La recette du mois : les loukoums

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain le dernier lundi du mois. La recette de la semaine est celle des loukoums. Elle a été rédigée en collaboration avec Hélène Loukou et Ariane Néroulidis, chargées de la valorisation de la collection sonore sur les Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

La phonothèque de la MMSH traite actuellement un fonds sonore enregistré auprès de témoins de la première et seconde génération de grecs qui ont fuit la Turquie suite à la catastrophe de Smyrne en 1922 et se sont réfugiés sur l’île de Syros. Une partie d’entre eux ont travaillé comme pâtissiers sur l’île, avec comme spécialité le loukoum, tant est si bien qu’aujourd’hui Syros organise chaque année un festival du loukoum… Ce sont sans doute des grecs venus de l’île de Chios1 en 1832 qui ont apporté la recette sur l’île et ouvert des manufactures. Cette tradition s’est développée à Syros avec l’arrivée des réfugiés d’Asie-Mineure jusque dans les années 1960.  Certaines entreprises familiales ont été créées en Asie-Mineure bien avant les événements de 1922 et se sont perpétuées sur quatre générations jusqu’à aujourd’hui. Parmi les 29 entretiens de cette collection conservés à la phonothèque,  quatre confiseurs témoignent de cet essor : Christos Pavlidis, Giorgos Sikoutris, Nikolaos Kehagias, Evangelos Makropoulos,  Certains, comme Ilias Pavlidis, ont commencé à vendre des beignets sur la plage ou dans la rue, avant de créer leur propre pâtisserie. D’autres, comme Giorgos Sikoutris, originaire de Smyrne,  étaient déjà maîtres dans l’art des loukoums et ont contribué à faire du loukoum une spécialité locale2. Les saveurs des loukoums de Syros sont nombreuses, les plus courantes sont la rose, la pistache, la bergamote ou la noix de coco.

Si la recette n’est pas précisément indiquée dans les entretiens (secret de fabrication oblige) nous vous proposons d’écouter dans ce billet plusieurs histoires autour du loukoums et nous vous indiquons deux recettes – à la rose et à la pistache – qui s’en inspirent, au plus proche des ingrédients que les réfugiés pouvaient trouver sur l’île dans cette première partie du 20ème siècle.

Christos Pavlidis parle de ses parents, Ilias et Kalliopi, qui tenaient une pâtisserie sur le port de Smyrne. Après la grande catastrophe de 1922, ils survivent à Syros grâce à leur art, en se lançant comme vendeurs itinérants. Quelques années plus tard, Christos Pavlidis ouvre sa propre pâtisserie sur le port d’Ermoupoli, 40 rue Proïou.

Giorgos Sikoutris, né en 1907, est le grand-père de Agni Zissidou qui témoigne dans cet extrait. Sa famille avait un magasin de produits laitiers à Smyrne, c’est ainsi qu’il a appris à faire les loukoums alors qu’il savait à peine lire. En arrivant à Syros suite à la Catastrophe de 1922, Giorgos Sikoutris s’installe comme pâtissier et exerce ce métier jusqu’à sa mort en 1993.

Euthimia Kehagias, parle de son père Nikolaos Kehagias qui a quitté Smyrne à l’âge de 13 ans. Suite à la Catastrophe de 1922, ses parents s’installent à Thessalonique où ils ouvrent une pâtisserie. Désireux de créer sa propre entreprise, il se rend à Syros où il est aidé par des pâtissiers renommés, Apergis et Pagonis. Pour démarrer dans le métier, il collabore avec Giorgos Sikoutris (cf entretien n°4455). Ils commencent alors comme vendeurs itinérants, proposant leurs services lors des fêtes traditionnelles, puis ils louent un bateau pour faire du commerce sur l’île d’Icarie. Dans les années 1940, Nikolaos Kehagias ouvre sa propre pâtisserie sur le port d’Ermoupoli.

Loukoums à la rose et aux  pistaches 

Ingrédients : 75g de fécule de maïs (maïzena), 2 verres d’eau,  1 citron, 350g de sucre en poudre,  un peu de colorant alimentaire rouge3 et vert4 à laisser fondre dans un peu d’eau avec le colorant, 1 cl d’eau de rose,  des pistaches, du sucre glace, de la gélatine en feuille5

– Préparez un moule  rectangulaire pas trop haut (un moule à cake par exemple) pour une pâte d’une épaisseur d’environ 3 cm. Huilez le fond et les parois et saupoudrer d’un peu de fécule dans le fond.

– Dans une casserole, versez le sucre et le jus de citron, puis ajoutez le premier verre d’eau et faites chauffer à feu moyen, jusqu’à ébullition.

– Ajoutez en une fois la fécule délayée dans  le deuxième verre d’eau.

– Cuire à feu doux, sans cesser de remuer à l’aide d’une spatule en bois pendant 20 à 30 minutes.

– Dès que le sirop écume en surface, si le fond de la casserole ne se recouvre pas immédiatement, le sirop est alors suffisamment épais. Il faut faire attention à éviter la formation du caramel, car le sirop doit rester incolore.

– Ajoutez ensuite le colorant (mélangé à un peu de sucre glace et la gélatine diluée dans trois cuillères à soupe d’eau  ou eau de rose pour ceux à la rose ).

– Bien mélanger et cuire à nouveau 3 minutes,  versez la préparation dans le moule, incorporez à ce moment-là les pistaches si nécessaire.

– Lissez à la spatule, puis laissez reposer un moment le temps de refroidir.

– Coupez la pâte en dés à l’aide d’un couteau huilé à lame fine. Roulez au fur et à mesure dans un mélange moitié fécule moitié sucre glace. Renouvelez l’enrobage plusieurs fois si nécessaire.

*****

A voir à Syros, l’exposition sur l’histoire du loukoum au Musée de l’industrie – Centre de la culture technique  d’Ermoupoli. Dans une vidéo de présentation du musée des familles de réfugiés de quatrième génération expliquent la fabrication et l’histoire des loukoums.

Pour fabriquer ces confiserie en plus grande quantité ou voir la technique en image, une vidéo d’un fabricant de loukoums de Syros reprend (en langue grecque) la recette pas à pas.

Crédits : Mathilde Bresc pour la réalisation de la recette et les photographies des loukoums

Crédits photographiques : Loukoums au citron, JaHoVil (Jacques), 2007. (CC BY-NC-SA 2.0) et photographie à la une Loukoums photographiés par Laetitia (CC BY-NC 2.0).

  1. Chios est une île grecque de la mer Égée proche des côtes turques, connue pour sa production de mastic, gomme naturelle issue de la sève de lentisque. []
  2. La pâtisserie Sikoutris a participé à l’exposition du Musée industriel d’Ermoupoli sur l’histoire de la pâtisserie. []
  3. bio à base de betterave. []
  4. bio à base d’épinards. []
  5. Ici nous avons utilisé de la gélatine bio par choix personnel, les feuilles d’agar agar fonctionnent très bien ou encore, la pectine  de fruits. []

Fuir Smyrne en bateau en 1922

En 2013, la phonothèque de la MMSH a numérisé et traité une collection sonore déposée par les Archives historiques des Cyclades (Grèce) portant sur les réfugiés de la catastrophe de Smyrne de 1922 sur l’île de Syros. Une série de billets présente ces entretiens en langues française, grecque et anglaise.

Plusieurs témoignages issus de la collection sur les Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 évoquent la fuite en bateau des grecs de Smyrne et de sa région depuis les côtes d’Asie Mineure en septembre 1922. Sur les ports1 sont amarrés des bateaux grecs, français, américains et anglais qui vont transporter les grecs persécutés jusqu’en Grèce. Les récits de la fuite des réfugiés de la première et de la deuxième génération racontent les épreuves de la vie comme la  maladie,  la mort,  l’amitié ou encore l’amour.

Ceux qui habitent à l’intérieur des terres sont contraints de parcourir de longues distances à pied, en emportant seulement leurs enfants, comme la famille de Timonidou (entretien n°4465) qui est partie de la Haute-Mésopotamie jusqu’à Mersin ou encore la famille Chrisafidis (entretien n°4458) qui a fait le chemin d’Eskişehir jusqu’à Antalya. Ils racontent comment, pour éviter les mauvais traitements et les arrestations durant le voyage, ils échafaudent différentes ruses : les filles revêtent des vêtements d’homme, tandis que les garçons portent des pantalons plus courts pour paraître plus jeunes. Comme les autorités turques interdisent aux grecs de transporter des objets de valeur, les femmes cousent des pièces d’or dans le revers de leur jupon ou de leurs chaussettes, d’autres vont jusqu’à les avaler. Une fois obtenue une place – si convoitée – sur les bateaux surchargés, ils doivent encore affronter les dangers de la mer agitée et l’épidémie de typhus.

Ce billet reprend les récits directs et indirects de trois témoins : Despina Dimou, Despina Eleftheriadou et un réfugié qui a souhaité demeurer anonyme.

Despina Dimou est une réfugiée de la première génération originaire d’Aïvali, ville au nord-ouest de la mer Egée. Toute la famille a réussi à s’enfuir, à l’exception des grands-parents. Ils ont embarqué sur les bateaux nord-américains qui les ont conduit à Mytilène, sur l’île de Lesbos, située en face de la côte turque. Ils y ont vécu quelques temps puis se sont installés à Syros.

Despina Dimou : A Aïvali, des bateaux anglais et américains sont venus nous chercher.
Enquêtrice : Il y avait beaucoup de familles ?
Despina Dimou : Ceux qui voulaient partir, c’est à dire tous, puisqu’on pouvait pas rester, les turcs nous chassaient. Il m’est arrivé une aventure en route, comme on était des gens pieux, j’avais pris avec moi une icône… (l’informatrice se met à pleurer) (…) Ma mère avait de l’argent sur elle, des livres turques, qu’elle avait cousues dans l’ourlet de ses vêtements et les turcs n’ont rien remarqué. Mais ils lui ont pris autre chose, une petite montre je crois, qu’ils lui ont rendue par la suite en lui disant “nous ne prenons pas les accessoires féminins” Ils se sont comportés avec gentillesse, on ne peut pas dire le contraire. Mais nous, on tremblait comme des oiseaux. Puis on est partis à Mytilène.
Enquêtrice : Qu’est-ce que vous aviez pris d’autre avec vous ?
Despina Dimou : Pas grand chose : un matelas, une poule bouillie pour la manger.

Despina Eleftheriadou est une réfugiée de la deuxième génération. Elle raconte la fuite de ses parents originaires d’Istanbul (alors Constantinople) en reprenant le récit familial entendu dans sa jeunesse. Lors des événements de 1922, sa mère réussit à embarquer sur un bateau, avec sa mère et sa soeur. Sur le bateau elle rencontre son futur mari. A leur arrivée en Grèce à Ioannina, ils se marient et fondent une famille. Ils travaillent pendant 6 ans dans les usines de la région avant de s’installer à Syros.

Despina Eleftheriadou  : Ma mère m’a raconté : ils nous ont mis sur un bateau et nous avons voyagé pendant un mois. La saleté, nulle part où te laver, des poux, rien à manger… On pensait qu’on allait mourir sur le bateau.
Enquêtrice : Qui a réussi à s’enfuir dans votre famille?
Despina Eleftheriadou : Elle, sa mère, sa soeur…
Enquêtrice : Les femmes donc ?
Despina EleftheriadouToutes les femmes. Les hommes avaient été exilés et ils sont morts de faim et de soif.
Enquêtrice : Elles ont pu prendre des affaires avec elles ?
Despina EleftheriadouElles avaient seulement un matelas, qui nous a sauvé pendant l’Occupation car il était fait de laine à l’intérieur et ma mère fabriquait des vêtements pour les échanger dans des villages contre des pois chiches, du riz, de l’huile, des légumes… (…) Si vous savez ce que ces gens-là ont enduré : ils sont morts très fatigués et malheureux. (…)
Enquêtrice : Et qu’est-il arrivé après le bateau?
Despina EleftheriadouIls sont descendus à Ioannina et ils ont reçu de l’aide de l’Etat pour trouver un logement (…) C’est dans le bateau que ma mère a rencontré mon père. Il avait 17 ans et ils n’avaient pas réussi à l’attraper. Il avait dû s’enfuir car mon père était très malin. Elles étaient 6-7 femmes et il a proposé de les aider. Il dit à ma mère : “Tu me plais beaucoup et j’aimerais que tu deviennes ma femme”. Elle avait 14 ans.

Le troisième entretien présenté dans le billet a été enregistré auprès d’un réfugié de la première génération né à Ikonios en Asie Mineure. En 1922, il se dirige avec sa mère et ses trois frères et soeurs vers la ville de Mersin, sur la côte turque. Arrivés au port, sa mère cherche un moyen pour faire passer des pièces d’or par la douane. Elle fait alors appel à un voisin turc qui a eu une idée : il demande à sa mère d’amener des couteaux et autres ustensiles de cuisine avec de grands manches. Il ouvre une cachette dans les manches et cache les pièces à l’intérieur. Puis, ils en cache dans la doublure de leurs vêtements et leur fait avaler le reste. Ils réussissent à passer la douane sans être découverts. Ils voyagent ensuite dans un un bateau de transport où de milliers des gens sont entassés. Puis ils débarquent dans la ville de Nauplie, dans le Péloponnèse. Après un séjour à Tripoli, ils partent rejoindre des parents à Syros.

(extrait) L’informateur : Durant la catastrophe, nous sommes passés par Mersin. C’était le port où  les bateaux grecs arrivaient pour prendre  les réfugiés. Pour monter sur les bateaux nous devions passer la douane : ils nous avaient interdit de faire passer de l’or, mais nous pouvions emporter de la monnaie grecque, autant de billets qu’on voulait. Ma mère ne savait pas si en Grèce la monnaie turque allait être acceptée et elle s’inquiétait de savoir comment elle allait nourrir ses 4 enfants. On avait de l’or, beaucoup de pièces de livres turques, et elle réfléchissait à comment les faire passer à la douane (…)
Enquêtrice : En Grèce où êtes-vous allés ?
L’informateur : Avec le bateau, nous avons voyagé 7 jours et nous sommes arrivés à Nauplie. A Nauplie, ma mère a loué un logement. Après nous sommes allés à Tripoli, puis notre oncle a envoyé quelqu’un pour nous faire venir à Syros.

Crédits photographiques : photographie à la une Too crowded for comfort, 1921, Library of Congress. Pas de restrictions de droits connues.

Vignette de soundcloud : Smyrna, Silas and Anna Weaver Hertzler Papers. Middle East Photographs, 1919-20. HM1-197. Box 19 Folder 1 photo 1822. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Dans les entretiens, quatre ports sont cités par les réfugiés : Antalya, Istanbul – anciennement Constantinople-, Izmir – anciennement Smyrne -, Mersin. []

La recette du mois : le gratin de pissenlits

herbier

taraxacum graniticum,  ; Société pour l’échange des plantes vasculaires de l’Europe occidentale et du bassin Méditerranéen, Ed. P. Auquier, fasc. 16, 1974-1975, F. Billy, J.L. van Soest (Université de Strasbourg, Service Commun de la Documentation (dépôt BNU)

taraxacum

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain le dernier lundi du mois. La recette de la semaine est celle du gratin de pissenlit.

En 1998, dans l’enquête n° 4071 archivée à la phonothèque de la MMSH, Magali Amir, ethnobotaniste, enregistre Madame Miette Watt, une habitante de Saint-Vincent-sur-Jabron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle nous parle de son usage des plantes sauvages comestibles et  nous fait découvrir la recette du gratin de pissenlits :

pissenlit

Faire blanchir quelques minutes une assez grande quantité de pissenlits, puis les faire revenir avec un peu d’huile, ajouter deux oeufs, une cuillère de farine, un peu de lait, saler et mélanger le tout, faire gratiner au four en saupoudrant avec la chapelure que l’on a fait précédemment griller dans un peu d’huile d’olive à la poêle, mélangée à du persil haché et de l’ail.

gratin


Cette recette est l’occasion de signaler la mise en ligne de l’ouvrage de Dominique Villars, botaniste originaire des Hautes-Alpes1 : “Histoire des plantes du Dauphiné” (en 3 volumes : tome 1, tome 3, tome 4) éditeurs : Grenoble, chez l’Auteur et chez les Libraires. A Lyon, chez les frères et chez Piestre de La Molière. A Paris, chez Prévot , &c. M. DCC. LXXXIX) contenant une préface historique; un dictionnaire des termes de botanique; les classes, les familles, les genres, & les herborisations des environs de Grenoble, de la Grande Chartreuse, de Briançon, de Gap & de Montélimar. Celui -ci est conservé par service commun de documentation (SCD) de l’Université de Strasbourg (BNU de Strasbourg).

D’autres herbiers numérisés en ligne vous donnent la possibilité de  consulter les fiches des différentes variétés de pissenlit :
– Sur l’inventaire national du patrimoine naturel ;
– Dans l’herbier Rouy, numérisé par l’université de Lyon 1 ;
– Dans L’herbier de Jean-Frédéric Oberlin (récolte de 1781) ;
– Dans l’ouvrage de Magali Amir : enquêtes ethnobotaniques en Lubéron (1994-1995), réalisées avec le conseil de Pierre Lieutaghi, tome II, p. 206, les différents usages du pissenlit  y sont  également répertoriés. Consultable à la médiathèque de la MMSH sous la cote GL-20505 (2).

Crédits photographiques : Image à la une et photos de l’en-tête publiées avec l’aimable autorisation du SCD de l’Université de Strasbourg , dépôt BNU de Strasbourg. Pour les photographies du plat préparé et de la cueillette de pissenlits, Mathilde Bresc.


  1. Né à Noyer en 1745 dans les Hautes-Alpes, Dominique Villars a été professeur de l’Ecole Centrale de Grenoble, puis médecin titulaire de l’hôpital de Grenoble, et doyen de la Faculté de médecine de Strasbourg. []

Voulez-vous parler l’arabe ? Ecoutez… et répétez…

Des lectrices de la médiathèque de Berre-l’étang ont mené avec une bibliothécaireu au sein de l’espace documentation un projet de méthode de langue et d’exercices de prononciation. Celui-ci peut s’avérer très intéressant pour ceux qui cherchent à apprendre une langue avec des expressions de chaque jour, plus utiles que les phrases habituelles des méthodes qui vous permettent certes de réserver des chambres d’hôtel mais pas vraiment de parler de vous.

Cette série d’exercices a été créé de toute pièce dans le cadre d’un atelier composé de femmes de toutes origines, engagées dans un programme d’insertion porté par l’association GDID à Berre-l’Étang1. Le thème présenté ici est celui de la rencontre et des présentations mais d’autres thématiques viendront (nous les ajouterons à ce billet) et d’autres langues sont à venir.

Les participantes à l’atelier ont choisi leurs thématiques, écrit leurs textes sous Libre Office, enregistré les fichiers son, utilisé Audacity pour le montage et chargé les fichiers sous Archive.org en choisissant leur licence Creative Commons (BY-NC-SA). La plupart d’entre elles n’avaient jamais utilisé un  ordinateur ni enregistré quoi que soit… Voilà un bel usage du son comme moyen pédagogique pour apprendre et transmettre !

Les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Corinne Cassé à la Médiathèque de Berre – Espace documentation et Internet, 2, rue Lafayette, 13130 Berre l’étang.  Tél : 04.42.74.93.85

Crédits photographiques : Image from page 200 of Arabic grammar, paradigms, literature, exercises and glossary (1895), Internet Archive, domaine public.

  1. Créé en 2008, le groupement GDID est constitué de trois associations unies par le même projet associatif Centremploi, Proxim’Services-Famillemplois et PAIS. sur Berre. []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922

Une des collections sonores traitées par la phonothèque au cours du premier trimestre 2015 porte sur des témoignages en langue grecque. Ils ont été enregistrés auprès de réfugiés de la première et deuxième génération arrivés d’Asie Mineure en 1922 et installés sur l’île de Syros. Les archives qui documentent cette population de réfugiés étant clairsemées, les Archives Historiques des Cyclades avaient voulu enregistrer le témoignage de ceux qui pouvaient encore raconter ces évènements, de manière directe ou indirecte. Entre 1996 et 2001 une campagne de collecte a été lancée sous la direction d’un historien1. Vingt-neuf entretiens ont été réalisés par deux historiens et une archiviste rattachés aux Archives Historiques des Cyclades. Ces enregistrements ont été numérisés à la phonothèque de la MMSH en 2013 et sont en cours d’analyse, en langues française et grecque. Les supports originaux (27 cassettes) seront conservés aux Archives historiques des Cyclades où une copie numérique des enregistrements accompagnée du traitement des archives en langue grecque y sera bientôt accessible.

A l’époque de la Grande catastrophe, le port d’Ermoupoli, faisait de Syros un centre commercial important et sa zone industrielle offrait un bassin d’emplois conséquent (chantier naval, tanneries et filatures textiles…) ce qui explique en partie que l’île ait pu être une destination pour les réfugiés de Smyrne. Les registres des Archives Historiques des Cyclades indiquent que le nombre des réfugiés  arrivés à Syros peu après la Grande catastrophe a pu atteindre les 7 800 personnes, principalement des femmes et des enfants. Une autre raison de l’arrivée de ces réfugiés a pu être l’installation d’un orphelinat américain, construit à côté d’Ermoupoli en 1923 qui a accueilli des milliers d’orphelins, en majorité d’origine grecque et arménienne2.  La plupart des réfugiés arrivaient des grandes villes d’Asie Mineure : Smyrne, Cilicie, Aïdini, Trébizonde, Halicarnasse, Mésopotamie et Constantinople.3

Dans leurs récits, les réfugiés reconstituent des bribes de leur vie en Asie Mineure avant 1922. Ils évoquent leurs liens avec les habitants de la Turquie d’alors, et plusieurs aspects de leur culture : leurs métiers, leur niveau de vie, leur éducation, leur pratique de la religion, leur vie quotidienne, leurs traditions familiales. A partir de 1922, les réfugiés racontent l’épisode de leur fuite vers la Grèce,4 un pays qui, à cette époque, souffre de la misère et de la pauvreté. Dans cette “nouvelle patrie”, les réfugiés essaient de trouver un travail, de nourrir leurs familles et d’améliorer leurs conditions de vie. L’état grec tente d’accueillir au mieux ces nouvelles populations et de leur fournir une indemnité de guerre. L’intégration des micrasiates en Grèce ne se fait pas sans heurts et nombre d’entre eux se font exploiter : les enfants doivent travailler dès leur plus jeune âge, les salaires sont extrêmement bas – et parfois difficiles à obtenir -, la durée du temps de travail excessive.

Certains commerçants ou artisans vont toutefois tirer parti du contexte cosmopolite et de l’activité commerciale du port d’Ermoupoli et saisir l’occasion de réussir leur nouvelle vie. A travers certains témoignages, comme celui d’Antonis Mavromoustakis (enquête n°4443) quand il évoque le travail réalisé par son père, un des fondateurs de l’association “Union des réfugiés des Cyclades”, on peut saisir la solidarité qui se noue entre les réfugiés et la façon dont ils essaient, à travers la fondation de leurs propres regroupements et associations, d’améliorer leur sort.

Quand il est arrivé d’Asie Mineure, comme il était instituteur et qu’il avait une certaine éducation, il a compté parmi les fondateurs de l’association “Union des Réfugiés des Cyclades” qui avait comme mission d’aider les réfugiés à vivre dans de bonnes conditions. C’est grâce à l’action de cette association qu’a été aménagé le premier quartier pour réfugiés à Xirokampos.

A partir des années 1940, au moment où les réfugiés commencent à laisser derrière eux le souvenir de la Grande catastrophe, un autre épisode historique survient : l’occupation de la Grèce et ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Les réfugiés connaissent de nouveau la famine, la peur, la lutte pour la survie. Malgré les difficultés constantes, dans ces discours personnels transparaît la joie de vivre des réfugiés, à travers les fêtes et la musique orientale qui font partie de leurs traditions. Nous vous proposons de vous présenter ce fonds sonore dans une série de billets à venir sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Refugees from Asia Minor, 1922, Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

  1. Christos Loukos, aujourd’hui retraité, alors rattaché à l’Université de Crète, a suivi le projet et a déposé les archives à la phonothèque de la MMSH []
  2. La population arménienne avait été victime d’un génocide en 1915 qui a fait de 1,2 à 1,5 victimes []
  3. Nous renvoyons ici vers l’article collectif paru en 1999 sous le titre “Les réfugiés d’Asie Mineure à Ermoupoli : premières hypothèses d’une recherche sur les questions de leur installation et de leur intégration” Οι Μικρασιάτες πρόσφυγες στην Ερμούπολη. Πρώτες υποθέσεις μιας έρευνας για τα προβλήματα εγκατάστασης και ενσωμάτωσης”, Εταιρεία Σπουδών Νεοελληνικού Πολιτισμού και Γενικής Παιδείας (εκδ.), Ο ξεριζωμός και η άλλη πατρίδα. Οι προσφυγουπόλεις στην Ελλάδα.. Επιστημονικό Συμπόσιο (11 και 12 Απριλίου 1997), Αθήνα [1999], σ. 203-214. []
  4. En septembre 1922, à la fin de la guerre d’indépendance, l’armée de Mustafa Kemal se livre aux pillages et aux meurtres contre les populations grecque et arménienne. []

Voyage au son de la Méditerranée = ταξιδευοντας με ηχους της μεσογειου

Ce billet est une présentation des activités de la Phonothèque de la MMSH en langue grecque. Notons qu’un certain nombre de notices sur Ganoub mentionnent la Grèce, à travers des récits de migrants, concerts, conférences… En collaboration avec les Archives des Cyclades, un corpus sur les réfugiés d’Asie Mineure sur l’île de Syros en 1922 en langue grecque est actuellement en cours de traitement par deux locutrices grecques. Voilà plusieurs raisons de mettre à l’honneur le berceau de la Méditerranée…

Η Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme-MMSH) έχει ως στόχο τη συγκέντρωση, από την ευρύτερη γεωγραφική περιφέρεια της Μεσογείου, ηχογραφήσεων που κρίνονται ότι έχουν αξία εθνολογική, κοινωνιολογική, γλωσσολογική, ιστορική, μουσικολογική και λογοτεχνική.

Τα τεκμήρια της Φωνοθήκης παρέχουν, από τη σκοπιά των προφορικών μαρτυριών, γνώσεις και πληροφορίες που δεν καλύπτονται από τις συμβατικές πηγές πληροφόρησης και συγχρόνως εμπλουτίζουν τις υπάρχουσες.

Οι ηχογραφήσεις έχουν κατατεθεί από ερευνητές που ασχολούνται με την προφορική ιστορία ή από συλλόγους που υποστηρίζουν την τοπική κληρονομιά.

Σε συνεργασία με τη Φωνοθήκη και ανάλογα με τις θεματικές οι ερευνητές ορίζουν τις προϋποθέσεις υπό τις οποίες επιθυμούν να γίνεται η πρόσβαση των δεδομένων τους.

Η Φωνοθήκη μεταδίδει τα ακουστικά αρχεία, προσέχοντας ιδιαίτερα τα ευαίσθητα δεοντολογικά ζητήματα.

Τι μπορούμε να βρούμε στη Φωνοθήκη του MMSH ;

Στη Φωνοθήκη έχουν κατατεθεί πάνω από 7.000 ώρες ηχογραφήσεων από το 1950 έως σήμερα.

Οι ηχογραφήσεις βασίζονται σε τέσσερις άξονες :

– Άυλη πολιτιστική κληρονομιά

– Προφορική ιστορία, ζωντανές μαρτυρίες και συλλογικές αναμνήσεις

– Γλωσσική και πολιτιστική ταυτότητα

– Eπιστημολογία και μέθοδοι: εργαστήρια, σεμινάρια και μαθήματα

Πώς να ακούσουμε τις ηχητικές συλλογές ;

Η Φωνοθήκη είναι ανοικτή για το κοινό τις καθημερινές (επίσκεψη κατόπιν ραντεβού).

Μέσω της βάσης δεδομένων  Ganoub1, o χρήστης έχει τη δυνατότητα σύνθετης και απλής αναζήτησης και πρόσβασης στις τεκμηριωμένες πληροφορίες. Εάν δεν υπάρχουν δεοντολογικά ζητήματα, ο χρήστης μπορεί να ακούσει διαδικτυακά τις ηχογραφήσεις.

Μια Φωνοθήκη που λειτουργεί δικτυακά :

Η βάση Ganoub είναι προσβάσιμη από  τις παρακάτω πλατφόρμες αναζήτησης :

Η πλατφόρμα Le portail du patrimoine oral που έχει τη δυνατότητα ταυτόχρονης αναζήτησης σε δέκα ηχητικά αρχεία στη Γαλλία.

Η πλατφόρμα Isidore δίνει πρόσβαση σε ψηφιακά και ψηφιοποιημένα δεδομένα σε ποικίλες μορφές που αφορούν τον τομέα των Κοινωνικών και Ανθρωπιστικών Επιστημών.

Η πλατφόρμα Calames είναι ένας online κατάλογος με αρχεία και χειρόγραφα για την τριτοβάθμια εκπαίδευση.

Από το Φεβρουάριο του 2014, η Φωνοθήκη  συμμετέχει στο πρόγραμμα Europeana Sounds. Το συγκεκριμένο πρόγραμμα συντονίζεται από τη British Library και συνεργάζεται με 24 εθνικές βιβλιοθήκες, ιδρύματα και ερευνητικά κέντρα που σχετίζονται με τον ήχο, σε 12 ευρωπαϊκές χώρες.

7184678297_efe5087bdd_z

Crédits photographiques :

Syros Port, 1961, Jamwillemsen. CC BY-NC-SA 2.0.

Spacecraft 2 TV-11967-1968, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restrictions de droits connues.

  1. O Nότος στη αραβική γλώσσα []

Le témoin à l’écran : approches comparées

Les 13 avril l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS), l’UMR LARHRA (UMR 5190 CNRS), le Centre Ceisme (CIM Paris EA1484), la Phonothèque et le Pôle Image, son, pratiques du numérique de la MMSH, le programme de Post-graduaçao Communication et Culture de la Faculté de Communication de Salvador de Bahia, le groupe de recherche Images et sociabilité de l’Université du Minas Gerais (Grupos de Pesquisa em Imagem e Sociabilidade – Gris), le groupe Médias, Mémoire et Amnésie de l’Université de Rio de Janeiro organisent une journées d’étude sur le thème “Le témoin à l’écran : approches comparées”. Cette journées se tient dans le cadre du programme “Patrimoine, images-médias identités” (PIMI), financé dans le cadre d’un projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS. La journée du 13 avril est ouverte à tou.te.s et sera suivi d’une réunion de travail restreinte, le 14 avril, pour mettre en place l’organisation du projet.

Date :13 avril 2015

Lieu : salle Paul-Albert Février

Horaires : 9h-18h

Le témoin à l’écran : approches comparées, programme

9h Accueil par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME

Présidence de séance Vera Regina França (Minas Gerais)

9h20 Evelyne Cohen (LARHRA) et Itania Gomes (UFBA-POSCOM) coordinatrices France-Brésil du programme PIMI
9 h30 Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS) et Anne-Marie Granet (LARHRA) Le témoin à l’écran. Questionnements et perspectives.

10 heures François Jost (CIM-CEISME) Pour une typologie du témoignage télévisuel

10h30-11 heures pause

Présidence de séance Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS)

11 heures Itania Maria Mota Gomes e Juliana Freire Gutmann (Universidade Federal da Bahia) « Le témoin oculaire de l’histoire” ou celui qui “vit les faits du dedans au dehors »? La construction du reporter-témoin à la télévision brésilienne

11 heures 30 Marie-France Chambat Houillon(CIM-CEISME) La sincérité du témoin

12h Discussion

12h30 Déjeuner

13 h45 Reprise

Présidence de séance François Jost

14 h Vera Regina França e Graziela Mello Vianna (Universidade Federal de Minas Gerais)
Témoignages dans les médias: pluralité des voix ou stratégie mercantile? 

14h35 Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH- USR 3125) European sounds : donner à entendre le patrimoine sonore européen 
15 h Ana Paula Goulart (Universidade Federal do Rio de Janeiro) e Igor Sacramento (Fundação Oswaldo Cruz/ Universidade Federal do Rio de Janeiro) Témoignages de la répression et de la résistance: les images de télévision du Brésil en 1968 

15h35-15h50 Pause

Présidence de séance Anne-Marie Granet Abisset

16 h Djamel Achour Responsable de l’association Anonymal TV La télé au coeur de la cité. Autour du film Jas de Bouffan, reflets d’une mémoire

16h30 Sophie Gebeil (TELEMME, AMU-CNRS) Mémoires locales à l’ère de l’internet : l’association AnonymalTV

http://www.anonymal.tv/ et extraits du film de D. Achour http://www.anonymal.tv/web-tv/emissions/les…/item/reflet-d-une-me-moire

17 h- 17 heures 45  Discussion sur les interventions de la journée .

 

N.B La traduction du brésilien au français sera assurée par Mariana de Souza Gomes (CEISME)

Information sur la journée en langue portugaise.

 

Programme de travail de la journée du 14 avril :

Axes du projet

Présidence de séance Marie-France Chambat Houillon
9 h30 Evelyne Cohen Rappel du programme déposé  PIMI
9h50 Isabelle Gaillard Dimensions économiques : l’émergence et l’essor d’un genre stratégique dans l’économie des chaînes de télévision privée française: la série (des années 1980 à aujourd’hui)
10h15-10h45 Discussion
1/ De l’archive audiovisuelle à sa constitution en patrimoine
2/ Programmes de télévision et genres médiatiques comparés
3/ Etudes des formes télévisuelles de mise en récit et de mise en scène du témoignage
4/ Proposition de formation doctorale : L’atelier numérique des savoirs en sciences humaines et sociales
10h45-11h15 Pause
Présidence de séance Itania Gomes
11h15-11h30 Géraldine Poels (Ina)
11h30- 12 h30  propositions sur les différents axes-Responsables par axes

Présidence de séance Evelyne Cohen
14 heures-17 heures  Calendrier et organisation de PIMI

 

Crédits photographiques de l’image “à la une” : Convair/General Dynamics Plant and Personnel Corporation – F-102/F-106, 1955-1969, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restriction de droits connues.

La recette du mois : les panisses à la pommes de terre

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain le dernier lundi du mois. La recette de la semaine est celle desPanisses à la pomme de terre”

panisses

En Provence,  les panisses,  s’appellent également “Brigadèu”1,  elles  sont habituellement confectionnées avec de la farine de pois chiches. Curieusement, le “Reboul” dont nous possédons l’édition de 1900 et qui, habituellement,  est notre référence culinaire provençale n’en fait pas mention. Vous pourrez toutefois en trouver deux versions :

– la première dans l’ouvrage collectif Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud2.

– la seconde dans le livre la cuisine provençale de tradition populaire  par René Jouveau, édité par Imprimerie Bene3.

Ces deux  ouvrages  sont consultables à la Médiathèque de la MMSH.


Cherchez sur le Trésor du Félibrige les articles “brigadèu” et “panisso”

Dans l’entretien enregistré en 1982 que nous vous proposons d’écouter ce lundi (enquête n° 2722 ), Madame Marie-Pauline Cottalorda, habitante de Breil-sur-Roya, indique à Danièle Musset4 sa façon de procéder pour réaliser ces panisses à base de pommes-de-terre :

Voilà plus précisément comment procéder :
– Couper des tranches de pommes de terre fines ;
– Faire bouillir ces tranches dans un peu de lait ou d’huile d’olive ;
– Lorsque les pommes-de-terre sont fondantes ajouter de la farine et cuire tout en tournant 30 minutes (le geste se fait ici, avec une spatule en bois de buis) ;
– Verser la préparation dans un moule, laisser refroidir ;
– Couper en tranche et faire frire.DSCN2319

Vous trouverez la suite de la recette et les variantes de celle-ci dans l’ouvrage de Danielle Musset, Les plantes alimentaires de la vallée de la Roya, fiche recette n° 21 page 1915  que nous vous avons proposé de lire en ligne dans un de nos précédents billets.

Crédits photographiques :
– Image à la une  : Mr. & Mrs. Turtledove’s New French Cook, par Rau, William H., 1902, Southern Methodist University, Central University Libraries, DeGolyer Library. Pas de restrictions de droits connues ;
– Couverture de l’ouvrage Cuisine de tradition du Var et des Alpes du Sud, vous pouvez l’empruntez à la bibliothèque de la médiathèque de la MMSH ;
– Trésor du félibrige : dictionaire numérisé et recherche par mot possible sur le site d’Occitanica.eu : http://occitanica.eu/omeka/lou-tresor-dou-felibrige
– Panisses : photographies  et réalisation de la recette  par Mathilde Bresc, mars 2015.

  1. Le brigadèu a le sens de bouillie dans Le trésor du Félibrige, . []
  2. La recette est à la page 24. Cet ouvrage collectif du Centre culturel  Provençal de Draguignan, publié par Edisud, était dirigé par Georges Domenge, cote F.ME 641 CUI. Vous pouvez écouter l’enquête qu’il a enregistré de la recette sur le site des archives départementales du Var, séquence 27. []
  3. La recette est à la page 107, cote 12-20537 []
  4. D. Musset ethnologue et ancienne directrice du Musée de Salagon []
  5. Ministère de la Culture Mission du Patrimoine ethnologique, Parc du Mercantour, Ateliers méditerranéens expérimentaux, novembre 1983, 216p, 39 fiches, 15 illustrations []

La question de l’identité numérique appliquée à la diffusion des archives sonores

La faculté de droit de l’Université d’Aix-Marseille a inauguré vendredi 13 mars 2015 la première d’une série de colloques en droit des technologies de l’information. Ce cycle est dédié à la nouvelle génération de juristes :  “Junior researchers and phd students in it law raise their voice” . L’objectif de cette première édition était de donner la parole à de jeunes doctorants en droit sur la question des données en ligne, avec  des invités venus de toute l’Europe : Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse et France.

La journée était divisée en 4 axes liés au contexte du numérique : “droit de la protection des données à caractère personnel”, “droit de la propriété intellectuelle”, “droit et exposition en ligne”, et “droit du commerce électronique”. En lien avec les problématiques de la phonothèque, j’ai sélectionné les trois présentations suivantes :
International juridiction on online intellectual property infrigements pursuant to Brussels I, présenté par M. Ioannidis Revolidis, doctorant et assistant académique au centre de recherche de l’université d’Hanovre (Allemagne)
– Juridiction on Internet defamation, présenté par M. Michel-José Reymond, post-doctorant à la faculté de droit de l’université de Genève (Suisse)
– Frontières de la personnalité juridique et identité numérique, présenté par Jean-Charles Ize, doctorant en droit de l’université Aix-Marseille.
Cette dernière intervention permet d’interroger la question de l’identité numérique dans le contexte des archives sonores.

En effet, la question de l’e-reputation se pose pour les entreprises, mais aussi pour les individus : notre réputation fait partie intégrante de notre identité numérique. Par ailleurs, contrairement à notre personne physique, notre identité numérique peut se prolonger au delà de notre vie terrestre.

Pour les nouvelles générations, la virginité numérique n’est pas toujours acquise car certains parents, qu’on appelle “sharents”1 partagent des informations à outrance au sujet de leur enfant, et ce avant même sa naissance. Or la diffusion de documents confidentiels tels que les échographies pose question, car porteurs d’informations médicales2

Pour les personnes défuntes également, l’identité numérique se poursuit à travers des sites de commémoration. A ce titre, les réseaux sociaux font débat, car il devient possible de désigner un légataire. En effet, au décès de son titulaire, le droit d’administration des données personnelles est confié à ses héritiers, selon la loi informatique et libertés (cf articles 40 et 56 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978). Lors du colloque, un débat a été soulevé pour savoir si ce droit d’administration relevait plutôt du droit de propriété ou davantage du droit moral.

On constate aussi l’émergence de réseaux sociaux pour les morts, comme After Me et Elsway, Les réseaux sociaux permettent également de redonner la parole à des personnes décédées, comme c’est souvent le cas avec des personnalités. En cas d’abus, il s’agit d’une atteinte à la dignité humaine, protégé par l’article 16 du Code civil qui “interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de la vie”  Contrairement à l’atteinte à la vie privée, la dignité humaine concerne autant les vivants que les morts.

En somme, l’identité numérique d’un individu précède et survit à sa personnalité juridique.

Les données à caractère personnel sont devenues un héritage transmissible à part entière, au même titre que les biens physiques.
Toutefois en cas d’absence d’héritier, de volonté du défunt concernant le traitement de ces données, et d’atteinte à la dignité, la personne devient alors un “fantôme numérique”
Si elle perdure dans le temps, notre identité numérique sera-t-elle un jour redécouverte par les archéologues du futur ?

Avec la mise en ligne d’archives sonores, à son échelle, la phonothèque de la MMSH est peut-être devenue une garante de ces “identités numériques”. En effet, elle porte une responsabilité dans l’administration de ces enregistrements, datant de l’époque pré-internet. C’est pourquoi elle obéit à des principes éthiques qui protègent la dignité humaine des personnes.

Crédits photographiques : Glucksman Library. Computers/word processors at NIHE. Domaine public

  1. share+parents []
  2. en 2014 des photos montrant d’allaitement avaient été censurées sur Facebook, interdiction qui a finalement été levée []

Le son au travail

Six musées européens ont réuni leurs collections sonores et audiovisuelles pour créer un site qui nous fait entrer dans l’environnement sonore du travail. La carte est certes nordique puisque Travailler avec les son / Work With Sounds réunit les collections en Pologne du Museum of Municipal Engineering Krakow, en Slovénie du Technical museum of Slovenia, en Allemagne du LWL-Industriemuseum Dortmund, en Finlande Finnish Labour Museum Werstas Tampere, en Belgique du Musée bruxellois de l’industrie et du travail, appelé plus simplement La Fonderie et en Suède, du Museum of Work Norrköping… mais – comme pour le projet Flickr the Commons – peut-être que d’autres collections ne tarderont pas à s’ajouter, comme celles du CRESSON qui a déjà beaucoup travaillé sur ces questions.

Les enregistrements traversent les siècles depuis l’invention de l’enregistrement à nos jours et suit les travailleurs sur la terre, dans le ciel ou sur l’eau.  Tous les sons peuvent être téléchargés et réutilisés sous une licence Creatives Commons.

A écouter sur http://www.workwithsounds.eu

Crédits photographiques : Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 Original Caption: Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 U.S. National Archives’ Local Identifier: 412-DA-2466. Pas de restrictions de droit connues.

A propos d'archives sonores et audiovisuelles