Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt

20 octobre 2012
Par

L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 – de gauche à droite, au fond, Amédée Dieudonné, Marcel Thomassin, Nono Demengeot (beau-frère de Dieudonné) et devant, Pierre Claudot, Alfred-Eugène Holder, Auguste Mouchot (Fonds d’archives P. Claudot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice annonce qu’il s’agit ici de leur second entretien et le nomme “La vie dans les ateliers”. L’informateur a été un apprenti rémunéré pendant deux ans et demi à Mirecourt chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art.

Apprentissage et rémunération (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

En 1923, il change d’atelier. Il est recruté par le luthier Amédée Dieudonné, revenu s’établir à Mirecourt après quelques années passées en Belgique.

 Circulation entre les ateliers  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Pierre Claudot expose l’organisation de l’emploi du temps journalier et hebdomadaire des ouvriers luthiers dont la journée du lundi est consacrée au pâquis (jardin).

“Le paquis” (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Il explique le mode de rémunération à la pièce et la nécessité d’efficacité qu’elle engendre ; une prime est d’ailleurs créée chez Thibouville pour inciter les apprentis à aller plus vite.

Les primes (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La fabrique Thibouville et Lamy à Mirecourt en 1908 (carte postale)

L’ambiance de l’atelier est décrite avec sa rigueur quotidienne mais aussi ses moments de rire et de détente.

L’ambiance dans les ateliers de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La tradition des farces pratiquée par les luthiers est évoquée.

Les farces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484) 

L’économie de Mirecourt repose à cette époque en grande partie sur la lutherie (et activités liées, comme la confection des étuis de violons, des tabliers de travail, etc). Tous les luthiers portent alors le long tablier bleu fabriqué en toile des Vosges.

Le tablier (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Le canif du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

Les autres secteurs économiques importants sont la dentelle artisanale de Mirecourt et l’agriculture (vigne). Les outils des ouvriers sont fournis par l’atelier. Le canif est l’outil principal du luthier qui le passe à la meule pour en aiguiser la lame et obtenir un biseauplat, cela entraîne une forte usure des doigts et des blessures pour les débutants.

 Savoir affûter les lames  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

 

 

 

Au moment de l’entretien, dans les années 1980, la profession ne trouve plus à se fournir sur place en matériel et matériaux. Les luthiers doivent commander outils et bois d’érable, nécessaires à la fabrication des instruments, à l’étranger (principalement en Allemagne et en Bohème où l’érable pousse lentement à cause de la densité des forêts et fournit un bois à fibres serrées propices à la diffusion du son). Les marchands de bois de lutherie et les outilliers ont disparu de Mirecourt pendant la crise des années 1930.

Sur l’établi du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt. La Bouilladisse, 26 avril 1981. 1 cass. : 20 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3484.

Crédits photographiques :  L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 (collection particulière), Carte postale de Mirecourt (collection particulière) Le canif du luthier P. Claudot, L’établi du luthier (clichés de H. Claudot-Hawad). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

 



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Corpus de la phonothèque, le métier de luthier

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche