Archives de catégorie : Le métier de luthier

Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Le luthier Hubert Dufour dans son atelier à Rians, juin 2018

Hubert Dufour vient de passer son baccalauréat lorsqu’il envisage de devenir luthier. Il a 18 ans. Mais dans les années 1970, la formation à l’Ecole  nationale de lutherie de Mirecourt est réservée aux moins de 15 ans. Après des études universitaires, Hubert Dufour décide de se former à la lutherie hors des cadres établis. Il s’installe à Dijon en 1976  comme facteur d’épinettes et de vièles à roue. Dix ans après, il établira son atelier de « vièles et violes » en Provence. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais d’abord par goût de la musique.

Le goût de faire des violons (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Continuer la lecture de Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Un ingénieur qui rêvait de violons : le parcours professionnel d’un luthier fils de luthiers

Le luthier Nicolas Bonet à l’établi (Aix-en-Provence, juin 2018)

Nicolas Bonet est ingénieur depuis 2 ans lorsqu’il décide de devenir luthier. A 25 ans, en 2011, il débute sa formation à Milan. La relation qu’il entretient avec la lutherie est complexe. D’une part, c’est un métier  qui lui est familier puisque son père, Frédéric Bonet, et sa mère, Martine Aguila, sont tous deux luthiers.

1. La lutherie au berceau (Nicolas Bonet, extrait de l’enquête n°5189)

Continuer la lecture de Un ingénieur qui rêvait de violons : le parcours professionnel d’un luthier fils de luthiers

Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier

Le luthier Camille Hommel, Marseille,2017

Camille Hommel débute sa formation de luthier en 1990 à 19 ans. Très jeune, il souhaite déjà devenir luthier autant par goût de la musique et du violon – qu’il commence à apprendre dès l’âge de 7 ans – que par attrait pour un métier qui lui est familier grâce à la profession de son père, le luthier Charles-Luc Hommel.

L’atmosphère de l’atelier (Camille Hommel, extrait de l’enquête n°5188)

Camille Hommel représente un nouveau profil de « luthier fils de luthier ». Ce modèle de filiation professionnelle était en effet très répandu chez les anciens luthiers, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la crise ultime du métier qui au milieu du XXe siècle a menacé la lutherie de disparition et a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, berceau de la lutherie française. Continuer la lecture de Grandir avec les violons : parcours d’un luthier fils de luthier