Appel du Manifeste des Digital Humanities

Les 18 et 19 mai 2010, un Thatcamp (The Humanities and Technology Camp) a réuni 80 acteurs ou observateurs des digital humanities.  Le modèle Thatcamp, mettant en oeuvre des  « non-conférences », a permis des échanges riches et constructifs. 14 ateliers se sont ainsi tenus sur le même mode : une introduction au domaine par une personne  ou un groupe disposés à transmettre ses connaissances ou son savoir-faire, suivie de discussions, de retours d’expériences et de propositions de la part des participants.  L’objectif de ces ateliers était aussi de confirmer et d’affirmer la volonté de la communauté à travailler ensemble et d’exprimer les grandes lignes du Manifeste, rédigé collectivement lors de la réunion de clôture.

Les sources orales numériques font partie intégrante des Digital humanities et un atelier leur a été consacré en fin de journée le 18 mai (Pont supérieur, 17h) en écho à celui qui s’était tenu le matin sur les archives de chercheur (Pont supérieur, mené par Marin Dacos, 10h).  Vous trouverez le compte-rendu de l’ensemble des non-conférences sur le blog du Thatcamp. Celle sur la source orale a été fructueuse, même si peu d’expériences dans le domaine ont été confrontées, un véritable  intérêt a été manifesté par les chercheurs en SHS sur les sources audiovisuelles. Les questions ont porté principalement sur des innovations dans le domaine en termes d’exploitation et de réseaux sociaux mais aussi sur des questions de méthodologie. L’ouverture de ce type de source au grand public est une discussion qui doit encore être développée car la demande est forte du côté de la société civile. Au moment où les ethnologues s’interrogent sur le retour des archives de terrain dans les pays lointains, il semble légitime que les entretiens réalisés auprès des anonymes par les chercheurs sur le territoire  français puissent également être mis à disposition. Le compte-rendu in progress de l’atelier et les jalons qui étaient proposés en introduction sont accessibles sur le wiki du Thatcamp.  Une fois validés par les différents participants, les différents compte-rendus sont accessibles sur le blog TCP.

Ainsi, n’hésitez pas

– à signer le Manifeste des Digital Humanities (tout le monde peut le signer, il suffit de se préoccuper de la diffusion des savoirs sous forme numérique et de vouloir travailler en collectif) ;

– à soutenir le Manifeste en diffusant son texte ou en aidant financièrement le projet.

Crédits photographiques : une pause sur le pont inférieur, sur la baleine blanche, THAT Camp Paris 2010, Véronique Ginouvès, mai 2010.


Une réflexion au sujet de « Appel du Manifeste des Digital Humanities »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *