Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit “Boubous”, neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad. 

 

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Présentation d’un corpus sonore : Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine)

En 2011, Hélène Claudot-Hawad, directrice de recherche au CNRS,  a déposé à la phonothèque de la MMSH, une série d’enregistrements sonores1 et de photographies ((1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail dont une partie est accessible sur Medihal)) concernant les luthiers de Mirecourt. Ces archives documentent des recherches qu’elle a menées à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien sur lequel elle travaillait  était interdit d’accès2

Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut dix ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des familles d’artisans qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle.

La collection sonore a été documentée par Marie Lelardoux et les notices documentaires complétées et augmentées par Hélène Claudot-Hawad. Les notices sont accessibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.  Pour offrir à l’internaute une vision plus complète de cette enquête, Hélène Claudot-Hawad a proposé d’éditorialiser ces notices documentaires sur Les carnets de la Phonothèque en les illustrant d’extraits sonores et de photographies.

A lire à propos de cette collection :

Une sélection sonore est accessible sur la base Ganoub en lien avec les notices documentaires. Une copie numérique de ces archives accompagnée du traitement documentaire va être déposée au Musée de la lutherie et de l’archèterie française à Mirecourt.

Lire les notices, écouter des extraits sonores :

1. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille (enquête 3493), 9 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7121

2. Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan (enquête 3490), 23 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7797

3. Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan (enquête 3488), 28 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7984

4. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt (enquête n°3487), 29 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7965

5. Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers (enquête n°3492), 29 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8071

6. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite (enquête n°3493), 14 septembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8222

7. Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt (enquête n°3484), 20 octobre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8247

8. Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980 (enquête n°3496), 21 octobre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8394

9. Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970 (enquête n°3494), 14 novembre 2012  http://phonotheque.hypotheses.org/8518

10. La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille (enquête n°3485), 19 novembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8678

11. Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980 (enquête n°3489), 29 novembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9008

12. La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale (enquête n°3491), 11 décembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9094

13. Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie (enquête n°3495), 13 décembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9127

14. Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques (enquête n°3486), 3 janvier 2013 http://phonotheque.hypotheses.org/9245

15. Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon (enquête n°3488). 18 janvier 2013 http://phonotheque.hypotheses.org/9063

 

 

Crédits photographiques : Le métier de luthier, Gustave Villaume, Mirecourt 1982, photographie de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

  1. 13 heures d’enquêtes []
  2. Hélène Claudot-Hawad , ethnologue, et Bernard Lesaing, le photographe qui l’accompagnait sur le terrain, étaient alors membres du LAPMO – Laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale, URA164. []

Retour sur archives : l’ethnographie dans les Alpes de Haute-Provence

 

 

Lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de ma licence d’anthropologie, j’ai été amenée à travailler sur trois corpus oraux rassemblés au Musée ethnobotanique de Salagon. Les écoutes que j’ai faites sur des archives d’enquêtes ethnographiques, ont enrichi ma connaissance personnelle sur diverses pratiques et modes de vie. Elle m’ont aussi permis de compléter la formation que j’ai eu en licence d’anthropologie, en m’ouvrant à une autre forme de recherche par les archives orales.

Ces trois corpus oraux, qui se focalisent principalement sur les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, sont très diversifiés de par leur sujet, mais ils montrent également trois méthodes d’enquêtes distinctes qui peuvent être mises à profit en anthropologie. On y perçoit diverses approches de la part de l’enquêteur, tout autant que sa relation avec l’informateur.

Ainsi, la directrice du musée de Salagon et anthropologue Danielle Musset, a rencontré des anciens charbonniers entre 1992 et 1995, pour conserver une trace orale de leurs savoirs et leur mode de vie particulier. Avec ces charbonniers -pour la plupart immigrants italiens-, on découvre les techniques de fabrication d’une charbonnière, le mode de vie en montagne, mais aussi les relations entre les charbonniers et les conflits entre Piémontais et Lombards. Ces récits témoignent non seulement d’un métier aujourd’hui disparu, mais renseignent aussi précisément sur un mode de vie et des relations humaines.

Le deuxième corpus que j’ai eu à traiter a été mené par Magali Amir, ethnobotaniste. Son axe de recherche était double: comprendre quelle utilisation était faite des plantes dans les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, mais aussi se questionner sur les néo-ruraux et leur relation avec les habitants originaires de la région (transmission des savoirs, secrets gardés, etc). Ces enquêtes montrent une grille d’enquête fermée, dont l’objectif est de faire préciser les connaissances des informateurs dans ce domaine. Ils sont amenés à parler de recettes de cuisine et d’alcools à base de plantes, ainsi que des vertus médicinales qu’ils leur attribuent. Voici quelques exemples de recettes de plat, confiture ou boisson que j’ai pu recueillir à travers ces enquêtes: gratin de pissenlit, confiture de cynorrhodon,  vin de cerise ou encore sirop de sureau.

 

Enfin, Jean-Pierre Joly, un passionné d’histoire de pays qui s’est improvisé ethnologue au cours de discussions avec une quinzaine d’habitants de la vallée du Jabron, nous offre une série de 17 témoignages de la vie entre les deux guerres. La relation particulière qu’il entretient avec les personnes qu’il interroge, due au fait qu’il est lui-même un ”enfant du pays”, pose la question de la distance en anthropologie entre un enquêteur et son informateur. Ces conversations n’en sont que plus naturelles et riches en anecdotes historiques de la part des enquêtés, comme de l’enquêteur.

Cette anecdote sur un tireur de corde, tirée d’un entretien avec un natif de Saint-Vincent-sur-Jabron, illustre bien cette ambiance particulière que l’on retrouve dans les enquêtes de Jean-Pierre Joly :

Les récits couvrent une grande quantité de sujets comme la fabrication de fromage, d’alcool, la vie agricole, la distillation de la lavande, les fêtes de villages, la religion… du début du vingtième siècle jusqu’aux années 1960.

Une histoire sur les loups montre notamment comment l’enquêteur amène ses informateurs à raconter ce qu’ils savent, mais aussi quelle position il adopte par rapport à eux :

L’intérêt commun de ces enregistrement me semble être dans la manière dont ils relient anthropologie et histoire. On prend conscience en écoutant ces conversations de l’importance de l’histoire au sein de l’anthropologie, car elles permettent de cerner les évolutions des techniques et des pratiques et parce qu’elles restent des témoignages sur la vie en société. On peut s’étonner que l’anthropologie, qui revendique son étude des faits sociaux par le biais d’enquêtes orales, ne s’attache pas plus à la valorisation de ces sources uniques que constituent les archives.

 Crédits photographiques: Al lavoro sul pojat, Vénétie, pas de photographe indiqué, photographie dans le domaine public, citée en illustration du “Pojat” http://vec.wikipedia.org/wiki/Pojat

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant “pour éviter que le feu brûle tout”.

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

“Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs” : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à “la société capitaliste” des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo

Hamilton hand-netting for macro-plankton from Aurora / by Frank Hurley

Comme promis précédemment, je reviens dans les Carnets de la phonothèque avec quelques extraits à vous présenter. Je voulais que ceux-ci aient une thématique commune, mon choix s’est porté sur la coopération au sein de l’Ifpo. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un thème central dans l’enquête que j’ai documenté en janvier 2012 : l’Ifpo se définit comme une structure permettant aux chercheurs partageant un même intérêt pour le Proche-Orient de collaborer entre eux, quelle que soit leur origine géographique. De plus, chaque participant à l’enquête aborde cette coopération à sa manière, selon le rôle qu’il a pu jouer au sein de l’institut. Ce thème est donc riche des perspectives variées selon lesquelles il est abordé. En effet, la relation de coopération ne concerne pas uniquement chercheurs locaux et expatriés, mais aussi les scientifiques de différentes spécialités, comme l’explique Pauline Piraud-Fournet lorsqu’elle évoque l’organisation du travail sur les sites archéologiques. Véritable centre culturel dans la région, la bibliothèque de l’institut à Damas a vocation à favoriser les échanges entre universitaires et intellectuels, nous dit Souheil Chebat.

Toutes ces formes de coopération sont abordées à travers les extraits ci-dessous. Bien sûr, les quelques quatre minutes d’enregistrement déposées ici ne suffisent pas à faire le tour de la question. Il s’agit plutôt de donner un aperçu de ce que vous pourriez entendre à la phonothèque à ce propos.

À l’écoute de ces extraits, on entrevoit déjà les enjeux qui traversent la notion de coopération pour un institut de recherche situé à l’étranger : comment assurer la continuité des travaux entrepris face au renouvellement fréquent des personnels ? Sous quelles conditions la coopération dans le cadre d’un projet scientifique peut être considérée comme satisfaisante ? Autant de questions sur lesquelles reviennent longuement les différents entretiens des membres de l’Ifpo.

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo by benjatmmsh

Remarque

Le fichier audio présenté ici est un montage. J’ai sélectionné parmi les différents entretiens disponibles des passages qui m’ont paru pertinents par rapport au thème que je m’étais donné avant de les assembler. Il ne s’agit donc que d’un aperçu des témoignages que nous livre l’enquête sur les membres de l’Ifpo.

Crédits (dans l’ordre d’apparition)

  • Pauline Fournet : archéologue, architecte
  • Jean-Yves L’Hopital : directeur de l’Ifpo de 2005 à 2008 (0:39)
  • Souheil Chebat : professeur d’arabe (1:03 et 3:02)
  • Thibaud Fournet : archéologue, architecte  (1:52)

Crédits photographiques : State Library of New South Wales

”La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre”

“La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre”, c’est ainsi qu’un des informateurs d’Henri-Paul Bremondy clot son entretien en 1977. Pêcheur depuis la première guerre mondiale, il témoigne de toute une vie liée à ce territoire si complexe, entre garrigues et criques, faite de petits métiers de la pêche mais aussi de l’agriculture, lorsque la mer était mauvaise. Ces enquêtes foisonnent de détails sur ce qui fait rire ces hommes attachés à la mer, sur leurs savoirs faire, leur quotidien, les deux guerres qu’ils ont traversées, sur la pratique de la langue provençale “d’ici” avec ses versions propres à un village, sur ce qui fait la carrière d’un patron-pêcheur, des taches du mousse aux responsabilités du patron. Ce corpus sur la pêche à Six-Fours, riche d’entretiens exclusivement en provençal, vient rejoindre trois autres corpus sur le métier et la représentation des espaces maritimes dans le Var mais aussi en Camargue et sur l’Étang de Berre.
L’un des témoins de H.-P. Bremondy raconte une histoire connue, une histoire d’idiot croyant que son âne a bu la lune. Celle-ci est référencée dans la classification Aarne-Thompson comme un conte facétieux.1.

Plusieurs versions de ce conte sont d’ailleurs disponibles à la phonothèque. La suivante est cévenole :

* * * * * * * * *

Attachés à la mer pour vivre, plus que par goût, les pêcheurs partagent le solde de la pêche en comptant comme ils peuvent, parfois sou à sou lorsque les règles d’arithmétique manquent (un pour toi, un pour moi, un pour le bateau). Avant la seconde guerre mondiale, on ne va pas au café lorsqu’on est pêcheur , on ne joue pas aux cartes. Quand la pêche est finie ou que la mer vous empêche de sortir, il faut entretenir les filets, le bateau, aller faire du bois de chauffage, planter son champ ou celui d’un autre, réparer, ranger… La vie des hommes échappe au rythme des contraintes et respire “au cabanon” autour de l’aïoli, du repas cuisiné dans la petite cheminée, dans les “coups de gueule” (agrémenté parfois de coups de poings pour faire bonne mesure), dans les parties de boules. La distraction des femmes, ils ne savent quoi en dire : elles n’étaient pas avec eux au cabanon. Finalement, “à part l’église”, ils n’identifient pas leurs lieux de distraction, ni les distractions d’ailleurs qu’elles pouvaient avoir. Elles, femmes et filles de pêcheurs, attendent le retour des hommes, font quelques sous avec de petits métiers, s’occupent des enfants.

Ces pêcheurs nous apprennent au fil des souvenirs, la structuration d’une profession, pour se défendre, pour partager la mer, pour réglementer l’usage des outils et le lent et inéluctable changement du paysage avalé par le tourisme. Aller à la plage pour pic-niquer ? Une idée bien incongrue pour un homme qui ne sait pas nager. L’eau est bien, en dessous du bateau, c’est là qu’est le poisson, le petit et le gros, celui qui mord. La mer c’est celle qu’on entend frapper le long de la coque, qui vous fait tituber dans la nuit pour descendre du hamac où l’on dort coûte que coûte, enroulés dans les précieuses couvertures jusqu’à ce que les plus vieux vous réveillent en frappant la coque de leurs rames. Eux savent que c’est l’heure d’y aller, parce que le nez dans les étoiles, qu’on appelle les pougnères, ils ont vu qu’il était l’heure. L’heure d’y retourner.

Dans son mémoire de DEA2 , soutenu à l’université de Provence en 1978, Henri-Paul Bremondy, auteur de ces enquêtes, décrit finement les savoirs-faire des pêcheurs :

“Quand on pense que huit pêcheurs sur dix nés en 1900 ne savaient pas nager, que la plupart des patrons aujourd’hui encore, prennent un bain de mer quand, par accident, ils tombent à l’eau, on ne peut que s’étonner de la connaissance précise qu’ils ont du fond. Le fond de la mer, ils l’ont dans la tête. Ils ne se le représentent peut-être pas exactement avec les couleurs et les formes que nous lui connaissons, mais sur leur carte mentale sont relevés les détails indispensables à leur métier : telle roche, tel bordant, telle clairière, tel bosquet ou tel talus.” En effet, pas moins de sept termes en provençal local sont utilisés par les pêcheurs pour décrire les différents fonds.

Henri-Paul Bremondy, a continué son travail de collectage après ses études, de façon indépendante afin de collecter la mémoire de sa famille. Il s’est particulièrement intéressé aux différentes formes de pêche en méditerranée et à l’usage de la langue provençale. Il est décédé brutalement en 2004 sans avoir pu organiser ses archives. En 2010 son épouse et ses enfants décident de déposer ses pièces d’archives à la phonothèque de la MMSH  (entretiens enregistrés, croquis, retranscriptions, photographies, notes) sur la pêche dans le Var mais aussi sur la fête des Tripettes de Barjols à l’occasion de laquelle H.-P. Bremondy avait interviewé quelques personnages clefs de la fête. Son épouse se charge aujourd’hui de rechercher les autorisations de diffusion pour permettre l’écoute de ces enquêtes au plus grand nombre et nous l’en remercions.

 

Crédits photographiques : Hommes dans une barque, port de Marseille, avril 1899. Fonds Eugène Trutat – Bibliothèque numérique de Toulouse. Photographie ancienne. Négatif sur plaque de verre. Fond domaine public.
Pêcheurs sur échasses près de Unawatuna, Sri Lanka, Bernard Gagnon, 2006.http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Stilts_fishermen_Sri_Lanka_02.jpg. Licence Creative Commons.

  1. La version de ce conte est décrite dans la classification Aarne et Thompson sous la référence 1335, The Eaten Moon, dans la catégorie Anecdotes and Jokes []
  2. La pêche sur le littoral varois, DEA d’ethnologie, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372 []

Un mois avec ceux de l’Ifpo

Art by accident # 11Dans les « carnets de l’Ifpo », Véronique Ginouvès et François Siino publiaient en mai dernier un billet proposant un retour sur une première série d’entretiens effectués dans le cadre du projet « Archives scientifiques de l’Ifpo ». Bien que ce corpus se soit depuis enrichi de nouveaux enregistrements, on ne peut que constater la même inflexion à leur écoute : en effet, si la démarche initiale consistait à localiser les différentes archives de l’Ifpo, les témoignages recueillis apportent surtout des éclairages sur le fonctionnement et l’évolution de l’institut.

Voilà trois semaines que je suis à la phonothèque pour écouter et documenter ces entretiens dans le cadre d’un stage d’un mois. Comment fonctionne un Ifre (Institut français de recherche à l’étranger) ? Comment expatriés et locaux y coopèrent ? Quels problèmes peuvent poser les renouvellements de personnel dans la réalisation des projets scientifiques ? Tel est le type de questions auquel ces témoignages apportent des réponses passionnantes. Ajoutons à cela que les activités des différents centres de l’Ifpo s’effectuent souvent dans un contexte politique bien particulier. L’impact de la guerre du Liban sur les publications de l’institut ou le zèle avec lequel le régime syrien s’assure du bon déroulement des enquêtes de terrain d’un chercheur sont des exemples parmi d’autres illustrant comment l’histoire des pays du Proche-Orient peut affecter le travail des membres de l’Ifpo.

L’inflexion qu’a pu subir cette enquête n’a donc, à mes yeux, rien de dommageable, bien au contraire ! Je souhaiterais d’ailleurs sélectionner un des thèmes qui circulent à travers ces entretiens pour en proposer ici une présentation détaillée, avec extraits sonores à l’appui. Espérons que les quelques jours qui me restent y suffisent.

 

Crédits photographiques :
Art by accident #11. Photographie d’Eivind Lie Nitter publiée sous licence Creative Commons (sans utilisation commerciale).

Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre “Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976)”. Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre “L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie”. La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la “Mémoire orale du Mont Lozère” et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les “bêtises” de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités “avant la télévision” était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []