Archives de catégorie : Moyen-orient

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo

Hamilton hand-netting for macro-plankton from Aurora / by Frank Hurley

Comme promis précédemment, je reviens dans les Carnets de la phonothèque avec quelques extraits à vous présenter. Je voulais que ceux-ci aient une thématique commune, mon choix s’est porté sur la coopération au sein de l’Ifpo. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un thème central dans l’enquête que j’ai documenté en janvier 2012 : l’Ifpo se définit comme une structure permettant aux chercheurs partageant un même intérêt pour le Proche-Orient de collaborer entre eux, quelle que soit leur origine géographique. De plus, chaque participant à l’enquête aborde cette coopération à sa manière, selon le rôle qu’il a pu jouer au sein de l’institut. Ce thème est donc riche des perspectives variées selon lesquelles il est abordé. En effet, la relation de coopération ne concerne pas uniquement chercheurs locaux et expatriés, mais aussi les scientifiques de différentes spécialités, comme l’explique Pauline Piraud-Fournet lorsqu’elle évoque l’organisation du travail sur les sites archéologiques. Véritable centre culturel dans la région, la bibliothèque de l’institut à Damas a vocation à favoriser les échanges entre universitaires et intellectuels, nous dit Souheil Chebat.

Toutes ces formes de coopération sont abordées à travers les extraits ci-dessous. Bien sûr, les quelques quatre minutes d’enregistrement déposées ici ne suffisent pas à faire le tour de la question. Il s’agit plutôt de donner un aperçu de ce que vous pourriez entendre à la phonothèque à ce propos.

À l’écoute de ces extraits, on entrevoit déjà les enjeux qui traversent la notion de coopération pour un institut de recherche situé à l’étranger : comment assurer la continuité des travaux entrepris face au renouvellement fréquent des personnels ? Sous quelles conditions la coopération dans le cadre d’un projet scientifique peut être considérée comme satisfaisante ? Autant de questions sur lesquelles reviennent longuement les différents entretiens des membres de l’Ifpo.

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo by benjatmmsh

Remarque

Le fichier audio présenté ici est un montage. J’ai sélectionné parmi les différents entretiens disponibles des passages qui m’ont paru pertinents par rapport au thème que je m’étais donné avant de les assembler. Il ne s’agit donc que d’un aperçu des témoignages que nous livre l’enquête sur les membres de l’Ifpo.

Crédits (dans l’ordre d’apparition)

  • Pauline Fournet : archéologue, architecte
  • Jean-Yves L’Hopital : directeur de l’Ifpo de 2005 à 2008 (0:39)
  • Souheil Chebat : professeur d’arabe (1:03 et 3:02)
  • Thibaud Fournet : archéologue, architecte  (1:52)

Crédits photographiques : State Library of New South Wales

Un mois avec ceux de l’Ifpo

Art by accident # 11Dans les « carnets de l’Ifpo », Véronique Ginouvès et François Siino publiaient en mai dernier un billet proposant un retour sur une première série d’entretiens effectués dans le cadre du projet « Archives scientifiques de l’Ifpo ». Bien que ce corpus se soit depuis enrichi de nouveaux enregistrements, on ne peut que constater la même inflexion à leur écoute : en effet, si la démarche initiale consistait à localiser les différentes archives de l’Ifpo, les témoignages recueillis apportent surtout des éclairages sur le fonctionnement et l’évolution de l’institut.

Voilà trois semaines que je suis à la phonothèque pour écouter et documenter ces entretiens dans le cadre d’un stage d’un mois. Comment fonctionne un Ifre (Institut français de recherche à l’étranger) ? Comment expatriés et locaux y coopèrent ? Quels problèmes peuvent poser les renouvellements de personnel dans la réalisation des projets scientifiques ? Tel est le type de questions auquel ces témoignages apportent des réponses passionnantes. Ajoutons à cela que les activités des différents centres de l’Ifpo s’effectuent souvent dans un contexte politique bien particulier. L’impact de la guerre du Liban sur les publications de l’institut ou le zèle avec lequel le régime syrien s’assure du bon déroulement des enquêtes de terrain d’un chercheur sont des exemples parmi d’autres illustrant comment l’histoire des pays du Proche-Orient peut affecter le travail des membres de l’Ifpo.

L’inflexion qu’a pu subir cette enquête n’a donc, à mes yeux, rien de dommageable, bien au contraire ! Je souhaiterais d’ailleurs sélectionner un des thèmes qui circulent à travers ces entretiens pour en proposer ici une présentation détaillée, avec extraits sonores à l’appui. Espérons que les quelques jours qui me restent y suffisent.

 

Crédits photographiques :
Art by accident #11. Photographie d’Eivind Lie Nitter publiée sous licence Creative Commons (sans utilisation commerciale).

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale, compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons. L’image “à la une” du même immeuble a été ajoutée en 2021 (avec une mise à jour des liens), issue d’une promenade dans Beyrouth en novembre 2019,  photogr. V. Ginouvès, CC-BY-NC.