Archives de catégorie : Actualités

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En « simplifiant » les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du « pourquoi partager ? » est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de « corpus agrégé » ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/

Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010

Femme a la mandolineA la fin du mois de janvier 2010 auront lieu deux journées d’étude sur les archives sonores. Les premières se tiennent à Grenoble, à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (MSHA) sous le titre Histoire orale : regards croisés et décalés, France-Europe-Brésil. Ces journées, organisées du 27 au 30 janvier, ont la particularité de  réunir les anciens de  « l’école des ethnotextes », qui s’est développée à Aix-en-Provence dans les années 1980. Cela n’était pas arrivé depuis longtemps : Anne-Marie Granet-Albisset a invité Philippe Joutard, Marie-Françoise Attard, Jean-Noël Pelen, Tania Gandon et d’autres encore qui ont participé à la création ou au développement des « ethnotextes ».  L’origine de l’emploi de ce terme, qui rapidement pourrait être défini comme un texte oral, remonte à 1980 avec l’ouvrage collectif Tradition orale et identités culturelles. Problèmes et méthodes dirigé par Jean-Claude Bouvier.  Entre temps, il a été un peu oublié, dissout dans les multiples pratiques des enquêtes de terrain, mais on le retrouve régulièrement ici ou .   Philippe Joutard (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier (ethnodialectologue) sont les fondateurs de la phonothèque de la MMSH : celle-ci sera présente à travers deux présentations. Laure Principaud, actuellement en stage à la phonothèque de la MMSH, présentera le dépôt et le traitement documentaire du fonds sonore inédit de Marceau Gast (Sud Algérie, Yémen, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence 1960-1990). Thierry Rosso, de la Maison des sciences de l’homme de Nice – laboratoire LASMIC) exposera un projet inter-MSH qui s’est déroulé tout récemment. La MSH de Nice a mis en place entre 2007 et 2008 un programme pluridisciplinaire qui a engagé des centaines d’enquêtes orales sur la Vallée de la Roya et de la Bevera puis s’est tournée vers la MMSH d’Aix-en-Provence pour réaliser le traitement documentaires des fonds et leur mise en ligne. Le colloque est clôturé par un atelier sur le thème de la création d’une phonothèque régionale : une question importante car les dépôts par les chercheurs de leur source sonore ne sont pas aussi systématiques que l’on pourrait l’imaginer.

Les secondes journées ont lieu aux  mêmes dates,  en Italie, plus précisément à Massa-Carrara (Toscane). Les institutions à l’origine de cet évènement ont encore peu d’expériences dans le domaine des archives orales mais elles sont persuadées de la force du patrimoine immatériel auprès du public et ont commencé à lancer de multiples actions. Associations, collectivités locales ou centres de recherches, ces  institutions appartiennent au monde artistique (ethnomusicologie et arts du spectacle). Le projet, soutenu par un programme européen, a pris le nom de  Incontro Transfrontaliero [INTervention CONdivisi Transfrontaliero di Ricerca sul’Oralità] et a vu le jour en mai 2009. L’ objectif est de valoriser le patrimoine immatériel et les échanges culturels entre la Corse, la Sardaigne et la côte de la Toscane en questionnant les frontières de toutes ces aires culturelles. La province de Grosseto coordonne le projet avec le soutien d’un Comité Scientifique.  Les différents partenaires sont : en Toscane la province de Grossetto, Pise, Lucca, Massa-Carrara, en Corse la fédération d’associations du centre culturel Voce de Pigna et en Sardaigne le département des études historiques de l’Université de Cagliari (insegnamento di Etnomusicologia) et l’Istituto Superiore Etnografico della Sardegna. Ils souhaitent ouvrir un dialogue fructueux entre artistes de la musique populaire et chercheurs et s’appuyer sur des évènements musicaux ou théâtraux ainsi que sur le traitement et la valorisation d’archives du patrimoine immatériel dans le domaine (son et audiovisuel) pour créer un portail méditerranéen sur le savoir qui aura été produit.  La phonothèque de la MMSH sera présente là encore pour présenter le travail de mutualisation qui a été réalisé avec le Portail du Patrimoine Oral : Dall’archivio della « Phonothèque » di Aix en Provence al “portail du patrimoine oral » , riflessioni sui metodi di schedatura dei patrimoni immateriali, gli standard internazionali, la messa in rete degli archivi. Immagini dal futuro.

Un beau début d’année pour la phonothèque de la MMSH. J’en profite pour vous souhaiter à tous, celle que vous désirez, et pour adoucir l’enjambée de 2010 partager trois vers d’un ancien collecteur de la mémoire du Lubéron :

Entre saba e perfum la vida esquilha sus leis èrbas.

Aqueu ponch roge, ròda d’azard dau soleu, es una poncha de verin.

Vaquí l’ora dei piadas silenciosas.

Guy Mathieu

[Entre sève et parfum la vie glisse sur les herbes. Ce point écarlate, roue de hasard du soleil, est une pointe de venin. Voici l’heure des enjambées silencieuses]

Crédits photographiques :  Mandolin girl (non daté). Mid-Manhattan Picture Collection / Music. Dépôt de The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection. Permalien : digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?832621 ; pas de restrictions de copyright connues.

Musiques traditionnelles du Val di Cogne : les collectes de Sergio Liberovici en 1956

cogneL’Academia nazionale di Santa Cecilia publie depuis quelques années les sources orales inédites puisées dans ses collections sonores. La majorité d’entre elles ont été enregistrées par les chercheurs du Centro Nazionale di Studi di Musica Popolare créé par Giorgio Nataletti en 1948. La précédente publication de l’Academia (2007) portait d’ailleurs sur une des collectes en Ligurie à la fin des années 1960 de cet ethnomusicologue qui a parcouru l’Italie avec son magnétophone à bandes. Sous sa houlette, d’autres chercheurs ou musiciens ont aussi collecté des chants populaires et de la musique. Celles de Diego Carpitella et Alberto Cirese dans les Molises (2005) ou dans le Salento celles de Carpitella accompagné d’Ernesto de Martino (2006) ont déjà été publiées. Cette fois ci, il s’agit de la collecte réalisée par Sergio Liberovici en mars 1956. Ce compositeur a été parmi les acteurs importants de la musique traditionnelle italienne : il est l’un des fondateurs du groupe des Cantacronache, un mouvement pour la création de la chanson populaire et politique en Italie aux côtés de Nataletti, Carpitella ou de Gianni Bosio. Ce groupe avait la volonté de mieux connaître la tradition musicale italienne pour proposer de nouvelles chansons, souvent en collaboration avec des intellectuels comme Italo Calvino ou Umberto Eco. Ainsi entre le 21 et le 25 mars 1956 Sergio Liberovici part à travers le Val de Cogne (une province du Val d’Aoste) dans une société agro-pastorale en pleine transformation où la transmission orale est encore tenace. En cinq jours, il se déplace sur trois villages (Cogne, Gimilla, Epinel) pour enregistrer 66 morceaux (59 chantés, 7 instrumentaux) de répertoires très variés dans des langues multiples. Alternent ainsi le français (51%), l’italien (31,5%), le piémontais (1,5%) et le patois valdostain (1,5%), soit les quatre langues communément parlées sur ce territoire – l’ouvrage est d’ailleurs bilingue en langue française et italienne -. La zone de Cogne est renommée pour avoir développé deux styles musicaux originaux : les chants à retòn et les répertoires sur le tambour de Cogne. Ce petit ouvrage présente l’intérêt de faire le point sur ces spécificités locales, de les expliciter par l’écoute des deux cédés qui correspondent quasiment à la totalité de la collecte (64 titres). Giorgio Vassoney et Mauro Balma ont documenté chaque pièce musicale, traduit les textes littéraires et effectué de nombreuses transcriptions musicales, ils ont aussi présenté les voix et les instruments et proposé une classification du répertoire. Dès les premières pages, nous partons sur les traces du terrain de Sergio Liberovici, pas à pas, jour par jour, rencontre par rencontre. La première plage du premier disque débute par un chant sauvage, d’une femme qui réveille un chardonneret que l’on entend pépier et se superposer à la mélodie. Une société qui n’existe plus à découvrir pendant plus de 2 heures trente de son illustrées de photographies des années 1950.

Les notices de la collecte de S. Liberovici sont accessibles en ligne sur la base de données de l’Académia di Santa Cecilia.

AJOUT LE 4 MAI 2016 : À écouter, sur la Piéròtta, dans la série « Sur les Docks » un documentaire sonore sous le titre  Sergio Liberovici, musicien et collecteur, parcourt le Val de Cogne en Vallée d’Aoste (Italie). Il commence ses enregistrements à l’Hôtel Grivola,  du 21 au 25 mars 1956, réalisée par Péroline Barbet, sur France Culture, diffusé le 14 avril 2016.

Musiche tradizionali della Val di Cogne : Le registrazioni di Sergio Liberovici (1956) par Mauro Balma et Giorgio Vassoney. Squilibri, 2009, 23€.

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c’est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d’apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h – 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble – UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d’Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  – 25€ Associations et collectivités – 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.

Paroles publiques et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores

4092440453_568d2ab927

« Paroles publique et Internet » c’est le titre d’un mémoire qui vient d’être soutenu à l’INTD et qui intéresse de près les phonothèques de l’oral car il fait le point sur les enjeux et les modalités de valorisation des conférences sur l’Internet. Les mémoires sur les enregistrements sonores ne sont pas légions, et celui-ci mérite d’être signalé.

On se souvient de l’impact de text-e, un colloque virtuel interactif que la BPI avait organisé entre le 15 octobre 2001 et la fin mars 2002. Ce premier colloque entièrement virtuel était consacré à l’exploration de l’impact de l’Internet sur la lecture, l’écriture et la diffusion du savoir. Le grand succès qu’il a rencontré a été aussi le début d’une réflexion fructueuse dans le domaine de de l’édition électronique et a participé aux prémices du Web 2.0 ; il a aussi suscité un grand intérêt pour la diffusion des conférences en ligne jusqu’ici peu valorisées.

Partie d’un stage au sein de l’association La joie par les livres, Pauline Longin s’interroge dans son mémoire sur la place de l’oralité dans le monde intellectuel. Question avisée puisque la parole demeure la forme la plus commune d’enseignement dans le monde. A cela s’ajoute aujourd’hui un souci de patrimonalisation, de valorisation de transmission du savoir qui pousse les institutions à mettre en ligne les conférences publiques enregistrées en leur sein. Le mémoire pose la question des publics et du temps d’écoute des conférences sur l’internet, pas vraiment considérable (le temps d’écoute moyen serait de 7 minutes pour 1h30 d’enregistrement). La question de l’attention portée au son sur le web est difficile à circonscrire car il y a peu de littérature spécialisée sur le sujet.

Si on souhaite se lancer dans une mise en ligne exhaustive et systématique de ce type de document, il sera nécessaire d’établir des critères de qualité. Le mémoire propose (p. 75) une grille pour mieux sélectionner les enregistrements à traiter en priorité avec une série de questions basiques qui peut se transformer en une fiche intéressante pour la gestion des collections :

– La prise de son est-elle d’une qualité suffisante ? (absence de bruits parasites, bonne compréhension…) ;

– Le propos est-il facilement séquençable ? (cycle de questions/réponses, plan précis…)

– Le contenu est-il accessible sans l’appui d’un diaporama ?

– Le thème de la conférence est-il un sujet orginal, peu traité ?

– La manifestation va-t-elle faire l’objet d’une publication ? (acte, compte-rendu…).

Des tableaux comparatifs de sites mettant en ligne des conférences, des propositions de contrats d’utilisation, un point complet sur les formats de diffusion des fichiers sonores… plusieurs éléments du mémoire intéressent les gestionnaires des archives sonores qui vont trouver là une synthèse précieuse.

Pour ma part, la question des publics est celle qui me semble la plus décisive pour l’avenir des phonothèques : qui prendra le temps d’écouter ces enregistrements en ligne ? Finalement, les institutions qui se posent la question sont peu nombreuses mais par contre, celles qui mettent en ligne leurs conférences en exposition derrière la grande vitrine d’Internet se multiplient sans cesse.

Le mémoire est accessible en ligne, publié sur Calaméo : Parole publique et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores.

Crédit photographique : Internal Audio Visual Aids Conference, 10th May 1970, Library of the London School of Economics and Political Science, permalien

Un petit souvenir, écoutez une conférence anniversaire : le 15 novembre 1965 Walt Disney donnait une conférence de presse sur les projets de sa société en Floride

Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143

FREDOC 2009 : mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH

Les FREDOC 2009 viennent de se terminer. Deux jours passionnants, fertiles et joyeux. Vous pourrez bientôt consulter les diaporamas des interventions sur le site de Renatis. En attendant, vous pouvez jeter un oeil aux twits #fredoc09 en regardant quelques images des journées. Réalisations de portails et de moissons à suivre…

Muriel Foulonneau fait la synthèse des journées du FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, Henri Tudor Research Centre - Luxembourg
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Yannick Maignien, TGE Adonis
Yannick Maignien, TGE Adonis
Catherine Morel, INIST
Catherine Morel, INIST
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme, Lyon
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme
Véronique Ginouvès (MMSH), Mikaël O'Sullivan (MPO) : le portail du patrimoine oral
Mikaël O'Sullivan (MPO) et Véronique Ginouvès (MMSH) : le portail du patrimoine oral
img_6533
Marie-Hélène Wronecki (CN2SV) : Signaler des sources éditées avec l’OAI-PMH : le projet “Correspondances scientifiques”
img_6535
Jean-Baptiste Genicot (CN2SV) : MonCarnet 2.0 : l’application web permettant le moissonnage et l’exploitation des ressources
img_6539
Gérard Puimatto (CRDP de l’académie d’Aix-Marseille) : CORRELYCE : Catalogue ouvert régional de ressources éducatives pour les lycées

Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Blandine Nouvel, CCJ
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
mf3
Participants aux FREDOC 2009
mf7
Participants aux FREDOC 2009

Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
img_6578
Repas à la villa Clythia pour les FREDOC 2009
img_6576
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6575
Participants aux FREDOC 2009
img_6569
Participants aux FREDOC 2009
img_6509
Inscriptions aux FREDOC 2009
img_6562
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6550
Participants aux FREDOC 2009
img_6532
Lectures sur l'OAI-PMH
img_6514
Inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009

Crédits photographiques : Elisabeth Bernardo, Véronique Ginouvès, Jean-Louis Tomin, Jean-Christophe Peyssard

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre « carte musicale » est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

Vamos a hacer memoria : quelques images du symposium, des 22-25 septembre 2009 (Bogotá, Colombie)

Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60
Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60 (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie : Présentation de la proposition de politique et du plan sur le patrimoine bibliographique de la BNE (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir
Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses su Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses du Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Intervention d'Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie : Quilombolas, tradiciones y cultura de la resistencia, Fotografia de André Cypriano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Isabel Garcia-Longe  : Catalogo collectivo  bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Garcia-Longe : Catalogo collectivo bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) - 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) – 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Une participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Une participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium "Vamos a hacer memoria", au premier plan la directrice de la bibliothèque d'Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium « Vamos a hacer memoria », au premier plan la directrice de la bibliothèque d’Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Crédits photographiques : Véronique Ginoouvès.