de prendre connaissance du projet de loi Maurel sur le domaine public (ou bien l’appellerons-nous « loi @Calimaq » ?) et de l’inscrire aussitôt que possible au calendrier de vos délibérations.

En vous remerciant d’avance, Mesdames et Messieurs, à mon tour je fais un rêve – le même que Lionel Maurel, et tous ceux et celles qui le soutiennent.

 

La proposition de loi de Lionel Maurel https://scinfolex.wordpress.com/2012/10/27/i-have-a-dream-une-loi-pour-le-domaine-public-en-france

Soutien du texte sur les blogs :

L’extérieur de l’asilehttp://irenedelse.wordpress.com/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Face Ecran : http://www.face-ecran.fr/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Et d’autres à venir…

« Une loi pour le domaine public en France », Hubert Guillaud, La feuille, blog du Monde, 30 octobre 2012 http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2012/10/30/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france/#xtor=RSS-32280322

« Droit d’auteur : une loi pour sacraliser le domaine public », Guillaume Champeau, Numerama, 30 octobre 2012http://www.numerama.com/magazine/24153-droit-d-auteur-une-loi-pour-sacraliser-le-domaine-public.html

« Une loi pour le domaine public en France », Olivier Ertzscheid, Affordance, 30 octobre 2012 http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france.html 

 

Illustration : I Have A Dream. Par Dr Case. CC-BY-NC. Source : Flickr

Les énergies mobilisées pour la fête de la science

Pour l’édition 2012 de la fête de la science, la phonothèque de la MMSH s’est installée trois jours dans la chapelle du Collège Campra à Aix-en-Provence. Cette fête annuelle est l’occasion de présenter aux scolaires comme au grand public la place des sources orales dans la recherche en sciences humaines et sociales. Cette année la thématique de la fête portait sur les énergie et les archives sonores qui étaient présentées donnait l’occasion de découvrir comment fonctionnait un moulin, comment vivait un charbonnier de l’époque ou encore, comment les populations ont réagi face à l’arrivée de l’électricité dans leur village. Quoi de mieux que de tendre l’oreille pour en savoir plus sur les différentes énergies, sur la façon dont les hommes les maniaient ou se trouvaient confrontés à leur évolution ?

Etudiante en Master « Métiers des bibliothèques » à Aix-en-Provence, je présentais la phonothèque durant ces trois journées. Le vendredi 12 octobre était consacré à la visite des scolaires : les classes se succédaient tout au long de la journée, 6ème, CE2, 3ème, et même un groupe de jeunes gens qui faisaient l’école à la maison. J’avais vingt minutes avec chaque groupe pour expliquer ce que sont les archives sonores et quel est leur rôle en sciences humaines et sociales. Je commençais en leur faisant écouter un extrait en occitan, dans lequel un vieil homme évoque l’arrivée de l’électricité dans son village. Des rires, de nombreuses propositions : espagnol, italien, arabe, français, latin et parfois, la bonne réponse ! Le faible nombre d’enfants connaissant cette langue me permettait de leur montrer l’importance que possèdent les archives sonores de ce genre pour les chercheurs, en linguistique mais surtout l’importance de garder trace du patrimoine immatériel. Je leur faisais ensuite écouter un extrait dans lequel un cévenol racontait une anecdote arrivée à sa grand-mère il y a un peu plus de cent ans : sa réaction en découvrant un homme rouler à vélo dans son village. J’insistais alors sur l’importance de la transmission orale et je demandais aux élèves si eux aussi avaient appris quelque chose par un membre de leur famille par l’oralité, s’ils avaient acquis des connaissances sans ouvrir un livre, des connaissances transmises oralement. Un enfant nous a parlé de son grand-père italien qui, pendant la guerre, n’avait que du pain et de l’eau, un autre nous a dit que son grand-père lui avait appris à jardiner. Tout cela pour en arriver à la conclusion que les archives sonores sont importantes à la fois pour le chercheur qui les a enregistrées et pour le témoignage qu’elles procurent encore aujourd’hui, mais aussi que la phonothèque a un rôle important à jouer dans tout cela : recueillir, conserver et transmettre ces archives sonores.

Le samedi et le dimanche, ce sont les mêmes idées que j’ai voulu apporter à un public, plus éclectique : des couples, des familles, des gens seuls, curieux d’en savoir plus, qu’il s’agisse de la directrice d’école ou du retraité venant de finir son marché. Si certains connaissaient déjà les archives sonores, la plupart découvraient totalement leur intérêt. Les différents extraits écoutés pour leur montrer les secrets que ces enregistrements révèlent nous faisaient ensuite converser sur leur propre expérience : la petite fille qui raconte que son arrière-grand-mère encore vivante lui parle de certains événements qu’elle a vécus, la femme fière de me dire qu’elle est grand-mère alors qu’elle a toujours sa propre grand-mère, insistant elle-même sur le rôle de la transmission orale ou encore celle qui m’explique qu’elle conserve encore chez elle des enregistrements sur cassette réalisés par une étudiante hollandaise qui avait enregistré, il y a longtemps de ça, des personnes vivant dans la montagne.

Ces trois jours ont donc été pour moi riches d’expériences, de découvertes, de rencontres, une bonne occasion d’en avoir appris davantage sur les sciences, par le biais des autres stands, et d’avoir fait découvrir à d’autres personnes ce qu’étaient les enquêtes orales, comme elles pouvaient être intéressantes si on y tendait une oreille, voire deux… je remercie donc toutes les personnes avec lesquelles j’ai passé ces trois jours ainsi que Véronique Ginouvès, qui m’a permis moi-même d’en savoir davantage sur les archives sonores, de me livrer à cette formidable expérience !

Manon Vinant., étudiante en  Master  « Métier des archives,

des bibliothèques et des documents sonores et audiovisuels »

Année universitaire 2012-2013

Le parcours aixois de la fête de la science 2012 a été initié par la MMSH et co-organisé par la Ville d’Aix, le Museum d’Histoire Naturelle, l’institut Pythéas et le CEA, en partenariat avec de nombreux laboratoires et partenaires.

Crédits photographiques : Manon Vinant, fête de la science 2012.

Les 12, 13 et 14 octobre 2012 : La phonothèque fête la science à Aix-en-Provence

Du vendredi 12 au dimanche 14 octobre, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) présentera une sélection de ses archives sonores autour de la thématique « Parcours des sciences – Energies en Méditerranée » dans la chapelle du collège Campra à Aix-en-Provence dans le cadre de la Fête de la science. Venez nombreux les écouter !

Adresse : chapelle-auditorium du collège Campra, 16 rue Pierre et Marie Curie, Aix-en-Provence

Horaires : 10h-17h

Ouverture au public : vendredi, samedi, dimanche

 

Au programme :

– La fabrication des charbonnières
Une habitante de Viens raconte ses souvenirs d’enfance en tant que fille de charbonniers du Piémont (enquête 4073)
Une famille piémontaise décrit son activité charbonnière sur deux générations dans les Alpes-de-Haute-Provence (enquête 4075)
Un ancien charbonnier, venu d’Italie travailler dans les Alpes-de-Haute-Provence, parle de son métier et de son mode de vie avant et pendant la guerre de 1914-1918 (enquête 4080)
Une femme de charbonnier originaire d’Italie témoigne du mode de vie et du métier de charbonnier dans les Alpes de Hautes-Provence (enquête 4083)
Le plaisir du charbonnier à dormir dans la colline à Aureille, en Provence (enquête 525)

– L’arrivée de l’électricité dans les campagnes
La modernisation de la société en Cévennes (enquête 815)
Un agriculteur retraité témoigne à propos de la vie dans le hameau de Libre en Vallée de Roya des années 1930 à nos jours (enquête 2929)
L’electricita – Conte de Faucon, Vaucluse (enquête 944)

– Les moulins
Les moulins de la Devèze, dans les Cévennes au début du 20ème siècle (enquête 831)
Evocation de Prali, Val Germanasca, du début du siècle aux années 1950 (enquête 510)
Evolution technique et économique de l’utilisation des moulins à huile et du ramassage du foin dans la Crau (enquête 530)

– L’énergie dans les unités d’habitation urbaine
Détails techniques sur le fonctionnement et la consommation énergétique du bâtiment de la Cité Radieuse à Marseille par une de ses premiers habitants
(enquête 3559)

– Le point de vue d’un anthropologue sur un problème politique lié à l’énergie
Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara (enquête 3385).

Lire vers d’autres billets de la phonothèque sur la fête de la science :

http://phonotheque.hypotheses.org/5648 (2011)
http://phonotheque.hypotheses.org/4057 (2010)
http://phonotheque.hypotheses.org/4030 (2010)

 

Crédits photographiques : Enrico Fermi dans les années 1950 (ARC ID 595043), Atomic Energy Commission. Argonne National Laboratory. Office of Public Affairs. Pas de restrictions de droits connues.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre « Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique »3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce « gouvernement de techniciens » qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

« La politique de ce « gouvernement de techniciens » en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5 ».

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce « gouvernement de professeurs »‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : « C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté ».

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []