Archives par mot-clé : patrimoine immatériel

Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel

La ville de Bilbao en Biscaye (Pays Basque, Espagne) a accueilli du 13 au 16 octobre derniers un congrès international sur le Patrimoine Culturel Immatériel organisé par l’association Txoke! association pour la promotion des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible.

L’objectif était de croiser les regards et les pratiques des acteurs de son collectage, de la sauvegarde de ses archives jusqu’à sa restitution au large public. Le colloque regroupait trente cinq experts des archives sonores (archivistes, scientifiques, documentalistes, enquêteurs) de cinq nationalités différentes et issus d’institutions publiques et privées. Les actes de ce colloque devraient être publiés au premier semestre 2011.

J’y étais invité pour présenter la collection sur la mémoire orale arménienne des Bouches du Rhône réalisée en partenariat avec l’association Paroles Vives, la phonothèque de la MMSH et les Archives Départementales des Bouches du Rhône en 2008. Je devais également présenter le Portail du Patrimoine Oral, projet du pôle associé FAMDT, soutenu par la Bibliothèque Nationale de France. Ce portail moissonne auprès de cinq centres partenaires de la FAMDT  leurs notices descriptives d’archives sonores et  audiovisuelles. En octobre 2010, il proposait l’accès en ligne à plus de 80 000 notices.

Je n’ai pu malheureusement participer à ce colloque que deux demi-journées, les 13 et 14 octobre. Il faut saluer la qualité d’organisation de telles rencontres où il nous est possible de présenter nos travaux, échanger sur nos méthodologies et conceptions théoriques mais où il nous est aussi donné de relativiser nos approches et de visiter les structures qui gèrent et génèrent de l’archive sur le patrimoine immatériel.
Suite aux présentations de travaux de collectages aussi divers que l’ethnographie des communautés féminines de Ténès-Chlef, la tradition en danger des conteurs de la place Djemaa el Fna ou des campagnes de collectages en territoires basques (espagnols ou français) ou breton, les institutions de diverses nationalités (espagnoles, françaises, allemandes, mexicaines) ont présenté leurs collections et leurs moyens de conservations. Ainsi, une image plurielle de l’archive sonore s’est dessinée. Evidemment, chaque fonds ainsi identifié attire le regard et la curiosité. On a envie d’aller voir plus près, d’écouter, d’aller plus loin, peut-être même de rencontrer les collectionneurs, les informateurs… Reste toujours en suspens la question de la diffusion au public ; mais l’ensemble des participants au congrès se rassemblent autour de la même idée : il faut sauvegarder et documenter ces archives. La consultation est  à venir.
L’origine institutionnelle de chaque intervenant a proposé d’autres points de départ pour un chantier de sauvegarde et de restitution vers le large public ou un public spécialisé ; mais aussi d’autres partis pris, d’autres moyens et d’autres partenariats. Somme toute, les positions de chacun sont légitimes et pas si éloignées finalement. De nouveaux axes de travaux peuvent émerger de telles rencontres car chaque procédure connaît des limites, pas toujours budgétaires. Le travail en réseau représente un gain de temps, de nombreuses solutions aux problèmes techniques, juridiques, éthiques que peut soulever l’archive du patrimoine immatériel. La pluralité des acteurs peut s’avérer complémentaire : le tissu associatif se présente dynamique et innovateur, là où l’institution publique apporte stabilité dans le temps et dans les outils utilisés. D’autant que le statut de l’archive sur le patrimoine immatériel n’a pas toujours et partout des défenseurs et que son usage est parfois sujet à caution ou au moins à questionnement.
Il est à souhaiter que de tels échanges se reproduisent souvent au niveau européen. Celui-ci a gagné son pari ; les actes en rendront compte et, pourquoi pas, de prochains chantiers en partenariat.

Crédit photographique : Pont Biscaye – Bilbao – Février 2009 et Arbol imperfecto – Février 2009, Photographe : Chiara Abbate.  Les images sont sous Creatives Commons.

pont biscaye

Zoom sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : de la convention de l’Unesco à l’action régionale

Le mercredi 8 décembre 2010 de 14h à 17 h aura lieu à Aix-en-Provence une demi-journée d’information et d’échanges sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.  Cette formation est organisée dans le cadre des Zooms mensuels d’ARCADE  où se donnent rendez-vous les professionnels du spectacle vivant  pour approfondir un sujet d’actualité ou une question de fond pour le secteur de la culture, des arts et du spectacle, tout en créant un espace de rencontre entre professionnels. La journée est gratuite et ouverte à tous mais il est nécessaire de s’inscrire auprès du Centre d’information et de documentation d’ARCADE 04 42 21 78 65 et cid [@] arcade-paca.com. Vous pouvez demander des renseignements complémentaires à Philippe Fanise, responsable du service des musiques et danses traditionnelles et du monde à ARCADE et organisateur de l’évènement : p.fanise[@]arcade-paca.com

L’invité d’honneur en sera Chérif Khaznadar, président de la Maison des Cultures du Monde, vice-président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, ex-président de l’Assemblée Générale des Etats parties à la convention de l’UNESCO. Il présentera la Convention de l’UNESCO adoptée en 2003 et entrée en vigueur en 2006 : ses objectifs et son fonctionnement ainsi que les premiers résultats de son action,  ses effets positifs comme ses effets pervers.  Il reviendra sur les définitions de certains termes comme « conservation » ou « patrimoine culturel immatériel » en délimitant les domaines qui en font partie : traditions et expressions orales, arts du spectacle : musiques, danses et théâtre traditionnels, rituels et événements festifs, pratiques et connaissances concernant la nature et l’univers, savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel… Enfin, il brossera un tableau de la mise en oeuvre de la convention en France, à l’échelle nationale et régionale.

Un compte rendu de la journée a été rédigé sur Les carnets de la Phonothèque le 13 décembre 2011 ; http://phonotheque.hypotheses.org/4297

Sa conférence sera suivi de trois interventions destinées à illustrer les actions régionales, de Bretagne en Provence avec :

Charles Quimbert , directeur de Dastum, patrimoine oral et musical de Bretagne.
La déclinaison de la convention sur le Patrimoine Culturel Immatériel en Région Bretagne.

Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) : Ecouter le patrimoine immatériel. L’exemple du Portail du patrimoine oral, catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales (FAMDT/BnF)

Dominique Serena, conservatrice du Museon Arlaten (Arles) : Le voyage des 10 ( Hors les murs ). Comment, autour de la rencontre entre 10 objets du musée et 10 artistes créateurs, le patrimoine matériel inspire le patrimoine immatériel.

Le programme : http://www.arcade-paca.com/index.php?id=675

Crédits photographiques : Musique de rue pour un baptême à La-Paz, 28 août 2005, Véronique Ginouvès.

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L’Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l’association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l’association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c’est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d’apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h – 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble – UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d’Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  – 25€ Associations et collectivités – 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Nouvelle version de Gallica : 2009, l’année des archives sonores en ligne !

Comme cadeau de nouvel an, la bibliothèque nationale de France nous ouvre ses collections sonores sur le web. Le 19 janvier 2009, Gallica2 a lancé sa nouvelle version et propose désormais en écoute en ligne 518 documents sonores. Sur 675 024 documents numériques accessibles, on ne peut pas vraiment dire que les documents audiovisuels soient prédominants, mais tout de même… sur Gallica1 parmi sur les 170 000 documents numériques mis en ligne, seuls 79 documents sonores étaient proposés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas encore intégrées dans la nouvelle offre mais on peut imaginer qu’ils le seront dès la mi-février où il est annoncé que Gallica2 se sera entièrement substitué Gallica1.

Actuellement, sur Gallica2 il n’est pas possible de se promener dans les collections pour avoir une idée précise de ce que l’on peut entendre mais on peut espérer qu’un lien se fasse au fil du temps avec les notices « fonds » du répertoire du catalogue collectif de France qui, lui aussi, est en pleine mutation. Des nouvelles fonctionnalités de Gallica2, la plus intéressante est certainement la citabilité des ressources et la possibilité de les copier simplement (par un permalien ou une vignette exportable) mais aussi la syndication de ses recherches ou la création d’un espace personnel. Pour l’utilisation des documents, l’information est indiquée dans les notices complètes des documents (champ « Droits ») et vous pouvez également, lors de la recherche avancée, cliquer sur les cases « Libre » ou « Sous condition » dans la rubrique « Type d’accès ».

Pour découvrir les documents sonores, outre la recherche avancée qui vous permet de les sélectionner (cocher la case « documents sonores »), vous pouvez « déplier » des listes d’auteurs ou de langues (à gauche de l’écran).  L’offre dominante actuelle concerne avant tout la musique, et principalement la musique savante. Pour le moment, il n’y a pas d’enregistrements accessibles en langue régionale de l’hexagone à part le corse (je note dans la liste l’expression « français moyen » que ne suis pas sûre de bien comprendre). Les enquêtes de Roger Devigne , de Ferdinand Brunot ou de Geneviève Massignon ne sont donc pas encore disponibles, mais Gallica nous promet de nouveaux enrichissements très rapidement, aussi ne boudons pas notre plaisir ! Ecoutez en ligne le lamento du bandit Giuan Camellu, le chant persan Tasnif segah accompagné au ney ou des chants malgaches interprétés par un groupe de musiciens de Fenoarivo dans les années 1930 ou encore des pièces de chant choral de la Rennaissance française dirigées par Nadia Boulanger dans les années 1950.

Crédit photographique : Grand cèdre, parc Stanley, Vancouver, C.-B., 1897, William McFarlane Notman, archives photographiques Norman, Muse Mc Cord http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/VIEW-3138

Le patrimoine oral en Bourgogne

Dans les années 1970, des associations du Morvan se sont mises en quête de répertoire musical et instrumental, de contes et de récits de tradition orale. Cette action s’est consolidée au fil du temps, professionnalisée, toujours dans le respect du témoin collecté. L’inauguration de la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne, le 20 septembre dernier à Anost, en est l’aboutissement. Elle est le fruit d’une concertation  entre les associations intéressées par le domaine, les collectivités territoriales (Parc, Région, Départements, Communautés de communes) et les services de l’Etat (DRAC, DIREN). L’oralité vient donc ainsi s’inscrire dans le patrimoine bourguignon, comme la 6ème maison à thème d’un  réseau bien ancré dans le territoire, après la maison du seigle (créée en 1989), celle des galvachers (1994), de Vauban (1996), de l’élevage et du charolais (1999) et des hommes et des paysages (2000).

Le pôle « archives sonores et audiovisuelles » de la Maison du Patrimoine Oral que dirige Mickaël O’Sullivan, numérise, documente et valorise des archives sonores sur l’ensemble du territoire bourguignon en collaboration avec les différents centres d’archives départementales, et régionales, le parc naturel du Morvan et l’association Musique Danse Bourgogne. Vous pouvez d’ores et déjà interroger la base de données et découvrir de nombreuses archives sonores et audiovisuelles.

Pour préparer cette maison du patrimoine oral, un colloque avait été organisé en septembre 2006 à Bibracte sur le thème « Le patrimoine immatériel : de la collecte à la restitution ». Il était déjà possible d’écouter les interventions et les débats mais, pour fêter cette nouvelle maison, les actes viennent de paraître. Ce petit ouvrage, joliment illustré, est une passionnante introduction au patrimoine immatériel. N’hésitez pas à vous le procurer, pour la modique somme de 15 euros, à la boutique du parc naturel régional du Morvan.

Et pour oublier l’hiver qui s’installe, faire revenir les beaux jours…, écoutez donc cette imitation de la mésange par Maurice Digoy.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0

Journée sur le patrimoine oral et la mémoire vivante en Champagne

Le 27 novembre 2008 aura lieu à Châlons-en-Champagne une journée sur le patrimoine oral et la mémoire vivante. Quatre tables rondes sont prévues autour de la définition du patrimoine oral, de la collecte et des réseaux professionnels du domaine. L’organisation est assurée par une association au nom qui sonne bien : Le son des choses. La phonothèque de la MMSH y sera présente et vous promet de raconter ces journées sur ses carnets.

Le programme est accessible ici : http://www.lesondeschoses.org/journee_patrimoine_oral.html

Crédit photographique : http://www.lesondeschoses.org