3093641514_efa46430e0_o

Participez au lancement du calendrier de l’Avent du domaine public

Le 1 décembre 2014 à 18h30, – si vous êtes parisien ou si vous passez par cette ville ce jour là – venez participer  au lancement du calendrier de l’Avent du Domaine Public au NUMA Café (RDC Connect).

A la manière des calendriers de l’Avent, le collectif SavoirsCom1 offrira chaque jour de décembre la friandise d’une oeuvre élevée dans le Domaine Public… Pour 2015 ce sont les oeuvres d’Yvette Guilber, Milena Jesenská, Kandisky, Filippo T. Marinetti, Paul Otlet, Antoine de Saint-Exupéry…  et de bien d’autres encore qui pourront  désormais être diffusées, traduites, interprétées, ré utilisées librement par tou-te-s. Ces nouvelles créations intégreront elles aussi les communs de la culture. Et avant de partir fêter 3ème édition du Calendrier de l’Avent du domaine public, pour participer allègrement aux conversations, n’hésitez pas à lire le billet du 5 novembre dernier sur le site de SavoirsCom1 Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs.

PROGRAMME

18:30 Accueil

19:00 Ouverture de la soirée et animation, par Alexis Kauffmann C’est quoi le domaine public ? par Lionel Maurel
Pause oeuvre 1, par Véronique Boukali
Calendrier : La genèse du projet, par Julien Dorra
Pause oeuvre 2, par Véronique Boukali
Calendrier : Présentation générale du calendrier par Thomas Fourmeux et Silvère Mercier
Pause oeuvre 3, par Véronique Boukali
Présentation du livre Pages Publiques par Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin
Pause oeuvre 4, par Véronique Boukali
Présentation du BookScanner, par Benjamin Sonntag
Pause oeuvre 5, par Véronique Boukali
Présentation des affiches réalisées pour l’occasion, par Sylvia Fredriksson et ses étudiants de La Sorbone
Pause oeuvre 6, par Véronique Boukali

20h Lancement officiel du calendrier 2015 : Apéro en musique du domaine public et numérisation de livres avec le BookScanner (n’oubliez pas d’apporter vos vieux livres !)

Et dès le mois de janvier une nouvelle fête est à prévoir, celle du 1er festival du domaine public lancé à l’initiative de Romaine Lubrique.

Crédits photographiques de l’image à la une : Miami University Libraries – Digital Collections Follow Meigs & Co., Incorporated Persistent URL: digital.lib.muohio.edu/u?/tradecards,1454 Pas de restrictions de droit connues.

Des “Européens” restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie : le parcours d’une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L’autre face : “Européens” en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

“Soldats algériens de l’armée française en guerre d’Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj” dans l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s’appuient les publications d’Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L’annonce de cette présentation est l’occasion, pour l’équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage “L’autre face”.

Titre :  Récit de vie d’un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l’enquête : 4017

Date de l’enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l’enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l’enquête : 
Hélène Bracco s’est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l’entretien n’était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L’informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l’Algérie même si, aujourd’hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d’obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions – Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

La fabrique des patrimoines musicaux, 21 novembre 2014, Villeurbanne

RIZE-NOV20141-image

Le 21 novembre 2014 au Rize (Villeurbanne) est organisée une Journée d’étude sur le thème, La fabrique des patrimoines musicaux. Organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture, cette journée d’étude réunit chercheurs, représentants d’associations et d’institutions culturelles pour échanger sur les liens entre création musicale, interculturalité et action patrimoniale. À partir de leurs expériences respectives, les intervenants reviendront sur des actions menées en vue de fabriquer des patrimoines musicaux, sur l’évolution des catégories institutionnelles et les nouvelles collaborations articulant recherche scientifique et action culturelle.

La table-ronde inaugurale permettra d’évoquer les stratégies de mobilisation collective : dans quelle mesure le collectage musical, la fabrique d’orchestres ou l’organisation de festivals permettent-ils de relier des personnes ou des groupes sociaux distincts ? Quels sont les effets volontaires ou involontaires de ces mobilisations ? Les ateliers thématiques seront l’occasion de questionner les modalités concrètes de ces démarches, à travers quatre entrées thématiques : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création participative. La dernière table-ronde visera à questionner les partages institutionnels : des Centres de Musiques Traditionnelles au Ministère de la Culture en passant par les DRAC, les associations militantes, les conservatoires ou départements d’université, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories auxquels ils se réfèrent, sur les assignations qu’elles produisent et sur les points aveugles des découpages institutionnels.

PROGRAMME

10h : Mots de bienvenue / Présentation de la journée
Xavier de la Selle (Le Rize), Yaël Epstein (CMTRA), Talia Bachir-Loopuyt (IRMM/Centre Georg Simmel)

10h30-12h : Faire de la musique ensemble ? Musique, interculturalité, territoires.
Cette table-ronde vise à faire retour sur des projets mobilisant la musique comme un enjeu interculturel et de développement territorial. On attribue souvent à la musique le pouvoir de relier des individus et des groupes par delà des frontières culturelles et sociales. Mais quel(s) lien(s) font effectivement émerger ces mobilisations, quel impact ont-elles ? Quels territoires sont concernés ou, à l’inverse, laissés à l’écart? Dans quelle mesure ces mobilisations  contribuent-elles à redéfinir des sentiments d’appartenance mais butent-elles aussi sur certaines frontières? Du collectage à la fabrique d’orchestres en passant par la création participative et des expérimentations pédagogiques, les intervenants reviendront sur les stratégies, outils et pratiques qu’ils ont développés pour saisir les réalités multiformes qui les entourent et susciter la rencontre de groupes sociaux pluriels autour de la musique.

Modération de la table ronde :
Denis Laborde (Centre Georg Simmel / IRMM)
Intervenants :
Gilles Delebarre (Responsable pédagogique Cité de la Musique, projet DEMOS)
François Bensignor (Président du Collectif des Musiques et Danses du Monde d’IDF)
Bruno Messina (Directeur Agence Aida / Festival Berlioz)
Philippe Fanise (Directeur artistique Le monde est chez nous)
Guillaume Veillet (Chargé de mission PCI, Conseil Général de Haute-Savoie)
Anne Damon-Guillot (Maître de conférence, Université Jean Monnet CIEREC)
Marc Villarubias (Directeur de la Mission de Coopération Culturelle de la Ville de Lyon)

12h00-13h00 : Patrimoine et création. Retour sur la.BA.la.BEL (CMTRA/ARFI) et la Folle Tentative d’Aubervilliers. Avec Yaël Epstein et Mélaine Lefront (CMTRA), Christian Rollet et Clément Gibert (ARFI), Olivier Le Comte (Compagnie Les Souffleurs).

14h00-15h30 : Ateliers
La question du « faire–ensemble » se décline différemment selon les activités et cadres institutionnels. Nous avons ici distingué quatre faisceaux d’action : la gestion des archives, l’exposition et la publication, la transmission, la création collective, dont chacun alimente une vaste littérature et qu’il s’agira ici d’envisager à l’aune des retours d’expérience. Quels sont les acteurs concernés par ces opérations, quelles « prises » mobilisent-ils pour appréhender la spécificité de leur territoire ? Dans quelle mesure s’associent-ils ou ne s’associent-ils pas ? Comment bâtir des passerelles entre les mondes de la recherche scientifique, de l’action associative, des institutions culturelles et de la création artistique ? Chaque atelier sera modéré par un acteur du champ concerné en concertation avec un chercheur.

Atelier « Que faire des archives sonores ? »
Un immense corpus de documents enregistrés sur le terrain a été constitué par le passé, aujourd’hui conservé au sein de différents centres de ressources. Les participants de l’atelier s’interrogeront sur les modalités de leur accès, de leur mise en relation et de leur dissémination. Comment cartographier ces archives ? Quelles questions juridiques et éthiques se posent pour leur valorisation? Quelle place ont les témoins dans ce dispositif ?
Atelier modéré par Véronique Ginouvès (MMSH Aix) et Rémy Besson (LLA-CREATIS, Toulouse 2)

Atelier 2 « Exposer / publier » 
De l’organisation d’expositions ou d’événements culturels à la production de disques, brochures ou « Atlas Sonores »,  cet atelier explore les processus de mise en public de patrimoines musicaux et les problèmes qu’ils font surgir. Qui participe à l’élaboration de ces objets? Quelle place ces auteurs accordent-ils aux divers matériaux (sons, images, paroles de certains « témoins »)? Qui en fait usage et quel impact ont ces mises en public ?
Atelier modéré par Xavier de la Selle (Le Rize) et Talia Bachir-Loopuyt (IRMM / Centre Georg Simmel)

Atelier 3 Transmettre des patrimoines ?
Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux liens entre les patrimoines des habitants d’un territoire et les lieux de transmission de la musique. Nous porterons ici notre attention à des projets et structures travaillant à l’échelle de certains territoires ou quartiers (ENM de Villeurbanne, DEMOS, Orchestre à l’école, « Fabriques d’orchestres » en Ile de France, chorales du CMTRA…). Comment s’effectue le choix des répertoires ? Quels sont les publics visés et effectivement atteints ? L’enjeu, ici, n’est pas la caractérisation d’un type de musique (écrite/orale, traditionnelles/du monde) mais aussi de mettre en relation des mondes qui, malgré toutes les occasions de rencontre, se connaissent mal : les conservatoires, lieux de concert, associations, écoles et collèges.
Atelier modéré par Martial Pardo (ENM Villeurbanne) et Marta Amico (IRMM / centre Georg Simmel)

Atelier 4 «  Créer ensemble  »
Depuis quelques années émergent, en milieu urbain et rural, de nombreux projets centrés sur la mobilisation des habitants et la création participative. Ces projets s’appuient sur le partage de savoirs, y compris entre musiciens professionnels et amateurs. Quelles en sont les visées, les effets, les difficultés ? Comment ce type de rencontre peut-il (ou non) induire la dynamique de « faire société » ?
Atelier modéré par François Bensignor (Président du collectif MDM-IDF) et Laura Jouve-Villard (IRMM / Centre Georg Simmel)

15h30-17h00 Table-ronde « Plus facile à faire qu’à dire !  Le jeu des catégories et des institutions »
« Musiques traditionnelles », « musiques du monde », « musiques actuelles », « patrimoine immatériel », « patrimoines de l’oralité »… Les « mots-clés » mis en avant par les acteurs artistiques, associatifs, institutionnels évoluent et s’ajustent en fonction de stratégies de positionnement variables. Nous porterons ici notre attention aux dynamiques  d’institution de ces  catégories. Comment expliquer que les acteurs du monde associatifs recourent aujourd’hui aux notions de “patrimoine immatériel” et de “patrimoines de l’oralité” alors qu’elles suscitent la méfiance parmi les chercheurs ?  Qui sont les experts du « patrimoine musical » et dans quelle mesure leurs pratiques entrent-ils en dialogue ou en tension ? Après un exposé introductif de François Gasnault, les intervenants reviendront sur l’évolution des catégories dans le paysage institutionnel français, sur le partage des rôles entre diverses institutions (collectivités, associations, universités etc.) et l’émergence de nouvelles collaborations reliant ces différents mondes.

Intervenants :
- François Gasnault (Conservateur du Patrimoine, chercheur, IIAC)
- Yaël Epstein (Directrice du CMTRA)
- Christian Hottin  (Direction Générale du Patrimoine, Ministère de la Culture)
- Hélène Hatzfeld (Secrétariat général du Ministère de la Culture, GIS IPAPIC)
- Laura Jouve-Villard (Doctorante « Musique » à l’EHESS, coordinatrice IRMM)
- Yann Laville (Conservateur – Adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel)
Modération : Emilie Da Lage (Attacafa, Université de Lille 3)

17h00-18h00 : Compte-rendu des ateliers et discussion finale.

Lieu de la journée d’étude : Le Rize , 23-25 rue Valentin-Haüy, 69100 Villeurbanne

Organisation : Centre de Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde et le RIZE – Centre Mémoires, cultures, échanges

Renseignements, contacts et réservation : CMTRA (Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes) http://www.cmtra.org
Talia Bachir-Loopuyt : tbachir<@>noos.fr
Yaël Epstein yael.epstein<@>cmtra.org

Accéder au Rize
Bus C3 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 38 | arrêt Blanqui-Centre mémoires & société
Bus 11 | arrêt Arago
Bus 198 | arrêt Grandclément
Tram T3 | arrêt Reconnaissance Balzac
Vélo’v | « Mémoires & société » rue Valentin-Haüy

Christian Bromberger : catalogue des sources sonores et audiovisuelles

Nous présentions en mai 2014 le catalogue des sources enregistrées déposées par Christian Bomberger, anthropologue. Ce catalogue est republié aujourd’hui, enrichi de la bibliographie exhaustive au 1er juin 2014 des interventions télévisuelles et radiophoniques du domaine public français dans lesquelles il est intervenu. Cette bibliographie a été réalisée à partir d’une extraction de la base de données documentaires de l’INA réalisée à la délégation régionale de l’Ina basée à Marseille (Ina-Méditerranée). L’écoute de ces documents est possible sur le poste de consultation Média à la délégation Ina–Méditerranée (sur rendez-vous au 04 91 14 33 43).

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : hommage aux Abuelas de Plaza de Mayo

Madres_y_Abuelas

Depuis 2005, le 27 octobre est devenu la journée mondiale du patrimoine audiovisuel, en commémoration de l’adoption, en 1980 par la 21e Conférence générale de l’UNESCO, de la Recommandations pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine audiovisuel. Cette journée donne l’occasion d’attirer l’attention du public, dans le monde entier, sur la nécessité de prendre des mesures urgentes et de reconnaître l’importance des documents audiovisuels.

Le thème pour 2014 est Archives en danger : il reste encore beaucoup à faire. Pour apporter sa petite pierre, la phonothèque voudrait rendre hommage aujourd’hui aux grands-mères (abuelas) de la place de Mai (Plaza de Mayo) qui en Argentine se battent pour retrouver les enfants volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Lors de la 13ème conférence internationale d’histoire orale qui a eu lieu à Rome en 2004 du 23 au 26 juin, j’ai eu la chance d’entendre en clôture des journées Estella de Carlotto. Cette dame, de 75 ans, nous a raconté la disparition de sa fille, l’existence d’un bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l’association des grands-mères de la place de Mai et son combat pour retrouver son petit fils ou sa petite fille. Les enfants de desaparecidos ont été évalués à environ 500, à l’époque de la conférence d’Estella de Carlotto soixante dix seulement étaient retrouvés. Elle a fait le récit du combat des grands-mères et de la méthode mise en place pour faciliter les recherches. Les grands-mères ont créé une base de données, appelée “El tesoro”. A chaque famille de disparu correspondait un ensemble de données : un peu de leur sang bien entendu pour qu’une personne dans le doute puisse comparer son ADN, des objets en lien avec la famille, des lettres mais aussi des témoignages enregistrés ou filmés des grands-parents qui puissent à la fois évoquer comment étaient ces parents disparus et leur histoire de vie. Une personne dans le doute de sa famille biologique pouvait ainsi faire une recherche d’ADN dans cette base et en comparant son empreinte avoir la preuve que sa famille faisait partie des desaparecidos. Toutes données du “tesoro” correspondant à sa famille lui étaient alors accessibles. Ainsi, même si les parents ou grands-parents étaient décédés, il pouvait alors comprendre combien, même inconnu, il avait été important et aimé.  A la fin de son intervention, elle nous souriait face à une assemblée en larmes. Nous entendions dans nos écouteurs les sanglots de ceux qui étaient chargés de la traduction simultanée, la tension était à son comble. J’ai souvent pensé à Estella de Carlotto au fil des ans.

Presque 10 ans plus tard, Estella de Carlotto a retrouvé son petit fils. A 36 ans, celui-ci a découvert à partir de cette base de donnée, consultée au siège de l’association des Grands-Mères, que 99,9 %, de son ADN correspondait à celui de Laura de Carlotto, exécutée en août 1978, deux mois après avoir accouché. Il est le 114ème à retrouver son identité. Une merveilleuse nouvelle pour Estella et pour toutes les grands-mères. La nouvelle touche aussi tous les gestionnaires d’archives sonores qui ont écouté Estella de Carlotto ce jour de juin 2005 et qui ont su précisément à cet instant combien les archives peuvent être riches, utiles et vivantes. Au travail, effectivement il reste encore beaucoup à faire !

Crédits photographiques : Grands-mères de la place de Mai, on reconnaître Estella de Carlotto au milieu de la photographie de la manifestation, 16 septembre 1988, Archivo Hasenberg-Quaretti, licence  Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0.

5058319112_1f2f5169bb_o

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement - en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

“On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
“Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée… ”
Et je lui ai donné  - mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit “C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle”

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit “Une jeune fille chante au bord de la rivière”. Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre.”

Crédits photographiques de l’image “à la une” : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University - SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []
Fox

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière - enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []
8092108440_663919f4b2_o

JEUDI – La semaine de l’Open Access Week : Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007, enquête n°1335, enregistrée par Olivier Féraud (9 min).

La crieuse de tombola (“lotteria”) est une figure sociale attachée aux quartiers populaires napolitains. Ces tombolas sont organisées par les commerçants et par une communauté d’habitants du quartier. Les cris de la vendeuse dénotent un caractère exceptionel quant à la durée et la linéarité de l’allongement final. La voix se fait d’autant plus puissante qu’elle doit se faire entendre dans le milieu bruyant du marché. Pour attirer encore plus l’attention, elle secoue telle une maracas le petit panier d’osier contenant les numéros.

Pour en savoir plus sur ce corpus sonore, voir : FERAUD, Olivier. Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p.

Crédits photographiques pour l’image “à la une” : Naples Italy, 1941-1945, San Diego Air and Space Museum Archive - SDASM Archives, pas de restrictions de droits connues.

jeunehommeetpigeon

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était “ordinaire” selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons “voyageurs”. Les niches (“boulins”) étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il “souffre moins”. Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en “salmis”. Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues “Alpes de Lumière”, l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

A propos d'archives sonores et audiovisuelles


Carnets de recherche