Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? : compte-rendu, première partie

Le 17 juin dernier l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) organisait une journée d’étude à Angers, aux Archives départementales de Maine-et-Loire sur le thème : « Les services d’archives et les sources orales. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? ». Celle-ci a été suivie de l’assemblée générale de l’association.

Après les mots d’introduction d’Elisabeth Verry, directrice des AD49, à l’initiative de l’organisation de cette journée avec le bureau de l’AFAS, et de Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l’AFAS et responsable du département de la musique au MuCEM, la matinée débuta par une présentation du nouveau site de l’AFAS par Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence.

La mise à jour du site de l’AFAS n’a pu se faire que grâce au travail bénévole des membres de l’association et d’un partenariat engagé avec le laboratoire du centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). En effet, depuis juin 2010 l’AFAS a intégré la plateforme de Revues.org et France Besson, stagiaire dans le cadre d’un Master2 à l’ENSSIB, a mis en ligne la totalité des bulletins de l’association depuis le numéro 10 (1998). L’intégration de la plateforme Openedition créée par le Cléo est un moyen pour le Bulletin de l’AFAS d’entrer « dans la cour des grands ». Plus de 2000 visiteurs uniques viennent chaque mois le consulter1 et il peut désormais être lu depuis les nouveaux outils de lectures comme les téléphones portables, les ipad ou les liseuses2. Quelques 150 articles, compte-rendus de lecture ou présentation de sites informent non seulement sur la vie des archives sonores et audiovisuelles en France des années 1990 à nos jours mais aussi sur l’histoire d’une association, qui au fil du temps a évolué en fonction de ses adhérents. Ainsi, même si les archives de terrain ont toujours été présentes3, les discographes avaient dans les premiers bulletins et dans la revue d’origine Sonorités, une importance qui n’a commencé de décroître qu’avec la disparition du vinyle dans les usages des amateurs de musique. Aujourd’hui, le bulletin ne reçoit plus – et c’est dommage – de ces discographies qui ont marqué nos lecteurs et qui, d’après les statistiques d’utilisation, intéressent encore les internautes comme celles de Georges BrassensJean Sablon ou Léo Ferré. Le bulletin a également toujours été  un moyen de présenter des centres de discothèques publiques, d’archives ou des bibliothèques spécialisées. Les conservateurs de la BnF, ont souvent proposé des articles liés aux collections du département de l’audiovisuel et Elizabeth Giuliani, longtemps présidente de l’AFAS et directrice du département de la musique à la BnF, a proposé plusieurs textes qui connaissent un extrême succès chez les internautes, comme celui sur la musique dans les films de Stanley Kubrick. Les archives sonores et audiovisuelles inédites sont aujourd’hui devenues le centre des sujets repris dans le bulletin mais l’appel aux adhérents est constant et ils sont vivement invités à utiliser cet espace éditorial pour y évoquer leurs pratiques ou leurs expériences.

Florence Descamps, historienne (EPHE), a ensuite introduit les conférences et la thématique de la journée dont elle était à l’initiative avec Elisabeth Vérry. Régulièrement, l’AFAS organise à l’occasion de son assemblée générale une journée d’étude qui a pour objectif de mettre en valeur l’action de ses membres ou de ses partenaires institutionnels (discographes, musicologues, institutions patrimoniales, chercheurs, chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), institutions audiovisuelles etc.). Entre la journée d’étude de 2005 consacrée à Aix à la valorisation et celle de 2010 au Musée Branly consacrée aux bases de données sonores et audiovisuelles, la journée du 17 juin 2011 voulait braquer le projecteur d’une part sur les services d’Archives qui ont été impliqués de longue date dans la collecte et la conservation des sources orales4 et d’autre part attirer l’attention sur la nécessité désormais incontournable de mettre en place des collaborations et des partenariats multiples afin de réunir les conditions d’un développement optimal des sources orales. En effet, lors du congrès de l ‘Association des Archivistes français organisé à Montpellier en 2007, il est apparu que la gestion de projets d’archives orales, si elle voulait couvrir l’ensemble de la chaîne de production depuis le « terrain » de la collecte jusqu’à sa diffusion et sa valorisation, devait réunir dans une même dynamique associations, collecteurs, services d’archives, chercheurs, collectivités locales, éditeurs, réalisateurs, médiateurs culturels, experts du patrimoine et spécialistes des nouvelles technologies et mobiliser des métiers, des compétences, des ressources et des financements diversifiés. Cette ambition de donner au patrimoine oral une visibilité et une place plus importante dans la société exige la mutualisation des savoir-faire et des moyens (financiers et humains), le partage des ressources et des énergies, la circulation des idées et l’ouverture sur des réseaux sociaux élargis. C’est cette envie d’ouverture et de travail en commun qu’ont souhaité susciter les organisateurs en présentant quelques réalisations de partenariats réussis entre des services d’archives départementaux, des musées, les SHS, des associations et des radios locales.

Marie-Hélène Chevalier a ensuite présenté une enquête nationale lancée à l’occasion de cette journée d’étude, à partir d’un questionnaire de onze questions qu’elle avait préparé avec Florence Descamps auprès de l’ensemble des services d’archives. Elle l’avait envoyé à l’ensemble des services d’archives en France (via le forum du service interministériel des archives de France) et nous a présenté les principaux points qui s’en sont dégagés :

1. La première question était claire : « Possédez-vous des fonds de témoignages oraux, sonores ou filmés inédits ? ». Marie-Hélène Chevalier avait repéré 73 services qui s’intéressaient à la mémoire orale à partir de son réseau professionnel. Pour cette enquête, sur les 40 réponses obtenues 34 services se sont déclarés détenteurs de témoignages oraux et de documents audiovisuels.

2. La question sur le volume d’heures conservé a mis en valeur des approches différentes, selon les services d’archives et leur histoire, pour décrire l’importance de leur collection : par nombre d’heures, de témoignages, de témoins ou de supports.

3. Une deuxième question portait sur les thématiques et les périodes des corpus conservés. Les guerres et en particulier, la deuxième guerre mondiale, demeurent les sujets de prédilection avec la vie quotidienne et les récits de vie ainsi que tous les thèmes locaux (la langue, le conte, la chanson). Certaines collectes, ponctuelles, ont été réalisées parallèlement à des dépôts papiers comme aux AD49 où un fonds déposé sur le métier de perruquier posticheur a été accompagné par le témoignage du déposant. Dans leur majorité, les enregistrements ont été recueillis à partir de 1990 et se poursuivent aujourd’hui. Cependant, des fonds plus anciens existent, notamment autour des parlers régionaux.

4. A propos de qui réalise les enquêtes, trois cas de figures se présentent : la majorité des services mènent leurs propres collectes, d’autres les délèguent et  ils passent notamment par des marchés publics alors que certains sont simplement récipiendaires.

5. La réponse à la question sur l’existence ou non d’un responsable du centre d’archives sonores et audiovisuelles était rassurante : les archivistes de l’audiovisuel et de l’oral existent enfin, même si cette mission est parfois à temps partiel. Pour d’autres services, comme les Archives municipales de Cannes, ce sont la direction ou les cadres qui effectuent des collectes ponctuelles pour une exposition par exemple ou pour toute autre action de valorisation.

6. Pour l’entrée des fonds, la provenance des sources est variée mais la majorité demeure la création ; certains services n’ont jamais reçu de dons ou de dépôts comme l’INRA.

7. Pour les instruments de recherche une grande diversité prévaut : du descriptif sommaire à l’inventaire très précis, de l’absence de description des fonds à l’état des fonds, en passant par le répertoire numérique, avec une volonté pour certains services d’indexer les fonds.

8. La numérisation des collections est loin d’être achevée même si elle avance (pour 4 services elle est terminée et seuls 3 ne l’ont pas encore entamée). Les méthodes sont variées (en interne, en partenariat, en externe).

9. L’accès en ligne des données se développe mais reste parcellaire au regard des fonds. Parmi tous les outils, celui qui a été développé par le conservatoire des mémoires étudiantes est particulièrement remarquable. Il propose une recherche par nom de témoin, période, date.

10. La valorisation peut prendre différentes formes : colloque, site internet, sonorisation d’une exposition, publication d’extraits, disque joint à une revue, DVD d’un événement, témoignage en direct d’un témoin, manifestation en l’honneur du donateur, participation à des anthologies ou prêt aux radios, animations scolaires, intégrations de fonds de bibliothèques publiques, et – plus original -, spectacle de marionnettes reprenant des témoignages oraux.

11. La dernière question, sur les partenariats, a montré combien ces derniers se développaient avec les EPST et les Universités, la MRT (Ministère de la culture), l’ONAC, l’Inspection académique, les association locales (IEO, Institut de culture basque, Dastum), les DRAC, les mairies, les collectivités locales et les musées.


Première partie du compte-rendu de la journée d’étude de l’AFAS rédigée par Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, à suivre dans les prochains billet des Carnets de la Phonothèque. Merci à Hélène Chevalier et Marie-Barbara Le Gonnidec pour leur relecture et commentaires.

Crédits photographiques : porte de la cathédrale Saint-Maurice-d’Angers, Véronique Ginouvès, juin 2011.

  1. Les statistiques des visiteurs d’un site web peuvent se lire de plusieurs façons mais le nombre de visiteurs uniques est celui qui permet de mesurer le nombre réel de visiteurs. Ce nombre est fondé sur les adresses IP des visiteurs. Ainsi, quel que soit le nombre de pages feuilletées par un visiteur, le serveur enregistre la session comme une unique visite. Le nombre de visites uniques donne donc une idée réelle du trafic généré sur le site Pour plus d’information sur les statistiques de consultation, voir : http://www.maisondesrevues.org/379. []
  2. Le site est publié avec le logiciel d’édition électronique LODEL, inventé par Revues.org. Ce logiciel diffuse les pages publiées sous différentes normes et formats ce qui permet la diffusion suivant les normes Dublin Core METS, TEI et aux format HTML, PDF  et ePUB. []
  3. L’AFAS a été fondée en 1979, l’année où la phonothèque de la MMSH, alors intégrée au CREHOP, a été elle-même créée. Les fondateurs de cette phonothèque (Jean-Claude Bouvier) mais aussi d’autres laboratoires de recherche, en particulier en linguistique, comme Marie-Rose Simoni ont été présents tout au long de la vie de l’association. []
  4. Les Archives nationales et les Archives de France ont été historiquement présents au sein de l’AFAS dès sa création. Depuis le Guide sur les témoignages oraux de C. de Tourtier-Bonnazzi (1992) jusqu’au dernier colloque organisé par l’Association des archivistes français à Montpellier en 2008, en passant par le Guide du Patrimoine sonore et audiovisuel d’A. Callu et H. Lemoine (Belin, 2002), les articles consacrés aux archives orales dans La Gazette des archives et les guides départementaux destinés aux associations de collecteurs, le réseau des Archives a maintenu et renouvelé son intérêt pour les archives orales. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *