Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l’idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d’ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d’un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s’agissait d’e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait – au détour d’une rue d’un monument, d’un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d’anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, … ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu’elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d’écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration – entre autre – d’un autre domaine, celui de l’archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l’Institut français du Proche-Orient sur l’Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d’une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l’avantage d’insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n’avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l’avons conservé dans nos cartons. D’autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n’ont pas cessé d’être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n’a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd’hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n’hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d’un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale… Ce sera aussi l’occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d’innovation auditive, une plateforme collaborative pour l’enseignement (Jog educ), une galerie d’art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d’intégrer les objets numériques dans l’habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille… Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d’accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/


3 réflexions au sujet de « Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *