Archives par mot-clé : archives scientifiques

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Un exemple de partenariat entre la MSH de Nice et la MMSH d’Aix en Provence : de la collecte d’enquêtes à la mise en ligne

Présentation du programme HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière)

Dans le cadre d’un programme de recherche sur les vallées de la Roya et de la Bévéra, la MSH de Nice a conduit sur une période de 3 ans (2005 à 2008) une campagne d’enquêtes orales dans le but de sauvegarder le patrimoine immatériel des populations de cette région. Réalisé grâce au soutien financier de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de la Mairie de Nice, le projet HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière) est le résultat d’une collaboration entre les Archives Départementales de Nice, la MSH de Nice et le Musée des Merveilles de Tende.

vallée de la Roya copieCarte de la vallée de la Roya avec Google Maps

Mené conjointement par la MSH de Nice et les Archives Départementales des Alpes Maritimes, ce projet s’est matérialisé sous la forme d’un travail de collecte justifié par la richesse patrimoniale et l’originalité de la situation géographique de ces vallées.  Thierry Rosso, membre du laboratoire LASMIC, en a assuré la direction scientifique avec le soutien d’Alain Bottaro, Responsable de section du Conseil Général des Alpes Maritimes et conservateur du patrimoine aux Archives Départementales des Alpes Maritimes. Quinze chercheurs issus de différents laboratoires de sciences humaines et sociales de la MSH de Nice (laboratoire LASMIC pour l’histoire, laboratoire BCL pour la linguistique,  le CMMC, le RITM et l’IDEMEC pour la musicologie) ont participé au collectage de ces enquêtes orales auprès de 80 informateurs (105 enquêtes). Ainsi, s’est constitué un corpus sonore de 115 heures complétés par de riches matériaux écrits, iconographiques et vidéos qui devraient pouvoir générer de nouveaux axes d’études et de recherches. Cette collecte donnera lieu en début 2010, à la publication d’un ouvrage collectif et à une exposition autour de ces collectages.

L’ensemble des données rassemblées par les chercheurs est consultable aux Archives Départementales des Alpes Maritimes qui s’est chargé de la conservation, la valorisation et la diffusion des informations récoltées. Le partenariat inter-MSH, mis en place en amont du programme, a eu pour objectif le traitement documentaire par la phonothèque de la MMSH et la mise en ligne des entretiens sur sa base de données.

Originalité du corpus

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les vallées de la Roya et de la Bévéra ont subi de profondes mutations qui risquent d’altérer la forte identité linguistique, historique et culturelle du pays et d’entrainer la disparition progressive des connaissances héritées des anciens. Afin d’en assurer la conservation, l’exploitation et l’étude, les enquêteurs ont interrogés les témoins sous différentes approches : ethnologique, historique, linguistique et pluridisciplinaire.

Saorge, vallée de la Roya par Sylvain GamelSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

L’originalité de ce corpus vient de la diversité des acteurs du projet. Les chercheurs enquêteurs des quatre disciplines de sciences sociales et humaines investies dans le projet (ethnologues, musicologues, historiens, dialectologues), ont travaillé sur leur domaine de recherche respectifs tout en observant méticuleusement les impératifs du programme. Cette configuration de travail constitue justement le grand avantage du programme HORoya-HOF car elle permet d’une part une étude transversale du territoire ciblé (tentative d’exhaustivité), mais elle permet également de dégager des axes d’études nouveaux basés sur l’échange d’expériences.

Présentation du corpus :

Données chiffrées sur le corpusQuelques données sur le corpus


La réalisation de ce programme s’est divisée en deux volets: le premier (2006-2007) traite de l’Histoire Orale de la Roya (HORoya) liée à des territoires marqués par de profondes mutations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette approche pluridisciplinaire offre une base de réflexion sur les interactions entre l’histoire, la culture et l’évolution de la langue. Le second volet (2008-2009), intitulé Histoire Orale de la Frontière (HOF), porte sur les relations que les populations de la région entretiennent avec la question historique et récurrente de la frontière entre la France et l’Italie.

La plupart des informateurs ayant participé aux enquêtes, sont nés dans les années 1930. Témoins privilégiés d’une période révolue, ces anciens, sensibles à la question de la sauvegarde de leur culture et le devoir de mémoire, ont répondu à l’appel des enquêteurs avec plaisir. Porteurs d’un savoir-faire et de connaissances en passe de disparaître, ces hommes et ces femmes se sont improvisés le temps d’un entretien, comme les porte-paroles de l’identité culturelle, historique et linguistique des villages de la vallée. Si certains ont mis l’accent sur leur passion de la tradition des chants, leur attachement à la langue régionale ou à leur métier, d’autres ont insisté sur la façon dont ils ont vécu les événements historiques survenus pendant et après la seconde guerre mondiale (notamment lors du rattachement de Tende et de La Brigue à la France en 1947). D’autres encore se sont exprimés sur la question des voies de communication matérielles et immatérielles ou se sont attachés à décrire les conditions de vie et de travail des anciens. L’identité mixte de ces populations, empruntée à la fois à la culture française et à la culture italienne a permis aux habitants de la région de s’approprier les éléments de leur intérêt et de réinventer leur propre culture au fil du temps.

Saorge, vallée de la RoyaSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

Parmi les informateurs non natifs de la région qui ont également été interrogés, on peut distinguer les néo-ruraux ou encore d’autres populations venues s’installer provisoirement dans la vallée. Tous se rejoignent sur l’importance et le devoir de préserver les vallées de la Roya et de la Bévéra, de l’oubli.

Valorisation et perspectives

Au vu de la consistance et de la richesse des informations récoltées, il semble évident que les initiatives telles que le programme HORoya et HOF doivent motiver d’autres projets de la même envergure pour plusieurs raisons : le développement d’axes de recherches transdisciplinaires, la consolidation de la coopération scientifique entre réseaux différents, le développement de partenariats inter-MSH et la mutualisation des moyens, savoirs et savoir-faire.

Le travail de valorisation et de mise à disposition réalisé par les Archives Départementales de Nice sous forme pédagogique et ludique ainsi que la mise en ligne de ce corpus sur la base de données de la phonothèque de la MMSH, permettra au public de découvrir et de se réapproprier les informations à des fins de recherches diverses.

Soulignons enfin, que ce corpus complète deux autres collections sonores déjà traitées par la phonothèque sur la même aire géographique :

Ainsi ne pourrait-on pas à titre d’exemple de réexploitation de la recherche scientifique, stimuler de nouveaux projets d’études autour d’une cartographie des entretiens? Ou encore développer plus avant une collaboration inter-phonothèques qui permettrait notamment une visibilité plus efficace des fonds sonores issus de la recherche? Il semblerait en tous cas, que les pistes d’investigation dans le domaine soient plurielles et il ne tient qu’à la communauté scientifique d’encourager ce type d’actions.

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques : Saorge, vallée de la Roya par Sylvain Gamel. Certains droits réservés. http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1295692526/in/photostream/ et http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1294818649/in/photostream/

Sound archives in ethnolinguistics : Example of the study of arabization in Southern Sudan = Archives sonores en ethnolinguistique. Un exemple d’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan

A new sound corpus in juba-arabic is now at disposal on the sound archives database. Juba-arabic is a pidgin (a communication language used between two or more communities which do not share a common language), composed of elements both from Arabic and from Sudanese dialects, it gradually evolved into a common language. The recordings (i.e. 27 hours of inquiries collected over 1981 and 1984, that is to say fifty seven surveys) which Catherine Miller used to study the phenomenon of arabization in southern Sudan are now on accessible online on Ganoub.

Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan
Couple cycling on the road between Yei and Meridi, Southern Sudan

This corpus contains oral evidence, as well as music recordings and religious sermons at the Juba’s Church . But most of the investigations were recorded during trials at the customary courts of Juba and Kator in the Equatoria’s province, Southern Sudan (the presented extract deals with the case of a Dinka woman presented to the court following a dispute on the public highway while she was intoxicated). Catherine Miller deliberately chose these places of investigation for she wanted to study the evolution of the juba-arabic and the challenges of the arabization of Southern Sudan at the time (80’s) on an economical, political, social and cultural level. She therefore investigated various populations (villagers and city dwellers, men and women, young and old people, educated and uneducated people) to better understand the conflicts related to linguistic opposition between oral and written languages, juba-arabic and vernaculars, English and Arabic.

Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan
Dinka pastor on the road to Juba-Yei, Southern Sudan

The corpus also contains a reading by Catherine Miller about « The Challenges of Arabization in southern Sudan », Peuples Méditerranéens, No. 33, Paris, p. 43-53. (1985). The availability of these oral sources which are more than twenty years old, is priceless: it is very unlikely that a rare language like juba-arabic should reach us. Therefore, sound archives do not only provide a new dimension to publications already in print, but they also allow a process of memory, a written or iconographic document is unable to do. As far as ethnolinguistics is concerned, sound archives offer the unique opportunity to listen to rare languages, which are sometimes bound to disappear.

Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan
Village on the edge of Yei, Equatoria, Southern Sudan

Since these surveys were collected, Sudan has been suffering a bloody civil war (1983-2004) which left it ravaged by poverty. Juba-arabic was able to develop during this war and nothing is nowadays more precious than being able to access Catherine Miller’s recordings. Witnesses of a past era, these surveys represent the memory of the men, women and children who participated to her interviews.

Here is one of the reasons why the preservation of oral heritage is essential. Guaranteeing the sound memory and a symbol of the intangible heritage, oral archives will keep getting talked about.

Aline Dang Van Sung

This article is a traduction of : « Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan » :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Cet article est une traduction de : « Archives sonores :  exemple de l’étude de l’arabisation dans le Sud Soudan » :  http://phonotheque.hypotheses.org/1065

Crédits photographiques : ©Jean-Pierre Ribiere

Offre de stage à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme recrute un(e) stagiaire en gestion de l’information scientifique et technique.mer

Trois projets sont possibles, au choix pour le(a) candidat(e) en fonction de son profil et de ses intérêts :

– Numérisation, analyse et valorisation d’un fonds sonore réalisé dans les années 1960 par un ethnologue dans la région d’Alger et dans le Sud du Sahara : Le(a) stagiaire s’intéresse au multimédia et en particulier au document sonore. Il(elle) a des connaissances en anthropologie et sur les méthodes d’enquête de terrain. Il(elle) a été formé(e) sur les questions de traitement et d’analyse documentaire. En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec le chercheur qui a enregistré les enquêtes, il (elle) numérisera, analysera et valorisera la collection sonore. A la fin de son stage, il (elle) produira un catalogue de l’ensemble des références saisies avec les différents index.

– Validation et valorisation  d’un portail sur le patrimoine oral utilisant le protocole OAI-PMH : Le(a) stagiaire s’intéresse aux questions de l’oralité et des archives sonores. Il (elle) a été formé(e) au protocole OAI-PMH et il connait le Dublin Core. Au sein d’un réseau d’archivistes du son et en collaboration étroite avec eux,  il (elle) stabilisera et valorisera le portail. La connaissances des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web seront appréciées.

– Traitement et valorisation d’un fonds d’archives de chercheur : Le(a) stagiaire connait les règles pour la description des documents d’archives. Il  (elle) s’intéresse aux sciences humaines et sociales. En collaboration avec la responsable des archives sonores il élaborera un plan de classification, de cotation et classement des papiers, des films et des enquêtes de terrain d’un chercheur qui a travaillé sur l’anthropologie de la Provence. Il (elle) fera des propositions de valorisation du fonds d’archives.

Le(a) stagiaire mènera également une veille technologique sur le domaine des archives scientifiques et en particulier des archives sonores dans l’objectif de mettre à jour ses connaissances, mais aussi de diffuser de l’information au sein d’un réseau de professionnels des archives audiovisuelles.

Lieu du stage : phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence

Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, plateforme PKP pour le portail du patrimoine oral,  Wavelab pour la numérisation des archives sonores.

Lieu : Maison méditeranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Durée : 4 à 6 mois

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage prévue conformément à la réglementation en vigueur.

Pour toute question complémentaire ou pour la transmission de votre candidature, veuillez écrire à Véronique Ginouvès (ginouves[@]mmsh.univ-aix[point]fr]

Crédit photographique : Véronique Ginouvès, Mer de Toscane avant l’orage, juin 2009.

Chercheurs vos papiers !

leo-ferre1Au cours de leur vie professionnelle, les chercheurs rassemblent et exploitent des sources de natures diverses et produisent leurs propres archives : tous ces papiers s’accumulent – et parfois se perdent – sans que leur exploitation puisse toujours être complète ni partagée de façon pérenne avec la communauté scientifique. Un programme de recherche s’est ouvert à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme qui s’intéresse aux Archives de terrain en Sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce programme, des formations seront proposées régulièrement aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants pour les aider à traiter et valoriser ces « papiers » quels qu’ils soient : textes, images ou sons.

Ces journées ont également pour but de faire connaître les plateformes techniques ainsi que les initiatives nationales et internationales ou les outils génériques susceptibles d’être utilisés par la communauté scientifique. Elles voudraient accompagner l’acquisition de nouvelles compétences pour pouvoir dialoguer avec les spécialistes de l’édition électronique, de la diffusion et de l’archivage de sources car de plus en plus, la mise en place de projets ou de programmes, demandent une technicité accrue en gestion documentaire, informatique et administrative. L’objectif est donc de s’approprier les outils pertinents, d’appréhender une chaîne de traitement des documents, de connaître les standards de la communauté scientifique internationale, afin d’apprendre à partager ses savoirs et à bénéficier de ceux des autres.

Une première journée de formation sera organisée le jeudi 26 novembre 2009 à la MMSH (salle Paul-Albert Février) sur la constitution d’un cahier des charges d’un chercheur pour la diffusion, l’archivage et la valorisation de ses sources.

À travers un cas concret – la mise en ligne des archives manuscrites éthiopiennes, animée par Anaïs Wion – nous voulons montrer les étapes nécessaires pour réaliser un espace de travail et de publication des corpus de plusieurs chercheurs. Le point commun de ces corpus est leur nature : il s’agit de documents d’archives d’époques très variées (du XIe au XX siècle) qui couvrent l’ensemble du territoire éthiopien.

Cette journée est destinée en priorité aux chercheurs qui doivent gérer des projets ou des corpus de sources numériques. L’entrée est libre, sur inscription.

Programme  :

9h30-10h30 – Intervention d’Anaïs Wion, chercheure au CEMAf (Centre d’Études des Mondes Africains) : De l’analyse des besoins à la valorisation : exploitation des archives manuscrites d’Éthiopie [médiévaux, modernes et contemporains].

10h30-11h30 – Intervention de Richard Walter, Responsable du Service éditorial et Publications électroniques, IRHT (Institut de recherche pour l’histoire des textes : Gérer un projet d’édition de sources : à l’interface entre recherche et informatique / entre chercheurs et ingénieurs…

11h30-12h30 – Confrontation d’expériences

14h-16h – Mise en pratique, en dialogue avec Richard Walter (IRHT) et Anaïs Wion (CEMAf) : Les différentes étapes pour la réalisation d’un projet d’édition de sources

Tous deux essaieront de répondre aux questions qui se sont présentées au cours de leur projet éditorial, comme par exemple :
–    Quels documents numériser ?
–    Que signifie la notion de « livrable » ?
–    Quels sont les us et coutumes d’un cahier des charges ?
–    Pourquoi et comment documenter les procédures de travail ?
–    Comment trouver l’équilibre entre précision et efficacité ?
–    Comment construire un dialogue entre chercheurs et éditeurs ?
–    Quels outils pour construire un dialogue entre les chercheurs ? (wiki, workshop, …)
–    Des désirs aux réalités… comment réussir à adapter son projet initial aux conditions possibles de sa réalisation ?
–    Comment indexer des documents textuels ?
–    Peut-on lier l’image du document, sa transcription et sa traduction ?
–    Quelle langue choisir pour une communauté de travail internationale ? (France, USA, Allemagne, Ethiopie)

16h-17h : échanges et bilan.

Entrée libre sur inscription par courriel auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh[point]univ-aix[point]fr

Crédit photographique : Flickr de PiroTeK, Leo, licence CC.
Un pensée pour Léo Ferré qui a inspiré le titre de la série de séminaires à venir…

Poète vos papiers

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  « En attendant Mnemosyme », est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC