Archives par mot-clé : luthier Philippe Bodart

1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Maison Barbet & Granier à Marseille (Archives du luthier Pierre Claudot)

Rares sont les ateliers de lutherie qui ont plus de cent ans aujourd’hui. C’est le cas de la Maison Hommel à Marseille qui a été créée en 1877. Ses fondateurs sont liés à Mirecourt, capitale de la lutherie française. L’un, Charles BARBET, 38 ans, né à Bourges en 1839, descend d’une famille de luthiers de Mirecourt. L’autre, Edmond GRANIER, 26 ans, Provençal né en 1851, y a des attaches professionnelles. En matière de lutherie, les Vosges ne sont jamais loin, même à Marseille. Continuer la lecture de 1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques

Le luthier Pierre Claudot à Marseille vers 1930

Après plusieurs entretiens menés par sa fille ethnologue en 1981 puis en 1988, Pierre Claudot, alors âgé de 87 ans, est interrogé ici sur sa vie marseillaise par Mireille Jattiot-Cohu. L’enquête s’apparente à un dialogue du fait des liens qu’entretient l’enquêtrice avec l’informateur : elle est une petite-fille Granier, anciens propriétaires de l’atelier marseillais de Pierre Claudot. Ce dernier raconte son parcours de Mirecourt à Marseille.

Naissance à Mirecourt (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Sollicité par son oncle François, luthier à Dijon, qui n’a pas de successeur, il décide de s’orienter vers la lutherie, bien que sa mère soit assez réticente. Le contexte lui paraît favorable, d’autant que la guerre de 1914 a décimé une partie des spécialistes de la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Pierre Claudot voit aussi dans cette orientation une possibilité de s’échapper de Mirecourt, dont le cadre familial et provincial semble l’étouffer. Il entre en apprentissage chez Thibouville.

Apprentissage (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Son rêve d’indépendance est apparemment incompatible avec la vie à Mirecourt.

S’éloigner (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

A la fin de son apprentissage, déçu par l’installation de son oncle à Dijon, il part travailler chez Dieudonné pendant trois ans à Mirecourt où il dit avoir beaucoup appris.

Perfectionnement chez Dieudonné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Au retour de son service militaire, Dieudonné l’informe de deux demandes pour un ouvrier-luthier, l’une à Lille et l’autre à Marseille.

De Mirecourt à Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Il gagne Marseille le 15 janvier 1928 âgé de 21 ans et demi pour être embauché par la maison Granier, installée 14 rue Paradis depuis 1877.

 

Fondateurs de la maison Barbet et Granier, puis Granier à Marseille (Archives P. Claudot)

Un contrat tacite (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Au-delà de l’adaptation aux climat et tempérament méditerranéens, il s’agit d’une véritable adoption de Pierre Claudot par la famille Granier.

Lors de la crise de 1933, Denis Granier abandonne la lutherie. Son neveu, André Granier II (fils d’André Granier I), et Pierre Claudot s’associent et ne conservent de la maison Granier que l’atelier dont Pierre Claudot deviendra propriétaire en 1937 jusqu’à sa retraite en 1973.

Effort de continuité (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

De son côté, Denis Granier ouvrira un magasin de peinture en exposant les artistes peintres dans l’arrière-boutique, mais quelques années après, devra se réorienter à nouveau en travaillant dans l’aéronautique, pour revenir plus tard, après la guerre, à l’archèterie dans un petit atelier installé rue des Minimes.

Si Pierre Claudot évoque avec plaisir le parcours de son maître Dieudonné ou s’il narre avec détails la leçon de survie qu’a imposée la guerre de 1939-1945, c’est quand il parle de son métier qu’il trouve toute son aisance. Outre l’importance primordiale de la netteté du geste, il décrit quelques étapes de la fabrication d’un violon, les deux types de moules utilisés (en dedans ou en dehors) pour les éclisses, quelques techniques et progressivement le corps de l’informateur s’anime : il va chercher un instrument pour le présenter à l’enquêtrice, puis des outils, il va même jusqu’à la démonstration.

Il évoque les ouvriers habiles et rapides qui gagnaient leur vie à condition de faire dix beaux violons à la main par mois.

Le travail aux pièces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Il y avait trois manufactures de lutherie à Mirecourt, au début du XXe siècle, qui embauchaient de nombreux ouvriers et avaient développé la technique du violon moulé.

Le violon moulé et les fabriques de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Enfin ce dernier entretien de Pierre Claudot se termine par un dialogue sur ce qui est appelé  »l’âme » du violon, cette petite pièce cyclindrique placée entre la table et le fond de l’instrument pour soutenir la voûte du violon qui subit la pression du chevalet sur lequel s’appuient les cordes.

Son, âme et barre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

 

Le luthier Pierre Claudot ajustant l’âme d’un violon avec la pointe aux âmes, et à ses côtés Philippe Bodart, son successeur, à Marseille, vers 1973 (Archives Pierre Claudot)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt et auquel a été ajouté l’entretien évoqué ci-dessus mené par Mireille Jattiot-Cohu , corpus déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Jattiot-Cohu, Mireille (enquêtrice).  Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques,  30 octobre 1993. 1 cass. :  33 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3486. 

Crédits photographiques : Archives Atelier Pierre Claudot. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.