Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen’s population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it’s the first year of the ethnologist’s field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I’am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
I’m the one who sleeps under (the window?) of king
I’m the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)

Vivem totjorn en montanha ! Traditions musicales en vallée de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon

Zéphirin Castellon, chanteur, harmoniciste, siblaïre (joueur de fifre), sonneur de cloches et auteur-compositeur, nait en 1926 dans le village de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie (arrière-pays niçois). Il devient gardien de prison à Marseille à sa majorité. C’est également à ce moment-là, loin de son pays natal, que ce musicien emblématique de sa vallée commence à écrire ses chansons. Ses textes rendent souvent hommage à son village et à sa vallée (“Vivem totjorn en montanha”, “Boisson”, “Toujours perché là-haut”, etc.). Dès son départ en retraite, Zéphirin Castellon revient à Belvédère où il pratique sa musique pour toutes les occasions qui se présentent (fêtes régionales, cérémonies religieuses et pèlerinages, repas villageois, etc.). En 1989 et 1990, il est au centre d’une collecte des musiques traditionnelles de Vésubie.

C’est Patrick Vaillant, mandoliniste, chanteur et spécialiste des traditions musicales des Alpes-Maritimes et des vallées occitanes d’Italie, qui, en 2003, dépose à la phonothèque de la MMSH le fonds d’archives sonores enregistré en 1989 et 1990 autour de Zéphirin Castellon. Les enquêtes qui constituent le corpus avaient pour but la création du disque “Siblar e Cantar en Vesubia” (Silex mosaïque, Riom) dont la première édition date de 1990 et la seconde, accompagnée d’un livre conséquent sur le musicien, sort en 2003. Les trente-quatre enquêtes, centrées sur les traditions musicales des fêtes villageoises et sur les chants polyphoniques issus de la tradition vésubienne, française, corse ou italienne, sont en majorité des enregistrements musicaux provoqués pour la réalisation du disque auxquels s’ajoutent d’autres moments captés sur le terrain lors de fêtes ou de situations quotidiennes. Bien que le nombre total d’heures d’enregistrement composant le corpus soit relativement faible (environ 13 heures), l’enquête autour de Zéphirin Castellon et des traditions musicales de la vallée de la Vésubie révèle un contenu très riche.

Ainsi, chaque enquête du corpus a été documentée dans son intégralité et les musiques la composant ont bénéficié d’un catalogage spécifique. Trois types de musiques ressortent de cette enquête : les musiques de rue, les chants polyphoniques et les musiques instrumentales jouées dans un cadre plus intimiste.

Lors de fêtes de village, certaines musiques de rue sont jouées par un couple de sonneurs fifre/tambour (farandoles, airs de conscrits), parfois accompagné d’autres instruments (cymbales, timbales, clochettes, etc.), ou par la fanfare La Banda dau Palhon . Les chants polyphoniques, interprétés par les villageois, sont tirés de répertoires de la tradition vésubienne ou des compositions de Zéphirin Castellon mais aussi de la variété française, corse ou italienne. Enfin, une enquête présente des musiques instrumentales, et parfois chantées, interprétées au fifre (Thierry Cornillon), à l’harmonica (Zéphirin Castellon) et à la mandoline (Patrick Vaillant) lors d’une séance musicale chez Zéphirin Castellon.  Lors de cette rencontre, les musiciens interprètent plusieurs morceaux traditionnels (polkas, valses, fandangos, paso-dobles, javas, mazurkas, etc.) ou composés par Zéphirin Castellon et Thierry Cornillon , ou encore issus de la variété française.

Musiques instrumentales, parole et paysages sonores ne sont pas absents des enquêtes du corpus. Il contient en effet le récit de la légende de la Madone de Fenestre, des explications de Zéphirin Castellon sur sa façon de composer la musique et le récit d’anecdotes de son enfance, des paysages sonores (cloches du village, notamment le carillon traditionnel de Belvédère joué par Zéphirin Castellon ,  sonnailles de vaches, paroles de bergers en occitan, bruits de foule) ou encore des extraits de messes lors de processions des villageois à la Madone de Fenestre.

Entièrement documenté, l’ensemble des enquêtes est consultable sur la base de données de la phonothèque. Les fichiers son y seront prochainement intégrés et consultables en ligne.

Crédits photographiques : Następnego dnia mijamy kolejną przełęcz (po lewej) i schodzimy w kierunku Ref. de la Madone de Fenestre, Oliwia i Mariusz, http://picasaweb.google.com/lh/photo/luvUkgrNx_YBs2ulzMpWVg. Vue du village de Belvédère depuis Roquebillière, Nataraja at fr.wikipedia, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Belv%C3%A9d%C3%A8re.jpg. Les images sont sous Creatives Commons et GNU.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Carnet de notes sonore d’un ethnologue dans le Yémen des années 1980, un premier aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast

Le traitement du fonds yéménite de l’ethnologue Marceau Gast avance !

Certes, le sud algérien fut son terrain de recherche de prédilection et souvent ses confrères ignorent son passage par le Yémen. Or, Marceau Gast n’y fit pas seulement un court séjour en simple curieux mais y revint régulièrement pendant dix années de 1974 à 1984, enquêtant sur le monde agricole, sur ses pratiques et ses évolutions*. L’écoute des premiers enregistrements nous laisse entrevoir tout l’intérêt que pourra revêtir ce corpus, une fois sa numérisation et sa documentation achevées.

Marceau Gast a commencé ses enquêtes en 1974 dans la région septentrionale de Sadah à la frontière saoudienne pour les poursuivre, ensuite, plus au sud. Il rencontre des agriculteurs qui évoquent leurs pratiques agricoles autour de la culture céréalière, l’utilisation du calendrier stellaire, le travail d’amendement de la terre, les outils utilisés et l’introduction croissante d’une mécanisation nouvelle, les méthodes de conservation et de protection des récoltes mais aussi la manière de moudre, de cuire et de répartir les céréales au sein de la famille ou du village. Des chants et traditions orales sont également recueillis par le chercheur au gré des rencontres.

Marceau Gast est sensible également au contexte politique du Yémen du nord qui vient de connaître un coup d’Etat militaire en 1962 : le renversement de l’imamat et la proclamation de la République arabe du Yémen sont suivis de plusieurs années d’une guerre civile prise dans les mailles de la guerre froide et de sa géostratégie. Marceau Gast, toujours proche de son terrain et des informateurs qu’il rencontre, est attentif à ces changements politiques et à leurs répercussions sur la vie des campagnes du Yémen du nord.

Thula

La grande majorité des enregistrements sont bien sûr en langue arabe yéménite, dans toute la diversité des dialectes qui la constituent. Nous vous proposons cependant, comme aperçu de ce premier corpus de la phonothèque concernant le Yémen, un extrait en français. Marceau Gast, sous la forme d’un carnet de notes sonore  icone-haut-parleur , se livre à quelques réflexions en octobre 1984 alors qu’il retourne dans le village de Thula, au nord-ouest de Sanaa, la capitale. Il y livre ses premières impressions sur le village et les changements qu’il a pu y observer puis prend quelques « notes » sur la pratique de l’exemption du service militaire puis sur la figure  d’un jeune instituteur de Thula et les conditions d’exercice de sa profession au Yémen. Marceau Gast s’apprête à rencontrer le père de ce jeune homme  pour évoquer avec lui les pratiques agricoles, véritable fil conducteur de son travail au  Yémen.

* Une bibliographie thématique liée au corpus de sources sonores de Marceau Gast sur le Yémen est accessible en ligne sur Zotero à l’adresse suivante: http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144796

Crédits photographiques: Laure Principaud, Thula: Françoise Ribot.

Enquêtes dans les sociétés créoles : le dépôt des archives sonores et audiovisuelles de Jean Benoist, anthropologue de la santé

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957
Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Jean Benoist, médecin et professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Provence Aix-Marseille III, est spécialiste des sociétés créoles. Son fonds d’archives sonores et audiovisuelles, basé sur la culture indienne dans les Antilles (Martinique, Saint-Barthélemy) et l’Océan Indien (La Réunion), est essentiellement composé de discours politiques et religieux, de récits, d’entretiens, de conversations et de cérémonies religieuses. Ses enregistrements de terrain ont été déposés à la phonothèque de la MMSH en 2008.

On retrouve trois zones géographiques dans les archives sonores de Jean Benoist. A Saint-Barthélemy, la dominante est la cérémonie du centenaire du rattachement de l’île à la France en 1978. On note également des récits de vie de Saint-Barths. Les discours et les entretiens sont en langue française.

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961
Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

En ce qui concerne La Réunion et la Martinique, les enquêtes sont centrées autour de la culture indienne et des traditions hindoues dans les sociétés créoles. Elles alternent entretiens, musique, récits, fêtes et discours. Ces enquêtes ont été partiellement documentées car la plupart est en créole. Au niveau musical, on peut donner l’exemple d’un chant religieux tamoul en langue indienne exécuté par Joseph Tengamen, dit “Zwazo”,  accompagné de percussionnistes et d’un choeur lors d’une cérémonie à Moulin-l’Étang (Martinique). On remarque la virtuosité du chant sur une base rythmique premièrement non-mesurée, puis qui devient ternaire .

Parallèlement à ses archives sonores, Jean Benoist a déposé à la phonothèque, pour conservation et diffusion, un film documentaire intitulé “Offrande aux Dieux exilés. Culte Hindou en Martinique”. Le document original a été numérisé par le Service Commun Audiovisuel et Multimédia (Scavm) de l’Université de Provence. Ce film, tourné en 1958 autour des temples hindous de Moulin l’Etang et d’Hackaert à Basse-Pointe en Martinique, présente une cérémonie indienne offerte par une famille. Elle se déroule en trois étapes : le prélude (apport des offrandes au temple et érection d’un mât portant un drapeau en l’honneur de Nagourou Mira), l’office (dépôt des offrandes, appel de la divinité Maldévirin, possession du prêtre, sacrifices d’animaux, repas sacrificiel) et la soirée de danse (diverses scènes du Ramayana dansées et chantées par des hommes costumés).

Les notices des archives sonores et du film sont disponibles sur la base de données de la phonothèque et les enquêtes sont consultables sur place (MMSH). Après signature d’une convention entre Jean Benoist, la phonothèque de la MMSH et l’Université de Provence, le film a été mis en ligne sur la Web TV de l’Université de Provence en janvier 2010. L’ensemble des publications de Jean Benoist sont téléchargeables sur le site québécois “Les classiques des sciences sociales“.

Crédits photographiques : Jean Benoist.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
“In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; “In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Un exemple de partenariat entre la MSH de Nice et la MMSH d’Aix en Provence : de la collecte d’enquêtes à la mise en ligne

Présentation du programme HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière)

Dans le cadre d’un programme de recherche sur les vallées de la Roya et de la Bévéra, la MSH de Nice a conduit sur une période de 3 ans (2005 à 2008) une campagne d’enquêtes orales dans le but de sauvegarder le patrimoine immatériel des populations de cette région. Réalisé grâce au soutien financier de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de la Mairie de Nice, le projet HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière) est le résultat d’une collaboration entre les Archives Départementales de Nice, la MSH de Nice et le Musée des Merveilles de Tende.

vallée de la Roya copieCarte de la vallée de la Roya avec Google Maps

Mené conjointement par la MSH de Nice et les Archives Départementales des Alpes Maritimes, ce projet s’est matérialisé sous la forme d’un travail de collecte justifié par la richesse patrimoniale et l’originalité de la situation géographique de ces vallées.  Thierry Rosso, membre du laboratoire LASMIC, en a assuré la direction scientifique avec le soutien d’Alain Bottaro, Responsable de section du Conseil Général des Alpes Maritimes et conservateur du patrimoine aux Archives Départementales des Alpes Maritimes. Quinze chercheurs issus de différents laboratoires de sciences humaines et sociales de la MSH de Nice (laboratoire LASMIC pour l’histoire, laboratoire BCL pour la linguistique,  le CMMC, le RITM et l’IDEMEC pour la musicologie) ont participé au collectage de ces enquêtes orales auprès de 80 informateurs (105 enquêtes). Ainsi, s’est constitué un corpus sonore de 115 heures complétés par de riches matériaux écrits, iconographiques et vidéos qui devraient pouvoir générer de nouveaux axes d’études et de recherches. Cette collecte donnera lieu en début 2010, à la publication d’un ouvrage collectif et à une exposition autour de ces collectages.

L’ensemble des données rassemblées par les chercheurs est consultable aux Archives Départementales des Alpes Maritimes qui s’est chargé de la conservation, la valorisation et la diffusion des informations récoltées. Le partenariat inter-MSH, mis en place en amont du programme, a eu pour objectif le traitement documentaire par la phonothèque de la MMSH et la mise en ligne des entretiens sur sa base de données.

Originalité du corpus

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les vallées de la Roya et de la Bévéra ont subi de profondes mutations qui risquent d’altérer la forte identité linguistique, historique et culturelle du pays et d’entrainer la disparition progressive des connaissances héritées des anciens. Afin d’en assurer la conservation, l’exploitation et l’étude, les enquêteurs ont interrogés les témoins sous différentes approches : ethnologique, historique, linguistique et pluridisciplinaire.

Saorge, vallée de la Roya par Sylvain GamelSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

L’originalité de ce corpus vient de la diversité des acteurs du projet. Les chercheurs enquêteurs des quatre disciplines de sciences sociales et humaines investies dans le projet (ethnologues, musicologues, historiens, dialectologues), ont travaillé sur leur domaine de recherche respectifs tout en observant méticuleusement les impératifs du programme. Cette configuration de travail constitue justement le grand avantage du programme HORoya-HOF car elle permet d’une part une étude transversale du territoire ciblé (tentative d’exhaustivité), mais elle permet également de dégager des axes d’études nouveaux basés sur l’échange d’expériences.

Présentation du corpus :

Données chiffrées sur le corpusQuelques données sur le corpus


La réalisation de ce programme s’est divisée en deux volets: le premier (2006-2007) traite de l’Histoire Orale de la Roya (HORoya) liée à des territoires marqués par de profondes mutations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette approche pluridisciplinaire offre une base de réflexion sur les interactions entre l’histoire, la culture et l’évolution de la langue. Le second volet (2008-2009), intitulé Histoire Orale de la Frontière (HOF), porte sur les relations que les populations de la région entretiennent avec la question historique et récurrente de la frontière entre la France et l’Italie.

La plupart des informateurs ayant participé aux enquêtes, sont nés dans les années 1930. Témoins privilégiés d’une période révolue, ces anciens, sensibles à la question de la sauvegarde de leur culture et le devoir de mémoire, ont répondu à l’appel des enquêteurs avec plaisir. Porteurs d’un savoir-faire et de connaissances en passe de disparaître, ces hommes et ces femmes se sont improvisés le temps d’un entretien, comme les porte-paroles de l’identité culturelle, historique et linguistique des villages de la vallée. Si certains ont mis l’accent sur leur passion de la tradition des chants, leur attachement à la langue régionale ou à leur métier, d’autres ont insisté sur la façon dont ils ont vécu les événements historiques survenus pendant et après la seconde guerre mondiale (notamment lors du rattachement de Tende et de La Brigue à la France en 1947). D’autres encore se sont exprimés sur la question des voies de communication matérielles et immatérielles ou se sont attachés à décrire les conditions de vie et de travail des anciens. L’identité mixte de ces populations, empruntée à la fois à la culture française et à la culture italienne a permis aux habitants de la région de s’approprier les éléments de leur intérêt et de réinventer leur propre culture au fil du temps.

Saorge, vallée de la RoyaSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

Parmi les informateurs non natifs de la région qui ont également été interrogés, on peut distinguer les néo-ruraux ou encore d’autres populations venues s’installer provisoirement dans la vallée. Tous se rejoignent sur l’importance et le devoir de préserver les vallées de la Roya et de la Bévéra, de l’oubli.

Valorisation et perspectives

Au vu de la consistance et de la richesse des informations récoltées, il semble évident que les initiatives telles que le programme HORoya et HOF doivent motiver d’autres projets de la même envergure pour plusieurs raisons : le développement d’axes de recherches transdisciplinaires, la consolidation de la coopération scientifique entre réseaux différents, le développement de partenariats inter-MSH et la mutualisation des moyens, savoirs et savoir-faire.

Le travail de valorisation et de mise à disposition réalisé par les Archives Départementales de Nice sous forme pédagogique et ludique ainsi que la mise en ligne de ce corpus sur la base de données de la phonothèque de la MMSH, permettra au public de découvrir et de se réapproprier les informations à des fins de recherches diverses.

Soulignons enfin, que ce corpus complète deux autres collections sonores déjà traitées par la phonothèque sur la même aire géographique :

Ainsi ne pourrait-on pas à titre d’exemple de réexploitation de la recherche scientifique, stimuler de nouveaux projets d’études autour d’une cartographie des entretiens? Ou encore développer plus avant une collaboration inter-phonothèques qui permettrait notamment une visibilité plus efficace des fonds sonores issus de la recherche? Il semblerait en tous cas, que les pistes d’investigation dans le domaine soient plurielles et il ne tient qu’à la communauté scientifique d’encourager ce type d’actions.

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques : Saorge, vallée de la Roya par Sylvain Gamel. Certains droits réservés. http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1295692526/in/photostream/ et http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1294818649/in/photostream/

Sound archives in ethnolinguistics : Example of the study of arabization in Southern Sudan = Archives sonores en ethnolinguistique. Un exemple d’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan

A new sound corpus in juba-arabic is now at disposal on the sound archives database. Juba-arabic is a pidgin (a communication language used between two or more communities which do not share a common language), composed of elements both from Arabic and from Sudanese dialects, it gradually evolved into a common language. The recordings (i.e. 27 hours of inquiries collected over 1981 and 1984, that is to say fifty seven surveys) which Catherine Miller used to study the phenomenon of arabization in southern Sudan are now on accessible online on Ganoub.

Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan
Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan

This corpus contains oral evidence, as well as music recordings and religious sermons at the Juba’s Church . But most of the investigations were recorded during trials at the customary courts of Juba and Kator in the Equatoria’s province, Southern Sudan (the presented extract deals with the case of a Dinka woman presented to the court following a dispute on the public highway while she was intoxicated). Catherine Miller deliberately chose these places of investigation for she wanted to study the evolution of the juba-arabic and the challenges of the arabization of Southern Sudan at the time (80’s) on an economical, political, social and cultural level. She therefore investigated various populations (villagers and city dwellers, men and women, young and old people, educated and uneducated people) to better understand the conflicts related to linguistic opposition between oral and written languages, juba-arabic and vernaculars, English and Arabic.

Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan
Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan

The corpus also contains a reading by Catherine Miller about “The Challenges of Arabization in southern Sudan”, Peuples Méditerranéens, No. 33, Paris, p. 43-53. (1985). The availability of these oral sources which are more than twenty years old, is priceless: it is very unlikely that a rare language like juba-arabic should reach us. Therefore, sound archives do not only provide a new dimension to publications already in print, but they also allow a process of memory, a written or iconographic document is unable to do. As far as ethnolinguistics is concerned, sound archives offer the unique opportunity to listen to rare languages, which are sometimes bound to disappear.

Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan
Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan

Since these surveys were collected, Sudan has been suffering a bloody civil war (1983-2004) which left it ravaged by poverty. Juba-arabic was able to develop during this war and nothing is nowadays more precious than being able to access Catherine Miller’s recordings. Witnesses of a past era, these surveys represent the memory of the men, women and children who participated to her interviews.

Here is one of the reasons why the preservation of oral heritage is essential. Guaranteeing the sound memory and a symbol of the intangible heritage, oral archives will keep getting talked about.

Aline Dang Van Sung

This article is a traduction of : “Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan” :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Cet article est une traduction de : “Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan” :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Crédits photographiques : ©Jean-Pierre Ribiere

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale, compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons. L’image “à la une” du même immeuble a été ajoutée en 2021 (avec une mise à jour des liens), issue d’une promenade dans Beyrouth en novembre 2019,  photogr. V. Ginouvès, CC-BY-NC.

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

Quand l’ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche

Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0)Du 24 au 26 septembre 2008, se tiendra à Montpellier le huitième congrès de l’association des archivistes français. C’est la section “archives communales et intercommunales” qui a été chargée de l’organisation et a choisi d’aborder la question des archives sonores. A cette occasion sera présenté un projet sur la mémoire orale des Arméniens des Bouches-du-Rhône mené en collaboration avec l’association Paroles Vives, les archives départementales des Bouches-du-Rhône et la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) . Vous trouverez ci-dessous le texte de l’intervention conjointe de Corinne Cassé (responsable de l’association Paroles Vives) et de Véronique Ginouvès (MMSH).

Le projet Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône initié en avril 2005 avait comme objectif de départ la création d’un outil pédagogique sur l’histoire de la diaspora arménienne à destination des collégiens et lycéens, basé sur une méthodologie ethno historique. L’évolution de nos partenariats institutionnels a abouti à la production d’un corpus d’entretiens ethnographiques. En avril 2008, l’association Paroles Vives a déposé auprès des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, une collection numérique d’archives sonores inédites comprenant des entretiens avec les familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Le projet a obtenu le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. Une convention tripartite engageant les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, la MMSH et l’association Paroles Vives a été signée dès le début du projet pour attribuer les fonctions de chacun des partenaires.

La collection numérique a été collectée et traitée sur une période totale de huit mois en deux phases : fin 2006 et fin 2007. Le corpus se compose de 106 enquêtes soit 162 heures d’entretiens recueillis auprès de 126 personnes. Un comité de pilotage a encadré ce collectage. Il était composé d’anthropologues et historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH. Pour l’équipe des sept ethnologues chargées du collectage, cette expérience fut la première du genre et fut souvent en contradiction avec leurs méthodes habituelles sur des points précis que je vais exposer ici. C’est pourquoi, par commodité, lorsque j’emploierai le pronom « nous » ce sera au groupe d’ethnologues que nous avons constitué durant le projet auquel je ferai allusion. Ainsi, nous avons considéré que l’intérêt d’une telle collection, notamment au sein d’une bibliothèque scientifique, peut dépasser la parole recueillie de nos informateurs, dans la mesure où nous avons désiré communiquer sur nos difficultés épistémologiques, les solutions choisies et les conditions de production scientifique de nos données.

Une démarche inédite pour des ethnologues

Quel est l’objet “parole” ? La parole demandée, provoquée ou simplement entendue, captée de façon informelle est un objet, un centre d’intérêt classique en ethnologie parmi d’autres. Nous avons appris à valoriser le discours de l’informateur comme une des sources principales d’informations. Souvent les personnes interviewées sont surprises de l’intérêt que l’on porte à leurs propos sur certaines thématiques (ce qui peut être différent pour le collectage de littérature orale où la dimension nostalgique est forte). Mais la parole n’a pas vraiment de valeur en soi hors du contexte qui l’a produite. Je veux dire qu’il est rare que notre analyse ethnologique se base exclusivement sur des discours. L’analyse ethnologique est le produit de tous nos objets recueillis sur le terrain :

  • recherche bibliographique thématique ;
  • observations de pratiques et comportements, observation participante ou non ;
  • collecte d’objets divers (vêtements, ustensiles) ;
  • observation de l’organisation des espaces ;
  • interrogation de notre propre rapport au terrain et de notre démarche de construction de l’altérité. Ces différents objets se croisent et s’interrogent sans cesse tout le long du terrain.

Quelles sont les conditions de production de l’objet “parole” ?

Le premier outil d’un terrain ethnographique est la présence prolongée sur le terrain qui permet une certaine relation entre l’enquêteur et ses informateurs, basée sur la confiance et l’échange mutuel. L’ethnologue aborde et utilise différemment l’objet parole au cours de son travail. Il peut s’agir :

  • d’une parole captée de manière informelle qui donne lieu à des prises de notes ;
  • d’une parole provoquée par l’engagement d’une discussion informelle ;
  • d’une parole provoquée et archivée par un entretien formel enregistré.

La parole, dans quasiment chacun de ces cas, est destinée au seul chercheur au cours d’une relation interpersonnelle de confiance. Ceci est d’autant plus vrai lorsque l’entretien est enregistré par le chercheur. Il n’y a alors qu’un contrat moral. D’autre part l’informateur attend que le chercheur ait certaines connaissances du sujet et se basera sur ces connaissances pour se faire comprendre. Le chercheur, en tant qu’initié, placera cette parole dans un ensemble sémantique complexe. En tant que chercheur nous nous accommodons des conditions de production de cette parole : ces conditions dépendent de nos besoins d’informations et du seuil de précision attendu, de notre capacité relationnelle et de celle de nos informateurs. Notre intégration au terrain et la durée de notre présence nous permettent de renouveler la prospection et de palier d’éventuelles lacunes.

La parole nous est destinée, elle reste notre propriété, nous sommes maîtres des conditions de production et de son avenir. Elle n’est pas conservée telle quelle et n’est pas considérée comme une archive. D’ailleurs la plupart des entretiens enregistrés au cours de notre carrière et de notre cursus ont été détruits ou perdus. La parole peut être retranscrite (avec tous les filtres que cela induit) mais rares sont les rapports d’analyses ethnologiques communiquant en annexe l’intégralité de la parole recueillie. Seuls certains passages sélectionnés sont disponibles au public, sortis de leur contexte d’énonciation et insérés dans le développement de la pensée du chercheur, en quelque sorte manipulés. Il n’est pas question pour nous ici de faire le procès de cette pratique. Nous sommes convaincues de la richesse que représente l’analyse d’un chercheur investit longtemps sur le terrain. Nous sommes d’autant plus convaincues de la richesse que représentent les variations d’analyses de chercheurs différents à des époques différentes sur un même contexte. D’où l’intérêt évident de soumettre tout ou partie des objets qui ont servi notre propre analyse au regard, à la critique et à l’analyse de nos pairs, des disciplines voisines et du grand public.

La mise à disposition du corpus

Cette collection est désormais accessible à tous les publics depuis la base de données de la phonothèque de la MMSH qui a pris pour nom Ganoub (le Sud en arabe). Cela n’a été possible que parce que les questions de droit ont été réglées par l’association Paroles Vives au fil des enquêtes. La commande impliquait d’agir dans un cadre précis de réalisation en terme de budget, de temps et de restitution. L’objet produit devait être de la parole enregistrée.

Chaque entretien était unique car il n’était pas possible de retourner voir les informateurs. La durée prévue allait de une à trois heures, le cours de la discussion devait être aussi complet et cohérent que possible. Cette étape a obligé les ethnologues enquêteurs à les focaliser sur la production de cet objet unique, la parole enregistrée, et donc d’opérer un déplacement, une concentration d’attention sur la parole et sur sa source : l’informateur. L’informateur devenait producteur principal du sens, source principale d’informations même si la relation avec l’enquêteur et les interventions de celui-ci avaient leur importance.

La relation étant clairement basée sur la démarche volontaire de dépôt aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. La production d’informations a été sollicitée volontairement dans une visée de conservation et de communication au public. Les personnes savaient que le public pourrait faire une copie de ce qu’elles allaient dire. Dans le suivi et l’encadrement du chantier il était souvent rappelé aux enquêteurs : “Soyez attentifs à ce que les personnes n’oublient pas le micro”. Une autre divergence par rapport aux terrains ordinaires où il est préférable que la personne fasse abstraction du micro.

La grille d’enquête a été aussi un élément structurant de l’ensemble de la collection qui pose des questions essentielles pour un fonds destiné au dépôt : l’entretien formel était-il une injonction de parole, une archive provoquée ? La grille d’enquête permettait de répondre à plusieurs objectifs :

  • assurer la cohésion d’ensemble du corpus, réalisé par 7 enquêtrices ;
  • assurer la couverture durant l’entretien d’un certain nombre de thématiques ;
  • proposer un support de discussion dans la relation établie entre l’enquêteur et l’informateur ;
  • permettre aux auditeurs de comprendre notre méthode d’investigation ;
  • permettre une éventuelle mise en parallèle de plusieurs entretiens.

De part cette position centrale de l’informateur et de sa parole, un contrat de cession de droits pour la conservation et l’utilisation des enregistrements était indispensable. Ils ont été obtenus pour tous les enregistrements. Ces signatures ont permis à la phonothèque de la MMSH de mettre en ligne l’ensemble des entretiens puisque la totalité des informateurs avaient signé un contrat d’utilisation et de diffusion mais aussi de contextualiser les différents entretiens avec précision avec le lien constant avec la méthodologie de l’enquête. La collection, une fois analysée et saisie dans la base de données de la MMSH, a été également décrite dans plusieurs catalogues :

  • Une copie de la totalité du traitement documentaire a été exporté en format texte et intégré à la base de données Clara-Loris des archives départementales des Bouches-du-Rhône.
  • Une notice descriptive de la collection a été rédigée sur la base Patrimoine numérique du Ministère de la Culture.
  • Cette base est interopérable avec le moteur MICHAEL qui explore les collections numériques des musées, services d’archives, bibliothèques et de nombreuses institutions culturelles européennes ; par conséquent, la notice de la collection y est accessible ;
  • Une notice descriptive de la collection est également accessible sur le catalogue collectif de France de la bibliothèque nationale de France.
  • A la fin de l’année 2008 les références de ces notices et leurs fichiers numériques seront également mises en ligne sur un catalogue collectif d’archives sonores réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF de la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles.

[Télécharger l’annexe méthodologique au corpus réalisé par Paroles-Vives, 2007]

Ce catalogue est basé sur le principe du moissonnage des métadonnées (harvesting) d’après les spécifications du protocole OAI PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting).

Les bases de données sonores des cinq centres de documentation composant, sous l’égide de la FAMDT sont accessibles par une interface unique. Les bases de données en ligne sont toutes structurées de la même façon et utilisent les mêmes métadonnées, facilitant ainsi l’interopérabilité. Les cinq centres pôles associés ont tous des catalogues en ligne qui présentent leurs fonds sonores :

Le principe est d’alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles. Ce dépôt sera créé à partir d’un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées. Seules les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits seront exportées, les documents texte, documents sonores édités et les émissions de radio n’y sont pas intégrés. Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core (DC). Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d’origine par l’URL, permettant la lecture de la notice complète ainsi que l’écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales. L’interface d’accès au dépôt sera publique proche de la proposition de la Fondation Knowledge Project (PKP).

Pour conclure,

Les archives sonores sont encore trop mal perçues dans les disciplines des sciences humaines et sociales pour de multiples raisons. Ce projet de collection sonore de la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône va à l’encontre des idées reçues :

– les collections sonores sont mal enregistrées car le plus souvent le chercheur s’intéresse plus au contenu qu’à la restitution sonore : les enquêtes auprès des Arméniens des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans d’excellentes conditions. D’abord sur minidisque couplé avec un micro externe, les enregistrements ont ensuite été réalisés directement en format WAVE 44.1khz/16bits en utilisant toujours un micro externe.

– les collections sonores ne sont jamais accessibles parce que les informateurs ne signent pas de contrat d’utilisation. Le collecteur a souvent l’impression que la signature du contrat va limiter la parole de l’informateur et l’inquiéter : la totalité des informateurs enregistrés dans le cadre de ce corpus ont signé des autorisations de diffusion et d’utilisation qui permettent la mise en ligne des entretiens.

– les collections sonores sont mal documentées : les ethnologues enquêteurs ont tenu à jour un carnet de terrain et on rédigé un texte qui décrit avec précision les méthodes d’enquête et donne accès à la grille du questionnaire. Attachée à la notice corpus de la base de données de la phonothèque ce document intègre l’ensemble de nos réflexions et les outils utilisés pour la constitution du réseau d’informateurs, la réalisation des entretiens, les carnets de terrain des enquêtrices et des informations sur la façon dont les documents ont été numérisés et analysés.

– les collections sonores sont mal cataloguées : le catalogage de ces enquêtes suit un système d’analyse qui a été rédigé par un groupe de phonothèques en France et traduit en 2007 en langue espagnole, il est utilisé dans de nombreux centre d’archives sonores. Ce sont des ethnologues documentalistes qui ont saisi les données et se sont attachées à comprendre la méthodologie de l’enquête et à documenter les termes du domaine de l’arménité.

– les collections sonores sont mal indexées : il n’existe pas de thesaurus propre aux archives sonores inédites sur le domaine de l’anthropologie de la France. Le thesaurus de la phonothèque de la MMSH utilisé pour l’indexation de la collection a été réalisé dans le cadre d’un réseau de phonothèque (celui des pôles associés) qui s’appuyait sur d’autres thesaurus comme Ethnophoto publié par une équipe du MNATP/MuCEM. Mais l’association Paroles Vives, qui a réalisé le traitement elle-même, a créé et documenté de nouveaux mots clefs, noms de personnes, de collectivités, de périodes et de lieux cités sur le domaine de l’Arménie et de l’arménité, validés par la Phonothèque de la MMSH.

– les collections sonores ne valorisent pas les informateurs : dans le cas de ce corpus chaque informateur a été tenu au courant de l’évolution du projet. Ceux qui voulaient avoir des copies de leurs enregistrements en ont obtenu. Au moment de la signature du contrat, l’anonymat a été proposé à tous les informateurs. La grande majorité des personnes interviewées ont choisi de communiquer leur identité. Cette particularité peut permettre le prolongement du travail entrepris dans le cadre d’autres études ou restitutions culturelles.

– les collections sonores ne sont pas citables : la mise en ligne des sources offre la possibilité de citer la ressource documentaire au cours de la rédaction d’un texte scientifique, qu’il s’agisse de la notice ou directement du fichier son.

– les collections sonores sont mal cartographiées, inconnues des chercheurs comme du grand public : la collection est repérée sur les grands outils de recherche internationaux et francophones.

Voilà donc un projet pilote qui pourrait faire évoluer les usages et les pratiques que l’on a pu avoir jusqu’ici des collections d’archives sonores. Nous pourrions pour conclure, enrichir l’injonction lancée dans les années 1970 par Philippe Joutard (L’Histoire, n°12, mai 1979, p.106-112) toujours passionné par les enquêtes orales aujourd’hui : « Historiens mais aussi ethnologues, sociologues… à vos micros, archivistes à vos catalogues ! ».

Crédit photographique : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/