UNAM, septembre 2016 : Conservation des collections sonores et audiovisuels nativement numériques

L’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBI –  Instituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información de l’Université nationale autonome de Mexico – UNAM – Universidad nacional autónoma de México, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France) et l’Alliance française de Mexico, organisent des journées d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital les 7, 8  et 9 septembre 20161.

La journée d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques se donne pour objet un espace interdisciplinaire créé dans un contexte international, caractérisé par la recherche scientifique pour garantir que les sons et les images qui rendent compte de notre identité soient conservés sur la longue durée. A cette occasion, la journée d’étude a pour objectif d’explorer, d’analyser et d’appliquer des méthodes et des technologies qui vont contribuer à conserver les fichiers nativement numériques, sonores et audiovisuels, du peuple ramamuri. La journée est organisée en direction des bibliothécaires, des archivistes, des documentalistes et des professionnels de l’information intéressées par la conservation des documents nativement numériques.

La jornada académica sobre la preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital es un espacio interdisciplinario creado en un contexto internacional caracterizado por la búsqueda de soluciones científicas para garantizar que los sonidos y las imágenes que dan cuenta de nuestra identidad se preserven para el porvenir. En esta ocasión, la Jornada se dedicará a explorar, analizar y aplicar métodos y tecnologías que contribuyan a preservar grabaciones de origen digital sonoras y audiovisuales del pueblo rarámuri. La Jornada está dirigida a bibliotecarios, archivistas, documentalistas y profesionales de la información interesados en conocer cómo preservar los documentos cuyo origen es digital.

Ces journées s’organiseront autour de trois axes  :

1. Un séminaire de recherche

2. Un état des lieu de l’analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels

3. Des ateliers techniques sur les enregistrements sonores et audiovisuels.

PROGRAMME  (en cours)

Mercredi  7 septembre

10h : Session inaugurale :  Domingo Alberto Vital Díaz, coordinateur du département des Humanités et Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM) et Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM)

10h30 – 11h30 – Table ronde – 1 : Les documents sonores et audiovisuels des peuples autochtones comme biens culturels et ressource d’information / Los documentos sonoros y audiovisuales de los pueblos originarios como bien cultural y recurso de información : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Margarita Valdovinos (IIBI, UNAM, México), Enrique Servín (Instituto Chihuahuense de Cultura), Benjamín Muratalla (Directeur de la Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia Moderna). Modérateur : Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM, México).

11h45 – 12h45 – Table ronde – 2 : Propositions et solutions pour la conservation des documents sonores et audiovisuels nativement numériques / Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital : Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France) : Improving on-line access to the sound cultural heritage safegarded in the sound archive center : the  case of the Phonothèque, National Center for Scientific Research, Aix-en-Provence, Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM, México), Santiago Cortés Hernández (Laboratorio Nacional de Materiales Orales, ENES, Michoacán, UNAM), un archiviste (nom à préciser) de la phonothèque de la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes /  Archivo Sonoro Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas). Modérateur : César Augusto Ramírez (chercheur, IIBI, UNAM).

Jeudi 7 septembre

9h – 13h45 : Diagnostic pour une analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels nativement numériques -Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales table ronde organisée autour de deux grands axes :

  • Gravures sonores et numérique du paysage sonore et musical du peuple rarámuri / Grabaciones sonoras digitales del Paisaje sonoro y música del pueblo raramuri
  • Gravure audiovisuelle numériques des cérémonies tradiotionnelles et rituelles du peuple rarámuri / Grabaciones audiovisuales digitales de las Ceremonias tradicionales y rituales del pueblo rarámuri

Participants : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France), Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM), Benjamín Muratalla (Directeur de la phonothèque de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire / Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia), un archiviste (nom à préciser) de la phonothèque de la commission nationale pour le développement des peuples indigènes / Archivo Sonoro Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas).

Vendredi 7 septembre
Organisation de deux ateliers techniques en parallèle de 10h à 14h , le premier sur l’enregistrement numérique des documents sonores mené par Roberto Hernández et le second, mené par Oscar Carrillo, sur les documents audiovisuels.

Lieu de la journée d’étude : Salle des séminaires de l’IIBI / Sala de Seminarios del IIBI, UNAM.

Résumé (en langues anglaise et espagnole) de l’intervention de Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH, USR 3125 AMU/CNRS :

Improving on-line access to the sound cultural heritage safegarded in a sound archive center: the  case of the Phonothèque, National Center for Scientific Research, Farnce, Aix-en-Provence / Un dispositivo para el acceso en línea del patrimonio cultural del sonido conservado en un centro de archivos del sonido : el caso de la Fonoteca, Centro Nacional de Investigación Científica, Francia, Aix-en-Provence

The sound archive center of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Mediterranean Research Center for Humanities and Social Sciences, preserves, manages and disseminates archives recorded in the field by social sciences researchers. These archives enabled them to complete their work with the point of view of witnesses, stakeholders in the knowledge. However the researches and the Sound archives centers had to get go through the process of patrimonalization. The main goal of this conference is to present our best practices and rules to collect, preserve and disseminate our archives but also to make them accessible to all. We will focus on long term preservation of the data, their structuration and dissemination in the globalized environnement. A special focus will be put on the Europeana Sounds project, to highlight a best practice network, combining sound and audio heritage institutions from 12 countries across the European Union Member States, together with non-profit organisations, and commercial companies.

El centro de archivos del sonido de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Casa Mediterránea de las Ciencias humanas , conserva, administra y divulga archivos gravados en el ámbito por investigadores en ciencias sociales. Estos archivos han cumplido con su función de archivos gracias al punto de vista de los testigos, que hacen parte del conocimiento. Sin embargo, los investigadores y los centros de archivos del sonido, tienen que atravesar juntos un proceso de patrimonialización. El objectivo principal de esta conferencia es de presentar las buenas prácticas que usamos y normas para colectar, conservar y divulgar nuestros archivos pero también para ponerlos a dispocisión de todos. Nos centraremos sobre la conservación de los datos a largo plazo, su estructuración así que su divulgación en el contexto de la globalización. Se prestará especial atención al proyecto de Europeana Sounds, para valorizar las buenas prácticas de la red, que implica las instituciones del patrimonio del sonido y del audio, con 12 países attraverso los Estados miembros de la Unión Europea, junto a organizaciones sin ánimo de lucro, y con compañías comerciales.

Crédits photographiques (à la une) : image extraite de l’exposition en ligne Los pueblos de la Frontera Sur, publiée en mars 2016 dans la galerie de la Comission nationale pour le développement du peuple indigère / Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas. Pas d’indication d’usages précisées.

  1. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 []

Appel à contributions : présentation d’un corpus sonore ou audiovisuel

Appel à contributions pour l’AFAS – Association française des archives orales, sonores et audiovisuelles : présentation d’un corpus sonore ou audiovisuel

Date limite de d’envoi : 30 octobre 2016
(cet appel sera régulièrement diffusé pour enrichir la rubrique  du bulletin « Collectes en collection »)

Le comité de rédaction du Bulletin de l’AFAS propose aux détenteurs ou aux utilisateurs de fonds sonores et audiovisuels de présenter un corpus archivé, documenté et accessible dans un article qui sera publié dans les futurs numéros. L’article (10 000 à 12 000 caractères maximum) présentera un corpus et son contexte de production, la façon dont il a été archivé, catalogué, diffusé et des exemples de valorisation qui auront été réalisés. Il mettra en avant un projet de médiation ou de valorisation particulier (cartographies, projets collaboratifs ou de crowdsourcing, focus sur certains publics,…) ou d’interropérabilité (formats de métadonnées, référentiels, plateformes…) ou encore un travail en réseau original. Ces corpus pourront être issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales inédits, édités, télé ou radiodiffusés (témoignages oraux, musicologie et ethnomusicologie, littérature orale, paysage sonore, théâtre, poésie… ).

Protocole de rédaction : http://afas.revues.org/2451
Lire le dernier numéro de la revue (n°41) : http://afas.revues.org/2936

Les propositions seront soumises au Comité de rédaction de l’AFAS :
– Sylvère Aït Amour
– Rémy Besson
– Pascal Cordereix
– Florence Descamps
– Myriam Fellous-Sigrist
– Véronique Ginouvès
– Marie-Barbara Le Gonnidec
– Rosa Olmos
– Claire Scopsi
– Martine Sin Blima-Barru

Vous pouvez soutenir l’AFAS en adhérant à l’association. Merci de votre contribution.

 

Crédits photographiques : SDASM (San Diego Air & Space Museum), N° 12_00303, Zeppelin with mast, n & blanc, 8 x 10. Pas de restrictions de droit connues.

Europeana Sounds : third data providers workshop (english version)

At the dawn of the third year of Europeana Sounds program, all the partners were invited to the final workshop held in Dublin on 28 and 29 April 2016.

This annual event is always eagerly awaited by the European partners because it’s a real opportunity for all participants to be trained to work together efficiently using tools developed by the program. For this latter practical workshop, we were welcomed into the Clasac resource Center led by the Irish organization Comhaltas Ceoltóirí Éireann1.

During these days, three main areas were discussed:
– The aggregation of MINT2 data and the display on the Europeana portal (WP1 and WP5)
– Data enrichment and participation (WP2)
– Point on licensing (WP3)

The meeting was an opportunity to take stock of the project’s second year. The overall goal published on Europeana platform of 250,000 records has been achieved, and by January 2017, this figure is expected to double with a total of 500 000 records. Statistical tools in place are very encouraging since in Europeana statistics dashboard space, attendance in 2016 is constantly increasing.
For the MMSH record library, there are are more than 1,500 views over 3,500 online references.

1. Data aggregation on MINT and the display on Europeana portal
Since the previous workshop in July 2015, much progress has been made.If the procedure on the mapping tool MINT is still the same3, the beta version of Europeana platform is moving toward a more ergonomic display with a data tree . Thus, from a qualitative point of view, sound archives data modeling has been used as a model at the presentation by Tom Miles, WP1 leader.

SAM_2304

Presentation of the Violin Mirecourt collection displayed on a data tree on Europeana platform. during the workshp For this collection, sounds and photographs, are on line.

Finally , work on the metadata quality led by the Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) was reported by a member of the group, Anila Angjeli, from the BnF.

2. Data enrichment and participation (WP2)
The second day of the workshop was mainly devoted to the enrichment of music collections by users. With the development of the WITH platform4, users can now annotate these sounds on Europeana via the dedicated space : Space Sounds. This space allows the creation of virtual exhibitions and collections that can be annotated with the Pundit semantic annotation tool. This collaborative tool is linked to the common repository for MIMO5 musical instruments and generates keywords (or tags) as RDF triples, which enable Semantic Web6 integration. In the near future, the Pundit annotation widget could be integrated directly on the institutions of the database. Collaborative modules on Europeana will soon be extended beyond the musical instruments, to annotate descriptive genres (directly from collections) and locations (via the new features Historypin: location suggestions and Historypin API).

Finally, before summer 2016, a crowdsourcing campaign will be launched to encourage fortification around those collections with specific events (edit -a-thon, hackathon, exhibitions…). Depending on the level of involvement of institutions in this campaign, different levels will be awarded: Bronze = selection of collections suitable for enrichment ; Silver = pre-processing of these collections ; Gold = implementation of the annotation widget on institutional database.

3. Point on licensing (WP3)
The issue of licenses was discussed with a novelty website, offering 11 standard declarations of rights for online cultural heritage. These proposals are organised as a complement to the Creative Commons licenses, and are organised into 3 categories: Copyright In, No Copyright, Other (for objects whose status is unknown). There is also a withdrawn license: Rights Reserved & Paid Access. This removal demonstrates the willingness of Europeana to propose only open access materials. These new titles will be updated in the Terms and Conditions of Europeana.

Finally, we note the integration of new European partners in the Europeana project sounds : The Fryderyk Chopin Institute (Poland),  Dublin Institute of Technology (Ireland), CRESSON – National School of Architecture of Grenoble (France). The participation of ENSAG involves the Centre for Research on Sonic Space & Urban Environment (CRESSON) as a unit of the CNRS UMR 1563 through the  » architectural and urban atmospheres ».In this context, the sound archives of the MMSH contributes to the launch of aggregation of the ENSAG data during the month of May 2016.

Read more about this new europeana sounds associate partner : http://www.europeanasounds.eu/news/meet-with-the-research-centre-on-sonic-space-and-urban-environment

PROGRAMME

of the  Europeana Sounds third data providers workshop

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

As a crowning final, here is a traditional Irish air : Apples in Winter / Paddy Clancy ‘s Jigs . 1975 Tower Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC -SA.(Traditional Irish music concert at the Comhaltas organization).

A French version of this post is available on this blog : https://phonotheque.hypotheses.org/18701

The text of this post was written in french by Ariane Neroulidis reviewed by Véronique Ginouvès and translated by Hanaé Allali.

  1. This organization aims to promote traditional music and Irish culture worldwide. []
  2. Metadata INTeroperability services, MINT services compose a web based platform that was designed and developed to facilitate aggregation initiatives for cultural heritage content and metadata in Europe. It is employed from the first steps of such workflows, corresponding to the ingestion, mapping and aggregation of metadata records, and proceeds to implement a variety of remediation approaches for the resulting repository. The platform offers a user and organization management system that allows the deployment and operation of different aggregation schemes (thematic or cross-domain, international, national or regional) and corresponding access rights. Registered organizations can upload (http, ftp, oai-pmh) their metadata records in xml or csv serialization in order to manage, aggregate and publish their collections. Read more: http://mint.image.ece.ntua.gr. []
  3. To give some examples of data modeling rules, with the record library of the MMSH we establish a link between the mapping collection and the CHO records – Cultural Heritage Object – using the field dcterms:isPartOf. To return to the original instructions is edm:isShownAt, while edm:isShownBy allows us to link to the stream. []
  4. This platform developed by NUTA works by exposing the API portals and data warehouses. []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principle of Web data or Linked data which aims to publish structured data on the Web in order to connect them. []

Atelier interprofessionnel du Réseau documentaire des archives sonores

Ce vendredi 20 mai, le réseau documentaire des archives sonores en Rhône-Alpes organise sa première rencontre, sous la forme d’un atelier interprofessionnel qui aura lieu au Musée Dauphinois, à Grenoble. Ce réseau régional créé en 2015 est composé d’une douzaine de structures associatives et institutionnelles détentrices de fonds sonores de la région :

L’objectif de ce réseau, coordonné par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), est de mutualiser leurs archives sonores sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, une banque de données qui rassemble déjà les archives de 6 régions (Normandie, Bourgogne, Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes).

L’atelier est avant tout conçu comme un lieu d’échange, laissant une large place à la réflexion collective et aux récits d’expérience des participants. Il sera ponctué par l’intervention de professionnels invités à présenter des études ou des projets illustrant singulièrement la thématique de cette journée :

  • Claire Scopsi, maître de conférence en Sciences de l’Information et de la communication, responsable de la licence professionnelle documentaliste audiovisuel au CNAM Paris et Chercheuse au laboratoire Dicen-IDF ;
  • Rémy Besson (en visioconférence), docteur en histoire culturelle, post-doctorant à l’université de Montréal, auteur de nombreux travaux sur l’intermédialité et les enjeux scientifiques de l’archivage numérique. Il nous présentera le projet « Archiver à l’époque du numérique », qu’il a coordonné en 2013 ;
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche, responsable du laboratoire audiovisuel du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), chef de projet de la plateforme Telemeta, responsable scientifique et technique pour le CNRS du projet Europeana Sounds, coordinatrice de l’ANR Diadems (Description, indexation, accès aux documents ethnomusicologiques et sonores) ;
  • Ariane Néroulidis, représentera la phonothèque de la MMSH et le CRESSON, pour présenter le modèle de données de la plateforme Europeana, l’EDM (Europeana Data Model) et l’import des métadonnées dans l’outil de mapping MINT (Metadata Interoperability Services) dans le cadre du programme Europeana Sounds.

Crédits photographiques : (A la Une) Internet Archive Book Images, Image from page 76 of « Kramer’s book of trade secrets for the manufacturer and jobber; ca 1905, Aucune restriction de droit d’auteur connues.

La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier

Portrait de l'archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)

Jean-Pascal Nehr débute sa formation d’archetier en 1974 à 16 ans. Il fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par goût pour les activités d’art et d’artisanat. Très tôt, il participe aux divers ateliers créatifs organisés dans la Maison des Jeunes et de la Culture dont son père est directeur. Dès le début de son année scolaire de 2e, il envoie son dossier à l’école Boulle d’Arts appliqués à Paris et à l’Ecole nationale de lutherie et d’archèterie de Mirecourt où il est retenu pour passer les tests d’admission.

Les tests d’admission à Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Dans la ville où il habite, à Aix-en-Provence, il rend visite à un luthier qui lui déconseille d’aller se former à Mirecourt.

Un avis négatif sur Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Sélectionné en archèterie, il fait son apprentissage avec Bernard Ouchard et évoque les étapes de la formation.

La formation (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’emprise du maître est forte. Jean-Pascal Nehr raconte l’exigence de son enseignement et une certaine forme d’intolérance à l’égard de tout ce qui lui paraît original.

Le maître (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Le poids et la longueur règlementaires de l’archet n’empêchent pas une marge d’invention qui, bien qu’étroite, fait tout l’intérêt du métier et permet d’identifier le style et l’auteur d’un archet.

Le style (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’outillage des archetiers n’a pas changé, mais certains archetiers utilisent aujourd’hui des machines pour effectuer une partie de la fabrication.

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Crin pour les mèches d’archets. Atelier de Jean-Pascal Nehr à Marseille

Après son diplôme, Jean-Pascal Nehr fait ses débuts professionnels  en fabriquant des archets qu’il vend aux luthiers parisiens de la Rue de Rome. De1980 à 84, il s’installe dans le 18e arrondissement de Paris avec un luthier et fait de la restauration et de la réparation d’archets.

Fabrication et restauration (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il part ensuite à Marseille et travaille dans l’atelier du luthier Charles-Luc Hommel. Il restaure et fabrique des archets et a l’opportunité d’exposer dans des salons professionnels internationaux.

Salons suivis de commandes (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Baguettes pour archets
Baguettes pour archets

En 1990, il s’établit à son compte à Marseille et, de plus à plus, souhaite ne faire que du neuf.

Seulement du neuf (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Ce qui l’intéresse dans les salons, c’est le rapport avec les musiciens et avec les collègues.

Le rapport avec le musicien (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il regrette la fermeture de la section d’archèterie jamais rouverte à cause de la peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

La fermeture de l’école d’archèterie (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il forme à l’archèterie son cousin puis son frère, reconstituant ainsi une dynastie de nouveaux archetiers.

Une nouvelle famille d’archetiers (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Il explique l’importance de fréquenter divers ateliers. Voir beaucoup de beaux archets anciens est pour lui une source d’inspiration. Il a plusieurs fois changé de styles.

Voir de belles pièces (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il définit sa recherche actuelle dans la fabrication de ses archets : il faut parvenir à faire sentir le geste.

Faire sentir le geste (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Pendant 10 ans, il part régulièrement travailler à Barcelone où il n’y avait pas d’archetier.

Barcelone (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il évoque également son expérience de trois mois à Cuba avec l’association « Luthiers sans frontière ». Se concentrer sur son travail et pouvoir le réaliser sans avoir besoin de son cadre habituel lui procurent un sentiment de grande liberté.

Concentration et liberté (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Ebène, corne, ivoire, copeaux de pernambouc et autres matériaux (atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille), fév. 2016

Le problème des matières brutes que travaille l’archetier se pose car aujourd’hui la majorité d’entre elles est interdite (comme le bois de pernambouc, l’ivoire, la tortue, l’ébène, etc). La qualité actuelle des bois d’archèterie est supérieure à celle utilisée autrefois. Les archets contemporains peuvent rivaliser avec les grands archets anciens.

Qualité des archets contemporains (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Comment savoir ce que va donner un archet ? Jean-Pascal Nehr l’évalue par rapport aux réactions et vibrations de la matière.

Vibrations de la matière (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Jean-Pascal Nehr est épris de son métier et, après 40 ans de pratique, ne peut envisager de s’arrêter. Il ne l’a pas fait, même après un grave accident de scooter. Il poursuit la voie qui l’intéresse : créer de nouveaux archets.

Continuer à créer (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L'archetier Jean-Pascal Nehr, 2010 (photo Patrice Terraz)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par le photographe Patrice Terraz (2010, Marseille)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers et archetiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Nehr, Jean-Pascal (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier, Marseille, 3 février 2016. Enregistrement numérique :  43 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4970.

Crédits photographiques : Portraits de l »archetier Jean-Pascal Nehr  (2010, Marseille)  : avec l’aimable autorisation du photographe Patrice Terraz  ; autres : H. Claudot-Hawad.

Visual studies et Méditerranée, 27 juin 2016, Aix-en-Provence (MMSH)

Journée de découverte et inauguration
Visual studies et Méditerranée

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Les archives du dépôt légal de l’Ina
dans la recherche en sciences humaines et sociales
Inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – AMU/CNRS), seront officiellement inaugurés deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Tout au long de cette journée des ateliers de recherche seront organisés sur les PCM installés à la médiathèque de la MMSH auxquels le public pourra participer librement, sur inscription. Les conférences se tiendront salle Paul-Albert Février (MMSH).

PROGRAMME

10h : Accueil et introduction : Brigitte Marin (directrice de l’USR 3125 et du laboratoire d’excellence LabexMed, AMU/CNRS), et Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique)

10h30 : Mireille Maurice (Déléguée régionale de l’Ina Méditerranée), 20 juin 1992, chronique d’une loi historique

11hMaryline Crivello (directrice de l’UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS, Directrice exécutive de la Fondation A*MIDEX),  et Marie-Christine Hélias-Sarre (Responsable documentaire Ina Méditerranée), Recherche et fonds documentaires de l’Ina : 30 ans de collaboration

11h45 : Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique), Bien plus que de la télévision : tout ce que vous n’avez pas (encore) cherché dans les collections de l’Ina

14h15 : Thomas Gabison (les éditions Actes Sud BD / ARTE),  Les voix de la ville qui n’existe plus

14h45 : Evelyne Cohen (Enssib – Université de Lyon, LARHRA), Les archives de l’Ina : enjeux et usages historiens

15h15 : Gérôme Truc (Département de sciences sociales de l’ENS Cachan), Faire une sociologie des attentats : l’apport des archives de l’Ina

15h45 : Sophie Gebeil (UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS), Le dépôt légal du web, une source d’histoire contemporaine : le cas des mémoires maghrébines en ligne de 1999 à 2014

16h15 :  Conclusions et perspectives, présidées par Maryline Crivello et Géraldine Poels

Pour suivre les ateliers d’introduction à la recherche sur les PCM (30 minutes) qui seront organisés à la Médiathèque de la MMSH avec Christian Champaloux (Médiathèque MMSH) et Anissa Adgharouamane (stagiaire à l’Ina Méditerranée), vous pouvez dès à présent, vous inscrire à partir d’un formulaire en ligne. Ces ateliers,  qui débuteront dès 9h30, sont ouverts à tou.te.s. Nous bénéficierons de la présence de Corinne Gauthier (Inathèque, BnF) qui pourra répondre à toute question sur des recherches spécifiques.

Crédits photographiques : en 1963, un homme attend son tour chez le barbier, en Floride, tout en regardant les actualités à la télévision – peut-être à propos de l’assassinat de JF Kennedy -, Archives nationales de Floride, pas de restrictions de droit connues.

Cette journée est organisée avec le soutien de l’Ina, de l’USR 3125 et de l’UMR 7303 Telemme – AMU/CNRS .

Lieu : Salle Paul-Albert Février, MMSH.

 Merci à Anissa-Claire Adgharouamane, Master 1 (professionnel) Histoire et Humanités, spécialité 6 – Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques pour son soutien logistique à cette journée.

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm []

Europeana Sounds Third Data Providers Workshop (version en langue française)

A l’aube de la troisième année du programme Europeana sounds, les partenaires ont été conviés au dernier workshop, qui s’est tenu à Dublin les 28 et 29 Avril 2016.

Ce rendez-vous annuel est toujours attendu avec intérêt par les partenaires européens car c’est l’occasion pour tous les participants d’être formés afin de travailler ensemble sur les outils développés par le programme. Pour ce dernier atelier pratique, nous étions accueillis au sein du centre de ressource du Clasac dirigé par l’organisation irlandaise Comhaltas Ceoltóirí Éireann1. Trois axes principaux ont été abordés durant ces journées :

  • L’agrégation des données sur MINT2 et l’affichage sur le portail Europeana (WP1 et WP5 )
  • L’enrichissement et la participation (WP2)
  • Point sur les licences (WP3)

La réunion a été l’occasion de dresser un bilan de la deuxième année du projet. L’objectif global de 250 000 enregistrements publiés sur la plateforme Europeana a été atteint et d’ici janvier 2017, ce chiffre devrait avoir doublé avec un total de 500 000 enregistrements. Les outils statistiques mis en place sont très encourageants, puisque dans l’espace Europeana statistics dashboard la fréquentation en 2016 est en constant accroissement . Pour la phonothèque de la MMSH, on compte plus de 1,500 vues sur plus de 3,500 notices en ligne.

  1. L’agrégation des données sur MINT et l’affichage sur le portail Europeana

Depuis le précédent workshop en juillet 2015, beaucoup de progrès ont été réalisés. Si la procédure sur l’outil de mapping MINT est toujours identique3, la plateforme Europeana en version beta tend vers un affichage plus ergonomique avec une arborescence des données. Ainsi, d’un point de vue qualitatif, le travail de modélisation des données de la phonothèque a été pris en modèle lors de la présentation par Tom Miles, leader du WP1.

SAM_2304

Présentation de la collection des Luthiers de Mirecourt affichée en arborescence sur Europeana

Enfin, le travail sur la qualité des métadonnées mené par la Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) a été signalé par une des membres du groupe, Anila Angjeli, partenaire à la BnF.

2. L’enrichissement et la participation (WP2)

La deuxième journée du workshop a été principalement consacrée à l’enrichissement des collections musicales par les internautes :

Grâce au développement de la plateforme WITH4, les usagers pourront désormais annoter des sons présents sur Europeana via l’espace dédié : Sounds Space.
Cet espace permet de créer des expositions virtuelles et des collections, qu’il est possible d’annoter grâce à l’outil d’annotation sémantique Pundit. Cet outil collaboratif est en lien avec le référentiel commun pour les instruments de musique MIMO5 et permet de générer des mots-clés (ou tags) sous forme de triplets RDF, qui permettent l’intégration au Web Sémantique6 . A terme, le widget d’annotation Pundit pourrait être intégré directement sur la base de données des institutions.
MIMOLes modules collaboratifs sur Europeana seront bientôt étendus au-delà des instruments de musique, pour annoter les genres descriptifs (directement à partir des collections) et les lieux (via les nouvelles fonctionnalités d’HistoryPin : suggestions de localisation et l’API Historypin)

Enfin, une campagne de crowdsourcing sera lancée avant l’été 2016 pour encourager l’enrichissement autour de ces collections autour d’événements ponctuels (edit-a-thon, hackathon, expositions…)

Selon le niveau d’implication des institutions dans cette campagne, différents niveaux seront attribués :

  • Bronze = sélection des collections propices à l’enrichissement
  • Argent = pré-traitement de ces collections
  • Or = implantation du widget d’annotation sur la base de données institutionnelle

3. Point sur les licences (WP3)

La question des licences a été abordée, avec une nouveauté, le site : http://rightsstatements.org, qui propose 11 déclarations de droit standardisés, pour le patrimoine culturel en ligne. Ces propositions s’inscrivent en complément des licences Creative Commons, et s’organisent en 3 catégories : In Copyright, No Copyright, Other (pour les objets dont le statut est indéterminé).
Parmi elles, on trouve deux nouvelles licences :
No Copyright – Other Known Legal Restrictions
In Copyright Educational Use Permitted

On note également une licence retirée :

Rights Reserved – Paid Access

Ce retrait témoigne de la volonté d’Europeana de proposer uniquement des documents en libre accès.

Ces nouveaux intitulés seront mis à jour dans les Conditions Générales d’Utilisation d’Europeana.

Pour terminer, signalons l’intégration de nouveaux partenaires européens dans le projet Europeana sounds :

The Fryderyk Chopin Institute (Pologne)
Dublin Institute of Technology (Irlande)
École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (France)

La participation de l’ENSAG implique le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON) en tant qu’unité du CNRS à travers l’UMR 1563 « Ambiances architecturales et urbaines ». Dans ce cadre, la phonothèque de la MMSH contribuera au lancement de l’agrégation des données de l’ENSAG durant le mois de mai 2016.

Pour terminer en chanson sur un air de musique traditionnelle irlandaise :
Apples in Winter / Paddy Clancy’s Jigs
. 1975 Tour Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC-SA.

Concert de musique traditionnelle irlandaiseConcert de musique traditionnelle irlandaise à l’association Comhaltas

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette troisième session :

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

Une version en langue anglaise du billet, traduit par Hanaé Allali, a été publiée le 25 mai 2016 : https://phonotheque.hypotheses.org/18912

Crédits photographiques :

Véronique Ginouvès (photographie à la Une) Danse irlandaise, août 2013, Dún-Laoghaire

Ariane Néroulidis, photographie durant le Workshop, avril 2016, Dublin

  1. Cette association a pour but est de promouvoir la musique traditionnelle et la culture irlandaise à travers le monde. []
  2. Metadata INTeroperability services []
  3. Pour donner quelques exemples de règles de modélisation de données, à la phonothèque de la MMSH nous établissons un lien entre le mapping de la collection et celui des notices CHO – Cultural Heritage Object – à l’aide du champ dcterms:isPartOf. Pour renvoyer vers la notice originale, c’est  edm:isShownAt qui est utilisé tandis que edm:isShownBy nous permet de faire le lien direct vers le stream []
  4. Cette plateforme développée par le NUTA fonctionne en exposant les API de différents portails et entrepôts de données []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principe du Web des données ou Linked data dont l’objectif est de publier des données structurées sur le Web afin de pouvoir les relier entre elles []

« L’Europe et ses intellectuels », Varsovie, 30 mai – 2 juin 2016

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’Université de Varsovie (1816-2016) et du réseau réseau scientifique « Cultures européennes – identité européenne », un colloque international sur le thème de « L’Europe et ses intellectuels » se tiendra à Varsovie du 30 mai au 2 juin 20161. Une introduction au colloque et une présentation de ses grands axes ainsi que de l’équipe scientifique est ligne sur le site du Centre de civilisation française de l’université de Varsovie.

PROGRAMME

Lundi 30 mai 2016

Collections et visions de l’Europe :
un dialogue fondateur et perpétuel

17h   Table-ronde modérée par Paul Gradvohl (Varsovie)

Krzysztof Pomian (Paris/Varsovie) – Du cabinet de curiosité au musée
Dietmar Preisler (Bonn) – Les interrogations fondatrices d’un musée d’histoire allemande de l’après-1945
Jolanta Talbierska (Varsovie) – Les collections d’œuvres graphiques: sens et évolution
Véronique Ginouvès (Aix-en-Provence) – Identités et collections sonores : les défis du streaming

Mardi, 31 mai 2016

L’engagement pour l’Europe et ses formes

Présidence de Mario Domenichelli
10h30 – Didier Alexandre (Paris) – La notion d’Orient dans les débats qui  traversent le milieu intellectuel français dans  l’entre-deux-guerres
11h – Henryk Chudak (Varsovie) – Comment faire l’Europe selon Julien Benda
11h30 – Marthe Segrestin (Paris) – La revue « Europe » dans l’entre-deux-guerres : quelle Europe littéraire ?
12h – 13h Débat

L’Europe en perspective comparatiste

Présidence de Michael Bernsen
14h30 – Dorota Szeliga (Varsovie) – L‘idée d’Europe dans les relations choisies des voyageurs français de la Renaissance
15h – Remigiusz Forycki (Varsovie) – Les métamorphoses de l’Europe dans les récits de voyage d’Astolphe de Custine
15h30- Henryk Głębocki (Cracovie) – « La Russie telle qu’elle est » aux yeux de l’Occident ou Adam Gurowski et les avatars de la vision de Russie et d’Europe centrale aux Etats-Unis et en Europe au milieu du XIXe siècle
16h 30 – Véronique Gély (Paris) – La littérature européenne selon Joseph Texte, premier titulaire d’une chaire de littérature comparée en France
17h – Tomás Gonzalo Santos (Salamanca) Le père Feijoo, précurseur de l’illustration en Espagne 
17h 30 – Joanna Żurowska (Varsovie) – Maciej Żurowski, un comparatiste polonais après 1945
17h30 – Manuel Montesinos Caperos (Salamanca) – Les intellectuels espagnols du XIXe siècle et la transmission de la culture allemande en Espagne

Mercredi, 1er juin  2016

Les grandes figures européennes

Présidence de Michel Delon
9h – Paweł Matyaszewski (Lublin) – Montesquieu, ou comment peut-on être Européen ?
9h30 – Fabienne Bercegol (Toulouse) – Chateaubriand et l’Europe des intellectuels
10h – Judyta Zbierska-Mościcka (Varsovie) – Maurice Maeterlinck, une pensée belge sur l’Europe
11h – Michael Bernsen (Bonn) – Ernst Robert Curtius, philologue moderne de l’Europe
11h30 – Isabelle Serca (Toulouse) – Une grande figure européenne : Leo Spitzer, philologue humaniste
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Véronique Gély
14h30 – Thomas Hunkeler (Fribourg) – Denis de Rougemont et la notion d’Occident
15h  – Michela Landi (Florence) – L’Europe et l’Esprit: une réflexion politique de Paul  Valéry
15h30     Michael Wetzel (Bonn) – Jacques Derrida et la question de l’Europe
16h30 – Peter Frei (Fribourg) – De Sartre à Derrida : fictions de l’intellectuel en (dé)construction
17h – Marcin Darmas (Varsovie) – Une déprime européenne. L’œuvre littéraire et cinématographique de Michel Houellebecq
17h30    Miriana Yanakieva (Sofia) – L’identité européenne en cinq axiomes
18h – Débat

Jeudi, 2 juin 2016

Avatars de devenir européen

Présidence de Didier Alexandre
9h – Monika Kulesza (Varsovie) – Jean Chapelain et sa « République des Lettres »
9h30 – Michel Delon (Paris) – Le philosophe des Lumières comme intellectuel européen
10h – Izabella Zatorska (Varsovie) – Les réécritures de la « Genèse » au Siècle des Lumières en France
11h – Michael White (St Andrews) – Écrivain entre deux nations philologiques : Paul Heyse – philologue, traducteur, poète
11h30 – Patrizio Collini (Florence) – Le théâtre subversif de Heiner Muller
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Thomas HUNKELER
14h30 – Réni Yotova (Sofia) – Le rôle des intellectuels de l’Europe de l’Est pendant la Guerre froide
15h – Aneta Bassa (Varsovie) – Échanges intellectuels au-delà du rideau de fer – perspectives de recherches autour des archives numérisées du Centre de Civilisation  Française de l’Université de Varsovie
15h30 – Romuald Fonkoua (Paris) – L’Europe face à l’autre part d’elle-même
16h – Wiesław Kroker (Varsovie) – L‘Europe dans l’œuvre d’Andrzej Stasiuk
16h30 – Willi Jung (Bonn) – Albert Camus, Berlin-Est et l’Europe révoltée

En guise de conclusion…

17h  Mario Domenichelli (Florence) – Petite histoire des intellectuels et des idées de l’Europe: de la monarchie universelle à   la démocratie globalisée
18h -Débat suivi du bilan du Colloque Varsovie 2016 par Didier Alexandre, Michael Bernsen et Remigiusz Forycki

 

Comité organisateur : Remigiusz FORYCKI (Varsovie), Président ; Didier ALEXANDRE (Paris), Michael BERNSEN (Bonn), Vice-présidents ;  Aneta BASSA (Varsovie), Secrétaire général ;  Henryk CHUDAK (Varsovie), Mario DOMENICHELLI (Florence), Paul GRADVOHL (Varsovie), Thomas HUNKELER (Fribourg), Artur LOMPART (Bureau du Recteur – Varsovie), Jolanta TALBIERSKA (Bibliothèque Universitaire de Varsovie), Michael WHITE (St Andrews), Miriana YANAKIEVA (Sofia), Membres.

Programme en ligne en langue française.

Programme en ligne en langue polonaise.

 

Crédits photographiques : Pont Alexandrowk à Varsovie photographié entre 1910 et 1915, collection de la bibliothèque du Congrès,  domaine public.

  1. Le colloque a lieu sur le site de la Bibliothèque Universitaire de l’université : Auditorium 1.007, 55 rue Dobra et sale n°316, 3ème étage 56 rue Dobra, Varsovie. []

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

La recette du mois : les sardines farcies

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois d’avril s’est porté sur la réalisation d’un gratin de sardines farcies.

Nous vous proposons d’écouter l’enquête 2341 enregistrée le 02.03.2007 à Marseille, par Cécile Février, auprès de Madame Elise Arnaud qui nous dévoile sa recette de sardines farcies :

Ingrédients : 20 sardines, de la salade, du persil, de l’ail, un œuf, de la chapelure, de l’huile d’olive.

Préparation :  vider les sardines (en réservant les œufs de poisson ) enlever les têtes et en tirant l’arrête centrale qui doit se retirer facilement. Laver les sardines, les poser bien à plat et préparer une farce en hachant 6 ou 7 sardine, de la salade1 de l’ail, du persil, un peu de chapelure, saler poivrer, et ajouter un oeuf. Déposer la farce sur les sardines, rouler celle-ci en commençant par la queue et les placer dans un moule à gratin pour les faire gratiner au four 20 à 30 minutes. Par tradition familiale provençale, j’ajoute toujours dessus de la tomate dans laquelle je dilue du pesto et un filet d’huile d’olive pour finir.

Voici ci dessous des liens vers  des  ouvrages culinaires illustrés par Mireille Gayet, Directrice de recherche au CNRS,  dont la spécialité est la paléontologie,  mais aussi passionnée…. de dessin et de cuisine.

mais ceux aussi de la cuisine expérimentale  romaine qui nous ont paru intéressant de mettre en lumière.

Crédits photographiques : Mathilde Bresc

  1. la salade peut être aisément remplacée par de l’épinard, des fanes de radis ou de jeunes navets frais []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles