Les tweets de deux journées autour du patrimoine culturel immatériel dans le Morvan

Pour vous donner une idée des échanges et des expériences présentées lors des journées qui ont lieu à la Maison du Patrimoine oral de Bourgogne dans le Morvan à Anost autour des projets participatifs en Europe (Italie, Flandre, France, Pays-Basque) et en Guyane en lien avec lePCI,  voilà le fil des tweets #rencontresPCIanost.

 

Le programme des ces deux journées est accessible ici. Elles ont été organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

“La compagnie de ce charmant repas est si jolie que je ne la quitte pas”

La commission documentation de la FAMDT doit être de belle compagnie puisque voilà bientôt 20 ans qu’elle échange, archive, publie, valorise des enregistrements de terrain… Pour mieux faire connaître leur travail et faire entendre les voix des anonymes conservées dans les centres de ressources liés à la FAMDT, les documentalistes ont décidé de proposer un tour sonores de leurs archives. Celui qui est proposé dans ce premier billet, présente des chants, des recettes et des ambiances de repas que vous pouvez retrouver et réécouter sur les différentes bases de données du réseau FAMDT ou sur le Portail du patrimoine oral, catalogue collectif de l’ensemble des centres de ressources associés à ce réseau.

imagedastum

La chanson dont les premiers vers donnent le titre du billet, est interprétée par Marie Rigodias originaire de Saint-Rémy-sur-Durolle. Elle a été enregistrée par Jean Dumas un été de 1960 quand il arpentait le Puy-de-Dôme avec son magnétophone à bandes. Aujourd’hui cette chanson peut être entendue et restituée dans son contexte de collecte et avec les documents associés à l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne – AMTA.


Enquête n°AMTA0287

Dans les collectes de Jean Dumas, vous trouverez d’autres chansons issues du répertoire du territoire de Saint-Rémy-sur-Durolle, que Marie Rigodias – surnommée “La Fouine” – aimait chanter. Elle avait une prédilection pour les chansons gaies et sa maîtrise du timbre, ses ornementations, son interprétation au rythme soutenu, lui donnait une place particulière dans les chanteuses de la région1.

Passons aux plats de résistance ! En Catalogne les escargots se mangent grillés dans leur coquilles, simplement accommodés d’herbes, de sel et de poivre. Dans les années 1950, la Compagnie des gais troubadours catalans interprète un chant en l’honneur de la Cargolata composé par un de ses membres, Georges Barthès en 19402. Si vous souhaitez consulter les paroles de ce chant qui précise la recette des escargots au four à l’ail et au piment, vous pouvez vous rendre au CIMP – Centre Internacional de Música Popular où il est archivé3. Vous y découvrirez également un musée des instruments de musiques traditionnelles.

La liste des plats d’un menu se prête bien aux chansons traditionnelles dites énumératives ou randonnées : voilà deux chansons qui viennent illustrer cet exemple.

“La Première partie de la foire à la Loire” a été collectée puis archivée par l’association normande La Loure, a été répertoriée dès 1903 par nombre de collecteurs en France et au Canada. La foire de la Loire. Cette chanson de noces, dresse une table où Pantagruel se trouverait à l’aise.

Enquête  n°0756-02

Dans cette chanson collectée en 1980 et archivée à la Maison du patrimoine oral,  la semaine en Bourgogne débute chichement par une soupe bouillie et se termine de façon satirique comme un air de vêpres au milieu des victuailles, la chanteuse parodiant l’intonation du prêtre qui fait sa messe.

Enquête MPOB n°1257a02_03

amtaA table, il ne suffit pas de chanter, il faut aussi manger ! Les collecteurs du réseau de la FAMDT ne se sont pas limités aux oeuvres orales, ils ont aussi pris en compte le contexte culturel des témoins qu’ils enregistraient. Ainsi, dans ce domaine nombre de recettes anciennes et de façon de se mettre à table sont rapportées par toutes les voix qui se croisent sur le Portail du patrimoine oral :

– Les recettes de beignets, boudin et civet de lapin délivrées en occitan par Angèle Chabeaudie, née au village de Montazeau (commune de Rochechouart) en Haute-Vienne. Son répertoire de chansons traditionnelles et ses récits de la vie au village ont été enregistrés par Robert Dagnas dans le cadre de l’Institut d’études occitane du Limousin, dont les collectages sont conservés et valorisé par le CRMTL – Centre régional musique traditionnelles en Limousin.

– La recette des miques au miel, aux farines de maïs et de blé, enregistrée auprès de Mademoiselle Jamet à Bazadals (33) est elle conservée et valorisée par le COMDT – centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles.

Enquête n°2581-2

– Dans le Poitou, Paul et Aline Micheneau, originaires de Moncoutant nous racontent4 comment on fabriquait les tourtisseaux, délicieux petits morceaux de pâtes sucrées frites

Enquête n°003775_55

– Enfin, la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme5 offre dans ses archives de nombreuses recettes et d’enquêtes autour de la commensalité. Voilà ici, dans un extrait en langue occitane enregistré en 1965, la présentation des plats de fête tout au long de l’année en Provence :

Enquête n°MMSH4652 – cote F3581

C’est avec les plats de fête que nous quittons cette belle compagnie… d’autres tours de France sonores vous seront présentés prochainement. Toutes ces archives peuvent être écoutées à partir de vos recherches sur le Portail du patrimoine oral.

Les auteurs du billet : Stéphanie Coulais (CERDO), Yvon Davy (La Loure), Eric Desgrugillers (AMTA), Eva Durif (CRMTL), Véronique Ginouvès (MMSH), Marie Grollier (CIMP), Marie-Laure Labois et Michaël O’Sullivan (MPOB), Jean-Luc Ramel (Dastum), Gwenaëlle Sarrat (COMDT).

Crédits photographiques :  Repas des anciens a Ploneour Lanvern (N° inv. 3738203)  [s.n.]Le Roy, Y. (Loguivy-Plougras) éditeur ), vers 1903, sur la photo à la une, puis collectage de Jean Dumas dans les années 1960 source AMTA enfin “Environs de la Roche Bernard : Noce bretonne, le repas” vers 1903 issue des archives de l’association Dastum.

 

  1. A propos de l’interprétation des chanteurs traditionnels d’Auvergne, nous vous renvoyons à la lecture du mémoire de diplôme de fin d’étude des musiques traditionnelles d’Éric Desgrugillers, documentaliste à l’AMTA accessible en ligne. []
  2. Ce plat local sonore interprété par un orchestre de guitares, mandolines et luths, a été dépeint par l’auteure catalane Llúcia Bartre comme « (…) Una cançó descascada, llisa com un allioli, rica de pebrina i de veritat» – une chanson dépouillées, lisse comme une aïoli, riche de poivrons et de vérités []
  3. L’archive présentée dans ce billet fait partie du fonds de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, laboratoire du Centre d’ethnologie française), aujourd’hui MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Comme pour l’ensemble du réseau documentaires de la FAMDT, des copies des enregistrements inédits réalisés dans le cadre de missions du CEF ont été déposées dans les centres de ressources. Ce chant fait partie des fonds fonds collectés en Catalogne française (Roussillon) et déposé au CIMP en novembre 2012. Pour la diffusion de ce chant, nous remercions les archives du MuCEM de nous avoir donné l’autorisation de l’écoute en ligne, []
  4. L’enregistrement a été réalisé par l’association ARCuP en 1985. Les recettes ont été publiées chez Geste Editions en 2015. []
  5. N’oubliez pas tous les derniers lundi du mois d’aller sur le carnet de a phonothèque de la MMSH, une recette issue de ses archives sonores vous est présentée []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : entretien avec les soeurs General = συνεντευξη με τις αδελφες Ζενεραλ

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Deux soeurs, issues d’une famille de réfugiés sur l’île de Syros, évoquent les récits de leur  père Zosef General qui a vécu l’incendie de Smyrne à l’âge de 27 ans 

Δύο αδελφές από προσφυγική οικογένεια, μας αφηγούνται την ζωή του πατέρα τους Ζοζέφ Ζενεράλ που έζησε την καταστροφή της Σμύρνης στην ηλικία των 27 χρονών. Ηχογραφήθηκε στις 8 Αυγούστου του 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου  για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

Οι αδελφές Ζενεράλ, η Αντουανέτα και η Ελεονώρα, αφηγούνται την ιστορία του πατέρα τους Ζοζέφ-Ιωσήφ Ζενεράλ  από τη Σμύρνη, που επιβίωσε από την μεγάλη πυρκαγιά του 1922.  Η Αντουανέτα Zενεράλ γεννήθηκε στην Ερμούπολη της Σύρου το 1928 και εργάστηκε σε υπηρεσία ηλεκτροδότησης. Η Ελεονόρα Ζενεράλ γεννήθηκε το 1931, επίσης στην Ερμούπολη  και δούλευε σαν έμπορος ψιλικών. Ο Ζοζέφ γεννήθηκε στη Μασσαλία το 1895 και τέλειωσε το γαλλικό γυμνάσιο, ενώ ο πατέρας του ήταν Γάλλος και δούλευε στους γαλλικούς σιδηροδρόμουs. Μετά από χρόνια, εγκαταστάθηκαν στο προάστιο Μπουρνόβα της Σμύρνης. Ο Ζοζέφ  δούλευε εκεί σαν ηλεκτρολόγος και είχε καλή οικονομική κατάσταση. Η συμβίωση με τους Τούρκους ήταν ήρεμη, είχαν προσωπικές σχέσεις και συνεργαζόντουσαν συχνά. Toν Φεβρουάριο του 1922, παντρεύτηκε μία κοπέλα με το πατρώνυμο Ψύλλα από την γειτονιά Κορδελιό, ενώ οι γονείς της είχαν καταγωγή από Χίο. Επτά μήνες μετά  έγινε το μεγάλο πογκρόμ και η ομαδική φυγή. Οι αδελφές Ζενεράλ ανακαλούν τις ημέρες της καταστροφής από αφηγήσεις του Ζοζέφ : επικρατούσε πανικός, καιγόταν όλη η προκυμαία της Σμύρνης και ο τούρκικος στρατός σκότωνε τους άντρες που προσπαθούσαν να επιβιβαστούν στα πλοία. Χάρη στη βοήθεια ενός Ιταλού, ο Ζοζέφ κατάφερε να φυγαδέψει την οικογένειά του σε ένα βαπόρι. Μέσα στη βάρκα, εκτός από την έγκυο γυναίκα του, ήταν και η μητέρα του και οι δύο αδελφές του. Επιλέξανε τη Σύρο για εγκατάσταση γιατί είχαν εκεί εύπορους συγγενείς από τη μεριά της γυναίκας του και ευελπιστούσαν σε μια βοήθεια. Όμως οι συγγενείς δεν ήταν τελικά πρόθυμοι να τους βοηθήσουν και τους εκμεταλλεύτηκαν δεδομένου ότι  δούλευαν σ’αυτούς σαν υπηρέτες. Τα πρώτα χρόνια ήταν πολύ δύσκολα αφού ο Ζοζέφ ήταν άνεργος και οι συριανοί τους αντιμετώπιζαν με καχυποψία. Συχνά  τους χαρακτήριζαν “τουρκόσπορους” και τις γυναίκες “πρόστυχες”. Αργότερα ο Ζοζέφ κατάφερε να βρει δουλειά σαν ηλεκτρολόγος και με τη βοήθεια των αποζημιώσεων που τους έδινε το ελληνικό κράτος, έκτισαν ένα σπίτι στη συνοικία του Αγίου Νικολάου. Στην Κατοχή, η οικογένεια εξαθλιώθηκε από την πείνα. Οι αδελφές Ζενεράλ θυμούνται ένα γεύμα που είχε  τσουκνίδες βρασμένες  με θαλασσινό νερό λόγω έλλειψης αλατιού. Σύμφωνα με τις ίδιες, η Σύρος ήταν μία πόλη που υπερείχε πολιτιστικά σε σύγκριση με τα υπόλοιπα νησιά, λόγω της οικονομικής της ανάπτυξης και της κινητικότητας του λιμανιού της. Υπήρχε μια ευρωπαϊκή επιρροή στο ντύσιμο, οι άντρες δεν φορούσαν βράκες αλλά παντελόνια, επικρατούσε κυρίως η κλασσική και λιγότερο η δημοτική μουσική και ταυτόχρονα λειτουργούσε το δημοτικό Θέατρο «Απόλλων» όπου ανέβαζαν πολλές γνωστές παραστάσεις και όπερες του εξωτερικού. Το ζεύγος Ζενεράλ έκανε πέντε παιδιά : την Υβόνη, την Κατίνα (που πέθανε μικρή), την  Αντουανέτα, την Ελεονώρα και τον Αντώνη. Η μητέρα πέθανε στα 58 της χρόνια  από εγκεφαλικό. Ο Ζοζέφ πέθανε το 1984 όταν ήταν 89 χρονών. Υπήρξε υποστηρικτής του Βενιζέλου και αργότερα κεντρώος. Στο τέλος της συζήτησης παρεμβαίνει και ο Ευάγγελος Κωσταντίνου Mανωλάs, ο σύζυγος της Αντουανέτας, που γεννήθηκε στις 25 Mαρτίου του 1923 στη Νάξο  και οι γονείς του ήταν από τα Βουρλά της επαρχίας Σμύρνης. 

Crédits photographiques : portrait de la famille General en 1923. La photographie a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades. (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλής τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Le futur des sons historiques, Paris, vendredi 2 octobre 2015

Le programme européen Europeana Sounds est dans sa deuxième année et – à travers les différents axes du projet – a réussi à créer un solide réseau d’experts, de techniciens, de passionnés et de curieux. En profitant de l’opportunité de l’organisation à Paris en 2015 du congrès international de IASA (association internationales des archives sonores et audiovisuelles), Europeana Sounds a mis sur pieds une journée insolite et alléchante, croisant les conférences et les discussions, s’ouvrant sur les dernières innovations technologiques liées au son à travers des démonstrations et des performances inédites…

Une interprétation simultanée en français et en anglais sera assurée, avec le soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Les places sont limitées alors, n’oubliez pas de réserver !

Consultez le programme en ligne en langue anglaise ou sous sa version imprimable et faites connaissance avec les intervenants :

9h00–9h30 Accueil et enregistrement des participants
9h30–9h40 Quelques mots d’introduction par Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Fondation Europeana
9h40–9h55 Le future des sons historiques : Prélude, Richard Ranft, directeur du département Sons et Images, British Library, et coordinateur du projet Europeana Sounds
9h55–10h50 De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ?
Modérateur : Richard Ranft, directeur du département Sons et Images, British Library et coordinateur du projet

  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé, département de dramaturgie et de musicologie, université d’Aarhus
  • Pascal Cordereix, responsable du service des documents sonores, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Aude Julien-da Cruz Lima, chargée des archives sonores du centre de recherche en ethnomusicologie, centre national de la recherche scientifique (CREM-CNRS)
  • Alexis Rossi, directrice médias & accès, Internet Archive
10h50–11h05 Pause
11h05–11h35 Le bruit, une histoire humaine, par David Hendy, maître de conférences dans le domaine des médias, université du Sussex
11h35–12h30 Créer un accès légal au patrimoine sonore
Modératrice : Lisette Kalshoven, conseillère en droits d’auteur, patrimoine et éducation ouverte, Kennisland

  • Isabel Bordes Cabrera, chef  de la bibliothèque numérique, bibliothèque nationale d’Espagne
  • Dr. Krisztina Rozgonyi, régulatrice principale et conseillère juridique, maître de conférences, Université ELTE de Budapest
  • Dr. Simone Schroff, chercheuse en droit de la propriété intellectuelle, institut de droit de l’information, université d’Amsterdam
12h30–14h00 Pause
14h00–15h00 Interagir avec les archives musicales : le regard du monde de la musique électronique, session live avec Matthew Herbert, musicien électronique
15h00–16h00 De l’écoute à l’interaction : les innovations liées au son, partie 1
Modérateur : Johan Oomen, directeur recherche et développement, institut néerlandais pour le son et l’image et coordinateur technique pour Europeana Sounds

  • Nouvelles approches à la recherche de la musique, Alexander Schindler, scientifique spécialiste en MIR,  institut autrichien de technologie
  • Introduction à la musicologie computationnelle, John Ashley Burgoyne, chercheur post-doctorant et professeur, université d’Amsterdam
  • Introduction au web audio, Samuel Goldszmidt, responsable adjoint, Centre de Ressources, institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique (Ircam)
16h00–16h10 Pause
16h10–17h10 De l’écoute à l’interaction : les innovations liées au son, partie 2
Modérateur : Johan Oomen, directeur recherche et développement, institut néerlandais pour le son et l’image et coordinateur technique pour Europeana Sounds

  • La sémantisation des corpus de la parole, Michel Jacobson, ingénieur informatique, centre national de la recherche scientifique (CNRS), Laboratoire ligérien de linguistique & Olivier Baude, maître de conférences, université d’Orléans
  • La chaîne « Musique » sur Europeana, David Haskiya, responsable développement produit, Europeana
  • L’enrichissement de contenu sur un modèle collaboratif, Maarten Brinkerink, chef de projet R&D, institut néerlandais pour le son et l’image
  • Développer une interface « search-by-playing » pour les archives musicales avec Tunepal et Europeana, Dr. Bryan Duggan, maître de conférences en sciences de l’informatique, institut de technologie de Dublin
17h10–17h30 Performance surprise

 

Crédits photographiques : Desert Storm parade, National Homecoming Celebration, Screaming Eagle Band, Photographer: Harold Dorwin, 1991, Smithsonian Institution., No known copyright restrictions.

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : entretien avec Vasilia Tsaousoglou et sa fille = συνομιλια με την Βασιλεια Τσαουσογλου και την κορη της

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Vasilia Tsaousoglou, réfugiée de la première génération, évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu en 1922, avec le soutien de sa fille 

Η Βασιλεία Τσαούσογλου, πρόσφυγας πρώτης γενιάς, αφηγείται τα γεγονότα της μικρασιατικής καταστροφής με την βοήθεια της κόρης της, όπως τα έζησε η ίδια το 1922
Ηχογραφήθηκε στις 7 Αυγούστου του 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου  για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

H Bασιλεία Τσαούσογλου μας μεταφέρει τις μνήμες της, πριν και μετά την Mικρασιατική Kαταστροφή. Στη συζήτηση βοηθά και η κόρη της συμπληρώνοντας τα κενά μνήμης της. Η Βασιλεία γεννήθηκε το 1909 στο Λιβίσι της Μικρἀς Ασίας. Ο πατέρας της λεγόταν Μάρκος Χατζηστεφάνου, καπνέμπορος στο επάγγελμα και η μητέρα της Κοραλία, η οποία έκανε τέσσερα παιδιά : τρία αγόρια και ένα κορίτσι. Οι μνήμες από την παιδική ηλικία είναι θολές, θυμάται πως έμαθε γράμματα από δασκάλες που ερχόντουσαν στο σπίτι και ότι το Λεβίσι ήταν μια πόλη μικτή με αρκετούς Τούρκους. Λίγο πριν την καταστροφή, φίλοι Τούρκοι τους είχαν προειδοποιήσει να φύγουν γιατί ο τουρκικός στρατός ήταν έτοιμος για μεγάλη επίθεση.  Το 1922, κατά την διάρκεια των γεγονότων, όλη η οικογένεια επιβιβάστηκε σε καράβι και καταλήξανε στη Σύρο. Στην αρχή οι συνθήκες ζωής ήταν πολύ δύσκολες. Ο πατέρας της Μάρκος έπαθε εγκεφαλικό με αποτέλεσμα να τυφλωθεί. Έκτοτε, κυκλοφορούσε με ένα μαύρο πανί στο ένα μάτι και όλοι τον φώναζαν περιπαιχτικά μονόφθαλμο. Αργότερα, νοικιάσανε ένα σπίτι στην Κοίμηση και δεν δέχτηκαν να πάνε στον προσφυγικό συνοικισμό, όπου τους πρόσφεραν σπίτι. Η Κοραλία δούλευε παραδουλεύτρα σε σπίτια και έραβε. Όταν έλειπε από το σπίτι, έστελνε την Βασιλεία σαν υπηρέτρια σε μία πλούσια οικογένεια της συνοικίας όπου μάθαινε νοικοκυριό. Η Κοραλία προσπαθούσε να μορφώσει την κόρη της και της πήρε, με το κομπόδεμα που μάζευε, μια δασκάλα για να της μάθει γράμματα, ενώ τα αγόρια της οικογένειας, πηγαίνανε στο σχολείο τα πρωινά και τα απογεύματα ήταν μαθητευόμενοι· ο ένας δούλευε σε έναν παπουτσή και ο άλλος σε έναν μαραγκό. Η Βασιλεία συνέχισε να δουλεύει σαν υπηρέτρια στην ίδια οικογένεια μέχρι που παντρεύτηκε τον Ευριπίδη Τσαούσογλου. Ο Ευριπίδης είχε έρθει από την Αγία Φωτεινή της Σμύρνης. Ήταν έμπορος και είχε καΐκια που φόρτωναν εδώδιμα-αποικιακά προϊόντα. Στη Σύρο κατασκεύαζαν σακούλες με αλευρόκολλα και χαρτί. Όταν ο Ευριπίδης και η Βασιλεία παντρεύτηκαν, έφτιαξαν ένα σπίτι στον Άγιο Νικόλαο. Έκαναν έξι παιδιά, μία κόρη και πέντε αγόρια, από τα οποία πέθαναν τα τρία.

Vasilia Tsaousoglou, réfugiée  de la première génération évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu en 1922
Portrait de Vasilia Tsaousoglou devant sa maison à Syros

Crédits photographiques : portraits de Vasilia Tsaousoglou. Les photographies de Christos Tsaousoglou ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades. (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Patrimoines, participation, citoyenneté – 4 & 5 septembre 2015, Anost

Les 4 et 5 septembre 2015 auront lieu dans le Morvan deux journées de rencontre et d’échanges pour que se croisent les expériences et les réflexions autours de projets participatifs  en France et en Europe (Italie, Belgique, Espagne). Le patrimoine culturel immatériel (PCI) sera au centre des débats, posant ainsi la question des rapports entre patrimoines et citoyenneté. Ces journées-rencontres se tiendront à la Maison du patrimoine oral de Bourgogne (Anost). Elles sont organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

arton1016-8632b

Programme

Vendredi 4 septembre 2015

9 h 15 – 9 h 45 : Ouverture par Séverine Cachat, anthropologue, directrice du CFPCI , Caroline Darroux, anthropologue, Centre Georges Chevrier et Jean-Louis Tornatore, anthropologue, Centre Georges Chevrier

9 h 45 – 12 h 30 : Modération : Pascal Ribaud, président de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Caroline Darroux et Pierre Léger, président de l’Association des « Langues de Bourgogne » à Anost :
Émergence citoyenne et institutionnalisation : la place de la participation dans le projet Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Benjamin Assié, directeur du CIRDOC (Béziers) : Le CIRDOC, de la bibliothèque occitane d’initiative populaire à la bibliothèque-forum des acteurs du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-Marseille Université et Mikaël O’Sullivan, directeur de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : Le patrimoine oral à l’heure des humanités numériques : le portail du patrimoine oral, outil de recherche et de valorisation du patrimoine culturel immatériel

14 h – 15 h 30 : Modération : Séverine Cachat
Emmie Segers, LECA, Expertise centrum alledaags erfgoed (Gand, Belgique) : Autour des jupes des géants. Expériences participatives de sauvegarde et réseaux d’acteurs du patrimoine culturel immatériel en Flandre
Flavie Ailhaud, ethnologue, Ville d’Arbois, et Noël Barbe, anthropologue, LAHIC – IIAC et DRAC Franche-Comté : À propos d’une candidature Unesco et de l’organisation des publics. Retours critiques sur les réglages du dossier du Biou d’Arbois

15 h 30 – 16 h : Pause

16 h – 17 h : Marion Trannoy, responsable du Musée de Corse : Patrimonialisation et interculturalité, ce que participer veut dire entre centre et ultra-périphérie. Communication précédée du film réalisé par la communauté wayana dans le cadre de la candidature du rituel du maraké pour la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

21 h – 22 h 30 : Spectacle « Tourne les histoires et rêve la musique », Jean Dollet et Simon Guillaumeau.

Samedi 5 septembre 2015

9 h 15 – 12 h 15 : Modération : Caroline Darroux
Valentina Zingari, anthropologue, université de Sienne et réseau Simbdea (Italie) : Patrimoines : approches intégrées, PCI et participation en Italie.Le terrain de Cocullo, pays de la montagne méditerranéenne
Gaizka Aranguren, directeur de Labrit multimedia (Pampelune, Espagne) : Identité et développement local : méthodologie, modèles et exemples de gestion participative du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine, Centre Georges Chevrier, président du Conseil scientifique du Parc du Morvan : Enjeux d’un partenariat de recherche scientifique en lien avec les habitants pour questionner la patrimonialisation en milieu rural

12 h 15 – 12 h 30 : Mots de fin par Jean-Louis Tornatore

Crédits photographiques : Le Jour ni l’Heure 8455 : Gislebert (?), chapiteau des Vieillards de l’Apocalypse, musiciens, joueurs de luth, c. 1170, cathédrale Saint-Lazare d’Autun, Saône-&-Loire, Bourgogne, photographie de Renaud Camus, lundi 3 mars 2014, 12:32:08 http://www.renaud-camus.net/librairie

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : συνεντευξη με τον Χρυσανθο Βαγιανο = entretien avec Chrysanthos Vagianos

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Chrysanthos Vagianos, réfugié de la deuxième génération, évoque les récits de son père Kostantinos Vagianos qui a vécu la Grande Catastrophe à l’âge de 14 ans

Ο Χρύσανθος Βαγιανός  πρόσφυγας δεύτερης γενιάς ανακαλεί τις αναμνήσεις του  από την ζωή του πατέρα του Κωσταντίνου Βαγιανού ο οποίος έζησε την μικρασιατική καταστροφή στην ηλικία των 14 χρονών
Ηχογραφήθηκε στις 9 Αυγούστου του 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου1

O Χρύσανθος Βαγιανός γεννήθηκε και μεγάλωσε στην Ερμούπολη της Σύρου το 1956. Μας αφηγείται την ιστορία του πατέρα του, Κωνσταντίνου Βαγιανού, μικρασιάτη πρόσφυγα που γεννήθηκε περίπου το 1907-1908. Την εποχή των γεγονότων, ο συνονόματος παππούς του Χρύσανθου και η γιαγιά του Ελένη ζούσαν στην Σύλλη που ήταν μία περιοχή λίγο έξω από το Ικόνιο. Είχαν έξι παιδιά: τον Ιορδάνη, τον Δημήτρη, τον Κωνσταντίνο (τον πατέρα του Χρύσανθου), την Βάγια, την Ανθούλα και την Χρυσούλα. O Κωνσταντίνος σπούδασε σε μικτό σχολείο με  Τούρκους και  Έλληνες. Σύμφωνα με τις αφηγήσεις του πατέρα του, στο σχολείο μάθαιναν καλλιγραφία, ξένες γλώσσες και η συμβίωση τους ήταν αρμονική. Κατά την διάρκεια του Ραμαζανίου, κάποιες φορές μοιράζονταν το γεύμα τους μαζί στα κρυφά. Η οικογένεια Βαγιανού ζούσε καλά και είχαν ένα ιδιόκτητο διώροφο σπίτι. Μετά την καταστολή και τους διωγμούς εναντίον των Ελλήνων, ο στρατηγός του τούρκικου στρατού που έφτασε στην Σύλλη, εγκαταστάθηκε στο πρώτο όροφό του σπιτιού. Για καλή τους τύχη, ο στρατηγός είχε ζήσει στην Θεσσαλονίκη και ήταν φιλικά προσκείμενος στους Έλληνες. Ο Χρύσανθος (που δεν είναι ξεκάθαρο πότε και που πέθανε, μάλλον στην Καισάρεια, στην εξορία) ήταν απών και ο στρατηγός βοήθησε την Ελένη, στην παραγωγή και πώληση ρακής για να ανταπεξέλθουν οικονομικά. Όταν η κατάσταση έγινε ασφυκτική, αναγκάστηκαν να εγκαταλείψουν τη Σύλλη. Η οικογένεια εμπιστεύτηκε τα τιμαλφή αντικείμενα στους Τούρκους γείτονες που ζούσαν κοντά, με την σκέψη ότι μία μέρα θα γυρίσουν πίσω. Έτσι λοιπόν, η Ελένη και τα πέντε παιδιά της (τον πρωτότοκο από τα έξι, τον είχαν στείλει στην εξορία και τον βρήκαν αργότερα), ταξίδεψαν για την παραθαλάσσια πόλη  Μερσίνη με σκοπό να βρουν μία θέση στα καράβια που πήγαιναν στην Ελλάδα. Toν Δεκέμβριο του 1922 σε αντάλλαγμα με πολλά νομίσματα χρυσού η οικογένεια κατάφερε να επιβιβαστεί σε ένα κατάμεστο καράβι. Το ταξίδι διήρκεσε 22 μέρες και πολλοί επιβάτες νόσησαν ή είχαν ήδη μολυνθεί από τύφο. Επειδή υπήρχε ο φόβος της μετάδοσης, καίγανε τους νεκρούς στο κατάστρωμα. Κατά την διάρκεια της συνέντευξης, O Χρύσανθος μας δείχνει ένα παλιό οθωμανικό διαβατήριο της οικογένειας του και κάποιες σημειώσεις : “Στις 6  Ιανούαριου του 1923 το καράβι φτάνει στον Πειραιά και εκεί η αστυνομία τους βάζει σε καραντίνα για 8 μέρες. Έπειτα η οικογένεια μεταφέρεται στο Ναυπλιο.  Eκεί πεθαίνει από τύφο η μία αδελφή η Ειρήνη.” Δεν γνωρίζουμε ακριβώς για ποιο λόγο βρέθηκαν στην Σύρο, ο Χρύσανθος υποθέτει πως εγκαταστάθηκαν εκεί, γιατί είχαν ένα θείο που είχε καλή σχέση με τον διευθυντή του Αμερικάνικου ορφανοτροφείου και μπόρεσε να τους περιθάλψει και να τους βοηθήσει. Τελειώνοντας, ο Χρύσανθος αναφέρει πως όλη η  οικογένεια ενσωματώθηκε στην ελληνική κοινωνία: ο Ιορδάνης  έγινε επιχειρηματίας, ο Δημήτριος ασχολήθηκε με το εμπόριο, η Βάγια σπούδασε δικηγόρος, η Χρυσούλα έγινε οδοντίατρος. Ο πατέρας του Χρύσανθου, ο Κωσταντίνος έγινε επίσης έμπορος και παντρεύτηκε την Αλεξάνδρα Σφηνάκη  από την Νάξο. Απόκτησαν δύο παιδιά, τον Χρύσανθο και την Ελένη.

 Crédits photographiques de l’image à la Une : portrait de Chrysanthos Vagianos. La photographie de Konstadinos Vagianos  a été déposée à la phonothèque de la MMSH (CC BY-NC-BY).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Ennejma Ezzahra, le palais des archives sonores tunisiennes

En juin dernier j’ai visité le palais Ennejma Ezzahra1, ancienne maison du Baron Rodolphe d’Erlanger, où se situe depuis 1991 le CMAM, centre des musiques arabes et méditerranéennes2. Je ne présenterai pas ici les nombreuses missions du CMAM qui sont nombreuses. Pour les découvrir, je vous renvoie vers le site de l’institution et vers ce documentaire d’ARTE, “Trésors oubliés de la Méditerranée.  : le Palais du baron d’Erlanger, Tunisie”3. Quoiqu’un peu ancienne (2011), le film donne un aperçu assez complet des activités, du musée comme de la beauté du site du palais .

Je voudrais ici m’attacher aux missions directement en lien avec la conservation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles, celles qui m’ont poussée à visiter le CMAM en  juin dernier, alors que j’étais en déplacement pour raisons professionnelles. Mon intérêt de phonothécaire était aiguisé pour diverses raisons. Tout d’abord je savais que  ce centre était en charge du dépôt légal des phonogrammes en Tunisie – un dépôt légal  créé dès 1977 ! –4, mais aussi qu’il avait publié à partir des années 1990 des collectes enregistrées sur le terrain5 ou des archives sonores anciennes6 et – dans la lignée du baron d’Erlanger – des monographies7. À cette double mission de conservation et de diffusion, s’ajoutait également celle de la recherche dans le domaine. Ainsi, j’avais noté qu’au début du mois de juin,  une table ronde avait été organisée sur le thème8 Rythmes et danses traditionnels en Tunisie : patrimoine immatériel en danger ainsi qu’en décembre 2014, un colloque international sur les traditions musicales en Afrique-du-Nord.

J’ai ainsi rencontré l’équipe du CMAM qui archive, conserve, catalogue, numérise – ou transfère pour les documents plus récents – avec des outils de pointe tous les types enregistrements sonores et audiovisuels déposés au Palais : collectages, conférences, enregistrements de concerts publics ou privés, phonogrammes édités…. pour favoriser la mise en ligne des données du patrimoine musical tunisien.

19638576481_7acd969ede_o

Pour cela, l’équipe du CMAM prend en compte les règles du droit tunisien en matière de propriété intellectuelle comme les questions éthiques. Une base de données documentaire permet la recherche à travers les collections et sera bientôt accessible en ligne. Elle permettra de dresser une cartographie musicale de la Tunisie, de réaliser de19603215385_a9acd60519_qs recherches en musicologie et en organologie mais aussi de faire mieux connaître au grand public le patrimoine musical tunisien . Pour mettre en oeuvre ce projet, le centre de documentation a choisi d’utiliser l’outil Telemeta, créé par le CREM/LESC/MAE. Dans cet objectif, le CMAM a réalisé une traduction complète de l’interface de ce logiciel libre en langue arabe.

Le lancement de la base de données sera un bel évènement pour les archives sonores et la recherche ethnomusicologique en Méditerranée, nous l’attendons tou-te-s impatiemment !

19415240620_28389b9ea2_o

Je remercie chaleureusement Soufiane Féki et Anas Ghrab qui ont pris le temps de me recevoir

Le site du CMAM – Centre des musiques arabes et méditerranéennes : http://www.cmam.tn

Présentation du CMAM – centre des musiques arabes et méditerranéennes sur le blog “Musique arabe” : http://musique.arabe.over-blog.com/article-19299210.html

Crédits photographiques : vue de la phonothèque, une partie de l’équipe du CMAM dans une des deux salles de numérisation, photographie de l’écran présentant l’interface de Telemeta en langue arabe, intérieur de la maison du Baron d’Erlanger qui semble avoir quitté à l’instant le salon de musique… Photographies de Véronique Ginouvès, juin 2015, CC-BY.

  1. En langue arabe, le terme signifie “l’étoile de Venus” ou “La fleur étoilée” ou encore “l’étoile resplendissante”. Le palais a été construit entre 1912 et 1922 []
  2. Le palais Ennejma Ezzahra a été classé monument historique par le décret numéro 577 du 29 mai 1989, promulgué  dans le Journal Officiel de la République Tunisienne  n° 40 du 13 juin 1989. La création du CMAM  a été décidée sous le gouvernement de Zine El Abidine Ben Ali en décembre 1991. []
  3. L’émission a été réalisée par Laurence Thiriat et diffusée sur Arte le 30 octobre 2011 à 16h05. []
  4. Le CMAM gère le dépôt légal depuis 1994, quand la phonothèque nationale tunisienne lui a été rattachée ; de 1977 à 1993, c’est le conservatoire national de musique de Tunis qui en était responsable. []
  5. Dans le documentaire d’ARTE ci-dessus on peut voir un exemple de collectage réalisé par Mounir Hentati, ancien conservateur du palais Ennejma Ezzahra puis directeur du CMAM par intérim de novembre 2010 à février 2011, filmé en direct dans la province d’El-Kef. []
  6. Dans les années 1990 la phonothèque de la MMSH échangeait ses publications avec celles du CMAM, à l’initiative du directeur de cette période, Monsieur Hatem Touil. Plusieurs titres ont été publiés, quasiment impossibles à acquérir dans le circuit commercial. Ils valorisaient des documents anciens conservés au CMAM comme des collectes enregistrées sur le terrain. []
  7. Bien entendu, dans les publications papier, il faut citer les six tomes de l’histoire de la musique arabe rédigés sour la direction du Baron d’Erlanger dont le premier avait été publié de son vivant (1930), les cinq autres en 1935, 1938, 1939, 1949 et 1959. Si les six volumes ne sont pas librement accessibles en ligne (ils devraient pourtant être élevés – au moins pour partie – dans le domaine public !), ils ont toutefois été numérisés dans le cadre des programmes de Google et et il est possible de rechercher dans les ouvrages à partir d’un nuage de mots clés ou par mots dans le moteur de recherche de Google Books. []
  8. L’évènement a eu lieu le 5 juin 2015, était organisé par le CMAM en collaboration avec l’association Hayyou’Raqs. Des chercheurs intéressés par ce patrimoine et des danseurs témoins-clés de l’histoire des danses traditionnelles y intervenaient. []

La danse en fresque

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) ne propose pas moins de 18 fresques interactives, sur des sujets aussi différents que la magie des montagnes, l’électroacoustique ou le festival de Cannes. L’objectif est d’accompagner le public au sein d’une sélection thématique d’extraits sonores ou vidéo choisis par des spécialistes parmi les milliers d’heures du fonds d’archives de l’INA. Deux d’entre elles, mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MEDMEM et repères méditerranéens,  ont d’ailleurs été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour faciliter l’interactivité des parcours, un outil a été créé dès 20031 alliant l’intuition de la navigation électronique et la réflexion. Ainsi, les “fresques interactives” ne se limitent pas à placer les extraits sélectionnés dans un contexte historique, géographique, économique et culturel mais ces extraits sont éditorialisés et commentés par des spécialistes du domaine. Le grand public peut s’y promener facilement à travers des entrées et un affichage – cartographique, chronologique et thématique – qui se retrouvent systématiquement au fil des fresques.

7561486876_09d847ea54_o

Pour sa dernière fresque, l’INA s’est associé au CDC – centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées2 pour la publier. Le CDC de Toulouse a conçu le projet, organisé les parcours et produit la moitié des vidéos spécifiquement pour le site Danse sans visa. Le système de fresques propose une lecture originale de l’histoire des danses selon la circulation des peuples à travers le monde. Cinquante-huit vidéos mettent ainsi en avant des parcours de danses emblématiques analysés et présentés par des danseurs, des chorégraphes, des universitaires, des chercheurs et des écrivains, reconnus pour leur légitimité pour chacune des danses3. Sans s’attacher à une recherche des origines hypothétique ou à un inventaire exhaustif, le projet présente avant tout les facettes multiples d’une danse, ses filiations, ses évolutions ou ses liens avec les mouvements migratoires. Il rappelle que lorsque les hommes voyagent – librement ou de façon forcée-, ils emportent avec eux les rythmes et les musiques, faisant évoluer les pas de la danse et ses mouvements. D’ailleurs, si le voile des origines possibles se soulève parfois, il prend toujours en considération l’accélération actuelle de la diffusion des danses “grâce aux nouveaux outils de communication qui propulsent dans la société des danses à la vitesse de l’électronique, là ou il a fallu parfois plusieurs siècles pour les déplacer”. Sont abordées au lancement de cette fresque les danses et claquettes irlandaises, la capoeira, les danses afropop actuelles, le tango et la salsa, le haka, les danses de société, le hip hop, les danses d’Outre-mer, le flamenco.

Chaque danse est analysée à travers son parcours d’Afrique, d’Océanie en Europe en passant par les Caraïbes et les Amériques depuis les années 1960 à nos jours. La recherche est possible à travers la date de la prise de vue, la référence dans les archives INA, le titre de l’émission et la durée ou elle peut être affinée par le nom des danseurs représentés. Une “visionneuse exportable” vous permet d’afficher les vidéos sur des sites distants. Enfin, pour être informé-e des nouveautés de la fresque, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook du projet.

Crédits : Image à la une, Dancing on a pier during the Kilmakilloge Pattern in Co. Kerry, 1913, archives nationales d’Irlande,  Wacana Elementary School students dancing at the 1959 Florida Folk Festival: White Springs, Florida, 1959, photographe : Robert R. Leahey,projet archives du projet Florida Memory. Pas de restrictions de droit connues. Vidéo : L’Apartheid, le récit du corps, 2013, fresque “Danse sans visa”, INA.

  1. Il s’agissait alors de la fresque interactive Jalons pour l’histoire du temps présent,  []
  2. Plusieurs partenaires se sont réunis pour la réaliser : le CDC – centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées,  l’A-CDC – association des Centres de Développement Chorégraphique  et la délégation Ina Pyrénées. Ils ont travaillé avec le soutien  des services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication en répondant à l’appel à projet 2014, de la Direction Générale de la Création Artistiquedu Ministère de la Culture et de la Communication, des théâtres départementaux de La-Réunion TEAT Champ Fleuri – TEAT Plein Air,  , de l’iconothèque historique de l’océan Indien, de la compagnie James Carlès, des étudiants de la licence professionnelle médiation et développement de projets en danse et arts du cirque du département Art et Com de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès,   et du laboratoire LLA-Créatis /Lettres, Langages, Arts/Programme Danse []
  3. Ainsi Eric Falc’her-Poyroux, Stan Lehericy, Florence Boyer, Edmony Krater, Corinne Frayssinet-Savy, Christian Dubar, Simon Valzer, Marie-Christine Vernay, Thomas Jacques Le Seigneur, Fabrice Hatem, Pol Briand et James Carlès sont ici les auteurs des présentations des vidéos. Leurs textes peuvent être lus en langue française et  anglaise. []

Patrimoine Culturel et numérique : transmission, participation, enjeux (Vitré, 8 & 9 septembre 2015)

Les mardi 8 et mercredi 9 septembre 2015 se tiendra le quatrième séminaire international du CFPCI1 où le PCI sera étudié sous toutes les coutures du numérique avec un focus sur les enjeux de la transmission et de la participation à l’inventaire. Trois axes vont aider le public à approfondir ces questions :

– Numérique et participation : les nouveaux outils numériques semblent offrir des solutions innovantes pour faciliter l’engagement des communautés dans la définition de leur PCI. Si des expérimentations sont en cours dans cette direction, elles rencontrent plusieurs obstacles techniques, sociaux et éthiques. Comment convaincre les communautés d’utiliser ces nouvelles plateformes ? Quelles sont les solutions techniques les plus adéquates ? Est-il possible de s’appuyer sur des médias sociaux déjà populaires comme Facebook et YouTube dans une démarche institutionnelle de protection du patrimoine ?

– Transmission, valorisation, médiation : les nouvelles technologies se sont imposées comme le meilleur et le plus fiable support de documentation et d’archivage du patrimoine. L’avantage de ces outils ne consiste pas seulement dans la facilité de conservation et de sauvegarde des informations concernant les éléments patrimoniaux mais aussi dans les opportunités qu’ils offrent pour accéder à ces informations et les valoriser. Quel est l’impact réel du numérique pour la valorisation du PCI ? Quels sont les défis auxquels les projets de valorisation numérique du PCI sont confrontés ?

– Enjeux juridiques et éthiques : ces dernières années, la sauvegarde et la valorisation du PCI ont soulevé plusieurs questions liées aux droits des communautés de pratique. La protection de ces droits devient encore plus complexe avec l’entrée en scène du numérique, qui alimente lui-même de nombreux débats éthiques et juridiques. Comment trouver une médiation entre d’une part le droit d’auteur des communautés et auteurs de documents numériques, et d’autre part le droit d’accès et le besoin de valorisation du PCI ? Quelles solutions adopter pour protéger le droit à la vie privée des membres des communautés sans limiter les possibilités de diffusion de leurs pratiques ?

Programme (en cours)

Mardi 8 septembre 2015 10h45

Accueil 11h Ouverture, Séverine Cachat, directrice du CFPCI (Maison des Cultures du Monde), et Christian Hottin, conservateur du patrimoine, adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication)

11h15 PCI et numérique : observatoire des acteurs et des usages, Marta Severo, maîtresse de conférences, université de Lille III (laboratoire GERiiCO), et Francesca Cominelli, maîtresse de conférences, université de Paris I (IREST)

11h45 Wikipédia et patrimoine : une définition participative, Rémi Mathis, conservateur du patrimoine, Bibliothèque nationale de France, président de Wikimédia France de 2011 à 2014 12h45 Déjeuner (buffet)

13h45 Session 1 – Participation, transmission, valorisation Présidente de séance : Marta Severo 13h45 Hugues Sicard, spécialiste de gestion de l’information, section du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

14h25 Le cas de la République de Corée et l’exemple du projet ichpedia.org, Hwarim Cho et In-Sook Ma, professeures, université nationale de Chonbuk (République de Corée)

15h05 Le projet « PCI Lab pour la valorisation numérique de l’Inventaire français du PCI », Jean-Jacques Casteret, directeur de l’Ethnopôle InOc (Institut occitan d’Aquitaine), Mélanie Larché, chargée de la médiation scientifique (InOc)

15h45 Pause

16h15 Le projet écossais ichscotlandwiki.org, Alison et Alistair McCleery, professeurs, Edinburgh Napier University (Écosse)

16h55 Le projet i-Treasures, Francesca Dagnino, Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), Italie

17h35 The global archiving of intangible heritage, Sheenagh Pietrobruno, Assistant Professor, School of Social Communication, Faculty of Human Sciences, Saint Paul University (Canada) (à confirmer)

18h15 – Visite du CFPCI et des expositions

Mercredi 9 septembre 2015

8h45 Accueil 9h00 Ouverture de la journée

9h15 Session 2 –  Le PCI face au numérique : enjeux juridiques et éthiques Président de séance : Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, université d’Angers

9h15 Pour un humanisme numérique, Milad Doueihi, titulaire de la chaire d’humanisme numérique (Labex OBVIL), université de Paris IV-Sorbonne/chaire sur les cultures numériques, université Laval (Canada)

10h15 Le patrimoine nativement numérique : enjeux de gouvernance, de recherche et de valorisation, Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS (Institut des sciences de la communication), responsable du pôle Trajectoires du numérique

11h A-t-on le droit de réutiliser les données culturelles publiques ?, Anne-Laure Stérin, juriste, chargée de cours à l’université Paris 1 -Panthéon Sorbonne.

11h45 Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche, Véronique Ginouvès (visioconférence), responsable de la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (CNRS/Aix-Marseille université)

12h30 Déjeuner

14h Session 3 – Projets et retours d’expériences (table-ronde) Présidente de séance : Florence Pizzorni, conservateur en chef, inspection générale des Musées de France, direction générale des patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication) – Jean-Pierre Dalbera, chef de la mission recherche et technologie du ministère de la Culture et de la Communication de 1989 à 2004, expert, Sylvaine Leblond-Martin, musicologue, docteure en sciences de l’information et de la communication, Renan Mouren, chercheur en sciences de l’information et de la communication, chaire Unesco ITEN (Information, Transmission, Édition Numériques), université de Paris VIII/Fondation Maison des sciences de l’Homme : Enjeux et spécificités de la médiation numérique – Elisabeth de Pablo, ingénieure d’études, Fondation Maison des sciences de l’Homme, responsable éditoriale du programme Archives audiovisuelles de la recherche : « Patrimoine culturel immatériel andin », un exemple de portail audiovisuel consacré au patrimoine vivant (à confirmer) – Charles Quimbert, directeur, Bretagne Culture Diversité : Création d’un web documentaire participatif sur le fest-noz – Nolwenn Blanchard, chargée de l’audiovisuel et des ressources, CFPCI, et Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI : Valoriser les archives de la Maison des Cultures du Monde : expositions virtuelles du projet “performing arts” (Institut culturel de Google)

16h15 Conclusions, Marta Severo

Ouvert au public sur inscription (indispensable) : info@cfpci.fr

Comité d’organisation Séverine Cachat, CFPCI Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI Marta Severo, laboratoire Geriico, université de Lille III Christian Hottin, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture

Contacts severine.cachat-at-cfpci.fr ; marta.severo-at-univ-lille3.fr

Lieu Centre français du patrimoine culturel immatériel Maison des Cultures du Monde Prieuré des Bénédictins 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré Tél. : +33 (0)2 99 75 48 92 info@cfpci.fr

 

Crédits photographiques de l’image à la une : 2007 Powwow, photographie de Walter Larrimore, archives du Smithsonian Institution, pas de restriction de droits connues.

  1. Le centre français du patrimoine culturel immatériel (PCI) – Maison des Cultures du Monde – Vitré (35)  organise ce séminaire en collaboration avec le laboratoire Geriico (université de Lille III) avec le soutien de la direction générale des Patrimoines, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (ministère de la Culture et de la Communication) ; l’université nationale de Chonbuk (république de Corée) et la chaire Unesco ITEN (université de Paris VIII) sont également partenaires []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles