Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Humanités numériques en Tunisie

Dans le cadre du cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  – MMSH1 le 17 juin 2016 a été consacré à la Tunisie. La matinée organisée en 4 temps a été retransmise en visio conférence avec l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès (Tunisie) : après une brève introduction Nicole El Ajmi-Granet 2 a présenté les deux conférenciers, Hédi Jallab, directeur des archives nationales de Tunisie, et Kmar Bendana, historienne à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC qui sont intervenus puis un débat s’est s’installé avec le public d’Aix-en-Provence et de Gabès.

En introduction, Nicole El Ajmi-Granet  a présenté le service où elle travaille actuellement, qui rassemble des collections de niveau recherche sur l’histoire de la colonisation française et l’histoire de la Méditerranée arabo-musulmane à l’époque ottomane :

Depuis Gabès, Olfa Njima, la directrice de l’Institut Supérieur des Arts et Métiers, a salué l’auditoire, exprimant son intérêt pour cette première visioconférence sur un sujet comme les humanités numériques pour lequel les étudiants tunisiens ont beaucoup d’attentes en terme de formation, espérant que de tels échanges pourront se renouveler :

Hédi Jallab, directeur des Archives nationales de Tunisie (ANT), a présenté son institution et la méthodologie impulsée depuis la révolution tunisienne avec un focus sur le nouveau projet numérique. Un portail permettra bientôt de rechercher en ligne tous les documents numérisés ces dernières années par les ANT :

Kmar Bendana, historienne à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC3. Insistant sur l’importance de la place des historiens et des des enseignants dans une société en révolution, elle a présenté son carnet de recherche et le livre qui en est issu  :

Un débat extrêmement riche entre les intervenants, les participants aixois et gabésiens a suivi chacune des conférences, avec la conviction profonde que de tels échanges devaient pouvoir continuer à se faire.

27719550341_fefb590c94_z

Billet rédigé par Enzo di Marzo (Master1, métier des archives des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques) et Elliott Tregan (stage de 2de au lycée Thiers).

Cite this article / Citer ce billet : Enzo di Marzo et Elliott Tregan « Humanités numériques en Tunisie, » in Les carnets de la phonothèque, 19 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19704.

Crédits photographiques : image à la une prise d’une mosaïque romaine du musée national du Bardo (Tunisie) représentant Virgile – domaine public, photographie de la salle où s’est tenue la conférence avec la retransmission vers Gabès, photographie d’Eliott Tregan, CC-BY.

  1. Ces conférences sont organisées par le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS depuis 2014 dans l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne []
  2. Responsable du pôle histoire, des études Moyen Orientales et du Cadist – Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique SCD AMU []
  3. L’ISHTC est affilié à l’université de la Manouba et relève du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, son actuel directeur est Faouzi Mahfoudh, historien, l’institut tunisien cherche à promouvoir l’enseignement et la recherche sur l’histoire du mouvement national Tunisien []

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Compte-rendu de l’ouvrage de Michèle Castellongo, Écoute musicale et acoustique : 420 sons et leurs sonagrammes décryptés, Eyrolles, 2015, 541p. + cédérom.

En 2010, dans la préface de la réédition de l’ouvrage d’Emile Leipp L’acoustique musicale, MIchèle  Castellengo faisait part de son étonnement face à l’intérêt renouvelé du public pour cet ouvrage publié pour la première fois en 1984 Ce fait est d’autant plus surprenant [écrivait-elle] que l’ acoustique a connu depuis un essor considérable, notamment grâce au développement des techniques numériques du son. Les recherches se sont multipliées, complexifiées, spécialisées, et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’existe pas encore d’ouvrage équivalent en français, traitant de l’ensemble des questions soulevées par l’acoustique des communications humaines, sous son double aspect physique et perceptif. Trente ans plus tard, cette infatigable spécialiste de l’acoustique musicale publie une somme de connaissances sur la perception de la musique et des sons qui marquera certainement, elle aussi, plusieurs générations de mélomanes. Continuer la lecture de Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Qui est qui ?

Déposé en 2009, aux Archives départementales du Tarn, le fonds Témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines, a été décrit de façon détaillée par Charlotte Devals, stagiaire en master 2 Archives et Images de l’université de Toulouse Jean Jaurès. Ce travail de description est présenté dans un billet de ce carnet sous le titre « Au charbon ! ».

Charlotte Devals a également réactivé les démarches relatives aux droits d’utilisation, restées inabouties en 2009. Parallèlement, elle a traité les demandes d’ anonymat souhaitées par certains témoins au moment de la collecte.

Situation juridique

Au moment de la collecte, en 2000, le Musée avait enregistré un accord oral de la part des témoins à l’issue de leur entretien sans faire signer de contrat de cession de droit.

La rédaction de ce dernier et son envoi, aux témoins ou à leur ayant droit, s’est donc fait a posteriori en 2008, presque dix ans après la collecte. Continuer la lecture de Qui est qui ?

A propos d'archives sonores et audiovisuelles