Visual studies et Méditerranée, 27 juin 2016, Aix-en-Provence (MMSH)

Journée de découverte et inauguration
Visual studies et Méditerranée

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Les archives du dépôt légal de l’Ina
dans la recherche en sciences humaines et sociales
Inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), seront officiellement inaugurés deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Tout au long de cette journée des ateliers de recherche seront organisés sur les PCM installés à la médiathèque de la MMSH auxquels le public pourra participer librement, sur inscription.

PROGRAMME

10h : Accueil et introduction : Brigitte Marin (directrice de l’USR 3125 et du laboratoire d’excellence LabexMed), et Géraldine Poëls (Ina, Département Recherche)

10h30 : Mireille Maurice (Déléguée régionale de l’Ina Méditerranée), Une histoire de l’inathèque (titre à préciser)

11hMaryline Crivello (Directrice exécutive de la Fondation A*MIDEX),  et Marie-Christine Hélias-Sarre (Responsable documentaire Ina Méditerranée), Recherche et fonds documentaires de l’Ina : 30 ans de collaboration

11h45 : Géraldine Poëls (Ina, Département Recherche), Bien plus que de la télévision : tout ce que vous n’avez pas (encore) cherché dans les collections de l’Ina

14h15 : Evelyne Cohen (ENSSIB – Université de Lyon), Les archives de l’Ina : enjeux et usages historiens

14h45 : Sophie Gebeil (UMR TELEMME), Le dépôt légal du web, une source d’histoire du temps présent : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur la Toile de 1999 à 2014

15h15 : Gérôme Truc (Membre associé au CEMS-IMM), Faire une sociologie des attentats : l’apport des archives de l’Ina

15h45 : Exemple de l’accès à un web documentaire archivé sur le dépôt légal du Web, à confirmer

16h15 :  Conclusions et perspectives, présidées par Maryline Crivello et Géraldine Poëls

Pour suivre les ateliers d’introduction à la recherche sur les PCM (30 minutes) qui seront organisés à la Médiathèque de la MMSH avec Christian Champaloux (Médiathèque MMSH) et Anissa Adgharouamane (stagiaire à l’Ina Méditerranée), vous pouvez dès à présent, vous inscrire à partir d’un formulaire en ligne. Ces ateliers,  qui débuteront dès 9h30, sont ouverts à tou.te.s.

Crédits photographiques : en 1963, un homme attend son tour chez le barbier, en Floride, tout en regardant les actualités à la télévision – peut-être à propos de l’assassinat de JF Kennedy -, Archives nationales de Floride, pas de restrictions de droit connues.

 Journée organisée avec le soutien logistique d’Anissa-Claire Marouane, Master 1 (professionnel) Histoire et Humanités, spécialité 6 : Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.
  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm []

Europeana Sounds Third Data Providers Workshop

A l’aube de la troisième année du programme Europeana sounds, les partenaires ont été conviés au dernier workshop, qui s’est tenu à Dublin les 28 et 29 Avril 2016.

Ce rendez-vous annuel est toujours attendu avec intérêt par les partenaires européens car c’est l’occasion pour tous les participants d’être formés afin de travailler ensemble sur les outils développés par le programme. Pour ce dernier atelier pratique, nous étions accueillis au sein du centre de ressource du Clasac dirigé par l’organisation irlandaise Comhaltas Ceoltóirí Éireann1. Trois axes principaux ont été abordés durant ces journées :

  • L’agrégation des données sur MINT2 et l’affichage sur le portail Europeana (WP1 et WP5 )
  • L’enrichissement et la participation (WP2)
  • Point sur les licences (WP3)

La réunion a été l’occasion de dresser un bilan de la deuxième année du projet. L’objectif global de 250 000 enregistrements publiés sur la plateforme Europeana a été atteint et d’ici janvier 2017, ce chiffre devrait avoir doublé avec un total de 500 000 enregistrements. Les outils statistiques mis en place sont très encourageants, puisque dans l’espace Europeana statistics dashboard la fréquentation en 2016 est en constant accroissement . Pour la phonothèque de la MMSH, on compte plus de 1,500 vues sur plus de 3,500 notices en ligne.

  1. L’agrégation des données sur MINT et l’affichage sur le portail Europeana

Depuis le précédent workshop en juillet 2015, beaucoup de progrès ont été réalisés. Si la procédure sur l’outil de mapping MINT est toujours identique3, la plateforme Europeana en version beta tend vers un affichage plus ergonomique avec une arborescence des données. Ainsi, d’un point de vue qualitatif, le travail de modélisation des données de la phonothèque a été pris en modèle lors de la présentation.

SAM_2304

Présentation de la collection des Luthiers de Mirecourt affichée en arborescence sur Europeana

Enfin, le travail sur la qualité des métadonnées mené par la Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) a été signalé.

2. L’enrichissement et la participation (WP2)

La deuxième journée du workshop a été principalement consacrée à l’enrichissement des collections musicales par les internautes :

Grâce au développement de la plateforme WITH  4 les usagers pourront désormais annoter des sons sur Europeana via l’espace dédié : Sounds Space.
Cet espace permet de créer d’expositions virtuelles et de collections, qu’il est possible d’annoter grâce à l’outil d’annotation sémantique Pundit. Cet outil collaboratif est en lien avec le référentiel commun pour les instruments de musique MIMO5 et permet de générer des tags sous forme de triplets, qui seront ensuite intégrés au Web des données6 . A terme, le widget d’annotation pourra être intégré directement sur la base de données des institutions.
MIMOLes modules collaboratifs sur Europeana seront bientôt étendus au-delà des instruments de musique, pour annoter les genres descriptifs (directement à partir des collections) et les lieux (via les nouvelles fonctionnalités d’HistoryPin : suggestions de localisation et l’API Historypin)

Enfin, une campagne de crowdsourcing sera lancée avant l’été 2016 pour encourager l’enrichissement autour de ces collections autour d’événements ponctuels (edit-a-thon, hackathon, expositions…)

Selon le niveau d’implication des institutions dans cette campagne, différents niveaux seront attribués :

  • Bronze = sélection des collections propices à l’enrichissement
  • Argent = pré-traitement de ces collections
  • Or = implantation du widget d’annotation sur la base de données institutionnelle

3. Point sur les licences (WP3)

La question des licences a été abordée, avec une nouveauté, le site : http://rightsstatements.org, qui propose 11 déclarations de droit standardisés, pour le patrimoine culturel en ligne. Ces propositions s’inscrivent en complément des licences Creative Commons, et s’organisent en 3 catégories : In Copyright, No Copyright, Other (pour les objets dont le statut est indéterminé).
Parmi elles se trouvent deux nouvelles licences :
No Copyright – Other Known Legal Restrictions
In Copyright Educational Use Permitted

On note également une licence retirée :

Rights Reserved – Paid Access

Ces nouveaux intitulés seront mis à jour dans les Conditions Générales d’Utilisation d’Europeana.

Pour terminer, signalons l’intégration de nouveaux partenaires européens dans le projet Europeana sounds :

The Fryderyk Chopin Institute (Pologne)
Dublin Institute of Technology (Irlande)
École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (France)

La participation de l’ENSAG implique le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON) en tant qu’unité du CNRS à travers l’UMR 1563 « Ambiances architecturales et urbaines ». Dans ce cadre, la phonothèque de la MMSH contribuera au lancement de l’agrégation des données de l’ENSAG durant le mois de mai 2016.

Pour terminer en chanson sur un air de musique traditionnelle irlandaise :
Apples in Winter / Paddy Clancy’s Jigs
. 1975 Tour Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC-SA.

Concert de musique traditionnelle irlandaiseConcert de musique traditionnelle irlandaise à l’association Comhaltas

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette troisième session :

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

Crédits photographiques :

Véronique Ginouvès (photographie à la Une) Danse irlandaise, août 2013, Dún-Laoghaire

Ariane Néroulidis, photographie durant le Workshop, avril 2016, Dublin

  1. Cette association a pour but est de promouvoir la musique traditionnelle et la culture irlandaise à travers le monde. []
  2. Metadata INTeroperability services []
  3. Pour donner quelques exemples de règles de modélisation de données, à la phonothèque de la MMSH nous établissons un lien entre le mapping de la collection et celui des notices CHO – Cultural Heritage Object – à l’aide du champ dcterms:isPartOf. Pour renvoyer vers la notice originale, c’est  edm:isShownAt qui est utilisé tandis que edm:isShownBy nous permet de faire le lien direct vers le stream []
  4. Cette plateforme développée par le NUTA fonctionne en exposant les API de différents portails et entrepôts de données []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principe du Linked data dont l’objectif est de publier des données structurées sur le Web afin de pouvoir les relier entre elles []

« L’Europe et ses intellectuels », Varsovie, 30 mai – 2 juin 2016

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’Université de Varsovie (1816-2016), un colloque international sur le thème de « L’Europe et ses intellectuels » se tiendra à Varsovie du 30 mai au 2 juin 2016 sur le site de la Bibliothèque Universitaire de l’université1.

PROGRAMME

Lundi 30 mai 2016

Collections et visions de l’Europe :
un dialogue fondateur et perpétuel

17h   Table-ronde modérée par Paul Gradvohl (Varsovie)

Krzysztof Pomian (Paris/Varsovie) – Du cabinet de curiosité au musée
Dietmar Preisler (Bonn) – Les interrogations fondatrices d’un musée d’histoire allemande de l’après-1945
Jolanta Talbierska (Varsovie) – Les collections d’œuvres graphiques: sens et évolution
Véronique Ginouvès (Aix-en-Provence) – Identités et collections sonores : les défis du streaming

Mardi, 31 mai 2016

L’engagement pour l’Europe et ses formes

Présidence de Mario Domenichelli
10h30 – Didier Alexandre (Paris) – La notion d’Orient dans les débats qui  traversent le milieu intellectuel français dans  l’entre-deux-guerres
11h – Henryk Chudak (Varsovie) – Comment faire l’Europe selon Julien Benda
11h30 – Marthe Segrestin (Paris) – La revue « Europe » dans l’entre-deux-guerres : quelle Europe littéraire ?
12h – 13h Débat

L’Europe en perspective comparatiste

Présidence de Michael Bernsen
14h30 – Dorota Szeliga (Varsovie) – L‘idée d’Europe dans les relations choisies des voyageurs français de la Renaissance
15h – Remigiusz Forycki (Varsovie) – Les métamorphoses de l’Europe dans les récits de voyage d’Astolphe de Custine
15h30- Henryk Głębocki (Cracovie) – « La Russie telle qu’elle est » aux yeux de l’Occident ou Adam Gurowski et les avatars de la vision de Russie et d’Europe centrale aux Etats-Unis et en Europe au milieu du XIXe siècle
16h 30 – Véronique Gély (Paris) – La littérature européenne selon Joseph Texte, premier titulaire d’une chaire de littérature comparée en France
17h – Tomás Gonzalo Santos (Salamanca) Le père Feijoo, précurseur de l’illustration en Espagne 
17h 30 – Joanna Żurowska (Varsovie) – Maciej Żurowski, un comparatiste polonais après 1945
17h30 – Manuel Montesinos Caperos (Salamanca) – Les intellectuels espagnols du XIXe siècle et la transmission de la culture allemande en Espagne

Mercredi, 1er juin  2016

Les grandes figures européennes

Présidence de Michel Delon
9h – Paweł Matyaszewski (Lublin) – Montesquieu, ou comment peut-on être Européen ?
9h30 – Fabienne Bercegol (Toulouse) – Chateaubriand et l’Europe des intellectuels
10h – Judyta Zbierska-Mościcka (Varsovie) – Maurice Maeterlinck, une pensée belge sur l’Europe
11h – Michael Bernsen (Bonn) – Ernst Robert Curtius, philologue moderne de l’Europe
11h30 – Isabelle Serca (Toulouse) – Une grande figure européenne : Leo Spitzer, philologue humaniste
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Véronique Gély
14h30 – Thomas Hunkeler (Fribourg) – Denis de Rougemont et la notion d’Occident
15h  – Michela Landi (Florence) – L’Europe et l’Esprit: une réflexion politique de Paul  Valéry
15h30     Michael Wetzel (Bonn) – Jacques Derrida et la question de l’Europe
16h30 – Peter Frei (Fribourg) – De Sartre à Derrida : fictions de l’intellectuel en (dé)construction
17h – Marcin Darmas (Varsovie) – Une déprime européenne. L’œuvre littéraire et cinématographique de Michel Houellebecq
17h30    Miriana Yanakieva (Sofia) – L’identité européenne en cinq axiomes
18h – Débat

Jeudi, 2 juin 2016

Avatars de devenir européen

Présidence de Didier Alexandre
9h – Monika Kulesza (Varsovie) – Jean Chapelain et sa « République des Lettres »
9h30 – Michel Delon (Paris) – Le philosophe des Lumières comme intellectuel européen
10h – Izabella Zatorska (Varsovie) – Les réécritures de la « Genèse » au Siècle des Lumières en France
11h – Michael White (St Andrews) – Écrivain entre deux nations philologiques : Paul Heyse – philologue, traducteur, poète
11h30 – Patrizio Collini (Florence) – Le théâtre subversif de Heiner Muller
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Thomas HUNKELER
14h30 – Réni Yotova (Sofia) – Le rôle des intellectuels de l’Europe de l’Est pendant la Guerre froide
15h – Aneta Bassa (Varsovie) – Échanges intellectuels au-delà du rideau de fer – perspectives de recherches autour des archives numérisées du Centre de Civilisation  Française de l’Université de Varsovie
15h30 – Romuald Fonkoua (Paris) – L’Europe face à l’autre part d’elle-même
16h – Wiesław Kroker (Varsovie) – L‘Europe dans l’œuvre d’Andrzej Stasiuk
16h30 – Willi Jung (Bonn) – Albert Camus, Berlin-Est et l’Europe révoltée

En guise de conclusion…

17h  Mario Domenichelli (Florence) – Petite histoire des intellectuels et des idées de l’Europe: de la monarchie universelle à   la démocratie globalisée
18h -Débat suivi du bilan du Colloque Varsovie 2016 par Didier Alexandre, Michael Bernsen et Remigiusz Forycki

 

Comité organisateur : Remigiusz FORYCKI (Varsovie), Président ; Didier ALEXANDRE (Paris), Michael BERNSEN (Bonn), Vice-présidents ;  Aneta BASSA (Varsovie), Secrétaire général ;  Henryk CHUDAK (Varsovie), Mario DOMENICHELLI (Florence), Paul GRADVOHL (Varsovie), Thomas HUNKELER (Fribourg), Artur LOMPART (Bureau du Recteur – Varsovie), Jolanta TALBIERSKA (Bibliothèque Universitaire de Varsovie), Michael WHITE (St Andrews), Miriana YANAKIEVA (Sofia), Membres.

Programme en ligne en langue française.

Programme en ligne en langue polonaise.

 

Crédits photographiques : Pont Alexandrowk à Varsovie photographié entre 1910 et 1915, collection de la bibliothèque du Congrès,  domaine public.

  1. Auditorium 1.007, 55 rue Dobra et sale nr 316, 3ème étage 56 rue Dobra, Varsovie. []

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

La recette du mois : les sardines farcies

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois d’avril s’est porté sur la réalisation d’un gratin de sardines farcies.

Nous vous proposons d’écouter l’enquête 2341 enregistrée le 02.03.2007 à Marseille, par Cécile Février, auprès de Madame Elise Arnaud qui nous dévoile sa recette de sardines farcies :

Ingrédients : 20 sardines, de la salade, du persil, de l’ail, un œuf, de la chapelure, de l’huile d’olive.

Préparation :  vider les sardines (en réservant les œufs de poisson ) enlever les têtes et en tirant l’arrête centrale qui doit se retirer facilement. Laver les sardines, les poser bien à plat et préparer une farce en hachant 6 ou 7 sardine, de la salade1 de l’ail, du persil, un peu de chapelure, saler poivrer, et ajouter un oeuf. Déposer la farce sur les sardines, rouler celle-ci en commençant par la queue et les placer dans un moule à gratin pour les faire gratiner au four 20 à 30 minutes. Par tradition familiale provençale, j’ajoute toujours dessus de la tomate dans laquelle je dilue du pesto et un filet d’huile d’olive pour finir.

Voici ci dessous des liens vers  des  ouvrages culinaires illustrés par Mireille Gayet, Directrice de recherche au CNRS,  dont la spécialité est la paléontologie,  mais aussi passionnée…. de dessin et de cuisine.

mais ceux aussi de la cuisine expérimentale  romaine qui nous ont paru intéressant de mettre en lumière.

Crédits photographiques : Mathilde Bresc

  1. la salade peut être aisément remplacée par de l’épinard, des fanes de radis ou de jeunes navets frais []

2ème rencontre « Sources et créations », Mucem, 9 mai 2016 : Quelles archives pour la création ?

En mars 2015, dans le cadre du projet « Sources et créations », le Mucem organisait une première journée professionnelle de réflexion consacrée à la question : Quelles sources pour la création ? Pour cette nouvelle édition, l’interrogation est cette fois : Quelles archives pour la création ?. Quelles méthodes, processus et orientations sont proposés par les organismes privés et publics pour conserver des créations artistiques, que celles-ci soient émises par des festivals, des compositeurs, des musiciens, ou des chercheurs ? S’agit-il d’archives publiques ou d’archives privées ? Comment cela s’organise-t-il à l’échelle méditerranéenne ? Ces rencontres seront l’occasion d’explorer différentes pratiques aussi bien en France qu’en Tunisie et au Liban, avec ateliers et table-ronde.

PROGRAMME

9h30 : accueil au Centre de conservation et de ressources (CCR)

10h-12h, CCR : Atelier A la découverte des archives du musée, en compagnie de Marie-Charlotte Calafat (responsable adjointe du Centre de conservation et de ressources, Mucem)  et Fabienne Tiran (archiviste, Mucem).

14h30-15h15, fort St Jean, I2MP, salle Meltem : Atelier avec Zeina Saleh Kayali du Centre du patrimoine musical libanais1.

15h30-16h15 : Atelier avec Anas Ghrab du Centre des musiques arabes et méditerranéennes2.

16h30-17h15 : Atelier : Présentation du thesaurus d’instruments de musique MIMO par Rodolphe Bailly

18h-20h : Rencontre-discussion : Quelles archives pour la création ? Avec Lenka Bokova (responsable de la maison Jean Vilar), Bertha Bermudez (danseuse et chorégraphe), Mireille Maurice (déléguée générale de l’INA), Fabienne Tiran (archiviste),  Modération par Marie-Charlotte Calafat (Mucem) et Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la MMSH).

Elisabeth Cestor (Mucem) à l’origine du projet et de cette journée n’y assistera pas mais d’autres événements sont à venir bientôt et elle nous en tiendra informés.

Crédits photographique : promenade près du Mucem en 2015, photographie de Nadine Vakhnovsky, CC-BY-NC.

  1. Le Centre du patrimoine musical libanais – CPML-espace Robert Matta  a ouvert ses portes en 2012 au Collège Notre-Dame de Jamhour, dans la région de Beyrouth. Il a pour objectifs de rassembler, conserver et valoriser les archives et la documentation des compositeurs libanais de musique savante []
  2. Le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes est une institution publique sous la tutelle du ministère de la Culture de la Tunisie. Situé à Sidi Bou Saïd, il se consacre à l’étude et à la valorisation du patrimoine musical arabe. Le Centre abrite aujourd’hui une importante phonothèque ainsi qu’un musée d’instruments de musique, et organise différentes activités artistiques et scientifiques []

L’empreinte maghrébine, un colloque international à Gabès

Du 14 au 17 avril s’est tenu à l’université de Gabès, Institut supérieur des arts et métiers la troisième session du colloque international sur le thème « Arts et musiques tunisiens, dimensions arabo-musulmanes africaines et méditerranéennes : l’empreinte maghrébine ».

من  14 الى 17 ابريل إنتضم في جامعة قابس المعهد العالي للفنون والحرف، الدورة الثالثة للمؤتمر الدولي حول « الفنون  والموسيقى التونسية، أبعاد عربية وإسلامية  في أفريقيا ومنطقة البحر الأبيض المتوسط: بصمة شمال أفريقيا »  

From 14 to 17 April, the University of Gabes and the Higher Institute of Arts and Trades held the third session of the international conference on « Tunisian Arts and music, African and Mediterranean Arab-Muslim dimensions: the Maghreb footprint »

affichecollloqueGABES2016

PROGRAMME

Mercredi 14 avril 2016

9h30 : Allocution d’ouverture d’Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM) et de Mohamed Gouja (directeur de l’UF EASYER « Esthétique, arts, synergie environnementale et recherche », Maître de conférence en musique et musicologie, ISAMG)

Parcours et enjeux créatifs  – Career and creative issues 
مسار واهداف الإبداع   

Séance 1 – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba) Numériquement autre

Amor Keraim (Directeur de l’ISAM, Sidi Bouzid)                                       تراسل الفنون في تجريبة عمر كريم التشكيلية
Les affinités entre les arts selon l’expérience plastique d’Omar Karim

Mohamed-Sahbi Chtioui (Sculpteur tunisien vivant au Maroc)
Parcours sculptural de Sahbi Chtioui/ témoignage et débat

Séance 2 : Modérateur : Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba)

Salwa Bakr (écrivaine égyptienne)
تجربتها الروائية و رحلتها الاءبداعية
L’expérience de l’écriture de fiction et son voyage créatif

Fata Ben Amer (Maître de conférence en arts plastiques, ISAMS) فسيفساء الفن التونسي
La mosaïque de l’art tunisien

Sara Ben Ahya (Enseignant chercheur ISBAT)
Corps céramiques métamorphosés : miroirs d’un Être et image d’une vie

Abdellali Maazouz (Professeur habilité de l’Unversité Hassan 2 de Casablanca, Maroc)
Image cinématographique et narrativité

Chaker Louaibi (Maître assistant ISAMG) :
اشكالية الفارق  بين (الحرفي) و (الفنان) مطلع القرن العشرين ,تونس مثـلآ
La problématique de la différence entre l’art et l’artisanat du début du 20ème siècle, le cas tunisien

Séance 3 – Modérateur :  Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)

Salah Adouni (Assistant ISAMG) :
تساؤلات حول مسارات الحرف في التشكيل العربي المعاصر
Interrogations autour des parcours artisanaux dans les arts plastiques arabe contemporains

Mouna Khaskoussi (Doctorante) :
التجربة النسجية لدى محمد مطيمط على ضوء بعض التجارب التونسية
L’expérience du tissage chez Mohamed Mtimtin

Arij Jaouachi (Doctorant) : La issaya de Kébili
Transmission, apprentissage et pratique

Karim Thlibi (Doctorant)
التعبيرية الموسيقية التنسية: الاصوات الشعبية بين التداول و التوثيق
L’expressivité musicale tunisienne

Bassam Tabelsi (Assistant)
التعبيرية الموسيقية المغاربية من خلال التدوين و التداول: استخبار على آلة الناي في تونس نموذجا
L’expressivité musicale maghrébine

Soirée musicale : Croisement, avec Abdelkhalek Draouil et Zied Mnifi « Aswât »

DSC00070

15 avril 2016

Musique et musicologie – Music and musicology
الموسيقى و علم الموسيقة

Séance 4 – Modérateur : Mahmoud Guettat, professeur émérite (excusé)

Jérôme Clerc (Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne : Réflexion sur la notion de géo- musicologie, à travers l’exemple d’une recherche en Turquie méridionale

Pierre-Philippe Rey (Professeur des Universités, Paris 8 : L’art Mudéjar’ au Mexique pendant la colonisation espagnole, un transfert du Maghreb à l’Amérique latine

Zouhaier Gouja (Maître assistant à l’ISMT)
Le Gougay, genre de vièle du Stambali tunisien

Séance 5 – Modératrice : Fouzia Belhachemi (Maître de conférence en anthropologie, CNRPAH)

Mahmoud Guettat (Professeur émérite)
الموسيقى المغربية و مقاربات التوثيق
Musique maghrébine et approche archivistique (excusé)

Abdhallah Mokhtar Sebai (Professeur à l’Université de Tripoli)
النوبة الليبية
La nouba lybienne

Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)
نقدية لواقع الموسيقى التونسية في بعدها المغربي
Critique de la réalité de la musique tunisienne dans le contexte maghrebin

Sélim Gouja (Maître assistant à l’ISAMG)
إشكالية محمدودية جدوى التدوين السلالم و الإيقاعات التونسية
La problématique de la limite des archives

Séance 6 –  Modératrice : Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)

Houda Fekili (Enseignante-chercheuse à l’ISAMG)
الحلي و التحلي: تجليات إيقاعية
Les bijoux traditionnels : manifestations rythmiques

Ikbal Hamzaoui (Assistante à l’ISMK)
Musique Jarocho et musique Stambali

Abdhelkhaled Draouil (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
العناصر الدرمية لرواية طرق الصيد بآلة القصبة في الجنوب التونسي
Les éléments dramatiques de la flûte de roseau (caçba) dans le Sud tunisien

Ali Chamsseddine (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
المحاكاة الصوتية في المنظومة الإيقاعية العربية بين رؤى التنظير و واقع التطبيق
L’onomatopée sonore dans les systèmes rythmiques arabes entre pratique et théorie

Malek Hamdi (Doctorant en musicologie)
القصبة في الجنوب الشرقي لتونس دراسة ارغانولوجية
Flûtes de roseaux dans le Sud tunisien

Selfeddine Mayouf (Doctorant en musicologie)
القصبة في الشمال الغربي لتونس دراسة ارغانولو جية
Flûtes de roseaux dans le Nord tunisien

Mohamed Besbes (Assistant à l’ISAMG)
الحظرة العيساوية لسيدي مهمد بن جابربالمهدية: دراسة توثيقية تحليلية
La transe de la confraternité Esaoui chez Mohamed Bendjaber de Medhia : étude archivistique analytique

Fida Louhichi (Chercheur UR)
مقومات المقام في الموسيقى المغربية بين النظرية و الممارسة من خلال مقاربة مقاربة بين مزموم التونسي و القسنطيني
Les fondements des échelles musicale maghrébines : études comparatives du tab° mazmùm à travers sa pratique dans le màlùf tunisien et constantinois à travers sa pratique

Soirée musicale : atelier musiques de tradition orale « Stambali », direction Zouhaier Gouja

MOhamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam, conférence Gabès 2016

Archivage de l’art et art de l’archivage – Archiving art and art of archiving
أرشيف الفن و فن الأرشيف

Séance 7  – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Fouzia Belhachemi (Maître de conférence)
Observer, décrire, analyser et archiver dans l’urgence à Tamanrasset

Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, Directrice d’ISAM)
L’archivage dans la pratique picturale de Tahar Aouida

Véronique Ginouvès (Phonothèque, MMSH Aix-en-Provence – USR3125 AMU/CNRS)
Cataloguer, conserver et diffuser les archives sonores de la recherche : exemples issus de l’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)

Hala Ben Maalam (Assistante à l’ISAMG)
La pérennisation de l’éphémère : le paradoxe de l’archivage des formes artistiques numériques

Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)
Autour de l’archivage du patrimoine des musiques et danses traditionnelles en Algérie : propositions, réalisations, perspectives

Séance 8 – Modératrice  – Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM)

Mohamed Mehannek (CNRPAH)
L’archivage et la documentation au CNRPAH, Algérie

Zouair Tighellet (Directeur du Centre Culturel Méditerranéen de l’Archivage de Houmt Souk)
تجربة المركز الثقافي المتوسطي بحومة السوق جربة في التوثيق
L’expérience archivistique du Centre Culturel Méditerranéen à Houmt Souk, Djerba

Zied Mnifi (Chercheur UR)
مساهمة الوسائل الرقمية الحديثة في التوثيقالفني
Contribution numérique dans l’archivage artistique

Rihab Farhat (Doctorant UR Toulouse 2)
Échantillonnage et archivage : question de couleur

Sonia Chamsi (Doctorante)
Archiver c’est communiquer

Souhir Trab (Doctorante)
الخططات المعمارية اشكالية و مشاكل التوثيق
Les plans architecturaux : problèmes d’archivage

Dimanche 17 avril : visite du Centre culturel et touristique méditerranéenne de Djerba qui a l’objectif de numériser les archives de l’île.

26479694841_88c36f7438_k

Ce colloque a été également l’occasion de diffuser les actes de la précédente session publiés par l’ISAMG (la session 2014 avait été publiée en 2015). Ces actes sont consultables à la bibliothèque de la Médiathèque de la MMSH, sous la cote MUS 780 GOU (1) et MUS 780 GOU (2).

Comité scientifique : Mohamed Gouja et Olfa Nejima

Pour en savoir plus sur l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, lire la présentation de sa directrice, Madame Olfa Nejima.

Comité d’organisation : Inés Aboud, Sonia Chamsi, Rihab Farhat, Houda Fekili, Arij Jaouachi, Hala ben Maalam, Salma Mansouri, Amana Najjari, Souheir Trab, Fatma Soltan.

Lieu : Université de Gabès, Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, UR « Esthétique, Arts, Synergie Environnementale et Recherche (EASYER)

Merci à Hanaé Allali pour la mise en page, la traduction en langues anglaise et arabe et les transcriptions en langues arabe.

Crédits photographiques : deux vues de l’université de Gabès, affiche du programme, Mohamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam à la tribune, façade du centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba, photographies de Véronique Ginouvès (avril 2016). Film réalisé par l’équipe des étudiants de Mme Hela Ben Maallen, Institut supérieur des arts et métiers de Gabès.

Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois

L'archetière Cathy Baroin exarçant dans l'ancien atelier de René Morizot à Mirecourt
Cathy Baroin établie dans l’ancien atelier de R. Morizot à Mirecourt, début des années 2000 (coll. part.)

Catherine (appelée Cathy) Baroin est mirecurtienne. Elle se forme à l’archèterie à 29 ans, après avoir exercé d’autres métiers du bois où elle a acquis une connaissance des outils, des gestes et de la matière. En effet, en 1974, à 16 ans, elle entre à l’école de sculpture sur bois au LEP (Lycée d’enseignement technique) de Neufchâteau. Elle obtient son Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de sculpture en 1978 et travaille dans l’entreprise de menuiserie de son oncle pour sculpter des ornements sur meubles. En 1979, à 21 ans, elle est embauchée pour sculpter des têtes de violons à la SOFRALUTH (Société française de lutherie), entreprise de Mirecourt qui fabrique des instruments de musique à cordes destinés à l’étude. Elle apprend également, dans ce contexte, à fabriquer un instrument complet.

Sculpter des têtes de violon (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

 

Lutherie, bois pour tête de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1990)
Bois pour têtes de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, vers 1990)

Après le travail à la gouge qu’elle connaissait, elle se forme au maniement précis des petits rabots et du canif de luthier, ainsi qu’à certaines opérations spécifiques à la lutherie.

Opérations spécifiques à la lutherie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Le métier de luthier et le pourquoi des opérations de fabrication se transmettent selon la tradition sans discussion sur leur bien-fondé.

Faire selon la tradition (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché de Jacques D. Braconnier)
Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché J. D. Braconnier).  Sur la photo, sont présents (du 1er plan à G en boucle jusqu’au 1er plan à D) : Yves Morizot, Yan Strick, Jean-Pierre Voinson, Cathy Baroin, Didier Beaujard, Dominique Galand, Michel Cune et Isabelle Fleche-Duval.

C. Baroin reste pendant six ans à la SOFRALUTH jusqu’à la fermeture de l’entreprise en 1985, à laquelle succède la SOMIFI (Société mirecurtienne de facture instrumentale) où elle travaille deux ans. Puis la fabrique de violons est reprise par une nouvelle direction. Craignant la tendance à mécaniser et à diviser les tâches, C. Baroin cherche d’autres débouchés.

Eviter la mécanisation des tâches (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Outils d'archèterie (atelier de Cathy Baroin), Mirecourt
Outils et matériaux d’archèterie (cliché C. Baroin)

Elle se forme pendant un an dans l’atelier de l’archetier Gilles Duhaut à Mirecourt et y travaillera plus de trois ans, d’octobre 1987 à janvier 1991.

Elle commence par fabriquer ses outils (mandrin à passant, rabots) :

 

Fabrication des outils d’archèterie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Rabotage (atelier de Cathy Baroin)
Rabotage (auto-cliché C. Baroin)

Elle raconte le façonnage de sa première baguette d’archet une fois qu’on lui a montré les gestes nécessaires.

La 1e baguette (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Les opérations de fabrication d’un archet sont diversifiées et le travail de matériaux variés (comme le bois, la nacre, le métal, le cuir, l’ivoire) l’intéresse.

Matériaux variés (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Matériaux pour fabriquer un archet (atelier de Cathy Baroin, Mirecourt)
Matériaux pour la fabrication de l’archet (cliché C. Baroin)

Elle forme plusieurs apprentis au sein de cet atelier. Certains se découragent face à des techniques qu’ils n’arrivent pas à reproduire.

Le nœud (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 1991, elle rejoint l’entreprise Moinier qui veut mettre en place une section d’archèterie. Elle y travaille pendant six ans jusqu’en 1997. Poussée à produire beaucoup, elle doit mécaniser une partie de son travail en dépit de ses réticences.

La mécanisation (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Ces techniques industrielles la contrarient d’autant plus qu’elle a le sentiment qu’elles ne respectent pas le bois en lui enlevant ses propriétés.

Des techniques néfastes (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Perturbée par la pression exercée par le secteur commercial de l’entreprise, elle en vient à perdre les bases du métier. Pour gérer ces changements, elle part travailler une fois par semaine à Lyon dans l’atelier de l’archetier Franck Daguin .

Atelier Alain Monier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)
Atelier Alain Moinier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)

Quand l’entreprise ferme, elle décide de s’établir à son compte. Au préalable, elle obtient une aide de l’ANPE (Agence Nationale pour l’Emploi) pour une formation à la réparation et à la restauration d’archets dans l’atelier de Pierre Guillaume à Bruxelles.

La réparation des archets (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En février 1998, elle ouvre son propre atelier chez elle. Après la vente de la maison familiale, elle s’installe dans l’atelier de René Morizot dont elle partage la location avec un luthier – d’abord Jean-Pierre Voinson jusqu’en 2004, puis Anne Sophie Benoit (aujourd’hui Trivin).

La location de l’atelier Morizot (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Cathy Baroin exerçant dans l'ancien atelier de René Morizot
Cathy Baroin exerçant dans l’ancien atelier de René Morizot (coll. C. Baroin)

Le binôme archetier/luthier est une formule intéressante pour l’atelier.

Un binôme intéressant (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 2007, suite à une inondation qui endommage son stock de bois, sa co-équipière Anne Sophie Trivin abandonne. En 2009, après des cambriolages et un accident, Cathy Baroin dénonce son bail et se réinstalle chez elle. Elle commence à travailler aussi pour d’autres ateliers dans le Massif central, mais l’opération n’est pas rentable.

Travailler dans le Massif Central (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Pourquoi avoir choisi l’archèterie ? Cathy Baroin est certes mirecurtienne, mais sans tradition familiale connue dans cet artisanat , avec quelques présomptions cependant puisque sa grand-mère paternelle porte le nom d’une lignée de luthiers de Mirecourt, les Cabasse. Elle revient sur son attirance pour le travail manuel en général et pour la lutherie en particulier. Petite, elle habitait en face de la fabrique de lutherie Laberte. Avec son ami d’enfance, le fils du directeur Philippe Laberte, elle visitait en cachette les ateliers, fascinée par le travail des ouvriers luthiers. Elle raconte plusieurs anecdotes à ce sujet.

Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (carte postale)
Un atelier de la Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (début XXe siècle), carte postale

A 12 ans, elle fabrique une guitare et à cette occasion entre pour la première fois dans l’atelier Gérôme à Mirecourt.

La 1e guitare (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Intéressée par l’archèterie, elle allait voir Charles Bazin dans son atelier, qui avait une forte personnalité.

Charles Bazin (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

A partir de 2006, elle observe une chute du pouvoir d’achat de ses clients.

Payer en quatre fois (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Face à la crise qui s’esquisse, elle change de statut pour diminuer ses charges.

Esquisse de crise (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

La concurrence chinoise ne lui paraît pas décisive. Il s’agit d’une crise plus générale, qui relève aussi de la pratique musicale en déclin dans les familles et dans l’enseignement général.

L'archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt
L’archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt, 2016 (cliché A.S. Trivin)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Baroin, Catherine (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois. Mirecourt, novembre 2015. Enregistrement numérique : 59 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°17805.

Crédits photographiques :  Photos 1 et 8 : coll. C. Baroin ; photo 2 : H. Claudot-Hawad ; photos 4, 5, 6 : C. Baroin ; photo 3 (Sofraluth) et 7 (Atelier Alain Moinier) : J. D. Braconnier ; photo 9 : carte postale du début du siècle ; photo 10  : A. S. Trivin.  

entretien avec Anastasia Onasoglou= ΣΥΝΕΝΤΕΥΞΗ ΜΕ ΤΗΝ ΑΝΑΣΤΑΣΙΑ ΟΝΑΣΟΓΛΟΥ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Souvenirs de jeunesse d’Anastasia Onasoglou en 1922 à Kayseri en Asie-Mineure = Αναμνήσεις της Αναστασίας Ονάσογλου από τα νεανικά της χρόνια στην Καισάρεια

Ηχογραφήθηκε στις 4 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

Οίκος ευγηρίας Αγίου Ιωάννου Ταλάντων συνομιλία με την κυρία Αναστασία Ονάσογλου. Τη στιγμή της συνέντευξης η Αναστασία είναι 95 χρονών, άρρωστη στην υγεία της, με μνήμη ισχνή που δεν βοηθάει στην ανάκληση των γεγονότων του παρελθόντος. Σύμφωνα με την ίδια, έζησε τη Μικρασιατική Καταστροφή στην ηλικία των δεκαέξι χρονών. To πατρικό της όνομα είναι Μουτάκογλου και κατάγεται από την Καισάρεια. Τη μητέρα της την έλεγαν Αναστασία και τον πατέρα της Στρατή, οι οποίοι μαζί με την Αναστασία είχαν επτά παιδιά. Η Αναστασία έχει ευχάριστες αναμνήσεις από  τα παιδικά και εφηβικά της χρόνια στην Καισάρεια, θυμάται πως είχε πολλούς φίλους Τούρκους που  παίζανε μαζί και συμβίωναν αρμονικά. Οι μνήμες από τη φυγή είναι θολές αλλά είναι σίγουρη πως έφυγε όλη η οικογένεια από εκεί, ακόμα και οι γιαγιάδες της και οι παππούδες της. Kαθ’ όλη τη διάρκεια της συνέντευξης επαναλαμβάνει συχνά το παράπονό της για τη ζωή της στην Ελλάδα και τη σκληρότητα των ντόπιων.  Η εγκατάστασή τους ήταν δύσκολη, το ελληνικό κράτος δεν τους βοηθούσε, ζούσαν με νοίκι και ο πατέρας της εργαζόταν σκληρά για να το πληρώσει. Η ίδια παντρεύτηκε δύο φορές, ο πρώτος της άντρας πέθανε σύντομα, ενώ ο δεύτερος, ο Ονάσογλου, ήταν και αυτός πρόσφυγας. Η Αναστασία νοσταλγεί τα παιδικά της χρόνια στην Καισάρεια, τους Τούρκους φίλους της με τους οποίους  διασκέδαζαν συχνά, έπαιζαν ντέφι, μαντολίνο, χόρευαν και οργάνωναν βραδιές πόλκα.

Crédits photographiques : Image à la une, « Portrait d’une petite fille à  l’Orphelinat Américain de Syros en 1922 ». La photographie a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Récit de vie d’Achille Mavromoustakis = Η ΙΣΤΟΡΙΑ ΤΟΥ ΑΧΙΛΛΕΑ ΜΑΥΡΟΜΟΥΣΤΑΚΗ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Antonis Mavromoustakis, réfugié de la deuxième génération, évoque les récits de son père Achille Mavromoustakis et de sa mère Styliani-Lilika Katolia qui habitaient à Dardanelles-Çanakkale, au moment des événements de 1922 = Ο Αντώνης Μαυρομουστάκης, πρόσφυγας δεύτερης γενιάς αφηγείται την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής-Λιλίκας Κατολία που κατοικούσαν στην περιοχή Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε)

Ηχογραφήθηκε στις 7 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

 O Αντώνης Μαυρομουστάκης γεννήθηκε το 1935 στη Σύρο και ήταν  οδοντίατρος στην Ερμούπολη.  Μιλάει για την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής – Λιλίκα το γένος Κατολία. Ο Αχιλλέας γεννήθηκε το 1896 στην Κωσταντινούπολη, όπου σπούδασε δάσκαλος και έμαθε βυζαντινή μουσική. Είχε έναν αδελφό και δυο αδελφές οι οποίες παρέμειναν εκεί και ήρθαν στην Ελλάδα, μετά από τα Σεπτεμβριανά το 1955.2 Η Στυλιανή γεννήθηκε το 1902 στα Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε), ο πατέρας της ήταν μεγαλέμπορος ξυλείας, έφερνε ξύλα από την Μικρά Ασία στη Σύρο. Μετά τα γεγονότα του 19143 είχαν αυτο-εξοριστεί στη Σύρο και  κατά την διαμονή τους αγοράσανε ένα σπίτι μέσα στην Ερμούπολη. Αργότερα, όταν εκτονώθηκε η ένταση και οι σχέσεις Τούρκων και Ελλήνων αποκαταστάθηκαν, ξαναγύρισαν με την οικογένειά της στον Ελλήσποντο στα Δαρδανέλια όπου εκεί η Στυλιανή παντρεύτηκε τον Αχιλλέα Μαυρομουστάκη.

Achilles Mauromoustakis

Λίγο πριν την μαζική έξοδο των ελλήνων το 1922, οι τούρκικες αρχές κατάσχεσαν το σπίτι  που ζούσαν και τα κτημάτά τους. Όλη η οικογένεια της Στυλιανής μετανάστευσε στην Ελλάδα κουβαλόντας μαζί τους λίγα τιμαλφή αντικείμενα ενω από την οικογένεια του Αχιλλέα έφυγε μόνον ο ίδιος. Όταν εγκαταστάθηκαν στη Σύρο, κατοικούσαν στην αρχή στο σπίτι που είχε αγοράσει ο πατέρας της Στυλιανής, το 1914. Ο Αχιλλέας, τα πρώτα χρόνια, δούλευε σαν δάσκαλος στο Αμερικανικό Ορφανοτροφείο, αργότερα διορίστηκε στη δημαρχία ληξίαρχος και κατάφερε να εκλεγεί δύο φορές δημοτικός σύμβουλος. Στον ελεύθερο του χρόνο, έψελνε  στον Άγιο Γεώργιο και ήξερε πολλούς βυζαντινούς στίχους και σκοπούς, είχε διασώσει κάποια βιβλία βυζαντινής μουσικής από την Τουρκία, τα οποία όταν πέθανε δωρήθηκαν στη μονή Κεχροβουνίου της Τήνου. Αλληλογραφούσε με τον πατριάρχη Κωνσταντινουπόλεως και τον αρχιεπίσκοπο Μακάριο Κύπρου. Μαζί με τη Στυλιανή έκαναν δύο παιδιά, το πρώτο γεννήθηκε το 1924 και σε ηλικία 21 ετών, όντας στρατιώτης του ελληνικού στρατού, σκοτώθηκε στην μάχη του Γράμμου κατά την διάρκεια του εμφυλίου πολέμου. Ο Αντώνης υποστηρίζει πως η Σύρος ήταν, ανέκαθεν, μια πόλη προσφύγων και ο ντόπιος πληθυσμός ήταν σχετικά καλοπροαίρετος απέναντί τους. Το 1923 ίδρυσαν μαζί με άλλους πρόσφυγες τον “Πανπροσφυγικό Σύλλογο” που είχε σαν έργο του να περιθάλψει τους πρόσφυγες της Μικρασιατικής Καταστροφής και να διεκδικήσει για αυτούς καλύτερες συνθήκες ζωής. Με τις ενέργειες του συλλόγου έχτισαν τον πρώτο προσφυγικό συνοικισμό στον Ξηρόκαμπο, στους πρόποδες της Άνω Σύρου. Ο Αχιλλέας έγραφε στην καθαρεύουσα και δημοσίευε κείμενα στην προσφυγική εφημερίδα ο “Προσφυγικός Κόσμος” που εκδιδόταν στην Αθήνα. Επιπλέον έκανε ανταποκρίσεις για κυκλαδικά θέματα στο “Κυκλαδικό Φως”, την εφημερίδα των Κυκλάδων. Ήταν θρησκευόμενος και θερμός υποστηρικτής του Βενιζέλου. Πέθανε το 1974.

Ο Αντώνης θυμάται πως η μητέρα του έπαιζε μαντολίνο, ζωγράφιζε και ήταν η πρώτη οικογένεια στη Σύρο που στόλισε χριστουγεννιάτικο δέντρο! Όλη η γειτονιά ερχόταν να το θαυμάσει γιατί είχε όμορφα στολίδια. Συχνά ντυνόντουσαν μασκαράδες, κάνανε γιορτές και παίζανε μουσική. O Αντώνης καταλήγει πως οι πρόσφυγες ήταν ανοιχτόκαρδοι και ξέραν πως να διασκεδάζουν και να περνούν καλά.

Image à la une :  Achille Mavromoustakis en train d’enseigner à l’Orphelinat Américain
Image insérée dans le texte : portrait d’Achille Mavromoustakis
Les photographies ont été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []
  2.  Με την ονομασία «Σεπτεμβριανά» έμεινε στην ιστορία το οργανωμένο πογκρόμ της νύκτας της 6ης Σεπτεμβρίου 1955, εξ ου και η ονομασία, που συνέβη στη Κωνσταντινούπολη, όπου καθοδηγούμενος τουρκικός όχλος προκάλεσε βίαια επεισόδια κατά των περιουσιών των Ελλήνων ομογενών, πλην όμως Τούρκων υπηκόων, καθώς και άλλων μη μουσουλμανικών μειονοτήτων, λεηλατώντας και πυρπολώντας ελληνικά καταστήματα, σπίτια, σχολεία και βεβηλώνοντας εκκλησίες ακόμα και νεκροταφεία δημιουργώντας τρομοκρατία και ανασφάλεια για τις υφιστάμενες μειονότητες. Αφορμή έδωσε μια βομβιστική επίθεση στο πατρικό σπίτι του Κεμάλ Ατατούρκ στην Θεσσαλονίκη, που αποδείχτηκε στην συνέχεια ότι ήταν σκηνοθετημένη προβοκάτσια από την ίδια τη τουρκική κυβέρνηση. []
  3. Η έναρξη γενικευμένων διωγμών ξεκίνησε κατά τα τέλη του 1913, με το τέλος των Βαλκανικών Πολέμων,ενώ αρχικός στόχος ήταν οι ελληνικοί πληθυσμοί της Ανατολικής Θράκης. Με την καθοδήγηση όμως Γερμανών συμβούλων της Οθωμανικής Αυτοκρατορία, από τον Μαϊού του 1914, οι διώξεις επεκτάθηκαν επίσης και στη δυτική Μικρά Ασία []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles