Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En « simplifiant » les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du « pourquoi partager ? » est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de « corpus agrégé » ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/


Une réflexion au sujet de « Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie »

  1. Bonjour,
    Merci pour cette synthèse qui retrace très bien je trouve le contenu de ces 3 jours de formation. J’espère qu’il y aura d’autres occasion de reparler de l’interopérabilité via l’OAI-PMH. J’ai souligné l’importance de la formation à l’OAI-PMH par exemple dans le cadre de la lettre d’information de l’INSHS du CNRS du mois de janvier. Voir : http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoINSHS_07.pdf

    Cordialement,

    Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *