Chercheurs vos papiers !

leo-ferre1Au cours de leur vie professionnelle, les chercheurs rassemblent et exploitent des sources de natures diverses et produisent leurs propres archives : tous ces papiers s’accumulent – et parfois se perdent – sans que leur exploitation puisse toujours être complète ni partagée de façon pérenne avec la communauté scientifique. Un programme de recherche s’est ouvert à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme qui s’intéresse aux Archives de terrain en Sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce programme, des formations seront proposées régulièrement aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants pour les aider à traiter et valoriser ces « papiers » quels qu’ils soient : textes, images ou sons.

Ces journées ont également pour but de faire connaître les plateformes techniques ainsi que les initiatives nationales et internationales ou les outils génériques susceptibles d’être utilisés par la communauté scientifique. Elles voudraient accompagner l’acquisition de nouvelles compétences pour pouvoir dialoguer avec les spécialistes de l’édition électronique, de la diffusion et de l’archivage de sources car de plus en plus, la mise en place de projets ou de programmes, demandent une technicité accrue en gestion documentaire, informatique et administrative. L’objectif est donc de s’approprier les outils pertinents, d’appréhender une chaîne de traitement des documents, de connaître les standards de la communauté scientifique internationale, afin d’apprendre à partager ses savoirs et à bénéficier de ceux des autres.

Une première journée de formation sera organisée le jeudi 26 novembre 2009 à la MMSH (salle Paul-Albert Février) sur la constitution d’un cahier des charges d’un chercheur pour la diffusion, l’archivage et la valorisation de ses sources.

À travers un cas concret – la mise en ligne des archives manuscrites éthiopiennes, animée par Anaïs Wion – nous voulons montrer les étapes nécessaires pour réaliser un espace de travail et de publication des corpus de plusieurs chercheurs. Le point commun de ces corpus est leur nature : il s’agit de documents d’archives d’époques très variées (du XIe au XX siècle) qui couvrent l’ensemble du territoire éthiopien.

Cette journée est destinée en priorité aux chercheurs qui doivent gérer des projets ou des corpus de sources numériques. L’entrée est libre, sur inscription.

Programme  :

9h30-10h30 – Intervention d’Anaïs Wion, chercheure au CEMAf (Centre d’Études des Mondes Africains) : De l’analyse des besoins à la valorisation : exploitation des archives manuscrites d’Éthiopie [médiévaux, modernes et contemporains].

10h30-11h30 – Intervention de Richard Walter, Responsable du Service éditorial et Publications électroniques, IRHT (Institut de recherche pour l’histoire des textes : Gérer un projet d’édition de sources : à l’interface entre recherche et informatique / entre chercheurs et ingénieurs…

11h30-12h30 – Confrontation d’expériences

14h-16h – Mise en pratique, en dialogue avec Richard Walter (IRHT) et Anaïs Wion (CEMAf) : Les différentes étapes pour la réalisation d’un projet d’édition de sources

Tous deux essaieront de répondre aux questions qui se sont présentées au cours de leur projet éditorial, comme par exemple :
–    Quels documents numériser ?
–    Que signifie la notion de « livrable » ?
–    Quels sont les us et coutumes d’un cahier des charges ?
–    Pourquoi et comment documenter les procédures de travail ?
–    Comment trouver l’équilibre entre précision et efficacité ?
–    Comment construire un dialogue entre chercheurs et éditeurs ?
–    Quels outils pour construire un dialogue entre les chercheurs ? (wiki, workshop, …)
–    Des désirs aux réalités… comment réussir à adapter son projet initial aux conditions possibles de sa réalisation ?
–    Comment indexer des documents textuels ?
–    Peut-on lier l’image du document, sa transcription et sa traduction ?
–    Quelle langue choisir pour une communauté de travail internationale ? (France, USA, Allemagne, Ethiopie)

16h-17h : échanges et bilan.

Entrée libre sur inscription par courriel auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh[point]univ-aix[point]fr

Crédit photographique : Flickr de PiroTeK, Leo, licence CC.
Un pensée pour Léo Ferré qui a inspiré le titre de la série de séminaires à venir…

Poète vos papiers

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.

Prague 2010 : congrès de l’association internationale d’histoire orale

2387159031_6638cf8a20Le congrès de l’association internationale d’histoire orale a lieu tous les deux ans. L’année prochaine il se tiendra à Prague et j’espère que la communauté française sera représentée car les grands acteurs du monde de l’histoire orale aujourd’hui se trouvent principalement dans le monde anglo-saxon et hispanique. Alors pour modifier un peu ce paysage, j’encourage les francophones qui ont des recherches en cours dans le domaine de l’histoire orale à venir les présenter. Le thème général du congrès est vraiment très large :  Between Past and Future: Oral History, Memory and Meaning… Vous pouvez effectuer votre proposition d’intervention directement en ligne jusqu’au 6 septembre 2009 (la date a été prolongé le 15 juillet).

A l’année prochaine, à Prague !

Crédit photographique : Guerre des Balkans, 1942, Les immigrants grecs quittent New-York, Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, George Grantham Bain Collection, pas de restriction connue de publication. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.10828

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  « En attendant Mnemosyme », est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.

Un stage sur le protocole OAI-PMH

mailgooglecomLes FRéDoc 2009 porteront sur l’amélioration de la circulation, la diffusion et la mutualisation de l’IST par l’utilisation de l’OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting), le protocole pour le moissonnage des données des archives ouvertes. Ce protocole international permet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents sans les dupliquer ni modifier leur localisation d’origine. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre elles des bases de données hétérogènes. Pour exemple, le Portail du patrimoine oral qu’est en train de mettre en place la phonothèque de la MMSH s’appuie sur ce protocole.

Cette formation aura lieu à Fréjus, du 14 au 16 octobre. Le programme croise des conférences des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. C’est aussi l’occasion de rencontrer des collègues des EPST et d’autres centres documentaires (20 places sont ouvertes aux participants extérieurs). N’hésitez pas à vous inscrire, les places sont limitées !

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

Fracture téléphonique

Dans un récent billet d’Homo-Numericus, Pierre Mounier se demande si le téléphone ne serait pas l’avenir du numérique et liste un à un, bibliographie à l’appui, les nouveaux usages qui apparaissent sans cesse. Pendant ce temps, France Telecom essaie de se débarrasser des 153 000 cabines téléphoniques qui restent encore debout sur le territoire français. Dans le même temps, la moindre démarche administrative à la mairie de son quartier est coupée de toute communication vers l’extérieur. J’ai dû cette semaine faire un dossier d’accueil pour une collègue colombienne. Après avoir pris les informations sur le site de la mairie de l’arrondissement correspondant à mon lieu d’habitation, je me suis rendue au service des attestations d’accueil. Evidemment, il manquait quelques pièces et voilà qu’on m’explique « Ah non, il ne faut surtout pas regarder sur internet parce que ça change tout le temps les papiers à apporter et Internet c’est jamais à jour. Non, voilà ce qu’il faut faire : vous venez d’abord sur place, retirer la liste des documents parce que je ne la donne pas par téléphone puis vous venez à la mairie entre 8h30 et 11h30 du lundi au vendredi ». Je me suis souvenue soudain du temps des télégrammes…

Crédits photographiques : City, telephone room / Adolph B. Rice Studio. 17 août 1955 (Cote : Rice Collection 716A). Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R / http://www.flickr.com/photos/library_of_virginia/289849049 Pas de restriction de droit connues.

Mise à jour d’un guide des bonnes pratiques de gestion des documents numériques

Le sous-comité des archivistes de la CREPUQ (conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) a mis à jour en février 2009 ses Mesures transitoires et bonnes pratiques de gestion des documents numériques parues en 2007. Rien de révolutionnaire dans ce texte, mais vous y trouverez des rappels clairs et essentiels sur la sauvegarde des fichiers et leur dénomination, l’usage de la messagerie électronique et du courriel, la classification des documents numériques, leur suppression et leur conservation. Avec cette trentaine page, vous détenez un véritable support méthodologique, accessible et efficace. Cette nouvelle façon de diffuser des conseils à une collectivité sous forme de « bonnes pratiques » est précieuse. Voilà un outil intéressant qui peut aboutir non seulement à rassurer et guider les utilisateurs mais aussi à optimiser les procédures au sein d’une institution ou plus largement d’une communauté.

Un guide des bonnes pratiques sur la collecte du patrimoine oral et son indexation serait bienvenu. Certes, il existe déjà un Guide des bonnes pratiques sur les corpus oraux diffusé en 1999. Mais ce dernier est étroitement lié aux enquêtes orales des linguistes. Il laisse de côté des pans entiers de la collecte de terrain, et en particulier le répertoire musical et conté, les récits de vie ou l’histoire orale. Il existe pas mal d’outils dans le monde anglo-saxon, dans un prochain billet j’essaierai de les inventorier.

Crédits photographiques : photographie d’Alfred T. Palmer, Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Octobre 1942. Localisation : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Permalien : http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/PPALL:@field(NUMBER+@1(ppmsca+03058)) – Pas de restriction de diffusion connue.

A propos d'archives sonores et audiovisuelles