Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer « d’avant » la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de « race des seigneurs ». La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du « parfumeur » le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées « une ville froide », « morte », au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : « Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007 » , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.


3 réflexions sur « Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer »

  1. Bonjour,

    Merci pour ce travail que vous avez accompli, votre article est très intéressant. Je suis ravi que les voix de nos femmes ouvrières soient entendues.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *