Une après-midi à la British Library Sound Archive

L’installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l’ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s’est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l’a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d’enregistrements dont plus d’un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n’existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d’une visite professionnelle que j’ai pu faire le 4 février dernier où j’ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l’ethnomusicologie et l’histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l’installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l’acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n’est pas encore intégré à l’ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l’est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l’administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l’ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d’ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande mais aussi d’Australie, d’Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d’éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s’appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L’onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne – comme en France5 – la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d’histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l’objectif de constituer des archives d’histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l’ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d’histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d’ailleurs en ce début d’année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l’information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c’est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library – Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu’en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art – littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par « Big John » (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O’Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l’introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles » []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []

Une réflexion au sujet de « Une après-midi à la British Library Sound Archive »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *