THATCamp Paris 18 et 19 mai 2010. Non-conférence sur les Digital humanities = THATCamp Paris 2010. User-generated « unconference » on Digital humanities

THAtCamp Paris est une non-conférence sur les Digital humanities. La première en France. Elle se tiendra à Paris les 18 et 19 mai 2010.

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer ? Le Cléo propose donc plutôt une non-conférence. Une non-conférence « générée par l’utilisateur ». Nous souhaitons développer un THATCamp. The Humanities and Technology Camp a été inventé pour porter le modèle du Camp, de la non-conférence, dans le domaine des Digital humanities. Il aura lieu le 18 et 19 mai à Paris. L’événement doit être ouvert, très ouvert, communautaire. La modalité d’inscription et de création des ateliers est le wiki.  A noter parmi les ateliers proposés, celui sur Les archives orales et le Web.

Le lieu où se tiendra le Thatcamp est la péniche de la Balein blanche, dans le 13ème arrondissement de Paris. Pour s’y rendre : métro Quai de la gare (Ligne 6) ou Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14) . RER C ou D ; Bus 62, 64 et 89 mais aussi 83 (un peu plus loin).

Le wiki du Thatcamp pour s’inscrire : http://www.digitalhumanities.fr/wikis/tcp/index.php?title=Accueil

Le blog du Thatcamp pour se tenir au courant des évolutions de l’évènement : http://tcp.hypotheses.org/

L’affiche du Thatcamp à imprimer et diffuser : http://tcp.hypotheses.org/files/2010/04/THATCamp_A3DEF3op500t.jpg

Le programme : http://tcp.hypotheses.org/311

Les 14 ateliers prévus au cours de ces deux journées :

  • Les outils collaboratifs / Collaboration tools (Muriel Foulonneau, Frédéric Clavert)
  • Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination… quelles méthodes pour promouvoir les formats ouverts et libres? / Researchers’ archives: classification, archiving and dissemination… how to promote free and open formats? (Richard Walter)
  • Le chercheur et la diffusion de ses sources : nécessités, risques, contraintes, reconnaissances? / The researcher and the distribution of his or her sources: necessities, risks, pressures, and acknowledgements (Marin Dacos)
  • Enseignement supérieur et Digital Humanities : questions de formation, définitions d’un socle commun transdisciplinaire et des applications propres aux disciplines / Higher education and Digital humanities: training issues, defining a transdiciplinary foundation, and applications proper to specific disciplines (Corinne Welger-Barboza).
  • Fouille de données et Sciences Humaines ou Fouille de données en Sciences Humaines / Data Mining and Human Sciences or Data Mining for Human Sciences? (Julien Velcin)
  • Les fonds iconographiques numériques / Digital image archives (Stéphane Pouyllau)
  • Les SIG géo-historiques / Historical GIS (Jean-Luc Pinol et Claire-Charlotte Butez)
  • Les archives orales et le web / Oral testimonies and the web (Frédéric Clavert)
  • Qualité de l’information, maintien collaboratif des ontologies, infrastructure mutualisée : quel socle technologique pour les digital humanities ? / Information quality [assurance], collaborative maintenance of ontologies, and shared infrastructure: technological foundations for work in digital humanities (Damien Roussat)
  • Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique. Quelle modélisation pour l’information historique ? / The challenge of collaboratively modeling and storing historical information. Réflexions et discussion à partir de l’expérience du projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) (Francesco Beretta et Pierre Vernus)
  • L’archivage numérique à long terme, défis et solutions / Digital archival challenges and solutions (Sarah Faraud et Gautier Poupeau)
  • L’encodage TEI peut-il être délégué à des ingénieurs ou techniciens ? / TEI encoding (Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn)
  • Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS ? / Analysis of online data: the benefits and future for human and social sciences (Stéphane Lamassé, Philippe Rygiel)
  • Les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en SHS: visibilité, citabilité, pérennité… (Karim Hammou, Émilie Bremond)

Mise en ligne. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Les Archives départementales du Tarn expérimentent la mise en ligne d’archives sonores sur leur site.

Les entretiens et les notices du corpus Mémoires de mineurs mineurs de charbon du Tarn sont désormais accessibles à partir de la rubrique accès aux fonds, documents en ligne puis archives sonores.

La diffusion a été possible grâce à la signature d’un contrat par le témoin ou ses ayants droit. Les témoignages sont restitués dans leur totalité, de la présentation du témoin à la demande d’autorisation orale adressée par l’enquêteur, pour préserver l’intégrité de l’enquête. En revanche, lorsque des témoins ont souhaité garder l’anonymat et nous ont demandé que les noms cités soient masqués, des « silences » ont été insérés volontairement sur les fichiers de consultation. Les autres interventions consistent uniquement en la suppression de sons parasitaires. Le fichier de conservation est une copie fidèle de l’original.

Le corpus collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grandes thématiques : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. La première renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. La seconde précise l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, la fermeture des puits. Enfin, le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001

Ce billet est en lien avec Écouter la mine publié dans les Carnets de la phonothèque en octobre 2009.

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Donatien Rousseau, Mission photographique du Conseil général du Tarn.

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l’ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s’inscrivent dans le cadre d’une cérémonie comme le mariage. D’autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C’est le cas de l’extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d’enfants et d’adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C’est la première année de terrain pour l’ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L’extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l’on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d’amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen’s population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it’s the first year of the ethnologist’s field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I’am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
I’m the one who sleeps under (the window?) of king
I’m the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)

Vivem totjorn en montanha ! Traditions musicales en vallée de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon

Zéphirin Castellon, chanteur, harmoniciste, siblaïre (joueur de fifre), sonneur de cloches et auteur-compositeur, nait en 1926 dans le village de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie (arrière-pays niçois). Il devient gardien de prison à Marseille à sa majorité. C’est également à ce moment-là, loin de son pays natal, que ce musicien emblématique de sa vallée commence à écrire ses chansons. Ses textes rendent souvent hommage à son village et à sa vallée (« Vivem totjorn en montanha », « Boisson », « Toujours perché là-haut », etc.). Dès son départ en retraite, Zéphirin Castellon revient à Belvédère où il pratique sa musique pour toutes les occasions qui se présentent (fêtes régionales, cérémonies religieuses et pèlerinages, repas villageois, etc.). En 1989 et 1990, il est au centre d’une collecte des musiques traditionnelles de Vésubie.

C’est Patrick Vaillant, mandoliniste, chanteur et spécialiste des traditions musicales des Alpes-Maritimes et des vallées occitanes d’Italie, qui, en 2003, dépose à la phonothèque de la MMSH le fonds d’archives sonores enregistré en 1989 et 1990 autour de Zéphirin Castellon. Les enquêtes qui constituent le corpus avaient pour but la création du disque « Siblar e Cantar en Vesubia » (Silex mosaïque, Riom) dont la première édition date de 1990 et la seconde, accompagnée d’un livre conséquent sur le musicien, sort en 2003. Les trente-quatre enquêtes, centrées sur les traditions musicales des fêtes villageoises et sur les chants polyphoniques issus de la tradition vésubienne, française, corse ou italienne, sont en majorité des enregistrements musicaux provoqués pour la réalisation du disque auxquels s’ajoutent d’autres moments captés sur le terrain lors de fêtes ou de situations quotidiennes. Bien que le nombre total d’heures d’enregistrement composant le corpus soit relativement faible (environ 13 heures), l’enquête autour de Zéphirin Castellon et des traditions musicales de la vallée de la Vésubie révèle un contenu très riche.

Ainsi, chaque enquête du corpus a été documentée dans son intégralité et les musiques la composant ont bénéficié d’un catalogage spécifique. Trois types de musiques ressortent de cette enquête : les musiques de rue, les chants polyphoniques et les musiques instrumentales jouées dans un cadre plus intimiste.

Lors de fêtes de village, certaines musiques de rue sont jouées par un couple de sonneurs fifre/tambour (farandoles, airs de conscrits), parfois accompagné d’autres instruments (cymbales, timbales, clochettes, etc.), ou par la fanfare La Banda dau Palhon . Les chants polyphoniques, interprétés par les villageois, sont tirés de répertoires de la tradition vésubienne ou des compositions de Zéphirin Castellon mais aussi de la variété française, corse ou italienne. Enfin, une enquête présente des musiques instrumentales, et parfois chantées, interprétées au fifre (Thierry Cornillon), à l’harmonica (Zéphirin Castellon) et à la mandoline (Patrick Vaillant) lors d’une séance musicale chez Zéphirin Castellon.  Lors de cette rencontre, les musiciens interprètent plusieurs morceaux traditionnels (polkas, valses, fandangos, paso-dobles, javas, mazurkas, etc.) ou composés par Zéphirin Castellon et Thierry Cornillon , ou encore issus de la variété française.

Musiques instrumentales, parole et paysages sonores ne sont pas absents des enquêtes du corpus. Il contient en effet le récit de la légende de la Madone de Fenestre, des explications de Zéphirin Castellon sur sa façon de composer la musique et le récit d’anecdotes de son enfance, des paysages sonores (cloches du village, notamment le carillon traditionnel de Belvédère joué par Zéphirin Castellon ,  sonnailles de vaches, paroles de bergers en occitan, bruits de foule) ou encore des extraits de messes lors de processions des villageois à la Madone de Fenestre.

Entièrement documenté, l’ensemble des enquêtes est consultable sur la base de données de la phonothèque. Les fichiers son y seront prochainement intégrés et consultables en ligne.

Crédits photographiques : Następnego dnia mijamy kolejną przełęcz (po lewej) i schodzimy w kierunku Ref. de la Madone de Fenestre, Oliwia i Mariusz, http://picasaweb.google.com/lh/photo/luvUkgrNx_YBs2ulzMpWVg. Vue du village de Belvédère depuis Roquebillière, Nataraja at fr.wikipedia, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Belv%C3%A9d%C3%A8re.jpg. Les images sont sous Creatives Commons et GNU.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Appel à communication : Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS. Un colloque sera organisé le 30 novembre 2010 sur cette thématique.

Pourront être abordés, à partir d’exemples concrets, les thèmes suivants (liste ouverte) :

  • La mise à disposition de sources sonores et audiovisuelles en direction de la communauté scientifique internationale
  • Les questions d’accès aux sources sonores et audiovisuelles au regard de la publication scientifique sous leurs différents aspects institutionnels, légaux et matériels
  • La question de la fiabilité des mémoires numériques (qualité des supports, compatibilité et pérennité des formats, etc.)
  • La question des formats et de leurs standards ainsi que des outils de consultation et d’exploitation
  • L’amélioration de la lisibilité des archives sonores et l’accroissement de la masse critique des archives mises à la disposition des chercheurs
  • Les outils pour retrouver les réflexes érudits des éditions en ligne de sources sonores et audiovisuelles éditées : citabilité, notes, index…
  • La place des archives sonores et audiovisuelles au sein des Humanités numériques dans la recherche en Sciences Humaines et Sociales
  • La diffusion des sources auprès des populations enquêtées.

Les articles sélectionnés seront publiés dans un ouvrage collectif édité en ligne.  Ils devront permettre le lien entre le son et le texte, la source et l’analyse .

Comité scientifique :

  • Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
  • Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
  • Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon)
  • Sylvie Mellet (Directeur de Recherche CNRS, MSH de Nice)
  • Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
  • François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Modalités pratiques

Date limite d’envoi du résumé des communications : 7 juin 2010

Réponse du comité scientifique : 26 juillet 2010

Date limite de réception des communications : 18 octobre 2010

Date du colloque : 30 novembre 2010

Lieu : Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Paul-Albert Février

Les inscriptions, les résumés et les communications seront établis par courriel : ginouves<@>mmsh.univ-aix.fr

Organisation

  • Véronique Ginouvès (MMSH),
  • Laure Principaud (MMSH),
  • Thierry Rosso (LASMIC).

Crédits photographiques : Affiches, V. Ginouvès.

Carnet de notes sonore d’un ethnologue dans le Yémen des années 1980, un premier aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast

Le traitement du fonds yéménite de l’ethnologue Marceau Gast avance !

Certes, le sud algérien fut son terrain de recherche de prédilection et souvent ses confrères ignorent son passage par le Yémen. Or, Marceau Gast n’y fit pas seulement un court séjour en simple curieux mais y revint régulièrement pendant dix années de 1974 à 1984, enquêtant sur le monde agricole, sur ses pratiques et ses évolutions*. L’écoute des premiers enregistrements nous laisse entrevoir tout l’intérêt que pourra revêtir ce corpus, une fois sa numérisation et sa documentation achevées.

Marceau Gast a commencé ses enquêtes en 1974 dans la région septentrionale de Sadah à la frontière saoudienne pour les poursuivre, ensuite, plus au sud. Il rencontre des agriculteurs qui évoquent leurs pratiques agricoles autour de la culture céréalière, l’utilisation du calendrier stellaire, le travail d’amendement de la terre, les outils utilisés et l’introduction croissante d’une mécanisation nouvelle, les méthodes de conservation et de protection des récoltes mais aussi la manière de moudre, de cuire et de répartir les céréales au sein de la famille ou du village. Des chants et traditions orales sont également recueillis par le chercheur au gré des rencontres.

Marceau Gast est sensible également au contexte politique du Yémen du nord qui vient de connaître un coup d’Etat militaire en 1962 : le renversement de l’imamat et la proclamation de la République arabe du Yémen sont suivis de plusieurs années d’une guerre civile prise dans les mailles de la guerre froide et de sa géostratégie. Marceau Gast, toujours proche de son terrain et des informateurs qu’il rencontre, est attentif à ces changements politiques et à leurs répercussions sur la vie des campagnes du Yémen du nord.

Thula

La grande majorité des enregistrements sont bien sûr en langue arabe yéménite, dans toute la diversité des dialectes qui la constituent. Nous vous proposons cependant, comme aperçu de ce premier corpus de la phonothèque concernant le Yémen, un extrait en français. Marceau Gast, sous la forme d’un carnet de notes sonore  icone-haut-parleur , se livre à quelques réflexions en octobre 1984 alors qu’il retourne dans le village de Thula, au nord-ouest de Sanaa, la capitale. Il y livre ses premières impressions sur le village et les changements qu’il a pu y observer puis prend quelques « notes » sur la pratique de l’exemption du service militaire puis sur la figure  d’un jeune instituteur de Thula et les conditions d’exercice de sa profession au Yémen. Marceau Gast s’apprête à rencontrer le père de ce jeune homme  pour évoquer avec lui les pratiques agricoles, véritable fil conducteur de son travail au  Yémen.

* Une bibliographie thématique liée au corpus de sources sonores de Marceau Gast sur le Yémen est accessible en ligne sur Zotero à l’adresse suivante: http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144796

Crédits photographiques: Laure Principaud, Thula: Françoise Ribot.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  « Livre de papier », qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier « Besoin de mémoire ? » au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The « Farrington Automatic » machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 3e partie

0

Fin de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Quels résultats attendre de l’OAI-PMH et comment améliorer ses atouts ?

Ce protocole d’échange permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Que pouvons-nous en attendre pour les usages de la recherche et pour notre métier ?

L’utilisateur est intéressé par ce nouveau moyen de mise en commun des données parce qu’il offre une nouvelle cartographie de la connaissance et la possibilité d’augmenter la masse critique de la recherche sur son domaine, cela même si la ressource numérique n’est pas au bout de la recherche. D’ailleurs ce n’est pas seulement la masse critique qui augmente, mais les possibilités de retrouver des documents pertinents, car l’OAI-PMH permet de repérer des ressources que les moteurs généralistes n’indexent pas. L’étude de la National Science Digital Library citée par Muriel Foulonneau sur le thème Evaluation of the NSDL and Google for Obtaining Pedagogical Resources le démontre : 25% des résultats de NSDL sont absents des résultats de Google. Mais il est vrai l’austérité (la médiocrité ?) des interfaces des services qui utilisent l’OAI-PMH rebute plus d’un utilisateur « ré-éduqués » par le formulaire si simple de moteurs comme Google & co, et tant pis si la masse critique spécialisée dans le domaine est plus importante.

Une base de donnée constituée par moisson OAI-PMH permet au fournisseur de service de rendre accessibles des données descriptives de documents sans faire peser une lourde charge sur le serveur de chaque fournisseur de données. Par contre, les données exploitées par le fournisseur de service sont le reflet d’un état figé des données collectées. Voilà qui permet de voir clairement la différence avec le protocole Z39-50 : il offre une interrogation simultanée de plusieurs bases et affiche des données en temps réel mais ne permet pas de normaliser et de retraiter les données. L’OAI-PMH n’est donc pas la solution organisationnelle et technique la plus pertinente pour des entrepôts dont une part importante du contenu est soumis à des modifications très fréquentes, par exemple quotidiennes (actualités, œuvres vivantes…).

L’OAI-PMH est un bon modèle pour les grands réservoirs de données comme les bibliothèques universitaires. Il offre une passerelle d’interrogation multibase, une base XML, et il est toujours possible d’ajouter une interface Z39.50 au-dessus d’une agrégation OAI-PMH. Les bases internes de l’ABES, et parmi elles le catalogue du SUDOC, en bénéficient. Le développement d’entrepôts OAI-PMH par la BnF montre toute la pertinence de ce protocole pour de grands réservoirs de données. Dans son intervention Frédéric Martin (BnF) a montré que les travaux fondateurs de Muriel Foulonneau sur l’usage de l’OAI-PMH dans le monde culturel a impulsé la mise en oeuvre de deux entrepôts. L‘entrepôt OAI-NUM signale les documents provenant des collections numériques et contient actuellement 340 000 notices donnant accès à des documents consultables dans la bibliothèque numérique Gallica, dont la nouvelle interface est actuellement accessible en version bêta sous le nom de Gallica2. L’entrepôt OAI-CAT a vocation à contenir les notices décrivant tous les documents conservés à la BnF, qu’ils soient numérisés ou non. Il a été mis en ligne avec un premier versement totalisant plus de 9,8 millions de notices bibliographiques provenant du catalogue BN-Opale plus.

Pour réaliser la phase finale de ce protocole il faut une bonne qualité de métadonnées. Ce protocole est un outil simple et facile à mettre en place mais les fonctions annexes de normalisation et de retraitement des données peuvent être lourdes. Muriel Foulonneau a d’ailleurs maintes fois souligné que la démocratie avait un coût en terme de ressources! Dans sa 1ère intervention elle avait développé les contraintes du travail de nettoyage, de normalisation et d’augmentation éventuelles des données qui est lié aux pratiques différentes de saisie et d’interprétation des champs.

Le partage des données va permettre de donner une valeur ajoutée par un contrôle de qualité. Afin de normaliser les données, une uniformisation des vocabulaires offrira des données plus organisées, un contrôle qualité peut être appliqué pour éliminer ou modifier des données dans la collecte de plusieurs fournisseurs de données, cela peut être de la traduction, un vocabulaire unique… là encore, c’est aux documentalistes d’ajouter – s’il le souhaitent – de la valeur.

Avec ce protocole, les professionnels de l’information ont la possibilité de développer de multiples services en n’investissant en une seule fois dans la création de ressources. Pour mettre en place des projets avec ce protocole il est important que les objectifs soient bien définis et quels services communs on souhaite mettre en place : le partage d’un thème, d’une discipline, d’un territoire ou d’un savoir … La réalisation se conçoit par un travail de communauté avec l’utilisation de standards internationaux, ainsi que des compétences. Rien ne peut se faire sans un travail d’équipe : documentaliste, informaticien, chercheur, chef de projet, chacun à un rôle bien précis à jouer. Le site de ressources pédagogiques pour les enseignants et élèves de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Correlyce [intervention de Gérard Puimatto] illustre la force de ce trio de compétences. La réussite de ce projet qui a abouti rapidement après un an de cahier des charges, tient à la complémentarité des rôles au sein de la « Dream Team » de l’OAI-PMH.

Pour conclure l’OAI-PMH a comme atout majeur l’ouverture des connaissances, le partage et la standardisation des données, avec des partenaires français mais aussi étrangers. Ce protocole demande une mutualisation des compétences et les investissements de chacun. Le travail collaboratif de la documentaliste avec les partenaires associés est important car elle contribue à apporter une valeur ajoutée par le choix des descripteurs. Cela passe aussi par une évolution du métier de documentaliste entre recherche de technologie, informatique, archive et documentation. Stéphane Pouyllau l’a souligné dans sa présentation introductive aux posters, consacrée à l’utilisation de l’OAI-PMH pour la diffusion de corpus documentaires numérisés. Ces archives ouvertes sont au coeur de la révolution du web puisque avec le web sémantique qui permet de rendre visible les informations stockées par les ordinateurs, nous ne pouvons qu’apporter de nouvelles ressources et ouvertures à nos institutions. L’OAI-PMH est donc un élément incoutournable et de la responsabilité de chacun. C’est ce qui a été souligné par Yannick Maignien lorsqu’il a présenté l’ampleur du projet Adonis : une infrastruture numérique, un archivage pérenne et un moteur de recherche commun pour un accès fédéré aux sciences sociales. Au delà de la réussite de ce projet ambitieux, le message est clair et nous donne des orientations pour travailler dans notre propre centre sur la structuration et l’offre de données.

Nous avons réalisé cette synthèse avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. A suivre dans un autre billet, une liste de sites avec des conseils pratiques pour mettre en oeuvre l’OAI-PMH dans son centre de documentation.

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

2ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3ème partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Crédit photographique : Pictorial review, Nickolas Muray (American 1892-1965), c.a 1936, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123694484/in/set-72157611386593623/


Enquêtes dans les sociétés créoles : le dépôt des archives sonores et audiovisuelles de Jean Benoist, anthropologue de la santé

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957
Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Jean Benoist, médecin et professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Provence Aix-Marseille III, est spécialiste des sociétés créoles. Son fonds d’archives sonores et audiovisuelles, basé sur la culture indienne dans les Antilles (Martinique, Saint-Barthélemy) et l’Océan Indien (La Réunion), est essentiellement composé de discours politiques et religieux, de récits, d’entretiens, de conversations et de cérémonies religieuses. Ses enregistrements de terrain ont été déposés à la phonothèque de la MMSH en 2008.

On retrouve trois zones géographiques dans les archives sonores de Jean Benoist. A Saint-Barthélemy, la dominante est la cérémonie du centenaire du rattachement de l’île à la France en 1978. On note également des récits de vie de Saint-Barths. Les discours et les entretiens sont en langue française.

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961
Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

En ce qui concerne La Réunion et la Martinique, les enquêtes sont centrées autour de la culture indienne et des traditions hindoues dans les sociétés créoles. Elles alternent entretiens, musique, récits, fêtes et discours. Ces enquêtes ont été partiellement documentées car la plupart est en créole. Au niveau musical, on peut donner l’exemple d’un chant religieux tamoul en langue indienne exécuté par Joseph Tengamen, dit « Zwazo »,  accompagné de percussionnistes et d’un choeur lors d’une cérémonie à Moulin-l’Étang (Martinique). On remarque la virtuosité du chant sur une base rythmique premièrement non-mesurée, puis qui devient ternaire .

Parallèlement à ses archives sonores, Jean Benoist a déposé à la phonothèque, pour conservation et diffusion, un film documentaire intitulé « Offrande aux Dieux exilés. Culte Hindou en Martinique ». Le document original a été numérisé par le Service Commun Audiovisuel et Multimédia (Scavm) de l’Université de Provence. Ce film, tourné en 1958 autour des temples hindous de Moulin l’Etang et d’Hackaert à Basse-Pointe en Martinique, présente une cérémonie indienne offerte par une famille. Elle se déroule en trois étapes : le prélude (apport des offrandes au temple et érection d’un mât portant un drapeau en l’honneur de Nagourou Mira), l’office (dépôt des offrandes, appel de la divinité Maldévirin, possession du prêtre, sacrifices d’animaux, repas sacrificiel) et la soirée de danse (diverses scènes du Ramayana dansées et chantées par des hommes costumés).

Les notices des archives sonores et du film sont disponibles sur la base de données de la phonothèque et les enquêtes sont consultables sur place (MMSH). Après signature d’une convention entre Jean Benoist, la phonothèque de la MMSH et l’Université de Provence, le film a été mis en ligne sur la Web TV de l’Université de Provence en janvier 2010. L’ensemble des publications de Jean Benoist sont téléchargeables sur le site québécois « Les classiques des sciences sociales« .

Crédits photographiques : Jean Benoist.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

A propos d'archives sonores et audiovisuelles