Archives de catégorie : Méthodologie

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 2e partie

puzzle

Suite de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Comment partager ?

L’OAI-PMH est un protocole complet, simple à implémenter, qui peut intégrer des logiciels (packages) et gérer de grandes quantités de métadonnées.

D’après une enquête récente (Department of Computer Science, University of Cape Town, 2009) ce protocole est parmi les plus populaires dans le monde de la documentation. Le tableau suivant est extrait de cette étude :

Protocols

Number of people at each level of expertise


1

2

3

4

5

No answer

RSS

3 (13%)

6 (26.1%)

9 (39.1%)

3 (13%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

ATOM

1 (4.3%)

4 (17.4%)

7 (30.4%)

9 (39.1%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

APP

0 (0%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

3 (13%)

17 (73.9%)

1 (4.3%)

Z39.50

0 (0%)

0 (0%)

6 (26.1%)

12 (52.2%)

4 (17.4%)

1 (4.3%)

0AI-PMH

7 (30.4%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

0 (0%)

3 (13%)

1 (4.3%)

OAI-ORE

1 (4.3%)

1 (4.3%)

5 (21.7%)

9 (39.1%)

6 (26.1%)

1 (4.3%)

SRU/W

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

SWORD

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

Légende : Level 1: Expert implementer ; Level 2: Implemented (have written code for an implementation of the protocol) ; Level 3: Read and understood ; Level 4: Heard about it, but do not know the details ; Level 5: Never heard about it

Alors pourquoi n’a-t-il pas plus de succès ? Certains le trouve trop compliqué et préfèrent l’indexation par crawl (passage sur les sites à intervalles réguliers et de façon automatique). Une des raisons réside dans le manque de précision des métadonnées, par exemple la zoneDC identifier” devrait correspondre à l’url de la ressource mais… ce n’est pas toujours le cas. Pour des moteurs comme Google, c’est une perte d’efficacité. Quoi qu’il en soit, l’OAI-PMH a d’autres qualités. Il gère par exemple plusieurs niveaux d’interopérabilité comme le type de modèle (réservé ou partagé), les spécifications techniques, les spécifications des syntaxes de réponses, les spécifications des métadonnées [intervention de B. Cénou] ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Sitemaps qui ne gère que les dialogues fournisseurs de données/fournisseurs de services. L’intérêt est aussi que, couplé avec XML, il évolue aussi avec les technologies qui y sont liées [Intervention de C. Morel-Pair]. Ainsi le Dublin-Core s’attache à la description du contenu, RDF fourni le modèle, RDF/XML la syntaxe jusqu’au web sémantique. Couplé à HTTP, XML et DC, l’OAI-PMH peut nécessiter la mise en place d’adaptations spécifiques (un schéma XML a été développé pour intégrer n’importe quel format RDF).

Pour savoir comment partager, commençons donc par les métadonnées. Ces métadonnées sont un peu comme la prose de Monsieur Jourdain : tout le monde en fait sans le savoir. Dans l’utilisation du protocole, le fournisseur de données doit les fournir au minimum au format Dublin Core. Cette obligation de ce format très générique et peu contraignant a inquiété de nombreux implémenteurs même si certaines communautés se le sont approprié comme OLAC (Open Language Archives Community) ou NSDL (National Science Digital Library) et le NDSL-DC.

Evidemment au moment du mapping [Ateliers], les bibliothécaires sont anxieux car même en bricolant, le MARC n’entrera pas dans le DC : il faut se faire une raison, tout ne peut être “mappé” et utiliser le Dublin-Core entraînera automatiquement un appauvrissement de ses données. A vous de déterminer quel format vous devez (ou pouvez) utiliser en fonction de vos objectifs. Ce protocole a d’autres avantages : outre le fait qu’il offre des formats multiples, il permet de documenter et de rendre ses données partageables. Et si aucun standard ne convient, il est possible d’en créer un plus adapté sur la base d’un format existant.

En deux jours il était difficile de connaître tous les détails de la mise en place d’un entrepôt mais Bruno Cénou a su présenter de façon synthétique les éléments importants. Le moissonnage d’un entrepôt est plus facile à mettre en oeuvre grâce à PKP Harvester, notamment mis en oeuvre par Crévilles, ou à des outils légers, plus personnels et personnalisés [Intervention de Jean-Baptiste Genicot (CN2SV), Mon carnet 2.0]. Le spécialiste de l’IST doit en particulier connaître les 6 verbes du protocole pour être capable d’interroger son dépôt et vérifier que tout est à sa place :

  • Identify : vérifier si le service désigné est bien un répertoire OAI,
  • ListMetadataformats : demander la liste des formats de métadonnées fournie par l’entrepôt,
  • ListSets : obtenir la liste des ensembles (sets) que le fournisseur de données met – éventuellement – à disposition (thème, collection, nom de revue…)
  • ListIdentifiers : obtenir la liste des identifiants et des dates de dernière modification des items disponibles dans la base,
  • GetRecord : collecter l’information d’un enregistrement (item) spécifique,
  • ListRecords : récupérer en bloc l’ensemble des enregistrements (items) de l’entrepôt ou d’un ensemble OAI spécifié. Un petit conseil à ce niveau, il ne faudra pas oublier d’aller jusqu’à la dernière ligne de ListRecords et vérifier la taille du dépôt dans completeListSize.

Les services mis en place sont multiples et adaptés aux besoins des communautés. Ainsi on a pu voir, entre autres, lors de ces journées la présentation de Somrev, une collecte automatique de sommaires de périodiques via les serveurs OAI-PMH des portails de revues [Intervention de Sophie Fotiadi], la création de moissonneurs OAI thématiques comme OAI-ville avec Crévilles [Intervention de Pascal Garret] ou le signalement de sources éditées avec le projet “Sources éditées” du CN2SV [Intervention de Marie-Hélène Wronecki]. L’intervention de Frédéric Martin nous a montré comment Gallica utilise ce protocole pour mettre en ligne ses ressources numériques. La BnF a d’ailleurs produit plusieurs manuels en direction des spécialistes de l’IST.

Au cours de ces journées, HAL a souvent été cité car c’est en France le plus grand entrepôt de taille critique d’articles scientifiques déposés par les chercheurs. C’est un fournisseur de données qui permet aux grands agrégateurs européens (DRIVER) ou mondiaux (OAISTER intégré désormais dans le catalogue Worldcat) de le moissonner à nouveau ou offre à des archives institutionnelles la possibilité de présenter les données sur les publications de leur institution avec l’interface qu’elles souhaitent (système de collection). Avec des terminologies contrôlées et des auteurs identifiés, HAL n’a pas fini de stimuler les propositions de créations d’outils. La présentation de Haltools est un exemple de ces possibilités [intervention de Laurence Farhi]. HAL doit rester au centre des intérêts des professionnels de l’IST dans le monde de la recherche car il va évoluer et offrir de nouvelles applications. La création d’un groupe de travail a été évoqué au cours des journées pour cerner et accompagner ces potentialités.

Catherine Morel-Pair a passé en revue les différents formats qui peuvent être utilisés, en fonction des objectifs de diffusion des différents centres, qui veulent que leurs métadonnées soient moissonnées. Et ils sont légion. Pour visualiser l’intérêt d’utiliser des formats, une image d’un tas de boîtes de conserves en vrac et sans étiquettes a circulé. Cette image, reprise d’un Guide de mise en place des métadonnées pour les ressources Web du gouvernement du Canada, a permis au public de bien comprendre l’intérêt de décrire ses données pour les retrouver et de savoir les choisir : au supermarché on choisi sans hésiter une boîte de ragoût ou de la nourriture pour chat, en fonction de l’image reproduite ou des ingrédients affichés ; la caissière grâce au le code-barre n’a pas à taper son prix. Ainsi, il est essentiel de déterminer au départ quelles métadonnées on souhaite diffuser. Le centre qui souhaite conserver les notions de collections se tournera vers des formats complexes comme Mets [Metadata Encoding and Transmission Standard] qui va permettre les échanges de documents numériques entre institutions patrimoniales. Les institutions qui l’utilisent sont signalées ici : http://www.loc.gov/standards/mets/mets-registry.html, elles sont de plus en plus nombreuses. Il y a encore MPEG/DIDL, MODS, ETDMS, TEF, BIBLIOML, LOM, OAI-ORE, EAD, POWDER… qui correspondent chacun à des projets différents. Par exemple le TEF permet de décrire des thèses.

Prochain billet : que peut-on attendre de ce partage ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Children with jigsaw puzzle, Nickolas Muray (American 1892-1965), février 1942, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3122867563/

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En “simplifiant” les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du “pourquoi partager ?” est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de “corpus agrégé” ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d’images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l’un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s’agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être “fil vocal” (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l’utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes… et des tas d’autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L’exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l’on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d’autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme “Music”. Si vous l’utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j’ai l’impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l’autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l’histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les “blancs” voler éhontément la musique des “noirs”. Et en regardant ces photos, je me dis qu’effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur “Les carnets de la phonothèque” : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album “Now playing : music in pictures” – The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection – Pas de restriction de droits connus.

– [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

–  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

– A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios — Photographer. 1920.

Nouveaux usages en bibliothèques universitaires : il faut commencer par le CDI !

ecole-hollande-1946

L’Université d’été de l’édition électronique ouverte s’est terminée mardi 15 septembre par une table ronde à la MMSH à propos des changements de paradigmes auxquels on assiste aujourd’hui dans ce domaine. Vous pouvez écouter, sur le wiki créé pour l’occasion, la totalité des conférences déposées sur Internet Archives. Une université d’été riche en enseignements et foisonnante de propositions pour l’avenir du livre : quelle chance de pouvoir ainsi vivre ou revivre ces échanges ! Ce soir, j’aimerais vous renvoyer vers celle de Daniel Bourrion, sur les nouveaux usages en bibliothèques universitaires ; une belle intervention, précise et joyeuse, qui rappelait certains accents du De biblioteca d’Umberto Eco.

Pourquoi celle-là particulièrement, ce soir ?  Je vous raconte. Mon fils a fait sa rentrée en 6ème pendant, qu’assidument, je suivais cette université d’été. Il a fait une visite du CDI de son collège. il en est revenu ravi, avec un plan très précis sur une feuille volante (à la chaise près) et des propositions de lecture. Mais voilà, ce soir il avait une observation de la responsable du CDI  sur son carnet de correspondance : “A continué délibérément à se promener dans le CDI malgré plusieurs mises en garde”. Il a dû aussi copier, en punition de ses promenades délibérées, l’introduction d’un manuel de géologie. Il n’a pas compris pourquoi. “Tu sais, ce CDI c’est comme une bibliothèque maman, pourquoi cette dame ne veut-elle pas qu’on se lève pour prendre des livres ?” . Il est désormais déterminé à ne plus y remettre un  pied jusqu’à la fin de sa 3e. Que disait Daniel Bourrion ? Qu’on devrait pouvoir manger des sandwichs en travaillant en bibliothèque ? Laisser des miettes entre les pages ? De quoi ? Vous me copierez trois fois, le premier chapitre du Château de Kafka !

Crédit photographique : Nationaal Archief / Spaarnestad Photo / Henk Blansjaar, SFA001003029. Une classe aux Pays-Bas en septembre 1946. Pas de restriction de droits connus  http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3895373807

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Fracture téléphonique

Dans un récent billet d’Homo-Numericus, Pierre Mounier se demande si le téléphone ne serait pas l’avenir du numérique et liste un à un, bibliographie à l’appui, les nouveaux usages qui apparaissent sans cesse. Pendant ce temps, France Telecom essaie de se débarrasser des 153 000 cabines téléphoniques qui restent encore debout sur le territoire français. Dans le même temps, la moindre démarche administrative à la mairie de son quartier est coupée de toute communication vers l’extérieur. J’ai dû cette semaine faire un dossier d’accueil pour une collègue colombienne. Après avoir pris les informations sur le site de la mairie de l’arrondissement correspondant à mon lieu d’habitation, je me suis rendue au service des attestations d’accueil. Evidemment, il manquait quelques pièces et voilà qu’on m’explique “Ah non, il ne faut surtout pas regarder sur internet parce que ça change tout le temps les papiers à apporter et Internet c’est jamais à jour. Non, voilà ce qu’il faut faire : vous venez d’abord sur place, retirer la liste des documents parce que je ne la donne pas par téléphone puis vous venez à la mairie entre 8h30 et 11h30 du lundi au vendredi”. Je me suis souvenue soudain du temps des télégrammes…

Crédits photographiques : City, telephone room / Adolph B. Rice Studio. 17 août 1955 (Cote : Rice Collection 716A). Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R / http://www.flickr.com/photos/library_of_virginia/289849049 Pas de restriction de droit connues.

Mise à jour d’un guide des bonnes pratiques de gestion des documents numériques

Le sous-comité des archivistes de la CREPUQ (conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) a mis à jour en février 2009 ses Mesures transitoires et bonnes pratiques de gestion des documents numériques parues en 2007. Rien de révolutionnaire dans ce texte, mais vous y trouverez des rappels clairs et essentiels sur la sauvegarde des fichiers et leur dénomination, l’usage de la messagerie électronique et du courriel, la classification des documents numériques, leur suppression et leur conservation. Avec cette trentaine page, vous détenez un véritable support méthodologique, accessible et efficace. Cette nouvelle façon de diffuser des conseils à une collectivité sous forme de “bonnes pratiques” est précieuse. Voilà un outil intéressant qui peut aboutir non seulement à rassurer et guider les utilisateurs mais aussi à optimiser les procédures au sein d’une institution ou plus largement d’une communauté.

Un guide des bonnes pratiques sur la collecte du patrimoine oral et son indexation serait bienvenu. Certes, il existe déjà un Guide des bonnes pratiques sur les corpus oraux diffusé en 1999. Mais ce dernier est étroitement lié aux enquêtes orales des linguistes. Il laisse de côté des pans entiers de la collecte de terrain, et en particulier le répertoire musical et conté, les récits de vie ou l’histoire orale. Il existe pas mal d’outils dans le monde anglo-saxon, dans un prochain billet j’essaierai de les inventorier.

Crédits photographiques : photographie d’Alfred T. Palmer, Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Octobre 1942. Localisation : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Permalien : http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/PPALL:@field(NUMBER+@1(ppmsca+03058)) – Pas de restriction de diffusion connue.

Le domaine public de la musique réduit à peau de chagrin

377 voix pour, 178 contre, 37 abstentions : le parlement européen a voté jeudi 23 avril 2009 l’allongement de d’exploitation exclusive des artistes interprètes et des maisons de disque. Il faudra attendre 70 ans pour qu’une musique tombe dans le domaine public après la date de son enregistrement.  Du travail en perspective dans les phonothèques qui souhaitent présenter leur contenu en ligne : n’oubliez pas de couper tous les passages où les informateurs ont eu l’idée saugrenue de chanter une chanson du moment… Bref, une loi qui ne représente que le sommet de l’iceberg de la diffusion des contenus culturels.

Crédits photographiques : First Australasian Antarctic Expedition, 1911-1914, Mitchell Library, State Library of New South Wales www.sl.nsw.gov.au, permalien : http://acms.sl.nsw.gov.au/album/albumView.aspx?acmsID=17775&itemID=823839 – Pas de restriction de diffusion connue mais de toutes façons, la photographie a été prise dans les années 1910 et l’iceberg est en train de fondre.

Ecrire et faire entendre : et si les sciences humaines se mettaient au goût du son ?

Longtemps les archives sonores sont restées sur des étagères ou dans des boîtes à chaussures, bien rangées à la cave ou au grenier. Au chercheur qui publiait à partir d’entretien de terrain on demandait surtout d’avoir des principes établis de transcription et au moment de la publication de choisir une casse qui permette de rendre lisible les moments où les informateurs prenaient la parole par l’italique ou le paragraphe décalé. La voix n’était que lettres. Avec l’arrivée du numérique et la stabilité du MP3 l’écoute en ligne a été simplifiée. Pourtant, pendant que les podcasts se multipliaient, les publications scientifiques permettant l’écoute de la source sonore restaient rares même si on trouvait quelques exemples. Il me semble que ce sont les journalistes de la presse écrite qui ont le mieux compris comment mettre à profit, dans l’écriture, la chaleur de la parole, les rires, les hésitations, la conviction de la voix. Rue89 illustre depuis ses débuts ses articles de documents vidéos ou sonores. Mais le Monde.fr vient de sortir un nouveau blog de la crise qui apporte bien plus qu’une illustration au récit. Sous le titre C’est magnifique ce que nous donne la mer, il nous offre un texte qui ne peut être lu qu’en s’appuyant sur les enregistrements de témoins. Il manque encore, en science humaines et sociales, l’outil éditorial pour faire cela avec les instruments de l’érudition classique (signalement des informateurs, contexte de la source, citabilité) mais cette utilisation fluide de la source sonore au regard d’un texte est déjà une belle façon de valoriser l’oralité.

Crédit photographique : Spaarnestad Photo, Acteurs en train d’enregistrer une pièce radiophonique [1949], Archives nationales des Pays-bas, pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3281460444/