Archives par mot-clé : patrimoine immatériel

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Nouvelle version de Gallica : 2009, l’année des archives sonores en ligne !

Comme cadeau de nouvel an, la bibliothèque nationale de France nous ouvre ses collections sonores sur le web. Le 19 janvier 2009, Gallica2 a lancé sa nouvelle version et propose désormais en écoute en ligne 518 documents sonores. Sur 675 024 documents numériques accessibles, on ne peut pas vraiment dire que les documents audiovisuels soient prédominants, mais tout de même… sur Gallica1 parmi sur les 170 000 documents numériques mis en ligne, seuls 79 documents sonores étaient proposés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas encore intégrées dans la nouvelle offre mais on peut imaginer qu’ils le seront dès la mi-février où il est annoncé que Gallica2 se sera entièrement substitué Gallica1.

Actuellement, sur Gallica2 il n’est pas possible de se promener dans les collections pour avoir une idée précise de ce que l’on peut entendre mais on peut espérer qu’un lien se fasse au fil du temps avec les notices « fonds » du répertoire du catalogue collectif de France qui, lui aussi, est en pleine mutation. Des nouvelles fonctionnalités de Gallica2, la plus intéressante est certainement la citabilité des ressources et la possibilité de les copier simplement (par un permalien ou une vignette exportable) mais aussi la syndication de ses recherches ou la création d’un espace personnel. Pour l’utilisation des documents, l’information est indiquée dans les notices complètes des documents (champ « Droits ») et vous pouvez également, lors de la recherche avancée, cliquer sur les cases « Libre » ou « Sous condition » dans la rubrique « Type d’accès ».

Pour découvrir les documents sonores, outre la recherche avancée qui vous permet de les sélectionner (cocher la case « documents sonores »), vous pouvez « déplier » des listes d’auteurs ou de langues (à gauche de l’écran).  L’offre dominante actuelle concerne avant tout la musique, et principalement la musique savante. Pour le moment, il n’y a pas d’enregistrements accessibles en langue régionale de l’hexagone à part le corse (je note dans la liste l’expression « français moyen » que ne suis pas sûre de bien comprendre). Les enquêtes de Roger Devigne , de Ferdinand Brunot ou de Geneviève Massignon ne sont donc pas encore disponibles, mais Gallica nous promet de nouveaux enrichissements très rapidement, aussi ne boudons pas notre plaisir ! Ecoutez en ligne le lamento du bandit Giuan Camellu, le chant persan Tasnif segah accompagné au ney ou des chants malgaches interprétés par un groupe de musiciens de Fenoarivo dans les années 1930 ou encore des pièces de chant choral de la Rennaissance française dirigées par Nadia Boulanger dans les années 1950.

Crédit photographique : Grand cèdre, parc Stanley, Vancouver, C.-B., 1897, William McFarlane Notman, archives photographiques Norman, Muse Mc Cord http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/VIEW-3138

Le patrimoine oral en Bourgogne

Dans les années 1970, des associations du Morvan se sont mises en quête de répertoire musical et instrumental, de contes et de récits de tradition orale. Cette action s’est consolidée au fil du temps, professionnalisée, toujours dans le respect du témoin collecté. L’inauguration de la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne, le 20 septembre dernier à Anost, en est l’aboutissement. Elle est le fruit d’une concertation  entre les associations intéressées par le domaine, les collectivités territoriales (Parc, Région, Départements, Communautés de communes) et les services de l’Etat (DRAC, DIREN). L’oralité vient donc ainsi s’inscrire dans le patrimoine bourguignon, comme la 6ème maison à thème d’un  réseau bien ancré dans le territoire, après la maison du seigle (créée en 1989), celle des galvachers (1994), de Vauban (1996), de l’élevage et du charolais (1999) et des hommes et des paysages (2000).

Le pôle « archives sonores et audiovisuelles » de la Maison du Patrimoine Oral que dirige Mickaël O’Sullivan, numérise, documente et valorise des archives sonores sur l’ensemble du territoire bourguignon en collaboration avec les différents centres d’archives départementales, et régionales, le parc naturel du Morvan et l’association Musique Danse Bourgogne. Vous pouvez d’ores et déjà interroger la base de données et découvrir de nombreuses archives sonores et audiovisuelles.

Pour préparer cette maison du patrimoine oral, un colloque avait été organisé en septembre 2006 à Bibracte sur le thème « Le patrimoine immatériel : de la collecte à la restitution ». Il était déjà possible d’écouter les interventions et les débats mais, pour fêter cette nouvelle maison, les actes viennent de paraître. Ce petit ouvrage, joliment illustré, est une passionnante introduction au patrimoine immatériel. N’hésitez pas à vous le procurer, pour la modique somme de 15 euros, à la boutique du parc naturel régional du Morvan.

Et pour oublier l’hiver qui s’installe, faire revenir les beaux jours…, écoutez donc cette imitation de la mésange par Maurice Digoy.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0

Journée sur le patrimoine oral et la mémoire vivante en Champagne

Le 27 novembre 2008 aura lieu à Châlons-en-Champagne une journée sur le patrimoine oral et la mémoire vivante. Quatre tables rondes sont prévues autour de la définition du patrimoine oral, de la collecte et des réseaux professionnels du domaine. L’organisation est assurée par une association au nom qui sonne bien : Le son des choses. La phonothèque de la MMSH y sera présente et vous promet de raconter ces journées sur ses carnets.

Le programme est accessible ici : http://www.lesondeschoses.org/journee_patrimoine_oral.html

Crédit photographique : http://www.lesondeschoses.org