Archives par mot-clé : Ecole nationale de lutherie (Mirecourt)

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles

Anne Houssay dans l'atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)
Anne Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)

Anne Houssay commence sa formation de lutherie en 1976, à vingt ans, après deux ans d’études universitaires. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle a été « élevée dans le disque » par des parents mélomanes. Elle commence le hautbois à 10 ans, joue dans un orchestre d’enfants et prend plaisir à faire des tournées. Son professeur de hautbois lui apprend à faire des anches elle-même. Pouvoir modifier le son de l’instrument en ajustant une pièce la fascine.

Changer le son d’un instrument (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Parce qu’elle aime la musique et le travail manuel, l’orientatrice scolaire lui signale le lycée de la lutherie à Mirecourt qu’elle va visiter ainsi que l’atelier Morizot pour un premier contact. Mais ses parents l’incitent à passer d’abord son baccalauréat.

1er contact avec Mirecourt (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)
Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)

Elle s’inscrit ensuite à l’université en mathématiques-physique et suit des cours d’acoustique en auditeur libre, tout en continuant le hautbois au conservatoire de Strasbourg. Démotivée par les conséquences de la physique nucléaire, elle repense à lutherie et apprend que des écoles à l’étranger prennent les élèves à un âge plus tardif qu’à Mirecourt (qui ne recrute pas au-delà de 17 ans et qui, en France, paraît incontournable).

Des écoles de lutherie à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle envoie plusieurs demandes et, en attendant, s’inscrit en musicologie, tout en fréquentant l’atelier d’un facteur de clavecin, Rémi Gug, chez qui elle commence à s’initier au travail de précision de la facture instrumentale. Elle rend visite aux luthiers parisiens de la rue de Rome. L’attitude assez  moqueuse et misogyne de certains ne fait qu’amplifier sa détermination.

Une attitude misogyne (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Quel que soit l’accueil réservé par les ateliers qu’elle visite, on lui fait comprendre que la priorité est donnée aux luthiers formés à l’école de Mirecourt

Remontée de la rue de Rome (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle est admise en 1976 à l’Ecole anglaise de Newark-on-Trent (The Newark School of Violin Making) dans le Nottinghamshire au centre de l’Angleterre.

L’école de Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les outils d'Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay
Les outils d’Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay

La 1e année, sa classe compte douze personnes dont deux femmes. L’apprentissage se faisant par mimétisme, elle découvre un nouveau rapport à la connaissance. Les élèves apprennent également à fabriquer les outils et les meubles utiles au luthier.

La formation à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les enseignants de lutherie ont des spécialités différentes (restauration, neuf, vernis…).

L’équipe de formateurs à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Ingrédients pour le vernis, atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994 (cliché HCH)
Ingrédients pour le vernis (atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994, cliché HCH)

Anne Houssay décrit le programme d’apprentissage en 3 ans, avec un choix à faire la dernière année entre neuf et restauration.

Le programme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sa formation lui a paru difficile mais enthousiasmante. En dernière année, on les initiait également à l’expertise.

Initiation à l’expertise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sortie de l’école de Newark en 1979, elle retourne à Longwy, ville sinistrée par l’effondrement de la sidérurgie. Après un tour de France des ateliers (hormis Paris), elle  décide de s’installer en indépendante à Avignon et constate que la plupart des musiciens vont à Paris. Pour acquérir plus d’expérience, elle tente d’entrer dans un atelier, comme d’autres jeunes luthiers formés à l’étranger, notamment à Crémone. Mais il est très difficile de s’intégrer au réseau professionnel français, ce qui va s’améliorer par la suite.

Difficulté d’insertion dans le réseau français (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle prend un travail de laborantine à Metz et fait des violons chez elle à la maison. Elle rend visite au luthier de Metz, Paul Didier, pour avoir des conseils. Un jour, ce dernier, selon la méthode ancienne qui préfère le geste au mot, intervient énergiquement sur son moule de violoncelle.

Visite à l’atelier de Paul Didier (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982
Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

En 1983, elle fait un stage de trois mois à Lyon chez le luthier Jean Schmitt avec Dominique Camard comme chef d’atelier. Elle y apprend une méthode ergonomique de montage de l’instrument. On la charge de vernir 17 violons dans une pièce spéciale consacrée au vernissage.

La suite du récit d’Anne Houssay sur son parcours professionnel a fait l’objet d’un deuxième entretien, onze mois plus tard, en février 2015. Voir « Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée« , enquête n° 4914 [23 mars 2016].

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles. 18 mars 2014. Enregistrement numérique : 49 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4913.

Crédits photographiques : A. Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. privée A. Houssay) ; Le luthier René Morizot, vers 1995, Mirecourt, cliché J. D. Braconnier ; Les outils d’Anne Houssay (cliché A. Houssay) ; Ingrédients pour le vernis, atelier de P. Claudot, 1994, La Bouilladisse, cliché H. Claudot-Hawad ; Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing).