Archives par mot-clé : enquête de terrain

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques. Continuer la lecture de Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Enregistrer sur le terrain : questions d’éthique et de droit

Depuis 2011, le groupe de travail  « Ethique et droit pour la diffusion des données numériques en SHS » travaille à la rédaction d’un guide de bonnes pratiques. Pour mieux connaître les pratiques des chercheurs et des ingénieurs sur ces questions, plusieurs journées d’étude ont été organisées à la MSH de Tours par Crevilles.org (26 septembre 2011), à la MMSH d’Aix-en-Provence (29 novembre 2011), à la MSH de Dijon (19 juin 2012). Les premiers textes commencent à paraître ; ils s’appuient sur ces journées et sur les ateliers d’écriture qui ont été organisés (à la MMSH et à la MESH de Lille).

Pour être au plus près d’une écriture collective, le groupe a choisi de publier ses premiers textes sur un carnet de recherche en invitant les lecteurs à réagir et à les commenter afin de les compléter ou les éclairer par d’autres expériences. Le guide a l’ambition de porter sur toute la chaîne de production, de conservation, de traitement et de diffusion des matériaux d’enquête en SHS par des centres de ressources. Les premiers billets portent sur les entretiens de terrain : quatre viennent d’être publiés sur le carnet A propos d’éthique et de droit sur la question de la préparation du terrain. Vos commentaires sont attendus !

– Peut-on librement diffuser la parole publique ?, 7 novembre 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/811

– Qui est l’auteur de la transcription d’une enquête de terrain enregistrée ?, 21 mai 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/711

– Bien rédiger un contrat de cession de droit pour un enregistrement de terrain, 9 mars 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/545

– Le contrat, un pacte entre le témoin et l’enquêteur… et une nécessité juridique, 28 février 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/516

– Publier la parole des témoins. Exigences scientifiques et respect des données personnelles, 18 janvier 2013,  http://ethiquedroit.hypotheses.org/397

– Matériaux pour une enquête orale : préambule, 4 décembre 2012, http://ethiquedroit.hypotheses.org/280

Crédits photographiques : photographie prise le 12 juillet 1967 au nord-ouest du Burundi, près du site de la nécropole royale de Budandari. L’informateur est  Sekere, issu d’une lignée de gardiens de ces sites funéraires royaux. L’enquêteur est Jean-Pierre Chrétien, alors professeur à l’ENS de Bujumbura, accompagné d’Emile Mworoha, à l’époque étudiant en histoire à la même ENS de Bujumbura, et dont la famille est originaire de la région de Budandari. La photo a été prise par un autre accompagnateur  lors de ce déplacement, proche d’Emile Mworoha. Le contexte intellectuel de cette enquête peut être retrouvé dans l’article Les tombeaux des bami du Burundi : Un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale, publié en collaboration avec Emile Mworoha dans les Cahiers d’études africaines, n° 37, 1970, 1, pp.40-79 (“Les tombeaux des bami du Burundi : un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale”). Diffusion avec l’aimable autorisation de Jean-Pierre Chrétien.

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

« Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs » : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à « la société capitaliste » des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []

Agitation de neurones et d’archives sonores à la fête de la science 2011

Du 12 au 16 octobre 2011 la science s’est fêtée à Marseille comme partout en France pour la 20ème édition. Pas moins de 40 animations étaient proposées sur les sites de Marseille aux enfants des écoles primaires, collégiens et lycéens comme à tous les publics. Les archives sonores et la phonothèque de la MMSH tenaient bonne place sur le campus de Saint Charles de l’Université de Provence, dans la salle des conférences au sein… du marché de la chimie ! Quel rapport avec la chimie ? Tout d’abord un lien étroit avec la constitution du savoir comme pouvaient l’exposer au moins trois stands présents. Celui décrivant la fabrication et les multiples usages du savon de Marseille (Compagnie des détergents et du savon de Marseille), un autre sur les huiles essentielles et la fabrication des cosmétiques (Laboratoire Chimie Provence UMR 6264), ou encore celui des connaissances ethnobotaniques (Herbiers de l’Université de Provence). Chacun abordait au cours de son exposé le savoir empirique développé et transmis par les anonymes utilisant au cours des siècles une herbe parfumée, curative, ou le savon comme dentifrice.

L’exploration de la base de données de la phonothèque de la MMSH sur le thème des savoirs scientifiques et de leur transmission nous a permis l’extraction de quelques extraits pertinents : le témoignage d’un descendant d’arménien devenu chimiste à Lyon, les souvenirs de la fille d’un chimiste d’Erevan sur la carrière de son père, le récit du développement d’une usine d’engrais chimique par deux de ses anciens employés, les soins aux brebis décrits par un berger ou encore l’utilisation de la saponaire dans le lessive. Les visiteurs du stand de la phonothèque, scolaires et collégiens pour les jeudi et vendredi, ont découvert les méthodologies en sciences sociales, le traitement documentaire source de réappropriation des archives sonores, la sauvegarde des supports fragiles, la démarche d’une cession de droits patrimoniaux. Ils ont pu aussi expérimenter l’entretien qualitatif au cours d’un jeu de rôle. Formant un binôme, les jeunes devaient se partager les rôles d’enquêteur et de témoin en ayant déterminé au préalable une thématique d’entretien de leur choix. Seules règles à respecter : éviter les questions trop personnelles ou gênantes, éviter de porter des jugements sur les réponses obtenues et ne pas se couper la parole. Sans rien écrire, ils se sont lancés dans l’enregistrement. Se sont succédés des essais d’entretien sur les émissions de télévision favorites, les goûts musicaux, la pratique de différentes danses, le hip-hop de Nicki Minaj,

les recettes des grand-mères, les goûts culinaires et vestimentaires, la pratique des jeux video, du vélo,

et les groupes d’amis au collège.

Les enquêteurs en herbe ont pu ainsi découvrir la richesse des récits oraux, leur finesse et leur originalité par rapport aux productions écrites par exemple. Ils comprenaient ainsi la place particulière de ces archives, au carrefour des intérêts de plusieurs disciplines, décalées des productions journalistiques qu’ils peuvent connaître au quotidien. Une discussion pouvait s’engager parfois entre les jeunes gens et leur enseignant sur de nouveaux termes de vocabulaire, sur leurs histoires familiales, sur notre patrimoine commun.

Le samedi, l’accueil proposait au grand public des écoutes d’extraits sonores choisis en explorant la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ces journées permettent aussi des échanges entre chercheurs de discipline différentes et la découverte mutuelle de leurs travaux, de leurs outils dans des présentations ludiques, dans un langage accessible, pédagogique, servit par une grande volonté de partage, d’ouverture et de curiosité.

 

Crédits photograpiques : Corinne Cassé, Marché de la chimie octobre 2011, Fête de la Science, Campus de Saint-Charles.

Crédits phonographiques : merci à tous les élèves qui ont suivi les ateliers de la phonothèque et accepté de devenir, un instant,  collecteur de témoignages.

Européens en Algérie indépendante : un corpus sonore à la phonothèque de la MMSH

Le 5 juillet 2012, l’Algérie fêtera le 50ème anniversaire de son indépendance. A cette occasion l’ouvrage de l’historienne Hélène Bracco1, sera réédité dans une version complétée. Cette monographie a été éditée à partir de son mémoire de DEA d’études Arabes et Islamiques, portant sur les Européens ayant fait le choix de rester ou de venir vivre en Algérie après l’indépendance de 19622. Pour documenter ce travail universitaire, Hélène Bracco s’est appuyée sur des entretiens qu’elle a enregistrés. La totalité du corpus a été déposé à la phonothèque de la MMSH où il est aujourd’hui consultable sur place dans sa totalité.

 

Hélène Bracco avait fait un premier dépôt au cours de l’année 2000, les enquêtes avaient été documentées et numérisées à la phonothèque de la MMSH. Ce travail avait donné l’occasion à Hélène Bracco de mieux comprendre l’intérêt du dépôt de ses sources et elle avait largement participé au travail d’indexation. Elle avait d’ailleurs, en 2005, numérisé et traité elle-même son corpus sonore sur les refus civils et militaires de la guerre d’Algérie à la phonothèque. Ce second dépôt, qui eut lieu au mois de juin 2011, vient clore cet ensemble. Le traitement documentaire restait à réaliser. Dans le cadre de mon stage de licence professionnelle à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011, j’ai travaillé sur ce corpus en m’attachant à l’ensemble de la chaîne documentaire, de sa numérisation à sa valorisation.

Ce second dépôt est constitué de neufs entretiens, six menés en Algérie et deux menés en France en 1993, auxquels s’ajoute un entretien mené récemment au mois de mars 2011 près d’Aix-en-Provence ; ils s’ajoutent aux 15 enregistrements déjà traités. Ces enquêtes nous font découvrir le témoignage de Français ayant fait le choix, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, de rester y vivre – les Pieds Noirs -, ou de venir y vivre – les Pieds-Rouges -. Il est intéressant de noter à ce sujet, que le terme de Pied-Vert a rapidement fait place à celui de Pied-Noir pour désigner les Européens restés vivre en Algérie indépendante. Ce terme a trouvé un écho favorable (et vraisemblablement sa source) dans la presse et les médias.

L’intérêt pour Hélène Bracco, en enregistrant des témoins, était de pallier le manque d’archives papiers souvent frappées du secret de la défense nationale. Les témoignages qu’elle a recueillis lui ont notamment permis d’obtenir des récits de la clandestinité, livrés par des acteurs des réseaux de soutien au FLN (réseau Curiel), que peu d’écrits relataient au moment de son enquête. Pour elle3, “la source orale est la seule à pouvoir révéler certains actes accomplis dans la clandestinité”.

 

L’auditeur peut ainsi entendre des témoignages d’une différence radicale : du militant pour une Algérie indépendante à celui qui ne voit dans l’Algérie qu’un département français où les « Arabes » n’ont pas leur place. Car ceux qui sont restés sont aussi bien des militants œuvrant pour l’indépendance depuis la métropole, que des Européens d’Algérie travaillant avec le FLN, des libéraux favorables à une Algérie française mais égalitaire, des personnes soutenant l’OAS ou enfin ceux qui, ainsi que les qualifie Pierre Chaulet4, ne furent que simples spectateurs du conflit. Tous racontent leur vie en Algérie indépendante et pourquoi ils ont fait le choix d’y rester. C’est aussi le récit de la recherche d’une identité. Les Français d’Algérie qu’elle a rencontrés n’ont souvent connu que l’Algérie et y vivent depuis plusieurs générations. Leurs origines sont diverses : Juifs espagnols ayant fui les persécutions, Alsaciens refusant la domination prussienne après la défaite de 1870, paysans du Sud de la France poussés à fuir la crise du phylloxéra… C’est ce qui explique en partie la déchirure que certains ont ressentie lors du départ des Pieds-Noirs en 1962, et que d’autres aient refusé de partir. C’est à ces derniers que le choix de la nationalité s’est posée5. En effet les accords d’Evian laissaient aux Français d’Algérie un délai de trois ans au terme duquel ils devaient avoir fait le choix de rester Français en Algérie ou devenir Algérien.

Le travail documentaire réalisé sur ce corpus a été l’occasion d’harmoniser toutes les notices documentaires, celles du premier dépôt et celles du second dépôt, de manière à éditer le catalogue avec index. Ce travail a aussi nécessité la numérisation de cette partie de la collection. J’ai ainsi constaté que techniquement, la numérisation est simple a réaliser. Le réel travail intervient après, avec l’éditorialisation des documents sonores. J’entends par éditorialisation le fait d’organiser les données pour qu’elle puissent être accessibles à un public (chercheurs, étudiants, curieux) dont le champ d’étude n’est pas obligatoirement le même que celui de la chercheuse dépositaire du corpus. Afin de contextualiser le corpus sonore et de participer à sa valorisation, j’ai mené à la toute fin de mon stage un entretien avec Hélène Bracco. J’avais pour cela élaboré un guide d’entretien avec la collaboration de l’équipe de la phonothèque, Corinne Cassé, ethnologue, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. L’objet du questionnaire portait essentiellement sur l’usage des phonogrammes. Au cours de mon stage, j’avais déjà rencontré Hélène Bracco, pour qu’elle précise certaines informations sur ses entretiens et qu’elle puisse me donner son retour sur le travail réalisé. Les échanges qui avaient lieu lors de ces rencontres dépassaient le cadre du travail documentaire, du fait de ma curiosité et de la volonté de transmettre de ce chercheur. Cet entretien a permis à l’historienne de s’exprimer sur son choix de documenter son mémoire de DEA par des enquêtes enregistrées, sur les conditions dans lesquelles elle les a enregistrées et sur les raisons de son dépôt à la phonothèque. Cet entretien a été enregistré et intégré au corpus.

Ce corpus, désormais clos, est ainsi composé de 25 documents d’une durée totale de 28 heures. Il est disponible, ainsi que son catalogue, à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Un contrat de dépôt stipule les conditions d’utilisation et de diffusion de ces archives. L’entretien réalisé avec le chercheur sera mis en ligne bientôt sur la base Ganoub de la phonothèque.

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Laurent Pagnier
Titulaire d’une Licence Professionnelle Ressources Documentaires et Bases de Données (LP RDBD) spécialité image fixe, image animée et son à l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011.

Crédits photograpiques :
     BRACCO, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p.
     Idéale (Collection Paris-Alger), Alger, vue de la place du Gouvernement, aucune restriction de copyright connue

Crédits phonographiques :
BRACCO, Hélène. entretien avec Pierre Chaulet, 1993
PAGNIER, Laurent. entretien avec Hélène Bracco, 2011

Crédit vidéo :
GORETTA, Jean-Pierre (jour.), DISERENS, Jean-Claude (réal.). Continents sans frontières : Les Pieds-Verts [en ligne]. Genève : Radio Télévision Suisse, 1965, 22min53 disponible sur <http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3435326-les-pieds-verts.html>

  1. Bracco, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p. []
  2. Ce mémoire a été soutenu à l’Université de Provence sous la direction du professeur Robert Ilbert []
  3. Bracco, Hélène. Mémoires de la guerre d’Algérie : de la collecte d’interviews à la numérisation des cassettes , Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [en ligne], disponible sur <http://afas.revues.org/1641> consulté le 05 octobre 2011. []
  4. Médecin pied-noir d’origine française, ayant pris la nationalité Algérienne et participé aux accords d’Evian []
  5. Il faut aussi ajouter qu’en France des « porteurs de valises » ayant soutenu la lutte d’indépendance ont pris la nationalité algérienne []

Offre d’emploi : enquêteur/trice de terrain à Marseille et Bouches-du-Rhône

Intitulé du poste

Chargé(e) de mission – enquêteur/trice de terrain

Contexte

Les enquêtes à réaliser sont préliminaires à la mise en place d’un programme de sensibilisation/action sur la question de l’accueil des populations Rroms auprès des acteurs sociaux. Ce programme se clôturera par une restitution publique de type colloque fin octobre 2012.

Les objectifs de ce projet sont : connaître, informer et accompagner dans le cadre d’un programme de sensibilisation et d’accompagnement aux pratiques professionnelles auprès de la population Rrom.

L’ensemble de ce projet soutenu par plusieurs partenaires privés et publics comme la Fondation Abbé Pierre et les collectivités territoriales se décline en deux étapes : recherche/enquête et information/sensibilisation-action.  Il se déroulera sur treize mois sous la direction d’un comité de pilotage formé des partenaires, de l’équipe de direction de l’association Paroles Vives et de chercheurs en sciences sociales spécialistes de la question des Rroms.

À l’automne 2008 l’association Paroles Vives répondait à la commande de la Fondation Abbé Pierre pour ouvrir un terrain ethnographique auprès des Rroms de Marseille et de Fréjus. Le contexte exigeait une observation rapide et opérationnelle ainsi que l’énonciation d’une série de réponses pour la connaissance et l’action. Depuis 2008, les situations ont changé suite aux nouvelles lois et directives. Les conclusions du rapport de 2008 doivent être réévaluées, confirmées ou infirmées et détaillées par le terrain actuel.

L’objet de l’étude 2011 est de rencontrer les populations Rroms (familles, individus isolés, squatteurs, en habitat mobiles, en location) et les structures d’accueil et leurs agents sur Marseille et les Bouches du Rhône. Le fil conducteur de la mission est de comprendre et d’évaluer la possibilité d’instaurer un lien durable entre les populations en présence.

L’objectif des enquêtes 2011 est l’évaluation :

  • des différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui
  • de la composition des familles
  • de la scolarisation des enfants
  • de l’accès à la santé
  • de l’insertion professionnelle
  • de l’état et de la métamorphose des lieux de vie
  • de la nature et la qualité des relations entre la population d’accueil, des structures d’entraide et sociales et les populations Rroms

Mission

Les outils développés en 2008, notamment pour la connaissance des compositions familiales, seront à nouveau mobilisés pour la compréhension des réseaux et la mise en place de dialogues cohérents. Ils permettront de structurer l’approche du terrain, de nourrir une base de données et de préparer l’écriture du rapport d’enquête.

Sous la supervision du chef de projet, l’enquêteur/trice devra participer et s’impliquer dans les différentes étapes du projet :

Enquête auprès des familles Rroms

  • rencontrer les familles, présenter l’étude, comprendre et rendre compte de leur composition familiale

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données sur l’état de scolarisation des enfants

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données qualitatives sur l’accès aux soins (traitement, hospitalisation, relation avec le personnel soignant et suivi des malades, automédicamentation)

  • constater et rendre compte de l’état et de la métamorphose des lieux de vie par l’utilisation d’une grille d’observation et d’un listing de points élémentaires de sécurité et salubrité

  • comprendre et évaluer la qualité et les modalités des interactions entre les populations Rroms et les populations d’accueil (civils, militants et professionnels) par des entretiens et de l’observation

Enquête auprès des acteurs sociaux en situation de travail

  • dresser une typologie argumentée des structures d’accueil et/ou d’orientation accessibles à ces populations

  • recenser les modalités d’interaction par de l’observation et des entretiens qualitatifs

  • évaluer la qualité de la scolarisation et de l’accueil des enfants au sein du système scolaire

Recherche documentaire/état des lieux juridiques

  • identifier et rendre compte des personnes et documents ressources et lister les différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui au cours de l’enquête auprès des structures accueillant les Rroms.

Constitution d’un annuaire de réseau

  • comprendre et évaluer les conditions de rencontres entre les services sociaux et les familles rroms

  • recenser les expériences et possibilités d’insertion professionnelle par la formation notamment

Restitution

  • rédiger un rapport thématique d’études

  • participer à la préparation et à l’animation des ateliers de professionnels

  • participer à la préparation d’une restitution publique (type colloque), notamment par l’écriture d’une intervention de présentation publiable des travaux

Profil

NOTA : Compte tenu de la particularité du terrain, une grande souplesse et une large amplitude horaire sont nécessaire pour la partie enquête auprès des Rroms. Le contact se fera au départ par l’intermédiaire des structures d’aide à ces familles, comme Ampil, Médecins du Monde, Rencontres Tsiganes, Fondation Abbé Pierre. Certains de ces acteurs de terrain agissent la nuit comme Médecins du Monde. Une attention particulière sera portée à cette flexibilité.

Formation et expérience souhaitées

Bac + 3 en sciences humaines et sociales et/ou formation dans le sanitaire et social

Expérience de 2 ans en enquêtes de terrain, écriture de rapports d’étude, présentation publique.

Non prioritaire mais fortement recommandé

connaissance du terrain
Parler Romani, italien
pratique de l’animation d’atelier
utiliser les outils collaboratifs

Savoir-faire

être organisé
savoir travailler en collaboration et en équipe
savoir rédiger et restituer en public

Savoir être

écoute
autonomie
rigueur

Type de contrat

Employeur : Association Paroles Vives

Contrat de droit privé à durée déterminée à temps partiel.

Durée de la mission : 576 heures au total réparties sur treize mois du 1er octobre 2011 à fin octobre 2012.

contrat CDD reconductibles : compte tenu de la nature des interventions, la mission ne peut être en un seul contrat. Les ateliers et le colloque feront l’objet d’autres contrats par rapport à l’enquête de terrain et la livraison du rapport et annexes.

Rémunération : 17,37 euros/h brut
Mission début 1er oct. 2011 au 31 oct. 2012. Nombre d’heures total 576

Les déplacements seront pris en charge par l’association Paroles Vives.

CV et lettre de motivation à envoyer par courriel à :

Florence Mazzella di Bosco,

chef de projet et de développement

florence.mazzella@parolesvives.org

Clôture des réceptions des candidatures le 20/09/2011 à minuit.

Les personnes dont la candidature sera retenue seront rencontrées entre le 23/09/11 et le 30/09/11.

Crédits photographiques : Gypsy woman and two young children Lieu : Annerley, Brisbane, Australie, avril 1907.  State Library of Queensland’s collection: pictureqld.slq.qld.gov.au Pas de restrictions de droits connus.

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association « Paroles Vives » (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

– Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
– Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
– Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
– Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
– François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.