Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l’association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l’association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer “d’avant” la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de “race des seigneurs”. La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du “parfumeur” le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées “une ville froide”, “morte”, au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : “Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007” , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association “Paroles Vives” (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

– Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
– Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
– Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
– Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
– François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Le “Bulletin de l’AFAS” se renouvelle

L’AFAS [Association des détenteurs de documents audiovisuels et sonores] est une association créée en 1979 sur l’initiative de responsables de fonds d’archives sonores ou de phonogrammes inédits ou édités à vocation de recherche, d’études ou d’usage professionnel. Elle a pour finalité de réunir et informer les personnes et institutions qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités. Depuis peu, son bulletin,  le Bulletin de l’AFAS, a été accepté sur  Revues.org, le plus ancien portail d’édition électronique français dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales.

Actuellement stagiaire  Master II en documentation à l’Université Lyon 1 et l’Enssib dans le cadre de la formation continue, passionnée par le son et les langues, j’ai découvert à la Phonothèque de la MMSH une diversité de fonds d’archives impressionnante. L’une de mes missions de stage était la reprise après migration du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, devenu Bulletin de l’AFAS après son intégration sur la plateforme Revues.org. Le Bulletin de l’AFAS a d’abord été édité en 1980 sous le nom de Sonorités. Au lancement du numéro 0 en janvier 1980, Sonorités avait pour objectif de faire le point sur les activités de l’AFAS, association créé en février 1979. Cette publication avait tout d’abord pour ambition de répondre à un besoin précis dans un contexte où les enregistrements commencent à proliférer, générant en cela de nouvelles problématiques d’ordre juridique ou déontologique. Elle était aussi considérée comme un lien concret entre les adhérents et l’association favorisant une meilleure prise de conscience des richesses que constituent en France, ces innombrables fonds d’archives sonores et la nécessité de mieux les protéger, les connaître et les utiliser. Le Bulletin de liaison des adhérents de  l’AFAS a remplacé celui des Sonorités en 1993, reprenant les même sujets d’étude et il a été mis en ligne dès 2005.

Le son et l’archive

Qu’est-ce que le son ? Une vibration, une fréquence, mais surtout, une manifestation de vie dans sa diversité et sa richesse ; toujours pratiquement porteur de sens, quelque qu’en soit l’émetteur. Parfois, il se trouve qu’il ne délivre pas de message, ou seulement à qui sait l’entendre. Il y a tout type de sons, le bruit de fond, le bruit des objets inanimés, le chant, la parole, la musique instrumentale. Il témoigne en tout cas de l’extraordinaire diversité des êtres humains. L’Homme moderne occidental ignore volontairement ou involontairement certains sons, car il vit dans un environnement sonore riche. Les preneurs de sons, animés par une volonté curieuse de collecte de la mémoire, les moissonneurs de témoignages ont cette qualité extraordinaire d’aller chercher le discours, la musique, le son et d’en mémoriser l’écho. L’univers sonore est suggestif et pouvoir écouter des témoignages sans image aussi est parfois plus porteur de sens que lorsque l’œil est attiré par une couleur, un visage. L’oral à souvent été déprécié par rapport à l’écrit. Or, ses valeurs sont intrinsèquement liées à une forme d’authenticité et de spontanéité qui ne se retrouve plus dans le texte.

L’homme a toujours eu la curiosité de s’intéresser à tous les phénomènes qui l’entourent. Cette curiosité insatiable se retrouve dans les bases de données auxquelles le navigateur peut accéder en cliquant sur les liens proposés par le Bulletin de l’AFAS. Celui-ci ouvre ainsi des portes sur d’autres univers. Vous êtes sur un site de sons et vidéos animaliers, toujours sous l’onglet des Sites Sonores du Bulletin, le site des patrimoines de musique du monde, les radios du Smithsonian dont l’objectif de est de renforcer les liens entre les cultures, et de rapprocher les gens, à travers le biais des musiques traditionnelles dont le but, de fournir à chacun un outil pour retrouver son héritage personnel à travers une collection de fonds sonores soignés et précieusement choisis. Mais il y aussi le site des plus vilains sons, projet amusant de l’université de Salford (vous souvenez-vous du bruit de la craie sur le tableau noir), celui des voix de poètes en langue anglaises (Kipling, Thomas Hardy…) dont les voix uniques traversent l’éternité, l’association de Soutien à la production indépendante de documentaires qui possède un grand nombre de conférences sur différents sujets d’actualité, etc. Ces témoignages ainsi collectés sont riches de réflexions sur le monde.

Avec le son, l’émotion surgit inévitablement. Dans un témoignage oral, l’intonation d’une voix, les silences, les rires nous renseignent parallèlement à ce qui est dit. A ce sujet, l’article de Latitia Nicolas concernant “La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie”‘, qui prend ses distances avec les pratiques pour s’attacher aux affects de ceux qui appliquent leur savoir à collecter ou analyser les archives sonores, est une étude à consulter.

Le rôle du bulletin

Avec le Bulletin de l’AFAS, vous trouvez des discographies, des articles sur des thèmes qui concernent la préservation du patrimoine sonore. Actuellement la mission du Bulletin de l’AFAS n’a fondamentalement pas changée. cependant le contexte des archives sonores s’est élargi : nouvelles technologies, évolution de la recherche, multiplicité des supports et progrès du net,  les questions débattues nécessitent des expertises plus grandes aussi. Dans les articles du Bulletin de l’AFAS, les chercheurs en ethnologie, sociologie, anthropologie s’interrogent sur les missions des archives orales, ses fondements. Ils collectent les témoignages à travers leurs pérégrinations aux sources des fonds populaires. Mais dans ce bulletin, on peut aussi découvrir les techniques de numérisation des fonds sonores, du cylindre au son numérisé actuel. Les missions du documentaliste, ou du phonothécaire mis sur le devant de la scène avec les évolutions technologiques y sont clairement débattues : travail sur la pérennisation des documents, leur valorisation, la mutualisation des connaissances, leur rôle dans le choix documentaire lors de la prise en charge du document pour sa conservation.

A ce sujet, le travail de Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou dont le Guide d’analyse documentaire du son inédit (qui s’attache à la conservation des supports et des données numériques) répond aux préoccupations des phonothécaires publié par l’AFAS en 2001 en collaboration avec la FAMDT. Les articles, discographies, veille technologique sur les dernières technologies pour la sauvegarde du son, remontent à 1979. On retrouve avec émerveillement des articles traitant des technologies d’autrefois : les cylindres du musée de Berlin, l’histoire du disque à saphir etc., des témoins d’une époque où le son conservé était encore presque aussi volatile que lorsqu’il était émis. Tout ceci est à votre portée avec le Bulletin de l’AFAS.

Ainsi, ce bulletin est le reflet de l’activité d’une association qui propose depuis de nombreuses années, des colloques, des rencontres professionnelles diverses, dont l’enthousiasme de ses membres pour le patrimoine sonore transforme le bulletin en site d’information pour les formations, les astuces techniques des professionnels du son, les projets de sauvegarde des fonds sonores et de leur valorisation. Un article aura un regard historique, un autre s’attardera sur une expérience concrète de numérisation, à des fins de préservation et de consultations. Un autre saura prendre le sujet sous l’angle de la linguistique. A signaler aussi, l’article portant sur le travail de La Bibliothèque nationale de France qui en 2009, a élargit son offre de documents sonores sur le web avec Gallica 2, une collection de plus de 500 enregistrements. Un article va décrire avec précision la méthode, les procédures tant techniques que documentaires et juridiques qui ont permis à la Bibliothèque publique d’information de rendre accessible la mémoire sonore numérique des événements et manifestations qu’elle a produits et accueillis. Un texte saura amener une réflexion autour du silence : méthode et la théorie pour étudier ce contrepoint de la parole et du bruit, ce qui habille la musique, et que John Cage a immortalisé dans son œuvre intitulée : 4’33. De nombreux textes, bien sûr, approfondissent la question de l’archive sonore, sa collecte active et raisonnée, sa diffusion et son assimilation. Audacieux, un article d’Hélène Wallenborn Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi sur la collecte et l’interprétation des témoignages des rescapés des camps amène des réflexions sur l’histoire orale, son rôle et sur la place du passé dans nos société contemporaines. Il faut enfin signaler l’enquête menée par l’AFAS et la Bibliothèque nationale de France “Inventaire des fonds sonores édités patrimoniaux dans les collections publiques en France” sur l’édition phonographique des cylindres, disques 78 tours et microsillons (voir aussi le Groupe de travail sur le disque). Les questionnaires de l’enquête sont en ligne, n’hésitez pas à y répondre si vous avez dans votre établissement des 78t à signaler.

L’environnement éditorial

Le renouvellement du site du Bulletin de l’AFAS n’aurait pas pu se faire sans le soutien de l’équipe de Revues.org et en particulier Lisa George qui a étroitement suivi le changement de version du logiciel d’édition électronique Lodel. Lodel, est un CMS (Content Management Systems – systèmes de gestion de contenus) utilisé pour produire à travers le monde de nombreuses revues. Lodel a de nombreux atouts et en particulier le respect des normes d’édition sur le Web (Métadonnées, Dublin Core, syndication par flux RSS). En outre, les personnes ne connaissant pas les techniques du Web peuvent aussi mettre des documents en ligne facilement. La dernière version de Lodel sur laquelle est migrée le Bulletin de l’AFAS a beaucoup évolué par rapport à l’ancienne.  C’est ainsi que les numérisations d’ anciens articles ou discographies ont pu être chargées sur le site. Ce sont à présent plus d’une centaine d’articles et une centaine d’annonces, compte-rendus, et informations pratiques, une soixantaine de notices, auxquels viennent se joindre liens et flux de syndication qui sont sur le Bulletin de l’AFAS.

En conclusion

Ainsi, tout l’intérêt de ce nouveau bulletin repose sur l’ancienneté de l’AFAS et sur l’effort fait pour mettre en ligne dans la mesure du possible les anciens numéros qui jusqu’à présent étaient sous version papier, afin qu’à la lecture naisse une compréhension de l’évolution des méthodes d’enregistrement, de transmission et de production des sources sonores. De ce fait, en plus des anciens numéros jusqu’à présent sous version papier uniquement du Bulletin de l’AFAS, vous avez aussi accès à quelques articles extraits de Sonorités qui a précédé le Bulletin de l’AFAS. De nombreuses discographies vont vous faire revivre les belles heures de la chanson française (Edith Piaf, Georges Brassens, …). Peut être aussi découvrirez-vous certains noms de chanteurs oubliés, ceux que l’on a qualifié de “chanteurs maudits” ?
Vous l’aurez compris, les objectifs du Bulletin de l’AFAS sont la mise en valeur du patrimoine sonore, de multiples réflexions sur la collecte, l’archivage et la préservation du patrimoine sonore. La richesse des réflexions menées, la multiplication des informations apportées lui donnent un intérêt pour de nombreux visiteurs. Le Bulletin de l’AFAS est plus que jamais un “lieu de rencontre, un carrefour pluridisciplinaire et multi-thématique, témoin de la richesse d’un patrimoine sonore et audiovisuel en pleine mutation”. A propos, nous vous invitons  à proposer à l’équipe éditoriale du Bulletin de l’AFAS, les sites sonores qui vous paraissent intéressants, vos articles, ou à faire part de vos remarques.

J’espère donc que vous aurez la curiosité d’aller sur le site : Bulletin de l’AFAS, dont les articles de fonds montrent l’effervescence scientifique sur le domaine des archives audiovisuelles et sonores.

Crédit photographique : “Etiquette de disque pyral conservé à la BnF”

Chants populaires de la Basse-Bretagne : mise en ligne des ouvrages de François-Marie Luzel (1874 et 1868)

Standing stones at Kermario, Carnac, Britanny, France
Les catalogues de chansons traditionnelles sont essentiels aux phonothécaires qui les utilisent pour l’analyse et l’indexation de la littérature orale enregistrée sur le terrain.  Pour le conte, la classification internationale Aarne et Thompson, permet d’organiser les différentes versions autour de titres uniformes. Pour la chanson, il n’existe pas d’outil à vocation universelle. Les principaux catalogues sur le domaine français sont nationaux ou francophones, mais la plupart du temps les archivistes du son utilisent des ouvrages, de type anthologie, qui couvrent des zones culturelles. Certains sont encore publiés aujourd’hui, la plupart datent du 19e siècle et du début du 20e siècle, quand les folkloristes se sont attachés à la chanson populaire.

Ces jours ci, la bibliothèque universitaire de Rennes a mis en ligne les deux volumes d’un ouvrage important pour la chanson traditionnelle :  les “Chants populaires de la Basse-Bretagne – Gwerziou Breiz-Izel” (1874 puis 1868), recueillis par  François-Marie Luzel (1821-1895). Une aubaine pour les archivistes de l’oral ! Cet enseignant, également archiviste, juge et journaliste à ses heures, s’était lancé dès 1864 dans la collecte du patrimoine populaire en Bretagne, aussi bien dans le domaine du conte que du théâtre ou de la chanson. Ses archives sont rassemblées, dans leur grand majorité, à la Bibliothèque municipale de Rennes. Pour les bretons mais aussi pour ceux qui, plus largement, s’intéressent à la chanson traditionnelle, l’accès simplifié à ce recueil est capital.

Ravie de ma trouvaille et de ma rencontre avec François-Marie Luzel, j’ai recherché ses deux autres volumes sur la chanson. L’édition des Soniou Breiz-Izel de 1890 est disponible en libre accès sur Gallica et le tome 1 de la réédition de Donatien Laurent chez Maisonneuve et Larose en 1971 est en “en accès limité” sur Googlebooks. Les quatre volumes sont également en cours de traitement chez Wikisource, et les éditions de Luzel sur la chanson font peut-être partie de la collaboration BnF/Wikisource et nous aurons bientôt le résultat de ce travail.

Entre ces quatre  éditions électroniques des catalogues de Luzel, sans aucun doute le site le plus ergonomique pour les consulter  est celui publié par la BU de Rennes à l’aide d’Omeka, du Center for History and New Media (oui le même laboratoire qui développe Zotero). Pour l’utilisateur, le menu en haut de la page est vraiment pratique. Il propose en seul coup d’oeil de consulter l’ouvrage numérisé, voir sa notice, en lire une présentation, consulter sa table des matières ou rechercher par mots. Dans la recherche, le mot apparaît sur la droite, les différentes informations nécessaires à la catégorisation et une citation rapide de l’ouvrage sont là avec un petit plus, l’affichage de la géolocalisation de l’édition. François-Marie Luzel, qui a aussi été archiviste, aurait apprécié…  Les responsables du projet à la BU de Rennes, Laurence Leroux et Julien Sicot, font part de leur expérience dans un diaporama qui donne envie de se lancer dans une expérience similaire. N’hésitez donc pas à visionner Omeka ou comment réaliser une bibliothèque numérique à l’échelle d’un SCD (mai 2010).

Références citées :

Luzel, François-Marie (1821-1895), “Chants populaires de la Basse-Bretagne : premier volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel ,” in Bibliothèque numérique – Université de Rennes 2, Item #321, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/321 (accessed August 27, 2010).

Luzel, François-Marie (1821-1895), “Chants populaires de la Basse-Bretagne : second volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel ,” in Bibliothèque numérique – Université de Rennes 2, Item #322, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/322 (accessed August 27, 2010).

Crédits photographiques :  Woman at standing stones / Menhirs at Kermario alignments in Carnac, Britanny. Photographe inconnu.  Permalien :  http://www.kms.raa.se/cocoon/bild/show-image.html?id=16001000218244 [Kulturmiljöbild – The Swedish National Heritage Board’s photographic database]. Pas de restriction de droit connu.

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, “Souvenirs”. Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, “Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981”. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre “L’histoire orale, regards croisés et décalés” : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une “tammurriata” pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de “Vésuve”, interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de “films sonores” qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Un carnet sur les archives sonores, audiovisuelles, textuelles et photographiques en Méditerranée, diffusées par la Médiathèque SHS de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search