Archives de catégorie : Méthodologie

Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie

Issue d’une formation en Langues Étrangères Appliquées j’ai eu l’occasion, le temps d’une vacation, de présenter le travail de la phonothèque de la MMSH lors des quatre journées de la Fête de la science. Nous imaginions des publics multiples (scolaires, familles ou curieux) et nomades, qui devaient recevoir un message rapide et clair avant de passer à un autre stand. Avec l’équipe de la phonothèque, nous avions préparé dans ce sens des posters et un scénario pour présenter des enquêtes de terrain sur le thème de l’eau. J’ai eu un peu de temps, avant le lancement des ateliers pour découvrir les documents, mais je me demandais comment j’allais pouvoir m’approprier ces archives sonores et transmettre aux visiteurs tout l’intérêt de la source orale dans les sciences humaines et sociales. J’ai vite remarqué que la curiosité du public était aiguisée lorsque j’évoquais les récits des anciens : cela les plongeait dans leurs propres souvenirs. Deux petites filles se sont mises à chanter spontanément les comptines méditerranéennes de leurs mamans, une autre a tenté de traduire un poème algérien que son grand père lui raconte inlassablement depuis sa naissance. L’écoute a été aussi l’occasion pour les enfants de s’interroger sur la façon dont leurs grand-parents vivaient dans leur jeunesse et sur leurs savoirs qui étaient peut-être à découvrir. Nombre d’entre eux ont évoqué à cette occasion leurs origines familiales et les savoir-faire transmis (recettes de cuisine, remèdes naturels, chants, contes, expressions dans les langues d’origines). Au milieu de l’effervescence de la fête de la science, à l’écoute des chants des anciens, certains enfants refusaient de quitter leur casque. Captivé par les enregistrements sur le terrain des Cévennes et la sérénité du débit, du rythme des conteurs et des chanteurs traditionnels, un petit garçon ne voulait pas laisser sa place aux autres visiteurs. Devant l’insistance de ceux qui se pressaient pour écouter et de sa maman, il a quitté à regret ce bond dans le temps. Pour moi la fête de la science aura été une occasion unique de rencontrer en un seul lieu un panorama dynamique de la recherche sur la région marseillaise, mais aussi de découvrir et faire découvrir les archives sonores dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Une belle aventure !

Auteur : Mélanie Avella



Crédits photographique : 24 octobre 2010, dernier jour à la fête de la science et  inauguration de la fête de la science, chorégraphie de Léda Atomica le 21 octobre 2010.

photographies de V. Ginouvès.

Les archives sonores à la fête

Les premières visites sur le stand de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ce matin, à la fête de la science ont été riches de rencontres. A tour de rôle nous avons reçu  par petits groupes  des élèves de classes de primaires et de collège et des adultes venus de plusieurs pays émergents en apprentissage de la langue française. Pour faire découvrir l’utilisation de la source orale dans les sciences humaines et sociales, l’équipe de la phonothèque avait préparé un scénario sur lequel nous avons improvisé en fonction des réactions des différents publics.

Pour commencer, la même entrée en matière pour tous : l’écoute d’un refrain de bourrée enregistré dans les Cévennes par deux ethnologues Nicole Coulomb et Claudette Castell1 : Combien de fois j’ai passé la rivière pour préserver tes moutons du danger / Si je l’ai fait je l’ai fait pour te plaire, si je l’ai fait je l’ai fait pour t’aider… entonne d’une voix claire et chaleureuse un homme qu’on imagine déjà d’un certain âge au moment de l’enregistrement (1980). Les enfants se poussent du coude et pouffent de rire en entendant la chanson… Mais quand on leur demande si dans leur famille certains membres connaissent des choses qui ne sont pas inscrites dans les livres, une petite fille de CM2  lance tout de suite « ma Mamie de Russie, connait une recette qu’elle a transmise à ma maman qui me la transmettra », un garçon en 6e évoque des chansons de sa mère et un autre nous dit que son père a connu la guerre (laquelle ? il ne sait pas).

L’écoute d’un récit de vie d’un pêcheur en langue provençale2 suscite toutes les interrogations, personne n’a jamais entendu parler cette langue. Un garçon de CM2 imagine tout de même que la langue est proche « C’est du marseillais » nous affirme-t-il. Quant aux adultes en apprentissage du français ils sont très étonnés d’apprendre qu’il n’y a pas si longtemps, les « français de Provence » pouvaient ne pas parler couramment la langue française ou en tout cas, avoir une toute autre langue maternelle que le français. Une jeune femme éthiopienne est fière de nous dire que dans son pays il y a plus de 80 langues qui se parlent. A l’écoute d’un extrait sur la lessive aux cendres3, une jeune albanaise nous raconte qu’elle aussi allait dans son village chercher l’eau au puits pour laver la lessive de la famille. La voilà transplantée à des milliers de kilomètres de son pays d’origine, à écouter à Marseille une grand-mère du Val Germanasca qui n’a pas vraiment  de langue nationale et qui, entre le piémontais, le gavot, le français et l’italien, explique à un ethnologue comment se faisait la lessive aux cendres (bouillie 7 fois à trois reprises dans de l’eau froide, tiède puis bouillante). Les archives orales suscitent l’étonnement et la proximité, ces sources sont une belle manière d’évoquer une partie du travail des chercheurs en sciences humaines et sociales. A suivre…

Crédits photographiques : Une journée à la fête de la science, Marseille, Véronique Ginouvès, 21 octobre 2010.

Chant “Combien de fois j’ai sauté la rivière” interprété par un musicien lozérien

    Cote : D406-407-plage21 – N°370
    Responsabilités : enquêteur Coulomb, Nicole ; enquêteur Castell, Claudette ; informateur 0349
    Saint-Julien-du-Tournel, 1980
    Titre collectif : Chansons et danses populaires du Mont-Lozère

    N° inventaire item : 370-21
    Nature du doc : enquête
    Genre du doc : chant
    Localisation de l’original : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Lieu de consultation : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Dépositaire : Déposée en 1985 ca par Nicole Coulomb et Claudette Castell.
    Droits : Convention signée avec les enquêteurs le 18/03/2000.
    Niveau de consultation : Consultation libre et copie sur autorisation
    Niveau de catalogage : niveau item
    Langue : français
    Date d’enregistrement : 1980-10-02
    Descript. tech. de l’original : 2 bdes
    Caract. tech. : 19 cm-s
    Durée : 28s
    Qualité du son : moyen
    Danse : valse
    Description de l’item : version
    Type de formation musicale : solo
    Production et technique du son : voix d’homme;chanté
    Titre d’oeuvre : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Incipit littéraire : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Exploitation/publication : Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. p. 1033

Contenu dans

e Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.
  1. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell, Doc. dactylogr, 1983, 2 vol., 1156p. Th. doct. 3e cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. []
  2. Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p. []
  3. “Les chansons populaires : hétérogénéité et ambigüité d’un patrimoine” / Bromberger, Christian, In Gens du Val Germanasca : contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Université de provence : Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1994. (Document d’ethnologie régionale ; 13). []

La phonothèque de la MMSH fête la science du 18 au 24 octobre 2010

La Fête de la Science a pour but de susciter la rencontre entre les sciences et le public. Manifestation gratuite et conviviale, sa 19éme édition aura lieu du 18 au 24 octobre 2010 autour d’un thème national la Biodiversité et bioéthique : quels défis pour l’avenir ? Comme chaque année, la fête de la science sera l’occasion de découvrir :

– Les sciences et les métiers de la recherche,

– L’actualité scientifique,

– Des ateliers, des animations, des expositions, des conférences, des films…

– Des initiatives originales : théâtre, musique, cinéma et même gastronomie, se conjuguent avec la chimie, la biologie, les mathématiques… et les sciences humaines et sociales. Pendant 4 jours, les sciences se retrouvent au cœur de la cité.

La phonothèque de la MMSH sera présente au sein du “Parcours de sciences au coeur de Marseille” dans le village des sciences créé pour l’occasion sur le cours d’Estienne d’Orves, espace “Mer et eau”. A travers un atelier, vous découvrirez l’intérêt d’utiliser les sources orales dans l’écriture des sciences humaines et sociales et vous pourrez écouter des extraits d’enquêtes de terrain réalisés par des chercheurs dans le cadre de recherche historiques, anthropologiques, linguistiques, ethnomusicologiques,…  Les thèmes sont nombreux : la pêche, la lessive, l’arrivée de l’eau courante dans les villages, les méthodes d’irrigation dans les sociétés rurales traditionnelles ou encore les proverbes, les contes et les chansons toujours sur le thème de l’eau.

Venez nombreux, pour découvrir le  Programme du parcours des sciences 2010 concocté par l’association les petits débrouillards ou, pourquoi pas, vous lancer dans la chasse au trésor à travers la ville samedi après-midi

Flickrland 2

Vue de la Corniche de Marseille

Ce billet est paru dans la revue Bibliothèque(s) sur le thème Nouveaux patrimoines (octobre 2010, n°52) sous le titre “Indexation collective des images et partage de collections patrimoniales en ligne, l’expérience de Flickr Commons”, dans le cadre de la rubrique Le billets des hybrides. Il est à mettre en liaison avec le billet publié sur le journal Telemme Infos n°45 de mai 2009, diffusé sur les Carnets de la phonothèque.

Le photochrome représente une route qui longe la mer, en pleine ville. Quelques maisons dominent la côte rocheuse, leurs façades sont claires. Pas très loin du bord de la côte, se devinent des îles à la roche blanche qui reflètent le soleil. Cette image dormait dans les collections de la Bibliothèque du Congrès, (Library of Congress, Loc) sans titre ni localisation, avec une date de prise de vue approximative et quelques informations sur sa technique de production. Sa diffusion sur le site Flickr Commons a suscité une douzaine de commentaires qui ont rapidement permis aux bibliothécaires de compléter leurs métadonnées. Les internautes ont repéré Marseille et sa corniche et, à l’aide d’annotations, appliquées directement sur l’image, précisé les toponymes.. En décidant d’utiliser un outil ancré dans les pratiques d’utilisateurs rodés au Web 2.0, les responsables des institutions participant à Flickr Commons ont ainsi réussi plusieurs défis dont certains ont de quoi faire rêver les conservateurs de bibliothèques : ouvrir leurs collections à un public immense et faire participer ce public à la documentation de leurs fonds.

L’aventure a commencé au sein d’une petite équipe du bureau des initiatives stratégiques de la Bibliothèque du Congrès alors à la recherche de nouvelles audiences et curieuse d’explorer les nouveaux usages de partage collaboratif du Web 2.0. Ils ont travaillé en collaboration avec le département de l’image de la Bibliothèque du Congrès qui commençait à se décourager du manque d’intérêt du public pour les millions d’images numérisées pourtant librement accessibles en ligne. Ils cherchaient un outil de diffusion qui puisse atteindre instantanément des millions de personnes et utilise les normes et les formats en usage pour la photographie1. L’équipe souhaitait aussi que le projet démarre rapidement. Flickr s’est imposé. Ce site web de partage de photographies et de vidéos2 identifié comme un pionnier du Web 2.0 était déjà utilisé par des millions d’amateurs et de professionnels de l’image à travers le monde. Le projet de Flickr Commons a été lancé le 16 janvier 2008 et aussitôt de grandes institutions à travers le monde y ont été associées pour que l’impact patrimonial puisse être démultiplié3.

Le seul défaut de Flickr était son système d’expression des droits développé en direction de photographes présentant leur oeuvres en ligne. Cela ne pouvait correspondre au statut juridique de documents conservés dans les bibliothèques, les centres d’archives ou les musées qui, la plupart du temps, ne détiennent pas eux-même la totalité des droits sur les images mises à disposition du public. La formule « Pas de restriction de droit connue » (No known copyright restriction)4 a ainsi été ajoutée.

Les objectifs étaient clairs. Il s’agissait de de mettre à la disposition d’internautes qui a priori ne connaissaient pas la LOC, une partie de ses collections d’images photographiques libres de droits. L’intérêt était aussi de faire bénéficier la bibliothèque des avantages des réseaux sociaux. L’entrée dans Flickr permettait d’atteindre de façon instantanée une communauté habituée au système de tags, de notes et de commentaires. En exploitant le puissant réseau social de Flickr l’idée était de faire travailler les foules en améliorant l’identification des images (sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing5) et de diffuser les collections bien au-delà des murs de la bibliothèque. Enfin, l’association à d’autres grands fonds patrimoniaux à travers le monde créait un vaste catalogue d’images inédit en permettant une interrogation mutualisée des collections. Le tout devait pouvoir se dérouler sans un investissement trop important en terme de financement comme de temps de travail.

Pour mettre en place le projet, la Bibliothèque du Congrès, en collaboration avec l’équipe de programmation de Flickr, a travaillé sur la structuration des différentes bases de données. Ils ont créé une méthode de dérivation automatique du catalogage des bibliothèques (format MARC) vers les champs de la base Flickr et associé les fichiers images à leur description. La capacité de téléchargement a également été portée à 1500 photographies. L’ensemble des informations technique est décrit avec précision sur un rapport en ligne6 qui indique comme coût (hors temps de travail7) celui de l’abonnement annuel à Flickr, soit 24.95$ !

Dans Flickr Commons (tout comme dans Flickr), l’utilisateur dispose de trois fonctions pour réagir aux images : les tags, les commentaires de forme libre et les notes directement appliqués sur la photographie. L’équipe à l’origine du projet s’est très vite rendue compte de la force de tous ces mots apportés au fil de leur consultation par les internautes : indexés par la plupart des moteurs généralistes, ils sont aussi une des causes de la réussite fulgurante des Commons.

Au moment du téléchargement des photographies chaque image est systématiquement caractérisée par trois tags8. Tous les autres sont ajoutés par la communauté. Flickr en limite le nombre à 75 par photographies ; la moyenne des ajouts sur Commons est de 23 tags par image. Les gestionnaires du projet on choisi de n’effectuer qu’un minimum de corrections, même si il y a des erreurs d’orthographe ou si le terme semble n’intéresser que celui qui l’indique. Très peu de tags qui auraient pu être considérés offensants ont été enlevés9 et il arrive quelquefois que les termes des internautes soient ajoutés dans la base originelle à ceux de l’indexation des bibliothécaires, faisant ainsi évoluer leur thesaurus10. Les commentaires ont permis d’ajouter des descriptions à d’anciennes photographies souvent muettes. De véritable « détectives historiques » contribuent à signaler des informations. Des discussions naissent souvent entre membres de Flickr sur ces photos sur des thèmes comme la guerre, le travail des femmes, les pratiques des grand-parents… Les notes sont des annotations laissées directement sur l’image. Elle permettent de faire un focus sur une partie de l’image, par exemple commenter un acte technique, identifier un lieu ou indiquer l’identité d’une personne. Ce sont des sortes de messages graffitis qui peuvent aussi indiquer une humeur, faire des blagues. Leur prolifération pourrait saturer l’image mais ils n’apparaissent que lorsque la souris passe dessus.

Les images mises en ligne sont extrêmement variées : couleur et noir et blanc, lieux sujets et périodes différentes. L’objectif est toujours de toucher des audiences multiples et montrer la diversité des collections des institutions11. Toutes sont téléchargeables librement en haute définition, autorisant ainsi une très large gamme d’usages et une nouvelle vie éditoriale… Elles racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, évolution des technologies, photographies de voyages ou tout simplement de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, évènements historiques ou militaires, intérieurs d’habitations… Aujourd’hui The Commons réunit une petite cinquantaine d’institutions mais a dû faire une pause12 pour intégrer de nouveaux sites, victime de son succès. Vivement que d’autres institutions françaises rejoignent ce projet ! L’intégration pourrait être plus rapide car elles bénéficieront des nouvelles expériences en train de voir le jour13 autour de l’image, du rassemblement des collections et de leur partage.

Crédits photographiques : Vue de la Corniche à Marseille à la fin du 19e siècle, [Corniche Road, Marseilles, France][between ca. 1890 and ca. 1900], photochrome, color.Title from identifying information provided by the Flickr Commons project, 2009. (Print not listed in the Detroit Publishing Company, Catalogue J, 1905.). L’image fait partie de la collection “Nineteenth century travel views of Europe in the Photochrom print collection.Format: Photochrom prints–Color–1890-1900”. Pas de restrictions de droits connues. Déposée à la Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ppmsc.09991

Institutions participant à Flickr Commons en septembre 2010

Australie

Australian National Maritime Museum (participe au projet depuis 2009)

Australia State Library of Queensland (participe au projet depuis 2009)

Australian War Memorial (participe au projet depuis 2008)

Powerhouse Museum Collection (participe au projet depuis 2008)

State Library of New South Wales collection (participe au projet depuis 2008)

Canada

Musée McCord Museum (participe au projet depuis 2008)

Etats Unis d’Amerique

Brooklyn Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

Center for Jewish History NYC (participe au projet depuis 2009)

Cornell University LibraryCornell (participe au projet depuis 2009)

DC Public Library (participe au projet depuis 2010)

the Field Museum Library (participe au projet depuis 2009)

Galt Museum & Archives (participe au projet depuis 2009)

George Eastman House (participe au projet depuis 2008)

Getty Research Institute (participe au projet depuis 2009)

Jewish Historical Society of the Upper Midwest 2010

Jewish Women Archives (participe au projet depuis 2009)

Keene and Cheshire County (NH) Historical Photos (participe au projet depuis 2008)

the Library of Congress (créateur du projet en janvier 2008)

the Library of Virginia (participe au projet depuis 2008)

the Nantucket Historical Association Research Library (participe au projet depuis 2009)New York Public Library (participe au projet depuis 2008)

Oregon State University Archives (participe au projet depuis 2009)

Smithsonian Institution (participe au projet depuis 2008)

SMU Central university library (participe au projet depuis 2009)

Texas State Archives (participe au projet depuis 2008)

State Library and Archives of Florida (participe au projet depuis 2008)

University of Washington Libraries – Image collection (a une collection sur Flickr depuis 2007 mais participe au projet depuis 2010)

Upper Arlington History UA Archives (participe au projet depuis 2009)

the U.S. National Archives (participe au projet depuis 2009)

France

Bibliothèque de Toulouse (participe au projet depuis 2008)

Hollande

Nationaal Archief (participe au projet depuis 2008)

Islande

Reykjavík Museum of Ljósmyndasafn Reykjavíkur (participe au projet depuis 2009)

Norvège

Bergen Public Library (participe au projet depuis 2009)

Fylkesarkivet i Sogn og Fjordane (participe au projet depuis 2009)

Nouvelle Zélande

National Library NZ (participe au projet depuis 2008)

Portugal

Biblioteca de Arte – Fundação Calouste Gulbenkian (participe au projet depuis 2008)

Royaume-Uni

Imperial War Museum Collections (participe au projet depuis 2009)

Llyfrgell Genedlaethol Cymru (LlGC) ~ National Library of Wales (participe au projet depuis 2009)

London School of Economics and Political Science Library (participe au projet depuis 2009)

the National Archives UK (participe au projet depuis 2008)

National Galleries of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Library of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Maritime Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

National Media Museum (participe au projet depuis 2008)

Suède

Swedish National Heritage Board (participe au projet depuis 2010).

1 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, sembleen train de la remplacer.

2 Flickr est apparu sur le Web en février 2004, en 2010 le site hébergerait plus de 4 milliards de photos. Il appartient au groupe Yahoo depuis 2005.

3 Elles étaient 16 au départ et 47 en juillet 2010. Pour les dates d’entrée dans le projet et la localisation des bibliothèques participantes, voir la liste en annexe.

4 Cette formule est inspirée du droit anglo-saxon qui a développé des pratiques autour des oeuvres orphelines (« Orphan works ») http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92uvre_orpheline

5 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Mark Robinson. Il s’oppose à l’outsourcing qui renvoie vers l’externalisation des tâches. Le crowdsourcing, au contraire, souligne la contribution ouverte à tous à une œuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

6 For the common Good ; the Library of congress flickr pilot project. 30 octobre 2008. [En ligne] www.loc.gov/rr/print/flickr_report_final.pdf

7 En terme de temps de travail, il est indiqué dans le rapport qu’aucun membre du projet (une quinzaine de personnes de fonctions différentes) n’a été directement assigné sur ce travail, 222 heures ont été dédiées à la programmation techniques tandis que la réflexion pour la mise en route du projet et les discussions avec Flickr ont pris environ 70 heures.

8 Il s’agit du nom de la bibliothèque et de deux numéros machine d’identification.

9 C’est une angoisse récurrente chez les bibliothécaires et pourtant après un an de mise en ligne seule une petite trentaine de termes « offensifs » ont dû être supprimés. Le rapport sur les Commons signale qu’enlever les spams occupe deux heures de temps de travail par semaine.

10 Par exemple, l’expression « Rosie the Riveter » a été utilisée 73 fois en correspondance à une indexation de type « Women-employment » et « World War, 1939-1945 » il a été intégré dans la base de la LOC.

11 Il s’agit toujours d’extraits des collections, la totalité des corpus doit être consulté sur la base originelle.

12 Voir à ce sujet le billet d’Olivier Ertzscheid, sous le joli titre d’« Embouteillage dans les nuages » sur son blog Affordance, en janvier 2010 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/01/embouteillages-dans-les-nuages-.html

13 Je renvoie ici au développement du portail MédiHAL (https://medihal.archives-ouvertes.fr/) qui a été créé en février 2010 et affichait 2 312 images en juillet 2010

Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer “d’avant” la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de “race des seigneurs”. La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du “parfumeur” le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées “une ville froide”, “morte”, au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : “Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007” , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.

Le “Bulletin de l’AFAS” se renouvelle

L’AFAS [Association des détenteurs de documents audiovisuels et sonores] est une association créée en 1979 sur l’initiative de responsables de fonds d’archives sonores ou de phonogrammes inédits ou édités à vocation de recherche, d’études ou d’usage professionnel. Elle a pour finalité de réunir et informer les personnes et institutions qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités. Depuis peu, son bulletin,  le Bulletin de l’AFAS, a été accepté sur  Revues.org, le plus ancien portail d’édition électronique français dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales.

Actuellement stagiaire  Master II en documentation à l’Université Lyon 1 et l’Enssib dans le cadre de la formation continue, passionnée par le son et les langues, j’ai découvert à la Phonothèque de la MMSH une diversité de fonds d’archives impressionnante. L’une de mes missions de stage était la reprise après migration du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, devenu Bulletin de l’AFAS après son intégration sur la plateforme Revues.org. Le Bulletin de l’AFAS a d’abord été édité en 1980 sous le nom de Sonorités. Au lancement du numéro 0 en janvier 1980, Sonorités avait pour objectif de faire le point sur les activités de l’AFAS, association créé en février 1979. Cette publication avait tout d’abord pour ambition de répondre à un besoin précis dans un contexte où les enregistrements commencent à proliférer, générant en cela de nouvelles problématiques d’ordre juridique ou déontologique. Elle était aussi considérée comme un lien concret entre les adhérents et l’association favorisant une meilleure prise de conscience des richesses que constituent en France, ces innombrables fonds d’archives sonores et la nécessité de mieux les protéger, les connaître et les utiliser. Le Bulletin de liaison des adhérents de  l’AFAS a remplacé celui des Sonorités en 1993, reprenant les même sujets d’étude et il a été mis en ligne dès 2005.

Le son et l’archive

Qu’est-ce que le son ? Une vibration, une fréquence, mais surtout, une manifestation de vie dans sa diversité et sa richesse ; toujours pratiquement porteur de sens, quelque qu’en soit l’émetteur. Parfois, il se trouve qu’il ne délivre pas de message, ou seulement à qui sait l’entendre. Il y a tout type de sons, le bruit de fond, le bruit des objets inanimés, le chant, la parole, la musique instrumentale. Il témoigne en tout cas de l’extraordinaire diversité des êtres humains. L’Homme moderne occidental ignore volontairement ou involontairement certains sons, car il vit dans un environnement sonore riche. Les preneurs de sons, animés par une volonté curieuse de collecte de la mémoire, les moissonneurs de témoignages ont cette qualité extraordinaire d’aller chercher le discours, la musique, le son et d’en mémoriser l’écho. L’univers sonore est suggestif et pouvoir écouter des témoignages sans image aussi est parfois plus porteur de sens que lorsque l’œil est attiré par une couleur, un visage. L’oral à souvent été déprécié par rapport à l’écrit. Or, ses valeurs sont intrinsèquement liées à une forme d’authenticité et de spontanéité qui ne se retrouve plus dans le texte.

L’homme a toujours eu la curiosité de s’intéresser à tous les phénomènes qui l’entourent. Cette curiosité insatiable se retrouve dans les bases de données auxquelles le navigateur peut accéder en cliquant sur les liens proposés par le Bulletin de l’AFAS. Celui-ci ouvre ainsi des portes sur d’autres univers. Vous êtes sur un site de sons et vidéos animaliers, toujours sous l’onglet des Sites Sonores du Bulletin, le site des patrimoines de musique du monde, les radios du Smithsonian dont l’objectif de est de renforcer les liens entre les cultures, et de rapprocher les gens, à travers le biais des musiques traditionnelles dont le but, de fournir à chacun un outil pour retrouver son héritage personnel à travers une collection de fonds sonores soignés et précieusement choisis. Mais il y aussi le site des plus vilains sons, projet amusant de l’université de Salford (vous souvenez-vous du bruit de la craie sur le tableau noir), celui des voix de poètes en langue anglaises (Kipling, Thomas Hardy…) dont les voix uniques traversent l’éternité, l’association de Soutien à la production indépendante de documentaires qui possède un grand nombre de conférences sur différents sujets d’actualité, etc. Ces témoignages ainsi collectés sont riches de réflexions sur le monde.

Avec le son, l’émotion surgit inévitablement. Dans un témoignage oral, l’intonation d’une voix, les silences, les rires nous renseignent parallèlement à ce qui est dit. A ce sujet, l’article de Latitia Nicolas concernant “La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie”‘, qui prend ses distances avec les pratiques pour s’attacher aux affects de ceux qui appliquent leur savoir à collecter ou analyser les archives sonores, est une étude à consulter.

Le rôle du bulletin

Avec le Bulletin de l’AFAS, vous trouvez des discographies, des articles sur des thèmes qui concernent la préservation du patrimoine sonore. Actuellement la mission du Bulletin de l’AFAS n’a fondamentalement pas changée. cependant le contexte des archives sonores s’est élargi : nouvelles technologies, évolution de la recherche, multiplicité des supports et progrès du net,  les questions débattues nécessitent des expertises plus grandes aussi. Dans les articles du Bulletin de l’AFAS, les chercheurs en ethnologie, sociologie, anthropologie s’interrogent sur les missions des archives orales, ses fondements. Ils collectent les témoignages à travers leurs pérégrinations aux sources des fonds populaires. Mais dans ce bulletin, on peut aussi découvrir les techniques de numérisation des fonds sonores, du cylindre au son numérisé actuel. Les missions du documentaliste, ou du phonothécaire mis sur le devant de la scène avec les évolutions technologiques y sont clairement débattues : travail sur la pérennisation des documents, leur valorisation, la mutualisation des connaissances, leur rôle dans le choix documentaire lors de la prise en charge du document pour sa conservation.

A ce sujet, le travail de Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou dont le Guide d’analyse documentaire du son inédit (qui s’attache à la conservation des supports et des données numériques) répond aux préoccupations des phonothécaires publié par l’AFAS en 2001 en collaboration avec la FAMDT. Les articles, discographies, veille technologique sur les dernières technologies pour la sauvegarde du son, remontent à 1979. On retrouve avec émerveillement des articles traitant des technologies d’autrefois : les cylindres du musée de Berlin, l’histoire du disque à saphir etc., des témoins d’une époque où le son conservé était encore presque aussi volatile que lorsqu’il était émis. Tout ceci est à votre portée avec le Bulletin de l’AFAS.

Ainsi, ce bulletin est le reflet de l’activité d’une association qui propose depuis de nombreuses années, des colloques, des rencontres professionnelles diverses, dont l’enthousiasme de ses membres pour le patrimoine sonore transforme le bulletin en site d’information pour les formations, les astuces techniques des professionnels du son, les projets de sauvegarde des fonds sonores et de leur valorisation. Un article aura un regard historique, un autre s’attardera sur une expérience concrète de numérisation, à des fins de préservation et de consultations. Un autre saura prendre le sujet sous l’angle de la linguistique. A signaler aussi, l’article portant sur le travail de La Bibliothèque nationale de France qui en 2009, a élargit son offre de documents sonores sur le web avec Gallica 2, une collection de plus de 500 enregistrements. Un article va décrire avec précision la méthode, les procédures tant techniques que documentaires et juridiques qui ont permis à la Bibliothèque publique d’information de rendre accessible la mémoire sonore numérique des événements et manifestations qu’elle a produits et accueillis. Un texte saura amener une réflexion autour du silence : méthode et la théorie pour étudier ce contrepoint de la parole et du bruit, ce qui habille la musique, et que John Cage a immortalisé dans son œuvre intitulée : 4’33. De nombreux textes, bien sûr, approfondissent la question de l’archive sonore, sa collecte active et raisonnée, sa diffusion et son assimilation. Audacieux, un article d’Hélène Wallenborn Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi sur la collecte et l’interprétation des témoignages des rescapés des camps amène des réflexions sur l’histoire orale, son rôle et sur la place du passé dans nos société contemporaines. Il faut enfin signaler l’enquête menée par l’AFAS et la Bibliothèque nationale de France “Inventaire des fonds sonores édités patrimoniaux dans les collections publiques en France” sur l’édition phonographique des cylindres, disques 78 tours et microsillons (voir aussi le Groupe de travail sur le disque). Les questionnaires de l’enquête sont en ligne, n’hésitez pas à y répondre si vous avez dans votre établissement des 78t à signaler.

L’environnement éditorial

Le renouvellement du site du Bulletin de l’AFAS n’aurait pas pu se faire sans le soutien de l’équipe de Revues.org et en particulier Lisa George qui a étroitement suivi le changement de version du logiciel d’édition électronique Lodel. Lodel, est un CMS (Content Management Systems – systèmes de gestion de contenus) utilisé pour produire à travers le monde de nombreuses revues. Lodel a de nombreux atouts et en particulier le respect des normes d’édition sur le Web (Métadonnées, Dublin Core, syndication par flux RSS). En outre, les personnes ne connaissant pas les techniques du Web peuvent aussi mettre des documents en ligne facilement. La dernière version de Lodel sur laquelle est migrée le Bulletin de l’AFAS a beaucoup évolué par rapport à l’ancienne.  C’est ainsi que les numérisations d’ anciens articles ou discographies ont pu être chargées sur le site. Ce sont à présent plus d’une centaine d’articles et une centaine d’annonces, compte-rendus, et informations pratiques, une soixantaine de notices, auxquels viennent se joindre liens et flux de syndication qui sont sur le Bulletin de l’AFAS.

En conclusion

Ainsi, tout l’intérêt de ce nouveau bulletin repose sur l’ancienneté de l’AFAS et sur l’effort fait pour mettre en ligne dans la mesure du possible les anciens numéros qui jusqu’à présent étaient sous version papier, afin qu’à la lecture naisse une compréhension de l’évolution des méthodes d’enregistrement, de transmission et de production des sources sonores. De ce fait, en plus des anciens numéros jusqu’à présent sous version papier uniquement du Bulletin de l’AFAS, vous avez aussi accès à quelques articles extraits de Sonorités qui a précédé le Bulletin de l’AFAS. De nombreuses discographies vont vous faire revivre les belles heures de la chanson française (Edith Piaf, Georges Brassens, …). Peut être aussi découvrirez-vous certains noms de chanteurs oubliés, ceux que l’on a qualifié de “chanteurs maudits” ?
Vous l’aurez compris, les objectifs du Bulletin de l’AFAS sont la mise en valeur du patrimoine sonore, de multiples réflexions sur la collecte, l’archivage et la préservation du patrimoine sonore. La richesse des réflexions menées, la multiplication des informations apportées lui donnent un intérêt pour de nombreux visiteurs. Le Bulletin de l’AFAS est plus que jamais un “lieu de rencontre, un carrefour pluridisciplinaire et multi-thématique, témoin de la richesse d’un patrimoine sonore et audiovisuel en pleine mutation”. A propos, nous vous invitons  à proposer à l’équipe éditoriale du Bulletin de l’AFAS, les sites sonores qui vous paraissent intéressants, vos articles, ou à faire part de vos remarques.

J’espère donc que vous aurez la curiosité d’aller sur le site : Bulletin de l’AFAS, dont les articles de fonds montrent l’effervescence scientifique sur le domaine des archives audiovisuelles et sonores.

Crédit photographique : “Etiquette de disque pyral conservé à la BnF”

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  “Livre de papier”, qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier “Besoin de mémoire ?” au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The “Farrington Automatic” machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie

0

Fin de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Quels résultats attendre de l’OAI-PMH et comment améliorer ses atouts ?

Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Que pouvons-nous en attendre pour les usages de la recherche et pour notre métier ?

L’utilisateur est intéressé par ce nouveau moyen de mise en commun des données parce qu’il offre une nouvelle cartographie de la connaissance et la possibilité d’augmenter la masse critique de la recherche sur son domaine, cela même si la ressource numérique n’est pas au bout de la recherche. D’ailleurs ce n’est pas seulement la masse critique qui augmente, mais les possibilités de retrouver des documents pertinents, car l’OAI-PMH permet de repérer des ressources que les moteurs généralistes n’indexent pas. L’étude de la National Science Digital Library citée par Muriel Foulonneau sur le thème Evaluation of the NSDL and Google for Obtaining Pedagogical Resources le démontre : 25% des résultats de NSDL sont absents des résultats de Google. Mais il est vrai l’austérité (la médiocrité ?) des interfaces des services qui utilisent l’OAI-PMH rebute plus d’un utilisateur « ré-éduqués » par le formulaire si simple de moteurs comme Google & co, et tant pis si la masse critique spécialisée dans le domaine est plus importante.

Une base de donnée constituée par moisson OAI-PMH permet au fournisseur de service de rendre accessibles des données descriptives de documents sans faire peser une lourde charge sur le serveur de chaque fournisseur de données. Par contre, les données exploitées par le fournisseur de service sont le reflet d’un état figé des données collectées. Voilà qui permet de voir clairement la différence avec le protocole Z39-50 : il offre une interrogation simultanée de plusieurs bases et affiche des données en temps réel mais ne permet pas de normaliser et de retraiter les données. L’OAI-PMH n’est donc pas la solution organisationnelle et technique la plus pertinente pour des entrepôts dont une part importante du contenu est soumis à des modifications très fréquentes, par exemple quotidiennes (actualités, œuvres vivantes…).

L’OAI-PMH est un bon modèle pour les grands réservoirs de données comme les bibliothèques universitaires. Il offre une passerelle d’interrogation multibase, une base XML, et il est toujours possible d’ajouter une interface Z39.50 au-dessus d’une agrégation OAI-PMH. Les bases internes de l’ABES, et parmi elles le catalogue du SUDOC, en bénéficient. Le développement d’entrepôts OAI-PMH par la BnF montre toute la pertinence de ce protocole pour de grands réservoirs de données. Dans son intervention Frédéric Martin (BnF) a montré que les travaux fondateurs de Muriel Foulonneau sur l’usage de l’OAI-PMH dans le monde culturel a impulsé la mise en oeuvre de deux entrepôts. L‘entrepôt OAI-NUM signale les documents provenant des collections numériques et contient actuellement 340 000 notices donnant accès à des documents consultables dans la bibliothèque numérique Gallica, dont la nouvelle interface est actuellement accessible en version bêta sous le nom de Gallica2. L’entrepôt OAI-CAT a vocation à contenir les notices décrivant tous les documents conservés à la BnF, qu’ils soient numérisés ou non. Il a été mis en ligne avec un premier versement totalisant plus de 9,8 millions de notices bibliographiques provenant du catalogue BN-Opale plus.

Pour réaliser la phase finale de ce protocole il faut une bonne qualité de métadonnées. Ce protocole est un outil simple et facile à mettre en place mais les fonctions annexes de normalisation et de retraitement des données peuvent être lourdes. Muriel Foulonneau a d’ailleurs maintes fois souligné que la démocratie avait un coût en terme de ressources! Dans sa 1ère intervention elle avait développé les contraintes du travail de nettoyage, de normalisation et d’augmentation éventuelles des données qui est lié aux pratiques différentes de saisie et d’interprétation des champs.

Le partage des données va permettre de donner une valeur ajoutée par un contrôle de qualité. Afin de normaliser les données, une uniformisation des vocabulaires offrira des données plus organisées, un contrôle qualité peut être appliqué pour éliminer ou modifier des données dans la collecte de plusieurs fournisseurs de données, cela peut être de la traduction, un vocabulaire unique… là encore, c’est aux documentalistes d’ajouter – s’il le souhaitent – de la valeur.

Avec ce protocole, les professionnels de l’information ont la possibilité de développer de multiples services en n’investissant en une seule fois dans la création de ressources. Pour mettre en place des projets avec ce protocole il est important que les objectifs soient bien définis et quels services communs on souhaite mettre en place : le partage d’un thème, d’une discipline, d’un territoire ou d’un savoir … La réalisation se conçoit par un travail de communauté avec l’utilisation de standards internationaux, ainsi que des compétences. Rien ne peut se faire sans un travail d’équipe : documentaliste, informaticien, chercheur, chef de projet, chacun à un rôle bien précis à jouer. Le site de ressources pédagogiques pour les enseignants et élèves de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Correlyce [intervention de Gérard Puimatto] illustre la force de ce trio de compétences. La réussite de ce projet qui a abouti rapidement après un an de cahier des charges, tient à la complémentarité des rôles au sein de la “Dream Team” de l’OAI-PMH.

Pour conclure l’OAI-PMH a comme atout majeur l’ouverture des connaissances, le partage et la standardisation des données, avec des partenaires français mais aussi étrangers. Ce protocole demande une mutualisation des compétences et les investissements de chacun. Le travail collaboratif de la documentaliste avec les partenaires associés est important car elle contribue à apporter une valeur ajoutée par le choix des descripteurs. Cela passe aussi par une évolution du métier de documentaliste entre recherche de technologie, informatique, archive et documentation. Stéphane Pouyllau l’a souligné dans sa présentation introductive aux posters, consacrée à l’utilisation de l’OAI-PMH pour la diffusion de corpus documentaires numérisés. Ces archives ouvertes sont au coeur de la révolution du web puisque avec le web sémantique qui permet de rendre visible les informations stockées par les ordinateurs, nous ne pouvons qu’apporter de nouvelles ressources et ouvertures à nos institutions. L’OAI-PMH est donc un élément incoutournable et de la responsabilité de chacun. C’est ce qui a été souligné par Yannick Maignien lorsqu’il a présenté l’ampleur du projet Adonis : une infrastruture numérique, un archivage pérenne et un moteur de recherche commun pour un accès fédéré aux sciences sociales. Au delà de la réussite de ce projet ambitieux, le message est clair et nous donne des orientations pour travailler dans notre propre centre sur la structuration et l’offre de données.

Nous avons réalisé cette synthèse avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. A suivre dans un autre billet, une liste de sites avec des conseils pratiques pour mettre en oeuvre l’OAI-PMH dans son centre de documentation.

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

2ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Crédit photographique : Pictorial review, Nickolas Muray (American 1892-1965), c.a 1936, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123694484/in/set-72157611386593623/


Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 2e partie

puzzle

Suite de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Comment partager ?

L’OAI-PMH est un protocole complet, simple à implémenter, qui peut intégrer des logiciels (packages) et gérer de grandes quantités de métadonnées.

D’après une enquête récente (Department of Computer Science, University of Cape Town, 2009) ce protocole est parmi les plus populaires dans le monde de la documentation. Le tableau suivant est extrait de cette étude :

Protocols

Number of people at each level of expertise


1

2

3

4

5

No answer

RSS

3 (13%)

6 (26.1%)

9 (39.1%)

3 (13%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

ATOM

1 (4.3%)

4 (17.4%)

7 (30.4%)

9 (39.1%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

APP

0 (0%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

3 (13%)

17 (73.9%)

1 (4.3%)

Z39.50

0 (0%)

0 (0%)

6 (26.1%)

12 (52.2%)

4 (17.4%)

1 (4.3%)

0AI-PMH

7 (30.4%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

0 (0%)

3 (13%)

1 (4.3%)

OAI-ORE

1 (4.3%)

1 (4.3%)

5 (21.7%)

9 (39.1%)

6 (26.1%)

1 (4.3%)

SRU/W

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

SWORD

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

Légende : Level 1: Expert implementer ; Level 2: Implemented (have written code for an implementation of the protocol) ; Level 3: Read and understood ; Level 4: Heard about it, but do not know the details ; Level 5: Never heard about it

Alors pourquoi n’a-t-il pas plus de succès ? Certains le trouve trop compliqué et préfèrent l’indexation par crawl (passage sur les sites à intervalles réguliers et de façon automatique). Une des raisons réside dans le manque de précision des métadonnées, par exemple la zoneDC identifier” devrait correspondre à l’url de la ressource mais… ce n’est pas toujours le cas. Pour des moteurs comme Google, c’est une perte d’efficacité. Quoi qu’il en soit, l’OAI-PMH a d’autres qualités. Il gère par exemple plusieurs niveaux d’interopérabilité comme le type de modèle (réservé ou partagé), les spécifications techniques, les spécifications des syntaxes de réponses, les spécifications des métadonnées [intervention de B. Cénou] ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Sitemaps qui ne gère que les dialogues fournisseurs de données/fournisseurs de services. L’intérêt est aussi que, couplé avec XML, il évolue aussi avec les technologies qui y sont liées [Intervention de C. Morel-Pair]. Ainsi le Dublin-Core s’attache à la description du contenu, RDF fourni le modèle, RDF/XML la syntaxe jusqu’au web sémantique. Couplé à HTTP, XML et DC, l’OAI-PMH peut nécessiter la mise en place d’adaptations spécifiques (un schéma XML a été développé pour intégrer n’importe quel format RDF).

Pour savoir comment partager, commençons donc par les métadonnées. Ces métadonnées sont un peu comme la prose de Monsieur Jourdain : tout le monde en fait sans le savoir. Dans l’utilisation du protocole, le fournisseur de données doit les fournir au minimum au format Dublin Core. Cette obligation de ce format très générique et peu contraignant a inquiété de nombreux implémenteurs même si certaines communautés se le sont approprié comme OLAC (Open Language Archives Community) ou NSDL (National Science Digital Library) et le NDSL-DC.

Evidemment au moment du mapping [Ateliers], les bibliothécaires sont anxieux car même en bricolant, le MARC n’entrera pas dans le DC : il faut se faire une raison, tout ne peut être “mappé” et utiliser le Dublin-Core entraînera automatiquement un appauvrissement de ses données. A vous de déterminer quel format vous devez (ou pouvez) utiliser en fonction de vos objectifs. Ce protocole a d’autres avantages : outre le fait qu’il offre des formats multiples, il permet de documenter et de rendre ses données partageables. Et si aucun standard ne convient, il est possible d’en créer un plus adapté sur la base d’un format existant.

En deux jours il était difficile de connaître tous les détails de la mise en place d’un entrepôt mais Bruno Cénou a su présenter de façon synthétique les éléments importants. Le moissonnage d’un entrepôt est plus facile à mettre en oeuvre grâce à PKP Harvester, notamment mis en oeuvre par Crévilles, ou à des outils légers, plus personnels et personnalisés [Intervention de Jean-Baptiste Genicot (CN2SV), Mon carnet 2.0]. Le spécialiste de l’IST doit en particulier connaître les 6 verbes du protocole pour être capable d’interroger son dépôt et vérifier que tout est à sa place :

  • Identify : vérifier si le service désigné est bien un répertoire OAI,
  • ListMetadataformats : demander la liste des formats de métadonnées fournie par l’entrepôt,
  • ListSets : obtenir la liste des ensembles (sets) que le fournisseur de données met – éventuellement – à disposition (thème, collection, nom de revue…)
  • ListIdentifiers : obtenir la liste des identifiants et des dates de dernière modification des items disponibles dans la base,
  • GetRecord : collecter l’information d’un enregistrement (item) spécifique,
  • ListRecords : récupérer en bloc l’ensemble des enregistrements (items) de l’entrepôt ou d’un ensemble OAI spécifié. Un petit conseil à ce niveau, il ne faudra pas oublier d’aller jusqu’à la dernière ligne de ListRecords et vérifier la taille du dépôt dans completeListSize.

Les services mis en place sont multiples et adaptés aux besoins des communautés. Ainsi on a pu voir, entre autres, lors de ces journées la présentation de Somrev, une collecte automatique de sommaires de périodiques via les serveurs OAI-PMH des portails de revues [Intervention de Sophie Fotiadi], la création de moissonneurs OAI thématiques comme OAI-ville avec Crévilles [Intervention de Pascal Garret] ou le signalement de sources éditées avec le projet “Sources éditées” du CN2SV [Intervention de Marie-Hélène Wronecki]. L’intervention de Frédéric Martin nous a montré comment Gallica utilise ce protocole pour mettre en ligne ses ressources numériques. La BnF a d’ailleurs produit plusieurs manuels en direction des spécialistes de l’IST.

Au cours de ces journées, HAL a souvent été cité car c’est en France le plus grand entrepôt de taille critique d’articles scientifiques déposés par les chercheurs. C’est un fournisseur de données qui permet aux grands agrégateurs européens (DRIVER) ou mondiaux (OAISTER intégré désormais dans le catalogue Worldcat) de le moissonner à nouveau ou offre à des archives institutionnelles la possibilité de présenter les données sur les publications de leur institution avec l’interface qu’elles souhaitent (système de collection). Avec des terminologies contrôlées et des auteurs identifiés, HAL n’a pas fini de stimuler les propositions de créations d’outils. La présentation de Haltools est un exemple de ces possibilités [intervention de Laurence Farhi]. HAL doit rester au centre des intérêts des professionnels de l’IST dans le monde de la recherche car il va évoluer et offrir de nouvelles applications. La création d’un groupe de travail a été évoqué au cours des journées pour cerner et accompagner ces potentialités.

Catherine Morel-Pair a passé en revue les différents formats qui peuvent être utilisés, en fonction des objectifs de diffusion des différents centres, qui veulent que leurs métadonnées soient moissonnées. Et ils sont légion. Pour visualiser l’intérêt d’utiliser des formats, une image d’un tas de boîtes de conserves en vrac et sans étiquettes a circulé. Cette image, reprise d’un Guide de mise en place des métadonnées pour les ressources Web du gouvernement du Canada, a permis au public de bien comprendre l’intérêt de décrire ses données pour les retrouver et de savoir les choisir : au supermarché on choisi sans hésiter une boîte de ragoût ou de la nourriture pour chat, en fonction de l’image reproduite ou des ingrédients affichés ; la caissière grâce au le code-barre n’a pas à taper son prix. Ainsi, il est essentiel de déterminer au départ quelles métadonnées on souhaite diffuser. Le centre qui souhaite conserver les notions de collections se tournera vers des formats complexes comme Mets [Metadata Encoding and Transmission Standard] qui va permettre les échanges de documents numériques entre institutions patrimoniales. Les institutions qui l’utilisent sont signalées ici : http://www.loc.gov/standards/mets/mets-registry.html, elles sont de plus en plus nombreuses. Il y a encore MPEG/DIDL, MODS, ETDMS, TEF, BIBLIOML, LOM, OAI-ORE, EAD, POWDER… qui correspondent chacun à des projets différents. Par exemple le TEF permet de décrire des thèses.

Prochain billet : que peut-on attendre de ce partage ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Children with jigsaw puzzle, Nickolas Muray (American 1892-1965), février 1942, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3122867563/

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En “simplifiant” les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du “pourquoi partager ?” est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de “corpus agrégé” ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/