Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Le luthier Pierre Allain devant son atelier, Nice, novembre 2016

Pierre Allain a dix-neuf ans lorsqu’il débute sa formation de luthier à Crémone en 1974, après avoir passé son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût des activités manuelles et artistiques. Parti de sa Normandie natale pour visiter différentes écoles de métiers d’art à Paris (Boule, Etienne), il tombe par hasard sur l’atelier du luthier James Chauvelin.

Un luthier très accueillant (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Intéressé par ce métier qu’il vient de découvrir, il se rend en auto-stop en Italie pour se faire une idée de l’Ecole de lutherie de Crémone.

Le registre des élèves (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq à Nice (2016)

Après avoir contacté plusieurs élèves français de l’école de Crémone (Jean Bejuy, Hugues Paumier), il s’inscrit pour la rentrée 1974. L’enseignement général dispensé n’est pas adapté aux élèves de lutherie. La 2e année, les élèves français organiseront une grève à ce sujet.

La grève des élèves français (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

La grève qui a eu un certain impact et un large écho médiatique, est ensuite éclipsée par un événement marquant, l’assassinat d’Aldo Moro. Sur fond de contestation et de mécontentement, Pierre Allain quitte l’école après la 3e année en même temps que d’autres élèves.

Quitter l’école avant la fin (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Après leur départ de l’école, lui et ses collègues, grâce aux liens entretenus avec certains professeurs, continuent leur travail dans un atelier collectif, fabriquant et vendant plus ou moins bien leurs instruments. Leur métier les passionne.
Une activité exaltante (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Concernant ses débuts en lutherie, Pierre Allain dit ne pas avoir éprouvé de difficultés particulières.

Une connaissance préalable du bois (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Il décrit les étapes de l’enseignement et le suivi opéré par les professeurs.
Il y avait du répondant  (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq (Nice, 2016)

A Crémone, les professeurs de lutherie formaient deux groupes dont les divergences semblent plus politiques qu’artisanales à Pierre Allain. Il évoque les enseignants qu’il a eus, certains particulièrement perfectionnistes.
Deux groupes de professeurs (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

En 1981, Pierre Allain qui a passé en tout six ans et demi à Crémone, part travailler deux ans et demi dans un atelier à Genève en Suisse. Puis avec deux collègues formés à Crémone comme lui, il ouvre un atelier à Paris dans le 20e arrondissement.
Chacun sa spécialité (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Deux ans après cette expérience, Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq décident de s’établir à Nice.
S’installer à Nice (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Ils apprennent que la mairie souhaite aider à l’installation d’un luthier. Mais consulté à ce sujet, le président du GLAAF (Groupe des Luthiers et Archetiers Français), Etienne Vatelot, préfère recommander un luthier passé par l’école de Mirecourt. A cette période, les tensions professionnelles sont assez fortes entre le GLAAF et l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) dont Pierre Allain est un membre actif. Pour finir, ce dernier raconte combien les contacts qu’il aura plus tard avec E. Vatelot seront sympathiques.

Tensions professionnelles (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

En 1985, deux maisons de lutherie s’établissent donc à Nice.
Dans leur atelier, Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq se répartissent les tâches, l’un s’occupant de la lutherie et l’autre de l’archèterie.

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq à Nice (2016)

P. Allain évoque l’intérêt mais aussi les difficultés de gérer l’atelier à deux, ainsi que d’avoir des employés. Il a reçu par ailleurs beaucoup de stagiaires de l’école de Mirecourt et de l’école de Crémone. Quand l’école de Mirecourt  a commencé à recruter les élèves à partir du baccalauréat, il a participé à la réécriture du programme.

Atelier de Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq (Nice, 2016)

L’atelier s’occupe de l’entretien, de la restauration et de la location d’instruments. Il y a eu rapidement  beaucoup de travail dans ce domaine. P. Allain s’est spécialisé également dans l’achat et la vente d’instruments anciens. Avec son collègue Paumier, il fait partie des premiers luthiers français à avoir fait des salons en Chine pour exposer des instruments anciens. Ses tentatives en Russie et au Japon où le marché est plus fermé ont été moins concluantes.
Salons internationaux et aide de la Chambre de Commerce (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

P. Allain reste attaché à la ville de Crémone, où il a appris la lutherie, et y retourne très souvent, notamment pour y acheter des fournitures. Il a fabriqué peu d’instruments neufs, trop pris par ses autres activités.

Peu de temps pour fabriquer (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Il s’est enfin beaucoup intéressé à l’histoire de la lutherie,  et notamment aux luthiers de Nice à travers les archives de l’atelier Bovis et notamment celles de François Bovis (1864-1914), élève et successeur de Nicolò Bianchi (1804-1880), luthier italien de Gènes qui après s’être établi à Paris revint à Gènes et s’installa finalement à Nice.  Après François Bovis, ce fut son fils Charles Bovis qui reprit l’atelier.

P. Allain  a travaillé sur cet exceptionnel corpus avec les luthiers Eric Blot et Alberto Giordano, traduisant en français les 1200 lettres de François Bovis qui permettent de découvrir beaucoup d’aspects inconnus de l’histoire de la lutherie en Europe. Un livre sur les luthiers de Nice est en projet.
Les luthiers de Nice (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Pour Pierre Allain, le recrutement des élèves de lutherie au niveau bac a changé la compréhension et la pratique du métier.
Une nouvelle approche du métier (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH dès 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Allain, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré , 6 juillet 2016, Nice. Enregistrement numérique : 72 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5186.

Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad.

Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte

Dominique Thomas dans son atelier (Henridorff, photo B. Munch)

Dominique THOMAS a la passion des guitares de jazz, acoustiques ou électriques : il aime les fabriquer et en jouer. Il s’est formé seul, mobilisant ses compétences professionnelles en mécanique de précision.

Prototypiste et outilleur (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Continuer la lecture de Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte

Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

Radio Calade, la radio du Beaujolais et du Val de Saône a mis en ligne une chronique sonore terrifiante1 de Philippe Collin sur la vie aux bagnes de Guyane et de Nouvelle Calédonie. Réalisée à partir des témoignages de Léon Collin, son grand-père (1880-1970), médecin militaire de l’Empire français qui a consigné et photographié ce qu’il vivait et voyait dans l’enfer carcéral des colonies de Guyane (de 1906 à 1910) et de Nouvelle Calédonie (de 1910 à 1913).  Son carnet de notes a été publié sous le titre Des hommes et des bagnes en 2015 aux éditions Libertalia avec une partie de ses 130 photographies2.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

  1. Cette chronique historique du bagne par Philippe Collin a été diffusée entre avril et mai 2017,  le vendredi à 16h30 et rediffusée le dimanche à 9h30 sur CALADE , elle est en réécoute sur le site www.radio-calade.fr sous licence Creative Commons CC-BY-SA []
  2. Philippe Colin a fait en sorte que l’ensemble de la production de son grand-père soit accessible de multiples manières et le plus librement possible réutilisable.  Outre la publication de son carnet, un documentaire a été diffusé sur Arte le 20 mai 2017 à 16h25. Les exemplaires originaux ont été déposés aux ANOM, aux archives de Nouvelle-Calédonie, au musée de Saint-Laurent-du-Maroni et au Musée Nicéphore Nièpce. Enfin les documents de Léon Collin sont accessible sur le site de Criminocorpus. []

Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ?

Depuis le 15 mars 2012, nous attendions que Bassel Khartabil soit libéré. Après tout, c’était certainement une erreur. Malgré l’horreur de la guerre, un geôlier, un militaire, quelqu’un comprendrait vite que c’était une erreur. Bassel était simplement informaticien et travaillait à un internet libre en développant les Creatives Commons dans son pays.  Alors que j’attendais, il a été exécuté. Cela s’est passé il y a longtemps déjà, sans doute en octobre 2015.

Une fois dévastés par l’absurdité et l’absence, Bassel Khartabil est toujours là ! Un fonds à sa mémoire vient d’être ouvert, hébergé par la fondation des Creatives Commons The Bassel Khartabil Memorial Fund, une communauté internationale s’est constituée dès les débuts de son incarcération dont il est le ciment toujours très animée, une playlist donne à entendre les formes sensibles du souvenir et des images de ceux qui attendaient, encore ouverte. A très bientôt Bassel.

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ : Si le sommeil me gagne, je m’endormirai ; si j’ai soif, je boirai ; si j’écris, ce que j’écris me plaira et j’ignorerai la question ; si je déjeune, j’ajouterai un peu de moutarde et de poivre à ma grillade ; si je me rase, je pourrai me couper au lobe ; si j’embrasse mon amie, je dévorerai ses lèvres comme une figue ; si je lis, je sauterai quelques pages ; si j’épluche des oignons, je verserai quelques larmes ; si je marche, j’irai plus lentement ; si j’existe ainsi qu’à présent, je ne penserai pas au néant ; si je ne suis pas présent, l’affaire ne me concernera pas ; si j’écoute Mozart, je me rapprocherai du carré des anges ; si je dors, je continuerai à dormir, rêvant et follement amoureux du gardénia ; si je ris, je réduirai mon rire de moitié par décence. Que puis-je faire ? Que puis-je faire d’autre, même si j’étais plus courageux qu’une tête brûlée et plus fort qu’Hercule ? Extrait de « La trace du papillon », Mahmoud Darwich.

Suivez Freebassel sur Instagram et @freebassel sur Twitter

Crédit photographique :  Portrait de Bassel Khartabil lors du Creative Commons Arab Regional Meeting, par Mohamed Nanabhay, 24 octobre 2010  (CC BY)

Le catalogue de la phonothèque sur CLARIN

Voilà une belle nouvelle pour l’été qui ancre la phonothèque de la MMSH un peu plus dans l’Europe : depuis quelques semaine, son catalogue Ganoub est désormais intégré à CLARINEuropean Research Infrastructure for Language Resources and Technology. CLARIN est un ERIC – European Research Infrastructure Consortium, créé dès 2012 avec des objectifs qui sont ceux de l’Open Science. L’un d’eux1 est de fédérer les efforts européens faits autour des données de langage, pour toutes les langues, à destination de toutes les disciplines.

L’information sur de l’intégration du catalogue de la phonothèque de la MMSH est à lire sur le dernier journal de Clarin (juillet 2017).

Interroger Ganoub sur CLARIN. Continuer la lecture de Le catalogue de la phonothèque sur CLARIN

  1. CLARIN développe et offre également des services et des solutions technologiques pour l’interopérabilité, l’analyse, les outils autour des questions du langage. CLARIN soutient aussi les projets universitaires et doctoraux qui permettent de contribuer à une Europe réellement multilingue. []

Nuit de la Radio 2017

Une expérience d’écoute collective au MuCEM

Depuis 2001, les auteurs de la commission des œuvres sonores de la Société civile des auteurs multimédia – Scam proposent une expérience d’écoute collective, organisée conjointement avec l’Ina et Radio France.

Pour la deuxième fois au MuCEM, casque sur les oreilles et au coucher du soleil, une sélection d’archives radiophoniques de l’Ina vous est proposée1. Cette année, l’immersion collective se fera en relation avec la thématique Liberté(s)2.

Informations pratiques

Samedi 15 juillet 2017
Entrée libre et gratuite
MuCEM, fort Saint-Jean dans la cour de la Commande
Accès : entrée « Quai du port », entrée basse fort Saint-Jean
201, quai du Port (10min à pied du métro Vieux-Port)
Accessible aux personnes à mobilité réduite.

Immersion sonore débute à partir de 21h
Durée de l’écoute : 1h30
Des casques sont prêtés sous présentation obligatoire de la carte d’identité.


Crédits photographiques :
– A la une : Photo d’une famille américaine dans les années 1920 à l’écoute d’une radio à cristal, publicité 1922 pour Eisemann radios, 1922, libre de droits.
– Visuel La Nuit de la Radio, design by legoffetgabarra.fr (© Mellimage / Shutterstock, © James Wheeler / Shutterstock).
17e Nuit de la Radio, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – MuCEM, tous droits réservés, pas d’information sur le photographe ni sur les droits d’usages.


 

  1. La Nuit de la Radio est organisée dans le cadre du Festival International de Cinéma – FIDMarseille qui aura lieu entre le 11 et le 17 juillet. []
  2. Programme proposé par Carole Pither. []

Le patrimoine écrit était à l’honneur à Albi les 27 et 28 juin 2017

Les journées du patrimoine écrit qui se sont déroulées à Albi, les 27 et 28 juin dernier, ont été riches d’enseignements et d’échanges. La première journée était consacrée aux dernières actualités et au patrimoine mis en danger et la seconde présentait les thématiques actuelles et leurs liens avec le patrimoine ainsi que les expériences qui font l’actualité autour de leurs fonds. Continuer la lecture de Le patrimoine écrit était à l’honneur à Albi les 27 et 28 juin 2017

Qu’est-ce qu’une bonne recette de cuisine sonore en 5 étapes ?

Le projet Recipes – Food, Magic, Art, Science, and Medicine organise pendant les mois de juin et juillet une conférence virtuelle autour de la question « Qu’est-ce qu’une recette / What is a recipe ?« .  Les deux historiennes à l’origine de ce scientifique et savoureux projet, Lisa Smith (Université de l’Essex) et Laurence Totelin (Université de Cardiff), ont repéré dans leur veille documentaire les billets de Mathilde Bresc les derniers lundis du mois sur les Carnets de la phonothèque  qui présentent des recettes de cuisine issues de nos fonds sonores. Elles ont sollicité l’équipe de la phonothèque pour qu’elle participe à la question virtuelle des mois de juin et juillet « What is a recipe ? ». Cela a poussé l’équipe de la phonothèque à définir ce qu’est une « bonne recette sonore ». Aussi, après nos Five steps to a good « sound archive recipe » voilà,  en langue française, ce que nous considérons être une bonne recette sonore en 5 étapes. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une bonne recette de cuisine sonore en 5 étapes ?

La phonothèque aux journées du patrimoine écrit d’Albi (27-28 juin 2017)

« Actualités du Patrimoine écrit, Patrimoine écrit et actualités »

Tel sera le thème développé lors des Journées du Patrimoine écrit du Ministère de la culture qui se dérouleront du 27 au 28 juin 2017 à Albi. Le Centre Régional des Lettres – CRL en est co-organisateur avec la Ville d’Albi. Ce chiasme autour du patrimoine écrit et des actualités est au cœur des préoccupations de la phonothèque de la MMSH. En effet, actuellement, un des impacts de la numérisation des archives est l’intégration des pratiques participatives issues du web social. Le développement du  crowdsourcing1 Continuer la lecture de La phonothèque aux journées du patrimoine écrit d’Albi (27-28 juin 2017)

  1. Utilisation de la créativité, de l’intelligence et du savoir-faire d’un grand nombre de personnes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur. Voir, également, à ce sujet le mémoire de fin d’année du Master « Archives numériques » de l’ENSSIB soutenu par Ariane Nérouloudis qui a travaillé à la phonothèque et que nous tenons à remercier pour son passage très collaboratif http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/66008-le-crowdsourcing-applique-aux-archives-numeriques-concepts-pratiques-et-enjeux.pdf. []

Five steps to a good « sound archive recipe »

It’s more than two years since the MMSH Sound Archives Team1 started to publish recipes on its scholarly blog Les carnets de la phonothèque from records in the field. At the beginning it was mostly a question of highlighting archives rarely used or unknown…

The MMSH Sound Archive Center ‘Phonothèque’2 It  holds more than 8000 hours of sound archives and more than 6000 hours have been digitized and are presented in an online catalogue3 ; around 3000 hours of sound recordings are directly accessible online. As we wished to highlight part of these collections, we choose to write posts about sound archives topics and of course, recipes was simple to choose: short playing, precise topic, organized with a beginning and an end. So, since November 2014, we publish (ed )every last Monday of the month a recipe linked to a field recording research by an anthropologist, a historian, a sociologist; 27 so far, so…

What is a good « sound archive recipe »?
Actually the recipes-madness has caught us! Each time a new archive collection is deposited at the MMSH Sound Archive Center, there is a question on all our minds: will there be a good sound archive recipe in it? By the way, the  Recipes Project prompts us to ask ourselves a challenging question: What is a good sound archive recipe? Here is the answer in 5 steps: Continuer la lecture de Five steps to a good « sound archive recipe »

  1. Mathilde Bresc, documentalist, suggests us every month a recipe picked up in  Ganoub, the sound archive database and editorialize it. []
  2. The Phonothèque is an archival research center, created at the end of the 1970’s by Philippe Joutard, a contemporary historian, and Jean-Claude Bouvier, a specialist in ethnic dialects, both wishing not only to preserve their recordings and to have field interviews published, but also seeked to make their sources available for the general public. When the sound archive center was integrated in the “Maison méditerranéenne des sciences de l’homme” (MMSH) in 1997 it opened to all the Humanities and Social Sciences with a focus on the Mediterranean area. []
  3. http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles