Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970

14 novembre 2012
Par

 

Le luthier Jean Eulry chez lui à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier, ici accompagnée de Bernard Lesaing, photographe au LAPMO (CNRS), dont on entend la voix. Jean Eulry, orphelin de père à sept ans, commence son apprentissage à treize ans en 1920, il passe trois ans dans la maison Laberte.

L’apprentissage (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il travaille encore six mois chez Laberte après  la fin de son apprentissage, puis est embauché dans l’atelier du luthier Amédée Dieudonné.

Embauche chez Dieudonné  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il décrit le rythme d’une journée type de travail partagée entre les heures de labeur à l’atelier et le travail à la maison.

Le rythme de travail  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Un atelier de lutherie à Mirecourt au début du XXe siècle (carte postale)

Il raconte  l’atmosphère au sein de l’atelier (répartition des établis avec des apprentis en face des luthiers confirmés  ; autorité du patron).

Trois établis dans l’atelier  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Chez Dieudonné, il est payé à l’heure : il fait du neuf ainsi que de la réparation.

Neuf et réparation  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Au-delà de ses heures d’atelier, il travaillait à domicile sur la table de cuisine le soir et les jours de congés (pour une rémunération à la pièce et non plus à la journée). Et il trouvait le temps de cultiver son jardin afin de nourrir la famille.

Les violons à la maison (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494) 

Quand la maison Dieudonné ferme en 1957, il devient premier ouvrier chez Hilaire. A la mort de ce dernier, il dirige l’atelier, forme des apprentis, et prend finalement sa retraite après avoir fait venir un apprenti pour le remplacer.

Fermeture de la maison Dieudonné en 1957 (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Jamais il n’aura signé un de ses instruments, mais dit pouvoir naturellement les reconnaître.

La signature (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il a travaillé en tout quarante-sept ans et quatre mois. Il ne souhaite plus toucher au métier.

La retraite totale (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Tout comme il dit qu’il n’aurait pas aimé que ses fils reprennent l’activité dans les conditions de travail très rudes que lui, et précédemment son père, luthier, et aussi sa mère qui faisait de la broderie, ont connues.

Autre orientation pour les enfants (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Eulry, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Bernard Lesaing (photographe). Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970,  juin 1982. 1 cass. :  25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3494.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Corpus de la phonothèque, le métier de luthier

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche