Archives de catégorie : Mobilisation

Les énergies mobilisées pour la fête de la science

Pour l’édition 2012 de la fête de la science, la phonothèque de la MMSH s’est installée trois jours dans la chapelle du Collège Campra à Aix-en-Provence. Cette fête annuelle est l’occasion de présenter aux scolaires comme au grand public la place des sources orales dans la recherche en sciences humaines et sociales. Cette année la thématique de la fête portait sur les énergie et les archives sonores qui étaient présentées donnait l’occasion de découvrir comment fonctionnait un moulin, comment vivait un charbonnier de l’époque ou encore, comment les populations ont réagi face à l’arrivée de l’électricité dans leur village. Quoi de mieux que de tendre l’oreille pour en savoir plus sur les différentes énergies, sur la façon dont les hommes les maniaient ou se trouvaient confrontés à leur évolution ?

Etudiante en Master « Métiers des bibliothèques » à Aix-en-Provence, je présentais la phonothèque durant ces trois journées. Le vendredi 12 octobre était consacré à la visite des scolaires : les classes se succédaient tout au long de la journée, 6ème, CE2, 3ème, et même un groupe de jeunes gens qui faisaient l’école à la maison. J’avais vingt minutes avec chaque groupe pour expliquer ce que sont les archives sonores et quel est leur rôle en sciences humaines et sociales. Je commençais en leur faisant écouter un extrait en occitan, dans lequel un vieil homme évoque l’arrivée de l’électricité dans son village. Des rires, de nombreuses propositions : espagnol, italien, arabe, français, latin et parfois, la bonne réponse ! Le faible nombre d’enfants connaissant cette langue me permettait de leur montrer l’importance que possèdent les archives sonores de ce genre pour les chercheurs, en linguistique mais surtout l’importance de garder trace du patrimoine immatériel. Je leur faisais ensuite écouter un extrait dans lequel un cévenol racontait une anecdote arrivée à sa grand-mère il y a un peu plus de cent ans : sa réaction en découvrant un homme rouler à vélo dans son village. J’insistais alors sur l’importance de la transmission orale et je demandais aux élèves si eux aussi avaient appris quelque chose par un membre de leur famille par l’oralité, s’ils avaient acquis des connaissances sans ouvrir un livre, des connaissances transmises oralement. Un enfant nous a parlé de son grand-père italien qui, pendant la guerre, n’avait que du pain et de l’eau, un autre nous a dit que son grand-père lui avait appris à jardiner. Tout cela pour en arriver à la conclusion que les archives sonores sont importantes à la fois pour le chercheur qui les a enregistrées et pour le témoignage qu’elles procurent encore aujourd’hui, mais aussi que la phonothèque a un rôle important à jouer dans tout cela : recueillir, conserver et transmettre ces archives sonores.

Le samedi et le dimanche, ce sont les mêmes idées que j’ai voulu apporter à un public, plus éclectique : des couples, des familles, des gens seuls, curieux d’en savoir plus, qu’il s’agisse de la directrice d’école ou du retraité venant de finir son marché. Si certains connaissaient déjà les archives sonores, la plupart découvraient totalement leur intérêt. Les différents extraits écoutés pour leur montrer les secrets que ces enregistrements révèlent nous faisaient ensuite converser sur leur propre expérience : la petite fille qui raconte que son arrière-grand-mère encore vivante lui parle de certains événements qu’elle a vécus, la femme fière de me dire qu’elle est grand-mère alors qu’elle a toujours sa propre grand-mère, insistant elle-même sur le rôle de la transmission orale ou encore celle qui m’explique qu’elle conserve encore chez elle des enregistrements sur cassette réalisés par une étudiante hollandaise qui avait enregistré, il y a longtemps de ça, des personnes vivant dans la montagne.

Ces trois jours ont donc été pour moi riches d’expériences, de découvertes, de rencontres, une bonne occasion d’en avoir appris davantage sur les sciences, par le biais des autres stands, et d’avoir fait découvrir à d’autres personnes ce qu’étaient les enquêtes orales, comme elles pouvaient être intéressantes si on y tendait une oreille, voire deux… je remercie donc toutes les personnes avec lesquelles j’ai passé ces trois jours ainsi que Véronique Ginouvès, qui m’a permis moi-même d’en savoir davantage sur les archives sonores, de me livrer à cette formidable expérience !

Manon Vinant., étudiante en  Master  « Métier des archives,

des bibliothèques et des documents sonores et audiovisuels »

Année universitaire 2012-2013

Le parcours aixois de la fête de la science 2012 a été initié par la MMSH et co-organisé par la Ville d’Aix, le Museum d’Histoire Naturelle, l’institut Pythéas et le CEA, en partenariat avec de nombreux laboratoires et partenaires.

Crédits photographiques : Manon Vinant, fête de la science 2012.

Les 12, 13 et 14 octobre 2012 : La phonothèque fête la science à Aix-en-Provence

Du vendredi 12 au dimanche 14 octobre, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) présentera une sélection de ses archives sonores autour de la thématique « Parcours des sciences – Energies en Méditerranée » dans la chapelle du collège Campra à Aix-en-Provence dans le cadre de la Fête de la science. Venez nombreux les écouter !

Adresse : chapelle-auditorium du collège Campra, 16 rue Pierre et Marie Curie, Aix-en-Provence

Horaires : 10h-17h

Ouverture au public : vendredi, samedi, dimanche

 

Au programme :

– La fabrication des charbonnières
Une habitante de Viens raconte ses souvenirs d’enfance en tant que fille de charbonniers du Piémont (enquête 4073)
Une famille piémontaise décrit son activité charbonnière sur deux générations dans les Alpes-de-Haute-Provence (enquête 4075)
Un ancien charbonnier, venu d’Italie travailler dans les Alpes-de-Haute-Provence, parle de son métier et de son mode de vie avant et pendant la guerre de 1914-1918 (enquête 4080)
Une femme de charbonnier originaire d’Italie témoigne du mode de vie et du métier de charbonnier dans les Alpes de Hautes-Provence (enquête 4083)
Le plaisir du charbonnier à dormir dans la colline à Aureille, en Provence (enquête 525)

– L’arrivée de l’électricité dans les campagnes
La modernisation de la société en Cévennes (enquête 815)
Un agriculteur retraité témoigne à propos de la vie dans le hameau de Libre en Vallée de Roya des années 1930 à nos jours (enquête 2929)
L’electricita – Conte de Faucon, Vaucluse (enquête 944)

– Les moulins
Les moulins de la Devèze, dans les Cévennes au début du 20ème siècle (enquête 831)
Evocation de Prali, Val Germanasca, du début du siècle aux années 1950 (enquête 510)
Evolution technique et économique de l’utilisation des moulins à huile et du ramassage du foin dans la Crau (enquête 530)

– L’énergie dans les unités d’habitation urbaine
Détails techniques sur le fonctionnement et la consommation énergétique du bâtiment de la Cité Radieuse à Marseille par une de ses premiers habitants
(enquête 3559)

– Le point de vue d’un anthropologue sur un problème politique lié à l’énergie
Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara (enquête 3385).

Lire vers d’autres billets de la phonothèque sur la fête de la science :

http://phonotheque.hypotheses.org/5648 (2011)
http://phonotheque.hypotheses.org/4057 (2010)
http://phonotheque.hypotheses.org/4030 (2010)

 

Crédits photographiques : Enrico Fermi dans les années 1950 (ARC ID 595043), Atomic Energy Commission. Argonne National Laboratory. Office of Public Affairs. Pas de restrictions de droits connues.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre « Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique »3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce « gouvernement de techniciens » qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

« La politique de ce « gouvernement de techniciens » en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5 ».

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce « gouvernement de professeurs »‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : « C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté ».

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Rendez-vous demain, 7 mars 2012, à la copy-party de la Bibliothèque Universitaire de la Roche-sur-Yon

Demain, la bibliothèque universitaire de la Roche-sur-Yon, rattachée à l’Université de Nantes, vous invite à participer à une première mondiale : une copy-party. Olivier ErtzscheidLionel Maurel et Silvère Mercier ont eu l’idée d’organiser cette manifestation pour éclairer, par une action concrète, le débat sur l’importance du droit de copie dans nos sociétés.

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site dédié à l’évènement http://blogs.iutlaroche.univ-nantes.fr/copy-party

 

Et une revue de presse de l’évènement ici : http://blogs.iutlaroche.univ-nantes.fr/copy-party/2012/03/09/revue-de-web-presse

Crédits photographiques : Copying Egyptian hieroglyphs – Tourist, interested in cuneiform writing, is copying Egyptian hieroglyphs from the walls of old Egyptian monuments. 1927, Nationaal Archief (Pays-Bas) Spaarnestad Photo, Het Leven, SFA022815952 927.

Un projet de loi aux Etats-Unis menace la diffusion des données de la recherche en SHS

Le New York Times du 25 octobre 2011 évoque le les incertitudes des chercheurs en sciences humaines et sociales aux Etats Unis qui attendent la modification d’une loi qui modifierait les règles régissant la recherche impliquant des sujets humains. La proposition de loi a pour but de protéger les personnes et les informations qu’ils fournissent lors des enquêtes – en particulier les enquêtes biomédicales -. Bien entendu, les chercheurs trouvent légitime que des garanties soient mises en place sur la diffusion des données personnelles mais ils sont consternés de se rendre compte que la volonté de l’Etat fédéral de protéger la vie privée puisse aboutir à des règles susceptibles de restreindre l’accès aux données de base pour les sciences humaines et sociales : statistiques,  recensements, études de marché mais aussi enregistrements de récits de vie.

Mais les chercheurs qui créent des corpus pour documenter leur recherche sont donc  inquiets sur l’avenir de la communication et de la conservation des sources qu’ils constituent au fil de leur terrain. Ils avaient jusqu’à mercredi 26 octobre 2011 pour déposer leurs commentaires publics mais ils sont très septiques sur l’avenir de leurs recherches.  Zachary Schrag, historien à l’Université George Mason  s’insurge : « Pendant des décennies, les chercheurs en sciences humaines et sociales ont souffert en raison de règlements bien intentionnés mais mal prises en compte, mal rédigées et dont les conséquences involontaires ont restreint la recherche »1. L‘American Historical Association, l’Association américaine d’histoire orale ou encore le Consortium des associations de sciences sociales (COSSA) et l’American Anthropological Association (AAA) sont unanimes sur le danger que pourrait représenter cette loi sur l’accès à l’information et pour la recherche en SHS. Ces questions préoccupent aussi les chercheurs européens.

Au moment où nous nous apprêtons à rédiger collectivement un guide de bonnes pratiques sur les questions de droit et d’éthique pour la diffusion des données en SHS, il sera essentiel de suivre les réactions des chercheurs nords américains sur ce projet de loi et de lire les Principles and Best Practices republiés à cette occasion par l’association américaine d’histoire orale.

A propos du projet de loi :

Un article (2011) de Robert B. Townsend sur le thème « Could history become an information risk? » :  http://blog.historians.org/articles/1424/could-history-become-an-information-risk

Affichage des commentaires publics sur le projet de loi : http://www.regulations.gov/#!documentDetail;D=HHS-OPHS-2011-0005-0001

Les contre propositions à la proposition de loi fédérale de l’Historical american association (HAA) : http://blog.historians.org/news/1439/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal et celles de l’association d’histoire orale : http://www.oralhistory.org/2011/10/18/oral-history-and-information-risk-a-response-to-the-federal-proposal/

Présentation de l’ouvrage de Zachary M. Schrag Ethical ImperialismInstitutional Review Boards and the Social Sciences, 1965–2009

Les réactions de l’AAA : http://www.aaanet.org/issues/policy-advocacy/Protecting-Human-Subjects.cfm 

Crédits photographiques : Gen. Jones’ « FORWARD » suffragettes (LOC). Publié par Bain News Service. Photographie prise entre 1910 et 1915. Plaque de verre,  5 x 7. Collection de la Bibliothèque du Congrès. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.15124. Pas de restrictions de droit connues.

  1. For decades, scholars in the social sciences and humanities have suffered because of rules that were well intended but poorly considered and drafted and whose unintended consequences restricted research. []

MANIFESTE : La musique a toute sa place en bibliothèque

L’ACIM (Association pour la Coopération des professionnels de l’Information Musicale) publie un texte rappelant les enjeux de la musique en bibliothèque :

La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l’écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n’a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale.

Le défunt Conseil Supérieur des Bibliothèques avait constaté dans ses différents rapports que la place de la musique était encore insuffisante dans les bibliothèques. Alors même que cette situation perdure globalement, la musique en bibliothèque est aujourd’hui fragilisée par la baisse des prêts, le développement de l’écoute et du téléchargement en ligne. C’est ainsi que plusieurs nouvelles médiathèques ont ouvert récemment sans présenter la totalité de la documentation musicale (livres, partitions, dvd et disques compacts) voire sans musique.

Ce choix nous semble une grave erreur car l’offre musicale en bibliothèque ne saurait se résumer à une borne de téléchargement ou à une ressource en ligne. Si la place du support CD pourrait être amenée à se réduire à moyen terme, sa présence reste pour l’instant la meilleure manière de matérialiser dans nos locaux une offre musicale hybride, c’est à dire mélangeant collections physiques et collections dématérialisées.

Renoncer à la musique en bibliothèque reviendrait à l’abandonner aux acteurs du secteur marchand qui n’ont pas le souci de la diversité et de la pérennité des œuvres musicales. Tout n’est pas sur le net et tout n’y est pas visible. Malgré son apparente abondance (plus de 7 à 8 millions de titres annoncés sur des plateformes de streaming), l’offre de musique en ligne reste lacunaire dès lors que l’on sort des musiques de consommation courante.

La musique représente une pratique culturelle majeure dans nos sociétés au même titre que la littérature ou le cinéma. Or les pratiques culturelles ne sont pas étanches. Renoncer à la musique en bibliothèque risquerait aussi, en supprimant des passerelles entre elles, de remettre en cause, pour un public éclectique, l’intérêt pour les collections de littérature et de cinéma.

Rappelons à ce propos l’article 7 de la Charte des bibliothèques qui stipule que : « Les collections des bibliothèques des collectivités publiques doivent être représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales. »

Enfin il nous semble important que les médiathèques continuent de jouer un rôle prépondérant dans le développement de la culture musicale à l’aide d’une offre documentaire large mais aussi de concerts et d’animations sous quelque forme que ce soit (conférences, ateliers de créations musicales, etc.). Dans certains territoires, la médiathèque est le seul point d’accès non marchand à la musique.

En accompagnant ces nouvelles pratiques, les bibliothèques ont un rôle important à jouer dans le domaine de l’éducation et la culture musicale du public, notamment pour les nouvelles générations.

 

Ce texte collectif est une proposition de motion qui sera présentée à prochaine assemblée générale de l’ACIM, vous le retrouverez sur les sites ou les blogs de :

l’ACIM http://www.acim.asso.fr/spip.php?article335

l’ADBDP http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article1148

Desperate librarian housewife : http://sophiebib.blogspot.com/2011/06/la-musique-toute-sa-place-en.html

Début du monde http://debutdumonde.blogspot.com/2011/03/la-musique-toute-sa-place-en.html

Echos Doc http://www.echosdoc.net/2011/06/la-musique-a-toute-sa-place-en-bibliotheque/

l’IRMA http://www.irma.asso.fr/La-musique-a-toute-sa-place-en

Mediamus http://mediamus.blogspot.com/2011/03/parce-que-la-musique-toute-sa-place-en.html

XG_BlogNotes http://www.xaviergalaup.fr/blog/2011/06/21/manifeste-la-musique-a-toute-sa-place-en-bibliotheque/

 


Crédits photographiques : MP-1982.69.5Salle des matrices, Berliner Gramophone Company, Montréal, QC, 1910Anonyme – Anonymous1910, 20e siècleArchives photographiques Notman – Musée McCord – Pas de restrictions de droit connues – www.mccord-museum.qc.ca/fr/collection/artefacts/MP-1982.69.5

La randonnée du patrimoine culturel

 

Depuis quelques temps, on trouve dans certaines villes des propositions pour de nouvelles façons de marcher ensemble. Je viens de faire une voyage dans mon quartier, le 15e arrondissement de Marseille avec l’Agence touriste. Cette drôle d’agence présente ses balades comme « partitions de promenades » et elle en profite pour transmettre des bribes de mémoire locale. A travers les voix des artistes qui nous emmènent « par monts et par vaux », nous entendons – entre autres choses – les récits de ceux qui habitent, jouent, traversent ou travaillent dans ces espaces. Le fonctionnement de ces « balades patrimoniales », qui s’inscrivent dans le cadre la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société1 est très bien décrit dans Wikipedia. Je n’ai pas trouvé traces d’autres balades de ce type qu’à Marseille (qui en a fait un projet pour 2013) et Venise mais si un lecteur entend parler d’autres sites, qu’il nous le signale dans un commentaire du billet !

Quoiqu’il en soit, tout en marchant, j’imaginais qu’il serait intéressant d’inviter les artistes qui organisent ces promenades à venir écouter les entretiens de terrain archivés : ils pourraient alors les réutiliser directement dans ces balades, sur les sites où leurs captations se sont faites, comme un écho de ceux qui ont jadis occupé cet espace. La lecture de la convention de Faro devrait bousculer les gestionnaires de fonds patrimoniaux et les pousser à la multiplication des publics, à la recherche de nouveaux usagers qui  écouteraient (enfin ?) ces archives de notre mémoire collective qui racontent l’histoire des anonymes et tissent la diversité culturelle du terrain.

En effet, j’exagère sans doute, mais il me semble que si les centres d’archives sonores mettent aujourd’hui de plus de documents en libre accès, les consultations et les réutilisations restent limitées au regard du coût que représentent la numérisation, l’analyse et la mise en ligne. D’ailleurs, cette question n’est pas propre aux archives sonores mais se retrouve dans de nombreuses collections patrimoniales à travers le monde, et certains osent le dire. Les bibliothécaires de la Library of Congress confiaient dans leur premier bilan d’activités du projet Flickr Commons2 qu’ils ne s’attendaient pas à recevoir autant de félicitations de la part leurs concitoyens pour la mise en ligne de leurs collections sur Flickr puisqu’elles étaient déjà accessibles sur leur site de puis plusieurs années :

Ironically, some of the email and comments we received after launch noted how pleased people were to see the Library “begin” to digitize their photographs and make them available online. In fact, the Library of Congress Prints and Photographs Online Catalog (PPOC) contains more than one million digitized images that have been available on the Library’s Web site for years. Feedback of this nature suggests that as a result of this project the Library is reaching new audiences—people who did not or could not find this material on our own site, and people who never thought to look here. (p. 14)

Il existe donc des façons de sortir des centres d’archives et de partir en direction de nouveaux usagers, à nous de les découvrir.

Crédits photographiques : balade avec l’agence tourisme, en dessous du Plan d’Aou, juste au-dessus de la Bricarde, vendredi 10 juin 2011, photogr. Véronique Ginouvès.

 

  1. Ou convention de Faro, cette convention vient d’entrer en vigueur le premier juin 2011 []
  2. Deux billets sur Flickr Commons ont été publiés dans les Carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/3658 et http://phonotheque.hypotheses.org/452 []

1er juin 2011 : entrée en vigueur de la Convention de Faro

1er juin 2011, belle nouvelle pour les citoyens européens : aujourd’hui la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (ou Convention de Faro du 27 octobre 2005) entre en vigueur. Le texte est passé de justesse en février dernier grâce à la ratification de la Géorgie : 10e Etat pour la ratifier1, mais ne cherchez pas, la France n’est pas dans les neuf autres2.

Cette convention est importante pour tous les citoyens européens car elle considère la connaissance, la vie et la pratique du patrimoine culturel comme un droit fondamental, dans la lignée de la Déclaration universelle des droits de l’homme,.

La convention de Faro3  pourrait être considérée comme une forme de mise en pratique de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Toutefois, le lecteur habitué aux débats sur ces questions, constatera très vite que le texte rend compte du cheminement juridique du concept de « patrimoine culturel immatériel » et propose sa propre optique. Par exemple, dans l’article 9 « Usage durable du patrimoine culturel », il est dit que « le patrimoine culturel sert à promouvoir l’utilisation des matériaux, des techniques et du savoir-faire issus de la tradition, et à explorer leur potentiel dans la production contemporaine ». Il est bien question ici d’immatérialité, telle que la convention de l’UNESCO l’évoque dans sa définition. Toutefois, le texte préfère faire appel à d’autres concepts, sans doute parce que le terme « immatériel »ne fait pas l’unanimité dans tous les Etats européens. Ici, c’est le mot « tradition » qui émerge, plus ancien pourtant, mais peut-être plus « tangible ». De même il est également question de « communautés patrimoniales » et non de « groupes ethniques » comme on le trouve dans d’autres textes4.

Au-delà des questions de lexique, l’approche de la Convention de Faro est particulièrement innovante car elle ne part pas de l’objet à protéger − le patrimoine − mais du sujet bénéficiaire, à savoir toute personne « seule ou en commun » et des responsabilités individuelles et collectives envers ce patrimoine Le texte est d’abord de nature philosophique, éthique et déontologique mais il propose aussi des modes d’actions. Il ne se contente pas de préconiser le renforcement de la participation du public au processus de valorisation du patrimoine, il rappelle également l’importance du débat public dans la fixation des priorités nationales en matière de patrimoine culturel et de son utilisation durable.

Ainsi, le Titre IV de la Convention prévoit une coopération entre les différents Etats pour promouvoir la reconnaissance d’un patrimoine européen en commun. La coopération inclut le maintien, le développement et la contribution de données pour un système d’information partagé, accessible au public qui facilite l’évaluation de l’engagement de chaque partie à la Convention5.

Dépositaires d’archives enregistrées par des chercheurs qui s’intéressent au patrimoine culturel des populations sur le terrain, les phonothèques de l’oral sont donc confrontées à de nouvelles responsabilités : la gestion de l’héritage culturel de ces archives. Les centre de recherche ne peuvent rester indifférents à ce vaste mouvement de restitution des données culturelles vers les citoyens.

Crédits photographiques : Les vainqueurs du Palio 2011, contrade Tartuga,  font le tour du Campo de Sienne, Août 2011, Véronique Ginouvès.

 

  1. Suivant la série des traités du Conseil de l’Europe n° 199, la convention a pu entrer en vigueur après enregistrement de dix ratifications. Elle était ouverte à la signature des Etats membres du Conseil de l’Europe et à l’adhésion de la Communauté européenne et des Etats européens non membres. C’est l’article 19b qui stipule « Pour tout Etat adhérent, ou pour la Communauté européenne en cas d’adhésion, la Convention entrera en vigueur le premier jour du mois qui suit l’expiration d’une période de trois mois après la date de dépôt de l’instrument d’adhésion près le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe. » []
  2. Les dix Etats ayant ratifié la Convention de Faro sont : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Lettonie, la Moldavie, le Montenegro, la Norvège, le Portugal, la Serbie et la Géorgie. En mars 2011, le sénateur Serge Lagauche a interrogé le gouvernement français sur la convention de Faro et sa ratification. []
  3. Du nom de la ville portugaise de Faro où elle a été adoptée le 27 octobre 2005. []
  4. Par exemple, l’expression est employée dans les texte de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1965) ou celui de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement (1960) ou encore plus récemment, on la retrouve dans des présentations sur le site de l’UNESCO d’éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme la danse des fermiers du groupe ethnique coréen en Chine ou encore le grand chant du groupe ethnique Dong []
  5. A ce titre, il sera intéressant de suivre le développement du Réseau Herein qui tient d’ores et déjà compte des orientations de la Convention de Faro. Ce réseau se veut un un système permanent d’information sur les politiques du patrimoine en Europe à la disposition des administrations, des professionnels, des chercheurs et du public. Le site propose notamment une base de données sur les politiques patrimoniales et systèmes de protection en Europe, avec un outil informatisé permettant d’effectuer des recherches sur des thématiques précises et des comparaisons entre les pays ; un thésaurus multilingue en 14 langues (allemand, anglais, bulgare, croate, espagnol, français, grec, hongrois, lituanien, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovène) dans le domaine du patrimoine ; une sélection de liens de référence dans le domaine du patrimoine culturel et naturel en Europe ; des expositions virtuelles, des évènements en cours en Europe… []

Appel à la communauté des SHS pour une pratique réflexive des documents numériques

En 2009, dans la revue MethiS, Björn-Olav Dozo, de l’Université de Liège, lançait un appel à la communauté des SHS pour une pratiques réflexive des documents numériques dans le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur. Je le découvre seulement maintenant, mais son actualité me pousse à le partager pour amplifier son appel. L’auteur part d’un constat très simple : les réflexes savants de la recherche effectuée à partir de documents papier disparaissent avec l’écran sans que rien ne permette de savoir par quoi ils sont remplacés, ni quelles en sont les conséquences sur les pratiques de recherche. Plus généralement, l’internaute qui aborde un sujet inconnu ne va plus vers des ouvrages de référence, des bibliographies disciplinaires qu’il pourrait dépouiller systématiquement, des index de notions ou de noms propres… Non, désormais il débute sa recherche par une case blanche où un curseur clignote. Il y inscrit quelques mots pour afficher une liste de résultats. Un coup d’oeil rapide sur la page lui permet de juger de leur pertinence et il accède à un site le plus souvent totalement ignoré jusque-là…. Le temps est venu pour les chercheurs en sciences humaines et sociales de s’interroger sur leurs pratiques des documents numériques et d’en mesurer les implications épistémologiques, lance  Björn-Olav Dozo.

En effet, si son article propose un début de réponse à ces questions, l’auteur s’adresse aussi directement à la communauté des SHS pour proposer de participer à une vaste réflexion collective, où chacun pourrait comparer ses pratiques et proposer des orientations méthodologiques. Björn-Olav Dozo a choisi quatre axes pour évoquer les différents enjeux  de ce passage au numérique dans les SHS : la conservation, la diffusion, les usages et la transmission. Dans le champ de l’enseignement on imagine que ce projet pourrait aboutir à un ouvrage de synthèse qui manque cruellement aujourd’hui, malgré l’intérêt sans cesse croissant porté aux Digital Humanities, et éviter peut-être certains mauvais usages des documents numériques que l’on voit se développer.

Car le mythe des « digital natives » qui auraient, de manière innée, un savoir ou un savoir-faire concernant les ordinateurs a la peau dure… Pourtant depuis P. Bourdieu et J.-C. Passeron (1964 & 1970) nous savons qu’il n’existe pas de véritable « égalité des chances » face à l’apprentissage. C’est pour cela que la formation aux bonnes pratiques du document numérique ne peut pas demeurer en dehors de l’université. C’est à celle-ci de prendre conscience des enjeux considérables en la matière et de se doter de moyens de transmission efficaces et réfléchis des pratiques approfondies de ces documents. Il existe, par exemple déjà, un lexique partagé qui s’est progressivement imposé, utilisé par les chercheurs qui s’intéressent au domaine ; archives ouvertes, voie verte (green) et voie or (gold), collecte des méta-données, embeding, pre-print, post-print, portail de revues, rétro-archivage, barrière mobile,…. Il peut aider à la constitution d’outils qui permettraient de mieux appréhender les nouveaux rapports qu’entretient le chercheur avec ses sources devenues numériques. Des initiatives comme l’université d’été de l’édition électronique ouverte ou le manifeste des Digital Humanities font partie de ce qui construit cette communauté et à cette réflexion collective qu’appelle Björn-Olav Dozo de ses vœux. Sans nul doute, le texte du Manifeste comme les programmes, les contenus des conférences et des ateliers de cette deuxième université d’été, participeront, plus tard, à l’écriture d’une histoire de ce domaine en perpétuelle évolution, où les nouveautés ne cessent de remplacer l’existant.

A lire : Dozo, Björn-Olav. «Pour une pratique réflexive des documents numériques». Méthodes et Interdisciplinarité en Sciences humaines, Volume 2 – 2009 : Pratiques du document [En ligne]

http://popups.ulg.ac.be/MethIS/document.php?id=262

Crédits photographiques : « Getting em up » at U.S.Naval Training Camp, Seattle, Washington. Webster & Stevens., ca. 1917 – ca. 1918. Archives nationales des Etats-Unis d’Amérique. Permalien : arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=533698 Pas de restrictions de droit connues.

Pour adultes seulement : le catalogue d’une exposition censurée, édité par l’ABF

La censure. Une affaire ancienne ?

En décembre 2008, la revue Bibliothèque(s) de l’ABF publiait un numéro consacré à cette thématique. Dans son introduction au dossier, Michel Melot, ancien président du Conseil supérieur des bibliothèques faisait remarquer qu’ une des leçons que l’on peut tirer [des censures subies], sur laquelle il est possible d’agir, est l’isolement des bibliothécaires victimes de censures de la part de leurs tutelles. »

Pour témoigner de son engagement, qui est celui de tous les bibliothécaires, pour la liberté d’expression, l’ABF (l’Association des Bibliothécaires de France) a décidé de briser cet isolement, de soutenir les auteurs et les professionnels censurés – notamment les collègues de la BDP de la Somme et de publier le catalogue de l’exposition  » « Quand les illustrateurs de jeunesse dessinent pour les grands » surtitrée pour adultes seulement.

25 illustrateurs pour la jeunesse mondialement connus ont été conviés à dessiner « pour les grands », parmi eux : Bachelet, Claveloux, Gauthier, Heitz, Joos, Lemoine, Maja, Nicollet, Ungerer, Zaü, Zullo, auxquel s’est joint Leo Kouper, le grand affichiste auteur de l’affiche d’Emmanuelle et de Le père Noël est une ordure. Ils ont récoltés de nombreux prix, été publiés par les plus grands éditeurs, en France et dans le monde, dans la presse, du Monde au New Yorker, en passant par le Magazine littéraire ou Lire…

L’exposition prévue à la Bibliothèque de prêt de la Somme a été interdite 11 jours avant son vernissage par son commanditaire, le conseil général.

La presse nationale (Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur, Le Canard enchaîné, Art Press, France Inter, France Culture…), ainsi que l’Observatoire de la censure et la Ligue des Droits de l’Homme se sont élevés contre ce cas de censure brutal et stupide.

Une large sélection de l’exposition interdite (31 dessins drôles et émouvants) et les projets d’affiches de Léo Kouper (Emmanuelle) sont précédés d’un historique de l’affaire et suivis d’un éloquent florilège de la presse.

Pascal Wagner, président de l’ABF,  en préface au catalogue explique : « En décidant de publier le présent catalogue d’une exposition élaborée par une bibliothèque dans le cadre de ses interventions culturelles et déprogrammée par la tutelle administrative de ladite bibliothèque, l’ABF souhaite émettre un signal à propos du problème récurrent de la censure en bibliothèque – une piqûre de rappel, en quelque sorte. »

Chers collègues, chers lecteurs, si vous voulez vous procurer ce catalogue, soutenir le travail de nos collègues, ne pas laisser le silence nous dicter sa loi, demandez le dans votre bibliothèque ou sur le site de l’ABF. Et, faites connaître ce livre autour de vous…

Laissons Michel Melot conclure :  « Rien ne sert de se flatter de liberté nationale : l’histoire nous apprend que la censure a une longue histoire en France et que ses formes actuelles s’ancrent dans la tradition d’un pouvoir central fort et d’une administration puissante, qui laissent le citoyen souvent démuni. Tel est le bibliothécaire, sans défense devant une tutelle qui lui dicterait une politique sectaire contraire à ses propres idéaux. Les grands principes ne servent à rien dans une bonne justice »

Pour adultes seulement. 80 p., 31 planches quadri, 21×23 cm, sous couverture quadri avec rabats et sous bande rouge : « Couic sur la chose » (Le Canard enchaîné). Prix : 13 € / ISBN : 978-2-900177-35-8

Diffusion : ABIS, 31, rue de Chabrol – 75010 Paris / Tél. 01 55 33 10 30 / Fax 01 55 33 10 31

Sortie le 20 novembre 2010.