Cet été, partez écouter l’équipe de la phonothèque aux séminaires d’Ermoupoli

Dans le cadre de l’édition 2016 des séminaires d’Ermoupoli, l’équipe de la phonothèque de la MMSH présentera le travail réalisé sur le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 dans une communication intitulée «Récits des réfugiés d’Asie Mineure à Syros : traitement et valorisation d’une collection de témoignages oraux en bilingue».

Les séminaires d’Ermoupoli, à Syros sont organisés par l’Institut de recherche historique (IHR/NHRF), au sein de la Fondation Hellénique de la recherche scientifique , en collaboration avec les Archives historiques des Cyclades. Ils ont lieu chaque année durant la première quinzaine du mois de juillet.

Depuis leur lancement en 1984, ces rencontres ont constitué une étape vers l’échange de différents regards sur des sujets qui concernent aujourd’hui les sciences humaines.

Des scientifiques, des chercheurs de toutes les disciplines, des critiques, des écrivains, des journalistes sont de passage dans la capitale des Cyclades à cette occasion.

Cette année, le séminaire se tiendra du 4 au 12 Juillet.
Au programme de cette édition :

Lundi 4 juillet (après midi) – Mardi 5 juillet (après midi)

CRISE GRECQUE : ASPECTS ET TENDANCES

Économie : évaluation, perspectives, réformes pour un nouveau modèle de production (coordinateur Manos Matsaganis, École Polytechnique de Milan)

Politique et idéologie (coordinateur V. Voulgaris, Université Panteion et Panagis Panagiotopoulos, Université nationale et capodistrienne d’Athènes)

Mercredi 6 juillet (matin)

FRAGMENTS DE L’HISTOIRE D’ERMOUPOLI

“Récits des réfugiés d’Asie Mineure à Syros : traitement et valorisation de témoignages oraux en bilingue” Loukou Eleni, Néroulidis Ariane

Pour mieux profiter de cette intervention n’hésitez pas à consulter :
les billets de valorisation sur les Carnets de la Phonothèque
les notices sur la base de données Ganoub
les notices sur le portail Europeana
Continuer la lecture de Cet été, partez écouter l’équipe de la phonothèque aux séminaires d’Ermoupoli

Les émissions culinaires dans les archives de l’Ina

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH , habituellement, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain, ce mois-ci, en l’honneur de l’inauguration des PCM à la médiathèque de la MMSH, nous vous invitons à découvrir mais aussi à  voir les « émissions culinaires » des  archives de L’INA.

Aujourd’hui, 27 juin 2016, sont inaugurés à la médiathèque de la MMSH, les postes de consultation multimédia (PCM) où peuvent être désormais consultées les archives des collections de l’Ina. Une journée d’étude est organisée à la MMSH pour mettre en avant les recherches scientifiques qui ont été menées sur ces corpus.

 Nous vous invitons à visionner une recette de bouillabaisse de morue extraite d’une émission des archives en ligne  de l’ Ina.fr intitulée « la cuisine légère » et présentée par Anne-marie Peysson et Michel Guerard le 2 décembre 1978 :

deux minutes seulement sont librement accessible en ligne mais peu importe puisque vous pouvez la voir en totalité sur un des PCM installé à la médiathèque de la MMSH1. Continuer la lecture de Les émissions culinaires dans les archives de l’Ina

  1. Ou acheter l’émission en ligne sur le site de Ina.fr []

L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

L'archetière Sylvie Masson à l'établi, Paris, 2016
L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Sylvie Masson débute sa formation d’archetière en 1973 à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par un concours de circonstances. Son père, musicien professionnel, l’amène un jour à Mirecourt.

Découverte de Mirecourt (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Un ami luthier leur fait visiter deux ateliers, l’un de lutherie et l’autre d’archèterie. Sylvie Masson qui a 14 ans est impressionnée par le métier d’archetier, capable de transformer une simple baguette de bois en archet raffiné.

Devenir archetière ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Continuer la lecture de L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

#CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

A partir d’aujourd’hui, fête de la musique, et jusqu’à la fin du mois, vous pouvez participer à l’enrichissement des collections sonores musicales des grandes institutions culturelles et scientifiques européennes. Pour cela, rendez-vous sur l’espace dédié au projet Europeana sounds sur la plateforme WITH mise en place par l’Université Polytechnique d’Athènes1.

Pour cette première campagne de crowdsourcing, Europeana fait appel à votre oreille musicale pour identifier des instruments de musique. Cette indexation collaborative s’appuie sur le thésaurus d’instruments de musique multilingue MIMO2 qui renvoie à la classification classification Sachs & Hornbostel. Continuer la lecture de #CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

  1. A noter que le NTUA est également à l’origine de l’outil de mapping MINT pour l’agrégation des données dans Europeana sounds []
  2. Musical Instrument Museums Online []

Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Du 21 au 23 juin 2016, le programme PIMI (Patrimoines-Images-Médias-Identités) organise ses prochaines rencontres à Lyon et à Grenoble.

PROGRAMME

Mardi 21 juin 2016

Ouverture, 10h : Bernard Hours Directeur du LARHRA et Agnès Magnien Directrice des collections de l’INA avec Géraldine Poels  (Responsable de la valorisation scientifique à l’INA) Continuer la lecture de Transformation des genres audiovisuels : comparaison Brésil-France

Les sons d’Istanbul

Soundscape of Istanbul : exposition du 24 juin au 23 juillet à Istanbul / Exhibition about the project Soundscape of Istanbul open between June 24th-July 23rd.

Le projet Soundscape of Istanbul a été créé par Pınar Çevikayak Yelmi dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université Koç sous la direction des professeurs Nina Ergin, Sertaç Käki et Asım Evren Yantaç.

Soundscape of Istanbul propose d’approcher la vie quotidienne urbaine, d’hier et d’aujourd’hui, du point de vue sonore. L’objectif est d’accroître la sensibilisation du public aux sons culturels à partir d’un site interactif ; non seulement parce que les sons sont partie prenante de notre vie quotidienne et de notre culture mais aussi parce qu’ils sont essentiels en termes de patrimoine culturel immatériel. Ce patrimoine culturel est en danger à cause des caractéristiques physiques du son lui-même mais aussi de la structure dynamique de la culture immatérielle. Les sons qui ne sont pas protégés ou archivés se perdent à jamais. Dans une ville dynamique comme Istanbul, la vie quotidienne et les sons urbains ne cessent de changer, à une vitesse ultra rapide. Il est donc nécessaire, si l’on veut protéger les repères sonores culturels de la ville, de les archiver aussi rapidement que possible pour maintenir l’identité culturelle et de la mémoire culturelle. Continuer la lecture de Les sons d’Istanbul

Une matinée sur les humanités numériques en Tunisie le 17 juin 2016 à la MMSH

En collaboration avec le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS, un cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée a été entamé en 2014 avec l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne. Après les DH en Espagne puis en Grèce, cette année l’atelier portera sur la Tunisie et se tiendra le 17 juin 2016. Il se déroulera sous forme de discussion entre Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie) et Kmar Bendana, (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine /Université de La Manouba). Les intervenants seront présentés par Nicole El Ajmi-Granet (responsable du Pôle Histoire , des études moyen-orientales et du Cadist – SCD AMU) .

Les Archives nationales de Tunisie : des traditions solides, des ambitions légitimes. Par M. Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie)

Crées en 1874, avant l’établissement du protectorat Français, les Archives Nationales de Tunisie ont une longue histoire et de solides traditions dans la gestion des papiers de l’Etat. Depuis le 02 aout 1988 les Archives nationales ont pour mission de veiller sur la bonne application du système national de gestion des documents et d’archives. Placée sous la tutelle du Présidence du Gouvernement, cette institution œuvre avec les services de gestion de documents et d’archives aux différents ministères et administrations publiques pour la bonne gestion des documents à travers les étapes de leur cycle de vie : dés leur création jusqu’à l’élimination ou la conservation définitive. Elle conserve les documents à valeur historique ou scientifique, organise leur communication au public en tant que source de recherche et une partie intégrante du patrimoine national. Les Archives Nationales se mettent au diapason des nouvelles technologies de l’information et de la communication par la mise en ligne d’un site web dynamique présentant l’activité de l’institution, ses missions et attributions, les textes juridiques qui organisent le domaine ainsi que les différents fonds qui y sont conservés. Les références relatives à ces fonds sont enregistrées dans deux bases de données bilingues consultables en ligne. Un effort de micro filmage et de numérisation est assuré depuis quelques années. Les Archives Nationales assurent également la présidence du comité national pour les documents électroniques institué par arrêté du 1er ministre en date du 14 janvier 2004. Ce comité a pour mission de mettre en place une stratégie nationale de gestion et d’archivage de ces documents selon les normes internationales de création, d’identification, d’utilisation et de leur conservation à long terme.

Kmar Bendana (Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, université de la Manouba) :  Autour de l’usage du blogging scientifique d’une historienne tunisienne, dans le contexte post-2011. Comment les Digital Humanities entrent-elles en résonance avec les besoins des chercheurs dans un environnement politique qui bouscule les formes et supports du questionnement scientifique ? La « découverte » de ce mode de communication s’avère en phase avec les possibilités et les besoins d’échange qui s’ouvrent après 2011. La rigidité des formes de communication et le manque d’espaces de débat confèrent à l’outil une utilité immédiate qui permet à son utilisatrice d’expérimenter un ton nouveau, de toucher un lectorat plus large et de questionner sa discipline, l’histoire, en relation avec le présent observé.

Quelques références pour préparer la séance :

– HCTC, Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine (carnet de recherche) : http://hctc.hypotheses.org/

– Kmar Bendana à La Fabrique de l’histoire, émission « L’histoire à l’ère du numérique » : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/l-histoire-l-ere-du-numerique

– « Libre accès et communication scientifique directe : retours croisés sur une expérience de blog en contexte tunisien », Kmar Bendana et Delphine Cavallo, in Libre accès et recherche scientifique : vers de nouvelles valeurs, actes de la Conférence internationale sur le libre accès (Tunis, 2014), pp. 188-203 : http://icoa2014.sciencesconf.org/37942/document

L’atelier est gratuit et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cet atelier sera retransmis par visioconférence en Tunisie, à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès : http://www.isamgb.rnu.tn

 

Crédits photographiques : image extraite d’un ouvrage de la  British Library : Tunis. Land und Leute geschildert… comportant  40 Illustrations. La photographie « à la une  » est prise page 8 et date de 1882 (domaine public).

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins.

Étudiante en DUT Information numérique dans les organisation  à l’IUT2 de Grenoble, j’ai eu pour mission pendant mes deux mois de stage au sein de la phonothèque de la MMSH, de faire le traitement documentaire de ce corpus. L’écoute de ces enquêtes m’a fait découvrir l’importance  des cloches de bovins en milieu rural. Certains informateurs, véritables passionnés de cloches, en détiennent un nombre conséquent et en parlent avec précision et érudition. L’enquêteur a su gagner la confiance des informateurs, qui confient volontiers leurs façons de travailler et de fabriquer leurs cloches, leurs astuces pour les choisir les cloches.

C’est à votre tour de découvrir maintenant les cloches du Jura ! Vous pouvez ainsi soit interroger les notices dans la base Ganoub et les écouter sonner, lire le rapport d’enquêtes réalisé par Pierre Laurence en 1991 qui a été déposé sur HAL SHS ou feuilleter le catalogue documentaire qui vous présente ce fonds intitulé Entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches sur la culture des cloches de bovins dans le Haut-Jura.

Et si vous souhaitez écouter d’autres sons de cloches, vous pouvez écouter celles de trois laboratoires du CNRS le CREM, le CRESSON et la MMSH – réunies dans un article collectif publié sur le blog d’Europeana sounds en deux langues, anglaise et  française.

Crédits photographiques : Coulée à la fonderie Obertino de Labergement-Sainte-Marie (Doubs), mai 1991, Pierre Laurence, CC-BY-NC.

Billet rédigé par Aimée Randrianatoanina

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.

 

La recette du mois : les beignets de fleurs de sureau

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Pour le mois de mai nous vous proposons de découvrir une recette de beignets de fleurs de sureau.

Magali Ami, ethnobotaniste, interroge Pascale David au cours de l’enquête 4087 enregistrée en mars 1998.  Cette habitante de Simiane-la-Rotonde (04150),  néo-rurale, révèle son savoir-faire, et en particulier ses connaissances dans l’utilisation des plantes,  baies ou fleurs comestibles.

Vous pouvez écouter ci-dessous un  court extrait de cet entretien où il est question de beignets de fleurs de sureau  :

La recette n’est pas indiquée avec précision,  mais en voici une version :
Ingrédients :
Fleurs de sureau  (attention il faut utiliser du sureau noir à ne pas confondre avec le sureau Yèble, toxique !)
200 g de farine
2 œufs
½ sachet de levure
1 pincée de sel
40 cl de lait (ou lait de soja ou d’amandes)
2 cuillères à soupe de miel
Huile de friture

Préparation :
Laver doucement les fleurs. Rincer, égoutter et sécher sur du papier absorbant, (attention,  l’utilisation de fleurs encore humides risque de provoquer des projections en les plongeant dans la friture brûlante).
Dans un saladier, versez la farine, la levure, ajouter les jaunes d’œufs, les blancs battus en neige, une pincée de sel,  le miel1. A l’aide d’un fouet, mélanger le tout en ajoutant  progressivement  le lait, afin d’obtenir une pâte homogène.
Tremper les fleurs dans la pâte, puis plonger ensuite dans l’huile bien chaude Lorsque les beignets sont bien dorés, les  retirer, les saupoudrer avec un peu de sucre à votre goût2.
Servir aussitôt.

Les  vertus et usages du sureau sont multiples : les baies peuvent tout aussi bien être  employées pour fabriquer de la teinture, confectionner des boissons ou de la confiture. Les fleurs séchées  sont utilisées en décoction comme collyre,  le bois servait à confectionner des flûtes, et des pouvoirs mystérieux étaient attribués à cet arbre que l’on retrouve dans dans de nombreux jardins de Provence3. Vous pourrez consulter toutes ces pratiques dans l’ouvrage de Pierre Lieutaghi, la plante compagne, pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe Occidentale, Genève, Conservatoire et Jardin botanique de la ville de Genève , 1991, consultable à la Médiathèque de la MMSH sous la cote 500 LIE.

À lire également, le livre accessible en ligne : Sureau gourmand 2 : 50 nouvelles recettes à base de baies et fleurs de sureau, compilées et proposées par  Les Délices du Maine : La Maison du Sureau, Blandine Falk, Bernard Bouflet, 2012.
Crédit photographique : Mathilde Bresc.

  1. Ici j’ai utilisé le miel de chêne de la montagne Lure, il est délicieux ! []
  2. Par choix personnel j’ai utilisé du sucre roux biologique. []
  3. En provençal, le sureau se nomme Sambu ou Sambuc. []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles