Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon

Le luthier Pierre Claudot vers 1985 (cliché H. Claudot-Hawad)

Cet entretien fait partie d’une série réalisée par Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, auprès de son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice l’interroge ici sur le choix des bois pour la fabrication du violon : épicea (pour la table) et érable (pour le reste du corps de l’instrument), ébène pour la touche…

Les fournitures : table, fond et éclisses
Ebène et gabarits

 

 

 

 

 

 

Le luthier explique qu’il faisait appel à des débiteurs de bois spécialisés qui connaissaient bien le métier et recherchaient les bois en fonction des besoins de la fabrication.

 Marchands et bûcherons de bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Les meilleurs bois d’érable pour la lutherie venaient des forêts denses des Alpes moyennes. En effet, pour être de bonne qualité, le bois doit se développer lentement, ce qui le rend dur et dense.

 Le beau bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Certaines écoles françaises de luthiers du 19e siècle ont fait venir du Canada ou d’Amérique du Nord des érables à sucre qui sont également très beaux. Pour les épiceas, les meilleurs venaient de Suisse. Le luthier reconnait le bois de premier choix à l’œil autant qu’à l’oreille.

Le luthier P. Claudot teste la sonorité du bois (cliché H. Claudot-Hawad)

La sonorité du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Le bois de lutherie est débité dans le sens de la longueur et coupé dans le fil.

Le débitage du bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

C’est le bûcheron qui sait à quel moment le bois doit être coupé, en fonction de la lune. Le bois plus ancien est plus cher tout simplement parce qu’il est certain qu’il ne bougera pas. Aujourd’hui le bois est séché dans des étuves mais en tant que luthier, l’informateur n’a jamais expérimenté cette méthode.

Le séchage du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

En effet, il conservait toujours du bois en avance qu’il surveillait par rapport à l’hygrométrie, au froid et aux insectes.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon. Courchevel, 18 juillet 1981. 1 cass. :  21 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3988.

Crédits photographiques : Clichés H. Claudot-Hawad. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *