“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">