Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne


Une réflexion au sujet de « Hommage au professeur Pierre Chaulet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *