Compte-rendu d'une journée d'étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales

 

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display

Conrad & Deans, Puss

Les textes des journées des 18 et 19 septembre sur les archives scientifiques en sciences humaines et sociales commencent à être mis en ligne sur le site du Pôle images, sons, recherches en sciences humaines de la MMSH. La phonothèque se devait de proposer un compte-rendu de la journée du 19 qui était spécifiquement consacrée aux archives sonores et audiovisuelles : le voici.

Les travaux de la matinée ont permis d‘apprécier combien l'exploitation des corpus oraux exige une collaboration étroite, d‘une part  entre chercheurs des différentes SHS et d‘autre part entre chercheurs et professionnels de l'archive sonore ou audiovisuelle.

Il s'agit d‘abord en effet de commencer par repérer et identifier les collections  sonores issues des SHS existantes, et susceptibles d ‘être revisitées par les chercheurs après leur constitution et leur dépôt dans des institutions patrimoniales. Le caractère urgent et nécessaire de ce travail de recensement a été souligné par Pascal Cordereix pour les collections folkloriques et ethnographiques constituées depuis les années 1930 au MNATP, à la BnF, au Musée de l'Homme et au Musée Guimet, trop souvent ignorées des chercheurs en SHS et très peu consultées. Cet « inventaire des inventaires », qui révèle dès maintenant une grande hétérogénéité dans la « documentation » des collections et le traitement des documents  (inventaire minutieux pièce à pièce d‘un côté, enregistrements non datés non légendés ou non traduits de l'autre, fiches manuscrites ou interrogation informatique etc.), se révélera un instrument de travail précieux pour les chercheurs en SHS, pour revisiter certains « terrains », pour faire l'histoire de la recherche en ethnologie ou en ethnomusicologie ou pour faire la biographie de tel ou tel chercheur.

Ensuite, la nécessité de « documenter » les corpus oraux et audiovisuels a été réaffirmée par tous les intervenants et un véritable consensus s'est dégagé pour lister d'un commun accord « les bonnes pratiques » en la matière (C. Cassé, L. Nicolas, C. Isnart, S. Combe) :

1° rédiger une « annexe méthodologique » générale exposant les circonstances du lancement de l'enquête ou de la constitution du corpus (commande  publique, contexte associatif, recherche collective ou individuelle, thèse etc.) et explicitant les hypothèses de recherche  ou les décisions prises en matière de collecte (méthodes d‘entretien, sources utilisées, définition du corpus des informateurs, lieu, durée, choix des intervieweurs, choix de filmer les entretiens, contexte social ou historico-politique etc.) ;

2° élaborer les instruments de travail accompagnant le corpus des enregistrements (identification de chaque document [lieu, date, auteur],  rédaction des fiches d‘entretien, séquençage et indexation des enregistrements, transcriptions éventuelles, inventaire analytique ou chronothématique, résumés des entretiens, biographies des interviewés etc.) ; établissement des méta-données et conservation des archives de l'enquête (carnets ou journaux de terrain, questionnaires, guides d‘entretien, bibliographie, voire mise en ligne en même temps que les entretiens eux-mêmes)...

C'est cette contextualisation et cette explicitation des conditions de production qui permettent la « revisitation » et la réutilisation  des corpus par d‘autres personnes que les auteurs originels ; ce sont elles en particulier qui permettent de fonder une étude sur le travail de mémoire ou sur la manière dont on écrit l'histoire au sein d‘un même groupe social ou à travers des générations différentes (S . Combe, H. Bracco).

La complexité de ces tâches et leur caractère chronophage exigent  une collaboration étroite entre ceux qui ont produit et déposé les corpus (mettre au point les données les plus précises et exhaustives possibles), ceux qui les réécoutent pour les documenter   (faut-il être anthropologue pour écouter et mettre en fiche des entretiens d‘anthropologues [L. Nicolas] ?), ceux qui les mettent en fiches et cataloguent (établir des instruments de travail les plus restitutifs possibles), ceux qui les transcrivent ou qui les traduisent, ceux qui les perfectionnent (traitement sonore), ceux qui les mettent en ligne ou les publient (informaticiens, techniciens du numérique, éditeurs, juristes) et ceux qui les diffusent en direction de publics variés (associations, institutions ou acteurs culturels, éditeurs, arts du spectacle, conteurs, musiciens ou chanteurs, interprètes etc.[C. Cassé, C. Isnart])...

Les chercheurs eux-mêmes, ceux qui viendront utiliser ces corpus, devront à leur tour faire l'effort d‘intégrer ces données pour faire la comparaison et la critique des documents (H. Bracco, S. Combe). De fait, le dépôt des corpus et leur réécoute par d‘autres chercheurs offrent la possibilité d‘un croisement des sources, d'une vérification des informations et des affirmations et d‘une mise en résonance croisée des témoignages (H. Bracco, S. Combe).Ils permettent aussi le rebond sur de nouvelles pistes de recherche et une véritable « circularité » de la recherche et des savoirs, entre la première enquête, sa revisitation, sa réception, ses prolongements sociaux ou culturels et la constitution de l'ensemble en nouvel objet de recherche (C. Isnart).

Il y a une véritable chaîne professionnelle depuis la production de l'entretien jusqu'à son interprétation, sa valorisation et sa réception. Où l'on voit que la conservation et

L'après midi avait pour objectif de montrer les outils collaboratifs existants ou en cours de construction pour les archives sonores et audiovisuelles. Ce qui apparaît clairement c'est que le document numérique a complexifié la gestion des archives sonores. En effet, lors de ces deux journées ont été présentés pas moins de trois projets qui mettaient en avant les mêmes types de besoins. Le premier avait été présenté la veille par Laurent Dousset, directeur du CREDO à la Maison Asie Pacifique. Il portait plus largement sur tous les types d'archives de la recherche mais posait à plusieurs titres à la question de la pérennité des documents numérisés et de leur accès.

Les deux projets présentés l'après-midi du 19 septembre étaient entièrement accès sur les documents sonores. Le premier, TELEMETA, a été mis en place par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie - LESC et le Laboratoire d'Acoustique Musicale auxquels se sont associés le MuCEM, le Muséum National d'Histoire Naturelle et la Phonothèque de la MMSH d'Aix-en Provence. TELEMETA s'intéresse avant tout aux archives provoquées par les chercheurs en anthropologie, en histoire ou en musicologie. Cet outil souhaiterait proposer une facilitation de l'accès aux sources orales par les chercheurs, à leur diffusion, à leur édition et à leur éventuelle réutilisation. L'objectif est aussi d'offrir un système de conservation à long terme en créant un système de sauvegarde intégré. Le second projet a été développé dans le cadre d'un centre de ressource national le CRDO (centre de ressources pour la description de l'oral). Il s'adresse avant tout à la communauté des linguistes à qui il propose de partager et d'échanger leurs données. La plate-forme met en ligne non seulement des corpus sonores et filmés mais aussi des outils dédiés à la linguistique et des ressources (lexiques, bases de référence, systèmes de représentation, grammaires, ...) et gère les droits en fonction des profils des utilisateurs.

L'intervention de Sonia Zilhart a permis de prendre connaissance des partenariats que propose le Ministère de la culture à travers le programme du plan national de numérisation. Ce dernier souhaite augmenter significativement l'offre de ressources numériques culturelles en proposant des ensembles cohérents et de taille critique accessibles librement afin de permettre l'accès de fonds patrimoniaux à un large public. Les projets de numérisation d'archives sonores qui ont pu entrer dans ce cadre sont nombreux, au cours de ces deux journées deux projets ont été d'ailleurs financés dans ce cadre : la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône présenté par l'association Paroles Vives et l'enquête ethnomusicologique de Bernard Lortat-Jacob, présentée par Cyril Isnart. Mais voilà qui rend tout aussi essentielle la réalisation de projets tels que TELEMETA car au bout du compte, une fois tout ce patrimoine numérisé, comment y accédera-t-on et pourra-t-il être conservé de façon pérenne ? La question reste entière car l'objectif premier du ministère de la culture est avant tout d'offrir une mise en ligne de masses critiques importantes pour un large public. D'autant que l'analyse documentaire des fonds sonore est centrale : une archive sonore non documenté et diffusée hors de son contexte est muette.

Pour terminer, Marie-Christine Hélias a présenté les procédures mises en place par l'institut national de l'audiovisuel (INA) pour permettre aux chercheurs de consulter les fonds radio et télédiffusés. L'INA s'appuie sur le dépôt légal de la radio et de la télévision  (loi du 20 juin 1992) pour mettre en place son programme de conservation patrimoniale et offrir une  consultation gratuite de ses fonds dans les cadres académiques. Ces accès sont toujours difficiles car la base « professionnelle » n'est accessible aux chercheurs uniquement sur les sites INA. La base en ligne du dépôt légal ne permet pas d'effectuer de requêtes précises.

En conclusion, l'échange entre les différents professionnels qui gèrent ou valorisent les archives sonores est essentiel et il faudrait pouvoir le renouveler régulièrement. Un lieu commun s'écroule : le document sonore numérisé est tout aussi, et même encore plus, complexe à appréhender que sous forme analogique... Son analyse, sa conservation, sa pérennisation, sa valorisation atteignent des coûts difficiles à prendre en compte par des centres isolés. Ces interventions ont démontré que seule la collaboration permettra de mettre en place des projets pérennes et proches des usages des chercheurs et des utilisateurs.

Merci à Florence Descamps qui a rédigé le compte-rendu de la matinée dont elle était modératrice.

Crédit photographiques :

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display / Adolph B. Rice Studio (1954)
No known restrictions on publication.
Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

4 réflexions sur “ Compte-rendu d'une journée d'étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">