Archives par mot-clé : Georges Perec

Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

On avait vu sortir du bois, un individu maigrichon, grand, portant un calot biscornu, soufflant dans un mirliton dont il tirait un air pimpant. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 143)

A Mane, dans les Alpes de Haute-Provence, se trouve le musée de Salagon, célèbre pour son église romane, son prieuré Renaissance et ses jardins ethnobotaniques. Continuer la lecture de Avent -9 : La chênaie blanche ou le jardin disparu

Avent -10 : How to bury Winter?

L’on dansa dans tous les caboulot au son du hautbois, du biniou, du tambour. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 20)

This post was published for the first time on the Europeana Sounds Blog the 29th of February 2016, at this URL: http://www.europeanasounds.eu/news/when-carnival-buries-winter, and fortunately, this post is not dissolved in the web! We found it on the Wayback Machine (many many thanks Archive.org) at this URL: https://web.archive.org/web/20160624193905/http://www.europeanasounds.eu/news/when-carnival-buries-winter

Continuer la lecture de Avent -10 : How to bury Winter?

Avent -11 : Polyphony around Europe

Quoi qu’insuffisant, surtout dans sa conclusion, son travail, confinant à l’intuition d’un Marc Bloch quant au rapport Donjon-Vassal, d’un Mauss sur l‘union Chaman-Tribu, d’un Chomsky sur la jonction Insignifiant-Signifiant, prouvait qu’il n’y avait pas obligation (il s’agissait tout au plus d’un choix facultatif), montrant ainsi qu’on s’abusait quand on analysait, à partir d’un Droit soi-disant positif, un substratum d’où l’on croyait saisir la Colonisation, la Romanisation ou la Barbarisation. Ça signifiait donc qu’il fallait à tout prix fuir l’a priori pour saisir, avant tout, l’infrastructural. Tu vois la situation Karl Marx à l’Institut ! On n’avait jamais vu ça. Pourtant la plupart du jury fut d’accord, sauf Carcopino (di Cocopinard) qui dit-on avait rugi « Idiot ! Idiot » ! » (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 44)

This post was published for the first time on the Europeana Sounds Blog the 8th of September 2014, at this URL: http://www.europeanasounds.eu/news/polyphony-around-europe ((In September Archive.org archived the blog twice but not this page. Unfortunately, all the posts of this blog were dissolved in the web when the project finished. This Avent Calendar is a chance to publish these forgotten posts. Continuer la lecture de Avent -11 : Polyphony around Europe

Avent -12 : L’adieu aux cédés

On la disait sans futur vis-à-vis du film parlant qui faisait alors son apparition (tout ça arrivait aux abords d’août vingt-huit, il avait suffi d’un film d’A. Crossland pour qu’à la Columbia, à la Rank, on optât pour la mutation). (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 91)

Le CD ou Compact Disc ou disque compact ou cédé – suivant le terme que le  Ministère de la Culture nous recommandait d’employer1 a été utilisé pendant une dizaine d’année, pour la conservation (cédérom) et la consultation sur site (cédé-audio). Continuer la lecture de Avent -12 : L’adieu aux cédés

  1. Notons que dans le Vocabulaires des TIC, publié en 2017 par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, avec le soutien du secrétariat d’État à l’industrie, au numérique et à l’innovation, qui est une mise à jour de l’édition de 2009,  il n’y a plus que “cédérom” qui a survécu (n°117). Le disque compact est proposé (n°247) mais on note aussi le terme complètement disparu “diffusion pour baladeur” (n°238) comme “Mode de diffusion sur l’internet de fichiers audio ou vidéo qui sont téléchargés à l’aide de logiciels spécifiques afin d’être transférés et lus sur un baladeur numérique” et, dans le domaine de l’audiovisuel en tout cas, d’autres mots soit surannés à leur naissance, soit qui n’ont jamais été utilisés. []

Avent -13 : Ski Ambience in Bardonecchia

Il s’assit un long instant sur un banc moussu, non loin du grand acacia dont la frondaison balançait, produisant un bruit sourd mais continu, un chuchotis murmurant, un soupir bourdonnant qu’on aurait cru parfois sibyllin, sodonial. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 222).

Ce billet a été publié le 8 décembre 2016 . La Wayback Machine permet d’en retrouver partiellement la trace, dernière page conservée du blog : https://web.archive.org/web/20170125115406/http://www.europeanasounds.eu/page/5

L’enregistrement mis alors sur Soundcloud est toujours disponible :

Continuer la lecture de Avent -13 : Ski Ambience in Bardonecchia

Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées. Continuer la lecture de Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []

Avent -15 : Where is MySpace?

« Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ça avait disparu. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 9).

Et si Facebook disparaissait lui aussi ? la moyenne d’âge de ses utilisateurs est de plus en plus élevée et il n’y a plus le même engouement . L’entreprise essaie de s’adapter aux nouvelles pratiques des jeunes et a notamment racheté plusieurs plateformes, dont Instagram et Whatsapp. Et si Facebook disparaissait ? Que deviendraient nos données ? Ce genre de disparition est possible, depuis l’avénènement du web des outils ou des services ont disparu1. Continuer la lecture de Avent -15 : Where is MySpace?

  1. Hier nous évoquions la disparition de données parce que l’espace alloué devient payant ou se réduit mais d’autres services ont disparu qui semblaient stables et robustes. Par exemple, nous utilisions beaucoup GoogleReader, l’outil de lecture des fils RSS de Google, et depuis son arrêt on note un usage moindre du RSS ; nous avons aussi rédigé un billet sur la disparition de la plateforme Crévilles arêtée en mars 2015. []

Avent -16 : L’archive en madeleine

Amis du Gai Savoir, amis du doux plaisir, un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 59)

Travaillant sur l’archivage du fonds de l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan, j’ai visionné un film qu’il a co-réalisé dans les années 1980, intitulé Faudrait pas nous prendre pour des indiens (le pays derrière la fête). Cette œuvre, d’une durée de 32 minutes décrit les rites festifs d’un village de la Lozère – Grandrieu – et enregistre également les réactions des habitants au visionnage de leur propre mise en scène. Ayant connu cette époque, j’ai dégusté ce moment avec curiosité et délectation, à la fois en recherchant les signes du passé et en mesurant les écarts dans les façons de se vêtir, de parler ou d’agir. Spectatrice d’un temps encore présent dans ma mémoire, j’ai pensé à l’analyse d’une étudiante de master qui déclarait, à propos du film lors d’un exercice, qu’il s’agissait d’un autre temps, d’une époque … disparue. Alors je vous invite à vous installer confortablement, bien au chaud sous une petite couverture pour embarquer dans la machine virtuelle à remonter le temps, en cliquant ici :

 

Nous remercions Monsieur Pierre Arragon, co-réalisateur du film, qui nous a transmis les copies numériques de cette œuvre ainsi que celles de quatre autres films réalisés par lui-même et Jean-Pierre Olivier de Sardan (Le jaune et le noir, 1987; Un matin une pirogue, 1992; La bouche déliée, 1970; Saint Joseph le crocodile, 1992). Il nous a également permis l’utilisation de l’url pour la visualisation du film.

Crédit photographique de l’image “à la une” : capture d’image du film à 1 min 35s

Rédigé par Annick Boissel, archiviste audiovisuel

Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Qui va piano va sano, sourit Aloysius Swan. Ils sont tous morts. Donnons à tous l’absolution.  (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 152)

 

Peut-on se souvenir d’une voix ? Retrouver, aujourd’hui, “en vrai”, un timbre, un accent, une couleur, des expressions…? Quand on évoque une personne disparue, on ne parle jamais de sa voix, sauf quand elle était vraiment exceptionnelle.

Je n’ai pas gardé le souvenir de la voix  de ma grand-mère paternelle. Et pourtant, un jour, je l’ai retrouvée. Continuer la lecture de Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Avent -18 : De la fugacité des players

Il frissonna sans draps, il transpira sous un plaid, il compara l’alfa au kapok. Il coucha assis, accroupi, à califourchon ; il consulta un fakir qui lui proposa son grabat à clous, puis un gourou qui lui ordonna la position yoga. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 7).

Faire écouter les fichiers son de la phonothèque en streaming n’est pas chose si simple. Le service informatique de la MMSH nous a proposé dès 2010 de mettre à notre disposition un serveur de stream1 dont nous avons géré les contenus à partir de 2012.  Toutefois, par souci d’esthétique et comme la création de ces points de publication n’étaient pas très ergonomique, pour publier sur les billets de blog nous nous sommes laissées prendre par la simplicité et l’esthétique de Sound Cloud  : cette plate-forme de distribution audio nous permettait d’afficher des images dans le player lui-même et de créer des liens avec les musiciens. Toutefois, nous ne pouvions y placer qu’une douzaine de séquences car pour obtenir plus d’espace il fallait payer le service – et nous n’en avions pas les moyens.

Continuer la lecture de Avent -18 : De la fugacité des players

  1. Le  serveur avait le joli nom d’Astarte (à prononcer du nom de la déesse phénicienne Astarté mais en tant que machine, donc DNS, son nom s’écrivait en ASCII donc sans accent) et était motorisé par la technologie Service Windows Media. Quand le serveur Astarte s’est arrêté de fonctionner, brutalement, il tournait sur une version obsolète du système d’exploitation, le nouveau chef de service informatique de la MMSH a repris les données sur une toute autre technologie. []