Archives de catégorie : Billets multilingues

A qui appartient l’histoire orale ? Proposition de solutions utilisant les licences Creative Commons

Ce texte est une traduction de l’article de Jack Dougherty et Candace Simpson : “Who Owns Oral History? A Creative Commons Solution”, in Oral History in the Digital Age, edited by Doug Boyd, Steve Cohen, Brad Rakerd, and Dean Rehberger. Washington, D.C.: Institute of Museum and Library Services, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/a-creative-commons-solution. Il est d’abord paru in Jack Dougherty (collectif), On The Line: How schooling, housing, and civil rights shaped Hartford and its suburbs (Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011 web-book), http://OnTheLine.trincoll.edu, et partagé sous une licence Creative Commons BY-NC-SA. Cela signifie que vous pouvez réutiliser, partager et modifier ce texte si vous indiquez la citation originale (BY), pour une proposition non commerciale (NC), et que vous le partagez à l’identique (SA).

Qui est «propriétaire» des enregistrements réalisés dans le cadre de projets d’histoire orale ? Quand un témoin enregistré partage son histoire en réponse aux questions d’un enquêteur et que l’enregistrement et sa transcription sont déposés dans un centre d’archive, qui détient les droits sur ces sources historiques? Qui décide si oui ou non ils peuvent être partagées, cités dans une publication, ou téléchargés sur le web? Qui décide si une personne a le droit de gagner de l’argent en commercialisant un livre, une vidéo, un site où sera publié l’entretien ? Est-ce que les licences Creative Commons, mises au point par le mouvement du libre accès pour protéger le droit d’auteur, tout en augmentant la distribution publique, offrent une meilleure solution à ces questions que les protocoles existants dans le domaine de l’histoire orale ?

Les historiens de l’oral ont commencé à se poser ce type de questions lorsqu’ils ont été confrontés aux nouveaux défis posés par Internet. En novembre 2010, au moment de l’organisation du congrès Oral History in the Digital Age : law and technology le professeur Sheldon Halpern posa la question provocatrice : « Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? ». L’archiviste Troy Reeves, qui participait au colloque, réfléchit aux conséquences juridiques dans le domaine de l’histoire orale. Il y a désormais plus d’une décennie, lorsque les témoins accordaient un entretien d’histoire orale, ils signaient un formulaire de décharge qui les informait que l’enregistrement et la transcription audio / vidéo « resteraient sous la surveillance et le contrôle » d’une archive ou une bibliothèque. Celle-ci en détenait les droits de propriété et accordait  l’accès au public de façon appropriée. Mais le Web a modifié radicalement cette façon de procéder. De nombreux centres d’archives orales ont commencé à partager le contenu de leurs enregistrements en ligne ; et l’archiviste de dire  « cela vaut la peine de renoncer à un certain contrôle pour que plus de personnes utilisent les matériaux »1.  Notre réflexion s’appuie sur notre ouvrage, publié en libre accès, sur la façon dont Internet a transformé la profession de l’historien, Writing Historoy in the digital age  = Ecrire l’histoire à l’ère numérique2

Jack Dougherty et ses étudiants-chercheurs ont commencé à utiliser les licences Creative Commons dans les formulaires de consentement de d’histoire orale comme alternative aux protocoles traditionnels lorsqu’ils menaient des entretiens dans la région d’Hartford (Connecticut), dans les villes et les banlieues du réseau des écoles de Trinity College. Plusieurs entretiens sont présentés dans le web-book librement accessible en ligne : On the Line: How Schooling Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs ; la totalité de la collection sonore, au format numérique, est conservée et accessible au Trinity College3. En mêlant les interprétations scientifiques, l’écoute d’entretiens et d’autres fonctions interactives, ce web-book raconte la façon, dont dans ces quartiers, les sociétés immobilières ont maintenu la ligne de démarcation raciale, les prêts au logements se sont alignés sur cette frontière, les familles ont cherché des logements en fonction des cartes scolaires et des militants se sont battus pour traverser, redessiner ou effacer ces frontières. Cet essai a d’abord été présenté en 2012, dans le cadre d’une discussion plus large, sous le titre Whose Civil Rights Stories on the Web? = Où en est l’histoire des droits civiques sur le Web ? lors du congrès conjoint de l’OAH (Organization of American Historians) et du NCPH (National Council on Public History)4.

Jack Dougherty

Au milieu des années 1990, j’ai commencé à conduire des entretiens dans le cadre de ma thèse sur les militants Afro-américains de la réforme scolaire à Milwaukee5. J’ai enregistré des récits de vie, j’ai suivi des protocoles standardisés proposant des formulaires de consentement et de dépôt institutionnel et j’ai tenu ma promesse de transcrire les entretiens et de fournir un exemplaire de cette transcription et de l’enregistrement à chacun des 60 participants qui avaient bien voulu partager leur histoire. Mais ces «bonnes pratiques» dans le domaine m’ont laissé insatisfait. A l’origine, je m’étais dirigé vers l’histoire orale et l’histoire publique en l’envisageant comme une forme de responsabilisation collective de l’histoire des droits civiques. Or les guides de bonnes pratiques m’obligeaient à demander aux témoins enregistrés – ceux là même qui m’avaient librement offert leurs récits –, de renoncer à certains de leurs droits.

A cette époque, le guide de référence que j’utilisais pour rédiger les formulaires de consentement s’appuyait sur la brochure de l’OHA (Oral History Association) de John Neuenschwander : Oral History and the Law = L’histoire orale et la loi, qui a depuis été publié dans une édition augmentée6. Sur la question juridique de la propriété intellectuelle, au moment où l’entretien est enregistré dans le cadre d’une enquête orale, le témoin détient initialement le droit d’auteur. Mais, la pratique en vigueur consiste à lui faire signer un formulaire de consentement pour transférer ses droits. Comme l’explique John Neuenschwander « La grande majorité des historiens de l’oral (et de leur programmes de recherche) est de sécuriser  à un moment donné le transfert du droit d’auteur du témoin par la signature d’un accord juridique qui l’en libère »7. Il propose ainsi plusieurs exemples de contrats en annexe de son ouvrage. La Déclaration de l’OHA sur les Principles and Best Practices = Principes et bonnes pratiques va dans le même sens puisqu’elle attend de chaque participant à un projet d’histoire orale de suivre la procédure standard après une entretien :

« L’enquêteur doit obtenir un formulaire d’autorisation par l’informateur, qui doit être signé après chaque session d’enregistrement ou à la fin du dernier entretien avec le témoin, qui transfère les droits du témoin au centre d’archive ou à l’organisme désigné. »8. En m’appuyant sur ces informations, et si je comprenais bien les questions de copyright, dans le cas où je voulais réaliser une transcription de mes entretiens et les citer librement dans mes publications scientifiques, il valait mieux pour moi opérer un transfert du droit d’auteur et exclure le témoin de ces questions.

Mais quelle affligeante ironie : en tant que chercheur blanc appartenant au mouvement des droits civiques, mon formulaire de consentement exigeait des activistes afro-américains de signer « pour renoncer » à leurs droits sur leur propre histoire. A cette époque, le meilleur arrangement que je pouvais envisager était de proposer deux étapes, parce que je travaillais avec deux centres d’archives. Ainsi, je proposais d’abord aux témoins  dans mon formulaire de consentement de me transférer directement leurs droits, et à mon tour, je faisais don des enregistrements et des transcriptions à deux institutions:  le Wisconsin Black Historical Society/Museum (une organisation du Wisconsin tournée vers des publics locaux qui était la mieux placée pour partager ces histoires orales avec la communauté afro-américaine) et les archives de la bibliothèque de l’Université de Wisconsin-Milwaukee (une institution majoritairement blanche, mieux financée et mieux équipée pour partager cette histoire sur les réseaux Internet émergents le plus largement possible). J’ai volontairement réalisé ce partenariat avec les deux centres d’archives, et tenu ma promesse de donner les enregistrements et les transcriptions aux deux parties, pour contrecarrer les générations précédentes d’universitaires blancs et de journalistes, venus dans la communauté noire de Milwaukee chercher des « scoop » dans leurs histoires, tout en ne laissant aucune trace derrière eux. La version 1995 de mon formulaire de consentement incluait ces phrases, paraphrasée de la brochure de Neuenschwander datant de1993 :

Je suis d’accord pour être interviewé et enregistré par Jack Dougherty, dans le cadre de sa thèse sur l’histoire récente de l’éducation afro-américaine à Milwaukee. A la fin du projet de recherche, les bandes originales et les transcriptions seront versées aux Archives Urban Milwaukee de l’Université de Wisconsin-Milwaukee ainsi qu’à la Black Historical Society Museum / Wisconsin. Ces documents seront identifiés par mon nom, et mis à la disposition du public à des fins scientifiques et éducatives, sauf exceptions figurant ci-dessous…

J’accorde également à Jack Dougherty tous les droits d’auteur et de propriété littéraire dans cet (ces) enregistrement (s) ainsi que leur utilisation dans toute publication ou pour toutes reproduction, qu’il s’agisse des transcriptions, des index ou des instruments de recherche produits par cet (ces) enregistrement (s) .

Ma participation à ce projet est entièrement volontaire, et je peux me retirer à tout moment avant sa conclusion et le don des matériaux aux Archives.

Cochez ici pour recevoir gratuitement un exemplaire de l’enregistrement

Cochez pour recevoir une copie de la transcriptions (totale ou partielle). Vous pourrez la relire et préciser vos paroles.

Pourtant, je restais frustré avec ce langage juridique qui impliquait un transfert de droit d’auteur. A mes yeux, la formulation était un mal nécessaire pour conserver ces histoires orales dans des centres d’archives universitaires (dont le personnel me poussait à utiliser ce formulaire de consentement) et me permettre de citer les entretiens dans mon ouvrage (ainsi que l’exigeait mon éditeur). Naturellement, de nombreux noirs de Milwaukee étaient sceptiques ou réticents lorsque j’expliquais les termes du formulaire de consentement. Nombre d’entre eux exprimaient une profonde inquiétude en devant renoncer à leurs droits sur leurs récits de vie, alors que je leur assurais que ce n’était pas le cas. Quelques-uns ont accepté d’être enregistrés, mais n’ont pas signé le formulaire. D’autres ont refusé d’être interrogés. Un témoin m’a convaincu, après l’entretien, de rédiger un formulaire de consentement spécifique préservant son droit d’auteur et m’a accordé la permission de citer des passages précis dans mon ouvrage, sans étendre les droits, comme aux centres d’archives. Finalement, plus de soixante participants à ce projet d’histoire orale ont accepté de signer mon formulaire de consentement, et je leur en suis reconnaissant. Certains ont signé en échange d’un exemplaire gratuit de l’enregistrement et de la transcription, les considérant comme une contribution à leur propre histoire de familiale. D’autres ont été motivés par l’intérêt public de conserver et de partager leurs histoires de droits civiques par un ou plusieurs centres d’archives partenaires. Toutes ces discussions m’ont mis au défi de réfléchir plus profondément sur la question du bénéficiaire de cet arrangement contractuel. Si des militants avaient partagé librement leurs récits sur les droits civiques avec moi, avais-je le droit d’en tirer profit en tant qu’historien ? Cette démarche a élargi ma réflexion sur l’histoire orale et le bien public, et après avoir bénéficié d’un contrat d’édition universitaire, j’ai retourné ma part des droits (et, par la suite, l’argent reçu d’un prix) à la Black Historical Society Museum / Wisconsin pour qu’ils puissent continuer leurs travaux d’histoire.

En tant qu’étudiant diplômé dans le milieu des années 1990, et au regard de ce que je savais de l’histoire orale et du droit d’auteur, c’était la meilleure forme de consentement éclairé que je pouvais imaginer. Avec le recul, des alternatives auraient mérité plus de considérations. Par exemple, j’aurais pu élargir l’autorisation de transfert des droits d’auteur en ajoutant une ligne pour que les témoins puissent bénéficier du droit d’utiliser leurs propres entretiens au cours de leur vie. Mais l’ajout de cette clause ne résolvait en rien le problème latent de transfert de la propriété du droit d’auteur vers les ayants droit à la fin de leur vie9. Une autre alternative que j’aurais pu explorer aurait été de demander aux témoins de placer leurs entretiens dans le domaine public. Mais cette option aurait impliqué l’élimination totale de leurs droits en vertu du droit d’auteur ; et d’autant plus, qu’à cette époque, je ne trouvais aucun exemple de cette approche par les historiens de l’oral. Dans ces circonstances, au milieu des années 1990, ce formulaire de  consentement était le meilleur que je pouvais rédiger10. Il m’a toutefois laissé un goût amer et a accentué ma volonté de trouver un meilleur modèle pour l’avenir.

Candace Simpson

Lorsque j’ai commencé à travailler sur le projet On The Line public history web-book au cours de l’été 2011, une de mes missions était de mener des entretiens enregistrés dans le cadre d’enquêtes orales réalisées avec des militants des droits civiques à Hartford. À ce moment là, notre équipe de recherche avait cessé d’utiliser les formulaires de consentement conventionnels (qui demandaient aux témoins de « se défaire de tous leurs droits sur les entretiens) et elle commençait à utiliser un nouveau formulaire développé par Jack Dougherty à partir des licences Creative Commons. Pour aller vite,  les Creative Commons proposent des licences standards qui permettent à l’auteur original de conserver ses droits, tout partageant largement son oeuvre avec le public. L’auteur peut ajouter certaines restrictions, s’il le désire. Initialement publiées en 2002 avec le soutien du Center for the Public Domain, il y a maintenant six types de licences Creative Commons :

La forme actuelle de contrat de consentement que nous utilisons pour les enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales utilise la licence Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique accompagnée de ces phrases clés :

Je suis d’accord, d’être enregistré volontairement dans le cadre de cette étude d’histoire…

Je comprends que mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) peut être distribué au public à des fins éducatives, y compris toute autre forme comme l’impression, la programmation publique, et la diffusion sur Internet.

Je suis également d’accord pour partager librement mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) aux termes de la licence Creative Commons « Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage à l’identique 3.0 ». Cela signifie que je conserve mon droit d’auteur, mais que le public peut librement copier, modifier et partager ces documents à des fins non commerciales dans les mêmes termes, si elles incluent les informations de la source originale enregistrée.

En retour, l’enquêteur envoie une copie gratuite de l’enregistrement de l’entretien, de la transcription, et des articles connexes à mon adresse ci-dessus.

Nous préférons le formulaire de consentement Creative Commons (CC), car le droit d’auteur est clairement aux mains de la personne enregistrée dans le cadre de projets d’histoire orale, mais il nous permet également de partager librement l’enregistrement et la transcription sur notre site web et dans notre centre de ressources, où chacun peut copier et diffuser les matériaux en indiquant les crédits et la source originale. Dans notre formulaire de consentement destiné aux enregistrements d’histoire orale,  nous avons ajouté la restriction « Pas d’Utilisation Commerciale », afin d’assurer aux témoins que personne ne pourra vendre leurs entretiens. Ainsi que la FAQ du site des Creative Commons l’indique, une fois qu’une licence CC est appliquée à un document, elle ne peut pas être révoquée. Toutefois, toutes les licences CC sont non-exclusives, ce qui signifie que le titulaire du droit d’auteur (dans ce cas, le témoin) peut accorder des licences supplémentaires pour d’autres éléments (comme par exemple un livre ou un film à but commercial)11. En outre, les licences CC ne limitent pas les dispositions “fair use” du droit d’auteur américain, ce qui signifie que tout autre auteur pourra utiliser l’œuvre originale avec les mêmes droits, en la citant. Par ailleurs, les licences CC sont de plus en plus utilisées par des institutions majeures, fondées sur la connaissance, comme le projet OpenCourseWare du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et la Public Library of Science (PLoS). En conclusion, il nous semble que cette combinaison d’outils sur la propriété intellectuelle – droit d’auteur traditionnel lié aux licence Creative Commons – correspond mieux à notre objectif principal qui est la conservation des matériaux historique et l’éducation du public, ce que ne fait pas le droit d’auteur traditionnel.

À Hartford, un entretien d’histoire orale, que nous avons mené avec Elizabeth Horton Sheff, militante de l’intégration scolaire, mérite d’être mentionné. Elle a repris notre format de consentement Creative Commons en allant plus loin et en renégociant ses termes, juste avant que nous ne commencions notre enregistrement vidéo. Horton Sheff était d’accord avec notre objectif de conserver pour le bien commun son enregistrements réalisé dans le cadre de programme d’enquêtes orales, mais sa principale préoccupation était d’éviter d’être citée hors contexte ; elle avait vécu cette expérience avec des journalistes dans le passé. Elle voulait que son entretien puisse être disponible dans son intégralité sur le web et ne souhaitait pas que soit possible la création de versions modifiées ou l’obtention d’extraits. Par chance, Horton Sheff connaissait bien les licences Creative Commons parce que son fils travaillait dans le monde de la musique indépendante. Elle a donc demandé la restriction « pas de produits dérivés », et au moment de l’entretien, nous avons modifié la licence sur le formulaire de consentement en indiquant la licence CC By Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de travaux dérivés. C’est ainsi que son entretien enregistré en vidéo et la transcription apparaissent dans le centre d’archive numérique du Trinity College, mais respectent sa restriction puisque nous avons bloqué la possibilité pour les utilisateurs de télécharger une copie de la vidéo (rendant ainsi rendre plus difficile la possibilité de créer une version modifiée)12. Bien entendu n’importe qui peut déplacer le curseur du lecteur vidéo sur leur navigateur Web pour n’en regarder qu’une partie (par exemple de la 28e à 32e minute). En outre, n’importe qui peut télécharger la transcription de l’interview, et citer le texte sous les directives de « fair use ».

Nous ne prétendons pas que les licences Creative Commons peuvent résoudre toutes nos questions au sujet de « qui possède » des enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales, et nous ne prétendons en rien avoir une quelconque expertise en droit de propriété intellectuelle. Toutefois, l’histoire orale est en quête d’alternatives et nous pensons que cette combinaison – copyright traditionnel et licence Creative Commons – répond à nos besoins pour préserver à la fois les droits des témoins en tant qu’individu mais aussi le partage de la connaissance avec le public.

Nous vous invitons à nous envoyer vos questions, vos commentaires ou à nous proposer d’autres exemples de projets d’histoire orale qui utilisent les licences Creative Commons.

 

Crédits photographiques : Enquête oral dans le cadre d’un stage sur la collecte à Dar-es-Salam (Tnazanie), septembre 2005; photogr. de V. Ginouvès, CC by-nc-sa.

 

Traduction de Véronique Ginouvès, mai 2012.

  1. Troy Reeves, “What Do You Think You Own,” in Oral History in the Digital Age, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/what-do-you-think-you-own. []
  2. Writing History in the Digital Age a born-digital, open-review volume edited by Jack Dougherty and Kristen Nawrotzki, Mai 2013, University of Michigan Press, 59p. []
  3. Jack Dougherty and colleagues, On The Line: How Schooling, Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs. Web-book preview edition. Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011, http://OnTheLine.trincoll.edu; Oral History Interviews, Cities Suburbs and Schools Project, Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp. []
  4. “Whose Civil Rights Stories on the Web?” roundtable session at Organization of American Historians/National Council on Public History joint meeting, Milwaukee, WI, April 20, 2012, available from the Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_papers/40. []
  5. Jack Dougherty, More Than One Struggle: The Evolution of Black School Reform in Milwaukee (University of North Carolina Press, 2004). Voir les différents liens sur le site de l’auteur, http://caribou.cc.trincoll.edu/depts_educ/struggle/, et “More Than One Struggle Oral History Project Records,” University of Wisconsin-Milwaukee archives, http://digital.library.wisc.edu/1711.dl/wiarchives.uw-mil-uwmmss0217. Some interviews  have been digitized and included in the March on Milwaukee Civil Rights History Project website, http://www4.uwm.edu/libraries/digilib/march/index.cfm. []
  6. John Neuenschwander, Oral History and the Law, revised edition. (Oral History Association Pamphlet series no. 1, originally published 1985, revised 1993), mis à jour et renommé en Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law (New York: Oxford University Press, 2009). []
  7. Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law, p. 64. He also cites case law that the copyright may be jointly held by the interviewee and interviewer. []
  8. Oral History Association, “Principles and Best Practices”, 2009, http://www.oralhistory.org/do-oral-history/principles-and-practices/ []
  9. Je me souviens que l’une des raisons de pas inclure cette clause dans le formulaire de consentement a été que, dans mon esprit à ce moment-là, je craignais que le libellé proposé à partir de la brochure de l’association d’histoire orale de 1993 (p. 46) mette l’accent sur la mort du témoin, faisant fuir certains de mes participants : “Je vous autorise à copier, utiliser et publier ma mémoire orale en partie ou en totalité jusqu’à la date de ma mort ou [insérer la date].”  Au contraire, l’édition 2009 de Neuenschwander’s 2009 edition (p. 116) comprend des éléments de langages beaucoup plus accés sur le vivant du témoin : “[En contrepartie de la cession d’auteur], le Centre me concède une licence non exclusive pour utiliser mon entrevue / s au cours de ma vie.” []
  10. Dans l’édition 2009 de Neuenschwander’s il y a maintenant cette phrase, rédigée dans un langage simple : “En faisant ce don, je comprends parfaitement que mon(mes) entretien(s) ne sera(ont) pas protégé(s) par copyright qu’il s’agisse de moi-même ou du programme d’histoire orale, mais sera(ont) placé(s) immédiatement dans le domaine public. Cette décision est destinée permettre une utilisation maximale de(des) entretiens(s) par les futurs chercheurs” (p. 85). []
  11. “How Do CC Licenses Operate?” Frequently Asked Questions, Creative Commons,http://wiki.creativecommons.org/FAQ. []
  12. Elizabeth Horton Sheff, Oral history interview on Sheff v. O’Neill (with video) by Candace Simpson for the Cities, Suburbs, and Schools Project, July 28, 2011. Available from the Trinity College Digital Repository, Hartford Connecticut, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_ohistory/16. []

ANOIKTH ΠΡΟΣΒΑΣΗ ! ΑΝ ΟΧΙ ΤΩΡΑ, ΠΟΤΕ ?

Ποιος φοβάται την ανοικτή πρόσβαση;  είναι ο τίτλος του  κειμένου  που εμφανίστηκε αρχικά στην  γαλλική εφημερίδα Le Monde στις 15 Μαρτίου 2013  με υπογραφές από 60 μέλη της  ευρύτερης πανεπιστημιακής και ερευνητικής κοινότητας (από πρυτάνεις πανεπιστημίων ανθρωπιστικών επιστημών μέχρι βιβλιοθηκονόμους, εκδότες και φοιτητές). Οι συγγραφείς προτάσσουν την ανάγκη οικειοποίησης της λογικής της ανοικτής πρόσβασης στο επιστημονικό υλικό από όλα τα πανεπιστημιακά  και ερευνητικά ιδρύματα.  Η  ελεύθερη  γνώση είναι ο μόνος τρόπος για μία  μάθηση μη  περιχαρακωμένη, ελεύθερη για όλους, χωρίς οικονομικούς περιορισμούς και προνομιούχες τάξεις. Βρίσκοντας εναλλακτικούς τρόπους πρόσβασης στην επιστημονική γνώση, ενισχύουμε τον κόσμο με τον πλούτο των αξιολογημένων πληροφοριών, δίνουμε  νέα ώθηση στην έρευνα και δεν  αφήνουμε την οικονομική κρίση να αποθαρρύνει την ανάγκη της μάθησης.

Το κείμενο βρίσκεται στον ιστότοπο I love Open Access που μαζεύει  υπογραφές για την προώθηση του εγχειρήματος, απαντάει σε συχνές ερωτήσεις και έχει δημίουργησει ένα γλωσσάριο με όρους σχετικά με την ανοικτή πρόσβαση.

Υπόγραψε και εσύ, αν όχι τώρα, πότε;

(το κάλεσμα,  απευθύνεται σε όλους, φοιτητές, βιβλιοθηκονόμους, δημοσιογράφους κλπ) 

L’information sur la pétition en français sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/10615

Chanter pour planter le blé


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  “Production, préparation et consommation des aliments”,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme “tiwsé” qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou “el brih”.

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre “Alimentation des populations de l’Ahaggar” (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

Fiesole. Le bureau des récits – Fiesole. L’Officina del racconto

 

Le 3 mars prochain se tiendra à Fiesole la première rencontre d’un bureau (une “officina”) tout à fait particulier, celui des récits de Fiesole  (L’officina del racconto. Voci, memorie, territorio = Le bureau des récits. Voix, mémoires et territoire). Promu par l’association culturelle “Fiesole Futura”, ce projet s’insère dans un parcours de connaissances, de savoirs et de valorisation du territoire de Fiesole, engagé à repenser son propre patrimoine culturel. L’objectif de cette journée est d’ancrer le projet de recherche “Ecoute et collecte du patrimoines oral sur le territoire de Fiesole” dans un contexte scientifique, en s’appuyant sur les compétences et les intérêts des différents acteurs du projet.  Les biographies, les témoignanges thématiques, les traditions orales, les perceptions du changement sont des espaces où s’expriment les cultures locales dans le grand mouvement de l’histoire. S’engager dans la reconnaissances des éléments culturels partagés est une entreprise collective dont les protagonistes sont les habitants du territoire, qui peuvent eux-même participer à cette recherche. La journée est ouverte à tous, elle a lieu dans la salle Basolata de la Mairie de Fiesole.

Tout en cherchant, en écoutant, en archivant, en diffusant, en créant…

Le matin,

Modérateur :  Paolo De Simonis

Pietro Clemente, professeur d’anthropologie culturelle, Université de Florence, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

Valentina Zingari, anthropologue,  Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

Nadia Breda, Université de Florence et Lilli Bacci, anthropologues, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

Silvia Mantovani, architecte et paysagiste, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

Alessandra Micoli, anthropologue, Ecomusée urbain métropolitain de Milan Nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Débats et pause déjeuner

L’après-midi,

Moderateur : Valentina Zingari

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

Fabio Dei, Université de Pise, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

Giovanni Contini, Ville de Florence , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

Alessandro Andreini, Région Toscane, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

Silvia Calamai, linguiste, Université de Sienne, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

Débat

18h Eléments de conclusion par Pietro Clemente

 

Texte italien / Testo in italiano

Scopo della giornata di studio è ancorare il progetto di ricerca, ascolto e raccolta dei patrimoni narrativi e orali del territorio fiesolano in un contesto di studi, competenze e passioni. Promosso dall’associazione culturale “Fiesole Futura”, il progetto “Fiesole Officina del racconto” si inserisce in un percorso di conoscenza e valorizzazione del territorio fiesolano, impegnato a ripensare il proprio patrimonio culturale. Le biografie, le testimonianze tematiche, le tradizioni trasmesse oralmente, la memoria storica del territorio, i saperi e le rappresentazioni narrative dell’ambiente e del paesaggio, le percezioni del cambiamento sono luoghi espressivi delle culture locali nel movimento della storia. Impegnarsi nel riconoscimento di tratti culturali condivisi è impresa collettiva, i cui protagonisti sono gli abitanti del territorio, ma alla quale la ricerca e le tradizioni di studio possono contribuire.

RICERCANDO_ASCOLTANDO_ARCHIVIANDO_DIFFONDENDO_CREANDO

ore 10, Saluti delle autorità

Moderatore: Paolo De Simonis

ore 10,30, Pietro Clemente, professore di antropologia culturale, Università di Firenze, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

11, Valentina Zingari, antropologa, Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

11,30 , Nadia Breda, antropologa, Università di Firenze, Lilli Bacci, antropologa, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

12, Silvia Mantovani, architetto e paesaggista, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

12,30, Alessandra Micoli, antropologa, Ecomuseo urbano metropolitano Milano nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Dibattito e pausa pranzo

Moderatore : Valentina Zingari

15, Véronique Ginouvès, MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

15,30, Fabio Dei, Università di Pisa, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

16, Giovanni Contini, Sovrintendenza di Firenze , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

16,30, Alessandro Andreini, Regione Toscana, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

16,30, Silvia Calamai, linguista, Università di Siena, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

 

17, 40, Dibattito

18, Pietro Clemente: note di conclusione

 

Tout est son – Tutto è suono : une exposition à Alghero (Sardaigne)

 

 

 

A Alghero, jusqu’au 30 mars 2012, a lieu une expostion d’instruments issus de la collection privée du musicien Enzo Favata. Cette exposition orignale, est difficilement classable entre organologie et émotion. En effet, ce polyinstrumentiste qui parcourt le monde et sa Sardaigne natale depuis des années n’a cessé de rencontrer et d’échanger avec des musiciens et des luthiers. Ainsi, “Tutto è suono” présente une centaine d’instruments, tous uniques puisque chacun d’eux a été  fabriqué par un artisan. Certains ont été commandés par Enzo Favata lui-même, d’autres collectés ou offerts au grè de ses voyages et de ses concerts, d’autres enfin sont de véritables pièces d’antiquité acquises au fil du temps. Il s’agit donc d’une “expostion d’auteur” où chaque instrument raconte une histoire et évoque le contexte et la communauté au sein de laquelle il a été fabriqué et joué.

L’exposition offre un voyage dans la nature et le monde ancien à travers les matériaux des instruments eux-mêmes (roseau, bois, terre cuite, os, peau d’animaux, crin, boyaux, métal) mais aussi les évènements d”une vie quotidienne où la musique scandait le monde (danse, combat, mariage, naissance, funérailles, fêtes, Carnaval, prières, travail). Les catégories organologiques organisent l’espace où l’on peut admirer flûtes, clarinettes popualires, haubois, trompettes, flûtes globulaires, orgues à bouche.. L’occasion est trop belle de pouvoir admirer les flûtes sardes magiues : aluneddas, benas et pipiolos.

Enzo Favata, n’est pas que musicien, il est aussi le fondateur, avec Enedina Sanna ici commissaire de l’exposition, de l’association Archivi del Sud, qui réunit depuis les années 1980 de nombreuses collectes des traditions orales en Sardaigne. Soucieux de faire le lien avec la mémoire sonore de ces instruments, les deux artistes ont associé l’écoute d’archives à la découverte de qui accompagnent ces maginifiques instruments qui viennent venus de Sardaigne mais aussi du Brésil, d’Egypte, du Maroc, des Balkans, du Tibet, d’Australie, d’Inde ou du Japon.

Cette visite est une belle façon de découvrir un musicien et son histoire, des instruments traditionnels et leurs contexte de fabrication et d”interpréation et tout un monde de musiques et de sons. Si vous n’avez pas la chance d’aller à Alghero, vous pouvez contacter isoladeisuoni@gmail.com et faire venir la Sardaigne chez vous.

Zummara du Maroc (clarinettes populaires, à anche simple)

Texte de présentation de l’exposition en langue italienne

La mostra si basa su una collezione di strumenti di proprietà del musicista Enzo Favata, che ha raccolto gli esemplari nel corso di molti anni nei quali, per la sua attività concertistica, è entrato in contatto diretto con musicisti e artigiani della Sardegna e di altri paesi, in particolare Brasile, Egitto, Marocco, Balcani, Giappone, India. Gli strumenti esposti sono per lo più pezzi unici realizzati da artigiani, altri sono pezzi d’antiquariato, altri ancora sono stati costruiti su commissione dello stesso musicista.

Si tratta di una “collezione d’autore”, dove ogni strumento è accompagnato da una sua storia personale, che evoca l’ambiente e la comunità al quale appartiene. Ciò permette che l’esposizione sia visitabile su un doppio un percorso, da una parte quello oggettivo, di informazione musicologica, dall’altra un percorso “emozionale” che invita ad accostarsi senza preconcetti all’ascolto e alla scoperta di culture musicali diverse.

Nell’epoca del suono digitale e della musica de-materializzata che pervade la nostra vita quotidiana con strumenti di elaborazione e riproduzione sempre più piccoli e leggeri, questa esposizione mette in risalto il suono “materiale”, prodotto da strumenti che nella loro materia sono una sintesi del mondo naturale: canna, legno, terracotta, osso, pelle di animali, crine, budella, metallo risuonano da migliaia di anni, accompagnando la vita dell’uomo in ogni sua espressione comunitaria, la danza e la battaglia, il matrimonio e il funerale, la preghiera e il lavoro.

Gli strumenti esposti rappresentano la tradizione musicale di diversi paesi del mondo. Sono rappresentati in modo particolare gli strumenti a fiato, suddivisi in flauti, clarinetti popolari, oboi, trombe, flauti globulari e organi a bocca. Tra gli strumenti a fiato della Sardegna si possono ammirare diversi esemplari di launeddas, benas e pipiolos.

Numerosi gli strumenti provenienti da altri paesi, in particolare da America Latina, diverse regioni europee e del Mediterraneo arabo, e il lontano Oriente, Cina, Giappone, India, Tibet, fino all’Australia rappresentata dal didgeridoo. Ciò consente una comparazione tra gli strumenti occidentali più noti e quelli diffusi in altre aree geografiche: ad esempio si potranno raffrontare i diversi tipi di clarinetti popolari, come le launeddas sarde, l’arghoul egiziano, la zummara del Maghreb.

Accanto a diversi esemplari di percussioni e idiofoni, vi sono anche oggetti e giocattoli sonori che pur non essendo propriamente strumenti musicali, incuriosiscono per le modalità di produzione del suono e l’ambito d’uso: da su furrianughe sardo alla sudafricana vuvuzela.

Una sezione è dedicata ai suoni delle feste più significative della Sardegna, in particolare il Carnevale barbaricino. Un’ultima sezione ripercorre la storia degli archivi sonori e dei ricercatori che nel corso del Novecento hanno contribuito a far conoscere la straordinaria ricchezza del patrimonio costituito dalle musiche popolari in tutto il mondo.

La mostra è dotata di supporti per l’ascolto dei suoni e la visione di filmati relativi agli strumenti esposti. Si possono programmare visite speciali per le scuole dalle primarie alle superiori, elaborate sulla base delle esigenze didattiche e educative. Per informazioni: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

Texte de présentation de l’exposition en langue anglaise

The exhibition is based on the collection owned by the musician Enzo Favata, who collected the specimens in the course of many years in which, for its concerts, came into direct contact with musicians and artisans of Sardinia and other countries, particularly Brazil, Egypt, Morocco, the Balkans, Japan, India. The instruments are mostly unique pieces made by artisans, others are antiques, others were built on commission of the same musician.

This is an artistic collection, where each instrument is accompanied by his personal story, which evokes the environment and the community to which it belongs. This allows the exposure is visited by a dual path, on the one hand the objective, musicological information, on the other path “emotional” approach that invites you to listen without preconceptions, and to discover different music cultures.

In the era of digital sound and music de-materialized that pervades our everyday life with tools for processing and reproduction ever smaller and lighter, this exhibition highlights the sound “material”, produced by instruments that are a synthesis of the natural world: cane, wood, clay, bone, animal skin, hair, entrails, metal resonate thousands of years, accompanying the man’s life in every community expression, dance and battle, marriage and funeral, prayer and work.

The instruments exposed are representative of the musical traditions of different countries of the world. They are represented in a particular way the wind instruments, divided into flutes, clarinets popular, oboes, trumpets, flutes, mouth organs and globular. Among the wind instruments of Sardinia you can see several examples of launeddas, and benas pipiolos.

Many instruments from other countries, particularly Latin America, several countries of the Mediterranean regions of Europe and the Far East, China, Japan, India, Tibet. This allows a comparison between the Sardinians and those instruments typically spread to other geographical areas: in essence, you can compare the different types of clarinets popular, such as sardines launeddas, the arghoul Egypt, the Maghreb zummara.

A section is devoted to the most important festivals in Sardinia, in particular, Carnival Barbaricino. A final section covers the history of sound archives and researchers in the twentieth century have helped to raise awareness of the extraordinary richness of the music made ​​by people all over the world.

The exhibition features support for listening to sounds and watching movies on instruments on display. Special visits can be programmed for tourists. For more information, please contact: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

 

Revue de presse de l’exposition :

Ciao Sardinia : http://www.ciaosardinia.com/ita/sardegna/news/mostra-tutto-e-suono-alghero-15-dicembre—30-marzo

Sardegna Oggi : http://www.sardegnaoggi.it/Spettacolo_e_Cultura/2011-12-21/17229/Tutto_e_suono_strumenti_da_tutto_il_mondo_in_mostra_ad_Alghero.html

 

Crédits photographiques : Enedina Sanna

Practica la Fonoteca MMSH : à propos de La Cité Radieuse din Marsilia

În calitatea pe care o am de sociolog, bursier postdoctoral al Academiei Române – Filiala Iași, fiind totodată și cadru didactic la Universitatea Petre Andrei din Iași, am decis să efectuez în luna august 2011 un stagiu de documentare în străinătate. Subiectele mele de cercetare se concentrează în principal pe sociologia comunităților iar în cadrul proiectului Filialei Iași a Academiei Române tema mea este formulată astfel: O perspectivă comunitaristă asupra vieții sociale în spațiul urban românesc. Mecanisme de instituire și de perpetuare a disfuncțiilor sociale.

Conceptul arhivelor de teren mi s-a părut întotdeauna extrem de atrăgător. Orientat în ultimii ani cu precădere spre studii în care utilizez majoritar date cantitative, am considerat oportun să echilibrez puțin abordarea și să îmi îndrept atenția către abordări care favorizează datele de tip calitativ. În mod natural aceasta m-a condus către fonoteca din cadrul Casei Mediteraneene a Științelor Omului unde am contactat-o pe d-na Veronique Ginouves, un profesionist pasionat al Arhivelor sonore.

Diversitatea și complexitatea datelor existente în cadrul fonotecii sunt deosebite. La dispoziția cercetătorilor se află peste 5.000 de ore de arhivă. Aceasta poate fi descurajant dacă încerci să identifici singur dosarul care te-ar putea ajuta cel mai mult în demersul tău. După ce ce i-am indicat zona mea de interes profesional pentru acest stagiu, Veronique Ginouve mi-a pregatit un dosar care s-a potrivit excelent și îi multumesc foarte mult pentru asta. Dosarul este legat de „unitatea rezidențială” Cité Radieuse din Marsilia, prima dintre cele 5 asemenea construcții realizate după planurile și în viziunea arhitectului Le Corbusier. Acesta propunea o construcție gândită să ofere oportunitatea dezvoltării unei vieți sociale bogate pentru rezidenți, o soluție pentru generarea spiritului comunitar într-o clădire tipic urbană. De altfel, anchetele sunt cu atât mai originale cu cât ele nu au fost realizate în cadrul unui program de cercetare așa cum se întâmplă cel mai adesea ci de către o persoană care a dorit să patrimonializeze memoria acestui proiect arhitectural și a primilor rezidenți.

Este vorba despre o serie de interviuri realizate de Serge Mercier (fotograf de presă) cu Suzane Lherisson, Președinte de onoare al Asociației Rezidenților din Unitatea Rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. Trebuie specificat că la toate întâlnirile, cu excepția uneia, a fost prezentă și o a treia persoană care a fost la un moment dat Președinte al Asociației rezidenților din unitatea rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. De cele mai multe ori acționează ca intervievator, dar uneori ca subiect. Este revelator faptul că toți cei trei locuiesc în Cité Radieuse. Dacă subiectul este dintre primii locatari (1952), cealaltă doamnă a venit în 1999 (informație de asemenea dedusă din context) în timp ce intervievatorul este locatar din 2001.

Dosarul constă dintr-o serie de 17 fișiere audio digitale care însumează un total de 25h00m15s înregistrate pe parcursul mai multor săptămâni din vara anului 2009. Subiectul principal al anchetei este cu totul exceptional: practic timp de decenii, Suzane Lherisson s-a dedicat Asociației și în general vieții comune în Cité Radieuse. A păstrat tot ceea ce a avut legătură cu imobilul și cu Asociația încă de la debutul locuirii care s-a petrecut în anul 1952. Astfel, bazându-se pe o memorie care nu o trădează câtuși de puțin nici la o vârstă înaintată, ca de altfel și pe arhiva personală, subiectul ne oferă o imagine consistentă și cuprinzătoare a ceea ce a însemnat și înseamnă locuirea în Cité Radieuse.

Pentru mai multe aspecte de natură tehnică, epistemologică și metodologică puteți consulta notele și observațiile pe care le-am redactat în cadrul materialului fiche corpus. Tot acolo am indicat și o serie de alte surse utile pentru informarea pe acest subiect.

Sarcina mea a fost una dublă. Pe de o parte, am realizat o tratare primară a datelor din fișiere pentru a permite altor cercetători interesați să le consulte cu mai multă ușurință. Astfel, am identificat în fiecare fișier în parte și am indicat corespunzător temele relevante și intervalul în care acestea sunt abordate. De asemenea, am completat o fișă standard pentru fiecare fișier în parte ce cuprinde și un succint rezumat al informațiilor conținute. Pe de altă parte, am realizat o analiză secundară a datelor respective din perspectiva temei mele de cercetare. Întrebarea esențială la care am căutat răspuns a fost legată de gradul în care s-a materializat viziunea inițială a lui Corbusier referitoare la apariția semnificativă a spiritului comunitar în acest imobil dar nu voi dezvolta aici subiectul pentru că o voi face într-un articol dedicat ce va apărea în toamna viitoare.

Dosarul oferă cercetătorilor posibilitatea de a înțelege mai bine funcționarea vieții asociative într-un complex locativ atât de special precum Cité radieuse. Amploarea și profunzimea prezentării sunt rarisime. Avem de-a face atât cu aspecte ce țin de istoria vieții pentru o durată de depășește 6 decenii cât și cu elemente care evidențiază maniera de inițiere și dezvoltarea unei Asociații de locatari cu o anvergură ce depășește cu mult inițiative similiare. Avem și aici imaginea unui demers pe peste 5 decenii și o înlănțuire de întâmplări interesante și de personaje remarcabile. Regăsim informații despre viața obișnuită în complex, despre activitățile prilejuite de diversele sărbătoriri, despre maniera de conturare a interacțiunii dintre rezidenți, despre initiativele de dezvoltare la fel ca și despre cele de prezervare, despre influența amenajării spațiului asupra relațiilor fie dintre membrii familiei fie dintre vecini ș.a.m.d.

Este totodată o pledoarie implicită deosebit de convingătoare pentru importanța implicării în activități colective care exced spațiul propriei locuințe pentru a se evita degradarea spațiului colectiv.

Am beneficiat în cadrul acestui stagiu de o excelentă oportunitate pentru dezvoltarea mea profesională și vreau să mulțumesc încă o dată dnei Veronique Ginouvès pentru tot ceea ce face în cadrul fonotecii. Practic numele domniei sale devine încet-încet sinonim cu cel al fonotecii iar asta spune enorm despre entuziasmul neștirbit și profesionalismul impecabil de care dă dovadă. Un cuvânt de mulțumire și pentru Corine, coleg de birou întotdeauna atent și dedicat.

Notă – fotografiile La cité Radieuse, juin 2011 –  Véronique Ginouvès , Tudor Pitulac, Corinne Cassé, août 2011.

Billet en français : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Blog post in englishhttp://phonotheque.hypotheses.org/5470

Autor : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

 

Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics

A joint publication project co-ordinated by the Electronic Resource Centre on Cities (Crévilles) of the Maison des Sciences de l’Homme (MSH) of Tours, the Pôle image-son, pratiques du numérique of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence, and the Éric-de-Dampierre library of the René Ginouvès Institute for Archaeology and Anthropology (MAE), Nanterre, with the support of the Maison des Sciences de l’Homme (MSH) of Dijon

Overview of the project:

Today, producing, using and editing digital resources are part of a researcher’s daily tasks. Digital formats, along with the development of the internet, have greatly facilitated the dissemination of iconographic, audio and/or audio-visual resources in the academic world and beyond, to members of the public who are increasingly curious about and interested by the documents produced by academics.

The current movement towards open access encourages us to make the resources that we think of as being ‘public’ available to the public in reality. Institutions must know how to respond to the questions on the rights of authors, interviewees and those represented in images posed by their open-access projects, as well as by researchers, who now regularly publish online and often find themselves confronted by legal and ethical questions to which they are not always sure how to respond.

A key objective, amongst others, of this project is to begin to respond to some of the questions which regularly present themselves in a research context:

  • What can institutions who wish to make the most of documents created in the research process do, and what should they not do?
  • Can they facilitate their (re)use not only in academic contexts, but also in the social and cultural spheres?
  • What code of professional ethics should a researcher follow when he or she wishes to use an image or an audio(visual) recording in his or her work?
  • Can they semantically enrich the resources made available on their site (i.e. via metadata)?
  • Can they alter works or integrate other data/information into a resource?
  • How can researchers and their institutions protect the confidentiality and anonymity of certain information when depositing fieldwork materials in an archive?
  • How can we respect the rights of individuals who have been photographed, filmed or recorded during the research process?
  • Can we find a balance between the right of open access to information and respect for copyright?

To attempt to respond to these questions and define a professional code of ethics, two study days have been organised, at Tours on the 26th of September 2011, then at Aix-en-Provence on the 29th of November 2011.

Presentations, based on concrete examples and comparing the viewpoints of researchers with those of information professionals working alongside researchers in the field of the digital humanities, will fall under three broad axes:

  1. Highlight concrete examples of institutions and/or individuals who make iconographic, sound and/or audio-visual resources available online, or who wish to ‘restore’ such resources to the countries where the resources were gathered or created.
  2. Analyse the possibilities or the room to manoeuvre offered by legislation and jurisprudence for the non-commercial use of iconographic, sound and/or audio-visual documents for educational or cultural purposes.
  3. Beyond the legal issues, there are also ethical questions which must be raised in order that the use or online publication of research data or resources not harm the individuals or societies from which these data or resources were collected.

Documentary resource centres such as the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archives) or Crévilles which are developing initiatives for the online publication of open-access multimedia electronic research resources are daily confronted not only by questions of intellectual, artistic and literary property rights, but also by the ethical issues which may be raised by the utilisation of these resources.

The aim of these study days is therefore to bring together information professionals, experts on intellectual property rights and ethics and the researchers facing these issues in order to define and clarify the best practices in this field, drawing inspiration notably from the Council of Europe Framework Convention signed at Faro in 2005. This convention on the value of cultural heritage for society encourages reflection on ethics and the development of digital technologies for the improvement of access to information, particularly for educational purposes, while protecting intellectual property rights.

The proceedings of the two days will be published in French and English on the website Revues.org in the MMSH’s Bulletin du Pôle Images/sons, pratiques du numérique (published on the platform of Cléo/Revues.org).

This electronic publication will prompt the launch of a targeted call for contributions permitting researchers and specialists who were unable to participate in the study days at Tours and Aix-en-Provence to contribute their comments and critiques of the initial reflections directly on the publication site, in a spirit of interactivity and in preparation for the collaborative authoring of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

The second study day in Aix-en-Provence will be followed the next day by a workshop launching the Best-practice guide writing project. The guide will be published in the first half of 2012 in an electronic, bilingual French-English format. This workshop will be the occasion to outline together the structure and content of the Best-practice guide and to divide up the workload amongst the participants in this authorship project.

Project co-ordinators:

  • Pascal Garret, Crévilles, MSH, Tours
  • Véronique Ginouvès, Pôle image-son, pratiques du numérique, MMSH, Aix-en-Provence
  • Marie-Dominique Mouton, Éric-de-Dampierre Library, MAE, Nanterre

Academic committee:

  • Marie Cornu, Directrice du CECOJI, Université de Poitiers
  • Marin Dacos, Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte
  • Laurent Dousset, Maître de conférences à l’EHESS et Directeur du CREDO
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’ISCC
  • Denis Maréchal, Institut national de l’audiovisuel
  • Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques à la Bibliothèque Nationale de France
  • Jean-Luc Pinol, Directeur du TGE Adonis

This project is supported by the Consortium des ethnologues (Corpus Infrastructure de recherche), under the authority of the LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, MAE, Nanterre).

Free admission on registration.

 

Provisional programme for the first study day

MSH Tours, Monday 26 September 2011

Introductory address by Mélanie Dulong de Rosnay, Doctor of Laws, Chargée de recherche at the ISCC where she is the co-director of the research centre “Gouvernance et usages de l’Internet” (Governance and uses of the internet) : Les outils juridiques à la disposition du chercheur pour protéger et diffuser ses données scientifiques (Legal tools available to researchers to protect and disseminate their academic datasets).

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The researcher in visual sociology and the mediator for the dissemination of research resources: open access to images vs respect for copyright

Sylvain Maresca (Professeur de sociologie at the University of Nantes, LHIVIC, whose research interests include the usage of and practices involving images in the social sciences) and
Pascal Garret (Ingénieur de recherche, manager of the Electronic Research Centre on Cities (Crévilles), MSH Tours)

The ethnologist and the archivist: ethical questions around the online publication of archives resulting from research

Eric Jolly (Chargé de recherche au CNRS, CEMAF, ethnologist, specialist in the Dogon people. Participated in the project “Le terrain et son archivage. Pour un Observatoire de l’archivage des matériaux de terrain des ethnologues” [“Fieldwork and archives. Towards an Observatory on the archiving of ethnologists’ fieldwork materials”]) et
Marie-Dominique Mouton (Ingénieur de recherche, manager of the Éric-de-Dampierre library, Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology, MAE Nanterre, ethnologists’ archives division).

The historian and the sound archivist: reusing oral resources for new research

Florence Descamps (Maître de conférences at the Ecole Pratique des Hautes Etudes, organiser of a seminar on the use of oral resources in contemporary historical research) and
Véronique Ginouvès (Ingénieure de recherche, manager of the Phonothèque de la MMSH (MMSH Sound Archive), Aix-en-Provence).

Two summaries of the day’s proceedings:

An archivist’s summary : Yann Potin (Chargé d’études documentaires at the National Archives of France, 19th century division)
– A jurist’s summary : Marie Cornu (Directrice de recherche au CNRS, specialist in cultural law and intellectual property, Directrice du CECOJI, University of Poitiers)

Provisional programme for the second study day

Aix-en-Provence, Tuesday 29 November 2011 Salle Paul-Albert Février (MMSH)

Introductory address by Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques at the National Library of France and author of the blog S.I.Lex

Three thematic exchanges between researchers and information professionals:

The anthropologist and the mediator for the dissemination of research resources: open access to fieldwork materials vs respect for copyright

Laurent Dousset (Maître de conférences EHESS, Directeur du CREDO, creator of the ODSAS – Online digital source annotation system database) and
Judith Hannoun (Manager of the CREDO library, Maison Asie Pacifique, Marseille).

The linguist and his/her corpus

Médéric Gasquet-Cyrus (Maître de conférences – Laboratoire Parole et Langage UMR 6057 CNRS) and
Bernard Bel (Research Engineer at Laboratoire Parole et langage (Aix-en-Provence), in charge of the CRDO-Aix long-term preservation service).

Using televised images in a research context: what permissions does the INA (National Audio-visual Institute) grant ?

Maryline Crivello (Professeur des universités, UMR TELEMME, member of the steering committee of the MEDMEM programme, Ina-Euromed-Heritage) et
Marie-Christine elias (Responsable documentaire et commerciale, INA PACA).

Two summaries of the day’s proceedings:

An archivist’s summary : Denise Ogilvie (conservateur du patrimoine at the French National Archives, 19th century division).

A jurist’s summary : Anne Cammilleri (Maître de conférences Université Paris Descartes, UMR 6201 “Droit public comparé – Droit international et européen”, Université Aix Marseille III).

30th November 2011: Meeting at Aix-en-Provence to organise the writing of the Best-practice guide for the dissemination of research resources and publications in the humanities and social sciences : Questions of rights and ethics.

Guitar being played by Tom Walton: White Springs, Florida. Photographié le 4 juillet 1982. Collection “Florida Folklife” de la bibliothèque et archives nationales de Floride. Peremalien : http://ibistro.dos.state.fl.us/uhtbin/cgisirsi/x/x/0/5?library=PHOTO&item_type=PHOTOGRAPH&searchdata1=fs82130 Pas de restrictions de droit connues.

 

Ceremonia de căsătorie în Ţara Oasului : nou corpus disponibil la Fonoteca (MMSH, Aix-en-Provence)

În februarie 2011, etnologul Danielle Musset,1 a depus la Fonoteca de la MMSH anchetele de teren realizate pentru teza sa de de doctorat având ca subiect Ceremonia de căsătorie în Moişeni, România 2. Corpusul anchetelor, cu o durată totală de cinci ore, conţine două interviuri cu locuitori din Moişeni,  cântece, dansuri tradiţionale, ritualuri şi peisaje sonore din timpul nunţii. În cadrul practicii obligatorii pentru validarea anului 2 de master numit Monde du livre, am avut ocazia de a documenta cele 41 anchete de teren înregistrate între anii 1974-1977. Corpusul constituit este consultabil în baza de date Ganoub a Fonotecii.

Aceste anchete au fost înregistrate în Țara Oaşului (nord-vestul României),  în Moişeni, Huţa şi Bixad, sate din judeţul Satu Mare, într-o zonă încă puţin studiată în anii 70. În timpul unui voiaj, această zonă a atras curiozitatea etnologului Danielle Musset care s-a hotărât să studieze această piesă fundamentală a vieţii rurale, imediat influenţată atât de evoluţia mentalităţilor cât şi de orice altă schimbare a societăţii ((Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1)) care este nunta. Lucrarea a avut ca obiectiv studiul riturilor şi tradiţiilor nupţiale , dar şi acela de a cerceta manifestarea raporturile dintre sexe3.

Doi bărbaţi ne împărtăşesc  momentul propriei nunţi,  povestind cum se desfăşoară şi explicând unele tradiţii. Informatorii detaliază funcţiile  şi intervenţiile diferitelor personaje ale ceremoniei: starostele4, stegarul5, socăciţa6, mirii, naşii. Înregistrările cântecelor, dansurilor, ritualurilor şi a ambianţei din timpul nunţii devin ecoul celor două interviuri, completându-le în acelaşi timp. Casetofonul a surprins atmosfera petrecerii,  pus în funcţiune în numeroase reprize,  chiar şi în timpul deplasării cortegiului spre biserică. Putem asculta chiuituri ale feciorilor şi fetelor din timpul dansurilor, replici ale actorilor nunţii, dialoguri între nuntași, strigatul darului… Cercetătorul a studiat  și activitățile sociale: ca șezătorile sau primirea feciorilor în zi de sărbătoare la Moișeni. Putem asculta cântece interpretate numai de voci feminine, cântece pline de tristețea miresei ce va părăsi casa părintească, despre căsătoria din dragoste sauabordând statutul femeii căsătorite, etc. Pentru o mai bună întelegere a elementelor de literatură orală, comentariile înregistrărilor conțin unele versuri transcrise în română și traduse în franceză. În timpul acelorași șezători, puteți de asemenea asculta melodiile ondulatorii ale fluierelor populare..

Documentarea acestor arhive s-a realizat în colaborare cu doamna Danielle Musset care a avut bunăvoința de a reveni asupra propriilor notițe de cercetare. Fiecare descriere a înregistrărilor ce redau tradiții conține trimiteri la volumul 3 al revistei de Studii şi documente balcanice, lucrare7 pe care autoarea a depus-o odată cu înregistrările. Volumul conține transcrieri și traduceri ale discursurilor de rămas bun (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Așadar de ce încearcă socăcițele sa vândă nașului găina îndelung pregatită ? Cum se face negocierea ? Sau mai important: înainte sau după Jocul colacilor ?8. Lucrarea lui Danielle Musset și ascultarea înregistrărilor sunt elemente interesante pentru reconstituirea unei realităţi est-europene, o lume probabil demult dispărută – dacă ne gândim la efectele globalizării.

Fotografiile din articol aparțin cercetătorului Danielle Musset, autor al tezei Le mariage en Pays d’Oaș (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970.

Varianta articolului în franceză: http://phonotheque.hypotheses.org/4761

  1. Danielle Musset este în prezent directoareaMuzeului Salagon []
  2. Această teză a fost scrisă sub îndrumarea lui Paul Henri Stahl şi susţinută în iunie 1978, la Şcoala de  Inalte Studii Sociale (EHESS) din Paris []
  3. Ibidem []
  4. Starostele, cuvânt învechit şi regionalism tradus în franceză prin meneur de jeu (conducătorul ceremoniei), care în contextul nunţii desemna persoana trimisă la părinții unei fete spre a o cere în căsătorie pentru altcineva, adică pețitorul. []
  5. Stegarul este tradus din româna ca porte-drapeau. Aici este vorba de steagul la nuntă, un drapel cu clopoţei. []
  6. Socăciță este cuvânt învechit  şi regionalism pentru bucătărese. În cadrul nunţii erau cele care se ocupau de pregătirea felurilor de mâncare şi a unei găini special preparate pentru a fi negociată cu naşul. []
  7. Această lucrare se va regăsi în catalogul Bibliotecii MMSH []
  8. [explicația în limba franceză a cuvântului “colaci”] []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Concerts recorded by the Mont-Jòia Association during meetings and festivals from 1976 to 1983. A new corpus available for consultation at the Sound Archive center of the MMSH

In 1976, in the very act of rediscovering the French traditional music1, the Mont-Joià Association inaugurated the Mediterranean Musical Encounters from Fontblanche, a district of Vitrolles. This association, active in claiming and reviving the Occitan culture, was also a traditional music group. It would be the engine of a major cultural event for the Occitan movement, oriented towards true Mediterranean identity. This identity, expressed in a manifesto2 was not intended to have space boundaries but to be rebuilt by common questions that arose in the late 1980s. Many of those issues remain pertinent at the present day. Only a few artists and groups (Mont-Jòia deserves special mention) , who performed during these encounters, may be seen live on stage today.

The “Rescontrès de la Mar” proposed between 1976 and 1983: dance workshops, music workshops, singing workshops, stringed-instrument making, musicology conferences and concerts. French artists, North African, Italian, Spanish, Greek, Corsican, but also Portuguese, Hungarian, Yugoslav, Macedonian, Iraqis, Iranians were present, improvising sometimes together and creating new mixtures of sounds. This corpus provides an image of world music, as it emerged in the late 1970s and also reflects the Occitan identity trying to define itself. Beside artists’ presentations, introductions to their works or their country, we can hear the commitment and range of feelings expressed through the universal language of music.

The collection of records was deposited by Mont-Jòia Association to the Sound Archive of Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines in 1991. This deposit is as well a way of participating to the “recovery and enrichment of identities movement” that Jean-Mari Carlotti mentioned through the actions of the association.

The French version of the text : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Sound credits : Tura lura lura lo gau canta, played by Mont Joià at a ball hosted with Los del Sauveterre at the Festa de la Lenga in 1978.  Lyrics: http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

Photo credits : “Microphone”, photo by ganatronic, from Flickr, under a Creative Commons Attribution-Share Alike Licence

  1. In order to know more about the topic, look for the recent thesis of Benedict Bonnemason: The revival of traditional music in France: the case of Gascon music between 1975-1985, dissertation done under the direction of Jean-Pierre Albert; viva attended in Toulouse, in 2009. []
  2. The presentation of Rescontrès de la Mar is online at http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet “Ténéré Tchad” et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille – Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie “auberge”, le terme est construit sur “la maison (Haus) des hôtes (Gast)” http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []