Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []

Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie

Issue d’une formation en Langues Étrangères Appliquées j’ai eu l’occasion, le temps d’une vacation, de présenter le travail de la phonothèque de la MMSH lors des quatre journées de la Fête de la science. Nous imaginions des publics multiples (scolaires, familles ou curieux) et nomades, qui devaient recevoir un message rapide et clair avant de passer à un autre stand. Avec l’équipe de la phonothèque, nous avions préparé dans ce sens des posters et un scénario pour présenter des enquêtes de terrain sur le thème de l’eau. J’ai eu un peu de temps, avant le lancement des ateliers pour découvrir les documents, mais je me demandais comment j’allais pouvoir m’approprier ces archives sonores et transmettre aux visiteurs tout l’intérêt de la source orale dans les sciences humaines et sociales. J’ai vite remarqué que la curiosité du public était aiguisée lorsque j’évoquais les récits des anciens : cela les plongeait dans leurs propres souvenirs. Deux petites filles se sont mises à chanter spontanément les comptines méditerranéennes de leurs mamans, une autre a tenté de traduire un poème algérien que son grand père lui raconte inlassablement depuis sa naissance. L’écoute a été aussi l’occasion pour les enfants de s’interroger sur la façon dont leurs grand-parents vivaient dans leur jeunesse et sur leurs savoirs qui étaient peut-être à découvrir. Nombre d’entre eux ont évoqué à cette occasion leurs origines familiales et les savoir-faire transmis (recettes de cuisine, remèdes naturels, chants, contes, expressions dans les langues d’origines). Au milieu de l’effervescence de la fête de la science, à l’écoute des chants des anciens, certains enfants refusaient de quitter leur casque. Captivé par les enregistrements sur le terrain des Cévennes et la sérénité du débit, du rythme des conteurs et des chanteurs traditionnels, un petit garçon ne voulait pas laisser sa place aux autres visiteurs. Devant l’insistance de ceux qui se pressaient pour écouter et de sa maman, il a quitté à regret ce bond dans le temps. Pour moi la fête de la science aura été une occasion unique de rencontrer en un seul lieu un panorama dynamique de la recherche sur la région marseillaise, mais aussi de découvrir et faire découvrir les archives sonores dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Une belle aventure !

Auteur : Mélanie Avella



Crédits photographique : 24 octobre 2010, dernier jour à la fête de la science et  inauguration de la fête de la science, chorégraphie de Léda Atomica le 21 octobre 2010.

photographies de V. Ginouvès.

Les archives sonores à la fête

Les premières visites sur le stand de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ce matin, à la fête de la science ont été riches de rencontres. A tour de rôle nous avons reçu  par petits groupes  des élèves de classes de primaires et de collège et des adultes venus de plusieurs pays émergents en apprentissage de la langue française. Pour faire découvrir l’utilisation de la source orale dans les sciences humaines et sociales, l’équipe de la phonothèque avait préparé un scénario sur lequel nous avons improvisé en fonction des réactions des différents publics.

Pour commencer, la même entrée en matière pour tous : l’écoute d’un refrain de bourrée enregistré dans les Cévennes par deux ethnologues Nicole Coulomb et Claudette Castell1 : Combien de fois j’ai passé la rivière pour préserver tes moutons du danger / Si je l’ai fait je l’ai fait pour te plaire, si je l’ai fait je l’ai fait pour t’aider… entonne d’une voix claire et chaleureuse un homme qu’on imagine déjà d’un certain âge au moment de l’enregistrement (1980). Les enfants se poussent du coude et pouffent de rire en entendant la chanson… Mais quand on leur demande si dans leur famille certains membres connaissent des choses qui ne sont pas inscrites dans les livres, une petite fille de CM2  lance tout de suite « ma Mamie de Russie, connait une recette qu’elle a transmise à ma maman qui me la transmettra », un garçon en 6e évoque des chansons de sa mère et un autre nous dit que son père a connu la guerre (laquelle ? il ne sait pas).

L’écoute d’un récit de vie d’un pêcheur en langue provençale2 suscite toutes les interrogations, personne n’a jamais entendu parler cette langue. Un garçon de CM2 imagine tout de même que la langue est proche « C’est du marseillais » nous affirme-t-il. Quant aux adultes en apprentissage du français ils sont très étonnés d’apprendre qu’il n’y a pas si longtemps, les « français de Provence » pouvaient ne pas parler couramment la langue française ou en tout cas, avoir une toute autre langue maternelle que le français. Une jeune femme éthiopienne est fière de nous dire que dans son pays il y a plus de 80 langues qui se parlent. A l’écoute d’un extrait sur la lessive aux cendres3, une jeune albanaise nous raconte qu’elle aussi allait dans son village chercher l’eau au puits pour laver la lessive de la famille. La voilà transplantée à des milliers de kilomètres de son pays d’origine, à écouter à Marseille une grand-mère du Val Germanasca qui n’a pas vraiment  de langue nationale et qui, entre le piémontais, le gavot, le français et l’italien, explique à un ethnologue comment se faisait la lessive aux cendres (bouillie 7 fois à trois reprises dans de l’eau froide, tiède puis bouillante). Les archives orales suscitent l’étonnement et la proximité, ces sources sont une belle manière d’évoquer une partie du travail des chercheurs en sciences humaines et sociales. A suivre…

Crédits photographiques : Une journée à la fête de la science, Marseille, Véronique Ginouvès, 21 octobre 2010.

Chant “Combien de fois j’ai sauté la rivière” interprété par un musicien lozérien

    Cote : D406-407-plage21 – N°370
    Responsabilités : enquêteur Coulomb, Nicole ; enquêteur Castell, Claudette ; informateur 0349
    Saint-Julien-du-Tournel, 1980
    Titre collectif : Chansons et danses populaires du Mont-Lozère

    N° inventaire item : 370-21
    Nature du doc : enquête
    Genre du doc : chant
    Localisation de l’original : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Lieu de consultation : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Dépositaire : Déposée en 1985 ca par Nicole Coulomb et Claudette Castell.
    Droits : Convention signée avec les enquêteurs le 18/03/2000.
    Niveau de consultation : Consultation libre et copie sur autorisation
    Niveau de catalogage : niveau item
    Langue : français
    Date d’enregistrement : 1980-10-02
    Descript. tech. de l’original : 2 bdes
    Caract. tech. : 19 cm-s
    Durée : 28s
    Qualité du son : moyen
    Danse : valse
    Description de l’item : version
    Type de formation musicale : solo
    Production et technique du son : voix d’homme;chanté
    Titre d’oeuvre : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Incipit littéraire : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Exploitation/publication : Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. p. 1033

Contenu dans

e Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.
  1. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell, Doc. dactylogr, 1983, 2 vol., 1156p. Th. doct. 3e cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. []
  2. Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p. []
  3. “Les chansons populaires : hétérogénéité et ambigüité d’un patrimoine” / Bromberger, Christian, In Gens du Val Germanasca : contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Université de provence : Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1994. (Document d’ethnologie régionale ; 13). []

La phonothèque de la MMSH fête la science du 18 au 24 octobre 2010

La Fête de la Science a pour but de susciter la rencontre entre les sciences et le public. Manifestation gratuite et conviviale, sa 19éme édition aura lieu du 18 au 24 octobre 2010 autour d’un thème national la Biodiversité et bioéthique : quels défis pour l’avenir ? Comme chaque année, la fête de la science sera l’occasion de découvrir :

– Les sciences et les métiers de la recherche,

– L’actualité scientifique,

– Des ateliers, des animations, des expositions, des conférences, des films…

– Des initiatives originales : théâtre, musique, cinéma et même gastronomie, se conjuguent avec la chimie, la biologie, les mathématiques… et les sciences humaines et sociales. Pendant 4 jours, les sciences se retrouvent au cœur de la cité.

La phonothèque de la MMSH sera présente au sein du “Parcours de sciences au coeur de Marseille” dans le village des sciences créé pour l’occasion sur le cours d’Estienne d’Orves, espace “Mer et eau”. A travers un atelier, vous découvrirez l’intérêt d’utiliser les sources orales dans l’écriture des sciences humaines et sociales et vous pourrez écouter des extraits d’enquêtes de terrain réalisés par des chercheurs dans le cadre de recherche historiques, anthropologiques, linguistiques, ethnomusicologiques,…  Les thèmes sont nombreux : la pêche, la lessive, l’arrivée de l’eau courante dans les villages, les méthodes d’irrigation dans les sociétés rurales traditionnelles ou encore les proverbes, les contes et les chansons toujours sur le thème de l’eau.

Venez nombreux, pour découvrir le  Programme du parcours des sciences 2010 concocté par l’association les petits débrouillards ou, pourquoi pas, vous lancer dans la chasse au trésor à travers la ville samedi après-midi

Flickrland 2

Vue de la Corniche de Marseille

Ce billet est paru dans la revue Bibliothèque(s) sur le thème Nouveaux patrimoines (octobre 2010, n°52) sous le titre “Indexation collective des images et partage de collections patrimoniales en ligne, l’expérience de Flickr Commons”, dans le cadre de la rubrique Le billets des hybrides. Il est à mettre en liaison avec le billet publié sur le journal Telemme Infos n°45 de mai 2009, diffusé sur les Carnets de la phonothèque.

Le photochrome représente une route qui longe la mer, en pleine ville. Quelques maisons dominent la côte rocheuse, leurs façades sont claires. Pas très loin du bord de la côte, se devinent des îles à la roche blanche qui reflètent le soleil. Cette image dormait dans les collections de la Bibliothèque du Congrès, (Library of Congress, Loc) sans titre ni localisation, avec une date de prise de vue approximative et quelques informations sur sa technique de production. Sa diffusion sur le site Flickr Commons a suscité une douzaine de commentaires qui ont rapidement permis aux bibliothécaires de compléter leurs métadonnées. Les internautes ont repéré Marseille et sa corniche et, à l’aide d’annotations, appliquées directement sur l’image, précisé les toponymes.. En décidant d’utiliser un outil ancré dans les pratiques d’utilisateurs rodés au Web 2.0, les responsables des institutions participant à Flickr Commons ont ainsi réussi plusieurs défis dont certains ont de quoi faire rêver les conservateurs de bibliothèques : ouvrir leurs collections à un public immense et faire participer ce public à la documentation de leurs fonds.

L’aventure a commencé au sein d’une petite équipe du bureau des initiatives stratégiques de la Bibliothèque du Congrès alors à la recherche de nouvelles audiences et curieuse d’explorer les nouveaux usages de partage collaboratif du Web 2.0. Ils ont travaillé en collaboration avec le département de l’image de la Bibliothèque du Congrès qui commençait à se décourager du manque d’intérêt du public pour les millions d’images numérisées pourtant librement accessibles en ligne. Ils cherchaient un outil de diffusion qui puisse atteindre instantanément des millions de personnes et utilise les normes et les formats en usage pour la photographie1. L’équipe souhaitait aussi que le projet démarre rapidement. Flickr s’est imposé. Ce site web de partage de photographies et de vidéos2 identifié comme un pionnier du Web 2.0 était déjà utilisé par des millions d’amateurs et de professionnels de l’image à travers le monde. Le projet de Flickr Commons a été lancé le 16 janvier 2008 et aussitôt de grandes institutions à travers le monde y ont été associées pour que l’impact patrimonial puisse être démultiplié3.

Le seul défaut de Flickr était son système d’expression des droits développé en direction de photographes présentant leur oeuvres en ligne. Cela ne pouvait correspondre au statut juridique de documents conservés dans les bibliothèques, les centres d’archives ou les musées qui, la plupart du temps, ne détiennent pas eux-même la totalité des droits sur les images mises à disposition du public. La formule « Pas de restriction de droit connue » (No known copyright restriction)4 a ainsi été ajoutée.

Les objectifs étaient clairs. Il s’agissait de de mettre à la disposition d’internautes qui a priori ne connaissaient pas la LOC, une partie de ses collections d’images photographiques libres de droits. L’intérêt était aussi de faire bénéficier la bibliothèque des avantages des réseaux sociaux. L’entrée dans Flickr permettait d’atteindre de façon instantanée une communauté habituée au système de tags, de notes et de commentaires. En exploitant le puissant réseau social de Flickr l’idée était de faire travailler les foules en améliorant l’identification des images (sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing5) et de diffuser les collections bien au-delà des murs de la bibliothèque. Enfin, l’association à d’autres grands fonds patrimoniaux à travers le monde créait un vaste catalogue d’images inédit en permettant une interrogation mutualisée des collections. Le tout devait pouvoir se dérouler sans un investissement trop important en terme de financement comme de temps de travail.

Pour mettre en place le projet, la Bibliothèque du Congrès, en collaboration avec l’équipe de programmation de Flickr, a travaillé sur la structuration des différentes bases de données. Ils ont créé une méthode de dérivation automatique du catalogage des bibliothèques (format MARC) vers les champs de la base Flickr et associé les fichiers images à leur description. La capacité de téléchargement a également été portée à 1500 photographies. L’ensemble des informations technique est décrit avec précision sur un rapport en ligne6 qui indique comme coût (hors temps de travail7) celui de l’abonnement annuel à Flickr, soit 24.95$ !

Dans Flickr Commons (tout comme dans Flickr), l’utilisateur dispose de trois fonctions pour réagir aux images : les tags, les commentaires de forme libre et les notes directement appliqués sur la photographie. L’équipe à l’origine du projet s’est très vite rendue compte de la force de tous ces mots apportés au fil de leur consultation par les internautes : indexés par la plupart des moteurs généralistes, ils sont aussi une des causes de la réussite fulgurante des Commons.

Au moment du téléchargement des photographies chaque image est systématiquement caractérisée par trois tags8. Tous les autres sont ajoutés par la communauté. Flickr en limite le nombre à 75 par photographies ; la moyenne des ajouts sur Commons est de 23 tags par image. Les gestionnaires du projet on choisi de n’effectuer qu’un minimum de corrections, même si il y a des erreurs d’orthographe ou si le terme semble n’intéresser que celui qui l’indique. Très peu de tags qui auraient pu être considérés offensants ont été enlevés9 et il arrive quelquefois que les termes des internautes soient ajoutés dans la base originelle à ceux de l’indexation des bibliothécaires, faisant ainsi évoluer leur thesaurus10. Les commentaires ont permis d’ajouter des descriptions à d’anciennes photographies souvent muettes. De véritable « détectives historiques » contribuent à signaler des informations. Des discussions naissent souvent entre membres de Flickr sur ces photos sur des thèmes comme la guerre, le travail des femmes, les pratiques des grand-parents… Les notes sont des annotations laissées directement sur l’image. Elle permettent de faire un focus sur une partie de l’image, par exemple commenter un acte technique, identifier un lieu ou indiquer l’identité d’une personne. Ce sont des sortes de messages graffitis qui peuvent aussi indiquer une humeur, faire des blagues. Leur prolifération pourrait saturer l’image mais ils n’apparaissent que lorsque la souris passe dessus.

Les images mises en ligne sont extrêmement variées : couleur et noir et blanc, lieux sujets et périodes différentes. L’objectif est toujours de toucher des audiences multiples et montrer la diversité des collections des institutions11. Toutes sont téléchargeables librement en haute définition, autorisant ainsi une très large gamme d’usages et une nouvelle vie éditoriale… Elles racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, évolution des technologies, photographies de voyages ou tout simplement de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, évènements historiques ou militaires, intérieurs d’habitations… Aujourd’hui The Commons réunit une petite cinquantaine d’institutions mais a dû faire une pause12 pour intégrer de nouveaux sites, victime de son succès. Vivement que d’autres institutions françaises rejoignent ce projet ! L’intégration pourrait être plus rapide car elles bénéficieront des nouvelles expériences en train de voir le jour13 autour de l’image, du rassemblement des collections et de leur partage.

Crédits photographiques : Vue de la Corniche à Marseille à la fin du 19e siècle, [Corniche Road, Marseilles, France][between ca. 1890 and ca. 1900], photochrome, color.Title from identifying information provided by the Flickr Commons project, 2009. (Print not listed in the Detroit Publishing Company, Catalogue J, 1905.). L’image fait partie de la collection “Nineteenth century travel views of Europe in the Photochrom print collection.Format: Photochrom prints–Color–1890-1900”. Pas de restrictions de droits connues. Déposée à la Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ppmsc.09991

Institutions participant à Flickr Commons en septembre 2010

Australie

Australian National Maritime Museum (participe au projet depuis 2009)

Australia State Library of Queensland (participe au projet depuis 2009)

Australian War Memorial (participe au projet depuis 2008)

Powerhouse Museum Collection (participe au projet depuis 2008)

State Library of New South Wales collection (participe au projet depuis 2008)

Canada

Musée McCord Museum (participe au projet depuis 2008)

Etats Unis d’Amerique

Brooklyn Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

Center for Jewish History NYC (participe au projet depuis 2009)

Cornell University LibraryCornell (participe au projet depuis 2009)

DC Public Library (participe au projet depuis 2010)

the Field Museum Library (participe au projet depuis 2009)

Galt Museum & Archives (participe au projet depuis 2009)

George Eastman House (participe au projet depuis 2008)

Getty Research Institute (participe au projet depuis 2009)

Jewish Historical Society of the Upper Midwest 2010

Jewish Women Archives (participe au projet depuis 2009)

Keene and Cheshire County (NH) Historical Photos (participe au projet depuis 2008)

the Library of Congress (créateur du projet en janvier 2008)

the Library of Virginia (participe au projet depuis 2008)

the Nantucket Historical Association Research Library (participe au projet depuis 2009)New York Public Library (participe au projet depuis 2008)

Oregon State University Archives (participe au projet depuis 2009)

Smithsonian Institution (participe au projet depuis 2008)

SMU Central university library (participe au projet depuis 2009)

Texas State Archives (participe au projet depuis 2008)

State Library and Archives of Florida (participe au projet depuis 2008)

University of Washington Libraries – Image collection (a une collection sur Flickr depuis 2007 mais participe au projet depuis 2010)

Upper Arlington History UA Archives (participe au projet depuis 2009)

the U.S. National Archives (participe au projet depuis 2009)

France

Bibliothèque de Toulouse (participe au projet depuis 2008)

Hollande

Nationaal Archief (participe au projet depuis 2008)

Islande

Reykjavík Museum of Ljósmyndasafn Reykjavíkur (participe au projet depuis 2009)

Norvège

Bergen Public Library (participe au projet depuis 2009)

Fylkesarkivet i Sogn og Fjordane (participe au projet depuis 2009)

Nouvelle Zélande

National Library NZ (participe au projet depuis 2008)

Portugal

Biblioteca de Arte – Fundação Calouste Gulbenkian (participe au projet depuis 2008)

Royaume-Uni

Imperial War Museum Collections (participe au projet depuis 2009)

Llyfrgell Genedlaethol Cymru (LlGC) ~ National Library of Wales (participe au projet depuis 2009)

London School of Economics and Political Science Library (participe au projet depuis 2009)

the National Archives UK (participe au projet depuis 2008)

National Galleries of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Library of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Maritime Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

National Media Museum (participe au projet depuis 2008)

Suède

Swedish National Heritage Board (participe au projet depuis 2010).

1 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, sembleen train de la remplacer.

2 Flickr est apparu sur le Web en février 2004, en 2010 le site hébergerait plus de 4 milliards de photos. Il appartient au groupe Yahoo depuis 2005.

3 Elles étaient 16 au départ et 47 en juillet 2010. Pour les dates d’entrée dans le projet et la localisation des bibliothèques participantes, voir la liste en annexe.

4 Cette formule est inspirée du droit anglo-saxon qui a développé des pratiques autour des oeuvres orphelines (« Orphan works ») http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92uvre_orpheline

5 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Mark Robinson. Il s’oppose à l’outsourcing qui renvoie vers l’externalisation des tâches. Le crowdsourcing, au contraire, souligne la contribution ouverte à tous à une œuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

6 For the common Good ; the Library of congress flickr pilot project. 30 octobre 2008. [En ligne] www.loc.gov/rr/print/flickr_report_final.pdf

7 En terme de temps de travail, il est indiqué dans le rapport qu’aucun membre du projet (une quinzaine de personnes de fonctions différentes) n’a été directement assigné sur ce travail, 222 heures ont été dédiées à la programmation techniques tandis que la réflexion pour la mise en route du projet et les discussions avec Flickr ont pris environ 70 heures.

8 Il s’agit du nom de la bibliothèque et de deux numéros machine d’identification.

9 C’est une angoisse récurrente chez les bibliothécaires et pourtant après un an de mise en ligne seule une petite trentaine de termes « offensifs » ont dû être supprimés. Le rapport sur les Commons signale qu’enlever les spams occupe deux heures de temps de travail par semaine.

10 Par exemple, l’expression « Rosie the Riveter » a été utilisée 73 fois en correspondance à une indexation de type « Women-employment » et « World War, 1939-1945 » il a été intégré dans la base de la LOC.

11 Il s’agit toujours d’extraits des collections, la totalité des corpus doit être consulté sur la base originelle.

12 Voir à ce sujet le billet d’Olivier Ertzscheid, sous le joli titre d’« Embouteillage dans les nuages » sur son blog Affordance, en janvier 2010 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/01/embouteillages-dans-les-nuages-.html

13 Je renvoie ici au développement du portail MédiHAL (https://medihal.archives-ouvertes.fr/) qui a été créé en février 2010 et affichait 2 312 images en juillet 2010

Zoom sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Le mercredi 8 décembre 2010 de 14h à 17 h aura lieu à Aix-en-Provence une demi-journée d’information et d’échanges sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.  Cette formation est organisée dans le cadre des Zooms mensuels d’ARCADE  où se donnent rendez-vous les professionnels du spectacle vivant  pour approfondir un sujet d’actualité ou une question de fond pour le secteur de la culture, des arts et du spectacle, tout en créant un espace de rencontre entre professionnels. La journée est gratuite et ouverte à tous mais il est nécessaire de s’inscrire auprès du Centre d’information et de documentation d’ARCADE 04 42 21 78 65 et cid [@] arcade-paca.com. Vous pouvez demander des renseignements complémentaires à Philippe Fanise, responsable du service des musiques et danses traditionnelles et du monde à ARCADE et organisateur de l’évènement : p.fanise[@]arcade-paca.com

L’invité d’honneur en sera Chérif Khaznadar, président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO. Il présentera la Convention de l’UNESCO adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006 : ses objectifs et son fonctionnement ainsi que les premiers résultats de son action,  ses effets positifs comme ses effets pervers.  Il reviendra sur les définitions de certains termes comme “conservation” ou “patrimoine culturel immatériel” en délimitant les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Enfin, il brossera un tableau de la mise en oeuvre de la convention en France, à l’échelle nationale et régionale.

Un compte rendu de la journée a été rédigé sur Les carnets de la Phonothèque le 13 décembre 2011 ; http://phonotheque.hypotheses.org/4297

Sa conférence sera suivi de trois interventions destinées à illustrer les actions régionales, de Bretagne en Provence avec :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) : Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du Portail du patrimoine oral, catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BnF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles) : Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Le programme : http://www.arcade-paca.com/index.php?id=675

Crédits photographiques : Musique de rue pour un baptême à La-Paz, 28 août 2005, Véronique Ginouvès.

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l’association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l’association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer “d’avant” la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de “race des seigneurs”. La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du “parfumeur” le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées “une ville froide”, “morte”, au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : “Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007” , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010

Un carnet sur les archives sonores, audiovisuelles, textuelles et photographiques en Méditerranée, diffusées par la Médiathèque SHS de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search