Une matinée sur “Les données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage”, 27 mai 2011, Paris

Le groupe de travail sur les archives scientifiques du Réseau AURORE (Archivistes des Universités, Rectorats, Organismes de Recherche et mouvements Etudiants) organise en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie une matinée sur le thème Données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage des données » à l’Université Pierre et Marie Curie (4 place Jussieu, Paris 5e). Les titres des interventions risquent encore d’être modifiés, le programme “officiel” n’est pas encore diffusé, mais voilà dans les grandes lignes, le déroulement de la matinée du vendredi 27 mai :

9h00 – 9h30 Accueil des participants

9h30 – 9h45 Discours d’ouverture

Jean CHAMBAZ, Vice-Président Recherche à l’UPMC

9h45-10h00 Introduction générale

Fabien OPPERMANN, Chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

10h00 – 10h45 Droit d’auteur et droit des archives : un dialogue méconnu

Présidence : Marie-Laure BACHELERIE, responsable du service archives du CNRS

– Valentine DELEUZE, Bureau des accords institutionnels et de la propriété intellectuelle, DGRTT de l’UPMC : Conservation et confidentialité des données liées aux brevets.
– Emmanuel PIERRAT, Cabinet PIERRAT – Questions de droit.
– Sarah CADOREL, projet ELFE – Intégration de la problématique de la gestion et de la conservation des données à un projet de recherche.
Échanges avec les participants

10h45-11h00 Pause

11h00 – 11h45 Bases de données et plateformes de recherche – Des problématiques spécifiques

Présidence : Hélène CHAMBEFORT, responsable du bureau des Archives à l’INSERM

– Sylvain COLOMER, juriste à l’UPMC : Présentation du guide CNIL.
– Aurélien CONRAUX, BNF : Accompagner une collectivité de chercheurs.
– Alain ZASADINSKI, Institut de l’information scientifique (INIST-CNRS) : Présentation du projet SIDR en lien avec les objectifs de conservation pérenne.
Échanges avec les participants

11h45-12h15 Constitution et exploitation du patrimoine scientifique

Présidence : Goulven LE BRECH, EHESS

David AUBIN, professeur en épistémologie, Histoire des sciences et des techniques
Véronique GINOUVES, Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme : Donner accès aux archives sonores des sciences humaines et sociales : questions éthiques et juridiques.
Nathalie DUCHANGE, INSERM : Des archives ouvertes ? Présentation HAL et MédiHAL.

12h15-12h30 – Discussion libre

En raison du nombre limité de places, l’inscription auprès d’Isabelle GALLOIS est obligatoire avant le 23 mai – isabelle.gallois@upmc.fr.

La conférence se tiendra en Tour 46, salle 101.

Rappel : deux journées sur le droit et l’éthique en SHS seront organisées également en 2011 par les MSH d’Aix-en-Provence, Nanterre et Tours, les 26 septembre (Tours) et 29 novembre (Aix-en-Provence). Le programme sera bientôt publié.

Crédits photographiques : la Restonica, au mois de mai (la photographie n’a rien à voir avec le sujet mais je viens de m’y baigner), V. Ginouvès, mai 2011.

Encore trois ans avant de pouvoir siffler l’Internationale tranquillement…

Le 27 mai prochain, le réseau AURORE1 organise à Paris une matinée sur les droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage des données qu’ils ont produit, ou contribué à produire, tout au long de leur vie professionnelle. Ce sera l’occasion de présenter les collections sonores de la phonothèque de la MMSH et de faire un point sur les questions de droit et d’éthique qui se posent. Jusqu’en 2009, la synthèse réalisée par Ludovic le Draoullec sur l’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles était suffisante : elle constituait une bonne introduction à la question et les contrats proposés à la fin de l’article étaient simples et efficaces2. Mais ces dernières années le paysage s’est modifié : les lois DADVSI et HADOPI ont été promulguées, le Web – devenu omniprésent – a modifié en profondeur les pratiques de consultation de l’audiovisuel et des masses importantes d’archives sonores ont été mises en ligne. Notre expérience dans le domaine est aujourd’hui plus riche mais encore balbutiante, la prise de risque de la mise en ligne n’est pas toujours très consciente, les décisions sont plus complexes et elles demandent toujours plus d’attention.

Ces questions sont centrales dans notre métier et c’est pourquoi cette année, avec les Maisons des sciences de l’homme de Tours et de Nanterre3 nous avons également décidé de travailler sur ces questions juridiques et éthiques pour les éclaircir en proposant de rédiger collectivement un “Cahier des bonnes pratiques” en direction des chercheurs et de tous ceux qui, en sciences humaines et sociales, travaillent sur la mise en ligne de documents multimédias sans savoir toujours ce qu’ils ont – ou pas – le droit de faire. Deux journées seront organisées dans ce cadre en 2011, à Tours le 26 septembre et à Aix-en-Provence le 29 novembre. Le programme sera bientôt publié.

A la phonothèque de la MMSH, nous avons récemment travaillé sur des corpus sonores de répertoire musical de transmission orale en France : voilà un bon exemple du type de difficulté qui se fait jour au moment de la mise en ligne. A priori, les questions juridiques des enquêtes sur les musiques traditionnelles de transmission orale enregistrées sur le terrain dans les années 1970-1980, pourraient sembler très simples. En effet, il n’y a pas de compositeur qui puisse être retrouvé pour ces chansons transmises de bouche à oreille, pour la mélodie comme des paroles. Pourtant, même si l’informateur et l’enquêteur ont donné leur droits d’utilisation et de diffusion de ces enregistrements à la phonothèque pour les mettre en ligne, il faut rester vigilants. Ces enquêtes foisonnent de passages où les informateurs chantent des airs capturés à la volée à quelqu’un d’autre : entendus sur les ondes radiophoniques, à la télévision ou sur des enregistrements édités, lus sur des feuilles volantes achetées à un marchand ambulant ou retrouvée dans les pages d’un livre chez soi… L’informateur se l’est tellement appropriée que la chanson semble issue de la tradition orale. Et pourtant, il peut s’agir d’une composition qui n’appartient pas encore dans le domaine public. La chanson peut être métamorphosée par une traduction en langue régionale, une modification des paroles, du style ou du mode tellement différent qu’il est difficile de retrouver l’original, et gare s’il a moins de 70 ans !

L’anecdote suivante est restée en mémoire aux responsables d’archives sonores, même si elle s’est déroulée dans un cadre différent, puisqu’il s’agissait d’un film diffusé dans un réseau commercial. Pierre Merejkowsky réalisateur et acteur, a improvisé un sifflotement de L’internationale dans un de ses films en 2004 sans savoir qu’il exploitait illégalement une musique éditée par la société Le Chant du monde4. Il a très vite compris la force des sociétés de droit d’auteur. En effet, la composition de ce chant remonte à 1888. La musique est de Pierre Degeyter (1848-1932) et les paroles d’Eugène Pottier (1816-1887). Aux soixante-dix ans de protection post-mortem de l’artiste, s’ajoutent les années de guerre : ce n’est donc qu’en 2014 que l’hymne mondial du mouvement ouvrier tombera dans le domaine public. La Société pour l’administration du droit de reproduction mécanique des auteurs compositeurs et éditeurs (SDRM), qui gère les droits d’auteur sur les supports cinématographiques, a pu ainsi, dès la sortie du film, demander 1 000 euros à la société de production Les films sauvages pour avoir omis de déclarer ce sifflotement.

Rappel des textes de loi à prendre en compte pour la diffusion et l’utilisation d’archives sonores inédites :

2011 – Code de la propriété intellectuelle, version consolidée au 26 avril 2011 : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414

article L. 211-3-7 (Les bénéficiaires des droits ouverts au présent titre ne peuvent interdire) les actes de reproduction et de représentation d’une interprétation, d’un phonogramme, d’un vidéogramme ou d’un programme réalisés à des fins de conservation ou destinés à préserver les conditions de sa consultation, à des fins de recherche ou d’études privées par des particuliers, dans les locaux de l’établissement et sur des terminaux dédiés, effectués par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d’archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial.

2009 – Loi HADOPI : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020735432&dateTexte=

Dans cette loi, un amendement rédigé par l’IABD permet désormais aux bibliothèques publiques, musées et services d’archives de communiquer au public, sans autorisation préalable, les copies des documents numérisés par leurs soins, à des fins de conservation ou pour préserver les conditions de leur consultation. Cette communication peut se faire sur place et sur des terminaux dédiés, à des fins de recherche ou d’études privées par des particuliers.  L’amendement vise à corriger les lacunes de la loi du 1er août 2006 sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information (Dadvsi) qui donnait aux bibliothèques le droit de numériser des documents à des fins de conservation ou de préservation de leur état de consultation, mais pas de les communiquer au public.

2006 – Loi DADVSI : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000266350&dateTexte=

1985 – Loi n° 85-660 du 3 juillet 1985 relative aux droits d’auteur et aux droits des artistes-interprètes, des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes et des entreprises de communication audiovisuelle : http://admi.net/jo/loi85-660.html

1957 – Loi n° 57-298 du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique : http://admi.net/jo/loi57-298.html

1948 – Déclaration universelle des droits de l’homme http://www.textes.justice.gouv.fr/textes-fondamentaux-10086/droits-de-lhomme-et-libertes-fondamentales-10087/declaration-universelle-des-droits-de-lhomme-de-1948-11038.html

Article 27 : 1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Crédits photographiques : Marchand de paniers ambulant jouant de la flûte, Lysekil, Suède. Photographe : Carl CurmanDate, années 1880. Swedish National Heritage Board. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : www.kms.raa.se/cocoon/bild/show-image.html?id=16000300029151

  1. Réseau des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et (mouvements) étudiants []
  2. Autorisation d’utilisation, cession de droit, contrat de dépôt en direction des informateurs et des enquêteurs []
  3. Plus précisément Crévilles et la bibliothèque Dampierre []
  4. Siffloter « L’Internationale » peut coûter cher, Le Monde, 9 avril 2005 []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérément “Currently unavailable” sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez “Tom Thumb”, vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les “Autres contes surnaturels” ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez “Fox” vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
National Museum of African Art Docent James Brown, Jr., with Preschoolers, photographie de Jeffrey Ploskonka, 1988, Smithonian Museum. Pas de restrictions de droit connues.
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues.
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []

Enquêtes orales sur le mariage dans la région d’Oas (Roumanie) : un nouveau corpus sonore disponible sur la base de la Phonothèque (MMSH)

En février 2011, l’ethnologue Danielle Musset,1 a déposé  à la Phonothèque de la MMSH ses enquêtes de terrain enregistrées dans le cadre de sa thèse de doctorat portant sur Le mariage à Moişeni, Roumanie2. Le corpus – d’une durée de cinq heures – contient deux entretiens avec des habitants de Moişeni,  des chants au cours de deux veillées, des chansons et des danses exécutées tout au long de la cérémonie du mariage, ainsi que des paysages sonores pendant les rituels et le bal de noce. Dans le cadre de mon stage pour le Master 2, Monde du livre, j’ai documenté les 41 enquêtes qui constituaient ce corpus enregistré entre 1974-1977. Elles sont désormais accessibles sur la base Ganoub de la Phonothèque.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans le nord-ouest de la Roumanie,  à Moiseni, Huta et Bixad, trois villages du Pays d’Oas, dans le département Satu Mare, une zone encore peu étudiée dans les années 1970. Aiguillonnée par sa curiosité d’ethnologue, Danielle Musset au cours d’un de ses voyages dans cette région a décidé d’étudier l’un des rouages fondamentaux de la société paysanne, sensible à l’évolution des mentalités et aux changements sociaux3, le mariage. Au-delà de l’étude de ce rite, l’ethnologue a voulu aussi voir dans quelle mesure le mariage peut être révélateur des rapports qui existent entre les sexes4.

Ainsi, deux hommes nous font partager leurs noces en nous décrivant le déroulement avec de nombreuses explications. Ils détaillent les fonctions et les interventions de tous les acteurs de la cérémonie : le staroste5, le stegar6, la socacita7, les mariés, les parrains. Des enregistrements de chansons, danses, rituels et ambiances sonores lors de trois mariages se font l’écho de ces deux récits et les complètent. Le magnétophone a été mis en marche pour capturer l’atmosphère de la fête lors du déplacement du cortège nuptial vers l’église. On y entend des cris pendant les danses de jeunes garçons ou de jeunes filles, des séries de dialogues entre les différents acteurs du mariage, des dialogues pendant le bal de noces, l’annonce des cadeaux pour les marié s…  L’enquêteur ne s’est pas concentré seulement sur le mariage, mais aussi sur des activités sociales : des veillées et la réception des filleuls lors d’une fête à Moişeni.  Lors d’une des veillées, on peut entendre des chants interprétés uniquement par des femmes, reprenant la tristesse de la mariée qui devra quitter la maison parentale, le mariage d’amour, le statut de la femme mariée, etc. Pour donner des éléments de compréhension de cette littérature orale j’ai inséré certains vers en langue roumaine de ces chansons, accompagnés d’une traduction dans les résumés. Toujours enregistrées dans le cadre de veillées, vous pourrez entendre également des mélodies ondulatoires émises par des délicates flûtes paysannes.

L’analyse documentaire de ces archives s’est effectuée en collaboration avec Danielle Musset qui a bien voulu se replonger dans ses recherches antérieures. J’ai signalé pour chaque œuvre ou chaque élément du rite, les transcriptions qui se retrouvaient dans sa thèse publiée dans le volume 3 de la revue Études et documents balkaniques qu’elle a bien voulu déposer8 avec le corpus des enquêtes. Le même volume contient aussi des transcriptions et des traductions des oraisons enregistrées (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Alors pourquoi les socăcițe essaient de vendre au parrain des mariés une poule mitonnée ? Comment la négociation a-t-elle lieu ? Quand donc les invités vont-ils commencer à danser Jocul colacilor [la danse des gimblettes]9. La lecture de la thèse de Danielle Musset et l’écoute de ces enregistrements vous donne de nombreux éléments pour reconstituer ce monde est-européen, probablement révolu avec la mondialisation.

Crédits photographiques: Danielle Musset, Le mariage en Pays d’Oas (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970

  1. Danielle Musset est actuellement directrice du Musée de Salagon []
  2. Cette thèse a été  soutenue sous la direction de Paul Henri Stahl, en juin 1978 à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris []
  3. Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1 []
  4. Ibidem []
  5. Le staroste, qui dans le contexte du mariage est traduit comme meneur du jeu ou de la cérémonie, est un mot ancien et un régionalisme désignant la personne qui faisait l’intermédiaire, entre les deux familles des futurs mariés, pour la demande en mariage. Elle était chargée d’aller faire la demande en mariage dans la famille de la jeune-fille de la part du garçon. []
  6. Le stegar est traduit du roumain par porte-drapeau. Ici il s’agit du drapeau de mariage, une bannière avec des grelots. []
  7. Socăciță est un mot ancien du roumain et un régionalisme pour désigner les cuisinières. Dans le cas du mariage, elles avaient la responsabilité de préparer le repas de noce et la poule pour laquelle s’engageait toute une négociation avec le parrain. []
  8. L’ouvrage est consultable à la Bibliothèque de la MMSH sous la cote P390-03 []
  9. Le mot colaci a été traduit du roumain par les gimblettes, pâtisserie en forme d’anneau. Le colac roumain préparé pour les fêtes est une sorte de pain rond torsadé. []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet “Ténéré Tchad” et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille – Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie “auberge”, le terme est construit sur “la maison (Haus) des hôtes (Gast)” http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []

Des bohémiens et de leur musique à Marseille

Babel Med Music débutait hier par une table ronde ouverte à tous sur le thème  “Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder”. Philippe Fanise de l’ARCADE avait choisi de croiser les regards et les  expériences d’ artistes, de programmateurs de festivals, de chercheurs, d’élus et d’acteurs sociaux.

Si vous n’avez pas pu y assister vous pouvez – pour vous mettre en oreille -, commencer par lire Des bohémiens et de leur musique en Hongrie, de Franz Liszt cité dans son introduction par Philippe Fanise.

Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec Caroline de Saint-Cricq, le compositeur hongrois évoque ce répertoire avec une vision romantique qui finalement n’a pas disparue : Outre les auteurs qui ont animé de sentiments conformes à ceux que l’art bohémien exprime, des personnages qui n’ont aucun rapport extérieur avec cette race, et ne sont apparentés à elle que par leurs ineffaçables instincts d’orgueil et de liberté infinie, comme par les mélancolies navrantes qui les poignent: outre les auteurs qui ont pris le Bohémien en qualité de ressort dramatique et de figure étrange, il y eut plusieurs poètes qui, se transportant en idée dans l’un de ce ces individus, essayèrent de surprendre les battements du cœur, les pulsations de sang que provoque une existence comme la sienne, et de nous les redire. Pouchkin intercale dans le poème qu’il leur consacre, et dont la structure est pareille à ceux que Byron nommait a taie, une chanson recueillie par lui de la bouche des Bohémiens de la Russie méridionale, et qui se chante encore parmi eux ; la langue russe donne à ces vers une singulière énergie, par la richesse de ses assonances, par son rhythme rapide et saccadé comme la respiration haletante qui précède le crime (p122).

Justement, la table ronde avait pour objectif de sortir de ces clichés tout en conservant une oreille attentive à la création musicale des roms. Tchoune qui jouait le soir dans un groupe réuni autour des chants sacrés en Provence, Ghista de la fanfare Vagabondu que l’on croise souvent au détour d’une rue marseillaise, Claudio Cavallo Giagnotti qui nous a raconté un peu de la vie des gitans italiens du Salento. Plusieurs projets et festivals autour de la culture rom ont été présentés. Parmi eux, celui porté par l’association Petit à petit en collaboration avec le Museon Arlaten et évoqué Cécile Février devrait aboutir lors de Marseille 2013. “Partage de mémoire gitane” s’inscrit dans une démarche  participative des populations ou dans les comités il y a à les “experts” bien sûr mais aussi les roms présents sur le territoire et un groupe de concertation où tout le monde se rencontre. L’objectif est de former les jeunes à réaliser des collectes auprès de leurs anciens en partant du principe – cher à la convention de Faro – que chacun est expert de sa vie.  Alain Fourest, de “Rencontres tsiganes” nous a fait redescendre sur terre en évoquant les risques d’expulsion constants, dans des conditions inhumaines que vivent les populations roms de Marseille.  Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations, a présenté la politique mise en oeuvre par la Région en direction de ces populations et a annoncé la création d’un centre de ressources sur les populations tsiganes. A cette annonce, le marseillais ne peut que regretter la disparition brutale de la Maison de l’étranger et de son centre de documentation, et penser à la fatigue de  cet éternel recommencement…

Le soir après “le marché” Babel Med redevenait ce lieu où les marseillais peuvent plonger en apnée dans toutes les musiques du monde, en allant d’un concert à un autre. Hier j’avais choisi le combat diatonique, en écoutant cinq samouraïs, voyageurs eux-aussi : Bruno Le Tron (France), Ricardo Tesi (Italie), Markku Lepistö (Finlance), Didier Laloy (Belgique) et David Munnelly (Irlande) ont joué un superbe choral à partir de leurs créations éclectiques et joyeuses, toujours inspirée sdes répertoires de tradition. Leur “unité de combat” internationale n’aurait pu avoir lieu sans une résidence qu’ils ont effectuée à Correns en 2010, un autre lieu encore pour soutenir la création des musiques traditionnelles.

Valoriser les archives sonores inédites dans un centre de documentation

Un pêcheur des Saintes-Marie-de-la-Mer évoque la vie quotidienne au début du 20e siècle  “Era un autra vida” – une autre vie faite de cueillette, de braconnage et de pêche…  Cet extrait sonore, enregistré en 1984 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Le Pays d’Arles par ses gens” introduisait une conférence sur la valorisation des archives sonores des sciences humaines et sociales dans un centre de documentation organisée par l’ADBS (section PACA).

Crédits photographiques : A fisherman in sou’wester mending lobster/crab creels on the beach alongside a beached Sheringham crab boat, National Maritime Museum, 1910-1911. Pas de restrictions de copyright connues.

Extrait sonore : enquête réalisée par Jean-Pierre Belmon aux Saintes-Maries-de-la-Mer dans le cadre de la publication : Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.

Ce diaporama est cité dans le billet “Collecter la mémoire de l’autre”, http://plozevet.hypotheses.org/5955 (publié le 23 mars 2011).

Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des “petits lieux” de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

– Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

– Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

– Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

– Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

– Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

– Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

– André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

– Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

– Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

– Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

– Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

– Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !

Conférences sur les archives du patrimoine vivant au Centru culturale VOCE, Centre de musique traditionnelle de Corse

Les 25 et 26 février 2011, dans le magnifique village de Pigna – entièrement piéton-, se sont tenues deux journées de conférences sur les archives sonores. Ces rencontres inauguraient un cycle de conférences préparées par la médiathèque du Centre Culturel Voce association de recherche et de formation sur la musique traditionnelle.

Quatre interventions présentaient les modalités de collectage d’archives du patrimoine vivant libres de droits, leur traitement documentaire et leur partage sur l’internet (Corinne Cassé, association Paroles Vives, Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH), l’expérience de cycle de restitution de ces archives aux populations insulaires (Antoine Leonelli, chargé du service de la médiation au Musée de la Corse programme Estru Paisanu), et de magnifiques portraits de chanteuses collectées par Nicole Casalonga, présidente de l’association mais aussi chanteuse, musicienne et collectrice et Catherine Perrier, collectrice et chanteuse, spécialisée dans la collecte des musiques et danses traditionnelles.

Il fut question des dimensions affectives de ces archives, de leur portée patrimoniale unique, mais aussi de la qualité des entretiens autant sur un plan technique que sur le plan des relations établies entre les locuteurs, propices à la transmission de la parole, de la mémoire, du sens que chacun pouvait donner à la notion de patrimoine. La place des familles notamment des informateurs et leur histoire de vie dans ces parcours de chanteurs, de témoins fut particulièrement mis en valeur.

Un public hétérogène assistait attentif à ces présentations : musiciens, habitants du village, collecteurs, chanteurs… La présence de plusieurs partenaires et institutionnels, Damien Delgrossi, directeur du Centre des Musiques Traditionnelles de Corse, et Dominique Devaux, directeur des archives départementales de Haute-Corse, ont permis de croiser les regards sur ces archives, les méthodologies employées et d’envisager de nouvelles collaborations.

Il faut saluer le dynamisme des équipes du Centre Culturel Voce, de sa direction et de sa médiathèque, leur volonté d’initier de nouveaux échanges, dans l’île et au dehors, sur le collectage de la musique et du patrimoine oral en général. Les questionnements sur la communication des archives et sur la place des locuteurs, informateurs ou collecteurs, ne connaissent pas de frontières et ne sont pas propres à une seule discipline. Ainsi, le professeur Ignazio Macchiarella, de l’université de Cagliari en Sardaigne, ethnomusicologue, nous a fait partager ses recherches en musicologie menée avec les chanteurs de polyphonies de différentes confréries corses. Les échanges sur le terrain ont abouti à la publication d’un livre, “Tre Voce per pensare il mondo”, véritable co-écriture avec ses informateurs. Un grand moment d’émotion nous fut donné lorsque les hommes de ces confréries nous ont rejoints en fin de journée et ont accepté de prendre la parole pour témoigner de cette expérience de questionnement et de restitution culturelle. Au moment de partager les collations de fin de conférence, les petits groupes se sont formés spontanément pour explorer toute la beauté des polyphonies chantées au sein des confréries, comme autant de partages d’émotions.

En parallèle de la richesse de ces échanges, baignés dans la majestueuse beauté du site, se déroulait l’atelier sur les instruments à cordes frottées mené par John Wright, collecteur, musicien et musicologue. Chaque élève, particulier, musicien traditionnel, était venu avec son instrument pour partager les pratiques, les expériences musicales, les sons…

Ces journées, parmi tant d’autres, témoignent de la vivacité du milieu du collectage et de la volonté de s’enrichir des autres trajectoires. Elles prouvent, s’il en était encore besoin, des avancées de la réflexion autour du sens du collectage et de sa restitution. Il est à souhaiter qu’elles préfigurent de futurs partenariats, de nouvelles pistes de terrain et de nouveaux outils communs.

Le Centre Culturel Voce a été créé en 1978. Il collecte, archive et met à la disposition du public des enquêtes de terrain. La phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec ce centre qui a commencé à mettre en ligne nombre d’archives musicales sur sa base Repertorium.

Crédits photographiques : Village de Pigna, l’image est sous Creatives Commons. Salle de conférence à l’hôtel Casa Musicale, Pigna, par le Centru Culturel Voce, et stagiaires des Ateliers de John Wright, par Corinne Cassé, le 25 février 2011.

Comment valoriser des archives sonores dans les centres de documentation ?

Mardi 22 mars 2011 de 10h00 à 12h00 vous pourrez écouter une conférence sur les archives sonores organisée par l’ADBS PACA Marseille :

Depuis quelques années, les archives entrent volontiers dans les centres de documentation. Elles viennent enrichir les fonds documentaires, compléter des collections ou contextualiser l’histoire des institutions Les archives sonores ont leur propre spécificité et proposent de nouvelles formes d’accès et de valorisation en direction de différents publics. La conférence a pour objectif de sensibiliser les documentalistes à la gestion de ce type d’archives, en rappelant les différentes règles juridiques et techniques qui les régissent mais aussi – et surtout – leurs différentes utilisations et de leurs modes de valorisation.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez y assister.

Crédits photographiques : Four men and two women on the deck of the three-masted bark Lamoricière, Puget Sound port, Washington, ca. 1904. Photographe: Hester, Wilhelm, 1872-1947. Collection : Wilhelm Hester Collection (Washington). Permalien : http://content.lib.washington.edu/u?/hester,67 Pas de restrictions de copyright connues.

Un carnet sur les archives sonores, audiovisuelles, textuelles et photographiques en Méditerranée, diffusées par la Médiathèque SHS de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search