Archives par mot-clé : enquête de terrain

Agitation de neurones et d’archives sonores à la fête de la science 2011

Du 12 au 16 octobre 2011 la science s’est fêtée à Marseille comme partout en France pour la 20ème édition. Pas moins de 40 animations étaient proposées sur les sites de Marseille aux enfants des écoles primaires, collégiens et lycéens comme à tous les publics. Les archives sonores et la phonothèque de la MMSH tenaient bonne place sur le campus de Saint Charles de l’Université de Provence, dans la salle des conférences au sein… du marché de la chimie ! Quel rapport avec la chimie ? Tout d’abord un lien étroit avec la constitution du savoir comme pouvaient l’exposer au moins trois stands présents. Celui décrivant la fabrication et les multiples usages du savon de Marseille (Compagnie des détergents et du savon de Marseille), un autre sur les huiles essentielles et la fabrication des cosmétiques (Laboratoire Chimie Provence UMR 6264), ou encore celui des connaissances ethnobotaniques (Herbiers de l’Université de Provence). Chacun abordait au cours de son exposé le savoir empirique développé et transmis par les anonymes utilisant au cours des siècles une herbe parfumée, curative, ou le savon comme dentifrice.

L’exploration de la base de données de la phonothèque de la MMSH sur le thème des savoirs scientifiques et de leur transmission nous a permis l’extraction de quelques extraits pertinents : le témoignage d’un descendant d’arménien devenu chimiste à Lyon, les souvenirs de la fille d’un chimiste d’Erevan sur la carrière de son père, le récit du développement d’une usine d’engrais chimique par deux de ses anciens employés, les soins aux brebis décrits par un berger ou encore l’utilisation de la saponaire dans le lessive. Les visiteurs du stand de la phonothèque, scolaires et collégiens pour les jeudi et vendredi, ont découvert les méthodologies en sciences sociales, le traitement documentaire source de réappropriation des archives sonores, la sauvegarde des supports fragiles, la démarche d’une cession de droits patrimoniaux. Ils ont pu aussi expérimenter l’entretien qualitatif au cours d’un jeu de rôle. Formant un binôme, les jeunes devaient se partager les rôles d’enquêteur et de témoin en ayant déterminé au préalable une thématique d’entretien de leur choix. Seules règles à respecter : éviter les questions trop personnelles ou gênantes, éviter de porter des jugements sur les réponses obtenues et ne pas se couper la parole. Sans rien écrire, ils se sont lancés dans l’enregistrement. Se sont succédés des essais d’entretien sur les émissions de télévision favorites, les goûts musicaux, la pratique de différentes danses, le hip-hop de Nicki Minaj,

les recettes des grand-mères, les goûts culinaires et vestimentaires, la pratique des jeux video, du vélo,

et les groupes d’amis au collège.

Les enquêteurs en herbe ont pu ainsi découvrir la richesse des récits oraux, leur finesse et leur originalité par rapport aux productions écrites par exemple. Ils comprenaient ainsi la place particulière de ces archives, au carrefour des intérêts de plusieurs disciplines, décalées des productions journalistiques qu’ils peuvent connaître au quotidien. Une discussion pouvait s’engager parfois entre les jeunes gens et leur enseignant sur de nouveaux termes de vocabulaire, sur leurs histoires familiales, sur notre patrimoine commun.

Le samedi, l’accueil proposait au grand public des écoutes d’extraits sonores choisis en explorant la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ces journées permettent aussi des échanges entre chercheurs de discipline différentes et la découverte mutuelle de leurs travaux, de leurs outils dans des présentations ludiques, dans un langage accessible, pédagogique, servit par une grande volonté de partage, d’ouverture et de curiosité.

 

Crédits photograpiques : Corinne Cassé, Marché de la chimie octobre 2011, Fête de la Science, Campus de Saint-Charles.

Crédits phonographiques : merci à tous les élèves qui ont suivi les ateliers de la phonothèque et accepté de devenir, un instant,  collecteur de témoignages.

Européens en Algérie indépendante : un corpus sonore à la phonothèque de la MMSH

Le 5 juillet 2012, l’Algérie fêtera le 50ème anniversaire de son indépendance. A cette occasion l’ouvrage de l’historienne Hélène Bracco1, sera réédité dans une version complétée. Cette monographie a été éditée à partir de son mémoire de DEA d’études Arabes et Islamiques, portant sur les Européens ayant fait le choix de rester ou de venir vivre en Algérie après l’indépendance de 19622. Pour documenter ce travail universitaire, Hélène Bracco s’est appuyée sur des entretiens qu’elle a enregistrés. La totalité du corpus a été déposé à la phonothèque de la MMSH où il est aujourd’hui consultable sur place dans sa totalité.

 

Hélène Bracco avait fait un premier dépôt au cours de l’année 2000, les enquêtes avaient été documentées et numérisées à la phonothèque de la MMSH. Ce travail avait donné l’occasion à Hélène Bracco de mieux comprendre l’intérêt du dépôt de ses sources et elle avait largement participé au travail d’indexation. Elle avait d’ailleurs, en 2005, numérisé et traité elle-même son corpus sonore sur les refus civils et militaires de la guerre d’Algérie à la phonothèque. Ce second dépôt, qui eut lieu au mois de juin 2011, vient clore cet ensemble. Le traitement documentaire restait à réaliser. Dans le cadre de mon stage de licence professionnelle à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011, j’ai travaillé sur ce corpus en m’attachant à l’ensemble de la chaîne documentaire, de sa numérisation à sa valorisation.

Ce second dépôt est constitué de neufs entretiens, six menés en Algérie et deux menés en France en 1993, auxquels s’ajoute un entretien mené récemment au mois de mars 2011 près d’Aix-en-Provence ; ils s’ajoutent aux 15 enregistrements déjà traités. Ces enquêtes nous font découvrir le témoignage de Français ayant fait le choix, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, de rester y vivre – les Pieds Noirs -, ou de venir y vivre – les Pieds-Rouges -. Il est intéressant de noter à ce sujet, que le terme de Pied-Vert a rapidement fait place à celui de Pied-Noir pour désigner les Européens restés vivre en Algérie indépendante. Ce terme a trouvé un écho favorable (et vraisemblablement sa source) dans la presse et les médias.

L’intérêt pour Hélène Bracco, en enregistrant des témoins, était de pallier le manque d’archives papiers souvent frappées du secret de la défense nationale. Les témoignages qu’elle a recueillis lui ont notamment permis d’obtenir des récits de la clandestinité, livrés par des acteurs des réseaux de soutien au FLN (réseau Curiel), que peu d’écrits relataient au moment de son enquête. Pour elle3, “la source orale est la seule à pouvoir révéler certains actes accomplis dans la clandestinité”.

 

L’auditeur peut ainsi entendre des témoignages d’une différence radicale : du militant pour une Algérie indépendante à celui qui ne voit dans l’Algérie qu’un département français où les « Arabes » n’ont pas leur place. Car ceux qui sont restés sont aussi bien des militants œuvrant pour l’indépendance depuis la métropole, que des Européens d’Algérie travaillant avec le FLN, des libéraux favorables à une Algérie française mais égalitaire, des personnes soutenant l’OAS ou enfin ceux qui, ainsi que les qualifie Pierre Chaulet4, ne furent que simples spectateurs du conflit. Tous racontent leur vie en Algérie indépendante et pourquoi ils ont fait le choix d’y rester. C’est aussi le récit de la recherche d’une identité. Les Français d’Algérie qu’elle a rencontrés n’ont souvent connu que l’Algérie et y vivent depuis plusieurs générations. Leurs origines sont diverses : Juifs espagnols ayant fui les persécutions, Alsaciens refusant la domination prussienne après la défaite de 1870, paysans du Sud de la France poussés à fuir la crise du phylloxéra… C’est ce qui explique en partie la déchirure que certains ont ressentie lors du départ des Pieds-Noirs en 1962, et que d’autres aient refusé de partir. C’est à ces derniers que le choix de la nationalité s’est posée5. En effet les accords d’Evian laissaient aux Français d’Algérie un délai de trois ans au terme duquel ils devaient avoir fait le choix de rester Français en Algérie ou devenir Algérien.

Le travail documentaire réalisé sur ce corpus a été l’occasion d’harmoniser toutes les notices documentaires, celles du premier dépôt et celles du second dépôt, de manière à éditer le catalogue avec index. Ce travail a aussi nécessité la numérisation de cette partie de la collection. J’ai ainsi constaté que techniquement, la numérisation est simple a réaliser. Le réel travail intervient après, avec l’éditorialisation des documents sonores. J’entends par éditorialisation le fait d’organiser les données pour qu’elle puissent être accessibles à un public (chercheurs, étudiants, curieux) dont le champ d’étude n’est pas obligatoirement le même que celui de la chercheuse dépositaire du corpus. Afin de contextualiser le corpus sonore et de participer à sa valorisation, j’ai mené à la toute fin de mon stage un entretien avec Hélène Bracco. J’avais pour cela élaboré un guide d’entretien avec la collaboration de l’équipe de la phonothèque, Corinne Cassé, ethnologue, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. L’objet du questionnaire portait essentiellement sur l’usage des phonogrammes. Au cours de mon stage, j’avais déjà rencontré Hélène Bracco, pour qu’elle précise certaines informations sur ses entretiens et qu’elle puisse me donner son retour sur le travail réalisé. Les échanges qui avaient lieu lors de ces rencontres dépassaient le cadre du travail documentaire, du fait de ma curiosité et de la volonté de transmettre de ce chercheur. Cet entretien a permis à l’historienne de s’exprimer sur son choix de documenter son mémoire de DEA par des enquêtes enregistrées, sur les conditions dans lesquelles elle les a enregistrées et sur les raisons de son dépôt à la phonothèque. Cet entretien a été enregistré et intégré au corpus.

Ce corpus, désormais clos, est ainsi composé de 25 documents d’une durée totale de 28 heures. Il est disponible, ainsi que son catalogue, à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Un contrat de dépôt stipule les conditions d’utilisation et de diffusion de ces archives. L’entretien réalisé avec le chercheur sera mis en ligne bientôt sur la base Ganoub de la phonothèque.

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Laurent Pagnier
Titulaire d’une Licence Professionnelle Ressources Documentaires et Bases de Données (LP RDBD) spécialité image fixe, image animée et son à l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011.

Crédits photograpiques :
     BRACCO, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p.
     Idéale (Collection Paris-Alger), Alger, vue de la place du Gouvernement, aucune restriction de copyright connue

Crédits phonographiques :
BRACCO, Hélène. entretien avec Pierre Chaulet, 1993
PAGNIER, Laurent. entretien avec Hélène Bracco, 2011

Crédit vidéo :
GORETTA, Jean-Pierre (jour.), DISERENS, Jean-Claude (réal.). Continents sans frontières : Les Pieds-Verts [en ligne]. Genève : Radio Télévision Suisse, 1965, 22min53 disponible sur <http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3435326-les-pieds-verts.html>

  1. Bracco, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p. []
  2. Ce mémoire a été soutenu à l’Université de Provence sous la direction du professeur Robert Ilbert []
  3. Bracco, Hélène. Mémoires de la guerre d’Algérie : de la collecte d’interviews à la numérisation des cassettes , Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [en ligne], disponible sur <http://afas.revues.org/1641> consulté le 05 octobre 2011. []
  4. Médecin pied-noir d’origine française, ayant pris la nationalité Algérienne et participé aux accords d’Evian []
  5. Il faut aussi ajouter qu’en France des « porteurs de valises » ayant soutenu la lutte d’indépendance ont pris la nationalité algérienne []

Offre d’emploi : enquêteur/trice de terrain à Marseille et Bouches-du-Rhône

Intitulé du poste

Chargé(e) de mission – enquêteur/trice de terrain

Contexte

Les enquêtes à réaliser sont préliminaires à la mise en place d’un programme de sensibilisation/action sur la question de l’accueil des populations Rroms auprès des acteurs sociaux. Ce programme se clôturera par une restitution publique de type colloque fin octobre 2012.

Les objectifs de ce projet sont : connaître, informer et accompagner dans le cadre d’un programme de sensibilisation et d’accompagnement aux pratiques professionnelles auprès de la population Rrom.

L’ensemble de ce projet soutenu par plusieurs partenaires privés et publics comme la Fondation Abbé Pierre et les collectivités territoriales se décline en deux étapes : recherche/enquête et information/sensibilisation-action.  Il se déroulera sur treize mois sous la direction d’un comité de pilotage formé des partenaires, de l’équipe de direction de l’association Paroles Vives et de chercheurs en sciences sociales spécialistes de la question des Rroms.

À l’automne 2008 l’association Paroles Vives répondait à la commande de la Fondation Abbé Pierre pour ouvrir un terrain ethnographique auprès des Rroms de Marseille et de Fréjus. Le contexte exigeait une observation rapide et opérationnelle ainsi que l’énonciation d’une série de réponses pour la connaissance et l’action. Depuis 2008, les situations ont changé suite aux nouvelles lois et directives. Les conclusions du rapport de 2008 doivent être réévaluées, confirmées ou infirmées et détaillées par le terrain actuel.

L’objet de l’étude 2011 est de rencontrer les populations Rroms (familles, individus isolés, squatteurs, en habitat mobiles, en location) et les structures d’accueil et leurs agents sur Marseille et les Bouches du Rhône. Le fil conducteur de la mission est de comprendre et d’évaluer la possibilité d’instaurer un lien durable entre les populations en présence.

L’objectif des enquêtes 2011 est l’évaluation :

  • des différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui
  • de la composition des familles
  • de la scolarisation des enfants
  • de l’accès à la santé
  • de l’insertion professionnelle
  • de l’état et de la métamorphose des lieux de vie
  • de la nature et la qualité des relations entre la population d’accueil, des structures d’entraide et sociales et les populations Rroms

Mission

Les outils développés en 2008, notamment pour la connaissance des compositions familiales, seront à nouveau mobilisés pour la compréhension des réseaux et la mise en place de dialogues cohérents. Ils permettront de structurer l’approche du terrain, de nourrir une base de données et de préparer l’écriture du rapport d’enquête.

Sous la supervision du chef de projet, l’enquêteur/trice devra participer et s’impliquer dans les différentes étapes du projet :

Enquête auprès des familles Rroms

  • rencontrer les familles, présenter l’étude, comprendre et rendre compte de leur composition familiale

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données sur l’état de scolarisation des enfants

  • recueillir directement par des entretiens auprès des Rroms des données qualitatives sur l’accès aux soins (traitement, hospitalisation, relation avec le personnel soignant et suivi des malades, automédicamentation)

  • constater et rendre compte de l’état et de la métamorphose des lieux de vie par l’utilisation d’une grille d’observation et d’un listing de points élémentaires de sécurité et salubrité

  • comprendre et évaluer la qualité et les modalités des interactions entre les populations Rroms et les populations d’accueil (civils, militants et professionnels) par des entretiens et de l’observation

Enquête auprès des acteurs sociaux en situation de travail

  • dresser une typologie argumentée des structures d’accueil et/ou d’orientation accessibles à ces populations

  • recenser les modalités d’interaction par de l’observation et des entretiens qualitatifs

  • évaluer la qualité de la scolarisation et de l’accueil des enfants au sein du système scolaire

Recherche documentaire/état des lieux juridiques

  • identifier et rendre compte des personnes et documents ressources et lister les différents points juridiques qui peuvent concerner les Rroms aujourd’hui au cours de l’enquête auprès des structures accueillant les Rroms.

Constitution d’un annuaire de réseau

  • comprendre et évaluer les conditions de rencontres entre les services sociaux et les familles rroms

  • recenser les expériences et possibilités d’insertion professionnelle par la formation notamment

Restitution

  • rédiger un rapport thématique d’études

  • participer à la préparation et à l’animation des ateliers de professionnels

  • participer à la préparation d’une restitution publique (type colloque), notamment par l’écriture d’une intervention de présentation publiable des travaux

Profil

NOTA : Compte tenu de la particularité du terrain, une grande souplesse et une large amplitude horaire sont nécessaire pour la partie enquête auprès des Rroms. Le contact se fera au départ par l’intermédiaire des structures d’aide à ces familles, comme Ampil, Médecins du Monde, Rencontres Tsiganes, Fondation Abbé Pierre. Certains de ces acteurs de terrain agissent la nuit comme Médecins du Monde. Une attention particulière sera portée à cette flexibilité.

Formation et expérience souhaitées

Bac + 3 en sciences humaines et sociales et/ou formation dans le sanitaire et social

Expérience de 2 ans en enquêtes de terrain, écriture de rapports d’étude, présentation publique.

Non prioritaire mais fortement recommandé

connaissance du terrain
Parler Romani, italien
pratique de l’animation d’atelier
utiliser les outils collaboratifs

Savoir-faire

être organisé
savoir travailler en collaboration et en équipe
savoir rédiger et restituer en public

Savoir être

écoute
autonomie
rigueur

Type de contrat

Employeur : Association Paroles Vives

Contrat de droit privé à durée déterminée à temps partiel.

Durée de la mission : 576 heures au total réparties sur treize mois du 1er octobre 2011 à fin octobre 2012.

contrat CDD reconductibles : compte tenu de la nature des interventions, la mission ne peut être en un seul contrat. Les ateliers et le colloque feront l’objet d’autres contrats par rapport à l’enquête de terrain et la livraison du rapport et annexes.

Rémunération : 17,37 euros/h brut
Mission début 1er oct. 2011 au 31 oct. 2012. Nombre d’heures total 576

Les déplacements seront pris en charge par l’association Paroles Vives.

CV et lettre de motivation à envoyer par courriel à :

Florence Mazzella di Bosco,

chef de projet et de développement

florence.mazzella@parolesvives.org

Clôture des réceptions des candidatures le 20/09/2011 à minuit.

Les personnes dont la candidature sera retenue seront rencontrées entre le 23/09/11 et le 30/09/11.

Crédits photographiques : Gypsy woman and two young children Lieu : Annerley, Brisbane, Australie, avril 1907.  State Library of Queensland’s collection: pictureqld.slq.qld.gov.au Pas de restrictions de droits connus.

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association « Paroles Vives » (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

– Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
– Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
– Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
– Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
– François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

Écouter la mine. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines
Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du xviiie avec l’arrivée de la famille de Solages et de la Révolution Industrielle au xixe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la SMC (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la SMA (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les HBA (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité HBCM (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le xxe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001, le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d’enquêtes orales auprès d’anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. Le premier axe renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l’ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d’utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d’être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L’autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l’heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l’année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l’aventure sonore…

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore : Guy Batista. Cote : 8AV03.

La source orale en sciences humaines et sociales, et son archivage

Dans le cadre de l’enseignement dispensé en licence 3, L’atelier de l’historien : technique d’archivages et ressources documentaires trois heures ont été dédiées à « La source orale en sciences humaines et sociales et son archivage » le jeudi 18 décembre 2008 ; le diaporama est ici.

Pour infos, des adresses sur les métiers des phonothèques, bibliothèques et musées .

Crédits photographiques : Bibliothèque publique de New-York (Pas de droits connus / No known restrictions on publication), Flint River school, Ga. demonstrate a health moving picture, which they made. May 1939.. Photographe : Wolcott, Marion Post. Mai 1939.