“On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

John Frost and daughter listening to radio in their home. Tehama County, California Digital ID: (digital file from original) fsa 8c00054 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsa.8c00054 Reproduction Number: LC-DIG-fsa-8b00054 (digital file from original) LC-USF34-037961-D (b&w film neg.) Repository: Library of Congress Prints & Photographs Division Washington, DC 20540 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Nous présentons ici une série d’extraits sonores, issus pour la plupart du corpus d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger1.

Ainsi, par manque de moyens ou en temps de guerre apparaissent des difficultés pratiques d’accès à l’information que les témoignages individuels peuvent révéler. Par exemple, les mouvements ouvriers ayant lieu en France ne sont pas connus de cet ouvrier habitant l’Algérie dans les années 1930. Contrairement à ses supérieurs, il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio :
Extrait de l’enquête n°4124 (voir la notice sur Ganoub)

Dans les années 1940, les difficultés financières ont amené cette informatrice Oranaise à troquer son transistor contre de la nourriture. Ces circonstances l’empêchent de suivre l’actualité et lui permettent de vivre quotidiennement avec moins d’inquiétude et d’attente que les personnes informées :
Extrait de l’enquête n°4134 (voir la notice sur Ganoub)

A cause de la confiscation des postes de radio à Djibouti, le militaire témoignant dans cette enquête ne connaît pas l’existence des Forces Françaises Libres. Il est étonné d’apprendre leur existence, lorsque, ayant refusé l’armistice, il s’évade en 1940 et rejoint les forces alliées à Aden :
Extrait de l’enquête n°4143 (voir la notice sur Ganoub)

Deux extraits montrent en particulier la radio comme un moyen de suivre l’actualité politique et culturelle. Dans cet extrait, l’informateur aborde la presse écrite et se souvient avoir suivi l’actualité de la guerre d’Ethiopie à la radio :
Extrait de l’enquête n°4145 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur exprime le rôle culturel de la radio (et la station Le Poste Parisien) grâce à laquelle il suivait les retransmissions de représentations théâtrales :
Extrait de l’enquête n°4137 (voir la notice sur Ganoub)

Royal Oak, Michigan. A family listening to the radio and reading Father Coughlin's newspaper

Enfin, trois enquêtes contiennent des informations sur les pratiques d’écoute et des récits de l’expérience des discours radiodiffusés. Dans la première, l’informatrice, habitant Marseille, se remémore les discours de Maurice Schuman et les slogans diffusés par la BBC dénonçant Radio-Paris. La formule “on prenait Londres tous les soirs” suggère les efforts que demandait à cette époque la captation des stations :
Extrait de l’enquête n°4150 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur écoutait pendant la deuxième guerre mondiale, chaque dimanche matin, tranquillement couché, les radios en langue anglaise, française et allemande :
Extrait de l’enquête n°4154 (voir la notice sur Ganoub)

Les informations et les discours radiodiffusés donnent lieu à des séances d’écoute collective :
Extrait de l’enquête n°3032 (voir la notice sur Ganoub)

Crédits photographiques : – première photographie :  John Frost et sa fille écoutent la radio chez eux, Tehama County, California (1940) ; Lee Russell (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues. – deuxième photographie : Une famille écoute la radio en lisant le journal “Social Justice” du père Coughlin, Raoyal Oak, Michigan (1939) ; Siegel, Arthur S. (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Cette collection a fait l’objet d’un premier billet qui présentait la nature générale du corpus []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ “On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940 ”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">