Tanzanie

Sources orales, sources sonores à l'âge du numérique, 19 janvier 2015

Le 19 janvier 2015 se tiendra à Lyon une journée d'étude sur le thème « Sources orales, sources sonores à l'âge du numérique. Du traitement des données à la valorisation des ressources ».

Présentation de la journée :

Dans un paysage des humanités numériques en plein essor, la multiplication des outils techniques disponibles pour le traitement des données pose à la recherche en sciences humaines et sociales des questions de plus en plus complexes. Les logiciels permettant de traiter des bases de données conséquentes ouvrent des perspectives nouvelles à l’usage des sources orales et, plus généralement, sonores (témoignages filmés, enregistrements…), et à la recherche. Une fois archivées, les données sont à même de documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles. Elles contribuent à renouveler les problématiques et les approches. Les procédés techniques facilitent aussi bien l’archivage de ces données, leur constitution en sources, que leur traitement analytique et leur valorisation. Le foisonnement des propositions techniques, leur complexité d’utilisation peut toutefois plonger dans la perplexité et décourager plus d’un chercheur. Par ailleurs, les possibilités d’exploitation des données qu’elles offrent, mais aussi leurs limites influent sur les méthodes d’analyse, voire sur les choix de problématisation. Enfin, le recours au numérique et à des outils fondés sur le partage des données, le travail collaboratif et la diffusion n’est pas sans soulever des problèmes éthiques et juridiques. Cette journée aura pour objectif de réfléchir à la rencontre entre les sources orales et certains outils numériques développés ces dernières années. Les interventions tenteront de clarifier les possibilités et les perspectives ouvertes par des logiciels permettant le traitement des données. Seront abordées les questions de la captation des données, filmées ou enregistrées, de leur traitement, de l’indexation et du catalogage, de l’interopérabilité entre des systèmes de conservation des données. La réflexion portera sur les usages, principalement scientifiques et pédagogiques, sur la production et la valorisation des ressources. Elle englobera les questions éthiques et juridiques soulevées par le numérique. Les contributions porteront sur différents types de corpus et leurs auteurs pourront présenter des outils, des programmes et des réalisations concrètes.

Programme :

09h00 : Accueil des participants

09h30 - 09h45 : Introduction

Matin : ordonner, indexer et analyser les données

Présidence : Jean-Philippe Magué (UMR ICAR)

9h45 - 10h15 : Edouard Lynch (LER, Lyon 2) : « Indexer des sons et des images en sciences humaines »

10h15 - 10h45 : Emmanuel Debono (IFE/LARHRA, ENS Lyon) ; « La collection de témoignages de l’USC Shoah Foundation. Indexation, catalogage et moteurs de recherche. »

11h15 - 11h45 : Alex Alber (Laboratoire CITERES, Tours) : « Présentation du logiciel Sonal pour l’aide à la transcription à l’analyse qualitative des entretiens »

11h45 - 12h15 : Joachim Carreira (LAS-EHESS, Paris) et Karine Basset (LARHRA-CNRS, Grenoble) : « Une expérience d’utilisation de Sonal au service d’un programme de recherche, « Histoire et mémoires du PnC (1970-2010) »
12h15 - 12h30 : Conclusion de la matinée

Après-midi : valoriser et diffuser les ressources

Présidence : Anne-Marie Granet Abisset (LARHRA-Pôle Images-sons-Mémoires)

14h00 - 14h30 : Aude Julien Da Cruz Lima (LESC-CREM, CNRS - Université Paris Ouest) : « Gérer et diffuser les archives sonores de la recherche ; le projet Telemeta et les archives sonores du CNRS - Musée de l'Homme (ethnomusicologie) »

14h30 - 15h00 : Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix-en-Provence) : « Valoriser les données de la recherche : quelle interopérabilité pour les archives sonores ? »

15h00 - 15h30 : Pause

15h30 - 16h00 : Elsa Coupard (Responsable du studio hypermédia de l’INA) : « Les grands entretiens de l’INA, conception et valorisation »

16h00 - 16h30 : Abderahmen Moumen (CRHiSM, Perpignan, Association Génériques, Paris) : « Histoire et mémoires de l'immigration : mobilisations et luttes pour l'égalité. 1968-1988 »

16h30 - 17h00 : discussion et conclusion

Informations pratiques :

Lieu : Institut Français de l’Éducation (ENS, Lyon) - 19 allée de Fontenay Lyon 7ème – Métro Debourg - Salle de réunion n°2 de 09h30 - 17h00

Organisateurs : LARHRA-IFÉ - Pôle Images-sons-mémoires (LARHRA) - Laboratoire d’Etudes Rurales

Organisateurs de la journée : Karine Basset (Larhra-Cnrs), Emmanuel Debono (IFé-Larhra), Edouard Lynch (Lyon 2, LER)

Crédits photographiques : visite des archives sonores de la radio-télévision nationale de Tanzanie, 26 août 2014, photographie de Véronique Ginouvès.

Nouvelles publications de la phonothèque de la MMSH dans Calames

La phonothèque de la MMSH poursuit la publication d'inventaires dans le catalogue collectif Calames, le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l'enseignement supérieur et de la recherche. En 2013, le projet avait débuté par la conversion en EAD et la publication sur Calames des fonds Jean-Noël Pelen et Marceau Gast. Pour l'appel à projet 2014, l'ensemble Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a été retenu par l'ABES, l'agence bibliographique de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Les enquêtes du corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 par l'association Paroles Vives et le soutien des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (AD13), en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. L'objectif était de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et les modalités de transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Ce corpus est également consultable dans les locaux des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et les notices ont été intégrées à leur base de données.

Pendant presque trois mois, l'équipe de la phonothèque a catalogué ce corpus. Une des particularité de ce travail été l'usage ou la création, sur Idref1, de noms de lieux précis (noms de quartiers de Marseille notamment) et de vocabulaire portant sur l'identité et la culture arménienne, comme en témoigne la notice de l'enquête n°2080 et ses descripteurs.

Au cours de l'année 2014, l'équipe de la phonothèque a également catalogué le corpus d'enquêtes ethnologiques sur le métier de luthier à Mirecourt, réalisé par Hélène Claudot-Hawad ethnologue, directrice de recherche au CNRS. En 2011, celle-ci avait déposé à la phonothèque de la MMSH une série d’enregistrements sonores (13 heures d'enquêtes) accompagné de diapositives2 sur les luthiers de Mirecourt. Ces archives documentent un terrain ethnologique qu’elle a mené à Mirecourt dans les années 1980, quand le terrain saharien sur lequel elle travaillait jusqu’alors lui était interdit d’accès3. Les entretiens peuvent être écoutés en ligne  en consultant le corpus sur Calames. Pour des raisons éthiques, certains passages ont été supprimés pour la consultation en ligne. L'archive dans son intégralité et son intégrité peut être écoutée, sur demande motivée, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence.

Consulter le corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône sur Calames.

Consulter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine) sur Calames

Crédits photographiques : L'église arménienne Saints Tatéos et Parthomios, ou église de Saint-Antoine, dans le quartier des Borels, Saint-Antoine, Marseille, 15e arrondissement, François Latreille, prise de vue novembre 2013, sous licence CC 3.0.

  1. Référentiel dont l'acronyme signifie "Identifiants et référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche" utilisé dans les outils Sudoc et Calames. []
  2. 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail dont une partie a été déposée sur Medihal []
  3. L'ensemble de la collection a été numérisé et analysé par Marie Lelardoux, Hélène Claudot-Hawad a repris les notices documentaires et les a éditorialisées sur Les carnets de la phonothèque, Marine Soubrié a catalogué les entretiens au format EAD avec le soutien de Matthieu Andreani. Sabine Partouche a mis en page le catalogue papier de ces archives publié en décembre 2013 par les Presses Universitaires de Provence. []
Village Antecume Pata

A la rencontre des Wayanas

Fantaisie après une semaine de stage sur la collecte à l'Université de Guyane.

Etudiantes en Master II en “Sociétés et interculturalité”à l’Université de Guyane, nous venons de passer une semaine ultra-enrichissante avec Véronique Ginouvès (CNRS), nous décidons d’utiliser notre nouveau savoir pour partir toutes les quatre faire des enquêtes au coeur de l’Amazonie sur les traces des Wayanas, sur le haut Maroni.

Elisabeth met  dans son sac à dos nos carnets de terrains pour ne rien oublier des nombreux entretiens que nous comptons bien mener sur place ! Attention, ne pas oublier les contrats d’autorisation et de diffusion sinon rien ne pourra être diffusé, archivé et partagé sur le blog…Tracy s’en charge.

Corinne prend son Zoom H4 pour que chacune de nos prises de son soient bien audibles. La bonnette aussi est dans le sac, qui empêchera le vent de couvrir les paroles ; et Anne se charge d’emballer précautionneusement son appareil photo et sa caméra numérique afin d’immortaliser la beauté des paysages et des rencontres.

Les hamacs, l’anti-moustique, le couac, les papiers, le désinfectant sont à l’abri dans la touque. Finalement… soyons prudentes, une pirogue est vite renversée surtout lors des passages des sauts : mettons tous nos objets précieux dans la touque !

C’est parti ! Le vol Cayenne-Maripasoula est dans une demi-heure, nous avons juste le temps d’arriver à l’aérodrome.

Chance1 ! Tracy parle le wayana et Elisabeth a une grand-mère maternelle aluku.

Dès notre arrivée au Degrad de Maripasoula, nous montons dans la pirogue, Fred le piroguier est bien au rendez-vous. Le Maroni s’offre à nous. Nous allons le remonter pour arriver à Antécume-Pata.

3021895263_5061709967_o

Le chef coutumier du village avec qui nous devons nous entretenir habite  non loin de là. Fatiguées par le long voyage, nous décidons de passer la nuit sous le carbet, comme nous le proposent gentiment les habitants du village.

Dès notre réveil, le chef coutumier nous rejoint : il sait que nous sommes venus l’interroger sur sa vie, son expérience, sa manière de vivre dans sa communauté. Il nous propose d’aller dans un lieu calme pour mener l’entretien dans de bonnes conditions, le carbet communautaire appelé Tukushipan.

Tukushipan Taluen, Guyane - mars 14 CLQ

Chacune a pris son matériel. Nous commençons par expliquer au chef coutumier que nous devons lui faire signer un contrat d’autorisation et de diffusion pour que la connaissance qu'il va partager avec nous puisse être valorisée dans les meilleures conditions juridiques et éthiques. Un climat de confiance s’installe. L’entretien est passionnant et nous décidons de rester deux jours complets pour partager la vie de la communauté, enregistrer des chants , filmer des danses, écouter les habitants parler de leur vie quotidienne.

Nous leur laissons une copie des  fichiers sur CD et en MP3 avec les informations sur le contexte de production pour qu'ils conservent une copie de nos enregistrements.

Au cours de notre séjour, nous nous sommes attachées à respecter les règles méthodologiques et déontologiques que nécessite une collecte patrimoniale et nous espérons avoir participé à la connaissance des manières de vivre en Guyane.

Corinne, Tracy, Elisabeth, Anne : toute ressemblance avec des anthropologues patenté-e-s, serait fortuite.

Crédits photographiques et sonores : 
Romz Fantaz, Dégrad à Maripasoula, Prise le 17 octobre 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)
- Chant célébrant la beauté d'une jeune fille et l'art de la danse enregistré en 1968 par Jean Hurault, repéré sur la base du CREM/LESC Temeta.
- Le film sur le Le tukusipan, carbet communautaire wayana diffusé  par le parc amazaonien ne peut être diffusé en ligne sur le blog car l'embed n'est pas autorisé, dommage !
- Phographie du Tukushipan par Corinne Le Quinio, printemps 2014.

  1. D'après la base de données Ethnologue.com en 2007, il n'y avrait plus que 850 personnes dans le monde qui parlaient wayana. []
herbier

Sur les traces de Jean-Baptiste Chrisostome Aublet...

Dans le cadre du Master 2 Sociétés et Interculturalité de l’université de Guyane, nous avons suivi un atelier intitulé « Le traitement de données numérisées en lettres et sciences humaines » dispensé par Véronique Ginouvès. Elle nous a ouvert une porte sur différents outils de recherches et de méthodologie. Pour conclure cette semaine de formation, nous devions rédiger un billet collectif et nous avons choisi d’évoquer Jean Baptiste Christostome Fusée-Aublet, pharmacien, botaniste, et explorateur français du 18ème siècle, sollicité en 1762 par le roi de France pour se rendre en Guyane afin d’y établir le premier herbier des plantes endémiques locales.

Une première recherche sur le moteur de recherche académique sur les données et services numériques de SHS Isidore, nous a orienté vers le site d’archivage patrimonial de l’Université de Strasbourg Docnum, sur lequel l’ouvrage essentiel d’Aublet sur la flore de Guyane « Histoire des plantes de la Guyane Françoise », écrit en 1775, a été entièrement numérisé pour notre plus grand bonheur ! Ceci, nous a ainsi permis de feuilleter en ligne la quasi-totalité des pages de cet extraordinaire herbier !

Voici deux dessins de l’herbier qui nous ont particulièrement marqué :

Thoa Urens

téléchargement (2).jpg

Eugenia Latifolia

téléchargement (3).jpg

Pour faire le point sur les différentes publications de ce fameux botaniste, nous avons interrogé un autre moteur de recherche worldcat identities qui recherche à travers 72 000 bibliothèques dans le monde. Cela nous a permis de trouver des informations concernant sa biographie, ses publications, les différentes façons qu’ont eu les bibliothécaires d’orthographier son nom, les auteurs associés à son nom (qui ont publié sur lui ou avec lui) et un nuage de mots clés qui caractérise ses oeuvres.

Billet rédigé par : Claudia GALLY, Consuela WELLI, Adams M'BACKE, Fabrice CABRISSEAU et Marc- Antoine TAREAU.

Crédits photograhiques : 

- Photographie en une :  image extraite (figure 6) de l'article Gabriela Lamy, « Le Jardin d’Éden, le paradis terrestre renouvellé dans le Jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online], Articles et études, Online since 20 September 2010, connection on 05 December 2014. URL : http://crcv.revues.org/10300 ; DOI : 10.4000/crcv.10300

Il s'agit de la figure 6 prise sans doute par l'auteur de l'article : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24, Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269

Photographies de l'herbier de J-B C Aublet, domaine public.

- Images de l'herbier

15708312911_568bba5e76_k

En effeuillant le mois de décembre...

Nous signalions il y a quelques jours le lancement du calendrier de l'Avent du domaine public du collectif SavoirCom1. Ce site reprend l'idée du de la friandise offerte aux enfant chaque jour jusqu'à Noël et poursuit même après le 25 décembre, tant la richesse du Domaine Public est grande. Il vous révèle, quotidiennement, un ou une des artistes, auteur(e)s, voire oeuvres qui s'élèveront dans le domaine public au 1er janvier 2015. Edouard Munch, Jean Giraudoux et Sergueï Prokoudine-Gorski sont les premiers venus... d'autres vont suivre.

Un autre calendrier vous accompagnera tout au long du mois, celui du projet Europeana Sounds. Là encore, chaque jour un des 24 partenaires des 12 pays participants vous propose d'écouter un ou plusieurs extraits sonores. Le 3 décembre le CREM et la phonothèque de la MMSH se sont prêtés à l'exercice et deux billets, en langue française et anglaise, ont été publiés sur le thème de la fête de Noël en Provence. L'occasion d'écouter un conte facétieux inédit en langue provençale enregistré en 1900 lors de l'Exposition Universelle de Paris qui nous présente un Joseph très occupé dans la crèche  ou d'évoquer le petit et le grand souper de Noël avec Ernestine Gonfon, une informatrice née en Provence à la fin du 19ème siècle.

Très beau mois de décembre à tou-te-s !

Accès direct au billet d'Europeana Sounds sur Noël en Provence
En langue française : http://www.europeanasounds.eu/fr/actualites-fr/noel-en-provence-cest-toute-une-histoire
En langue anglaise  : http://www.europeanasounds.eu/news/december-3-celebrate-christmas-just-as-in-provence

Crédits photographiques : Acropole, Athènes, Fronton aux olives, 20134, photogr. V. Ginouvès (CC BY-NC-SA 2.0).

Compte-rendu : "Que faire des archives sonores ?"

Oiseau en cage

Le 21 novembre dernier s'est tenu au Rize (Villeurbanne) une journée d’étude sur le thème "La fabrique des patrimoines musicaux" annoncée sur le carnet, à laquelle la phonothèque de la MMSH a participé dans le cadre de l'atelier  "Que faire des archives sonores". Un compte-rendu vient d'être publié sur le carnet Cinémadoc.

Un grand merci donc à Rémy Besson  qui a retranscrit les échanges très riches de l'après-midi. Je retiens pour ma part les remarques Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) qui a insisté sur la nécessité de lâcher du lest sur les angoisses d'exhaustivité des archivistes. Nous ne pourrons jamais tout conserver et il faudra être capable d'utiliser les archives en dépit des absences, des trous et des vides comme d'ailleurs cela a toujours été le cas dans l'histoire des archives... Mais voilà, le numérique donne l'illusion de pouvoir tendre vers l'exhaustivité d'où cette obsession de chercher à obtenir les informations, le dépit lorsqu'on ne trouve que le silence. Par contre,  on l'oublie parfois et pourtant , peut-être plus qu'auparavant, il convient de documenter au mieux le passage du matériel au numérique. Pour mieux comprendre cette nécessité et ses modalités, la lecture de l'ouvrage Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ? de Jean-François Bert est d'un grand secours. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des archives sonores.

Pour rappel, la journée était organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Oiseau en cage à Cacao, village Hmong en Guyane, décembre 2014, photographie de V. Ginouvès. (CC BY-NC-SA 3.0 FR)

La recette du mois : le ragoût de morue aux truffes

ragout_morue

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque une fois par mois (le dernier lundi), nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et  révélées par les informateurs sur le terrain.

La recette du jour est celle du "ragoût de morue aux truffes". Elle a été enregistrée en avril 1988 par Jean-Pierre Joly. Cet habitant de la Vallée du Jabron, passionné par sa région, a collecté de nombreuses enquêtes  entre 1988 et 1990 sur la vie autrefois, en particulier sur la période d'avant la guerre de 1914-1918. Un entretien présentant sa démarche est en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Ce plat , consommé le soir de Noël, est extrait de l’enquête 4101 effectuée auprès de Madame Mélanie Girard, habitante de la Vallée du Jabron .

L’équipe de la phonothèque a testé pour vous la recette,  qu'il a fallu adapter par manque de détails concernant la façon de procéder et la voici  :

Mettez la morue dessalée dans un fait-tout, recouvrez-la d'eau froide, amenez à ébullition, éteignez le feu, laissez-la pocher 5 mn, elle doit rester un peu ferme, sans faire d'écailles. Egouttez-la, gardez-la en attente et (nous supposons qu'il faut conserver le bouillon). Faites revenir les poivrons1  dans de l’huile (certainement de l'huile d’olive). Lorsqu'ils sont colorés, ajoutez  du pain dur (de type croûtons grillés), des olives (vertes peut être... pour éviter d'annihiler le goût de la truffe), le bouillon (adaptation libre car rien n'est dit sur sa constitution,  jus de cuisson de la morue une fois dessalée), et la morue. Poivrez, ne pas saler et déposer des lamelles de truffes. Mettre au four ou laisser au chaud en cocotte.

Crédits photographiques : Ragoût de morue cuisiné le 18 novembre, dévoré par deux adultes et deux adolescents, pour ce plat ce sont des olives noires qui ont été utilisées et l'assemblée a décidé que les vertes auraient été préférables.... Photographie de Pierre Martinez-Ginouvès, CC0.

  1. L'enregistrement n'est pas de très bonne qualité et nous avons entendu le mot "poivron" mais peut-être qu'il s'agit de poireaux. En effet, aucune des recettes répertoriées en Provence ne propose de cuisiner la morue avec des poivrons et un grand nombre la cuisine avec des poireaux. Toutefois la réalisation de la recette avec les poivrons était succulente. A propos de la morue aux poireaux, voir par exemple, Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud, Centre culturel provençal de Draguignan, 1993, 223p. Cote de la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH : 641CUI []
3093641514_efa46430e0_o

Participez au lancement du calendrier de l'Avent du domaine public

Le 1 décembre 2014 à 18h30, - si vous êtes parisien ou si vous passez par cette ville ce jour là - venez participer  au lancement du calendrier de l'Avent du Domaine Public au NUMA Café (RDC Connect).

A la manière des calendriers de l'Avent, le collectif SavoirsCom1 offrira chaque jour de décembre la friandise d'une oeuvre élevée dans le Domaine Public... Pour 2015 ce sont les oeuvres d'Yvette Guilber, Milena Jesenská, Kandisky, Filippo T. Marinetti, Paul Otlet, Antoine de Saint-Exupéry...  et de bien d'autres encore qui pourront  désormais être diffusées, traduites, interprétées, ré utilisées librement par tou-te-s. Ces nouvelles créations intégreront elles aussi les communs de la culture. Et avant de partir fêter 3ème édition du Calendrier de l'Avent du domaine public, pour participer allègrement aux conversations, n'hésitez pas à lire le billet du 5 novembre dernier sur le site de SavoirsCom1 Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs.

PROGRAMME

18:30 Accueil

19:00 Ouverture de la soirée et animation, par Alexis Kauffmann C'est quoi le domaine public ? par Lionel Maurel
Pause oeuvre 1, par Véronique Boukali
Calendrier : La genèse du projet, par Julien Dorra
Pause oeuvre 2, par Véronique Boukali
Calendrier : Présentation générale du calendrier par Thomas Fourmeux et Silvère Mercier
Pause oeuvre 3, par Véronique Boukali
Présentation du livre Pages Publiques par Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin
Pause oeuvre 4, par Véronique Boukali
Présentation du BookScanner, par Benjamin Sonntag
Pause oeuvre 5, par Véronique Boukali
Présentation des affiches réalisées pour l'occasion, par Sylvia Fredriksson et ses étudiants de La Sorbone
Pause oeuvre 6, par Véronique Boukali

20h Lancement officiel du calendrier 2015 : Apéro en musique du domaine public et numérisation de livres avec le BookScanner (n'oubliez pas d'apporter vos vieux livres !)

Et dès le mois de janvier une nouvelle fête est à prévoir, celle du 1er festival du domaine public lancé à l'initiative de Romaine Lubrique.

Crédits photographiques de l'image à la une : Miami University Libraries - Digital Collections Follow Meigs & Co., Incorporated Persistent URL: digital.lib.muohio.edu/u?/tradecards,1454 Pas de restrictions de droit connues.

Des "Européens" restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d'Algérie : le parcours d'une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L'autre face : "Européens" en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d'Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

"Soldats algériens de l'armée française en guerre d'Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj" dans l'ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d'indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s'appuient les publications d'Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L'annonce de cette présentation est l'occasion, pour l'équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage "L'autre face".

Titre :  Récit de vie d'un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l'enquête : 4017

Date de l'enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l'enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l'enquête : 
Hélène Bracco s'est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l'entretien n'était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L'informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l'Algérie même si, aujourd'hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d'obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions - Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives - Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

La fabrique des patrimoines musicaux, 21 novembre 2014, Villeurbanne

RIZE-NOV20141-image

Le 21 novembre 2014 au Rize (Villeurbanne) est organisée une Journée d’étude sur le thème, La fabrique des patrimoines musicaux. Organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture, cette journée d’étude réunit chercheurs, représentants d’associations et d’institutions culturelles pour échanger sur les liens entre création musicale, interculturalité et action patrimoniale. À partir de leurs expériences respectives, les intervenants reviendront sur des actions menées en vue de fabriquer des patrimoines musicaux, sur l’évolution des catégories institutionnelles et les nouvelles collaborations articulant recherche scientifique et action culturelle.

La table-ronde inaugurale permettra d’évoquer les stratégies de mobilisation collective : dans quelle mesure le collectage musical, la fabrique d’orchestres ou l’organisation de festivals permettent-ils de relier des personnes ou des groupes sociaux distincts ? Quels sont les effets volontaires ou involontaires de ces mobilisations ? Les ateliers thématiques seront l’occasion de questionner les modalités concrètes de ces démarches, à travers quatre entrées thématiques : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création participative. La dernière table-ronde visera à questionner les partages institutionnels : des Centres de Musiques Traditionnelles au Ministère de la Culture en passant par les DRAC, les associations militantes, les conservatoires ou départements d’université, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories auxquels ils se réfèrent, sur les assignations qu’elles produisent et sur les points aveugles des découpages institutionnels.

PROGRAMME

10h : Mots de bienvenue / Présentation de la journée
Xavier de la Selle (Le Rize), Yaël Epstein (CMTRA), Talia Bachir-Loopuyt (IRMM/Centre Georg Simmel)

10h30-12h : Faire de la musique ensemble ? Musique, interculturalité, territoires.
Cette table-ronde vise à faire retour sur des projets mobilisant la musique comme un enjeu interculturel et de développement territorial. On attribue souvent à la musique le pouvoir de relier des individus et des groupes par delà des frontières culturelles et sociales. Mais quel(s) lien(s) font effectivement émerger ces mobilisations, quel impact ont-elles ? Quels territoires sont concernés ou, à l’inverse, laissés à l’écart? Dans quelle mesure ces mobilisations  contribuent-elles à redéfinir des sentiments d'appartenance mais butent-elles aussi sur certaines frontières? Du collectage à la fabrique d’orchestres en passant par la création participative et des expérimentations pédagogiques, les intervenants reviendront sur les stratégies, outils et pratiques qu’ils ont développés pour saisir les réalités multiformes qui les entourent et susciter la rencontre de groupes sociaux pluriels autour de la musique.

Modération de la table ronde :
Denis Laborde (Centre Georg Simmel / IRMM)
Intervenants :
Gilles Delebarre (Responsable pédagogique Cité de la Musique, projet DEMOS)
François Bensignor (Président du Collectif des Musiques et Danses du Monde d’IDF)
Bruno Messina (Directeur Agence Aida / Festival Berlioz)
Philippe Fanise (Directeur artistique Le monde est chez nous)
Guillaume Veillet (Chargé de mission PCI, Conseil Général de Haute-Savoie)
Anne Damon-Guillot (Maître de conférence, Université Jean Monnet CIEREC)
Marc Villarubias (Directeur de la Mission de Coopération Culturelle de la Ville de Lyon)

12h00-13h00 : Patrimoine et création. Retour sur la.BA.la.BEL (CMTRA/ARFI) et la Folle Tentative d’Aubervilliers. Avec Yaël Epstein et Mélaine Lefront (CMTRA), Christian Rollet et Clément Gibert (ARFI), Olivier Le Comte (Compagnie Les Souffleurs).

14h00-15h30 : Ateliers
La question du « faire–ensemble » se décline différemment selon les activités et cadres institutionnels. Nous avons ici distingué quatre faisceaux d’action : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création collective, dont chacun alimente une vaste littérature et qu’il s’agira ici d’envisager à l’aune des retours d’expérience. Quels sont les acteurs concernés par ces opérations, quelles « prises » mobilisent-ils pour appréhender la spécificité de leur territoire ? Dans quelle mesure s’associent-ils ou ne s’associent-ils pas ? Comment bâtir des passerelles entre les mondes de la recherche scientifique, de l’action associative, des institutions culturelles et de la création artistique ? Chaque atelier sera modéré par un acteur du champ concerné en concertation avec un chercheur.

Atelier « Que faire des archives sonores ? »
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, aujourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’atelier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dissémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?
Atelier modéré par Véronique Ginouvès (MMSH Aix) et Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2)

Atelier 2 « Exposer / publier » 
De l’organisation d’expositions ou d’événements culturels à la production de disques, brochures ou « Atlas Sonores »,  cet atelier explore les processus de mise en public de patrimoines musicaux et les problèmes qu’ils font surgir. Qui participe à l’élaboration de ces objets? Quelle place ces auteurs accordent-ils aux divers matériaux (sons, images, paroles de certains « témoins »)? Qui en fait usage et quel impact ont ces mises en public ?
Atelier modéré par Xavier de la Selle (Le Rize) et Talia Bachir-Loopuyt (IRMM / Centre Georg Simmel)

Atelier 3 Transmettre des patrimoines ?
Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux liens entre les patrimoines des habitants d’un territoire et les lieux de transmission de la musique. Nous porterons ici notre attention à des projets et structures travaillant à l’échelle de certains territoires ou quartiers (ENM de Villeurbanne, DEMOS, Orchestre à l’école, « Fabriques d’orchestres » en Ile de France, chorales du CMTRA…). Comment s’effectue le choix des répertoires ? Quels sont les publics visés et effectivement atteints ? L’enjeu, ici, n’est pas la caractérisation d’un type de musique (écrite/orale, traditionnelles/du monde) mais aussi de mettre en relation des mondes qui, malgré toutes les occasions de rencontre, se connaissent mal : les conservatoires, lieux de concert, associations, écoles et collèges.
Atelier modéré par Martial Pardo (ENM Villeurbanne) et Marta Amico (IRMM / centre Georg Simmel)

Atelier 4 «  Créer ensemble  »
Depuis quelques années émergent, en milieu urbain et rural, de nombreux projets centrés sur la mobilisation des habitants et la création participative. Ces projets s’appuient sur le partage de savoirs, y compris entre musiciens professionnels et amateurs. Quelles en sont les visées, les effets, les difficultés ? Comment ce type de rencontre peut-il (ou non) induire la dynamique de « faire société » ?
Atelier modéré par François Bensignor (Président du collectif MDM-IDF) et Laura Jouve-Villard (IRMM / Centre Georg Simmel)

15h30-17h00 Table-ronde « Plus facile à faire qu’à dire !  Le jeu des catégories et des institutions »
« Musiques traditionnelles », « musiques du monde », « musiques actuelles », « patrimoine immatériel », « patrimoines de l’oralité »… Les « mots-clés » mis en avant par les acteurs artistiques, associatifs, institutionnels évoluent et s’ajustent en fonction de stratégies de positionnement variables. Nous porterons ici notre attention aux dynamiques  d’institution de ces  catégories. Comment expliquer que les acteurs du monde associatifs recourent aujourd’hui aux notions de "patrimoine immatériel" et de "patrimoines de l’oralité" alors qu’elles suscitent la méfiance parmi les chercheurs ?  Qui sont les experts du « patrimoine musical » et dans quelle mesure leurs pratiques entrent-ils en dialogue ou en tension ? Après un exposé introductif de François Gasnault, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories dans le paysage institutionnel français, sur le partage des rôles entre diverses institutions (collectivités, associations, universités etc.) et l'émergence de nouvelles collaborations reliant ces différents mondes.

Intervenants :
- François Gasnault (Conservateur du Patrimoine, chercheur, IIAC)
- Yaël Epstein (Directrice du CMTRA)
- Christian Hottin  (Direction Générale du Patrimoine, Ministère de la Culture)
- Hélène Hatzfeld (Secrétariat général du Ministère de la Culture, GIS IPAPIC)
- Laura Jouve-Villard (Doctorante « Musique » à l’EHESS, coordinatrice IRMM)
- Yann Laville (Conservateur - Adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel)
Modération : Emilie Da Lage (Attacafa, Université de Lille 3)

17h00-18h00 : Compte-rendu des ateliers et discussion finale.

Lieu de la journée d’étude : Le Rize , 23-25 rue Valentin-Haüy, 69100 Villeurbanne

Organisation : Centre de Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le RIZE - Centre Mémoires, cultures, échanges

Renseignements, contacts et réservation : CMTRA (Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes) http://www.cmtra.org
Talia Bachir-Loopuyt : tbachir<@>noos.fr
Yaël Epstein yael.epstein<@>cmtra.org

Accéder au Rize
Bus C3 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 38 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 11 | arrêt Arago
Bus 198 | arrêt Grandclément
Tram T3 | arrêt Reconnaissance Balzac
Vélo’v | « Mémoires & société » rue Valentin-Haüy

A propos d'archives sonores et audiovisuelles