Paroles publiques et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores

4092440453_568d2ab927

« Paroles publique et Internet » c’est le titre d’un mémoire qui vient d’être soutenu à l’INTD et qui intéresse de près les phonothèques de l’oral car il fait le point sur les enjeux et les modalités de valorisation des conférences sur l’Internet. Les mémoires sur les enregistrements sonores ne sont pas légions, et celui-ci mérite d’être signalé.

On se souvient de l’impact de text-e, un colloque virtuel interactif que la BPI avait organisé entre le 15 octobre 2001 et la fin mars 2002. Ce premier colloque entièrement virtuel était consacré à l’exploration de l’impact de l’Internet sur la lecture, l’écriture et la diffusion du savoir. Le grand succès qu’il a rencontré a été aussi le début d’une réflexion fructueuse dans le domaine de de l’édition électronique et a participé aux prémices du Web 2.0 ; il a aussi suscité un grand intérêt pour la diffusion des conférences en ligne jusqu’ici peu valorisées.

Partie d’un stage au sein de l’association La joie par les livres, Pauline Longin s’interroge dans son mémoire sur la place de l’oralité dans le monde intellectuel. Question avisée puisque la parole demeure la forme la plus commune d’enseignement dans le monde. A cela s’ajoute aujourd’hui un souci de patrimonalisation, de valorisation de transmission du savoir qui pousse les institutions à mettre en ligne les conférences publiques enregistrées en leur sein. Le mémoire pose la question des publics et du temps d’écoute des conférences sur l’internet, pas vraiment considérable (le temps d’écoute moyen serait de 7 minutes pour 1h30 d’enregistrement). La question de l’attention portée au son sur le web est difficile à circonscrire car il y a peu de littérature spécialisée sur le sujet.

Si on souhaite se lancer dans une mise en ligne exhaustive et systématique de ce type de document, il sera nécessaire d’établir des critères de qualité. Le mémoire propose (p. 75) une grille pour mieux sélectionner les enregistrements à traiter en priorité avec une série de questions basiques qui peut se transformer en une fiche intéressante pour la gestion des collections :

– La prise de son est-elle d’une qualité suffisante ? (absence de bruits parasites, bonne compréhension…) ;

– Le propos est-il facilement séquençable ? (cycle de questions/réponses, plan précis…)

– Le contenu est-il accessible sans l’appui d’un diaporama ?

– Le thème de la conférence est-il un sujet orginal, peu traité ?

– La manifestation va-t-elle faire l’objet d’une publication ? (acte, compte-rendu…).

Des tableaux comparatifs de sites mettant en ligne des conférences, des propositions de contrats d’utilisation, un point complet sur les formats de diffusion des fichiers sonores… plusieurs éléments du mémoire intéressent les gestionnaires des archives sonores qui vont trouver là une synthèse précieuse.

Pour ma part, la question des publics est celle qui me semble la plus décisive pour l’avenir des phonothèques : qui prendra le temps d’écouter ces enregistrements en ligne ? Finalement, les institutions qui se posent la question sont peu nombreuses mais par contre, celles qui mettent en ligne leurs conférences en exposition derrière la grande vitrine d’Internet se multiplient sans cesse.

Le mémoire est accessible en ligne, publié sur Calaméo : Parole publique et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores.

Crédit photographique : Internal Audio Visual Aids Conference, 10th May 1970, Library of the London School of Economics and Political Science, permalien

Un petit souvenir, écoutez une conférence anniversaire : le 15 novembre 1965 Walt Disney donnait une conférence de presse sur les projets de sa société en Floride

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d’images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l’un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s’agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être « fil vocal » (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l’utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes… et des tas d’autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L’exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l’on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d’autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme « Music ». Si vous l’utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j’ai l’impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l’autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l’histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les « blancs » voler éhontément la musique des « noirs ». Et en regardant ces photos, je me dis qu’effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur « Les carnets de la phonothèque » : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album « Now playing : music in pictures » – The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection – Pas de restriction de droits connus.

– [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

–  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

– A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios — Photographer. 1920.

Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143

Vamos a hacer memoria : Archivo General de la Nación (Colombia)

Dans le cadre du symposium Vamos a hacer memoria, j’ai eu la chance de visiter les archives nationales de Colombie (Archivo General de la Nación) situées en plein centre de la ville de Bogotá. Rogelio Salmona, architecte franco-colombien (1929-2007), a imaginé un bâtiment intelligent afin que les archivistes conservent leurs documents sans avoir à surveiller sans cesse les tableaux d’hygrométrie ou de température des salles !

Bogotá se situe à 2640 mètres au dessus du niveau de la mer avec un climat  tempéré et des précipitations importantes (environ 960 mm par an). L’architecte a réussi le tour de force de faire varier les températures à l’intérieur des salles de dépôt de moins de  0,5°C par jour, l’humidité peut, elle, varier au maximum de 2,5%. Ainsi, le système de climatisation naturelle permet d’obtenir une température constante de 17°C  et une humidité relative de  60%. Cela est permis par un système ingénieux de circulation de l’air imaginé par Rogelio Salmona. Ingénieux mais aussi esthétique. La brique rouge ne cesse de courir en courbes, volutes et figures géométriques radiales.

img_0769

briques

Après quelques années de pratique, les archivistes de l’Archivo General de la Nación sont ravis de leurs 2 600m²,… ce n’est pas si courant que les utilisateurs plébiscitent l’architecte qui a construit le lieu de leur vie professionnelle. Il faut dire que Rogelio Salmona a su construire des hâvres de paix, au milieu d’une ville en bataille.

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Visitez ses bâtiments et prenez le temps de recherche ses « résonateurs » : pour chacun d’eux Rogelio Salmona a créé un espace où soudain la voix s’envole dans des spirales sonores.

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María
Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Quelques images de la visite de l’Archivo General de la Nación :

img_0830
Archivistes de l’Archivo General de la Nación (à droite, Clara Casilimas, chargée des archives sonores aux archives nationales de Colombie)
Sara González, directrice des archives nationales de Colombie
Sara González, directrice des archives nationales de Colombie
Sur la terrasse des archives nationales de Colombie
Sur la terrasse des archives nationales de Colombie
Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación
Dans les salles de dépôt de l’Archivo General de la Nación

A lire sur le bâtiment de Rogelio Salmona : El Archivo General de la Nación de Colombia : diseño y funcionalidad. Archivo General de la Nación (Colombia), 2001. 20p.

A noter :  ce sont les archives nationales de Colombie qui ont imprimé le guide d’analyse documentaire du son inédit traduit en langue espagnole (Guía de análisis documental del sonido inédito, 2007). Ce guide est accessible librement sur Internet mais vous pouvez aussi en recevoir un exemplaire (gratuitement) en écrivant à Clara Inés Casilimas (clarainescasilimas<at>yahoo.es) responsable des archives sonores aux archives nationales de Colombie.

Le site de l’Archivo General de la Nación : http://www.archivogeneral.gov.co

Dossier numérique : Noirs et esclaves http://negrosyesclavos.archivogeneral.gov.co/portal/apps/php/indexes.kwe

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, septembre 2009.


FREDOC 2009 : mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH

Les FREDOC 2009 viennent de se terminer. Deux jours passionnants, fertiles et joyeux. Vous pourrez bientôt consulter les diaporamas des interventions sur le site de Renatis. En attendant, vous pouvez jeter un oeil aux twits #fredoc09 en regardant quelques images des journées. Réalisations de portails et de moissons à suivre…

Muriel Foulonneau fait la synthèse des journées du FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, Henri Tudor Research Centre - Luxembourg
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Frédéric Martin, Bibliothèque nationale de France
Yannick Maignien, TGE Adonis
Yannick Maignien, TGE Adonis
Catherine Morel, INIST
Catherine Morel, INIST
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Pierre Mounier et Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Bruno Cénou, Cléo
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme, Lyon
Raphaël Tournoy, Institut des sciences de l'homme
Véronique Ginouvès (MMSH), Mikaël O'Sullivan (MPO) : le portail du patrimoine oral
Mikaël O'Sullivan (MPO) et Véronique Ginouvès (MMSH) : le portail du patrimoine oral
img_6533
Marie-Hélène Wronecki (CN2SV) : Signaler des sources éditées avec l’OAI-PMH : le projet “Correspondances scientifiques”
img_6535
Jean-Baptiste Genicot (CN2SV) : MonCarnet 2.0 : l’application web permettant le moissonnage et l’exploitation des ressources
img_6539
Gérard Puimatto (CRDP de l’académie d’Aix-Marseille) : CORRELYCE : Catalogue ouvert régional de ressources éducatives pour les lycées

Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Pascal Garret (université de Tours) : Création de moissonneurs OAI thématiques : l’exemple du moteur OAI-Villes
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Il n'y a pas d'âge pour comprendre les méandres de l'OAI-PMH
Blandine Nouvel, CCJ
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC à la pause
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
mf3
Participants aux FREDOC 2009
mf7
Participants aux FREDOC 2009

Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Participants des FREDOC
Participants aux FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
Participants aux FREDOC 2009
img_6578
Repas à la villa Clythia pour les FREDOC 2009
img_6576
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6575
Participants aux FREDOC 2009
img_6569
Participants aux FREDOC 2009
img_6509
Inscriptions aux FREDOC 2009
img_6562
Une partie du comité de pilotage des FREDOC 2009
img_6550
Participants aux FREDOC 2009
img_6532
Lectures sur l'OAI-PMH
img_6514
Inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Préparation des inscriptions aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009
Muriel Foulonneau, remerciée par tous les participants aux FREDOC 2009

Crédits photographiques : Elisabeth Bernardo, Véronique Ginouvès, Jean-Louis Tomin, Jean-Christophe Peyssard

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre « carte musicale » est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

Vamos a hacer memoria : quelques images du symposium, des 22-25 septembre 2009 (Bogotá, Colombie)

Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60
Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60 (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie : Présentation de la proposition de politique et du plan sur le patrimoine bibliographique de la BNE (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir
Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses su Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses du Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Intervention d'Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie : Quilombolas, tradiciones y cultura de la resistencia, Fotografia de André Cypriano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Isabel Garcia-Longe  : Catalogo collectivo  bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Garcia-Longe : Catalogo collectivo bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) - 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) – 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Une participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Une participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium "Vamos a hacer memoria", au premier plan la directrice de la bibliothèque d'Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium « Vamos a hacer memoria », au premier plan la directrice de la bibliothèque d’Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Crédits photographiques : Véronique Ginoouvès.

Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.

A propos d'archives sonores et audiovisuelles