11e carrefour des possibles à Marseille : où sont les données ?

Mercredi soir, a eu lieu la 11e édition du Carrefour des possibles sur le thème de la ville créative. Difficile de savoir qui avait eu l’idée de venir jusqu’au Point de bascule ce soir là mais plus d’une centaine de personnes s’y sont retrouvés pour échanger. La soirée a débuté par une conférence de Frédérique Entrialgo, professeur à l’école des Beaux-Arts de Marseille. Elle a présenté des installations artistiques mettant en oeuvre des outils numériques expérimentaux à travers le monde, là où il arrive que l’on se laisse glisser dans le corps de la ville à travers des écrans, des jeux, des échanges physiques ou virtuels. Denis Pansu a ensuite définit ce carrefour des possibles en le présentant comme un accélérateur de développement local, un moyen d’émancipation citoyenne et un agitateur de communautés innovantes. Les trois mots-clés de la FING : créativité, diversité, sérendipité… Un programme ambitieux représenté par  trois « coups de projecteurs » et dix « usages innovants » sélectionnés sur le thème de la ville créative, chacun ayant 6 minutes pour présenter son projet.

Le premier coup de projecteur portait sur un projet la FING sur le partage et la récupération des données publiques. La FING, qui n’hésite pas à parler d’une révolutionen train de se faire autour des données, engage une action  avec deux territoires pilotes. Son objectif est de de faire émerger sur ces territoires le plus grand nombre de projets innovants fondés sur la réutilisation de données publiques. La région PACA serait l’un de ces deux territoires. Il est même prévu, dans le cadre de Marseille Provence 2013, d’organiser des assises autour de la réutilisation des données publiques en PACA en collaboration avec la FING. Le citoyen marseillais va-t-il finir par obtenir des informations précises sur les budgets de la ville et leur utilisation ? Sur les heures d’ouverture de ses piscines ? Obtenir un annuaire des agents et de leur fonction ? En tout cas, cette expérimentation devrait ensuite   permettre la production d’un « guide pratique » de la réutilisation des informations publiques territoriales au service de l’innovation et de la proximité.  A suivre donc….

Deuxième coup de projecteur,  la présentation de SAGESS PRO, un outil d’aide à la décision de au service de l’entreprenariat mis en oeuvre par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de la région PACA. Dommage, quand je me connecte sur le site je ne retrouve pas les informations présentées lors du Carrefour car il faut s’inscrire, gratuitement certes  mais avec un numéro de Siret et toute une série d’informations à fournir : côté mise à disposition publique des données, peut mieux faire.

Le troisième coup de projecteur racontait une jolie histoire de grand-mère qui promène ses petits-enfants en 2050. Ils ont entre 8 à 12 ans et leur mamie leur propose des images et des vidéos futuristes pour les sensibiliser aux évolutions sociétales et technologiques tout en leur faisant exécuter des exercices de créativité.

Ensuite, la présentation des dix projets s’est accélérée. De 6  minutes en 6 minutes nous ont ainsi été présentés une proposition d’objets augmentés pour gérer nos outils numérique en un seul geste, un dispositif permettant de filmer un swing (je ne le savais pas, le swing est un geste au golf) et plus si affinités, un musée électronique (une application embarquée sur téléphonie mobile pour collecter et partager les oeuvres que vous avez vues dans les expositions – sauf que je n’ai pas du tout compris comment il fonctionnaient pour régler les questions de droits d’auteur), un classeur virtuel d’activité numérique (un projet pédagogique), un jeu vidéo interactif géolocalisé sur téléphone mobile, Citywall – un dispositif collectif d’exploration et de découverte sous la forme d’un mur interactif multi usagers destiné à l’espace public -, WAAW – un moteur de recherche des activités culturelles et touristiques du territoire marseillais et de sa région -, un site pour les fans du passé (un genre plus alternatif du « Journal de votre année de naissance »), la galerie virtuelle Tournicoton sur Second Life  et bien sûr le projet de géolocalisation du patrimoine sonore immatériel présenté par l’association Paroles Vives et la phonothèque de la MMSH en collaboration avec une action de captation sonore envisagée en 2013 imaginée par Cyrille Carillon à partir d’un projet bruxellois similaire : « Marseille nous appartient ».

La présentation de tous ces projets était riche et dense, souvent étonnante parfois amusante. Mais une chose est sûre, beaucoup de ces projets envisagent de puiser dans les données publiques libres de droit, très peu en constituent ou en mettent à disposition. Or, il me semble que si le web à venir est bien le web de données, il y a encore beaucoup à faire pour que les données publiques puissent être diffusées librement.

Après les présentations, autour d’une soupe de pois cassés et de gâteaux à l’orange, les participants se pressaient autour des stands de présentation des projets. Pour le patrimoine immatériel, le projet semblait avoir intéressé de nombreuses personnes ravie d’échanger sur l’intérêt et la force de l’enquête de terrain. Toutefois, en discutant avec de possibles financeurs je me suis vite rendue compte que les sociétés sont toujours ravies de récupérer les données  publiques pour les mettre en avant dans des projets dits collaboratifs où leur marque apparaît en sponsors mais elles le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agir de participer au financement de leur constitution et leur contextualisation…

A lire en préambule, la présentation de la sélection du projet le 3 décembre 2010 : Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Crédits photographiques :

– Deuxième salle de projection au ¨Point de Bascule. Photographie Véronique Ginouvès.

– Véronique Ginouvès (MMSH), Cyrille Carillon (Studio Domino), Florence Mazzella (Paroles Vives) présentent leur projet de géolocalisation du patrimoine immatériel puis sont interviewés par Radio Grenouille. Photographie de Gaëlle Inizan.



Une réflexion sur « 11e carrefour des possibles à Marseille : où sont les données ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *